Midi Blue

De ma vie à Paris et en banlieue, j’ai gardé la crainte de porter des robes ou jupes courtes en ville. Je me souviens, déjà adolescente, du changement radical dans mon style entre mes séjours aux Etats-Unis, par exemple, et ma vie en France: de l’autre côté de l’Atlantique, je passais mon temps en mini-short, voire en crop top, sans jamais ressentir la moindre gêne; de retour à la maison, même mes shorts en jean les plus classiques étaient remisés au placard – je n’osais pas sortir seule avec, suite à des regards et remarques qui m’avaient mise mal à l’aise.

À Amsterdam, le harcèlement de rue est minime, voire inexistant dans certains quartiers. Cela fait un bien fou, et participe réellement à la qualité de vie des femmes. Pourtant, mes vieilles habitudes ont la dent dure: j’ose les tenues courtes accompagnée, sans problème, mais seule, j’ai besoin de me sentir un peu plus à l’aise. Les jupes et les robes qui me donnent la plus grande liberté sont donc celles qui sont proches du genou, ou les longueurs midi ! So retro !

J’ai veillé ces derniers temps à en ajouter quelques-unes à ma garde-robe, pour me donner plus de flexibilité – celles de ma collection Close x Mango & Salt, bien sûr, mais aussi cette petite nouvelle d’il y a quelques semaines, que j’adore pour sa coupe loose et casual, ses poches, et son joli décolleté qui fonctionne autant avec un soutien-gorge que sans.

Je ne sais trop que penser de cette influence du harcèlement de rue sur mes choix vestimentaires. Suis-je paranoïaque, faible et lâche de céder à l’anxiété ? Sans doute un peu. Mais d’un côté, j’ai aussi trouvé dans ces longueurs plus classiques un certain écho à ma pudeur naturelle, et un allié de mon style de vie (ce type de robe est parfait pour faire du vélo ou déambuler dans les rues venteuses d’Amsterdam sans montrer ma culotte à tout le quartier !). Alors si cela me convient, si cela me rend plus confiante et m’évite un inconfort quotidien, pourquoi pas ?

Dans le fond, je crois que j’aimerais bien oser davantage un jour, juste par principe, pour me sentir entièrement libre, mais ces choses prennent du temps. En attendant, je me sens jolie et parfaitement à l’aise dans ma nouvelle robe midi – c’est ça le plus important !look-robe-ete-midi-monki1 look-robe-ete-midi-monki2 look-robe-ete-midi-monki3 look-robe-ete-midi-monki4 look-robe-ete-midi-monki5 look-robe-ete-midi-monki6 look-robe-ete-midi-monki7 look-robe-ete-midi-monki8 look-robe-ete-midi-monki9

Robe Monki – 100% coton
Ceinture vintage
Sandales Minuit sur Terre* – vegan, eco-friendly, fabriquées au Portugal
Cabas Jamini Design – 100% jute, fait main en Inde

*produit offert par la marque

NB: Si vous avez un compte Asos Premier, la robe est aussi dispo en blanc chez eux.
NB bis: Toute ma collection éthique Close x Mango & Salt est en soldes !

***

Ressentez-vous aussi l’influence du harcèlement de rue sur vos choix ?
Préférez-vous les jupes courtes ou longues ?

53 commentaires

  1. Hello,

    Je suis comme toi . Impossible de mettre des shorts sur Paris ..
    Et pourtant je trouve que les filles sont bien plus libres aujourd’hui et elles portent plus facilement des tenues courtes .
    Je ne mets que des robes aux genoux .
    Et pourtant en vacances en Italie ou ailleurs, je ne suis qu en short court .
    Peut-être parce que mon chéri est présent, mais aussi je ne sens pas le regard du jugement des autres .
    Bel été .

    • Je comprends tout à fait ce que tu veux dire ! C’est indéniable, à Paris il y a un regard particulier sur les tenues courtes (+ les éventuelles remarques lourdes) et je suis sûre que nous sommes beaucoup à l’avoir intériorisé.

  2. Très beau post, pour la robe, les photos mais aussi pour la réflexion sur la pudeur. Depuis que j’ai testé les jupes midi, je ne peux plus m’en passer : cette liberté de marcher à grands pas, de plier ou d’écarter les jambes comme on veut, de se baisser, de courir… Et j’aime bien comme toi l’idée d’être pudique. Je n’ai pas honte de mon corps, ce n’est pas du tout la même chose, c’est plutôt comme une petite bulle… Une façon de préserver un espace à soi. Une sorte d’espace vital.
    Sur le harcèlement de rue à Paris j’ai cru noter une véritable amélioration ces derniers mois : je « teste » mes jupes, y compris un peu courtes, y compris dans des quartiers que j’aurais évité auparavant, et ça se passe très bien. J’espère ne pas être trop optimiste…! Et c’est là qu’on se rend compte de tout le poids qu’on avait intériorisé.
    Bise Victoria, bravo pour ce post ! Et tu es magnifique sur les photos, wahou !

