Se protéger du soleil au naturel

En été, la protection de la peau contre le soleil est l’une des problématiques de santé les plus importantes, et pour cause: en plus de provoquer des brûlures douloureuses ainsi qu’un vieillissement de la peau à moyen terme (rides, taches, etc…), l’excès de soleil est aussi associé à des risques de cancers extrêmement graves, notamment certains mélanomes qu’il reste difficile de soigner à l’heure actuelle, ceux-ci survenant même chez des personnes assez jeunes.

J’y ai été sensibilisée dès l’enfance (ma maman insistait beaucoup là-dessus !) et aujourd’hui encore, sans être zélée, j’y fais encore très attention lorsque la situation le demande.

Avec mon évolution vers un style de vie plus naturel, j’ai aussi pris conscience, ces dernières années, des défauts des produits solaires conventionnels qui, comme les cosmétiques classiques en général, comportent un certain nombre d’ingrédients un peu trop problématiques pour en valoir la peine. Je me suis donc tournée tout naturellement vers des alternatives bios (les protections minérales) qui m’ont vite donné satisfaction, et dont j’utilise plusieurs bonnes références.

Aujourd’hui, parce que l’été n’est pas encore terminé, j’ai eu envie de vous parler de mes choix, de mon expérience, de mes habitudes et de mes produits préférés dans ce domaine.

J’espère que ces explications détaillées vous seront utiles, même si elles sont un peu longues !cremes-solaires-naturelles-bios

POURQUOI J’ÉVITE LES PRODUITS SOLAIRES CONVENTIONNELS

Mon choix d’utiliser des produits solaires naturels et bios est directement lié à deux grandes volontés: éviter d’exposer ma peau à des substances irritantes, voire toxiques ou cancérigènes, d’une part, et protéger l’environnement d’autre part.

On le sait désormais très bien: les filtres chimiques contenus dans les crèmes solaires classiques, notamment sous formes de nanoparticules, se retrouvent inévitablement dans l’eau en grandes quantités et deviennent nocifs pour les organismes marins – ils seraient même la cause principale de la destruction des récifs de corail. Comme tous les cosmétiques conventionnels, en outre, ils comportent des ingrédients bon marché mais très polluants à produire et non biodégradables, comme par exemple des dérivés pétrochimiques (silicones, huiles minérales…).

Du côté de la santé, le bilan n’est guère plus réjouissant. Les filtres solaires chimiques sont irritants et allergisants, mais surtout, certains d’entre eux sont des perturbateurs endocriniens avérés (cf par exemple cet article ou celui-ci) – d’autant plus qu’ils pénètrent très aisément dans l’organisme à travers la peau, et sont difficiles à retirer, même sous la douche. Ces crèmes solaires présentent aussi tous les problèmes typiques des cosmétiques conventionnels: des silicones et des huiles minérales qui étouffent la peau et bouchent les pores, des parfums synthétiques irritants et potentiellement nocifs, des conservateurs douteux, etc. Pour ne rien gâcher, tous ces ingrédients problématiques sont également présents dans les formules spéciales bébés ou enfants…!

☀︎☀︎☀︎

LES PROTECTIONS SOLAIRES MINÉRALES:
UNE ALTERNATIVE SATISFAISANTE

L’alternative naturelle la plus sûre est actuellement celle d’une protection solaire purement physique, basée sur l’inclusion de matière minérale comme le dioxyde de titane ou l’oxyde de zinc. Ce filtre minéral forme un film réfléchissant inerte sur le corps: ainsi, au lieu qu’ils touchent l’épiderme et le brûlent, les rayons nocifs du soleil rebondissent (pour une explication scientifique plus précise, voyez cet article du CNRS).

Lorsqu’ils sont bien formulés, ces produits sont tout aussi efficaces que les protections classiques. Mieux encore: contrairement aux filtres chimiques, ils ne pénètrent pas dans l’organisme et ne provoquent donc pas d’allergies aux peaux sensibles.

Le choix d’une marque bio, ou d’une formule naturelle et biodégradable, permet en outre de minimiser largement l’exposition à des substances nocives, ainsi que la diffusion d’ingrédients polluants dans l’environnement: les coraux vous remercieront !

