En chemin

Voilà déjà deux ans que je m’intéresse de plus près à la mode responsable, éthique ou « green ». S’il m’est encore très difficile d’être irréprochable, je constate à quel point mes réflexions à ce sujet prennent de l’ampleur, et influencent de plus en plus fortement ma consommation.

Je suis devenue incapable, par exemple, de m’acheter des vêtements sur un coup de tête, sans raison. Il faut vraiment que la pièce en question puisse m’être utile.

J’ai aussi pris l’habitude de lire systématiquement les étiquettes. N’ayant pas le budget pour soutenir exclusivement des marques à la fabrication éthique, j’essaie au moins de privilégier les matières nobles et naturelles, voire les fibres écolos si possible, et d’éviter autant que possible les mélanges de matières synthétiques, ou les alliances de synthétique et naturel, qui empêchent à l’heure actuelle un recyclage qualitatif (on ne sait pas encore bien séparer les types de fibres). Au moins, le 100% coton ou le 100% laine sont biodégradables, et le 100% polyester peut être revalorisé, voire former un nouveau vêtement !

Dans le même esprit, grâce à une bonne connaissance de mon style et de mes habitudes, je suis désormais assez raisonnable dans mes achats (et dans mes partenariats): je choisis surtout des pièces intemporelles ou polyvalentes, des imprimés que je suis sûre d’assumer, ou encore des coupes qui me correspondent réellement et que je porterai très longtemps. Bien sûr, je ne m’empêche pas de tester des choses de temps en temps, mais je prends moins de risques, peut-être, pour éviter le gâchis.

Enfin, vous l’aurez remarqué, j’ai finalement pris un tournant décisif vers l’éviction progressive du cuir dans mes nouveaux achats d’accessoires: je ne trouve plus cohérent, vis à vis de mon végétarisme, de soutenir cette industrie qui nécessite aussi l’abattage d’animaux. Toutefois, je porte toujours sans souci les chaussures en cuir que je possédais déjà (ce qui est fait est fait).

Bref, vous le voyez, c’est désormais une question qui m’habite réellement !

Et pourtant, je ne vais pas affirmer que tout cela coule de source pour moi, parce que ce n’est pas toujours le cas. Les sources de frustration sont nombreuses, forcément, puisque nous vivons encore dans une société largement dominée par la fast fashion et les matières animales.

Comme avant, il m’arrive encore, quand j’ai besoin de réconfort, d’aller consulter les boutiques-en-ligne de mode à petits prix, et d’être tentée par plein de choses. Je vois souvent dans la rue ou sur internet des modèles de sacs ou de chaussures en cuir sublimes, qui me font terriblement envie.

Dans ce genre de situations, je maudis un peu mon attachement à tous ces principes qui me limitent. Mais au fond de moi, je le sais: avoir la dernière paire de bottines à la mode, ou un pull à la composition douteuse, même s’il est très beau, ce n’est pas vraiment important, n’est-ce pas ? J’ai déjà tellement de chance avec tout ce que j’ai !

Face à ces frustrations qui n’en valent pas la peine, j’essaie de rester bienveillante avec moi-même en trouvant des compromis « plaisir » si besoin (par exemple, m’offrir un énième sac sans que ce soit vraiment nécessaire MAIS en le choisissant vegan, ou craquer pour un jean made in China MAIS en coton bio) afin de continuer ce chemin sans négativité.

En parallèle, je nourris tranquillement mes réflexions, j’observe, j’apprends à déceler ce qui me fait vraiment du bien et ce que je veux réellement. Ça prend du temps, oui, mais c’est ainsi. Je me connais: mes évolutions les plus durables sont celles que j’ai pris le temps de construire à mon rythme, en m’écoutant, sans faire fi des pressions. En attendant, mon chemin est imparfait, et ce n’est pas grave: au moins, j’avance. Comme je dis toujours: un tout petit effort, plutôt que rien du tout, c’est déjà beaucoup !look-quotidien-misaison look-quotidien-misaison2 look-quotidien-misaison3 look-quotidien-misaison4 look-quotidien-misaison5 look-quotidien-misaison6 look-quotidien-misaison7

MERCI Coralie pour les photos ♥︎

Gilet kimono Vila 2016
T-shirt Close – Coton et lin, made in Portugal (SOLDÉ)*
Jean Monki – 100% coton bio
Sac Street Level – simili-cuir + pompon en vrai cuir*
Baskets Veja – vegan, matériaux durables (modèle vegan quasi identique ici)*

*partenariat

***

Et vous, arrivez-vous à intégrer des critères éthiques dans vos achats mode ?
Ou est-ce difficile pour vous ?

Cet article contient des liens affiliés. Un immense merci pour votre soutien ♥︎
Pour en savoir plus sur la monétisation de ce blog, RDV sur ma FAQ.

