Summer Freedom

Je m’étonne moi-même, ces derniers temps: d’habitude incapable de lâcher prise sans stresser, je me surprends à prendre mon temps, à profiter de la saison comme jamais. Je lis avec passion, j’écris, je prolonge les promenades quotidiennes de mon toutou, je regarde des séries ou des films sans me laisser distraire par mon portable, je fais du tri (follement apaisant) dans mon appartement, je me laisse aller à quelques grasses matinées le week-end…

C’est comme si le charme du beau temps m’incitait à rééquilibrer la balance de ma vie, à laisser plus de place aux petites choses qui me ressourcent.

Je sais, dans le fond, pourquoi j’ai ce sursaut-là.

L’année dernière, mon printemps-été a été particulièrement difficile – j’étais en pleine rédaction secrète de mon livre Green Life, tout en maintenant un rythme plus ou moins habituel sur le blog et les réseaux sociaux. Je n’avais plus de vie personnelle, je me sentais débordée à en pleurer – et vidée, en même temps. C’est en me voyant dans des états de détresse psychologique jamais atteints auparavant que j’ai réalisé (un peu tard) être allée trop loin – que rien ne valait la peine d’une telle auto-exigence.

Il y a eu aussi (et il y a encore, malheureusement) toutes ces histoires d’attaques terroristes qui, si elles ne reflètent pas tout à fait la réalité du monde, me rappellent tout de même cruellement, à chaque fois plus fort, que notre existence ne tient qu’à un fil, qu’il est urgent de la vivre pleinement.

L’été, avec sa douceur et son rythme qui ralentit petit à petit, m’aide à assimiler ces différentes leçons pour me recentrer sur l’essentiel: mon bien-être, les gens que j’aime, les moments de qualité qui donnent tout leur sens à la vie.

Je suis peut-être un peu moins régulière dans mon travail, moins au courant des choses, et ce n’est sans doute pas la meilleure des stratégies pour développer ma petite entreprise – mais je vis, bon sang, je vis vraiment, et c’est bien ça le plus enrichissant.look-short-lin2look-short-lin3 look-short-lin4 look-short-lin5 look-short-lin6

Blouse Ekyog – 100% coton bio, teintures Oeko-Tex, fabrication éthique (offerte)
Short Clo&Se – 53% coton, 47% lin (partenariat Monshowroom)
Sandales Birkenstock – Nubuck et cuir, fabriquées en Allemagne
Sac à dos Street Level – simili-cuir (partenariat Monshowroom)

***

L’été vous donne-t-il aussi envie de lâcher prise ?

31 commentaires

  1. Profites-en !
    Si tu le fais c’est que ton corps en a besoin et puis je suis certaine que ça aura un effet positif sur ton blog et tes projets futurs.
    Et j’adore ce style :)

  2. Tu as bien raison de vivre, d’autant plus quand on voit ce qu’il se passe, VIVONS!
    J’aime beaucoup ta tenue :)
    Bise,
    Marine

  3. Hello Victoria,

    Post très intéressant qui donne à réfléchir encore une fois !

    C’est vrai que depuis quelques temps, derrière tes posts, entre autres sur le blogging, on perçoit cette pression que tu te mets.

    Une simple question, sans aucun jugement : pourquoi ne pas baisser le rythme de tes publications hebdomadaires ? Quand tu parlais de poster 5 fois par semaine, ça me paraît en effet un rythme de folie… Je pense que tu es la blogueuse au rythme de publication le plus élevé que je connaissance.

    Je crois que pour tes lecteurs/lectrices, qui je pense te sont très fidèles et très attachés, une à deux publications en moins par semaine ne changerait pas la donne, bien au contraire, même si cela implique que tes posts « sponsorisés » reviennent quant à eux plus régulièrement. Je pense que tu as une communauté très présente et bienveillante, et que l’idée que tu ralentisses le vivre ne serait pas mal perçu, bien au contraire…

    Et puis, ralentir le rythme, c’est aussi prendre le temps de s’inspirer, de créer pour soi, ce qui au final viendrait enrichir ton blog d’une autre façon, non ?

