Mes Dernières Lectures #41

Trois genres littéraires complètement différents constituent mon bilan lecture du jour: un témoignage autobiographique qui flirte avec le nature writing, un roman, et un recueil de poésie. De quoi ouvrir un peu ses horizons !

Deux d’entre eux, à mon avis, valent vraiment le détour — ce sont même des livres que j’ai l’intention d’offrir ou prêter autour de moi, tant je les trouve inspirants et importants. J’espère donc que mes explications vous donneront envie de les découvrir, ou du moins d’y jeter un coup d’oeil si vous les croisez en librairie !lectures-nov2017

Une vie de berger – James Rebanks*
VO: The Shepherd’s life

Résumé: « Telle est ma vie. Je n’en veux pas d’autre. » Héritier d’une tradition ancestrale d’élevage de moutons dans les collines reculées du Lake District en Angleterre, James Rebanks nous livre dans ces mémoires un témoignage intime et passionné sur le quotidien, la vie sociale et familiale, les difficultés et les bonheurs de l’existence qu’il a choisie, au plus proche de la nature et des animaux.

Mon avis: Ce livre, que j’ai dégusté petit à petit sur plusieurs mois, a été une vraie bulle d’air frais — une lecture apaisante, inspirante, qui m’a évadée autant qu’elle m’a instruite !

Dans un style simple, parfois plein d’humour ou de poésie, le texte est constitué d’une multitude d’anecdotes sur le quotidien de l’auteur, mais aussi sur son enfance et sa jeunesse — notamment la façon dont il a endossé son héritage culturel, appris le métier de berger avec son père et son grand-père, et finalement décidé d’y consacrer sa vie malgré quelques années de doute.

Outre de nombreux souvenirs personnels touchants, son témoignage constitue également un reflet de la situation socio-économique de la région: il donne par exemple à voir l’incompréhension qui existe encore entre le monde scolaire et le monde de l’agriculture, les différences d’intérêt entre la promotion touristique et l’activité agricole, la précarité et la fragilité du modèle d’élevage traditionnel… Très intéressant pour quiconque s’intéresse à la notion de territoire !

Mais surtout, et c’est ce qui m’a beaucoup touchée, son récit dessine la relation vitale qui existe entre lui et le cadre qui l’entoure chaque jour — ses sublimes terres, dont il connaît tous les recoins, les dangers et les qualités selon la période de l’année, mais aussi bien sûr ses chiens et ses moutons, avec qui il tisse des liens uniques. Dans ce contact constant avec la nature, il trouve sa raison d’être et sa liberté, ainsi que son identité; c’est assez poignant.

En tant qu’amoureuse des animaux et végétarienne, j’étais tout particulièrement curieuse d’avoir le point de vue d’un éleveur (corps de métier souvent fustigé par les activistes), et je n’ai pas été déçue: j’ai vu en James Rebanks un homme droit et passionné, attaché à un élevage respectueux des terres et des bêtes. J’ai été touchée par son observation sensible et ses connaissances, sa fierté aussi. J’ai vraiment apprécié pouvoir comprendre sa vision des choses.

En bref, un très beau témoignage, facile à lire, apaisant et prenant, qui vous donnera envie de visiter le Lake District et de soutenir les petits élevages traditionnels qui survivent encore à l’industrialisation intensive !

Ma note: 4/5

▼▼▼

Miroir – Melissa Bellevigne*

Résumé: Ce deuxième tome fait suite à Paranoïa: il apporte des réponses sur ce qu’a vécu Judy et sur Alwyn, tout en suivant de plus près la situation de Lisa, la psychiatre. Pour en savoir plus sur le premier tome, rendez-vous sur ma chronique par ici !

Mon avis: Ayant beaucoup aimé Paranoïa pour son mélange de suspense et de fantastique qui me faisait rêver, j’attendais ce deuxième tome avec impatience !

Malheureusement, le récit étant cette fois irrémédiablement démystifié, rationalisé (puisqu’il s’agit d’apporter des explications), il n’a pas vraiment répondu à mes goûts. C’est une autre sorte d’histoire, plus axée sur la vie des personnages — la romance Judy-Alwyn, la vie personnelle de Lisa… — que certain/es lecteurs/rices apprécieront certainement, mais qui pour moi, amatrice de mystère, est moins accrocheuse.