    • Mille mercis Chiara ! Je suis vraiment contente de lire ce ressenti que tu as, l’impression que ça commence à aller mieux (et je suis ravie pour toi que tu arrives à tester ces tenues plus courtes sans te faire embêter). Espérons que ça continue comme ça !

  3. Elle est magnifique cette robe, et elle te va très très bien!
    N’habitant pas dans une grande ville, je ne me suis jamais vraiment sentie harcelée…
    Je me souviens cependant d’une visite à Lyon chez une amie qui y faisait ses études et d’un gars dans le métro qui m’a fait des « avances ». Je n’étais pourtant pas « aguicheuse ».
    Pour moi, peu importe notre tenue vestimentaire, si on doit rencontrer des harceleurs, rien ne les arrêtera…
    Belle journée Victoria :-)

    • « Pour moi, peu importe notre tenue vestimentaire, si on doit rencontrer des harceleurs, rien ne les arrêtera… » Tout à fait. Très souvent, les occasions où je me fais draguer dans la rue sont celles où, selon moi, je ne suis vraiment pas « à mon avantage ». Comprendre: pas de décolleté, pas de talons, rien de court. Donc, comme vous toutes, je suis un peu mal à l’aise avec certaines tenues un peu « dénudées » mais paradoxalement, c’est dans mes vêtements basics que je me prends le plus de réflexion. Les mecs doivent être plus impressionnés par notre confiance en nous que par nos décolletés au final.

  4. Hello Victoria! Je ne te trouve pas paranoïaque, ou alors je le suis aussi…on l’est toutes ^^
    Ayant grandi à La Réunion où le harcèlement de rue est très très présent aussi, j’ai ce même sentiment depuis très jeune, et cela a conditionné ma façon de m’habiller. Et, vu les températures là bas, ce n’était pas tous les jours facile.
    Depuis que je vis en Europe je dois avouer moins ressentir ce sentiment car il y a (je trouve) plus d’anonymat, même si (par exemple à Bruxelles) beaucoup de quartiers donnent l’impression de vivre dans une autre époque :/
    En revanche, et c’est peut-être un autre débat (ou pas…) lorsque je vais dans les magasins aux alentours de l’été, je suis assez choquée de la tendance à la presque nudité que ce soit au niveau des matières, des coupes… Selon moi, il y a un amalgame entre se sentir libre et à l’aise lors des températures élevées, et un certain côté provoquant qui est loin de mettre la femme en avant… Très loin de moi l’idée de rentrer dans le « c’est la faute des femmes aussi, elles sont provocantes! », pas du tout, mais je trouve que la mode ne va pas forcément dans le bon sens…

    Par ailleurs ton article me fait découvrir ta collection, qui est sublime et traduit bien ta douceur et ta simplicité, bravo !

  5. J’adore ta robe, j’en cherchais une exactement dans ce style pendant les soldes, mais je n’ai pas encore trouvé la perle rare (et sur moi je trouve que certaines robes midi font très « actrice pendant la seconde guerre mondiale » ^^, mais je dois essayer des coupes un peu particulières).
    J’avoue aussi que l’une des raisons qui me font chercher une robe midi, hormis le fait que je n’en ai pas, c’est aussi pour être sûre que le moindre coup de vent ne fasse pas voir ma culotte à tout le monde (et donc me mette dans une situation de gêne, voire de harcèlement). J’ai une très jolie robe à fleurs assez courte que je n’ose mettre que si je suis avec mon copain… mais j’ai aussi une jupe trapèze en jean, et je me suis pris des réflexions récemment en passant un soir devant un bar, malgré le fait que mon copain était juste derrière moi (il regardait son téléphone et il n’a rien entendu, nouvelle preuve de la tranquillité absolue des mecs dans la rue, alors qu’on serre presque les dents quand on arrive dans un environnement rempli d’hommes).
    Bref, tout ça pour dire que le harcèlement a aussi un impact sur mes choix de vêtements pour moi, et ça me rend un peu triste…

    Bonne journée à toi Victoria !

