Mieux consommer les films, séries & vidéos

Nous sommes la génération Netflix, streaming et Youtube. Le nombre de séries télé à voir chaque année explose tous les records, et nous avons maintenant, plus que jamais, accès à des centaines voire des milliers de contenus audiovisuels sans bouger de notre canapé. De quoi remplir bien des heures libres et devenir complètement addict !

Après avoir goûté moi aussi à cette folie du petit écran (de télé ou d’ordinateur), j’ai réalisé il y a quelques années à quel point tous ces contenus m’envahissaient, émotionnellement et chronologiquement, sans en valoir toujours la peine.

En mûrissant et en apprenant à mieux me connaître, j’ai donc naturellement tendu vers une hygiène de consommation audiovisuelle beaucoup plus raisonnée, qui m’amène à faire des choix actifs, parfois même assez drastiques, pour préserver mon bien-être.

Ma démarche n’est pas toujours comprise tant elle semble me faire perdre d’opportunités, mais pour moi, elle a largement amélioré le quotidien: j’ai pu retrouver du temps pour d’autres choses, comme la lecture, mais aussi simplement mieux profiter, plus consciemment, de ce que je regarde.

Voilà des mois que je voulais aborder ce sujet avec vous, sans vraiment réussir à formuler mes intuitions de manière suffisamment claire; il m’aura fallu cet épisode passionnant du podcast The Simple Show, pour trouver un écho à mes pensées et réussir à les exprimer. Je vous le conseille à nouveau chaleureusement en complément de cet article !

Aujourd’hui, je viens donc vous expliquer ce qui a engendré ma prise de conscience, et présenter brièvement les principes que j’applique pour faire mes choix – décider, ou non, de regarder quelque chose. Si ce témoignage m’est entièrement personnel et n’a aucune vocation de modèle, j’espère toutefois qu’il résonnera chez certain-e-s d’entre vous, et pourra vous inspirer une réflexion constructive !mieux-consommer-films-series

MA PRISE DE CONSCIENCE

Ma première constatation dans ce domaine date déjà d’il y a quelques années. Tout a en effet commencé lorsque j’ai réalisé, en découvrant des séries dont j’entendais beaucoup de bien (je pense surtout à Weeds, Sons of Anarchy et Breaking Bad), que certaines formes de violences et certains sujets me mettaient particulièrement mal à l’aise à l’écran, au point de m’en sentir très affectée – déprime, boule dans la poitrine, grignotage intensif de mes ongles, angoisses…

En y réfléchissant, j’ai compris que j’avais toujours été hypersensible aux contenus audiovisuels, dans lesquels je m’investis énormément; je me souviens par exemple d’avoir été plongée pendant des jours dans une angoisse profonde vers 12-14 ans après avoir vu Le Grand Bleu, dont la fin m’avait retournée. De manière générale, je suis capable de m’attacher si intensément aux personnages et aux situations, au point de porter leurs joies et leurs peines sur mes propres épaules, que suivre leur histoire peut devenir épuisant pour moi, émotionnellement parlant.

Avec cette prise de conscience, mon premier geste pour plus de bien-être a été de m’éviter ces situations, et donc de refuser de voir tous les films, séries, reportages etc… qui soient trop violents ou qui se centrent sur des sujets qui m’affectent trop (la drogue, la souffrance physique, certaines maladies, le désir de mort…). Cette première décision, vous l’imaginez, m’a déjà permis d’effectuer un gros tri et de réduire un peu ma gamme de choix possibles !

Un peu plus récemment, après avoir atteint un point d’overdose (je passais toute ma vie sur les blogs, Youtube, les réseaux sociaux, ou devant la télé), je me suis rendue compte des quantités effarantes de temps que je perdais vainement devant tous ces écrans. Le pire, à mon sens, était que beaucoup des contenus que je consommais n’avaient pas beaucoup de substance, ou du moins ne me correspondaient pas vraiment. J’y dédiais mon temps uniquement par facilité, par paresse, par peur de l’ennui aussi peut-être, alors qu’ils ne m’apportaient pas grand chose de réellement enrichissant – si ce n’est une sacrée pollution mentale.

J’ai alors fait un travail sur moi-même en pensant à toutes les choses qui étaient importantes à mes yeux et que je n’avais plus le temps de faire (lire, apprendre, me cultiver, faire des activités créatives et manuelles…), pour leur redonner une place plus juste dans ma vie. J’ai ainsi commencé à réduire ma consommation de télé, films et séries en général, je me suis désabonnée de dizaines de chaînes youtube, et c’est aussi à ce moment-là que j’ai fait le choix de ne plus consulter automatiquement les blogs au quotidien.

Enfin, mon arrivée et mon acclimatation à Amsterdam ont fini de consolider ma démarche. Le fameux gezellig (concept néerlandais très proche du hygge danois) et la slow life propre aux pays du Nord de l’Europe m’ont énormément fait réfléchir: j’ai depuis une bonne année davantage envie de profiter de la « vraie » vie, de garder plus de temps pour des expériences authentiques et des moments partagés avec les gens que j’aime – on en reparlera d’ailleurs dans un article spécial.

J’ai donc été amenée à encore mieux choisir ce à quoi je dédie mon temps de loisir. Pour ce faire, j’ai adopté une sorte d’éthique personnelle, des principes sur lesquels je fonde mes choix, et qui ont pour but de me rendre plus épanouie, plus heureuse, moins angoissée, et surtout plus disponible pour l’essentiel.

▼▼▼

MES PRINCIPES DE CONSOMMATION

1. REFUSER ET RENONCER

  • Ne pas regarder par défaut. Même si c’est juste pour passer le temps, même si j’ai envie de me divertir, j’évite de me laisser attraper par des contenus tombés sous mes yeux s’ils ne sont pas vraiment intéressants – par exemple une vidéo shopping qui ne correspond pas à mes goûts, une émission ou un téléfilm que je trouve un peu idiots… Pour occuper mon cerveau et me changer les idées, je préfère prendre le temps de choisir quelque chose qui me plaise davantage, ou, à défaut, éteindre et trouver une autre activité – par exemple écouter un livre audio ou un podcast, lire, faire du jardinage…
  • Éviter la violence qui me touche. Sans vouloir me couper de tous les malheurs du monde, je sais toutefois que certains sujets, certains types d’images ou de scénarios, peuvent m’affecter en excès. Cela n’est pas très sain. Je prends donc soin d’éviter les contenus audiovisuels qui semblent se centrer sur ces thématiques-là.
  • Ne pas suivre la tendance aveuglément. Oui, nos proches et les réseaux sociaux nous recommandent toujours des tas de séries ou films à voir absolument. Oui, des dizaines de très bons films, séries, et des centaines de vidéos passionnantes qui méritent d’être vues sortent chaque année. Pourtant, c’est beaucoup trop: il est impossible de céder à toutes ces sirènes, à moins d’y perdre un temps incommensurable. Lorsqu’une série est adulée de tous et fait le buzz, je me demande donc d’abord si elle me tente vraiment, et si j’ai l’impression qu’elle est vraiment pour moi. Si ce n’est pas le cas, je renonce franchement à la regarder, sans aucune arrière pensée: il sera toujours temps de la découvrir plus tard, si un jour elle me correspond mieux. Et sinon, tant pis, il y a bien d’autres choix !
  • Renoncer aux nouvelles découvertes quand c’est nécessaire. Parfois, je n’ai pas l’énergie émotionnelle de me plonger corps et âme dans une nouvelle histoire, ni suffisamment d’espace mental à dédier à une intrigue qui m’est inconnue – même si elle me fait très envie. Dans ces cas-là, je préfère attendre un moment plus propice pour me lancer – c’est pourquoi j’ai l’habitude de revoir très régulièrement mes films et séries chouchoutes, qui sont plus doux et réconfortants pour moi.