Miroir n’est pourtant pas dénué de surprises. On commence fort avec le bon premier tiers du roman qui nous confond complètement, au point de nous donner l’impression de lire une autre histoire qui n’a rien à voir — ce qui n’est pas tout à fait faux, puisqu’il s’agit en fait d’un point de vue différent qui remet en perspective tout ce que l’on savait jusqu’ici ! Si j’ai apprécié le tour de maître de Melissa en comprenant enfin sur quelle voie elle nous amenait, et trouvé son idée intéressante, je dois dire que le passage en soi m’a semblé long: faute de savoir vraiment ce que je lisais, je peinais à m’intéresser à la situation.

Les quelques révélations et surtout, surtout, l’épilogue, étaient en revanche étonnants — ce dernier, parce qu’il redonne toute sa part de mystère et de rêve au roman, m’a beaucoup plu !

D’autres caractéristiques du récit m’ont moins convaincue, comme l’aspect très romantique de l’histoire (#coeurdepierre), les longues introspections et raisonnements des personnages, auxquels j’avais du mal à m’intéresser, une tension un peu diluée dans le développement de l’intrigue, et encore une fois tout le sujet de la maternité, du désir d’enfant et des bébés qui m’est assez étranger (#coeurdepierre bis). Ces aspects ne sont pas forcément des défauts en soi, mais disons qu’ils ne correspondaient pas à ma sensibilité.

Cette petite déception ne m’aura toutefois pas empêchée d’apprécier à nouveau la plume fluide et légère de l’auteure, qui se dévore, et son choix d’une narration alternée entre différents points de vue.

Le 1er tome de la duologie reste largement mon préféré, et j’espère de tout coeur que Melissa nous proposera un jour un autre roman à l’univers aussi mystérieux, flirtant avec l’imaginaire !

Ma note: 2,5/5

▼▼▼

Milk & Honey – Rupi Kaur
VF: Lait et Miel

Résumé: Milk and Honey est un recueil de poésie très intime et féministe, divisé en quatre thématiques, qui reprennent quatre phases émotionnelles de la vie: ‘the hurting’, ‘the loving’, ‘the breaking’ et ‘the healing’.

Mon avis: Parce qu’il est authentique, habité, parce qu’il parle de la condition des femmes et de leur rapport à leur corps sans tabou, ce premier recueil de Rupi Kaur est à mettre entre toutes les mains – ou presque (TW: certains poèmes évoquent le viol ou la violence machiste).

La jeune auteure indienne, devenue célèbre en publiant de la micro-poésie sur Instagram (si vous vous souvenez, elle fut également à l’origine d’une polémique sur ce réseau suite à la censure de sa photo mettant en scène du sang menstruel), y explore l’expérience d’être une femme aujourd’hui.

Tantôt bruts, durs, déchirants, tantôt doux, sensuels, porteurs d’espoir et de force, ses textes ont un ton vibrant d’émotion, vrai, sans fioritures inutiles et pourtant emprunt d’une certaine délicatesse – sans doute grâce à leur structure très particulière, par petits bouts de phrases suspendus.

Si presque tous m’ont touchée d’une certaine manière, j’y ai en outre trouvé quelques pépites qui parlent directement à ma sensibilité, et que je porterai longtemps dans mon coeur. Pour vous rendre compte de la plume de l’auteure, je vous conseille de consulter ce fil Twitter qui partage quelques-unes de ses meilleures pages.

Je dois toutefois nuancer légèrement mes éloges en avouant qu’il ne s’agit pas pour moi d’un coup de coeur, malgré tout. Isolés, ces poèmes ont un style unique qui les fait vibrer, mais dans un recueil de 200 pages, le rythme coupé des phrases et le ton deviennent un peu agaçants à mon sens – j’ai eu l’impression de retrouver trop souvent un même schéma répétitif, au point d’en être lassée, ce qui est un peu dommage.

Je suis toutefois loin d’en regretter ma lecture ou mon achat: je garderai précieusement ce livre pour le prêter autour de moi et y relire de temps en temps les textes qui m’ont le plus inspirée. Et à l’occasion, je serais ravie de jeter un oeil sur son nouvel opus, The Sun and her Flowers !