  6. Hello Victoria!

    Cette robe est vraiement très jolie et te va à ravir :)
    Merci d’avoir partagé dans ce mal-être car moi aussi je le vis quotidiennement et mes amies/connaissances ne semblant pas être « gênées », je pensais aussi être un peu parano lol. Qu’il est désagréable de ne pas pouvoir porter ce que l’on veut parce que l’on sait qu’une fois dehors, certains êtres malsains ne vont pas se gêner pour nous déshabiller du regard et/ou nous faire des remarques. À Paris , je ne porte jamais de décolleté et mes jupes m’arrivent légèrement au dessus du genoux. Je suis actuellement à Séville pour les vacances et qu’il est libérateur d’être en robe légère sans craindre pour sa vie et son intimité… En France, mes achats de vêtements sont régis par la couleur (pas trop voyant), la longueur (pas trop court) et la forme (pas top moulant)… Certaines diront qu’il faut faire ce que l’on veut sans se préoccuper des c*** qui ne savent pas se tenir, malheureusement, ce n’est pas si simple que ça… Je pourrais écrire un roman sur le sujet alors je m’arrête ici et te remercie chaleureusement Victoria pour ce post!!! Bises

  7. Coucou Victoria ! Très intéressante ta réflexion, surtout ce mélange entre pudeur et confort. Je ne pense pas du tout qu’il soit lâche de vouloir être à l’aise et d’éviter les réflexions dans la rue. Le plus triste c’est d’y penser constamment, mais y « céder » ce n’est au final qu’un réflexe de protection. J’ai remarqué que je me sens bien plus à l’aise, à la fois dans mes mouvements et en tant que femme dans la rue, quand je porte une robe ou une jupe midi (la tienne est d’ailleurs vraiment très très jolie, j’adore !). J’ai, au fur et à mesure, donné mes jupes et robes plus courtes, il m’en reste cependant 2 qui sont super agréables à porter l’été. J’ai mis l’une des deux hier pour aller au travail et, comme de bien entendu, je me suis fait harceler en sortant du bureau…
    Mais d’un autre côté, les vêtements plus longs comme ça correspondent mieux à ma personnalité, autant les décolletés ne me gênent pas, autant les vêtements courts m’entravent, me forcent à m’épiler plus que je n’aimerais, bref, c’est aussi un choix de confort et de personnalité que de porter ces jupes un peu longues !
    Merci pour ce bel article, encore une fois. Bises!

  8. J’aime beaucoup cette robe ! De mon côté, je n’avais pas vraiment de problème à porter du court à Paris quand j’étais plus jeune, et puis j’ai vécu en Australie et j’ai découvert ce que ça voulait dire de se sentir safe dans la rue…
    Et du coup depuis que je suis revenue en France je porte des jupes/robes plus longues, à la fois parce que je me sens plus en sécurité comme ça, mais aussi parce que c’est tellement plus confortable ! Je trouve que le court « enferme » un peu les femmes en nous empêchant de bouger à notre guise…
    Et puis les robes longues ont souvent des poches ❤️

  9. La robe te va très bien !
    C’est exactement ce que je cherche en ce moment, dommage elle est sold out :'(

  10. Tu es divine dans cette tenue ! Je mesure 1m64 et je trouve que les robes en dessous du genoux ne me vont malheureusement pas car elles me tassent.

    Pour ce qui est du harcèlement de rue, je pense que quelle que soit ta tenue, ça n’empêchera jamais certains hommes de se permettre des propos ou des comportements déplacés. Par exemple, ta robe est certes assez longue, mais elle a aussi un très joli décolleté. Chez certains, je pense que cela peut malheureusement susciter des convoitises…

    Et, parce que je grandis et que j’ai appris à faire avec, je partage de temps en temps cette expérience : quand j’avais 14 ans et que je vivais à Montpellier, je me suis faite agresser par un homme de bon matin, en allant au lycée. Il a mis sa main dans ma culotte. Ce jour là, la journée commençait par un cours d’EPS. J’étais donc en survêtement. Et c’était l’hiver. J’avais donc un gros manteau. Cette très très mauvaise expérience m’a appris que peu importe la tenue, un pervers reste un pervers…

  11. Merci de nous avoir partagé ton point de vue sur la question. En te lisant et en lisant les commentaires, cela me rassure de voir que je ne suis pas la seule! J’ai passé mes années collège aux USA où je m’habillais comme je voulais sans me préoccuper de quoi que ce soit. Puis le retour en France au lycée, près de la porte de St Cloud à Paris a tout changé. Je m’en suis prit des réflexions… Même en robe longue! Je ne vis plus à Paris aujourd’hui mais je me sens encore très mal à l’aise si ma robe ou jupe arrive ne serait-ce qu’un tout petit peu au-dessus du genoux, ou si j’ai un décolleté (du coup j’ai pris l’habitude de toujours mettre en débardeur en-dessous et je n’ai que des robes qui arrivent aux genoux ou en-dessous). Je pense que ce comportement vestimentaire est désormais inné chez moi!
    Mais finalement je trouve aussi que les robes un peu plus longues me vont également mieux, je me trouve plus féminine dedans, plus « femme ». Il aura fallu attendre la trentaine, mais je trouve mon compte au final :)
    A bientôt, bises!! xxx

  12. Personnellement je ne pourrais sortir dans la rue avec cette robe midi. La longueur est satisfaisante, mais le décolté bien trop grand.