49 commentaires

  1. Ahhh Victoria, ta douceur, ta sérénité, ta bienveillance permanente, tu es un îlot de bonheur dans un monde de brutes 💜

  2. Je t’avoue que si je me suis tournée vers un mode de consommation bien plus Green et éthique pour l’alimentation et les produits ménagers, j’ai encore beaucoup de mal avec ce qui est de la mode. Pas par désintérêt, mais question budget et accessibilité : je méconnais encore beaucoup ce domaine. J’en suis encore au stade de m’y intéresser, en fait, notamment grâce à toi. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles je lis les étiquettes maintenant : ma nourriture, les bougies, la nourriture de mon chien (des semaines de recherche, des semaines !), les cosmetiques… je me renseigne tout doucement pour le textile mais je ne suis pas prête à vraiment sauter ce pas, meme au delà de la question du budget. Mais, grâce à toi, je connais maintenant la collection plus responsable de Bonobo par exemple, et là, ca me paraît une évidence de me tourner vers elle. Tout ca, cnest un cheminement qu’il faut faire à son rythme…

  3. Bonjour Victoria ♡

    Je chemine aussi, comme toi, et comme peut-être un certain nombre de tes lectrices, sur le chemin de la mode responsable.
    Là aussi, nos chemins ont des points communs et des divergences : en parler nous permet de mieux asseoir nos décisions, d’apprendre de nouveaux détails, d’enrichir et de peaufiner notre approche.
    Merci donc, pour chacun de tes billets informatifs dans ce sens 💚

    Pour ma part, je dirai que ce chemin s’est fait en deux temps :
    – le premier date de 2010 je dirai : moment où j’ai commencé à sélectionner mes vêtements par leur matière en privilégiant uniquement les matières naturelles (coton, lin, cachemire, laine, chanvre, soie), et en évitant celles synthétiques.
    À l’époque, je ne connaissais rien des « coulisses » de la fash fashion, et ignorais donc que je pouvais consommer des marques telles que H&M (coton) avec un impact économique défavorable pour notre pays, et un impact défavorable pour la condition humaine + empreinte écologique (acheminement, etc.)
    Ce qui est assez fou, c’est que j’ai peu à peu fait cette transition non pour des arguments écologiques (production de matières synthétiques + recyclage), mais parce que j’avais lu / appris durant ma formation en Naturopathie, que les fibres synthétiques empêchaient la peau de « respirer », de transpirer, et que donc nous éliminions plus difficilement via l’émonctoire de notre peau. Donc, que physiologiquement, cela nous portait préjudice (et ce petit détail-ci, peu en parlent !).
    – le deuxième date de 2016, et est donc assez récent. C’est en regardant des Youtubeuses américaine & anglaises que j’ai entendu parler pour la première fois de la « Fash révolution », vu des reportages, regarder des documentaires, etc.
    J’ai été estomaquée de découvrir cet envers du décor…
    Donc, j’ai essayé de me renseigner (FAQ ou « about » des sites), comparé, etc.
    Je suis désormais une chaine YouTube qui donne des conseils dans ce genre (comment acheter plus éthique), en remontant dans ses archives, et regardant toutes les vidéos dont le titre m’intéressait, et ce fût très instructif ✨

    Ce deuxième tournant correspond à une autre période de ma vie où je m’oriente un peu vers le minimaliste (j’avais tendance à accumuler jusqu’alors) : j’ai lu deux livre à ce sujet au tout début de l’année, et depuis, il ne s’est pas passé un mois sans que je fasse du tri dans mes affaires (vêtements et autres) : j’ai beaucoup jeté et donné (et ce fût un merveilleux sentiment !) 💙

    Avant d’acheter maintenant, je réfléchis beaucoup plus (j’étais très compulsive avant pour mes achats) : je m’informe sur la marque si je ne la connais pas déjà, je regarde la matière du vêtement, je me demande si cela ira avec ma silhouette (je suis une « pear » 🍐💕), et les vêtements que j’ai déjà.

    Concernant les « matières animales » : j’utilise toujours du cachemire (moins de laine), ainsi que de la soie.
    Pour le cuir : je ne me limite pas pour l’instant, je me renseigne. La cause animale vs l’aspect polluant de certains plastiques utilisés pour ces objets en version vegan.
    J’ignore s’il existe une « bonne » solution (et si elle existe, je ne l’ai pas trouvée), alors j’oscille sans me mettre d’interdits 👜✨
    J’ai récemment acquis ma première paire de bottines vegan d’une marque française (qui produit à Barcelone je crois) : je l’ai montrée sur Instagram il y a quelques jours. Elle est très agréable 💛

    Tout ceci me donnerait presqu’envie d’écrire un article à ce sujet pour parler de mon expérience et propre cheminement sur mon blog… j’ignore si je le ferai.
    En tout les cas, cela m’a permis de faire un point par écrit sur mon cheminement ces 2 dernières années, et ce fût un bon moment… merci pour ces partages Victoria, belle journée à toi 💖

    • Coucou jolie Mély !

