Everyday Counts

Aussi futile soit-elle, je crois que la mode a été le premier élément déclencheur de mon lâcher prise vis à vis du regard des autres. Le premier domaine dans lequel j’ai exprimé et assumé ma simplicité, ma confortable banalité; dans lequel j’ai renoncé à employer toute mon énergie à améliorer mon image, pour la rediriger vers la connaissance de soi.

Au lieu de chercher à plaire, à faire sensation, j’ai commencé à choisir mes tenues selon mes vraies envies, même en sachant parfois que le rendu était fade, « inintéressant », ou ne me mettait pas forcément en valeur. L’important à mes yeux s’est avéré avant tout de me sentir en accord avec moi-même, d’être bien dans le quotidien, dans la réalité de la vie, quitte à ce que l’image que je projette perde en valeur – car que m’apporte concrètement cette image qui soit vraiment essentiel?

Depuis ce jour, cet état d’esprit s’est diffusé dans tous les autres domaines de ma vie (bien qu’à des degrés différents, bien sûr). Je n’ai plus peur de déplaire, pas même à mon amoureux, ni à ma famille. Au contraire, j’ai l’impression d’être bien plus rayonnante en étant tout simplement au lieu d’essayer d’être; alors pourquoi faire autrement?

Ma grand-mère me disait toujours qu’elle avait un seul regret: s’être trop longtemps préoccupée du qu’en dira-t-on, qui parfois la faisait douter, l’empêchait de vivre exactement comme elle l’entendait. Avoir gâché trop d’années, cédées à la peur du regard extérieur. « Si tu savais comme je m’en fiche, maintenant! ». Elle s’était rendue compte avec l’âge que la vie passait bien trop vite et que le plus important était d’en profiter sans aucun égard pour le jugement de personnes qui ne voulaient pas comprendre.

Bien sûr, décider de rester tel qu’on est n’est pas toujours évident; c’est accepter de prendre des risques, notamment celui d’être rejeté, jugé, et autres parties de plaisir. Mais quand le « moi » est solide et assumé, ces blessures, si elles arrivent, ne nous brisent plus. Pour moi par exemple qui m’expose constamment sur ce blog avec toute l’authenticité que je défends, être critiquée, moquée ou mal comprise est parfois difficile à avaler. Mais cela n’a plus d’impact sur mon estime de moi. Je décide de faire sans ces personnes qui ne sont pas sensibles à ma façon d’être, consciente qu’elles ont la leur propre, et que l’incompatibilité n’est vraiment pas un drame. Et quelle sérénité…!

Mieux encore: le bonheur d’être apprécié par certaines personnes lorsque l’on est 100% soi, sans chercher à s’inventer une meilleure personnalité, une vie de diva, ou à projeter un physique parfait 24h/24, vaut tous les trésors du monde. J’en parlais avec une copine récemment, assez timide et réservée, qui s’émerveillait d’attirer malgré tout un certain nombre d’ami(e)s sans qu’elle ait besoin de se travestir, juste pour ce qu’elle était vraiment. C’est en effet une sensation fabuleusement apaisante et la meilleure des compensations pour toutes les peurs que l’on laisse difficilement de côté.

look-blazer-blanc-everydaycounts look-blazer-blanc-everydaycounts2look-blazer-blanc-everydaycounts5look-blazer-blanc-everydaycounts3look-blazer-blanc-everydaycounts6 look-blazer-blanc-everydaycounts7 look-blazer-blanc-everydaycounts8 look-blazer-blanc-everydaycounts9

Le blazer que vous me voyez porter aujourd’hui est mon dernier gros coup de coeur, issu d’une jeune marque amstellodamoise dont j’aime beaucoup l’attachement aux beaux basiques, Everyday Counts. Avec ce tshirt rayé et mes sacro-saints jeans Dr Denim, il constitue mon uniforme du moment. Simple, mais efficace à mon goût, grâce à sa coupe « oeuf » et sa couleur lumineuse.

Ressentez-vous un attachement au regard des autres en mode?