2. MIEUX CHOISIR

  • Privilégier ce qui me fait du bien. Lorsque je recherche de nouvelles idées de films ou séries, j’aspire à ce que leur contenu m’apporte quelque chose de positif et me fasse du bien, ne serait-ce qu’en répondant exactement à mes besoins émotionnels ou intellectuels du moment. J’aime cette idée de faire un choix actif et personnel, fondé sur mon bien-être et mes envies plutôt que sur ce qu’il faut voir. Je connais désormais par coeur mes goûts et je suis habituée à sonder mes humeurs, donc je repère assez facilement ce qui pourrait leur correspondre !
  • Me renseigner avant. C’est peut-être un peu snob, mais rien ne m’insupporte davantage que de perdre du temps devant un film ou une série réellement mauvais, même par pur divertissement. La vie est trop courte pour ça, surtout que les alternatives ne manquent pas ! Je vérifie donc systématiquement les critiques ciné de la presse et des blogs, ainsi que les notes de spectateurs sur Rotten Tomatoes, pour me faire un avis avant de me lancer. La plupart du temps, j’évite les titres qui ont moins de 6,5 ou 7/10.
  • Repérer des personnes à la sensibilité proche. Pour faire mes choix, outre les avis généraux que l’on trouve sur différentes plateformes, j’ai aussi appris à me fier plus ou moins aux personnes que je connais ou que je suis sur les réseaux sociaux. Tout conseil n’est pas bon à prendre: j’essaie de repérer celles qui ont très bien compris ma sensibilité, et celles qui ont des critères proches des miens (au moins dans certains domaines). Je sais alors que je peux grandement leur accorder ma confiance, et leurs avis, leurs recommandations, m’aident à faire un tri judicieux.

3. ENCADRER

  • Limiter le nombre de séries en cours. Je vous le disais plus haut: lorsqu’une série me passionne, j’y suis très fidèle et je m’y investis beaucoup – j’y pense et j’en parle souvent, je fais des recherches sur l’univers, sur les acteurs, je m’intègre dans la communauté, etc… Pour ma sérénité, je préfère donc limiter le nombre d’histoires que je suis en même temps à 2 ou 3 maximum, sachant que l’une d’elle a souvent plus d’empire sur moi que les autres. Par exemple, ces dernières semaines, j’ai suivi la saison 3 d’Outlander (fort investissement émotionnel), les épisodes de Strike (investissement plutôt faible car je suis moins attachée aux personnages), et j’ai recommencé Modern Family (investissement zéro, je connais tout par coeur).
  • Limiter le nombre d’heures consacrées aux contenus audiovisuels. Depuis quelques années, j’ai largement réduit mon temps passé devant des écrans afin d’en avoir davantage pour mes livres. Plus globalement, je refuse de passer toute une soirée devant Netflix: je me limite à 1 heure – 2 heures de séries grand maximum par soir, ou 1 film. Le reste du temps est occupé avec la préparation du dîner, de la lecture, une écoute de podcast / livre audio, un peu d’écriture ou de travail parfois, ou encore des jeux de société. Old school !
  • Me concentrer sur une seule chose à la fois. J’ai remarqué il y a quelques temps que ma fatigue mentale se traduisait aussi par des difficultés de concentration: j’ai toujours une tendance naturelle à attraper mon téléphone après un petit moment de visionnage. Pour contrer cette fâcheuse habitude, qui ne fait qu’encombrer mon esprit, j’ai pris un abonnement ciné afin de voir davantage de films en salle, où j’y dédie inévitablement toute mon attention. Lorsqu’au contraire nous regardons quelque chose à la maison, je mets mon portable loin de moi, l’écran retourné, pour éviter la tentation du multitasking.

▼▼▼

CONCLUSION

Le terme paraîtra peut-être un peu fort, mais cette consommation plus raisonnée a changé ma vie, quelque part: j’ai réduit ma fatigue mentale, je ressens moins de poids émotionnels vains (j’en ai suffisamment dans la réalité !), et bien sûr, j’ai retrouvé davantage de temps pour d’autres activités.

Parce que je sais ce qui me convient et que je choisis mieux, j’ai en outre l’impression de profiter encore plus de tout ce que je regarde: il y a tant d’univers qui me passionnent, je fais de si belles découvertes, et c’est un vrai plaisir !

Cette démarche, enfin, m’incite aussi à plus d’introspection, à des sondages émotionnels réguliers: en cela, elle m’a appris à encore mieux me connaître, ce qui est très satisfaisant.

Pour conclure, précisons que bien sûr, si je vous expose ici mes principes de manière très arrêtée, il ne faut néanmoins pas douter, dans les faits, d’une certaine souplesse.

Quand je suis en bonne forme émotionnelle et mentale, je suis ravie de sortir de ma zone de confort et d’essayer de nouvelles choses. Il m’arrive aussi de lâcher du leste par paresse, par fatigue, parce que je suis humaine et que ce n’est pas très grave, surtout si j’en suis consciente.

À mon sens, il faut surtout voir ces règles comme une hygiène émotionnelle saine vers laquelle tendre, un cadre bénéfique qui soutient mon bien-être sans l’y enfermer.

***

À quoi ressemble votre consommation de films, séries, vidéos etc…?
En êtes-vous satisfait-e-s ?

Sur la photo: Pull léopard Close made in Italie ♡

70 commentaires

  1. Bonjour Victoria !
    Ton article est très intéressant et résonne vraiment en moi. J’ai eu une période de grosse consommation de séries par ennui et par déprime, qui m’a coupée de toutes mes autres activités. Maintenant que je travaille, je n’ai plus beaucoup de temps à consacrer aux séries, je garde mes chouchous (en ce moment grey’s anatomy et outlander) et je réserve le reste pour les vacances. J’ai toutefois remarqué que quand je suis fatiguée (physiquement ou émotionellement) j’ai tendance à me jeter sur l’ordinateur et « consommer » tout un tas de vidéos youtube ou commencer des séries qui ne me correspondent pas vraiment, ne me plaisent pas vraiment, simplement pour déconnecter et passer le temps ou l’angoisse. Effectivement ça marche sur l’instant, car je ne pense plus à rien, mais en général je me sens mal après, donc ce n’est pas si bénéfique pour moi. Je vais garder ton article et le relire régulièrement, ça me donnera la motivation de sortir plutôt un bon livre la prochaine fois que je veux me ruer sur tout un tas de séries que je n’aime pas vraiment :)

  2. Ton article est vraiment très intéressant, d’autant plus que, je le sais, j’aurais un fort travail à faire moi-même sur ce point-là. Je vais donc garder tout ça en tête, ça m’aidera sûrement à amorcer de doux changements dans ma manière d’aborder les écrans.

  3. Bonjour Victoria 🍁

    Ton article résonne en moi (et résonnera en beaucoup, j’en suis certaine).
    J’ignore comment le changement s’est opéré chez moi (une partie consciente, et une autre inconsciente, sans doute), mais graduellement, au fil des années passées, ma consommation de « contenus » a changé, elle aussi ✨
    En y réfléchissant, je pense que ça a commencé avec la TV, arrêté lorsque je suis partie de chez mes parents : je n’en ai pas acheté, car je n’en avais pas les moyens, tout simplement.
    Cela ne m’a pas manqué, et au contraire, j’ai ressenti une certaine « légèreté » (c’est fou comme la plupart des émissions TV nous rendent « inconscients », nous endorment, je m’en aperçois à chaque fois que je vais dans une maison, et qu’il y a une TV en marche).
    Avec ma reconversion, et pendant mes études de Naturopathie (+ mon installation après), j’ai laissé de côté les séries (5 ans totalement sans), car je n’en avais pas le temps.
    J’ai eu un rapport peu sain avec les blogs (il y a 4-5 ans), et avec YouTube (il y a 2 ans environ), que j’ai progressivement changé – consciemment cette fois-ci – voyant que cela « m’endormait » le cerveau (je n’arrive pas à trouver d’autres mots pour mieux exprimer cette sensation, mais je pense que tu comprendras 😊).

