DIY // Ma poudre organique pour plantes

Il y a quelques jours, je vous montrais en story Instagram mon petit système maison pour enrichir le terreau de mes plantes d’intérieur gratuitement: une poudre créée à partir de déchets organiques de ma cuisine. Les réactions ont été si nombreuses que j’ai préféré tout vous expliquer plus en détails à travers un article de blog: le voici !

Autant vous le dire tout de suite: je ne crois pas qu’il s’agisse d’une technique conventionnelle, puisque je n’ai pas trouvé d’autres exemples sur internet en me renseignant (sauf pour les coquilles d’oeufs seules). Je ne suis d’ailleurs pas du tout professionnelle en la matière: ceci est une expérimentation maison dans un esprit anti-gaspi.

L’idée m’est venue alors que je souhaitais valoriser mes déchets organiques de façon pratique pour mes plantes d’intérieur: au jardin, la décomposition n’est pas un problème, mais dans le salon, c’est tout de suite moins avenant ! Je ne voulais pas d’odeur, et pas d’éléments humides qui attirent les mouches dans mes pots — mes essais avec des peaux de banane ou du marc de café ayant souvent généré des invasions d’insectes et pourritures désagréables.

Ainsi, j’ai pensé qu’en utilisant uniquement des éléments secs ou déshydratés, la conservation des déchets serait bien plus simple et plus discrète, même en intérieur. Quant à la réduction en poudre, outre l’argument esthétique (c’est moins flagrant que de tapisser ses pots d’épluchures entières), elle allait aussi permettre une décomposition très rapide dans la terre grâce à la petite taille des particules — offrant ainsi moins de tentation pour les mouches, et un accès plus prompt aux nutriments pour les plantes. Que demander de plus ?

Notez tout de même que ma poudre, si elle permet d’enrichir le sol, ne peut être considérée comme l’équivalent d’un engrais spécialisé (tout comme le compost): les engrais du commerce sont minutieusement calculés pour apporter un équilibre de nutriments parfaits selon le type de plante concerné (équilibre azote-phosphore-potassium, minéraux, rapport carbone/azote…) alors qu’ici, de toute évidence, la mixture est moins précise.

Je ne la considère donc pas comme une solution miracle qui remplace tout, mais comme une manière utile de mettre à profit ses déchets pour enrichir son terreau de temps en temps, lorsque l’on n’a pas de compost (ou quand celui-ci n’est pas encore prêt).

Maintenant que les présentations sont faites, voici la façon dont je procède !diy-poudre-engrais-maison

♡ Ingrédients 

Coquilles d’oeufs crus ou cuits
Peaux de banane
Marc de café ou de thé
Écorces d’oranges, mandarines…
Pelures d’oignon, ail, échalote…
Autres épluchures de fruits et légumes crus faciles à sécher (pomme, courge) diy-poudre-engrais-plantes-maison2

♡ Préparation

Lavez et séchez les coquilles d’oeuf.

Récupérez les pelures d’oignons et ail, qui sont déjà sèches.

Déshydratez entièrement les autres épluchures et le marc de café ou thé selon la méthode qui vous convient le mieux: faites-les sécher quelques jours sur vos radiateurs, ou au soleil, ou accrochés à l’air libre si vous vivez dans une région ensoleillée et peu humide, ou encore dans votre four si vous avez besoin d’une utilisation rapide — je vous invite alors à vérifier les instructions pour chaque type d’épluchure sur internet.

Dès que vous avez des ingrédients secs, vous pouvez les conserver petit à petit dans un pot en verre, écrasés ou découpés en petits morceaux si besoin pour occuper moins d’espace.

Pour faire la poudre, versez tous vos déchets séchés dans un blender (ou un moulin à café) et mixez.

Transvasez votre poudre dans un pot refermable, à l’abri de l’humidité, et utilisez au besoin.

La conservation ne devrait pas poser trop de problèmes si le mélange est bien sec: surveillez votre pot de temps en temps et ne créez pas de trop larges quantités d’avance. Par exemple, ce grand pot en verre (type conserve de pois chiches ou de compote) rempli me permet d’obtenir l’équivalent de poudre pour toute ma vingtaine de plantes, et j’ai largement le temps d’en remplir un autre avant d’en avoir à nouveau besoin.diy-poudre-engrais-plantes-maison3diy-poudre-engrais-plantes-maison4

♡ Utilisation

Comme tous les produits du genre, je pense qu’une petite dose suffit: mieux vaut ne pas avoir la main lourde, car l’excès d’engrais (du commerce ou maison) peut brûler les racines et, à terme, faire mourir la plante.