Les protections solaires naturelles ont toutefois un petit défaut: les filtres minéraux sont assez visibles en grandes quantités (ils laissent un léger effet blanc sur la peau), ce qui rend difficile l’obtention d’une protection supérieure à un SPF30 – même si cela existe chez certaines marques (notamment Acorelle).

Il faut aussi savoir que toutes les crèmes solaires naturelles ne se valent pas, le contrôle des degrés de protection semblant un peu laxiste dans ce domaine – attention donc à privilégier des marques de qualité et de confiance, et de bien vous renseigner avant sur internet, par exemple, pour avoir des avis de consommateurs. (Ma sélection ci-dessous pourra peut-être vous orienter).

Notez enfin qu’il est toxique et polluant d’utiliser des filtres minéraux à nanoparticules (signalés par l’appellation [nano] dans la composition): c’est toutefois un problème qui ne se pose pas trop si vous choisissez une crème solaire certifiée bio, Ecocert ou Cosmebio par exemple: leur utilisation n’y est pas autorisée. Dans tous les cas, une crème minérale contenant des filtres sans nanoparticules laisse toujours un léger reflet blanc ou clair sur la peau: c’est bon signe, alors qu’au contraire les nanoparticules forment une protection entièrement invisible !

☀︎☀︎☀︎

MON UTILISATION DES CRÈMES SOLAIRES

La presse et certains blogs promeuvent parfois l’utilisation de protection solaire au quotidien, toute l’année. Je suis particulièrement consciente des risques d’une exposition excessive au soleil, et pourtant, ce n’est pas quelque chose que je pratique. Il y a plusieurs raisons à cela, qui sont assez spécifiques à ma situation:

  • Je suis adulte. Ma peau est donc moins fragile que celle des bébés et des enfants, qui ont absolument besoin d’une protection très forte contre le soleil.
  • Je vis aux Pays-Bas, où l’ensoleillement est moyen en été, et plus épars (mais surtout, peu puissant) en hiver. Les carences en vitamine D sont potentiellement assez fréquentes, surtout durant la moitié “froide” de l’année, avec toutes les conséquences possibles à moyen et long terme sur la santé physique (fragilité des os, qualité de la peau…) et mentale (stress, déprime…).
  • Je travaille à la maison: en semaine, j’ai peu de trajets en extérieur à effectuer. Mes sorties diurnes sont constituées surtout de petites courses dans le quartier et des promenades de mon chien.
  • J’ai le teint plutôt clair en hiver, mais ma peau n’est pas non plus excessivement blanche ni fragile. Je prends des couleurs assez rapidement, et les coups de soleil sont plus rares une fois que je suis un peu bronzée – ça doit être mon héritage colombien !
  • Je n’ai pas envie de surcharger ma peau mixte et capricieuse en ajoutant quotidiennement des produits solaires à ma routine, leurs formules étant parfois un peu huileuses, avec des filtres assez coriaces. Cela m’évite aussi tous problèmes d’irritation dus à une utilisation prolongée !

En conséquence, j’ai une consommation de protections solaires que je qualifierais de “raisonnée”: je ne les utilise pas automatiquement, parce que je n’en ai pas besoin tous les jours, mais bien en évaluant les besoins de chaque situation, et en évitant les expositions à risque.

Mon premier réflexe est tout simplement d’éviter de rester en plein soleil au printemps et en été, surtout aux heures les plus dangereuses (12h-16h). De toute façon, je déteste ça ! Si je suis dans la rue, je choisis automatiquement le trottoir qui est à l’ombre. Quand je veux me promener et qu’il fait très beau et chaud, je choisis d’aller dans la forêt. Si je suis en vacances à la mer, je vais à la plage plutôt le matin ou en fin d’après-midi, et souvent avec un parasol, etc…

Lorsque j’utilise de la crème solaire, je choisis un SPF 30 (97% des rayons évités) dès le printemps. Le soleil est alors relativement doux et progressif à Amsterdam, ce qui me donne l’occasion de prendre quelques couleurs petit à petit, sans brûler, avant qu’arrive l’été. Par la suite, ma peau est mieux préparée, mais comme le soleil est aussi plus puissant, je maintiens le SPF30 comme minimum tout au long de la saison. Si je devais affronter soudainement un soleil fort sur mon teint pâle d’hiver, en revanche (par exemple, si j’allais dans un pays chaud au mois de février), j’utiliserais du SPF 50 (soit 98% des rayons évités) car ma peau ne serait pas préparée et aurait besoin de davantage de protection.