    Maintenant, chaque contenu (Podcast, livre, Youtube, blog, série sur Netflix), j’ai conscience que le rapport que je peux avoir peut m’enrichir, me divertir… ou au contraire, accroître mon stress, ma fatigue psychique.
    J’arrive facilement à le voir lorsque je consomme un contenu dans ces moments peu « sains », et m’en rétracte facilement. Je privilégie alors le livre 📖, ou une jolie ballade 🍂

    Merci pour ce bel article, complet, très intéressant, et qui aidera énormément de personnes, j’en suis sûre 💖
    Douce journée à toi 💛🌰

  4. C’est un article très intéressant que tu nous proposes, en tout cas une réflexion solide et toute en mesure (c’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle je suis aussi « fidèle » à ton blog/univers, j’aime sa mesure et sa bienveillance).
    Si je ne suis pas aussi raisonnable que toi, je t’avoue que moi aussi, à ma manière, j’essaie de gérer de manière plus saine cette consommation. Reprendre très sérieusement la lecture m’a fait énormément de bien là-dessus ; je ne m’en étais pas rendue compte, mais ma capacité de concentration face à un livre avait sérieusement diminué, d’où mon découragement… or lire me rend heureuse. Maintenant, je n’oublie jamais d’avoir mes moments lecture dans la journée quand auparavant, j’avais tendance à me poser derrière un écran.
    En revanche, je suis très curieuse de nature et j’ai tendance à beaucoup tester les séries, quitte à m’arrêter. J’ai des goûts très éclectiques, de Breaking Bad à Outlander en passant par Modern Family… Idem pour les films. Du coup, j’ai un très large choix, de très larges sensations, et ça m’amène parfois dans des situations d’addictions :D J’ai tendance à aimer enchaîner les épisodes quand j’aime une série, d’où le fait que si je souhaite me consacrer à autre chose dans ma journée, je ne lance rien si je sais que plusieurs épisodes sont disponibles… Je suis incapable de me discipliner, surtout avec l’enchaînement automatique Netflix.
    Comme toi, je suis très sensible, et ta réflexion à ce sujet m’a fait sourire car encore tout récemment, je me suis retrouvée confrontée au problème. Tout le monde parle de la série Black Mirror, on s’est donc lancé avec mon compagnon… Selon les épisodes, je trouve les situations affreusement anxiogènes, et j’ai été incapable de regarder l’épisode « Bientôt de retour » (thème de la mort de l’être aimé sous un angle que j’ai trouvé affreusement malsain), du coup j’ai stoppé tout net : j’aime quand les séries m’amènent à réfléchir, mais me retrouver avec une boule d’angoisse, je dis non.

    • Je comprends tellement ! TOUT LE MONDE me dit de regarder Black Mirror, et il m’aura fallu deux épisodes pour réaliser définitivement que c’est no way pour moi: purement anxiogène, donc j’évite. Pareil pour les séries qui perturbent comme 13 reasons why, je n’ai absolument pas envie de me confronter à ce genre d’émotions, parce que je sais que je les gère mal. C’est juste une fiction parmi d’autres, ça n’en vaut vraiment pas la peine !

  5. Bonjour Victoria !
    Enfin quelqu´un qui comprend et pose des mots la ou je n y arrive pas! C est la bataille chaque week end pour voir un divertissement a la tele avec mon copain, qui ne comprend pas mon mal etre face a la violence, a l injustice, a la tristesse…
    Je suis aussi hypersensible, et depuis que je l´ai appris, je me preserve. Beaucoup me disent que c est de la paresse, ou de refuser de regarder la verite en face, mais lorsque les nouvelles sont terribles avec une bonne dose de frustration, cela me mine completement, et je passe ma journee, semaine ou mois a ruminer. Est ce que cela vaut la peine, de souffrir pour le monde? Je ne crois pas.
    Bravo pour cette reflexion !

  6. Pour ma part, c’est le fait d’avoir des enfants qui limite mon temps passé devant la télé. autant dire qu’il est difficile de suivre sereinement quelque chose quand il y a de l’agitation autour, haha ! Et c’est tant mieux ! Les personnes et la vraie vie sont tellement plus importantes que les choses.
    Belle journée.

    • Je voulais aussi parler de cette « vérité »: quand on a des enfants, le temps passé devant la télé ou pour d’autres loisirs diminue drastiquement!! J’en fais moi-même l’expérience depuis presque 9 ans maintenant.

      Sinon, il y a beaucoup de séries qui ont bien marché et auxquelles je n’ai jamais pu m’accrocher, comme par ex. Sex and the City, Grey’s anatomy, Dr House, Game of Thrones (j’ai regardé le début du 1er épisode et ça ne m’a pas plus, on m’a dit qu’il fallait aller au-delà mais je n’ai pas eu envie tout simplement je crois :-)), je ne pense pas que ce soit une grande perte en soi, surtout que j’aime beaucoup d’autres séries, dont certaines dont je ne suis pas allée jusqu’au bout par manque de temps (Person of Interest, Scandal, Private Practice… faudrait que je m’y remette d’ailleurs).
      Et puis il faut dire qu’avec un conjoint qui n’aime pas les séries – qui imposent un certain rythme à tenir pour suivre correctement l’intrigue (alors que ça ne posait pas de problème à l’ex, au contraire!), eh bien ça restreint encore plus le choix.

      Pour une série, tout comme un film, il faut, pour qu’il me plaise, qu’il me divertisse, me fasse réfléchir ou me « chamboule ».
      Il me semble l’avoir déjà mentionné dans un commentaire, mais de mon côté j’ai du mal avec la réalité historique (2ème guerre mondiale par ex.), il faut que je m’évade et non pas que je pense à des événements tragiques qui se sont passés ou se passent encore – sans pour autant croire qu’on vit au pays des Bisounours, bien sûr! Mais la vie est déjà tellement dure sans en rajouter encore plus, de son plein gré, dans son esprit d’hypersensible.

      Je me re-tourne aussi de plus en plus vers la lecture, que je ne pratiquais plus vraiment (sauf magazines) et c’est un plaisir, mais là aussi les journées ne sont pas extensibles à souhait.
      Faut dire que le soir je tombe de fatigue dès 21h30, ce qui limite mon temps pour le divertissement…

      Tout ça pour dire que ta réflexion est pleine de bon sens et qu’il faut vraiment tendre vers ce qui nous fait du bien/envie, sans tenir compte de l’avis des autres!