Blazer Everyday Counts – Débardeur J. Crew – Jean Dr Denim
Baskets Stan Smith Adidas – Sac Fossil (offert) – Bagues Ana Ruiz (offertes)

 

46 commentaires

  1. C’est amusant comme on rencontre les personnes au bon moment dans sa vie.
    Je suis dans cette même phase depuis plusieurs semaines, quel bonheur de se chercher et de se trouver comme on est vraiment. De faire tomber le masque. De s’assumer. De s’aimer. Tout simplement.
    Je fais ce travail sur moi, et je vois le comportement des autres changer autour de moi. Il change en bien.
    Quand les personnes qui t’entourent voient que tu es sûr de toi, que tu assumes tes choix, et que tu avances coute que coute avec ta propre personnalité, ils ont un regard assurés, eux aussi. Et ils croient en toi.
    Que c’est agréable de ressentir cela.
    De mon côté, cela me motive encore plus à continuer dans ce sens.
    J’ai commencé par les cheveux ^^, puis mon travail et enfin mon quotidien.
    Que c’est bon d’être soi ;-)
    Merci pour cet article, je te découvre au depuis quelques jours et j’aime beaucoup ce que tu fais, les sujets que tu abordes.
    Alors à bientôt, j’en suis sûr…
    Bises
    Laura WB
    http://www.carnetdefie.fr

  2. Je pense qu’on gagnerait tous à réfléchir de cette manière. D’arrêter de tout le temps penser à ce que les autres peuvent penser de nous, pour se reconcentrer sur nous, nos envies, nos désirs, notre personnalité.
    Quand on croise quelqu’un qui s’accepte tel qu’il est, je trouve que cela se ressent, ça se lit sur son visage, sur sa manière d’être. Il y a une certaine authenticité qui se dégage de ces personnes, et qui fait du bien ! Et souvent, elles ont énormément à donner, à nous apporter.
    Merci pour toutes ces réflexions dont tu parsèmes ton blog, c’est extrêmement enrichissant :)
    P.S.: Ton blazer est magnifique, en plus d’avoir l’air très confortable, il te donne un teint radieux !

  3. Hello Miss,

    C’est super d’avoir compris ce principe essentiel au bonheur si jeune! Il m’a fallu beaucoup plus de temps et, du coup, j’ai l’impression d’avoir perdu quelques années à faire des choses pour les autres (pour plaire à la famille, aux amis, pour attirer l’attention de personnes qui n’avait pas les mêmes goûts que moi) et non pas pour moi.
    Et puis j’ai rencontré mon copain qui n’attendait rien de moi … au début c’était très déstabilisant: je me suis sentie perdue. Et c’est là que j’ai eu le déclic: Je ne me connaissais pas. Je ne savais pas qui j’étais, ce que j’aimais …
    Après quelques années, j’ai enfin réussi à rattraper ce retard et faire les choses en fonction de mes goûts et non plus celui des autres.
    Et je me sens complètement sereine, presque imperméable à la critique …
    Je me sens enfin moi-même: Heureuse et épanouie.

    MYstinguett

  4. J’an grandi dans des villes différentes, au regard différent où l’apparence n’avait pas le même poids dans la balance. Je me suis retrouvée malgré moi dans une situation où la valeur et l’intérêt d’une personne était basée sur des valeurs qui m’étaient étrangères : le prix des vêtements portés, les marques, l’apparence physique en general. Je ne rentrais pas dans ces moules et donc j’ai appris « à la dure » à n’en avoir que faire. Le déclic s’est produit avec mon choix d’orientation lorsque j’ai réalisé que je serais la seule à assumer ce choix mais tous les autres à venir dans ma vie et que la seule question qui valait la peine d’être posée n’était pas « qu’en dira-t-on ? » mais bien « comment ai-je envie de vivre, de passer mes journees ? » car qui d’autre que moi-même vivra mon quotidien ? Aujourd’hui j’essaie de faire chacun de mes choix en me posant la question de pourquoi je les fais et de toujours les faire en accord avec moi-même et mes valeurs. Et je suis tellement plus heureuse depuis !
    A bientôt !