      Tu as tout à fait raison de rappeler la problématique « santé » des tissus synthétiques, à savoir qu’ils ne laissent pas respirer la peau (et en plus, en cas de contact prolongé, on suspecte des migrations de substances toxiques dans la peau, surtout en cas de transpiration ou de chaleur). Je me souviens que ma maman ne voulait jamais nous acheter des sous-vêtements et t-shirts en synthétique à cause de cela !

      C’est aussi l’une des raisons, outre l’aspect écologique, pour lesquelles je les évite au maximum; ma seule exception concerne mes culottes Thinx (mais désormais je me tournerai vers la nouvelle gamme en coton) et certaines jupes légères d’été en 100% polyester – dans ce cas, le tissu est peu en contact avec ma peau et ne l’enferme pas, donc je considère que ce n’est pas très grave.

      • Merci pour ces précisions ajoutées : elles me seront précieuses quand à mes choix d’achat d’avenir ♥
        J’ai quelques jupes de Prune (toute longueur confondue), et c’est mes rares exceptions au synthétique (je me souviens m’être posée la question avant de les acheter).
        Merci ✩

  4. Bonjour Victoria,

    Grâce a ton blog je me suis aussi tournée vers le naturel, l´écologique, les matières plus nobles et plus durables. J´ai appris a coudre et a survivre sans aller faire du shopping, et je voulais soulever un trait important de ce cheminement depuis un an : J´ai l´impression de me débarrasser des diktats imposés au genre. Je me maquille plus que très rarement, car je ne le supporte plus, et n´acheté que par nécessité des choses de qualité et dans des magasins qui assurent au moins une de mes valeurs. La fast fashion n´a plus de pouvoir sur moi (non, je ne craquerai pas pour cette mode de haut a volants, que je vois sur toutes les épaules, mais dont le froissement me gene…) non, je n´ai pas besoin de cette nouvelle palette Naked Heat, j´ai déjà ma petite naked achetée il y a un an, elle me suffit amplement… Ce que je veux dire c´est que j´ai cette sensation de force d´être libérée d´une pression a acheter constamment pour me réinventer.
    Cela généré une énergie et un surplus d´argent assez consequent.

  5. Très joli look et très belle réflexion également, Victoria.

    Pour ma part, je ne suis pas du tout dans cette démarche par rapport aux vêtements notamment, j’essaie de choisir uniquement des choses qui me plaisent, me mettent en valeur et dureront.
    J’ai fait pas mal de tri récemment (ma mère me donne énormément d’habits qu’elle ne porte plus, mais on ne fait pas vraiment la même taille, ça aide à ne pas trop « succomber » au trop-plein lol), en ai encore à faire et ça fait du bien!

    Il est cependant clair que, dans notre société, il est difficile de ne pas entendre les sirènes (marketing, pub etc.), ta démarche est d’autant plus admirable :-)

    Par contre, je suis contre le véganisme pur et dur. Et la réflexion de Mély à ce sujet (cause animale vs. aspect polluant du plastique) me conforte en cela. Même si, bien évidemment, je suis contre le fait de tuer des animaux pour notre plaisir. Je le serais même pour la nourriture, mais je mange toujours de la viande malgré tout :’-(

    • Je peux tout à fait le comprendre ! Moi-même je ne me verrais absolument pas abandonner définitivement la laine ou le cachemire par exemple, parce que je ne suis pas du tout satisfaite des alternatives. En revanche je suis consciente du problème que posent ces industries et j’espère plus de transparence (et de respect animal bien évidemment) d’ici quelques années sur ce point. Pour le cuir c’est différent, l’alternative du plastique ne me convainc pas écologiquement parlant, mais à titre personnel je ne veux vraiment pas tuer un animal juste pour avoir un joli sac. Du coup je surveille de très près les nouvelles matières qui arrivent sur le marché comme le piñatex ou le cuir de raisin. Ça semble hyper prometteur !! :)

  6. Tu as parfaitement résumé la conception que j’ai de la mode moi aussi. Je crois qu’avec l’âge on se bonifie aussi, non ? Et puis y travaillé dedans te fait prendre un certain recul sur l’industrie…ça aide aussi pas mal je trouve. Bonne journée x

  7. Bonjour Victoria,
    J’aimerai pouvoir intégrer à 100% l’éco-responsabilité dans mes achats vestimentaire mais il est difficile de l’être quand nous appartenons à la catégorie « plus size » et pire quand tu la combines avec « jeune ».
    À défaut de pouvoir l’être à 100%, j’effectue des achats réfléchis pour un dressing minimaliste mais harmonieux avec des pièces de qualité.
    Bonne journée, des bisous!