  13. Coucou Victoria !

    Je dois dire que je trouve la robe très jolie sur toi mais qu’en allant voir sur le site je ne l’aurais certainement jamais shoppée :D!
    Par rapport au sujet du harcèlement, je m’habille beaucoup en fonction des risques de la région parisienne (Youpiii).
    Quand je vais à Paris, je cherche le truc le moins ambigu possible, avec le moins de peau dénudée, je remets des soutiens gorge alors que je pratique le no bra … En fait je me sens complètement menacée et à nu face aux regards lourds et insistants et aux nombreux témoignages de harcèlement.
    Bien sûr, ici aussi dans les Yvelines il y a le poids des regards, mais je me sens moins en danger.
    Je trouve ça très dommage, car contrairement à toi la bonne féé pudeur ne s’est jamais penchée sur mon berceau. Avec ces chaleurs, j’aimerais parfois porter des vêtements plus légers, mais alors, on apercevrait un téton pointé ou un peu de transparence bien loin de la vulgarité mais trop proche du corps féminin pour être jugé autrement que comme une invitation à matter ou toucher.
    J’ai bien hâte d’aller m’enfoncer en Charente maritime, je compte les jours jusqu’à mon déménagement!

    Bonne journée, et merci pour la preuve qu’il ne faut pas se fier aux photos des robes portées par mannequin :D !
    Bisou !

  14. Bonjour Victoria !

    Cette robe est magnifique, elle te va vraiment bien !

    Je préfère les jupes et robes un peu longues, mais j’en ai aussi qui arrivent juste au dessus du genou. Plus court je n’aime pas, surtout parce que ça ne va pas avec ma physionomie. Pour les réflexions et le regard des autres, j’avais aussi quelques soucis à Paris, mais depuis que je suis en Allemagne j’ai beaucoup moins de problèmes. Je trouve que la pudeur n’est pas la même chose que la paranoïa ou le fait de ne pas vouloir se faire embêter. Je trouve ça beaucoup plus joli :) J’espère que toutes ensembles on va réussir à montrer aux idiots des villes que les femmes portent ce qu’elles veulent et sont belles en toutes circonstances !

    Une belle journée !

  15. J’aime beaucoup ta façon de porter cette robe avec une ceinture, je la trouve beaucoup plus seyante que sur les photos du site de la marque :)
    Je dois dire que je porte très peu d’attention à la longueur de ma tenue quand je décide quoi porter le matin… Je mets régulièrement des t-shirts ou débardeurs décolletés, des shorts, et des jupes courtes. Et pourtant, j’habite à Paris depuis 6 ans! À la réflexion, je trouve que je me faisais plus embêter quand je vivais en province (mais ça tient aussi au quartier moins favorisé dans lequel j’ai grandi, et au fait que j’ai plus souvent des écouteurs sur les oreilles ou le nez dans un livre). Paradoxalement, j’ai commencé depuis l’an dernier à porter des jupes et des robes plus longues, mais c’est surtout pour une question de confort personnel: il y a souvent des courants d’air à Paris, beaucoup d’escaliers dans le métro, j’aime m’asseoir en tailleur, et j’ai eu des aventures à vélo avec des jupes qui remontaient… En fait j’essaye d’éviter de faire profiter à tout le monde de ma culotte, pour une vague histoire de pudeur :D Et puis ça a quand même un côté plus élégant, je trouve.
    Je me suis très rarement sentie en danger, à vrai dire, que je sois seule ou accompagnée; importunée, un peu plus même si ça reste rare, mais j’essaye d’en faire abstraction. Ça m’agace, puis je passe à autre chose. Je refuse de laisser à d’autres ce pouvoir sur moi, ce que je porte et comment je vis! Mais j’ai un peu l’impression que ça fait de moi une exception ^^’

  16. La robe est très jolie, elle te va à ravir !

    Concernant la réflexion autour du harcèlement de rue… J’ai toujours vécu dans une petite ville assez tranquille de banlieue parisienne, et jusqu’à il y a peu, le regard des autres et le risque potentiel de remarques (elles ne me paraissaient pas plus problématiques que cela) voire d’agression n’était jamais entré en ligne de compte dans la façon dont je m’habillais. Je mettais du court, du décolleté sans m’en soucier, sans me sentir gênée et sans avoir de problème particulier.
    Paradoxalement, c’est depuis que le harcèlement est sur-médiatisé, qu’on en entend parler partout et tout le temps, que j’ai commencé à me sentir mal à l’aise. Alors que c’est censé faire en sorte que la situation s’améliore pour les femmes, dans mon cas j’ai l’impression que c’est pire. J’évolue dans un climat beaucoup plus anxiogène, j’ai l’impression que le risque est partout et donc je n’ose plus vraiment mettre de court dans la rue ou pour sortir. Les regards sur moi ne me dérangeaient pas, avant ; désormais j’ai facilement tendance à les trouver intrusifs voire hostiles.