  5. Très joli texte, et très jolie tenue en accord total avec toi-même ! Bravo pour cette prise de conscience ! Moi c’est avec les amies, en vieillissant on fait beaucoup de « tri » dans les amis, les vrais, les sincères ceux qui vous ressemblent ou vous enrichissent de leurs valeurs, de leur gentillesse. Jeunes, on ne rend pas compte, on pense qu’il en faut beaucoup pour être épanoui ou populaire au risque de ne pas être avec les bons. Avec la maturité, on se rend compte que l’important c’est la qualité des échanges et non la quantité d’amis !! Alors on ne plait pas à tout le monde mais on devient plus vrai, au moins ceux qui restent sont les vrais amis !! Jolie journée à toi Victoria !! Mathilde

  6. Merci pour cet article qui donne à réfléchir.
    Personnellement, je m’habille pour moi-même, malgré mon look qui peut paraître un peu trop excentrique/sophistiqué des fois et du coup on peut se dire que c’est pour attirer l’attention.
    Justement, c’est souvent le regard de l’autre qui me gène (surtout dans la capitale où j’habite et où les gens ne se gênent pas de te regarder, TROP te regarder quand tu portes un short ou quoi…). Mais cela ne m’empêche pas de m’habiller comme je veux, ça m’agace, car je me dis que les gens n’ont rien d’autre à faire que juger constamment par les apparences…
    Je pense que les gens devraient s’habiller pour eux, et pas pour les autres.

  7. Nathalietoutsimplement Répondre

    Tout est tellement bien dit dans ton article que je n’ai rien d’autre à ajouter. A part peut-être bravo à toi. J’espère pouvoir parler un jour comme ça (j’y travaille !!!). Ps : joli look qui effectivement te ressemble bien

  8. Tu as tellement raison… Je trouve qu’avec le blog, c’est d’autant plus dur d’être, et de ne pas essayer d’être : on a parfois envie d’être cette nana super cool avec une déco de fou, un look impeccable, qui cuisine trop bien et passe sa vie à voyager. Mais dans le fond, si ce n’est pas nous, ça n’est pas ça qui nous rendra heureuse… J’oscille entre les phases où je me sens vraiment moi-même, et celles où je sens que je dérive un peu, ce n’est pas toujours facile de faire le tri entre ses vraies envies et celles qui sont dictées par ce qu’on voit autour de nous. Mais j’y travaille ;) Merci pour ce bel article et ces jolies photos !

  9. Très bel article, ce n’est pas toujours évident de lâcher prise face au regards des autres, nous avons tous envie de plaire, en général je ne suis pas la mode si elle ne me plaît pas mais il m’arrive de suivre des influences qui ne me correspondent peut-être pas, à méditer !
    Merci pour ton partage et ta simplicité.
    Belle journée !

  10. Je dois encore être à une étape avant moi. Pas encore tout à fait à fond dans « l’être ». Je suis à une étape bienveillante. J’essaie d’abord d’être à l’aise avec moi-même, me comprendre, me connaître et m’accepter avant de lâcher prise par rapport aux autres. J’ai déjà vu beaucoup de changements, l’air de rien.

    Cette authenticité que tu as sur ton blog est vraiment pourquoi je te suis. Il n’y en a pas beaucoup, des blogs comme le tien, et je suis contente de voir que tu ne te remets pas en question à chaque critique. Quand on s’expose comme tu le fais, j’imagine que ça ne doit pas être facile tous les jours. Il y a beaucoup de méchanceté dans le monde des blogs.

  11. Toujours autant de sagesse, d’intelligence et de douceur qui se dégagent… Je pense qu’effectivement le lâcher prise vis-à-vis du regard d’autrui se fait plus naturellement en grandissant, quand on a cheminé avec soi-même, qu’on a appris à se connaître, à s’apprécier et à s’accepter tel que l’on est. Pour ma part, j’essaie dans mes choix vestimentaires d’être le plus en accord avec ce que je suis et cela passe notamment par éviter de se laisser happer par les sirènes des tendances. Et aussi acheter plus de manière plus responsable, consciemment et raisonnablement, des pièces dans lesquelles je me sens bien, confortable, à l’aise, à mon avantage mais aussi de qualité et intemporelles.
    Tu m’intrigues beaucoup avec tes jeans Dr Denim, c’est le confort absolu ?
    Des bisous jolie Victoria ;-)

  12. Très bel article, très bien écrit.
    Je pense que beaucoup de filles (dont moi) se reconnaitront.
    Même si j’aime la mode, je ne suis pas les tendances et suis plutôt classique je pense.
    Mais je ne me vois pas m’habiller différemment pour être dans le moule !
    Être bien dans sa tête et dans son corps, c’est tellement plus important ;)
    Gros bisous & bonne journée !