      Bon WE « Outlanderien »! :-)
      (je ne connais d’ailleurs pas du tout cette série – à part ce que tu en écris sur ce site, et elle ne m’attire pas ;-p)

  7. Bonjour Victoria!

    Je découvre ton blog depuis une semaine et j’avoue que je suis tombée sous le charme. Ta sensibilité et ton éthique te différencient de beaucoup de blogueuses, parcourir tes articles fait beaucoup de bien!
    Je laisse un commentaire à cet article car il me touche particulièrement. D’ailleurs, de manière générale, je me reconnais dans beaucoup de choses que tu confies sur toi et ça me rassure. ^^ Je suis assez sensible aussi, notamment à tout ce qui est violence et tout comme toi, j’en suis venue à devoir me protéger de certaines choses au quotidien pour ne pas que ça impacte trop sur ma vie. Dans une société plutôt violente, ce n’est pas toujours facile! Ce qui est génial dans ce cas, c’est d’avoir des proches qui te connaissent bien et comprennent la chose. Mon copain par exemple, zappe automatiquement les infos ou certaines séries quand on tombe dessus.
    C’est vrai que l’on passe beaucoup de temps sur les écrans (on nous y incite franchement!), et c’est difficile d’en prendre conscience. Il y a quelques temps j’ai eu besoin de consacrer plus de temps à des projets personnels, alors j’ai décidé de passer moins de temps devant la télé, et effectivement le bénéfice se ressent, on est moins passifs et plus maître de sa vie! Le plus dur est d’en faire prendre conscience à ses proches qui ne voient pas forcément les choses de la même manière!

    Merci pour tes articles remplis d’ondes positives, tu fais désormais partie de mes favoris! <3

    • Coucou Charlotte ! Je l’ai parcouru rapidement, je vois que c’est une critique de la stratégie marketing de la marque (j’ai aussi lu récemment des critiques sur la gestion des employé-e-s notamment). En gros, la fondatrice de Thinx a l’air d’avoir quelques gros défauts moraux ! Même si ce n’est pas cool (voire pas cool du tout pour certaines choses), cela n’enlève rien pour moi au caractère absolument unique et si pratique du produit qu’ils vendent, donc j’en reste largement adepte. Espérons toutefois que d’autres marques lanceront des alternatives un peu plus éthiques !

  8. Coucou

    moi je suis très loin de tout ça pour tout avouer je suis incapable de rester assise sur un canapé à regarder une série… je regarde de temps en temps un film bien choisi pour profiter d’un moment avec mon cheri… mais je consomme très très peu…. j’essaie au contraire de me faire parfois violence pour aller au cinéma pour voir un bon film en VO.
    Quand je regarde les « favoris du mois » de certaines, dès que ça passe aux séries, je déconnecte parce que je m’en tape, lol… c’est inconscient… je passe parfois pour une grosse inculte car je ne connais rien de chez rien en séries…

    je passe plus de temps à la lecture, à chercher des recettes de cuisine ou à passer du temps dans mon potager lors des longues journées à la fraiche…

  9. Salut, Je suis une réelle addicte aux séries, j’en regarde énormément, je ne suis pas à jour partout mais je me laisse quand même du temps à lecture, à la cuisine. J’arrive à prioriser mais je fais partie des personnes qui sont plus proche du’une série que d’un film car cela permet de créer un réel lien. Je me sens vraiment bien, je considère que la culture et l’enrichissement personnel passe par là. Après faut savoir doser et personne n’a lesmêmes besoins.

  10. Camille / Alacroiseedeslivres Répondre

    Hello !

    Voici un article très intéressant et, malgré son côté ultra raisonnable (:p), qui fait du bien à lire en ces temps où le bingewatching est à la mode !

    Du même coup, il m’a aussi permis de mieux comprendre ta tendance à éviter de lire des livres que tu considères comme étant trop sociaux, déprimants – si tu t’investis autant émotionnellement, pas étonnant que tu évites de telles émotions ! Alors que moi, une fois sortie d’un livre, d’un film ou d’une série, j’y repense, certes, mais je ne suis plus dans l’univers (et si j’y suis encore, c’est plus dans les sensations que dans les émotions).

    D’ailleurs, en parlant de série que « tout le monde conseille, dont tout le monde parle »… Game of Thrones ? Ca n’a pas l’air d’être ton truc ! :p (tu as sans doute déjà ton opinion dessus, mais je tiens à dire que la violence et le sexe ne sont pas les premières choses auxquelles je pense quand j’en parle… mais plutôt la construction des personnages et la complexité de l’intrigue !)

    Sinon, concernant ma propre consommation de films et séries… Quand je suis seule, je regarde « la télé » (mon ordi ^^) pendant les repas. Rarement en dehors, et le soir je préfère lire, de manière générale ! Et par exemple en ce moment, sur Netflix France, RIEN ne me fait envie. Plein de choses me tentent, mais rien ne correspond à mon humeur du moment. Du coup je me replonge dans des épisodes de Friends ou How I met your mother que je connaît par cœur…

  11. Il est inspirant ton article! Je regarde beaucoup de série, par contre, je ne regarde presque aucun contenu youtube (sauf un truc suite à une recherche, mais jamais rien de systématique), et je n’écoute aucun podcast. Donc, finalement, mon temps occupé par les contenus digitaux est moyennement raisonnable, parce que je ne regarder « que » des séries. Mais, comme toi, je suis très sensible, donc j’en évite beaucoup, et d’autre part, j’ai aussi fait un tri sur celles qui ne m’apportait plus rien (genre, j’ai regardé les épisodes de reprises de the big bang theory, je n’ai pas souri une seule fois, je me suis dit que c’était terminé!). Mais, j’avoue qu’il me reste un guilty pleasure : grey’s anatomy ^^ , je ne fais que râler en la regardant tellement les situations sont improbables, et les réactions des personnages souvent détestables, mais je regarde quand même, ahah! (mais c’est aussi un guilty pleasure partagé avec une amie, alors ça doit aider!).
    Bref, je ne m’impose pas de règles, mais le fait est que de s’écouter d’avantage tends à faire baisser la consommation de séries :)

  12. Bonjour Victoria,

    Merci pour cet article hyper inspirant. Je suis également moi-même en train de faire un gros travail sur moi-même pour passer moins de temps devant les écrans.
    Je me suis inscrite à des cours de danse contemporaine après le travail, ainsi qu’à des cours de sport (Zumba). Ça me permets de décompresser et de faire autre chose que de tout de suite me ruer sur mon ordinateur le soir (alors que je passe déjà ma journée devant…). Je me réinvesti également beaucoup dans les livres. J’en ai acheté plusieurs en format papier et j’en dévore aussi sur ma Kindle (parfait pour les transports et éviter d’être sur son portable…).
    Et je vais essayer de me remettre doucement à l’écriture (notamment avec le NaNoWriMo qui approche, merci Pauline !), bien que ce soit une activité qui demande l’utilisation de l’ordinateur, ça sera tout de même différent que de regarder des séries ou de voguer sur les réseaux sociaux.

    Je te souhaite de passer une douce journée. A bientôt !

  13. Coucou Victoria !
    Cet article m’a énormément touché ! Notamment car je ressens le même attachement que toi aux séries, films ou livres que je suis.
    Ton article permet de remettre en question la façon de consommer les séries car je les dévore de la même façon que je le fais pour les livres. Mais ça m’arrive souvent de perdre de l’intérêt pour ces séries lorsque je les regarde trop vite et je sais que c’est à cause de cette façon de consommer. Mais j’ai beaucoup de mal à me réguler quand une série m’intéresse. Heureusement ces derniers jours je suis des séries qui sont en diffusion aux État-Unis donc je regarde un épisode par semaine mais du coup je regarde plusieurs en même temps …

    Donc merci pour cet article qui me permet de réfléchir à ce que je veux vraiment ❤

    Bisous.

  14. Tout ce que tu ecris me parait tellement logique enfait… J’agis moi même de cette façon depuis des années… ! Je ne vois aucun interet à regarder Game Of Thrones par exemple, ce n’est pas parce que la plus part regardent / aiment ou bien que c’est une série à la mode que je vais me forcer à regarder. Je me suis renseignée à son sujet et j’ai jugé qu’elle serait beaucoup trop violente pour moi emotionnellement. Bref très bon article, bises.

