Let Your Skin Glow

Il y a une réflexion que j’ai envie de partager avec vous, au sujet de la beauté et du maquillage. Cela fait des mois que j’y pense, que j’observe et que je ressens tout un fouillis de choses qui n’attendent qu’à être exprimées et débattues. Bien sûr, ce n’est que mon humble opinion, que je serais ravie de nuancer avec les vôtres.

Voyez-vous, je suis depuis longtemps une grande consommatrice de blogs et vidéos dédiés à l’univers des cosmétiques; une ancienne friande de magazines féminins, aussi, où j’y lisais souvent le même type de discours, mais trop impersonnel et lisse pour maintenir mon intérêt. Je suis également une passionnée de visages, j’adore regarder les gens dans la rue, et je remarque les conséquences de ce discours général sur de nombreuses filles croisées au hasard de ma route.

Des filles trop maquillées, j’en vois beaucoup. Non pas que je porte un quelconque jugement sur leurs goûts – mais il arrive que ça me rende un peu triste, quand j’y pense. Ça me rend un peu triste de regarder des tutoriels maquillage sur Youtube, et de penser que leur auteure était bien plus jolie au début de la vidéo qu’une fois ses mille couches de produits appliquées. Combien de filles estiment qu’elles ont besoin de tous ces artifices, sans réaliser qu’ils éteignent dans leur visage le charme de leur fraîcheur naturelle – imparfaite peut-être, mais tellement plus fascinante que l’aspect photoshopé qu’elles obtiennent finalement?

Avez-vous remarqué que la « couvrance » et la « pigmentation » sont deux termes-clés, deux valeurs sacro-saintes du monde du maquillage? Comme si un produit devait à tout prix cacher tout ce qui constitue notre apparence réelle pour être considéré de qualité. C’est assez puissant, comme concept. Moi, ce que j’aime dans les marques que j’utilise (BB-crème de REN, UNE Beauty, RMS Beauty…), outre la qualité de leurs ingrédients, c’est justement leur semi-transparence, la manière dont elles colorent et sculptent légèrement mon visage en jouant sur les ombres et les lumières, avec subtilité, sans m’effacer.

Ne vous y méprenez-pas, je ne suis pas en train de vous vendre la tendance no make-up, que je trouve sympa en théorie, très bien même pour celles qui en sont heureuses, mais pas vraiment universelle. Je suis pleinement consciente que beaucoup de personnes ne peuvent pas se permettre de sortir peau nue, tout simplement parce que beaucoup d’entre nous sommes touchées par des affections de la peau (rougeurs, acné, couperose, eczema, psoriasis…) qui ont besoin d’être visuellement diminuées pour que nous nous sentions plus à l’aise. Il n’y a pas de mal à cela, à ne pas pouvoir encore s’assumer complètement, on peut toutes le comprendre. L’âge aussi peut jouer sur notre apparence et rendre utiles certaines petites astuces.

Mais voilà: les peaux authentiques, les légers accidents qui font leur charme, me manquent un peu. Le grain, les petites taches, les petites cicatrices, la fraîcheur d’un visage qui rougit vraiment. Je suis pour les vrais soins de la peau, pour une action à long-terme, pas pour les cache-misères qui en nous métamorphosant temporairement dégradent le fonctionnement inné de notre épiderme. Je suis pour la correction ponctuelle, ciblée et discrète, des imperfections qui nous gênent, sans obsession inutile. Pourquoi recouvrir tout le visage d’une couche artificielle si nos cicatrices ne se trouvent que sur nos joues? Je suis pour les taches de rousseur, pour les grains de beauté, parce qu’ils nous caractérisent et nous rendent uniques. Je suis pour un peu de brillance, même, si notre visage s’en retrouve moins figé.

Je sais à quel point le maquillage peut être une passion, un loisir, un passe-temps – parce que c’est l’un des miens; mais ne le laissons pas supplanter notre réalité. Laissons notre peau vivre au maximum, tout en respectant nos propres faiblesses. Laissons-nous respirer, de temps en temps. Prenons réellement soin de nous, sans penser seulement au résultat instantané.

Autant que faire se peut, laissons-nous tout simplement rayonner!

inspiration-dewy-glowy

(Ces images, derrière leur impression de naturel pour certaines, ont évidemment été obtenues grâce à un vrai travail de maquillage, de prise de vue et peut-être même de retouche. Mais je les ai choisies parce qu’elles offrent toutes quelque chose qui me plaît: une place à la transparence, à la simplicité, et un aspect relativement plus authentique que ce que l’on a pu voir ces dernières années. Adieu teint trop poudré et textures épaisses, la tendance nude a du bon!)