  8. Super article! J’aime beaucoup ton style épuré mais tendance 😉
    J’essaie de moins acheter, de recoudre et réparer mes vêtement usagés et de vendre ou donner quand un vêtement ne me va plus.
    Je n’achète plus de cuir déjà parce que c’est trop cher pour moi ensuite pour des raisons éthiques.

    Audrey

  9. Super article Victoria et je partage beaucoup ton expérience. En ce qui me concerne le plus difficile reste de concilier tous les critères qui m’importent. Aujourd’hui je souhaite arrêter toute consommation provenant de la fast-fashion, produit en sweatshop, contenant des matières animales (cuir, fourrure, laine, colle) et écologique. Avec un budget comme le mien, il est parfaitement impossible de cocher tous ces critères et je m’en trouve déprimée! Aujourd’hui je joue la carte du compromis temporaire mais c’est difficile et j’ai vraiment hâte d’être moins restreinte et d’avoir plus de choix tant en termes d’offre que de moyens personnels. Bref, merci Victoria pour cet article qui nourrit encore ma réfléxion à ce sujet et me permets de me sentir moins seule dans la frustration parfois! ;)
    Des bises!
    Melodie
    http://www.happymelodie.com

  10. Bonjour !
    Cet article est très intéressant et il soulève plein de réflexions chez moi…

    Entre mon envie de consommer de façon éthique (qui est devenue une nécessité) et la question du budget que cela suppose c’est parfois un casse-tête. Je crois comme toi que c’est un cheminement à long terme !
    Actuellement j’achète le plus souvent en friperies (boutiques de fripes, Emmaüs…) et alors je n’ai pas de scrupules à acheter parfois des marques fast fashion (mais le plus souvent je suis très pointilleuse et achète uniquement des vêtements de belle qualité). En revanche il m’est devenu impossible d’acheter des produits neufs de ces marques. Et parallèlement j’investis petit à petit dans des basiques de très bonne qualité et durables mais cela prend du temps évidemment, car c’est un gros budget à chaque fois!

    L’avantage de ces réflexions, c’est que mon style a évolué, je suis devenue plus « efficace » : je sais ce qui me va, je sais comment être à l’aise tout en me sentant jolie… Et j’ai de moins en moins de bazar chez moi car je privilégie les vêtements essentiels !

    • Oh oui, les friperies sont une super option pour ça ! Et je te rejoins sur la meilleure connaissance de soi, ainsi que sur la réduction du bazar à la maison et dans les placards: ça fait du bien !

  11. Que cet article est bien écrit et donne envie de réfléchir!
    J’ai encore beaucoup de mal à faire attention aux compositions de mes vêtements mais j’avance aussi un peu: j’ai fait un IMMENSE tri dans mon dressing en ne gardant que les pièces qui me vont vraiment et dans lesquelles je me sens bien! Ensuite, lorsque j’ai une envie, au lieu d’aller sur les sites des marques que l’on connait toutes, je regarde en friperie ou sur des sites de reventes de vêtements pour consommer de l’occasion et faire (re)vivre des vêtements déjà existant! :) C’est rikiki comme efforts, mais comme tu dis, c’est mieux que rien :)
    Bise,
    Marine

  12. Je me retrouve dans cet article !
    Le tiraillement entre nos convictions et les petits plaisirs sont parfois en opposition. Et avec cette incitation à la consommation, nous sommes sollicité(e)s partout, ce qui ne rend pas la tâche plus simple.

    Pour ma part, j’essaie de rentrer dans un magasin uniquement quand j’ai une idée précise de ce que je cherche, afin de ne pas trop flâner dans les rayons et être tentée par tout.
    Je fais régulièrement du tri dans mes vêtements afin de ne pas m’encombrer de pièces que je ne porte plus.
    Je préfère acheter moins, mais m’offrir une belle pièce 1 à 2 fois par an, quitte à économiser un peu en amont. Un peu comme une récompense pour ne pas avoir craqué sur des vêtements de moindre qualité ! Sinon je me console énormément avec les vêtements de seconde main.

    J’ai également la même problématique que toi en ce qui concerne les matières provenant d’animaux, et j’essaie constamment de choisir des produits conçus de façon responsable et respectueuse, aussi bien au niveau écologique qu’humain.
    Enfin, je me suis mise à la couture il y a quelques temps, alors peut-être qu’un jour je parviendrai à m’habiller par mes propres moyens !