    Pour autant, je rejoins plusieurs autres commentaires sur le fait que la tenue en elle-même n’y change pas grand-chose. Même en robe midi sans décolleté trop prononcé, je sens les regards des autres à Paris. Même en pantalon et débardeur, même en jean et t-shirt. Tout le temps, en fait. Et là je pense qu’il y a quelque chose d’assez propre à la ville de Paris, et qui n’a pas à voir qu’avec le problème du harcèlement : à Paris, tout le monde regarde à la dérobée les autres, la façon dont ils s’habillent, marchent, se comportent ; et tout le monde juge, sans cesse (et pas seulement la longueur/le décolleté, mais aussi le style et selon tout un tas de critères). Ce qui ne contribue pas à créer un climat serein et à se sentir bien en marchant dans la rue…

  17. C’était facile pour moi de jouer la féministe quand j’habitais dans ma campagne « mais merde je m’habille comme je veux », depuis que j’habite à Juvisy, banlieue de Paris, je vais faire mon footing en t-shirt ample + leggings bien épais par 35 degré. Impossible pour moi de sortir en short, j’ai vraiment l’impression de jouer avec ma vie (j’exagère surement mais je ne me sens pas en sécurité en tout cas). Je me prends des remarques à chaque sortie, et même quand je cours j’entends des « bon sport Mademoiselle! » enfin pas mal de mecs se sentent à l’aise de me donner des conseils soit sur ce que je fais ou alors sur ma tenue. Même quand elles ne sont pas méchante, ces remarques récurrentes à chaque sortie me font hésiter à sortir, ou me font hésiter à choisir tel ou tel t-shirt . Quand je sors en robe je mets mon casque pour ne pas les entendre. Quelle triste réalité. Je ne sais pas quoi faire pour combattre cela, je suis une jeune fille qui vit seule je ne peux pas me permettre de « gueuler » sur un mec. Je n’ai plus qu’à espérer que la prochaine génération de garçons sera plus éduqué sur ce sujet.

  18. Je me reconnais tellement dans ton billet, et dans les commentaires. Ça fait un bien fou de se rendre compte que je ne suis pas la seule à appréhender de sortir de chez moi dans certaines tenues lorsque je suis seule. C’est un travail constant sur soi, sa confiance, l’image que l’on renvoie. Je suis en plus de ça très grande, donc je me sens encore moins le droit de porter certains vêtements ! Bref, il en faut de la force mentale pour oser faire des choses simples qui ne traversent même pas l’esprit des hommes … Ta robe est superbe et te va à ravir en tout cas, merci de diffuser des messages comme celui-ci :)

  19. Bonjour Victoria,
    Je trouve que cette robe te va à ravir ! Et tes sandales Minuit sur Terre sont justes parfaites pour « pimper » tes tenues, comme tu le disais, les deux couleurs se marient très bien.
    Et je ne peux qu’abonder dans ton sens par rapport au harcèlement de rue et à l’influence que cela a dans les vêtements que l’on porte. Même si je ne suis pas une personne qui se sent à l’aise avec les vêtements courts en général, ma façon de m’habiller est un peu différente en Allemagne, où je me sens plus libre de mes choix d’habillement sans que cela ne déclenche des regards qui me rendent inconfortable. J’ai encore une gène avec les jupes et robes au dessus du genou (j’en porte très rarement), mais c’est plus par goût :-)
    Bonne journée xx

  20. C’est très intéressant ta réflexion, et je crois (les commentaires le confirment !) qu’on pense un peu toutes pareil… Mais il y a quelques mois, il y a eu une expo à Bruxelles hyper percutante, qui exposait les vêtements que portaient des femmes quand elles se sont fait agresser sexuellement, accompagnés par un petit texte de chaque femme narrant brièvement comment ça s’est passé.
    Hé bin, rien de court ou de provocant : un ensemble training/sweat bien loose pour aller au sport, un pyjama, même un uniforme de police…
    Nous avons des réflexes conditionnés, mais malheureusement, ils ne sont pas basés sur la réalité et ont plus l’air d’être le fait d’une société qui a du mal avec l’idée que les femmes ont le droit de s’habiller comme elles veulent ; un type qui veut agresser une femme va le faire quoi qu’elle porte…

  21. Merci mille fois à toutes pour vos partages, vos points de vue sont très éclairants et je me sens moins seule !

    Je précise juste une petite chose au vu de vos réactions quant à l’impact, ou non, de la longueur d’une jupe.

    Vous êtes plusieurs à souligner le fait que les pervers et agresseurs sexuels peuvent attaquer quelle que soit la tenue, et c’est tout à fait vrai. En effet, porter un jean au lieu d’une robe ne nous protège de rien, malheureusement, si nous tombons sur un individu dangereux…

    Mais mon ressenti se situait à un niveau différent, plus basique peut-être. Ce qui m’insupporte dans certaines villes, ce sont les regards insistants voire carrément dégoûtants, les remarques, le « cat calling » et autres désagréments constants, qui sont toujours plus nombreux lorsque l’on se balade en mini jupe qu’en pantalon (en tous cas c’est mon expérience). Certains hommes croient manifestement que la visibilité de nos jambes leur donnent un droit d’opinion, de « reluquage » façon morceau de viande, et de commentaires.