Partagez-vous mon avis? Quel est votre ressenti par rapport à ce que le maquillage nous apporte?

64 commentaires

  1. tu m’ôtes les mots de la bouche ! Mon combat pour une belle peau n’est absolument pas terminé mais je préfère utiliser des produits assez transparents comme tu dis et qui se fondent dans la peau plutôt que des produits ultra couvrants même s’ils « cacheraient » mieux !

  2. C’est une analyse super intéressante. J’ai encore une peau que je qualifie d’ado car j’ai toujours de l’acné. Je mets du fond de teint minéral qui au final couvre si on veut mais si bien choisi laisse un très joli grain de peau assez naturel. Je suis allée voir un dermatologue qui m’a dit que ma peau était belle et qu’en aucun cas je ne prendrai de traitement oral pour quelques boutons. Je suis allée dans une boutique Bobby brown pour acheter un fond de teint. La maquilleuse me conseille juste un correcteur, elle me dit que j’ai la peau fine et qu’il est dommage de tout couvrir. Même remarque positive lors d’un soin en institut Bref tout ça pour dire que je crois que j’ai changé de regard sur ma peau. J’ai peut être été sévère et je n’ai pas réalisé que ce n’était finalement pas si la cata. Moi qui ne sortait jamais sans un fond de teint couvrant je me surprends à ne plus en mettre partout. Je laisse ma peau apparaître. Et je crois que j’aime bien. Et elle me le rend bien depuis quelques mois on dirait.

    Voilà désolée pour le pavé. Juste pour dire qu’on est parfois trop sévère envers nous. Ça marche aussi pour son corps mais c’est un autre sujet.

    • Je comprends complètement ton ressenti parce qu’il m’arrive un peu la même chose! J’ai constamment des boutons d’acné hormonal sur le visage, et même s’ils sont là de manière très ponctuelle (un par-ci, un par-là, pas d’invasions sur toute une zone par exemple), ça m’a toujours donné un regard un peu négatif sur ma peau. Mais je lâche du leste depuis environ un an parce qu’on m’a effectivement dit que j’avais aussi une très belle peau, ce qui a fini par me faire relativiser… Je change mes produits, je m’accepte mieux, et c’est vrai que ça fait du bien!

  3. Je trouve que c’est un très chouette article. Je me prends beaucoup la tete avec ma peau en ce moment et d’un coup je me sens soulagée. Allez, essayons de prendre plus de distance et de retrouver le plaisir du naturel aussi. Finalement mon homme a peut être un peu raison quand il dit me préférer sans maquillage…

  4. Bonjour Victoria,
    Je nuancerais ton propos si tu veux bien, même si je comprends parfaitement l’essence. Il est beaucoup plus facile et naturel de porter un « no-make up make up » quand on a une peau sublime, nette, sans imperfection, aussi fraîche que la rosée ET un sublime visage que lorsqu’on a une peau à imperfections avec plus ou moins de défauts sur un visage ingrat !
    Comme tu le dis, ce sont des photos de pros (modèles et/ou photographe), pas de la « girl next door ». Alors oui bien sûr, less is more, mais quand même, quand j’en croise certaines, je me dis que sans maquillage ça fait une sacrée différence et qu’elles sont bien mieux avec.
    Quant à la pigmentation, je trouve qu’à partir du moment où j’investis de l’argent dans un fard par exemple, il me semble légitime qu’il tienne plus de 2h sur mes paupières :-)
    Je te souhaite une très bonne journée et longue vie à ton blog qui est très inspirant <3

    • Je comprends tout-à-fait ta nuance! Comme je l’ai un peu suggéré dans mon texte, je suis consciente que la tendance no makeup n’est pas universelle, et que parfois on a besoin (pour problèmes dermato ou autres) de pouvoir cacher certains défauts.

      En revanche pour la pigmentation, je trouve que ça n’a pas forcément à voir avec la tenue! Il y a des produits semi-transparents qui durent des heures :) moi aussi je serais énervée d’investir dans quelque chose qui ne tient pas, mais ça n’est pas forcément lié au nombre de pigments du produit.