    En tout cas heureuse nouvelle que tu prennes sans culpabiliser du temps pour toi :)

    • Coucou Marline <3

      C'est une question que mes proches me posent régulièrement, et ma réponse est toute bête en fait: dans tout ce qu'implique le blogging, rédiger et préparer des articles, c'est vraiment ma grande passion. J'ADORE ça et c'est la dernière chose que je voudrais réduire dans mes journées !

      Quand je publie moins souvent que d'habitude, je me sens triste et désoeuvrée, parce que mes doigts me fourmillent - j'ai plein d'idées qui m'arrivent en tête et tellement hâte de les mettre en oeuvre.

      J'adore aussi les échanges qui se créent autour des articles publiés: quand il n'y a rien de neuf sur le blog, il n'y a pas d'échanges, ou beaucoup moins, et c'est moins intéressant.

      J'ai ce besoin vital de partager, d'écrire, d'avoir vos réactions... Il faut croire que le blogging est devenu une addiction pour moi !

      Du coup je ne m'imagine pas publier moins de 4 articles par semaine (le minimum que je fais ces derniers temps), je serais trop frustrée, et j'aurais l'impression de ne rien faire - parce que pour moi c'est ça le coeur de mon activité.

  4. Tu as bien raison de cultiver le bonheur comme tu le fais. Dans un monde où il faut sans cesse se dépasser, prouver je ne sais quoi, prendre du temps pour soi est presque un luxe à entendre certains. Très belles photos en tout cas et look frais, qui te reflète bien! Bisous d’Andalousie!

  5. Tu as bien raison de prendre du temps pour toi. Sinon, à quoi bon faire tout ça? A force de faire les choses mécaniquement et en étant crevée, la passion s’envole. Je pense que tu as une bonne communauté soudée autour de toi, et ce n’est pas parce que tu es un peu moins régulière par ici que les gens vont cesser de te suivre ;-)
    Bises!
    PS : cette tenue = ♥

  6. Je me retrouve encore une fois tellement dans ce que tu dis…
    Prendre du temps pour soi, pour les autres, ne plus autant s’en faire pour les petits tracas pour lesquels j’étais avant capable d’en faire toute une montagne!
    Réapprendre à savourer tous les petits instants qui rendent la vie plus belle; réapprendre aussi à « s’ennuyer » et laisser tout loisir à son esprit de vagabonder, de re-développer son imaginaire bien mis à mal par la réalité qui nous entoure!
    Ce besoin de profiter le plus possible sans culpabilité est évidemment due à ce qu’il se passe autour de nous, mais également et surtout dans mon cas à ma prise de conscience plus que jamais concrète du temps qui file à toute vitesse et qui bien souvent nous échappe sans que l’on y puisse quoi que ce soit.
    Alors oui, vivons, profitons du présent, de chaque moment, intensément!
    Belle journée à toi Victoria.

    • J’ai aussi cette prise de conscience depuis environ deux ans, et elle se fait de plus en plus pressante. Le temps passe, les gens vieillissent, les opportunités s’envolent… Il faut profiter de ce qui est pour ne pas le regretter plus tard, c’est certain !

  7. Ta réflexion est très intéressante et fait écho à une émission radio consacrée à l’hyperconnectivité (la tête au carré sur France inter). Je l’ai podcasté et l’approche scientifique m’a vraiment fait un déclic. Le stress lié à la sollicitation trop forte et le besoin de recompartimenter les temps de connexion pour profiter de la vie sans angoisse. Ton expérience est celle d’une génération et je pense qu’il faut prendre du recul dessus pour accompagner les suivantes. Alors merci de partager tes réflexions ! 😊

  8. Bonjour Victoria!
    J’aime beaucoup cet article et me retrouve dans ce que tu décris ainsi que dans les commentaires. On m’a souvent « reproché » de prendre les choses trop à coeur au travail, je me retrouver à stresser comme une folle pour des détails ce qui m’empéchait de me consacrer à mes missions principales .. Je pense que c’est aussi valable dans une moindre mesure dans ma vie perso.

    Et merci beaucoup pour la référence à l’article sur la violence, il est très important de remettre les choses en perspective surtout par rapport à l’afflux d’information constant de nos jours. Cela occulte beaucoup les nouvelles positives et affecte notre rythme personnel.