    L’argument de la tenue qui importe peu ne résonne donc pas tout à fait avec mon cas de figure, parce qu’en réalité j’ai toujours eu la sensation d’être moins regardée et moins embêtée avec une tenue longue et plutôt discrète ! C’est pour ça que je suis beaucoup plus à l’aise et confiante en jupe pas trop courte: je passe plus inaperçue, je ne risque pas de coup de vent qui montre ma culotte, bref, j’attire moins l’attention.

    Bien sûr, certains mecs lourds peuvent au contraire profiter de nous voir fatiguées, discrètes, dans une tenue invisible pour nous embêter, précisément parce qu’ils sentent notre faiblesse. Ça m’est arrivé aussi. Mais globalement dans ce genre de tenues je ressens quand même moins de regards.

    J’ai l’impression toutefois que certaines d’entre vous ont un vécu différent, donc cela dépend peut-être de la sensibilité de chacune, ou de l’endroit où nous vivons / avons vécu ?

  22. Mille fois d’accord avec toi sur le ressenti ! J’ai vécu à Paris, supporté les remarques, regards degueus et sifflements une paire de fois, et honnêtement même si je m’en fichais un peu, maintenant que je vis à Melbourne j’ai eu l’occasion de me faire plusieurs fois la remarque que je n’avais jamais rencontré des telles situations ici. C’est inexistant ici (pour mon expérience propre en tout cas), et c’est là le drame de se dire que, aaaah, ça fait du bien quand même !

  23. @Victoria
    Je pense que ça dépend peut-être du lieu où l’on vit… Comme je le dis dans mon commentaire, je n’ai pas l’impression d’attirer plus de regards/commentaires quand je suis en jupe que quand je suis en pantalon etc. J’ai l’impression d’être constamment regardée et jugée, et ce par tout le monde (et pour tous types de motifs), parce qu’à Paris c’est une habitude de regarder et de juger l’apparence des autres. Et je me suis un peu aperçue de ça depuis que je vis intra muros ; quand je vivais en banlieue et ne venais à Paris que ponctuellement et pour des raisons bien précises, je ressentais beaucoup moins cette pression liée à mon apparence notamment vestimentaire.

    Ensuite, je trouve très juste quand tu dis « certains mecs lourds peuvent au contraire profiter de nous voir fatiguées, discrètes, dans une tenue invisible pour nous embêter, précisément parce qu’ils sentent notre faiblesse ». Je n’avais jamais pensé les choses en ces termes, mais c’est peut-être ce qui se produit quand je ressens beaucoup de regards alors même que je suis en jean/t-shirt. Il peut se produire que dans ces moments-là, j’ai conscience de ne pas être très « bien » habillée au regard des standards locaux, que je vais donc me sentir moins à l’aise et attirer potentiellement plus de regards – et là en particulier d’hommes.

  24. Je crois qu’on est nombreuses à ne pas s’habiller de la même manière selon qu’on sort seule ou accompagnée. C’est dommage mais quoiqu’il en soit, cette robe est vraiment jolie !

  25. Cette robe est canon et elle te va super bien, tu es magnifique!
    Je vis aux US depuis quelques mois maintenant et j’ai aussi le sentiment qu’ici je peux porter ce que je veux sans souci, sans avoir peur non seulement du harcèlement de rue mais aussi du regard des autres.
    En Europe j’ai toujours l’impression d’un jugement de la part des gens sur mon corps qui n’est pas parfait: ouh regarde elle porte un mini short avec sa cellulite! Ici? Tout le monde porte ce qui lui chante et c’est trop cool! Beaucoup moins de pression, plus de plaisir.

  26. Merci Victoria pour cet article ! Dans un tout autre registre, j’aime beaucoup la marque Monki, qui propose des vêtements originaux et souvent de qualité. J’aimerais beaucoup avoir ton avis concernant l’éthique de la marque, car j’ai du mal à me faire un idée précise. Ils ont en effet cette gamme en coton (écologique il me semble) et véhicule par ailleurs une image engagée et féministe mais peut-on considérer pour autant que c’est une marque éthique ?

    • Coucou Lara !

      Ce n’est pas une marque éthique, non ! Les conditions de fabrication restent « classiques », dans des pays du tiers-monde et sans garanties très fiables. J’aime tout de même acheter de temps en temps des vêtements chez eux moi aussi, quand je n’ai qu’un petit budget à consacrer à mes acquisitions, parce que j’apprécie en effet le fait qu’ils proposent beaucoup de pièces en coton bio, notamment pour leur denim, avec une vraie qualité. À mon sens c’est une sorte de petit « mieux » par rapport à la fast fashion de base en polyester, coton non bio, et mauvaise qualité, mais il y a encore beaucoup de progrès à faire !