Je me tartine consciencieusement sur toutes les parties dénudées du corps lorsqu’une exposition forte au soleil sera inévitable – par exemple quand je vais à la plage ou à la piscine, bien sûr, mais aussi lorsque je fais une excursion à vélo ou à pieds le week-end en été, ou lorsque je vais passer du temps dehors dans une région chaude et ensoleillée (Sud de la France, pays méditerranéens ou exotiques, etc…) ou en montagne. Il n’y a alors aucune excuse qui vaille, et je suis très stricte avec moi-même: à moins de pouvoir rester constamment à l’ombre, je ne m’expose pas à un soleil brûlant sans protéger ma peau – j’ajoute aussi des lunettes et souvent un foulard pour ma tête ou mes épaules s’il ne fait pas trop chaud – et je renouvelle fréquemment l’application, toutes les deux heures maximum.

Lorsque je suis de sortie en été et que l’exposition au soleil est possible mais moins constante ou moins forte (si le ciel est nuageux par exemple), je prends un tube de crème avec moi au cas où, pour pouvoir en appliquer au moins sur le nez et les joues, mes zones les plus sensibles, si je me trouve trop exposée.

Enfin, en hiver, je ne porte absolument jamais de crème solaire. À notre latitude, même lorsqu’il fait beau, les rayons du soleil ne sont même pas assez puissants pour permettre à l’organisme de synthétiser sa vitamine D, ce qui est déjà assez problématique (il est recommandé de se supplémenter) sans en plus bloquer leur contact avec la peau. Il faut dire aussi que l’on a rarement envie de rester dehors à cette saison, parce qu’il fait plutôt froid: les risques d’exposition excessive et donc de coups de soleil ou de dommages importants sont par conséquent réduits.

Attention: si ces pratiques conviennent au climat d’Amsterdam, à mon style de vie et mon type de peau, elles ne sont en rien un modèle universel: une peau très blanche et fragile, ou une personne vivant sous l’équateur toute l’année, auront des besoins supérieurs. Dans le doute, il est toujours préférable d’en faire trop que pas assez, et mieux vaut se tartiner de crème “pour rien” que risquer d’endommager sa peau ou s’exposer à des risques de maladies graves. Demandez conseil à votre dermatologue si besoin.

☀︎☀︎☀︎

MES PRODUITS SOLAIRES TESTÉS ET APPROUVÉS

SPRAY SOLAIRE HAUTE PROTECTION SPF 30 ACORELLE

J’ai déjà racheté à deux reprises cette crème qui est un bon basique, autant pour la plage que pour des visites ou excursions, parce que je peux me la procurer assez facilement ici via Sebio.

Elle m’a toujours bien protégée, et résiste à l’eau. Sa texture est très fluide et fine, avec un aspect presque poudré, et j’aime beaucoup son parfum très estival: une fois appliqué et légèrement évaporé, il me fait juste penser à l’odeur de la peau sous le soleil…

La seule chose que j’aime moins dans cette crème, c’est qu’elle demande une application assez soignée: il faut bien étaler et étirer le produit sous peine de conserver de réelles traces blanches; si on y prend soin, cela dit, le résultat est pratiquement transparent.

Notez aussi que son prix est tout de même assez élevé en comparaison de la quantité contenue dans le tube. Il faudrait vraiment qu’Acorelle propose des formats familiaux et plus économiques !

♡ SPRAY SOLAIRE SPF 30 ALGA MARIS LABORATOIRES DE BIARRITZ

J’ai découvert cette autre option par hasard en magasin bio à Barcelone l’année dernière, alors que nous avions oublié notre spray Acorelle, et ça a été une très bonne surprise.