Saupoudrez un peu du mélange sur la surface du terreau (cf photo ci-dessous), puis grattez légèrement avec vos doigts ou un petit râteau pour l’incorporer. L’idéal est d’arroser après, pour aider les nutriments à pénétrer en profondeur.

Deux ou trois apports entre avril et septembre devraient convenir, surtout si vous donnez déjà de l’engrais tout fait comme moi (on peut alors diminuer les doses de ce dernier, par exemple 1 fois par mois).

Il s’agit toutefois d’une méthode « maison » et empirique, donc à vous de faire vos petits tests en observant l’évolution du terreau (est-ce que la poudre s’est bien décomposée ?) et la croissance de votre plante ! Il peut aussi être intéressant de vérifier au préalable lesquelles de vos espèces sont plus « gourmandes », et lesquelles apprécient un sol plus pauvre, pour vous adapter au mieux à leurs préférences.diy-poudre-engrais-plantes-maison5

♡ Notes

  • Je vous conseille bien sûr de n’utiliser si possible que des épluchures bio pour ce mélange, sans quoi vous contaminerez vos plantes avec des résidus de pesticides.
  • Certains jardiniers recommandent d’éviter les peaux d’agrumes en compost car elles se décomposeraient mal, ou seraient trop acides. Il ne s’agit toutefois pas d’une vérité avérée, et beaucoup d’autres personnes disent tout le contraire (sauf pour les lombricomposteurs, car les vers ne les aiment pas trop). Quoi qu’il en soit, dans le cas de notre poudre, le problème de décomposition lente est moins problématique. Quant à l’acidité, outre le fait que beaucoup de plantes d’intérieur d’origine tropicale apprécient un sol légèrement acide (calathea, monstera, medinilla, etc…), elles sont ici mélangées à des coquilles d’oeuf qui alcalinisent le tout. Les minuscules doses que l’on ajoute au terreau ne présentent donc vraiment pas de risque à mon sens, surtout que ces pelures apportent des propriétés intéressantes: elles sont riches en azote, et ont la particularité de repousser les insectes. Dans le doute, si ça vous angoisse, n’en mettez que quelques-unes dans votre poudre ! :)
  • Je ne vois pas vraiment de contre-indications dans le choix des épluchures à inclure dans le mélange, si ce n’est que tout doit pouvoir être bien sec. On déconseille souvent de mettre au compost des pelures de pomme de terre et autres tubercules car ils risquent de germer, mais je crois qu’ici, la pulvérisation nous en protège: j’inclus donc mes pelures de gingembre sans crainte. Encore une fois, dans le doute, vous pouvez tout à fait décider de ne pas le faire.

***

Cette astuce anti-gaspi pourrait-elle vous intéresser ?

26 commentaires

  1. Cette idée est tout simplement géniale ! J’avais vu passer ta petite story et c’est vrai que cela m’avait bien intriguée, du coup je suis ravie que tu nous dévoiles ton secret ;)

    Vivant en appartement, c’est difficile d’avoir tout un attirail de jardinerie et en même temps cela fait un moment que j’hésite à mettre en place un lombricomposteur pour avoir des bonnes choses à donner à mes pantes et éviter les déchets. Ta poudre est l’alternative parfaite, et puis si en plus elle nous permet de réutiliser nos déchets, c’est juste parfait !

    Enfin voilà, merci pour cette astuce Victoria !
    Bisous,
    Pêche
    https://pecheneglantine.fr

  2. Je n’ai qu’un mot : BRAVO !! Moi, j’utilise des coquilles d’oeufs et ce n’est pas forcément esthétique !

  3. Victoria, tu es vraiment pleine de ressources et de bonnes idées !
    Merci pour le partage, je pense essayer également ! :)

    Belle journée et bon weekend !

    Marion

  4. Bonjour Victoria,
    Merci pour cette super astuce ! J’ai une question : comment s’appelle cette jolie plante verte et violette sur la dernière photo ? J’en ai aussi une, cependant elle est très fragile et se casse en un rien de temps en pot. Du coup je la laisse dans de l’eau où elle semble très heureuse et grandit bien mais je me dis que ce n’est quand même pas l’idéal… Si j’avais son nom je saurais ainsi trouver des informations qui pourraient m’être fort utiles.
    Je te souhaite une excellente journée :)

  5. Bonjour!
    Juste une petite précision technique; c’est justement (les bactéries qui vivent dans) l’humidité, et les insectes (mouches et autres animaux du sol) qui décomposent la matière. Cela va ensemble. C’est eux qui rendent accessible les nutriments aux plantes.
    C’est une bonne idée mais, peut être faudrait-il faire passer tous ces déchets par la case « extérieur » avec insectes et odeur, comme dans un tas de compost le temps que ça se mélange à la terre et que ça deviennent vraiment utile aux plantes.
    Voilà, bonne journée.