  13. Très belle réflexion! Ton texte est très bien écrit.
    J’ai une petite question pour ton blazer (sur lequel je craque complètement). je fais entre du S et du M en haut, et je suis petite (1m60), quelle taille me conseilles-tu? J’ai peur de nager dedans dans le M. Merci par avance!
    Belle journée

  14. Tu es superbe dans cette tenue ! La simplicité te va tellement bien ! Gros coup de cœur pour ton blazer, j’adore la coupe. Le lâcher prise côté mode j’essaie de m’y mettre de plus en plus, mais c’est vraiment ce foutu regard des gens qui pourraient me faire reculer ! Il n’y a vraiment rien de pire qu’un regard inconnu qui te critique sans raison apparente, juste parce qu’il trouve que tu n’es pas dans les codes de la mode et du je me fond dans le moule et la foule.

  15. Un très joli article… Il m’a fallu du temps pour en arriver à ce même état d’esprit du « lâcher prise » sur le regard des autres… Une maladie plus tard et la trentaine, je me suis recentrée sur l’important, c’est à dire être moi… Et étonnement comme tu le décris, le sentiment de bien être intense qu’apporte le fait d’être appréciée et aimée pour ce que l’on est vraiment, pas pour ce que l’on parait être!

    Je crois en tout cas que c’est toi et ton authenticité qui font de ton blog une si grande bouffée d’air frais dans la blogosphère!

  16. Je suis tout à fait d’accord. C’est simplement de se lancer dans ce « lâcher prise »(au sens s’accepter et accepter de ne pas être « parfaite » tout le temps) qui est dur au début. En tout cas, je l’ai vécu comme ça. Mais au bout de 3 ans de pratique, j’ai nettement progressé ^^.

    Ma prise de conscience s’est faite quand j’ai rencontré mon copain (un peu cliché, je te l’accorde ^^). Il a réussi à me faire comprendre que ça pouvait être dur de vivre avec quelqu’un de mauvaise humeur chaque matin pour les mêmes choses : cheveux qui sont pas comme on veux, trait de crayon pas symétrique ou l’éternelle question de la tenue… . Du coup je me suis demandée à quoi rimait tout ça, est ce que j’allais vraiment continuer à me prendre la tête pour ses futilités pour les prochaines années de ma vie (j’ai 23 ans), qui sont, en soit, sensée être les plus faciles ? Et finalement je me suis dit si tu le fais pas pour toi, tente le au moins pour ton copain et l’entourage.

    Mais finalement d’un acte presque altruiste au début, les bénéfices que j’en ai retiré sont justes énormes: plus de stress le matin car je suis comme je veux être. Depuis, mes ami(e)s me trouvent aussi beaucoup plus rayonnante, sans pour autant avoir remarqué de grandes différences. Car en fait, tout tient à une chose : simplement rééquilibrer ses priorités, la bascule entre le « ce qu »il faut être » et le « ce que j’ai envie d’être ».

    Je sais pas si j’ai été très claire dans ces explications, mais je tenais à partager cela avec toi !

    P.S: J’espère que tout s’est bien passé pour ton mémoire, et continue de rayonner :) !

  17. Depuis 1 an je suis le même chemin que toi. Quel bonheur de te lire, tu mets exactement par écrit tout ce que je ressens.
    Un grand merci j’aime plus que tout tes articles sur ton si joli chemin de vie personnel.

  18. Très émouvant et inspirant comme texte. Etant une jeune étudiante, il est difficile de s’affirmer et d’avoir cet état d’esprit où le regard des autres ne compte pas mais tes paroles invitent à lâcher prise. J’aime beaucoup ta tenue et ta simplicité fait ton charme.