En plus de bien protéger la peau et de résister à l’eau, je trouve qu’elle s’étale particulièrement bien (plus vite que celle d’Acorelle à mon sens, car elle perd rapidement son aspect blanc), et son parfum coco, assez fort au sortir du tube, est d’autant plus agréable qu’il devient très discret après l’application.

Cerise sur le gâteau: elle est moins chère que celle d’Acorelle pour une quantité 25% supérieure, ce qui en fait une très bonne option !

Ses défauts à mon sens sont de laisser un effet plus gras sur la peau – je la réserve donc à la plage et aux excursions “nature” – et surtout, pour moi qui suis aux Pays-Bas, d’être moins facile à trouver que l’autre… ce qui n’est sans doute pas le cas en France !

♡ ÉCRAN SOLAIRE MINÉRAL SPF 30 JOHN MASTERS SUNCARE (offert)

Je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises: ce fluide solaire minéral est mon allié habituel pour le visage depuis deux saisons. Je le trouve assez idéal en tous points: la composition est tout à fait naturelle et propre (sans silicone ni huiles minérales notamment, donc non comédogène), la texture est légère, il ne fait pas d’effet blanc une fois bien étiré, et ne graisse pas trop la peau (bien qu’on puisse préférer poudrer par dessus en cas de chaleur). Je l’utilise en ville comme à la plage et il m’a toujours bien protégée sans m’empêcher de bronzer !

J’apprécie aussi son format très pratique, petit et assez plat, qui tient dans mes sacs à main façon trotteur.

Dommage que son prix soit si conséquent: lorsque l’on s’expose beaucoup, ou quotidiennement, cela revient sans doute vite cher – heureusement ce n’est pas mon cas, et un tube par an me suffit.

♡ CRÈME SOLAIRE TEINTÉE DORÉE SPF 30 ACORELLE

Quitte à devoir absolument se protéger le visage contre le soleil, autant que cela nous fasse un plus joli teint ! C’est sur ce principe qu’Acorelle a lancé ses crèmes solaires teintées, disponibles en clair ou doré: la formule est bio, naturelle, avec une protection minérale sans nanoparticules. C’est à mon sens un produit conçu plutôt pour la ville, les visites et les balades plutôt que pour la plage, puisqu’elle n’est pas résistante à l’eau.

J’ai choisi la deuxième option, et heureusement: sa couleur se fond bien dans mon hâle actuel (un peu bronzé, mais loin d’être caramel) tout en me donnant bonne mine. Toutefois, je trouve qu’elle fonctionne aussi quand je la teste sur mon bras, qui lui, est beaucoup plus foncé – je crois donc qu’elle peut s’adapter à différentes carnations. La teinte claire est probablement plus adéquate pour les teints pâles en début de saison, ou qui ne bronzent pratiquement pas.

Le parfum est agréable (très fruité, puis plus doux et solaire), la texture est plutôt fine – je trouve qu’elle s’étale facilement aux doigts – et la couvrance assez modulable selon la quantité que l’on applique. En étalant bien, je trouve le résultat semi-transparent: il unifie nettement le teint, donne bonne mine, mais ne cache pas mes boutons par exemple.

Notez aussi que sur une peau mixte à grasse, le rendu n’est pas excessivement huileux mais brille tout de même légèrement: pour la ville, il peut être intéressant de poudrer délicatement par-dessus, au moins sur la zone T, pour une meilleure tenue et un effet plus mat.

Une bonne option quand on a du mal à sortir peau nue, en tous cas !

***

Pensez-vous avoir les bons réflexes quant à la protection solaire ?
Avez-vous testé des protections minérales récemment, et qu’en avez-vous pensé ?