    Joyeuse journée, Eve

  9. Moi ce que j’aime l’été c’est la simplicité liée à la chaleur : rapide à s’habiller (robe), rapide à cuisiner (salade avec pleins de légumes crus), ne pas avoir froid en vélo … bref moins se prendre la tête :)

  10. L’été donne envie de lâcher prise oui, j’ai tendance à trouver les choses plus simples. Pour sortir, je n’ai pas besoin d’enfiler ma grosse doudoune et mon écharpe, etc. Les jours sont plus longs, j’ai moins l’impression que mon temps est rongé, du coup je prends le temps. La vie est douce quoi :)
    Je comprends ce malaise que tu as pu ressentir. J’ai moi-même fait un burn-out l’an dernier, et aujourd’hui je me rends compte de l’importance de simplifier ma vie. De prendre soin de son temps, pour soi. Profite des beaux jours :)

  11. Quel article inspirant !

    Merci pour la douceur de tes mots et ton délicieux optimisme.

    Je suis si navrée que nous ayons besoin de ces actes terribles pour rappeler à nos mémoires oublieuses quelle chance précieuse nous avons de vivre et de pouvoir profiter de ces quelques années données .. Cette poignée d’hommes mauvais qui provoquent la mort à dessein sèment cette fièvre de vivre avec plus d’ardeur encore qu’auparavant dans le coeur de ceux qui restent.

    Comme toi, je savoure ces premiers rayons de soleil et lâche prise peu à peu (même si c’est difficile !).

    Je te souhaite un beau début d’été !

  12. Coucou Victoria,
    Comme je te comprends ! Je me suis longtemps et trop souvent sentie très seule parce que j’exigeais trop de moi-même et en même temps, je sentais que ce mode vie ne me convenait pas. Un jour, ça a été la goutte qui a fait déborder le vase. Résultat : burn-out… Ça a bouleversé ma vie (j’ai perdu mon travail, tous mes repères et la plupart de « mes amis ») et ma santé à un point tel que je ne me reconnaissais plus. Depuis, ma vision de l’auto-exigence a beaucoup changé : j’ai appris à m’accorder des pauses, à m’ennuyer aussi et le tout sans culpabiliser. Je n’ai pas réussi à retrouver un emploi, ce qui inquiète ma famille, et moi aussi par moment, mais, je réussis à relativiser plus les choses et à me dire que ca viendra quand ce sera le moment. Bref, ma vie est peut-être moins axée sur celle de la plupart des gens qui m’entourent mais elle est aussi tellement plus savoureuse. Et ça, ça n’a pas de prix !

    • Bonjour Sophie,

      Je me permets de t’adresser ce petit mot car je me suis beaucoup reconnue dans ton témoignage (cf. mon message plus bas). J’ai connu le burn-out également. A deux reprises, même, à croire que le premier ne m’avait pas suffit.

      Je voulais te dire que je te souhaite de retrouver ton équilibre, de te sentir connectée à ce qui est important pour toi, à ce qui t’anime, et à ne pas être trop ébranlée par les réactions d’un entourage inquiet. Tu retrouveras ton chemin quand ce sera le moment. Et il y a toujours la possibilité d’être accompagnée par des gens qui pourront t’aider dans tes démarches.

      Bien à toi

  13. Tu as raison de prendre du temps pour toi, tu le mérites vraiment, ta vie n’a pas l’air si facile :)
    Sinon ce petit short est réellement ravissant et te va à merveille. A bientôt Victoria :)

  14. Oui il faut apprendre à profiter pleinement de chaque instant sans être dans « demain il faut que .., ou dans 5 minutes, je dois faire telle chose. Parce que la vie défile à une vitesse grand V et même la jeunesse n’est pas éternelle. Faut profiter pleinement d’elle et de sa belle énergie, de nos proches, et prendre soin de nous. Tout cela est essentielle pour être serein je pense. Tu as bien raison de lâcher prise sur cette exigence, c’est un savant dosage que l’on apprend progressivement.
    Bises

  15. Je réapprends à prendre le temps moi aussi et surtout à ne plus en culpabiliser.
    Je termine mon master cette année avec la rédaction du mémoire de recherche et je le mène avec beaucoup moins d’appréhension et d’anxiété que d’habitude (en comparaison d’autres cas de figure les années précédentes). Et pour le secret se concentre sur l’essentiel et des choses toutes simples : une promenade matinale quotidienne, une ou deux séances de sport hebdomadaire, m’accorder des pauses lectures et du temps avec mes amis, même en cette période, c’est primordial et je pense même très bénéfique pour reprendre le travail et être efficace !