    • Bonjour Léa !

      La décomposition fonctionne avec l’humidité, oui, bien sûr — c’est pour ça qu’une fois la poudre mélangée à la terre, cette décomposition pourra intervenir (mais pas avant, tant qu’on a besoin de la conserver à l’intérieur, surtout si on n’a pas de balcon ou d’espace extérieur). C’est comme quand on mélange du marc de café ou des peaux de banane dans son terreau, ou autres astuces classiques, mais de façon un peu plus pratique :) Le compost est un système différent.

  6. C’est beaucoup plus glamour (et pratique en appartement !) que du compost mais il me semblait que la richesse des matières organiques n’était disponible pour les plantes uniquement grâce aux bactéries et insectes « décomposeurs » ? (j’ai suivi une formation compost et j’ai retenu que ce sont les excréments des vers et autres insectes décomposeurs, qui nourrissent les plantes et que justement de mettre des épluchures trop sèches par exemple au pied des plantes ne leur apportaient rien …)
    Du coup j’avoue être un peu sceptique sur l’efficacité et ça serait chouette qu’un expert passe par là pour nous éclairer :-D

    • Je pense clairement qu’un vrai compost est beaucoup plus riche, c’est même sûr et certain ! Mais ça n’empêche pas ce mélange d’apporter des nutriments à la terre: les petites particules se décomposent petit à petit au contact de l’humidité et du terreau, et libèrent ainsi leurs minéraux etc.

      Pour info, j’ai fait des recherches quand même avant de vous partager cette astuce pour être sûre de ne pas raconter n’importe quoi (ce que je fais toujours pour tous les sujets, promis), et l’astuce d’ajouter de la poudre de coquilles d’oeufs ou des épluchures dans la terre est très connue dans le monde du jardinage ! C’est une typique « astuce de grand-mère ».

      Encore une fois, je ne prétends pas à une solution miracle ou à un équivalent d’un vrai compost bien riche qui a eu le temps de fermenter: il s’agit tout simplement d’une manière utile d’utiliser quelques déchets organiques, plutôt que de les jeter à la poubelle :)

  7. Très bonne idée!
    Je pourrais donc utiliser les déchets de mon extracteur de jus? Si les déchets organiques sont bine séchés, on n’est pas obligé de n’utiliser que les épluchures?

  8. Je trouve ça vraiment extra et rempli de bonnes intentions aussi pour notre planète !
    Je vais tenter de le reproduire,ça me semble simple et plutôt bénéfique, d’autant plus lorsque nous n’avons pas forcément la main verte de base ^^
    Merci !!

  9. Sympa cette astuce :)

    Et surtout le conseil pour ce qui est épluchures d’agrumes de n’utiliser que le bio. Car lorsqu’on voit ce qui est pulvérisé dessus…….

  10. Quelle bonne idée ! j’avais déjà entendu parler de récupérer les fanes de carottes et autres parties habituellement jetées des légumes pour en faire des poudres « épices à salades » mais là mes plantes auraient bien besoin d’un coup de boost donc je vais y penser sérieusement :)

  11. Oh oui, c’est hyper intéressant !

    Ici, on garde déjà le thé et le marc de café, mais on a dû abandonner l’idée de conserver les coquilles d’œufs car cela ne convient pas à la majorité de nos plantes malheureusement.
    Mais du coup, je vais regarder pour les épluchures, parce que c’est une bonne solution pour réduire ses déchets ! Merci. :)

  12. Je connaissais l’astuce des coquilles d’oeufs, mais pas celles des autres épluchures, enfin si mais sous forme de compost! D’ailleurs notre immeuble s’en est équipé d’un il y peu et nous n’avons pas reçu de contre-indication à mettre des épluchures d’agrumes. Dommage que je n’ai pas connu cette astuce avant, ça m’aurait peut-être évite les expériences hasardeuses de compost maison avec des épluchures alimentaires (chose qui ne fonctionne pas car le mélange est trop humide…)

    Juste une petite remarque de vocabulaire au passage : le « nitrogène » se nomme azote en français. On utilise « nitrogen » en anglais (gardant ainsi les racines latines et grecques du terme), mais on ne le traduit plus tel quel vers le français.

    • Oh merci Nina pour cette information ! Tu m’as démasquée, je lis beaucoup de choses en anglais sur le jardinage, donc j’avais adopté le terme sans me poser de questions :)

  13. Bonjour,
    Une idée de génie, en effet, mais avant de m’y mettre, j’aurais moi aussi une toute petite question : y a-t-il une durée exacte quant au séchage ? Merci :)

Répondre

Naviguer