30 commentaires

  1. Hey ! J’avais testé Acorelle SPF 50, et je t’avoue que j’avais été assez refroidie par l’application vraiment très soignée nécessaire que tu soulignes… Vu qu’avec ma peau de blonde fille de roux je vire extrêmement à la teinte homard, je fais vraiment très attention à ma peau (j’ai eu plusieurs incidents de violents coups de soleil), et je suis souvent obligée de remettre de la crème dans la journée, et parfois l’application hyper soignée laisse à désirer… Surtout quand c’est mon amoureux alias le bourrin qui me tartine la nuque et les épaules comme si c’était du fromage frais sur une tartine. Du coup, au vu de la différence de prix côté traces, j’ai fini par retourner à ma Avène.
    Bonne journée Victoria ! (et bonne installation… j’ai ton tapis Ikea sous les yeux en bas de la page, il est tellement joli !)

  2. Bonjour Victoria,
    Un article vraiment très intéressant et complet. Merci pour toutes ses explications et conseils.
    Je réfléchis depuis quelques temps aux alternatives aux produits solaires traditionnels, mais je n’ai pas encore franchi le pas. Avec une peau très, très blanche, j’ai tendance à privilégier des marques comme Avène ou La Roche Posay – qui me paraissent à la fois faciles d’application et très efficaces. Mais la conscience écologique + mon envie de produits plus naturels pour éviter pertubateurs endocriniens et autres réjouissances + des avis d’autres consommateurs « conscients » sont autant demotivations pour tester d’autres marques, beaucoup plus respectueuses de l’environement et de notre corps.
    Belle journée à toi

  3. Je voudrais juste signaler à ceux que ça intéresse qu’agent s’est engagée à minimiser voir supprimer ses ingredients nocifs pour l’écosystème marin dans sa gamme peau sensible 50. Ça ne résout pas le soucis des perturbateurs endocriniens mais ça mérite d’être souligné

    • Oui tout à fait, j’ai eu connaissance de ce geste, c’est très chouette et j’espère que les autres marques en prendront de la graine :)

    • Ah c’est une bonne nouvelle ! merci pour l’info. J’ai vu que Biotherm avait également sorti une crème avec un impact moindre pour l’écosystème marin. A voir…

  4. Hello Victoria !

    Cet article tombe à pic, car je pars en vacances en Italie en septembre, et je suis en pleine recherche de crème solaire. Et on peut dire que je galère, parce que je pensais d’abord m’orienter vers du bio, pour des raisons évidentes de composition et de respect de l’environnement mais d’après plusieurs sources, elles ne seraient pas toutes aussi efficaces que les crèmes solaires « traditionnelles ». J’ai par ailleurs aussi lu que l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane n’étaient pas non plus sans danger pour les océans… Du coup, je ne sais plus vers quoi me tourner pour trouver un produit qui protège vraiment ma peau (j’ai un cas de mélanome dans ma famille), qui n’est pas bourré d’ingrédients dangereux et qui ne fait pas de mal aux coraux ! Le spray Alga Maris n’a pas l’air mal, je l’avais déjà vu et son prix me dérangeait un peu, mais il faut avouer que la contenance est intéressante finalement.
    Bref, en tout cas, je crois qu’il y a encore bien des progrès à faire pour obtenir un jour LA crème solaire parfaite (et abordable, tant qu’à faire) !

    Bonne journée à toi !

    • Hello Coraline ! Pour le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc, en fait le problème concerne leur forme de nanoparticules (assez courante dans les crèmes solaires traditionnelles), bien que cela ne soit pas toujours très clairement précisé (d’où les confusions, moi aussi je m’étais un peu perdue): en effet dans ce cas ils sont toxiques pour l’environnement comme pour la santé. Ce n’est a priori pas le cas pour leur forme moins fine (celle qu’on retrouve en bio), même si je trouve qu’il faut toujours avoir un usage responsable de ces produits – par exemple en évitant d’aller à la plage aux heures où on a besoin de 3 tonnes de crème pour ne pas cramer et de 4 bains par heure ! Et surtout il y a tellement d’autres ingrédients polluants pour la mer dans les crèmes solaires chimiques qu’en faisant la comparaison, il n’y a vraiment pas photo…!