  15. Je partage tout à fait tes réflexions et adhère complètement à ta démarche. Je n’ai malheureusement pas encore bien compris comment « sonder mes humeurs » comme tu dis et j’ai souvent du mal à choisir un livre ou une série qui correspondrait exactement à mon humeur du moment. Peut-être que je suis trop perfectionniste et que je cherche trop la perle rare? Ce serait d’ailleurs un sujet sur lequel j’aimerais te lire. :)
    J’ai aussi le souci d’être encore plus sensible que toi et la production cinématographique et littéraire actuelle me dérange de plus en plus. Impossible pour moi de regarder Game of Thrones par exemple, et même les policiers que tu affectionnes me mettent mal à l’aise. J’ai du mal à comprendre cette surenchère du gore et du vulgaire, même dans des histoires anodines. Les séries humoristiques tournent autour du sexe et des blagues de mauvais goût, les séries historiques racolent avec des drames supposément choquants, les séries d’action saupoudrent de violence glauque toute scène un peu mouvementée… Bref, je n’arrive plus que rarement à m’y retrouver et je crains toujours de tomber sans l’avoir cherché sur une nouvelle scène de sexe/viol ou un autre massacre dont aucun détail ne nous est épargné. Nous vivons déjà dans un monde dur et j’estime que les thèmes difficiles ou l’intimité amoureuse feraient mieux d’être simplement suggérés plutôt que montrés à l’écran avec précision. Ils n’en auraient d’ailleurs que plus d’impact.
    Bref, je m’éloigne de ta thématique. :) Comme toi, j’ai remarqué que mon attention s’était fortement réduite en 10 ans. J’essaie de lire plus qu’avant, car cela me force à me concentrer. Ce qui m’aide également, c’est de faire des listes (pas trop longues) de choses à lire et à regarder, et de m’y tenir. Ensuite, je fais des « listes de listes » dépendant de mon humeur afin de choisir ce qui me plairait le plus à un instant T. J’essaie aussi d’équilibrer toujours mes lectures et visionnages: une histoire plus légère en parallèle avec une histoire plus dure (que ce soit d’un point de vue émotionnel ou parce qu’elle est plus exigeante). De cette manière, je peux jongler entre deux états d’esprit assez facilement.

  16. Bonjour Victoria,

    Je viens de découvrir votre blog (et réseaux sociaux) et je tenais à vous exprimer mon admiration pour la fréquence de vos articles, mais aussi et surtout pour leur qualité, tant dans les thèmes que dans la plume.
    Vous lire ici ou sur Twitter me fait l’effet d’une bonne tasse de thé ou d’un carré de chocolat, qui sont haut placés sur ma pyramide du bien être. Je vais de ce pas prendre le temps de lire cet article et parcourir vos archives.

    Bonne journée à vous, au plaisir de vous lire :)

  17. Bonjour Victoria

    Comme je te comprends. Je ne regarde plus beaucoup les séries, et surtout pas celles qu’ il faut regarder (quoi!!! Tu ne regarde pas games or Thrones? Ben non). J en regardait beaucoup et puis on a eu notre fils et depuis quelques mois notre fille… avec 2 enfants en bas âge, notre temps est chronométré… alors le soir, plutôt que de ce mettre devant la télé, une fois les enfants couchés on profite pour discuter, lire, se raconter notre journée… On regarde ponctuellement la télé (par exemple on aime bien les docus de voyage, un film de temps à autre ou une série, quadras en ce moment, ça detend 😁) mais la télé n est plus le centre de notre foyer et c est très bien comme ca. Sinon, rien à voir, mais j ai commencé le meurtre de roger acroyd d Agatha Christie sur audible, faisant beaucoup de voiture pour le travail, et j’adore… l’histoire, l’ambiance, la voix du narrateur… parfait pour l’automne et Halloween qui approche. C est suite à ton article sur les 3 mois offert pour les membres prime, donc merci du bon plan!
    Bon wé à toi!

  18. Article très intéressant et qui rejoint en tout points mon raisonnement du moment : minimiser les choses matériels et aussi ( on l’oublie souvent ) les choses non matériels que tu as expliqué .
    Ça a aussi changé ma vie lorsque j’ai enfin réduit mes abonnements de mes chaines YouTube , de ceux que je suis sur instagram , je me suis désabonnées aussi à toutes les newsletters sans interets ( et là tu vois que tu reçois que 1 mail par jour INTERESSANT ! ) , je suivais 10series en même temps maintenant 1 ou 2 . J’ai désencombré ma vie comme çà et je préfère aller moi maintenant vers ce que je désire le + et y accorder mon précieux temps libre ! Par contre je suis toujours quasi quotidiennement Mango and Salt et cela depuis plusieurs années :)

  19. Coucou Victoria!
    Pour ma part la série Outlander (que j’ai fini par regarder notamment parce que je t’ai souvent vu en parler!) m’a beaucoup fait réfléchir, car je m’y suis jetée à corps perdu, si bien que j’ai passé la dernière semaine dans une déprime pas croyable en me regardant la saison 2. Rarement série ne m’aura autant emportée au niveau des sentiments.
    Je ressens un certain vide quand je regarde ma consommation de médias, je crois que j’ai atteint ce point de non retour où je dois me botter le derrière et réguler un peu au risque de me perdre au milieu de toutes ces vies inventées.
    Je pense que notre génération est vraiment happée par tout ça, mais il nous reste un brin de conscience de passer à coté de nos vies en nous engouffrant dedans. C’est déjà ça ;-)

  20. Cela raisonne beaucoup en moi.
    Je n’ai jamais regardé beaucoup de films – j’ai beaucoup de mal à rester concentrée sur un écran plus d’une heure, une heure trente, il faut toujours que je me lève pour bouger un peu et aller faire autre chose, du coup c’est pas facile de suivre un film en entier comme ça, mais je regarde des séries.

    Comme j’ai un peu le même profil « émotionnel » que toi, je privilégie aussi les séries qui ne vont pas m’affecter outre mesure. J’ai aussi tendance à beaucoup trop m’investir dans les séries et à vivre le tout à fond (quand je regardais FlashForward, j’étais totalement persuadée que je pouvais tout à fait moi aussi devenir agent du FBI) (non), donc je limite autant en quantité qu’en sujets.
    On se « moque » beaucoup de moi à cause de ça, mais je préfère parfois re-regarder une série que j’aime & connais (Modern Family, Friends, How I Met Your Mother) plutôt que regarder quelque chose de moyen mais de nouveau, tout dépendamment de ce que je recherche au moment M.
    Mais je me suis tout de même fixé la règle du « pas de Netflix la semaine » pour privilégier les livres/livres audio. Il y a des ratés, mais dans l’ensemble, ça fonctionne plutôt bien !

  21. Bonjour!
    Mais comment ne pas se retrouver dans cet article! Parfois, j’ouvre Netflix et je me demande quoi regarder… et je finis par fermer au bout de 30min car au final rien ne me tente vraiment sur l’instant…donc j’ouvre un livre :)
    Je ne me sens plus obligée de regarder les séries à la mode car je les trouve plus anxiogène que bénéfiques pour moi: Black Miror (hors de question) etc Game of thrones j’avais adoré la saison 1 , j’ai tenté et retenté la 2…et je n’y arrive plus! On verra plus tard!
    En ce moment je suis sur des séries FeelGood: The Good Witch, Gilmore Girls, grey’s anatomy saison 14. J’alterne avec des films qui me tentent mais je suis comme toi je n’y passe pas plus de 1h- 1h30 le soir car après je lis tjs un peu.
    Pour les réseaux sociaux je me désabonne peu à peu car franchement quand on voit certains contenus on se demande si on nous prend pour des débiles?! ( et les placements de pub!! oh mon dieu il y en a de plus en plus)
    Savourer la vie en prenant ce qui nous apporte le plus de positif et pas faire comme tout le monde c’est bien là le secret du bonheur!