Ma note: 4/5

***

L’un de ces trois titres vous intrigue-t-il ?
Qu’avez-vous lu de beau dernièrement ?

*exemplaire presse reçu gratuitement

Cet article contient des liens affiliés de la librairie Decitre pour les livres en français, et d’Amazon pour les livres en anglais (souvent moins cher, avec pas mal d’offres d’occasion – c’est là que je trouve la plupart de mes livres de seconde main). En commandant via ces liens, vous participez à soutenir mon activité sur ce blog (cf ma FAQ). Sinon, n’hésitez pas à vous fournir auprès de votre librairie locale, qui a besoin de vous: regardez par exemple sur Place des Libraires !

Dans tous les cas, MERCI ♥︎

17 commentaires

  1. Sur les trois livres que tu nous propose je n’ai lu que Miroir, que j’ai adoré ! D’un naturel fleur bleue je l’avoue, ce tome ne m’a pas laissé de marbre et je n’ai qu’une hâte, pouvoir lire d’autres livres de l’univers de Mélissa !
    Je serai bien tentée par la lecture du recueil de poésie, j’en entends pas mal parler autour de moi en ce moment et les quelques extraits que j’ai vu passer sur la toile ont piqué ma curiosité. Affaire à suivre haha !
    Merci pour ces jolies découvertes,
    Des bisous.

    • Aah super, tu es l’exemple-même de ce que je pressentais: quand on aime les histoires très romantiques, les bébés etc… je pense que ce tome peut plaire ! C’est juste que moi je n’y suis absolument pas sensible 😅

  2. Bonjour Victoria,

    comme je te l’avais déjà dit par ailleurs, tu m’as donné très envie de découvrir le livre de Rupi Kaur suite à ta Story Instagram.
    Je l’ai acheté en VF tant que cadeau d’anniversaire, je devrais le recevoir sous peu et j’ai hâte de le lire!
    J’imagine en outre bien que sur tout un recueil, il doit y avoir des redites mais, malgré tout, ça doit changer de ce qu’on a l’habitude de lire.

    Les deux autres livres ne m’intéressent pas forcément de prime abord.

    Actuellement, j’écoute « les hauts de Hurlevent », après un début quelque peu laborieux (il faut dire que je n’avais pas vraiment lu le synopsis et ne savais de ce livre seulement qu’il était « sombre »), je m’investis de plus en plus dans l’histoire!

    Sinon pas de réelle nouvelle découverte pour moi côté lecture…
    Bonne journée :-)

  3. Bonjour Victoria,
    Merci pour cette article, j’ai Milk and Honey dans ma wishlist depuis quelques temps, je l’avais découvert dans une vidéo de Coline @eppcoline, mais je ne sais pas s’il est préférable de le lire en version française ou en version originale, sachant que je ne suis pas trop douée en anglais mais que je cherche à progresser.
    Tu l’as lu en version originale ?
    Merci à toi,

    Mélanie

  4. Hello Victoria,
    Merci pour cette belle découverte avec « Une vie de berger » ! J’aime beaucoup ce genre de livres, j’avais adoré « Une année à la campagne » de Sue Hubbell, je ne sais pas si tu connais (c’est le récit autobiographique où l’autrice raconte le moment de sa vie où elle a tout quitté pour devenir apicultrice). Ce genre de lecture est une bouffée d’air frais !
    Je ne me suis pas encore procurée Miroir, mais cela va très certainement être le cas bientôt : même sans être un coup de coeur, j’avais beaucoup aimé la plume de Mélissa et je trouve que c’est une bonne chose d’encourager les jeunes écrivains et écrivaines :-)
    Bonne journée xxx

  5. Hello Victoria,

    Je te rejoins totalement sur Milk and Honey ! Certains poèmes sont sublimes alors que d’autres me paraissent un peu plus redondants. Je te conseille par contre The sun and her flowers, même s’il suit un peu le même schéma, je l’ai préféré à Milk :)

    Jolie journée,

  6. J’ai lu Milk and Honey en début d’année et j’avais adoré ce recueil. J’ai hâte de lire The Sun and her Flowers, même si tout comme toi j’ai un peu peur que les poèmes soient encore du même style et sur le même thème, au point d’en devenir un peu lassants.
    Je suis quand même très contente de voir qu’il a été traduit en français chez Charleston, même si pour ma part je préfère rester sur la douceur des poèmes en VO. A défaut, cela permettra de les faire découvrir au plus grand nombre !