    Bonne journée à toi, et merci pour cet article intéressant

  13. Personnellement je suis bien moins raisonnable que toi! Pour le moment, je m’attaque à ma salle de bain (produits de beauté) et à mes produits d’entretien. J’essaie d’être plus « green » et respectueuse pour la planète. J’avoue que pour les vêtements, le cuir me fait toujours autant craquer. Mais j’achète de moins en moins de fringues venant des grands groupes « cheap » genre H&M, Zara, etc… Et surtout j’achète de moins en moins tout court. Si je craque, il faut vraiment que ce soit utile ou un vrai coup de cœur. Je voudrais consommer moins.
    Enfin voilà, tout ça pour dire que je fais des efforts petit à petit et je suis déjà fière de moi :-)

    PS : Amsterdam est encore bien vert en cette saison! C’est beau toutes ces plantes!

  14. Très joli ce petit look. Comme toi je n’ai pas le budget que pour des marques éco responsables alors je privilégie le COTON BIO quand j’ai besoin d’un sweat ou d un teeshirt. Le budget étant plus que serré actuellement je fais attention à chaque dépense.

  15. Comme toi, j’essaye petit a petit a modifier ma facon de consommer niveau mode. Je me tourne vers des marques plus green, des matieres plus respectueuses de l’environnement et de la cause animale. C en’est pas facile et d’ailleurs j’ai recemment craque chez Zara et je m’en veux. Mais comme tu dis chaque effort compte et il ne faut pas se culpabiliser de craquer de temps en temps. Parce que j’ai aussi craque sur un sac vegan plutot que d’un sac en cuir dont j’avais terriblement besoin et ca c’est deja un petit quelque chose :)

  16. Hello Miss,

    J’adore suivre ton évolution et je m’en sers comme source d’inspiration pour avancer également de mon côté.

    Comme toi, je suis végétarienne. J’ai essayé de me diriger vers le végétalisme pour être encore un peu plus en phase avec mes idées. Et puis, j’ai trouvé cela trop ambitieux et je reste finalement niveau alimentation à un végétarisme simple.
    Du coup, j’ai une réelle envie d’avancer sur le reste: Mode, Cosmétiques … Ce qui paraît moins difficile mais finalement qui nous confronte encore plus à la société de consomation et à ses déviances.

    Je suis donc ton évolution avec attention ainsi que celle de Coline (Et pourquoi pas Coline) qui a réussi à exorcicer son amour pour les chaussures en cuir :)

    Plus sérieusement, j’essaie d’adopter un mode de consommation plus raisonnée. Je n’ai jamais été attiré par les vêtements low cost. J’ai troujours privilégié la qualité sur la quantité. Préférant m’offrir de temps en temps un vêtement basique de bone qualité plutôt que de succomber à la dernière tendance.
    J’essaie maintenant de réduire encore cette consommation, en ne m’offrant que des pièces dont j’ai réellement envie (Un ami m’a conseillé d’attendre toujours 15′ avant de valider un achat! Et ca marche!)
    Ma garde robe est minimaliste (je n’ai presque rien en double) mais je l’aime d’amour. Ce sont des pièces que je peux mettre et remettre, associées entres elles, sans jamais me lassé.
    J’arrive enfin à « user » mes vêtements! :)

    Merci pour toutes tes reflexions et astuces!
    Mystinguett.

  17. C’est super. J’ai commencé à prendre conscience de l’impact de ma consommation de vêtements grâce à toi et également aux blogueuses mode éthique (Coline, The green chick ou happy new green également).

    Cependant, quand je vois le prix d’un t-shirt chez Ekyog par exemple, évidemment ça rebute un peu. Mais je boycotte Zara, H&M and co depuis que j’ai pris conscience de certaines choses. Le documentaire The true cost vu sur netflix a également contribué à cette évolution.

    Enfin bref, c’est génial, par tes articles responsables, je trouve que tu contribues à rendre le monde meilleur car tu incites ton lectorat à réfléchir, tout ça en douceur et avec tolérance.

    Merci <3

  18. Très bon article ! Grâce à toi j’essaye aussi de me tourner vers des marques éthiques et écolos mais je suis loin de toi encore de toi je me laisse encore pas mal tenter par la fast fashion (et je culpabilise !) je me dis qu’il faut que je contrôle mes pulsions achats… cet été j’ai acheté pas mal de robes par exemple alors qu’au final j’ai passé la plupart du temps en short… en tout merci pour tes articles toujours plein de profondeur ! J’adore ta tenue en particulier le t-shirt tu l’as pris en quel taille ? Merci Victoria !

    • Coucou Louna ! Courage, le plus important déjà c’est de prendre conscience des choses: c’est un premier pas essentiel, alors bravo ! Pour le t-shirt, je les prends toujours une taille au-dessus (en M pour moi) pour le côté loose :)

  19. Oh oui c’est difficile de faire ce chemin dans le monde dans lequel nous vivons ! Moi je me suis désabonné dernièrement de toutes les newsletters ou blogs qui ne font que l’apologie de la fast fashion.
    Comme ça, pas de tentation ! Et puis je me sens beaucoup mieux maintenant.