  22. Une fois de plus un article qui résonne.
    Décidement j’aime ton blog ! (c’est un des seul que je lis encore d’ailleurs).
    Comme toi, je limite ma consommation de série. Il y a celles que je regarde avec mon amoureux (on ne regarde quasi plus de films), et celles que je regarde seule. Celles que je regarde seule, c’est une à la fois (alors qu’avant j’étais sur 3/4/5 en même temps).
    J’ai dévoré les Poldark (même style que Outlander) et du coup, sous tes conseils j’ai suivi Outlander (que j’adore).
    J’ai complètement zappé tous les trucs trop violents : Walking Dead etc.
    En fait, comme toi, je suis vite impliquée émotionnellement (je pleure, je ris, je pense,…).

    Très bon article, merci :)

  23. Ton article est très intéressant et je vais essayer d’appliquer tes conseils pour cette rentrée d’octobre où beaucoup de nouvelles séries arrivent et que d’autres recommencent. J’ai toujours été une série addict, au lycée c’était assez hallucinant car je n’avais pas besoin de trop travailler, à la fac j’ai dû réduire par manque de temps (et d’ennui aussi! Comme un robot je regardais parfois des saisons de séries qui ne me faisaient plus envie à cause d’une certaine Fear Of Missing Out puis je me suis dit stop, on arrête tu t’ennuies, passe à autre chose! J’essaye de faire la même chose avec les livres à présent de moins me forcer.)
    J’ai évidemment mes chouchous, mais j’avoue avoir du mal à ne rien regarder en mangeant quand je suis seule (en ce moment j’essaye plutôt de voir des films que je regarde en deux trois soirs histoire de prendre du temps pour d’autres choses)
    En tout cas merci pour l’article!
    https://maevasmapamundi.wordpress.com/

  24. Coucou Victoria,

    Ton article me parle beaucoup.
    Je me souviens de cette série « the knight » que je ne pouvais m’empêcher de regarder. C’était une série géniale mais d’un autre côté elle me m’était mal à l’aise. Et j’ai compris seulement à la fin (2 ou 3 saisons en tout) que les séries qui se passent dans le milieu hospitalier, les medecins, les maladies etc.. ne me font pas spécialement du bien surtout que je suis une grosse anxieuse à la base.
    Donc aurevoir les grey’s anatomy&co, ce qui restreint déjà ma liste de séries ou livres sur ces sujets.

  25. Merci pour cet article qui donne bien à réfléchir !

    Je n’avais pas du tout conscience que les écrans pouvaient autant bouffer notre mental, et qu’on pouvait s’épuiser émotionnellement. Cela donne à réfléchir, merci pour cet éclairage !

  26. Bonsoir, un super article encore une fois !
    Je n’ai jamais été très sensible du contenu audio visuel à proprement parlé sauf pour tout ce qui touche les « animaux » car C’est souvent triste, alors si C’est un « personnage » central je sais que je ne vais pas regarder ( je ne prend pas de risque inutile haha)
    Sinon je remarque que je m’impliquer vraiment dans certaines séries, mais j’aime bien cette sensation, comme je te l’ai dis aussi sur Twitter je trépigne d’impatience que la saison 3 d’outlander soit terminée entièrement pour que je puisse la regarder (oui pas possible pour moi de se voir attendre chaque semaine un nouvel épisode – comme ça je choisi mon rythme)
    Je trouve ça bien que tu ai réussi à te détacher comme ça!
    Bonne soirée à toi
    Mélanie

  27. Merci pour cet article trés réconfortant qui invite à ralentir et se reconnecter à l’essentiel!
    Cette année, j’ai pris la décision aussi de passer moins de temps sur les écran et du coup aussi choisir les contenus.
    J’ai fait le tri et presque vide dans les mails, me centrer que sur 3 réseaux sociaux sur lesquels je filtres aussi : Facebook, pinterest ( qui me sert plus comme un moteur de recherche à image ou source d’inspiration), et YouTube où j’ai aussi limité les chaines. Pour les blogs je me concentre sur ceux qui m’inspirent le plus.
    Le soir, plus de TV en arrivant: musique, un thé, et soit lecture, soit création ( crochet, broderie), que je retrouve avec plaisir.
    Ralentir, et vivre le moment, apprécier les petits bonheurs, Ilya rien de mieux pour se ressourcer.

  28. Je me reconnais beaucoup dans ton article. Depuis petite, le cinéma a une place très importante chez moi mais je n’ai jamais pu voir un film si mon état émotionnel n’était pas là. ça se sent notamment beaucoup pour les drames bien sûr où si je ne vais pas bien ou suis trop triste, je ne regarde pas. Ce qui fait que pour une cinéphile, j’ai de grosses lacunes, car je n’ai toujours pas vu certains gros classiques pour cette raison. Au début, cela me gênait maintenant je m’en fous, je fais ce qui me plait ! ^^

    Bon du coup, tu m’as quand même donné envie de te donner quelques conseils ciné. Déjà pour les avis, je te conseille aussi Imdb perso je le préfère à Rotten Tomatoes. Les avis correspondent plus à mes goûts et je ne prends dessus pas non plus de films ou séries en dessous de 7.

    Niveau série, je te conseille vraiment la série Victoria (8 épisodes d’une heure à chaque saison), comme son nom l’indique elle relate la vie de la reine Victoria, les décors et les costumes sont incroyables, les acteurs aussi. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de cœur.

    Quand aux films, voici une petite liste de films pas triste, qui ne te feront pas perdre ton temps et que j’adore : Le nom des gens, Sugar Man, Demain (bon celui là je suis sûr que tu l’as déjà vu), Visages, Villages, Victoria les jeunes années d’une reine (je pense aussi que tu l’as vu),

  29. Article très intéressant qui résonne beaucoup en moi.
    Je vais d’ailleurs le partager cela aidera peut être certains de mes proches à comprendre pourquoi depuis 6 ans maintenant je vis sans TV .

  30. Voilà un article qui crée beaucoup de témoignages !
    Je l’ai lu dans le train cet après-midi, dans un moment de « coup de barre », et je m’en suis souvenue ce soir, au moment où, les enfants couchés, je m’apprêtais à mettre automatiquement ma série « de minettes » des soirées solo. Alors je me suis arrêtée, et je me suis demandé ce dont j’avais vraiment envie ce soir. Et c’était : lire les articles enregistrés sur Pocket pendant mon voyage en train au son d’un podcast (entretien sur France Culture), et aller me coucher directement à la fin. C’est donc ce que je vais faire’

    J’ai eu du mal à me gendarmer sur le surf bête , mais 3 enfants + travail + fatigue + tracter sur mon bujo = bon combo depuis presque un an ☺️.