  19. Très très bel article !!! On a souvent fait des commentaires sur ma peau, qui a des défauts il est vrai. Du coup je me sentais honteuse et obligée de me maquiller pour ne pas déplaire. Et puis il y a un an j’ai décidé d’arrêter de m’étaler des tartines de crèmes et correcteurs sur la figure. Je n’aime pas me maquiller, cela m’ennuie et puis tout mon argent y passait, bref j’etais malheureuse. Ma peau n’est pas parfaite mais je m’en fiche, maintenant c’est soins hyper légers le matin et j’assume devant mes élèves, ma famille, mon amoureux, mes copains.. tu as raison, ça enlève un poids!
    Sinon en matière de mode j’adore les imprimes et je ne me prive pas ! Ton style est très différent de ce que je porte mais je le trouve magnifique parce qu’il te va bien et qu’on voit que chaque pièce de correspond.
    Bises belle Victoria !

  20. Je trouve que tu fais vraiment preuve de beaucoup de maturité pour ton jeune âge…
    J’ai commencé à réfléchir à ce genre de choses que depuis 1 an ou 2. Mais pour moi le travail est plus long je crois. Je n’ai pas peur du regard des autres dans la mode dans la mesure où j’ai des goûts classiques. Mais là où j’ai un problème, c’est que je crois que finalement je ne me connais pas vraiment. a trop vouloir faire plaisir à tout le monde, je ne connais pas mes propres désirs.
    Une des phrases que je dois dire le plus souvent je pense c’est « comme tu veux ». En me disant que je ne suis pas compliquée, que tout me fait plaisir. Oui mais quand même… plus j’y pense plus je me dis qu’il faudrait que je m’affirme plus (et surtout que je me connaisse plus). Mais comme je déteste la confrontation et que je ne veux pas déplaire c’est difficile.
    C’est rigolo car avant de lire ton article j’écoutais une interview de Michel Onfrey et ses idées rejoignaient ce dont tu parles. Dois je y voir un signe?

  21. Je trouve ça fort que tu arrives à cette maturité si jeune, je n’ai jamais eu trop de problèmes sur l’apparence physique et le regard des autres à ce sujet mais il y a encore des domaines où il est difficile d’être différent , le domaine professionnel par exemple… je n’ai jamais su ce que je voulais faire et après des années de souffrance dans des boulots que je détestais, je commence à accepter que la vie de boulot que la société exige de tout un chacun n’est pas pour moi et je n’en fait plus autant un complexe. je suis une « nontravailleuse » plus épanouie et même si je dois me contenter du RSA je suis plus en paix avec moi même.
    Petit aparté dans un « blog mode » …

  22. Comme je te comprends ! Mille fois ! Merci de partager cette introspection. Moi c’est passé par le boulot. Quitter un boulot qui m’emprisonnait, sortir du moule qu’on avait fabriqué pour moi, l’ecole, les parents, la société… Et réapprendre à s’écouter parce que finalement on a déjà su faire ; c’est instinctif quand on observe les enfants. Aprés avoir passé des années à rentrer dans ce moule, que tu appelles le regard des autres ( satisfaire l’envie des autres ), j’ai passé des mois à essayer de défaire, désapprendre pour mieux m’entendre. C’est un peu comme une quête de soi ! Ca fait peur mais quand on commence on ne retournerait en arrière pour rien au monde.

  23. Salut Victoria,
    d’habitude je ne poste jamais de commentaire sur ton blog mais je me reconnais dans cet article et je tenais à te dire que le naturel te réussit complètement!Et tes photos sont superbes!
    Je n’ai que 20 ans mais je suis la même voie que toi: « s’en ficher du regard des autres et s’accepter enfin telle qu’on est »
    Merci pour ces paroles inspirantes ;)

  24. Assez étrangement, toutes les choses que mon entourage aime chez moi sont celles que je supporte le moins de voir s’exprimer, en particulier sur les photos. Ce sont pourtant des choses positives, comme sourire… Est-ce que justement, l’exercice photos sur le blog ne t’aide pas aussi là dessus? J’ai un peu cet espoir fou que le temps et l’habitude m’aideront mais pour le moment, ce n’est pas gagné!