  16. Bonjour Victoria,

    J’ai trouvé ton article vraiment intéressant et « déculpabilisant », c’est vrai qu’il est vraiment bon de lâcher prise de temps en temps et de se reconcentrer sur les choses toutes simples de la vie! D’ailleurs je trouve que les photos de l’article l’évoquent assez bien :)

    (et j’adooore le sac à dos ;) )

    Léa

  17. Hello Victoria,

    Merci pour ce bel article. Ce que tu dis me parles, pour avoir déjà connu 2 burn-outs à 30 ans (provoqués par un contexte professionnel particulièrement stressant). Ca n’est déjà pas facile quand on est salariée, mais quand on est à son compte, avec toutes les responsabilités que ça implique et les conséquences gênantes d’une baisse de son activité, je pense que la situation est encore plus pernicieuse.

    C’est notamment pour ces raisons que je ne me vois pas exercer une profession indépendante aujourd’hui. Je sais que j’ai tendance à vouloir faire beaucoup de choses, à vouloir bien les faire, à ne pas toujours me rendre compte suffisamment tôt que je suis en train de m’épuiser et à culpabiliser quand je lève le pied… Le combo idéal pour brûler la chandelle par les deux bouts ! Mais je travaille là-dessus, notamment avec une thérapeute, car ça me plairait bien de ne pas reproduire les mêmes erreurs :-).

    Je me demande si cette sensation de toujours devoir « faire » n’est pas exacerbée par le modèle Internet : quand on a un business qui dépend de sa présence sur la toile, l’impératif d’être visible, d’innover, de proposer des contenus, de répondre aux sollicitations, d’animer sa communauté est peut-être encore plus marqué que dans d’autres activités, non ?

    Je te souhaite sincèrement de garder ces bonnes habitudes, salutaires et indispensables. De les maintenir après l’été. Parce que nous ne sommes pas que des êtres productifs, ou essayant de l’être, mais aussi, et sans doute surtout, des êtres sensibles qui ont besoin de s’évader et de se ressourcer.

    Bien à toi

  18. Un vrai bel article, de légèreté, de douceur, de bonne humeur. Moi, c’est un peu le contraire en ce moment. J’essaie de me développer à fond, et de toujours chercher, chercher encore, et avancer aussi vite que je peux sur mes projets perso (chaîne Youtube, blog). Mais ce n’est pas facile car j’ai la fâcheuse tendance à vite me décourager, et je peux passer des heures à chercher quelque chose en vain (que ce soit l’inspiration, un programme professionnel, une direction ou des choses plus pointues comme « comment insérer cette chose dans mon blog »…). A la lecture de cet article j’ai un peu eu l’impression de vivre ton été par procuration. Et ça m’a fait du bien. Merci <3

    Kelyrin @ http://www.goormorningkelyrin.wordpress.com

    https://goodmorningkelyrin.wordpress.com

  19. J’admire souvent ces personnes ultra-bosseuses, ultra-connectées, ultra-glamour et puis je me dit que ce n’est pas tenable à long terme. Est-ce qu’on préfère gagner 100 euros de plus ou profiter de la vie et être zen ? Il y a un livre que j’avais commencé qui s’appelle Work et qui pointe du doigt les entreprises qui font des meetings, des process, des projets à rallonge et qui ont une belle notoriété. Et le mec qui a écrit ce bouquin a une entreprise qui fait beaucoup moins de bruit, avec peu de salariés, mais qui fonctionne très bien. Alors souffle un peu, même pas besoin d’un article par jour sur le blog, on ne t’en voudra jamais. <3

Répondre

Naviguer