    Sinon le soir c’est série avec mon conjoint, c’est vrai, et elles ne me plaisent pas toujours. Par ex on vient de commencer The Handmaid’s tale et elle nous met très mal à l’aise (alors que j’ai lu le livre avec intérêt cet été). Grâce à ton article, je crois que je vais pouvoir dire à mon amoureux que je n’ai pas envie de continuer.
    Généralement, nous n’allons pas au-delà de 2 épisodes par soir, 3 le week-end quand nous sommes vraiment accrochés. Mon conjoint s’est fait une petite spécialité de publier des critiques de livres, séries, films et bd dans sa discipline donc ce que nous voyons est en alternance « pour le travail » (qu’il dit 😀) et pour notre amusement

  31. Un chouette article qui demande réflexion. Je ne suis pas du tout une grande consommatrice de séries (pas du tout même), je passe d’ailleurs souvent pour une extraterrestre auprès de mes ami(e)s, mais ce n’est pas quelque chose qui m’intéresse. Par contre je passe bien trop de temps sur Youtube ou les réseaux sociaux. Depuis la rentrée dernière, j’ai décidé d’agir. De la lecture chaque jour et donc des écrans éteins plus tôt dans la soirée. J’ai aussi adopté les Podcasts, qui me permettent de faire autre chose en même temps et donc d’être plus productive. Et tout comme toi, j’essaie de me concentrer sur des sujets qui m’inspirent et qui me parlent.
    Belle soirée et bon week-end.
    A bientôt,

  32. Très intéressante réflexion sur un sujet qui me travaille aussi pas mal. Il y a tellement de choses à voir, à écouter que si on ne fait pas de choix on peut vite se retrouver noyé par tout ça et finalement ne plus faire grand chose d’autre. C’est un petit peu comme tout le reste en fait, moins consommer pour mieux consommer.

  33. Hello Victoria !
    Je me retrouve dans ton post (c’est d’ailleurs un sujet que j’aurai pu moi même aborder).

    J’ai toujours été plus ou moins sélective. Je n’ai, pas exemple, jamais regardé Star Wars ou plus dernièrement The Walking Dead. Ce sont des films/séries, qui ne m’attirent pas, ne semblent pas me correspondre, et j’ai pris le risque de passer pour une inculte en refusant de les visionner.

    Or, je me suis rendue compte que je passais dernièrement beaucoup trop de temps à m’encombrer l’esprit inutilement devant les écrans, le chômage n’arrangeant pas ma tendance à la procrastination et la flemme…
    J’ai beaucoup délaissé le sport, le tricot et le yoga, choses qui m’appaise, au profit de la télé, des réseaux sociaux… (peut être aussi mon temps passé à rédiger des articles également)… et je suis devenue beaucoup agressive, susceptible, sensible.. autant d’émotions que j’arrivais à contrôler auparavant et que la fatigue mentale fait ressortir..

    Bizarrement, j’ai réussi à être sélective pour les grosses productions, mais je n’arrive pas encore à faire ce tri sur les réseaux sociaux (depuis que j’ai le blog j’ai doublé voir même triplé le nombre de réseaux sociaux que j’utilise, le temps que j’y passe..), la télévision,…

    Je vais essayer, pour mon bien, d’appliquer davantage cela à mon quotidien, en espérant pouvoir retrouver un équilibre émotionnel.
    Alors Merci pour ton article et de m’avoir encore davantage ouvert les yeux sur cette situation !
    Bises, Marie.

  34. Bonjour Victoria,
    Jusqu’à l’année dernière j’étais accro aux séries. Lorsque je cuisinais, faisais le ménage ou du sport j’étais devant l’écran. Il fallait que je regarde quelque chose, que mes yeux et mes oreilles soient stimulés.
    J’ai commencé à changer lorsque j’ai repris une activité sportive. Je passais plus de temps dehors et j’ai réalisé que les écrans ne me manquaient pas.
    Ça m’a boosté pour chercher un autre de mode de fonctionnement : reprendre la lecture (en m’inscrivant notamment à ton club lecture), privilégier les podcasts de France Inter et France Culture, etc.
    Mais je suis encore loin du compte car si j’ai diversifié les contenus et gagné en qualité, je n’en dédie pas moins de temps.

    Ton article me donne de bonnes pistes et me motive à écrémer mes choix alors merci !
    Bon week-end

  35. Bonjour,
    Merci pour cet article, dans lequel je peux me reconnaître… Je cherche à avoir une bonne hygiène de vie, donc le rapport aux écrans en fait partie… J’essaie de réfléchir avant de regarder un film pour savoir si c’est ce que la personne que je suis à cet instant a envie de voir telle chose. Mais parfois, je n’y arrive pas si bien que ça, mais c’est en cheminement…
    Bonne journée.

  36. Coucou !
    Je me reconnais en partie dans cet article, je suivais plusieurs séries en même temps, je regardais les dernières vidéos postés sur Youtube… J’étais à l’affût des nouveautés.

    Ma consommation a changé suite à un problème de réseau internet : impossible de visionner des vidéos! Je me suis remise à la lecture, regarder un film en DVD, revoir mes séries préférés, faire des activités manuelles. Je suis une à deux séries ( Outlander et The Flash en ce moment) , je me contente d’un épisode le soir ou 2 épisodes le week-end, comme toi je m’investis dans l’univers de la série.
    Par exemple , j’ai manqué les 3 derniers épisodes d’Outlander, avant ça m’aurait énervé de ne pas être à jour ( avec les réseaux il faut éviter les spoilers!), maintenant je prends le temps de regarder l’épisode au fur et à mesure, tant pis si je suis en décalage.

    Ayant un blog culture, je rate un tas de nouveautés mais je ne veux pas m’obliger à regarder un programme qui ne m’intéresse pas, je sélectionne les séries que j’ai envie de voir. Je les note pour les regarder plus tard, tant pis si je ne suis pas  » le buzz ». J’ai pris plaisir à découvrir des séries diffusés il y a un moment, je vais à mon rythme.

    Pour les films, je vais au cinéma quand j’ai très envie de voir un film sur grand écran, sinon j’essaye de m’organiser un visionnage par semaine. Mon cursus universitaire m’a habitué à visionner beaucoup de films, séries tv, j’aime découvrir de nouvelles choses. Je fais le tri, idem pour Youtube, je regarde uniquement les vidéos qui m’intéressent, souvent le week-end.

  37. Bonjour Victoria.

    Je pense que ton article fait échos tout simplement à notre génération. Nous sommes inévitablement submergés par tous ces écrans et il devient notre allié facile face à l’ennui ne permettant pasde nous retrouver ou de développer notre créativité.
    À la lecture terminée de ton article je me revoyais petite faire pleins d’activités créatives le dessin, les perles, mosaïque, puzzle et compagnie, puis adolescente à dévorer des romans.
    Puis aujourd’hui je peine à trouver du temps pour lire et lorsque je m’ennuie je me tourne plus facilement vers une série ou la tablette. Parfois je regrette ma créativité d’enfance perdue.
    Mais lorsqu’il y a un an je suis partie à Paris, j’ai par mon mode de vie délaissé la télé et je me uis rendue compte que cela ne manquait pas et j’ai de fait eu plus de temps à consacrer à la lecture qui m’avait tant manqué. Mais une fois revenue au bercail, il est difficile d’échapper à cet écran qui prend tant de place dans l’environnement familiale. Mais j’essaye de continuer à prendre du temps à lire en m’obligeant parfois à prendre un livre au lieu de la tablette ou l’ordinateur. Puis ton article m’a fait prendre conscience qu’il est facile de laisser du temps à la créativité, maintenant il faut juste réfléchir à quelle type d’activité je prendrai plaisir à m’y consacrer.