  27. Ça me fait penser à la série Mad Men dont j’avais trouvé l’atmosphère de la 1ère saison totalement anxiogène et dont les attitudes des hommes et même de certaines femmes me révoltaient : les femmes sont vues comme des bouts de viande, elles sont dévisagées des pieds à la tête, discrètes ou non, peu importe que leur tenues vestimentaires soient « conformes » et pas provocantes ni sexy. C’est comme une espèce de « droit au commentaire » (cela peut être un regard qui te met mal à l’aise aussi) que s’octroient certains hommes. Est-ce une question d’éducation ? Surement un peu mais pour moi la société est coupable aussi et l’histoire joue beaucoup, encore aujourd’hui et même si on essaie de changer les choses. L’éducation sexuelle insuffisante, les modèles des parents, la publicité qui véhicule toujours des clichés sexistes qui mine de rien entrent dans nos esprits, nos conversations, et notre humour (exemple : les pubs pour les déodorants Axe), mais aussi la pornographie d’internet qui est souvent d’une violence inouïe envers les femmes et ne tient pas du tout compte de leur façon d’envisager le désir. Encore aujourd’hui sur certains plans on vit au temps des cavernes et cela touche certains esprits qui se nourrissent de ces clichés déjà bien ancrés dans la société. Discuter avec son fils, son frère, son ami de tout cela c’est déjà un acte de féminisme à mon sens. Merci pour cet article.

  28. Je vais en rajouter une couche : j’ai 50 ans … et bien les jours où je suis en robe – sandales l’ete : c’est lourd et désagréable à Paris !!! Affligeant. J’ai promis ma main dans la figure à un petit jeune la semaine dernière.
    Tu es ravissante ainsi Victoria. Profite de la paisible Amsterdam.

  29. Je commente rarement (mes excuses d’ailleurs !) mais je lis tous tes articles sans exception avec beaucoup d’attention et celui-ci m’a énormément parlé !
    J’habite dans le sud-ouest de la France et, tout comme toi, en France, j’ose beaucoup moins porter des choses réellement courtes. En Espagne ou à Londres où j’ai vécu, je portais beaucoup de très court sans aucune arrières pensées, et sans recevoir aucune réflexion. J’étais très libre de porter ce que je voulais sans me soucier du regard des autres.

    En revanche, je me sens beaucoup plus libre avec une jupe longueur midi, ma longueur favorite ! C’est léger, pratique et ça fait écho aux longues jupes d’antan qui me font rêver :)
    Au final, j’espère vraiment qu’en France on avancera pour laisser aux femmes la liberté de porter ce qu’elles veulent. Merci pour ton article !

  30. Ma pire expérience d’harcélement de rue était à Marseille l’année dernière. J’étais descendue de mon nord natal rendre visite à une amie. Pendant qu’elle travaillait la journée, j’explorais la ville… En combishort parce qu’il faisait plus de 30°c. Je me suis pris sur une après-midi plusieurs réflexions, comme quoi je ne devais pas m’habiller comme ça. Alors des sifflements etc j’en ai déjà eu à Lille, mais les réflexions sur ma manière de m’habiller c’était nouveau et ça m’a extrêmement choquée. Ma seule réponse a été un silence méprisant (étant seule je n’ai pas osé répliquer malheureusement) mais je n’avais pas l’intention de mettre un jean pour autant. Quelle honte d’avoir encore ce genre de remarques en France à notre époque !

    En tout cas cette robe est très jolie et te va à ravir. Je n’ai jamais essayé la longueur midi car étant petite j’ai peur que ça tasse ma silhouette.

    Bonne journée !

  31. Moi non plus je ne mets pas de short ou jupe ni robe d’ailleurs sur Paris. J’ai toujours l’impression qu’on me regarde mal ou de travers..
    Ton look set top vraiment j’adore la couleur de la robe et les sandales :). Moi je suis assez petite donc je ne peux pas porter ça mais c’est une bonne alternative :) !

  32. C’est terrible Mais bien sûr que le harcèlement de rue fait partie de nos vies de femmes et influence malgré tout nos choix vestimentaire. Je trouve cela triste à pleurer, surtout en 2018, surtout dans un pays dit « évolue » comme la France… Mais bon, il ne faut pas non plus que cela nous bouffe et nous déterminé outre mesure! Personnellement j’aime toutes les longueurs de jupes (mini jupe avec collant l’hiver, jupe midi, jupe longue…) et j’hésite de moins en moins à m’habiller comme je l’entends, selon mon humeur du jour. Et je me promène toujours dans la rue le menton bien droit et j’emmerde les pervers et autres mâles trop insistants! Non mais… ça commence à faire!