  25. Pendant longtemps je me suis cachée, car je trouve que mes jambes sont blanches, du coup je me privais de short, robes ou jupes car j’avais peur des réactions des autres.. Puis je ne me trouvais pas non plus très jolie, depuis petite, les autres se moquaient de moi (à cause de mes cheveux roux), donc la confiance en soi c’était pas le top… Et je sais pas, au lycée, en terminale, j’ai eu un déclic et j’ai commencé à dire F***, j’ai commencé à devenir moi, la personne que je suis a commencée à se refléter également sur mon physique et je me sens mille fois mieux à présent.
    Donc ta simplicité est totalement parfaite, surtout que c’est une très belle simplicité vestimentaire ;)
    Puis ta veste est sublime, je me tâte à la prendre car elle est en promo, mais y a aussi la bleu foncée (grise), tu me conseillerai laquelle? Sachant que j’ai pas la peau très foncée et je suis rousse ^^

    Bisouus, Andy.
    http://ucephal.blogspot.fr

  26. Que c’est dur d’afficher sa personnalité telle quelle! Surtout si on est à l’opposé de ce que les gens affichent. Je n’aime pas faire la fête, je ss casanière et je ne bois pas bcp! J’aime sortir en petit comité et passer bcp de temps avec mon amoureux.
    C’est un long chemin avant l’acceptation de ce qu’on est.
    bises de http://happy-pillz.com

  27. Merci Victoria, je laisse très rarement des commentaires sur internet mais pour cet article j’ai décidé de le faire car il m’a reelement ouvert les yeux et m’a fait énormément de bien.
    C’est marrant en étant toi même et justement en ne cherchant pas à plaire à tout prix tu écris ce blog exceptionnel, donc comme tu le dis si bien  » Au contraire, j’ai l’impression d’être bien plus rayonnante en étant tout simplement au lieu d’essayer d’être », tu nous transportes chaque jour avec cette honnêteté qui est la tienne. Et c’est justement parce que tu ne cherches pas à plaire à tout le monde et que tu es toi même que tu plais tant!

    Bref, excellente journée à toi et à tout ceux qui passeront une meilleure journée grâce à toi et merci pour ce blog que je lis quotidiennement.

  28. Ce post m’a donné envie de te rencontrer … pour de vrai ^^ j’arrive!!! Être une personne âgée pour se rendre compte que c’est pour soi que l’on vit, non jamais. C’est maintenant qu’il faut assumer.

  29. Coucou,

    je m’appelle AnaÏs, j’ai 31ans et j’habite en Belgique.
    J’ai découvert ton blog il n’y a pas très longtemps et je suis déjà plus que fan pour le côté divers et varié que tu proposes!
    Et que dire de cet article!!je ne suis on ne peut plus d’accord!Mais il n’en n’a pas toujours été ainsi. Autrefois j’étais plus superficielle et j’étais à fond dans la mode. Toujours à affût de la dernière tendance ou du dernier sac à la mode à avoir. Et puis je suis devenue maman il y a presque 3ans. Et la tout à changé. J’ai commencé à ne plus être en phase avec moi-même(physique, vêtements, façon de voir les choses,…). J’ai petit à petit changé tout ça. Plus de couleurs, plus de motifs, plus de confort, et surtout j’ai coupé 40cm de cheveux. La révélation. J’ai parfois douté mais je reviens toujours à « mon nouveau moi » et je suis si bien dans mon style à moi!
    Tout ça pour dire qu’aujourd’hui j’achète quelque chose parce-que cela me plait et non parce-que c’est à la mode. Et je ne passe plus 30min à choisir ma tenue le matin en me demandant si ça va plaire aux autres ou si je vais faire sensation avec. Etre bien dans sa tête et ses baskets quelle soulagement, quelle légèreté d’esprit!!Cela laisse la place pour tout le reste et profiter pleinement de la vie.
    Vive les blogs comme le tien ou comme Friendly beauty!!
    Bonne continuation à ton blog!

    Anaïs

  30. Pingback: L’allure, le fond et la forme – HappyMonde

  31. Pingback: Avoir confiance en soi : Little Inspiring Tricks #2 – HappyMonde

Répondre

Naviguer