  20. C’est toujours encourageant de lire tes conseils et de se dire qu’on avance tous et toutes petit à petit; pour ma part cela fait à peu près un an que j’ai commencé à faire attention à ma consommation de vêtements (oui je l’appelle comme ça haha) ainsi que les accessoires et chaussures. Tout à largement diminué parce-que sa ne sert à rien d’avoir dix paires de sacs à mains alors que deux ou trois de très bonne qualité suffit amplement! Et si j’ai une envie de renouveler j’en vends et j’en rachète un autre. Je ne veux plus acheter de cuir et oui parfois c’est triste quand on a un gros coup de coeur mais comme tu dis, nos engagements sont tellement plus importants que tout ça! Comme toi, j’ai encore un sac en cuir ainsi que des bottines, je les porte bien sur parce-qu’ils sont là et je ne veux pas m’en séparer, mais je trouve personnellement que c’est satisfaisant de voir par exemple que j’ai acheté un nouveau jean la semaine dernière et c’est un Monki 100% en coton bio! En ce qui concerne les matières, je les connais depuis un petit moment car j’ai travaillé dans le prêt à porter et j’ai appris à connaitre le bon du mauvais; notamment que c’est hors de question d’acheter de l’angora même si c’est ultra doux sur un pull, l’envers du décor et beaucoup moins doux qu’il n’y parait :(

    Petit pas par petit pas on y arrive <3

  21. Je dévie un peu du sujet principal de ce post, mais j’aime beaucoup les jeans taille haute sur les autres, notamment le tien sur ce look, mais quand j’essaye sur moi, ça me compresse le ventre.
    Je me demandais si c’était le cas de toutes, et que vous « souffriez pour être belles » ou ça se porte comme cela et je dois m’habituer ?
    Merci pour ton retour :)

  22. Je trouve tes démarches absolument admirables et je crois qu’il n’y a absolument aucun moyen d’atteindre la perfection dans notre société actuelle, même avec toute la bonne volonté du monde. J’essaie moi aussi d’adopter un mode de vie plus éthique et responsable mais ça demande du temps et beaucoup d’investissement. Le tout est de ne pas se culpabiliser parce que comme tu le dis, même de petits efforts valent mieux que de ne rien faire du tout.

  23. Chouette philosophie vis à vis de la consommation.
    Dans l’esprit, connais-tu la marque les Récupérables?
    Au plaisir de te lire,
    oytdt

  24. Ayant travaillé toutes mes études dans des magasins de fast fashion, j’ai une TONNE de vêtements que je donne, recycle ou vend.

    Mais concernant les chaussures, je ne sais pas quoi en faire. Avez-vous des infos (Victoria, les lectrices) à ce sujet ? Je trouve aussi que l’on a peu d’informations sur le recyclage de nos affaires. En France, on peut laisser nos affaires dans des points relais mais je ne sais pas exactement ce qui est fait avec. Et ces points ne demandent que des vêtements en bon état.

    Depuis cette année surtout, je vide mes placards et j’ai l’impression que ça ne s’arrête jamais ! J’ai vendu 100 pièces en vide-grenier et il me reste 2 grandes armoires pleines à craquer, l’enfer.
    J’essaye donc de ne plus acheter, ou en friperie uniquement (ce que je n’ai pas encore eu l’occasion de faire). J’ai tellement de vêtements inutilisés que cela m’a dégoûté du shopping et même si j’ai parfois envie de regarde mes affaires et ça me calme ! héhé.

    Ironie du sort, j’ai quand même eu besoin (le vrai besoin) d’un tee-shirt blanc que j’ai acheté à Bonobo pour l’envie d’éthique mais j’ai réalisé qu’il était uniquement à 50% coton et 50% polyester… :( La vendeuse m’a dit d’ailleurs que tout les cotons sont bio chez eux. (?)
    Bref, je suis en chemin mais j’ai encore du travail !

  25. bonjour Victoria, cet article me parle, j’aimerais beaucoup réussir à mieux consommer en mode comme je le fais pour l’alimentation, mais je suis confrontée à un problème. Je m’habille dans ce qu’on appelle les rayons grandes tailles. Et pour être honnête les seuls endroit où je trouve ma taille ( je m’habille en taille 48 ou 50) et des vêtements qui ne ressemblent pas à des vêtements de grand mère c’est dans les magasins type fast fashion…h&m et asos son mes fournisseurs officiels. Ça me désole mais je ne trouve pas ailleurs. Je n’ai pas un gros budget fringues j’aimerais bien pouvoir acheter moins, même si plus cher, mais des fringues de bonne qualité et produitent dans de bonnes conditions mais voilà je suis bloquée par ma taille. Si tu as
    toi ou t’es lectrices, des bons plans grande taille je suis preneuse!!