    PS : je suis totalement amoureuse de cette robe midi 💙

    Bises, tu es magnifique.

  33. Je ressens la même chose pour Paris ! Je n’ai aucun problème à mettre des shorts, jupes ou robes au Portugal (bien que les hommes ne s’y comportent guère mieux, voire pire). Cependant, à Paris, je ne sais pas, j’ai l’impression que ce n’est pas dans « le dress-code ». Ces jours-ci, je suis constamment en short mais, j’ai souvent mis un pantalon dès que je devais sortir.
    En tout cas, le bleu te va à ravir et tu es magnifique sur ces photos !

  34. Oh comme je me retrouve dans ton article, j’habite en région parisienne et comme toi j’ai pendant longtemps refuser de porter des robes/jupes et shorts, d’autant plus quand je me rendais dans la capitale, ne me sentant jamais safe. Ca mélangé à un gros complexe de mes jambes, je passais mon été bien souvent en jean (et javais tendance à mourir de chaud)
    Puis depuis quelques temps, j’ose porter des jupes, des shorts, au début c’était au niveau du genoux, ou légèrement au dessus et cette année j’ai même osé le court, voir très court. J’ai toujours un peu d’appréhension, mais une fois celle-ci passé j’ai carrément tendance à me sentir presque wonder-woman ! Et étrangement, même si j’ai sentie quelques regards insistants, je n’ai pas eu plus de remarques que lorsque je suis en pantalon…
    En tout cas cette robe est superbe et te va à ravie, c’est totalement ton style, et effectivement elle doit être top pour faire du vélo :D

  35. Oh non je pense que tu n’es pas la seule, personnellement je change seulement en ce moment mon mode d’habillement dira t’on, quand je bossais à Paris à prendre le transilien et le métro chaque jours c’était impossible, ni short, ni robe, pas de décolleté . Maintenant je travaille à mon compte, chez moi et je suis beaucoup plus libre même quand je sors pour autre chose je m’autorise plus de chose, je suis quand même plus sereine quand je mets un short ou une robe quand le chéri est dans le coin, malheureusement et c’est triste à dire mais c’est la vérité.

    Cette robe est sublime, la coupe est très jolie, la couleur aussi ça te va super bien.
    Belle fin d’été.
    Louise

  36. Ravissante ! Je vais aller jeter un oeil chez Monki !
    Je suis comme toi, combien de fois me suis-je changée juste avant de sortir, parce que je n’avais pas le courage d’assumer jupes courtes et shorts… Le harcèlement de rue est encore si présent à Paris, c’est un peu décourageant ! Je serais curieuse de d’expérimenter l’atmosphère d’Amsterdam sur ce sujet

  37. Ta robe est vraiment très jolie! Malheureusement, je suis trop petite pour la porter. Ton article m’intéresse énormément car j’ai pas mal souffert de commentaires très désagréables lors de mon adolescence. J’ai eu le « malheur » d’avoir une poitrine plutôt généreuse. Et on m’a bien emmerdée la dessus… Mais ce sont surtout les filles qui l’ont plus été étrangement. Et je trouve qu’on ne parle pas assez des commentaires mesquins que les femmes se font entre elles.

  38. Très jolie robe. C’est ce que je recherche personnellement à mettre de plus en pus cet été car je trouve qu’elles ne sont pas trop voyantes tout en étant très aérées. Et à part le fait d’être pudique, c’est aussi pour éviter les regards que je privilégie ce genre d’habillement. C’est bien dommage.
    En tout cas, avec un vêtement aussi jolie ce n’est plus pour les mêmes raisons qu’on les achète.

    Boutaina.

  39. Super jolie robe ! J’adore la couleur, elle donne un côté punchy très agréable.
    Personnellement, je ne me suis jamais sentie mal à l’aise ou gênée de porter quelque chose de court seule, mais peut être parce que je n’ai jamais vécu à Paris – et que je ne me suis jamais pris de remarques intenpestives. Mais comme tu le dis, l’important c’est d’être à l’aise dans ses vêtements, et les jupes longues/midi illuminent autant une personne qu’une jupe courte.

  40. Je suis tellement d’accord avec toi. Je ressens complètement ce poids du regard – masculin et féminin, car les femmes aussi se critiquent beaucoup à ce sujet – et je dois avouer que mes choix vestimentaires sont très influencés par ça. De plus en plus, j’essaye de m’en affranchir mais c’est difficile. Même mon homme m’influence parfois, quand il trouve que j’ai une envie de tenue plus osée que d’habitude, il me le dit et parfois ça me bloque. Parce que justement je me dis que s’il le remarque, les autres hommes remarqueront aussi et porteront un jugement. Sinon à part ça j’adore les jupes midi mais surtout taille haute ! Avec un crop top, ça marque la finesse de la taille et je trouve ça très élégant. En tous cas tu rayonnes comme d’habitude :)

Répondre

Naviguer