      Concernant l’efficacité des crèmes, à part une ou deux références (de la marque Lovéa il me semble) épinglées par 60 millions de consommateurs pour leur indice SPF erroné, tu trouveras facilement plein de dermatologues et spécialistes confirmant qu’elle est tout à fait équivalente à celle des filtres chimiques :) C’est d’ailleurs le type de filtres solaires prescrit aux personnes allergiques. Il faut simplement privilégier des marques de confiance comme je le disais, mais c’est vrai que cela demande d’y investir un certain prix…

      • Merci pour ta réponse !

        En effet les articles ne précisaient pas forcément que c’était sous forme de nanoparticules (ou je n’ai pas fait assez attention).

        Tes infos sont rassurantes, et je crois que je vais vraiment me laisser tenter par le spray Alga Maris, parce que son prix au litre est intéressant et j’ai vu de très bons avis dessus. Peut-être plus en indice 50 par contre, pour ne prendre aucun risque !

        Belle journée !

  5. Quel casse-tête ! Merci pour cet article, j’essaierai sans doute le John Masters. C’est une vraie préoccupation pour moi… J’ai la peau très blanche qui, même si elle bronze plus facilement depuis quelques années, reste quand même très sujette aux coups de soleil. D’autant plus que je fais de la plongée, donc mes premières expositions au soleil sont toujours assez intenses ! Pas facile de trouver des crèmes en 50, qui sont pourtant indispensables pour moi, au moins pour le visage. J’ai testé la Nuxe bio beauté cet été, mais elle est très liquide, assez grasse, et très blanche…. Bref, je cherche encore la perle rare, j’espère trouver mon bonheur dans ta sélection :)

  6. Merci beaucoup pour ce super article Victoria! C’est vraiment très complet et très intéressant, j’ai appris plein de choses utiles :)

  7. J’utilise le spray Alga Maris depuis 2 ans et j’en suis fan. Par contre je l’ai testé aussi en version SPF 50 et il est beaucoup plus blanc et difficile à étaler. J’ai donc racheté le SPF 30 que je trouve parfait (à moins d’aller sous les tropiques).

    • Je veux bien te croire ! Dans l’état actuel de la technologie j’évite les SPF 50 en bio/minéral parce que c’est généralement assez visible… Et pour 1% de protection e b plus ou en moins, je ne pense pas que ça soit trop grave ! :)

  8. Ah, et pour le visage j’aime beaucoup la crème teintée de Chico Shigeita qui protège efficacement et illumine le teint.

  9. Soignée pour un mélanome il y a un mois alors que j’ai toujours été très précautionneuse avec le soleil ( j’ai 33 ans ), j’en reste pour ma part aux filtres chimiques qui me semblent plus sûrs ( peut-être à tort), Avène notamment qui fait en effet des efforts pour l’environnement. Mais ton article est très intéressant, Victoria, et je le garde en favori. Merci pour tes infos soigneusement sélectionnées et nuancées.
    J’ajouterais qu’hélas, mon expérience prouve que le phototype joue presque autant que la (sur)exposition au soleil… je connais tellement de gens qui ne se protègent jamais et n’ont jamais eu aucun souci… Alors en plus de la protection solaire, allez montrer vos grains de beauté régulièrement, c’est peu de chose pour sauver sa peau ;)

  10. Super article très complet.
    Une petite précision : un temps nuageux est trompeur car les nuages ne filtrent que 20 % des UV en moyenne.
    Personnellement , ayant perdu ma grande soeur d’un mélanome, je prends beaucoup de précautions.
    Pour autant, je n’utilise comme toi que très rarement de la crème solaire.
    Celle de Raw Elements me semble très bien aussi (emballages plastic free)
    La meilleure protection est selon moi de porter des vêtements au tissage serré, couvrants, un chapeau, des lunettes et comme tu l’indiques de ne pas sortir aux heures d’ensoleillement intense.

  11. Je ne comprends toujours pas pourquoi de grandes marques comme Vichy ou Bioderma ne se sont toujours pas penchés sur la réalisation de solaires biodégradables. Ca urge pourtant. Merci pour la suggestion de tes produits. En ce qui me concerne, je joue c’est vrai, un peu avec le feu. Je ne e protège que lorsque je suis sûr de ne pas aller me baigner en mer.