  26. Quand quel que chose fait vraiment très envie et quand la compo/fabrication est pas clean, jessaie de le trouver d’occasion, sinon tant pis! je comprends ta frustration pour le cuir jai la même !

  27. Hello Victoria :)
    Pour ma part, j’essaie d’adopter une démarche plus éthique dans ma consommation mais concernant les vetements, j’ai encore beaucoup de difficultés car je débute. Par contre, je réfléchis beaucoup plus avant d’acheter, pour aller vers un mode de vie plus minimaliste.

    Au plaisir de te lire.

  28. Hello Victoria !

    Encore un très bel article, merci !
    De mon côté, j’essaie de plus en plus de faire attention aux articles de mode que j’achète. J’en achète beaucoup moins et j’essaie de privilégier avant tout la qualité, des produits fabriqués en Europe et intemporels qui vont tenir les années sans se démoder (ou en tous cas, et c’est le principal, qui ne me lasseront pas). Mais c’est vrai que ce n’est pas toujours facile, surtout côté budget. Alors mes petits craquages, je les fais dans le département « conscious » d’H&M, surtout pour des articles de Homewear et de sport.

    Mais je tiens à souligner que de ce côté là (comme dans beaucoup d’autres !) ton blog et tes encouragements sont une véritable source d’inspiration ! On a l’impression de te suivre petit à petit dans tes efforts, et c’est vraiment chouette ! Alors merci !

    Bon weekend !

  29. Cela fait quelque temps que je m’efforce de bannir les marques de fast fashion de mes radars, et je m’y retrouve finalement assez bien : ce joli pull made in Europe à la composition « noble » plutôt que ces 3 blouses à la composition douteuse made in China. J’ai toujours fait mes comptes avec cette technique des vases communicants, qui m’évite bien des frustrations, car je sais que ce que je bannis sans états d’âme (même si c’est joli, même si je craque pour ces motifs adorables…) me permettra d’investir d’autant plus tôt dans cette belle pièce que je convoite. La technique est loin d’être imparable, et il m’arrive malgré tout de craquer pour quelque chose de moins recommandable, mais c’est un cap que j’essaye de maintenir.

  30. Pour ma part, j’essaye surtout dans ma cuisine d’essayer de consommer responsable, mais parfois le manque de temps me rammène à la raison.
    Mais j’ai une véritable volonté déjà d’arrêter d’acheter des produits industriels pour faire mon ménage (un simple citron, du bicarbonate de soude et du vinaigre font l’affaire).
    J’essaye quand je peux de commander des paniers de nourriture directement dans les AMAP….

    Mais pour les vetements je t’avoue que j’ai du mal. Ce n’est pas le prix qui me bloque, c’est plus que je ne sais pas ou aller acheter tout ça!

  31. De plus en plus appart si jai un énorme coup de cœur j’évite Zara et co .. je boss chez maje et pareil j’achète vraiment par besoin par exemple un manteau ( à savoir que je paye avec une bonne réduction ) mais je limite les achats je réfléchi avant es ce que j’en ai besoin ou pas .. à amsterdam jai été chez marble vintage et j’ai eu un coup de cœur pour un pull il avait de l’Angora dedans et je suis contre .. mais jai fait fini par l’acheter sans m’en vouloir en me disant qu’il avait deja servi donc je limitai la casse … je sais pas si cest une bonne réflexion mais je fais au mieux ..

  32. Tout comme toi regarder les étiquettes de composition et de provenance est devenu un automatisme. Je fais attention sans pour autant me priver et me frustrer! :)

  33. Comme toi mon budget ne me permet pas de me tourner vers uniquement de l’éthique, ma démarche et ma façon de voir les choses correspondent en tous points à ce que tu dis dans l’article. J’essaie de faire attention à la provenance et à la composition (j’ai banni le cuir moi aussi, sauf quand il est d’occasion). Là je me suis mise au sport en salle et j’ai besoin de m’équiper, j’avoue ne pas pouvoir mettre beaucoup dans mes baskets avec tous les frais que j’ai actuellement, mais ce sera un achat vraiment utile. Je culpabilise un peu, mais j’essaie de ne pas me mettre trop la pression et comme tu le dis, d’être bienveillante avec moi même. Si on est de plus en plus dans cette démarche progressive et tolérante, c’est déjà un énorme pas en avant pour faire bouger les choses petit à petit :)

  34. Bravo pour ta démarche, je suis petit à petit le même chemin.
    J’ai beau être tout à fait acquise à la cause, je dois avouer qu’acheter éthique n’est pas si facile. Parfois j’aimerais juste acheter un vêtement parce que je le trouve joli, sans avoir à déchiffrer l’étiquette, réfléchir si j’en ai vraiment besoin, oui parfois intellectualiser tous mes achats me gâche un peu le plaisir je crois!
    Et puis j’ai aussi du mal à dépenser une grosse somme pour un vêtement, même si je suis convaincue que cela se justifie, au delà d’une certaine somme je compte en nombre de restaurants, en 3 pulls = 1 week-end… Et puis ça met la pression cette histoire, quand tu t’achètes un vêtement à 100 ou 200€, faut pas le regretter :-)
    Et alors je ne te parle même pas du sujet bien casse-tête des vêtements pour les enfants!