  7. Victoria, j’aime toujours autant tes revues! Je me faisais la réflexion: tu es la seule dont je lis (et prends plaisir à consulter régulièrement) le blog.
    J’ai au fil des années délaissé beaucoup de blogs car je me suis lassée, pourtant le tien a une place toujours aussi importante. Je le lis depuis des années (au moins 6 ans si mes calculs sont exacts), et je le vois évoluer avec moi, mes déménagements, mes cheminements internes… J’ai l’impression de grandir avec en quelque sorte.
    Merci de continuer et suite à tes commentaires relatifs à ton état de fatigue: stp, prends du temps pour toi, ménage-toi, aménage ton emploi du temps selon ton énergie du moment, histoire de garder de quoi nourrir cette bulle d’oxygène… Vive Mango&Salt!

    • Mille mercis, vraiment ! En effet, cela fait très longtemps que je vois apparaître tes petits mots dans mes commentaires… Ça me touche beaucoup, cette fidélité. Je suis ravie que tu te sentes grandir et évoluer avec moi, et j’espère que tu trouveras encore longtemps ton compte par ici :)

      • Mary_Sloane

        Merci pour ta réponse 😊 J’avais besoin de faire l’an petite déclaration… elle est bien méritée.
        C’est beau (en tous cas de l’extérieur!) d’avoir une communauté fidèle qui te suit. Je crois qu’on est nombreuses à être assidues même si on n’écrit pas souvent de commentaire.
        Je n’en laisse pas beaucoup et je n’ai plus de facebook (RIP Laura Ann) mais je te suis activement sur Instagram sous mlocoton #fangirl
        Depuis que tu es à Amsterdam, j’aime encore plus l’ambiance qui se dégage de tes articles, tu sembles parfaitement dans ton univers.

        Belle continuation Victoria, il n’y a pas de raison que ça change!

  8. Bonsoir Victoria,
    Je suis très heureuse de découvrir cet article, pour ne pas changer, et surtout ton avis sur le recueil de poésie de Rupi Kaur qui a été personnellement un infini coup de coeur. Certains poèmes m’ont tellement touchés que j’ai du mal à ne pas me replonger dedans. Je l’ai adoré mais je comprends aussi ce qui t’a moins plu.
    Je t’embrasse, belle soirée à toi.

  9. Bonjour Victoria 💙

    J’ai acquis Milk & Honey dans le cadre d’une lecture commune (j’ai adhéré mi-novembre à un chouette club de lecture sur Paris où l’on parle beaucoup de féminité) : je l’ai donc lu en vue de cette première réunion (qui a eu lieu fin novembre), et ce fût un immense coup de cœur 💖
    Ayant vécu une rupture il y a peu, ce livre m’a énormément aidée à passer cette étape de deuil, à faire le point, à mettre des mots sur des émotions.
    Je l’ai aussi lu en anglais : je l’ai trouvé facile à lire (alors que je lis peu en anglais normalement – bien que je regarde tous les films et séries en VO parfois sans ST).

    En revanche, j’ignorais la polémique qu’il y avait eu autour de cette photo prise et partagée sur son compte Instagram : j’avais déjà vu des dizaines de fois cette fois, sans savoir la polémique qui se trouvait derrière, et ignorais encore plus qui en était l’auteure.

    Merci d’avoir, ainsi, pu enrichir un peu plus ma vision de cette auteure ⭐

  10. Hello Victoria! J’ai lu Milk and Honey en anglais et je n’ai pas été touchée par la plupart de ses poèmes ni vraiment pu expliquer l’engouement. Tu as trouvé le mot juste, j’ai trouvé la lecture assez agaçante, répétitive et franchement pas inspirante. Je crois que je me situe à contre courant pour le coup, mais ça me rappelle un de tes récents billets!

Répondre Annuler réponse

Naviguer