  12. Alga Maris est ma marque chouchoute depuis 2 ans pour la protection solaire ! Et pour ma part, je l’utilise en indice 50. Alors oui, elle peut laisser un léger film blanc mais en fait je me suis rendue compte qu’il n’y avait que moi qui m’en rendait compte. Elle résiste effectivement parfaitement à l’eau et moi qui était une habituée des coups de soleil, même avec des SPF 50 de marques plus conventionnelles, renouvelées toutes les 2h, rien à signaler ces deux dernières années et surtout, un joli bronzage ! Voilà, je l’aime d’amour :)

    Je testerai bien la protection John Masters Organic l’an prochain : j’apprécie beaucoup cette marque pour sa gamme cheveux alors je suis sûre d’apprécier :)

    Belle et douce journée !

  13. Article vraiment passionnant! Même moi qui n’utilise jamais ou presque de protection solaire (oups) étant donné ma peau plutôt mate de méditerranéenne et ma faible exposition, cela m’a beaucoup intéressé et j’envisage d’acheter le spray solaire au cas où, si jamais je voyage ou m’expose plus qu’à l’habitude^^ En tout cas, merci pour cette article très riche en informations!

  14. Bonjour, je vous remercie de votre article et pour ces conseils car ils m’ont beaucoup aidé. En effet, je pars bientôt en voyage et je ne savais pas comment choisir les protections solaires adaptés pour ma peau. Cordialement !

  15. Bonjour Victoria,
    Merci pour cet article très complet. J’ai acheté cette année la SPRAY SOLAIRE HAUTE PROTECTION SPF 30 ACORELLE et j’en suis très satisfaite. Avant j’utilisais une autre crème bio et minérale dont je ne me rappelle plus le nom mais elle laissait vraiment un fini très blanc et gras et j’avais tout le temps l’air de Casper le petit fantôme. J’étais donc toujours obligé de me maquillé un peu avec du blush pour me redonner bonne mine. Avec la crème Acorelle, je garde mon teint normal même quand je ne me maquille pas et elle est plus facile à appliquer.

  16. Merci pour cet article Victoria, je me méfiais des crèmes solaires vendues en grande surface, que je trouve toujours trop grasses… Je vais tester de ce pas tes produits!

  17. As-tu entendu parler de la crème solaire bio SPF30 de Naturado en Provence ? Chouette composition et je l’ai trouvé super efficace ! Cette petite entreprise française à de l’avenir.
    Bonne journée à toi !

  18. Excellent idée, j’avais aussi vu que la crème classique était également très nocifs pour le corail lorsqu’on allait faire de la plongé.

    On est nombreux à partir prendre des vacances en Egypte, Thaïlande, philippines ou bali et détruire le corail avec notre crème solaire, j’ai aussi vu que ça faisait furie des espèces de poissons.

    Il est temps d’être responsable, merci pour ce billet.

  19. Merci pour cet article !
    Pour ma part j’ai testé cet été la gamme Alga Maris, SPF50 pour le corps et crème visage. Protection efficace en altitude et à la plage validée ! J’ai trouvé que la 1e application de la journée ne laissait pas de traces, en revanche pour moi le « recrémage » tout au long de la journée était plus compliqué et un peu visible. On m’a également fait la remarque que l’odeur n’était pas agréable (voire limite désagréable…) : je ne l’ai pas ressenti comme ça (et je n’ai pas non plus senti la coco… peut-être juste pour le SPF30 ??), d’autres parmi vous ont eu des soucis ?
    Bon été

  20. Chouette article !
    J’ai moi-même essayé (comme beaucoup de commentaires précédents) de nombreuses crèmes solaires bio, avec des résultats plutôt mitigés (texture et odeur principalement, l’effet blanc n’étant que le dernier de mes critères !).