  35. Bravo pour ta démarche !
    Je suis moi aussi sur le chemin d’une mode plus éthique, même si parfois c’est compliqué.
    J’ai choisi de ne plus acheter de vêtements (hormis les sous-vêtements et vêtements techniques de sport) mais de les coudre moi-même. Ca fait maintenant 1 an et 8 mois que toutes les nouvelles pièces qui rentrent dans mon dressing sont cousues main.
    Avant de me lancer, j’ai eu une longue réflexion sur ce qui me va, ce que j’aime, les couleurs, les coupes… Ca évite de se lancer dans un projet qui ne me conviendra pas !
    Il me reste encore une grande marge de progression notamment sur le choix des tissus et certains achats compulsifs.
    Après tout, chaque pas compte, non ?

  36. Merci pour cet article plein de bienveillance, de bon sens et de maturité ! Il n’y a rien qui m’agace plus que les gens moralisateurs, qui sous prétexte qu’ils sont plus avancés que toi dans une réflexion, se permettent de te faire la leçon et de te culpabiliser (coucou certains vegans)
    Tu montres toi-même que tu progresses, et en cela tu es un vrai modèle sans jouer les madames parfaites ! C’est inspirant de te lire :)

    Pour ma part en terme de mode, j’essaie d’acheter plus green petit à petit en privilégiant les matières naturelles (lin, coton, laine…) et en boycottant les grandes enseignes chez qui je me fournissais avant (H&M, Zara, Primark, etc) Et comme toi, j’essaie d’acheter des pièces qui ont du sens, que je vais garder plusieurs années sans que cela passe de mode ! C’est pour ça notamment que j’ai résisté à la tendance des volants par exemple, car même si ça correspond complètement à mon style, je sais que ce sera dépassé d’ici peu et que je ne pourrai plus le mettre, et j’en ai marre de gâcher.

    À bientôt :)

  37. J’aime beaucoup ton blog Victoria, et je me reconnais beaucoup dans ta démarche, tu as l’air très sympa. Je m’y sens mille fois mieux que dans des blogs où une nouvelle tenue est présentée chaque jour ou presque, pour finir sur l’eshop du blog 3 jours plus tard…
    Mais en même temps quelque chose me gêne dans la logique « chaque pas compte ». Certes, mais j’ai la sensation que la limite est très fine entre « je ne me flagelle pas, l’important c’est la bonne direction » et l’autosatisfaction « je me trouve des excuses ». J’admets que c’est mon cas parfois, je me dis « je fais déjà plus d’efforts que la moyenne, je peux bien m’autoriser X ou Y ! », et hop je craque. Autre discours que je vois très, très souvent : je mange bio, mais je voyage en long courrier 3 fois par an. J’achète des jeans en coton bio, mais au rythme de 4 par an. J’achète du maquillage cruelty free, je milite pour les droits des animaux mais ça ne me gêne pas plus que ça que mes vêtements soient faits dans des conditions atroces.
    C’est un questionnement dont je ne m’exclus pas ! Je ne suis pas meilleure que les autres. Mais j’aimerais bien qu’on ouvre le débat avec franchise. Pour ma part, j’avais fait des progrès ces dernières années, mais j’ai rechuté, je n’arrive plus à gérer mon désir de choses neuves. Pourquoi ?
    D’un côté ça ne sert absolument à rien de se trouver nul ou de culpabiliser… mais de reconnaître avec simplicité ses contradictions (se réfugier dans « personne n’est parfait » me semble un peu infantile) et être déterminé à faire mieux. Je trouve plus honnête d’admettre « le style reste plus important pour moi pour l’instant que le côté éthique, mais ça me gêne, je me sentirai mieux si je fais des progrès là dessus » ou « j’ai la flemme de réellement chercher du bio et changer mon alimentation, je me cherche en ce moment une motivation pour la surmonter ». Les gens moralisateurs sont un peu relous, mais ils peuvent aussi nous aider à être lucides sur les progrès qui restent à faire…

  38. Pingback: Je commence un nouveau chapitre de ma vie – storiesbyprisca

Répondre

Naviguer