  38. Article passionnant! Je comprends très bien ta démarche.
    Plutôt que de limiter ma consommation de contenu audiovisuel, je me suis fixée des objectifs de lecture et du coup, comme c’est devenu ma priorité, je consomme forcément moins de films et séries pour atteindre mes objectifs :)

  39. Article vraiment intéressant dans lequel je me suis reconnue. Il fut un temps ou j’étais abonnée à beaucoup de chaines youtubes populaires (et justement c’était les chaines à regarder) mais le contenu ne me plaisait pas toujours mais je regardais quand même.. Et puis il y a un an peut-être, je me suis rendue compte que je suivais trop de monde et que j’étais perdue, je n’arrivais plus à suivre toutes les vidéos chaque soir. J’ai pris un peu de recul et j’ai commencé à me désabonner de certaines chaines et j’ai commencé à me sentir mieux. Je voyais trop souvent le même contenu et pas de personnalités différentes à mes yeux. Tout le monde faisait la même chose. Je ne suivais pas de blogs en particuliers puis j’ai commencé à regarder les articles du jour sur la plateforme inspilia et je me reconnais en toi quand tu dis que tu consommais régulièrement des articles de blog parce que c’est ce que je fais tous les jours. Pour l’instant, j’arrive à m’en passer quelquefois mais c’est plus dur à s’en détacher parce que je trouve plus d’utilités dans certains blogs. Pour ce qui est des séries et films, je regarde trois épisodes de séries par jour si j’ai le temps. Pas plus. Et je lis tous les soirs depuis que je suis petite. Je sors m’aérer l’esprit également ça me fait le plus grand bien. En général, je vais au bord d’un lac, et je suis reboostée! Merci encore pour cet article !

  40. Merci beaucoup pour ce partage, c’est très inspirant.
    J’en profite pour te dire que j’aime beaucoup ton style d’écriture, tes photos, et ton « univers » en général (je mets des guillemets car je n’aime pas trop ce mot, mais n’en ai pas trouvé d’autre ;) ).
    Alors, merci, et bravo !

  41. Je suis aussi dans une phase où j’ai eu pas mal de temps disponible… certains jours, j’enchainais des séries et des épisodes à la chaine sur mon canapé, en grignotant à côté; Et en consultant mon téléphone frénétiquement… sans pouvoir m’arrêter de « scroller ». Il m’est arrivé à la fin de ressentir de vrais sensations de « deprime » physique : tristesse, humeur groggy, sensation de non avancement, etc… Je crois que limiter l’exposition aux écrans et le temps qu’on y consacre est en effet essentiel. Il faut s’obliger à varier les activités en effet et comme tu le dis, limiter aussi les infos enmagazinées pour rester zen. Parce qu’aujourd’hui, on pourrait passer ses journées à consommer du contenu qu’on n’aurait pas tt vu…L’offre est devenue exponentielle.. Bref, article intéressant, merci :) !

  42. Sans avoir entrepris une démarche aussi profonde que la tienne, j’ai nettement réduit ma consommation de séries. Si une série commence à m’ennuyer ou que j’oublie même de regarder les épisodes à leur sortie je l’abandonne. Ça ne sert à rien de regarder jusqu’au bout alors que cela ne nous intéresse plus. En ce moment je regarde beaucoup de Drama anglais. Ce sont les séries qui me plaisent le plus et qui me réconfortent. Je sais que je passerai du bon temps devant et comme toi, j’essaye de couper du téléphone portable pour vraiment m’immerger dans l’histoire.
    Actuellement, je regarde War and Peace de la BBC et j’attends la sortie de la saison 4 de Peaky Blinders. J’hésite également à me remettre à Outlander saison 2. J’avais commencé à regarder les premiers épisodes lors de sa sortie mais je n’avais pas accroché plus que cela. Je me dis que je devrais peut-être lui redonner une chance. Surtout après avoir vu tes photos de ce week-end avec les acteurs de la serie !
    Bises

  43. Hey, Victoria,

    Je suis tout à fait d’accord avec toi et cet article me parle beaucoup dans la mesure où je me sens justement, ces derniers temps, « envahie », et je pèse mes mots, par des dizaines et des dizaines de sollicitations… Et que je ne m’y retrouve tout simplement plus… Que ce soient les miennes (avec les comptes à suivre sur les réseaux sociaux par exemple) ou celles de mes proches (articles à lire et étudier, films à voir, livres à découvrir, musique à écouter, séries à regarder)… C’est très fatiguant, au final… Car je suis trop curieuse…

    J’aime vraiment énormément me cultiver mais j’ai parfois l’impression d’être prise dans un tourbillon d’envies et d’informations et de ne plus savoir par où commencer… C’est le chaos ! Et, souvent, je veux faire plaisir à ceux que j’aime et écoute leurs recommandations avant même de me faire confiance et d’écouter et de suivre mon instinct ! Ça et Internet ! Je dois vraiment apprendre à m’en détacher un peu et à davantage me fier à ce que je ressens moi-même.

    C’est en tous les cas un peu rassurant de voir que je ne suis pas seule à avoir ce genre de réflexions et à en souffrir un peu par moment !

    Bises, à bientôt.

  44. Quel article passionnant Victoria. Je fais attention mais pour des raisons différentes notamment d’un point de vue plus minimaliste. Je fais attention à ce que ma PAL ne contienne que des titres qui me font envie et vont me passionner et pour les séries c’est pareil je ne supporte pas l’accumulation alors les listes à rallonge ce n’est pas pour moi donc je trie :p Puis je t’avoue que les longues listes ont tendance à m’angoisser. De toute manière le plus important je pense est de savoir ce qui nous correspond :)

    Prends grandement soin de toi <3

  45. Très bel article et si bien écrit. Je partage ta manière de voir les choses sur la consommation abusive de séries/ films. Ancienne grosse consommatrice de séries TV, il est vrai que je me suis lassée de visionner autant de séries. Je préfère aujourd’hui revoir  » mes grands classiques » plutôt que de commencer une énième nouvelle série, qui, au fond ne m’emballe pas plus que ça.
    Bonne soirée,

  46. Ohlala ce pull !!! Totalement hors budget pour moi mais les couleurs sont sublimes…

    Merci au passage pour cette rélfexion qui me touche beaucoup… Actuellement « maman au foyer forcée » suite à un licenciement, j’essaie de ne pas sombrer dans le binge-watching si peu constructif. Ton texte me parle donc beaucoup ! :)

  47. Hello Victoria,
    Merci pour cet article !
    J’adore Grey’s Anatomy, mais j’ai cessé de regarder. Non seulement je passais mes épisodes à pleurer une ou deux bonnes fois… mais surtout, un malaise restait après. Pendant des heures.
    Alors je choisis mieux mes séries. Il faut que ce soit moins émotionnel.

    A contrario, je peux regarder American Horror Story sans problème parce que je ne m’identifie à aucune des situations ou aucun des personnages.

    C’est sans doute parce que la bienveillance commence par soi-même et que mieux on se connait, mieux on est capables d’appréhender les choses.

    Sophie

  48. Bonjour Victoria!
    Merci pour cet article très écrit. Je trouve que tu as fait une belle approche du thème.
    Pour ma part, je me reconnais dans quelques unes de tes habitudes. J’essaye de ne pas trop regarder des reportages sur des thématiques qui vont trop me toucher et j’ai limité ma consommation de vidéos youtube. Par exemple, il y a plusieurs années, je passais facilement 2h par jour devant des youtubeurs qui parlaient de différents sujets. Aujourd’hui, c’est même pas que j’y consacre 2h par mois. J’ai fait un tri dans mes abonnements et maintenant dans les rares cas où je me connecte, je regarde vraiment que les vidéos dont les sujets m’intéressent vraiment sur le moment et je ne me force plus à regarder toutes les vidéos des personnes que j’aime suivre.
    Je fais pareil pour les blogs. Je n’y vais plus tous les jours (le weekend je les regarde quasi jamais) et je sélectionne seulement mes chouchou. Tu fais partie de mes chouchou, je dirais même que tu es la numéro un dont je n’ai pas loupé un article depuis maintenant plusieurs années, mais je ne vais pas forcément tous les jours sur ton blog.
    Désolée pour ce long blabla. Je m’arrête là, surtout que je vais lire tes deux autres articles que je n’ai pas encore vu… Bonne journée.

Répondre

Naviguer