    Et puis ayant des amis habitants le Pays Basque, j’ai fini par connaître la marque Algua Maris. J’ai fouiné sur internet, jusqu’à trouver des comparatifs qui la plaçaient comme la meilleure niveau texture et effet blanc, avec un parfum pour la SPF30 et aucun parfum pour la SPF50.
    Depuis, j’ai testé les deux et les ai largement approuvées ! La SPF30 pour quand je m’expose à la plage (rarement plus de 2h), et la SPF50 pour le visage ou les bras/jambes quand je pars en rando (puisque plutôt 4h).
    L’an prochain, je testerai leurs nouveautés qui sont teintées !

    Mais deux détails avec lesquels je ne suis pas d’accord :
    – la couche nuageuse ne protège pas des rayons du soleil; ils peuvent laisser passer jusqu’à 80% des UV, donc ce n’est pas vraiment une bonne raison de ne pas mettre de crème solaire. Voire au contraire: on n’a plus son alerte physique de sensation de chaleur, pour se rappeler qu’il est temps de rentrer !

    – le SPF50 ne protège pas PLUS que le SPF30. Il protège plus LONGTEMPS pour une même quantité appliquée. Cela n’a quand même rien à voir. C’est une vieille idée qui circule depuis l’antiquité, mais elle est réellement fausse !
    Il ne faut donc pas mettre de la 50 au début d’une exposition, puis quand on est un peu bronzée de la 30, en se disant que c’est bon, ça permettra de bronzer un peu. Dans les deux cas, on bronze de la même manière et on ne brûle pas. En revanche, appliquer de la 30 nécessite de renouveler son application plus souvent qu’appliquer de la 50.
    Personnellement, je choisis la plupart du temps de la 30 par confort d’application (plus fluide !) et d’esthétique (moins blanche !) quitte à devoir en remettre plus souvent. En revanche, quand je sais que je vais être exposée longtemps sans pouvoir remettre de la crème de manière aisée (du style comme je le disais en randonnée ou au ski !), alors je mets de la 50.

    Simplement parce que je pense qu’il est important d’éclaircir ces points là :)

    (si jamais, une source simple : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/07/17/les-questions-pas-si-betes-que-vous-vous-posez-sur-le-soleil-et-comment-s-en-proteger_4687368_4355770.html#huit-anchor-3-c-est-quoi-cet-ind ) (mais il doit en exister plein d’autres évidemment)

  21. Pingback: {Blogs} 5 articles inspirants à découvrir de toute urgence !

  22. Merci pour cet article !
    Cela fait un moment que j’essaye de me trouver une crème solaire « naturelle ». Je ne prends pas le sujet à la légère, car j’ai la peau très blanche ! Je ne bronze absolument pas ^^’
    Du coup, on est déjà en septembre, mais la crème solaire ça sert quand même si on a l’été indien :p

  23. Il faut absolument que ma maman, phobique du soleil et accro au SPF50+ toute l’année lise cet article !
    J’utilise le spray Alga Maris SPF30 depuis 2 ans et j’en suis enchantée, l’application est agréable, l’odeur aussi, même l’Amoureux le tolère ! Seul petit bémol sur le packaging, le spray a tendance à facilement se séparer de la partie tube, pas top dans le sac donc…

  24. Bonjour Victoria,

    J’ai testé énormément de crèmes solaires bio, et jusqu’à présent, Algamaris a la palme. C’est celle que j’utilise pour mes enfants, visage et corps, et pour moi sur le corps. Par défaut je l’utilise aussi sur le visage, mais j’en suis là par contre moyennement satisfaite. Un poil grasse (même si ça reste correcte), un poil blanche (même si ça n’est pas si grave) mais par contre assez desséchante à la longue. Les petites peaux sont marquées, mes pommettes se dessèchent +++ et finissent par peler légèrement (ce qui se voit énormément quand on porte un écran minéral du coup !)

    Pensez-vous que ce soit inhérent aux filtres minéraux ? que quelle que soit la marque, ce sera desséchant ? car j’ai cet effet avec tous…

    J’aimerais beaucoup tester la John Master Organic, ça fait un moment que je la traque en vain. Savez-vous où on peut se la procurer ? les quelques rares boutiques en ligne qui la proposent sont en rupture de stock apparemment (réapprovisionnement ou fin de commercialisation ?)

    Merci d’avance si vous avez qques réponses ;-)

Répondre

Naviguer