  5. Tout comme toi j’ai de plus en plus de mal avec les make-up chargés, les smokeys eyes très noir, les teints trop épais !
    Cependant je ne peux pas être totalement « nue », ça m’arrive le dimanche, je sors sans maquillage et c’est parfois très douloureux car je ne m’assume pas comme ça. Pour autant j’aime mes tâches de rousseurs l’été, je garde mes petits vaisseaux rouge sur mon nez. J’essaye de plus en plus de « moins » en faire. Mon ancien copain me disait souvent je comprends pas pourquoi tu te maquilles, tu fais du no-poo et tu te maquilles !! je lui répondais que le maquillage c’était aussi un réel plaisir, associer les couleurs, me rendre compte que le blush abricot m’allait mieux qu’un rosée, que ce rouge prune était plus dure à appliquer. Il y a un côté technique sur le make-up et on se trouve plus jolie après, il faut être franc quand même !
    Je te rejoins complétement sur ton article.

    • Oui c’est certain, le maquillage est un jeu, un apprentissage qui est super intéressant! Moi j’adore, ça m’amuse beaucoup – c’est pour ça que je ne serai jamais extrémiste à ce sujet. Mais c’est vrai qu’il faut parfois faire attention à ne pas se laisser emporter par trop de perfection au risque de « gâcher » un peu ses propres atouts :)

  6. Je comprends totalement l’idée que tu partages dans cet article. J’avoue que je suis de celles qui se maquillent tous les jours (pas non plus à l’exagération) mais ayant une peau très blanche avec des défauts (rougeurs, teint différent selon les endroits du visage) je m’abstiens de sortir sans me maquiller.

    Par contre, j’ai remarqué qu’en vacance, je suis beaucoup moins portée sur le maquillage. J’aime rester simple et naturelle avec une petite touche de mascara et de blush par exemple. J’ai d’ailleurs découvert qu’avec ma peau légèrement bronzée apparaissait des petites taches de rousseurs au niveaux du nez et on m’a complimenté plusieurs fois en me disant que c’était vraiment joli. Du coup je pense que tout dépend de plusieurs facteurs. On peut être très jolie sans maquillage, il faut juste trouver ce qui nous va et se sentir fière d’être comme on est :)

  7. C’est un sujet un peu épineux. C’est vrai que la peau de notre visage est finalement la première chose que l’on montre de nous. J’ai eu de l’acné quand j’étais plus jeune et à cette époque je me maquillais bien plus. Je détestais ma peau et ça m’a beaucoup complexé. Depuis que je n’ai plus de boutons, je laisse ma peau respirer et c’est très agréable mais je comprends tellement que certaines filles souffrant de problèmes de peau ne puissent se passer d’un fond de teint couvant.
    Aussi, pendant longtemps, je n’aimais pas mes tâches de rousseur car je trouvais qu’elles « brouillaient » mon teint. J’apprends à les aimer petit à petit, car comme tu le dis mes tâches de rousseur sont synonyme d’authenticité.
    Bises,
    M.

    http://dmedr.blogspot.fr/

  8. Je suis à 200 % d’accord avec toi, le fond de teint je n’en ai jamais mis et je ne m’en porte pas plus mal. Un anti cerne, une poudre et c’est terminé mais c’est peut être aussi car j’ai la chance de ne pas avoir une peau trop dégueu…D’autant que j’ai remarqué que plus l’on met de produits sur sa peau (bb crème + fond de teint + poudre) la peau réagit violemment et commence à ce moment là à devenir grasse etc sous la couche de make up..
    Bref bien d’accord avec toi, revenons aux petits défauts c’est bien plus agréable!!!
    Bises
    http://aubonheurdesdames-leblog.fr

  9. Je suis tellement d’accord avec toi même si j’ai beaucoup de mal à aimer ma peau nue …
    Est ce que tu pourrais me dire ou as tu trouvé la photo de la jeune fille brune aux yeux bleus en bas à gauche ?

  10. Très jolie réflexion :) Je suis entièrment d’accord avec toi. Je pense aussi que malgré tout, les images de la publicité, des séries, du cinéma reflètent un idéal de peau « parfaite », sans pore apparents, sans taches de rousseur, etc.

    J’ai aussi remarqué quelque chose récemment, il ne faut pas se le cacher, c’est que les photos réflex et les vidéos améliorent grandement le grain de peau, le « photoshopent » automatiquement. La blogueuse Coline en parlait dans une de ses vidéos récemment. Du coup, derrière son écran, on se dit « Ah mais ce fond de teint a l’air génial, sa peau est parfaite ! ».

    Je trouve ce sujet vraiment très intéressant, j’avais d’ailleurs écrit un post là-dessus, mais davantage du point de vue des soins de la peau, sur l’objectif quasi inateignable de la peau parfaite (http://lemoncoco.fr/la-peau-parfaite).

    Pour moi, le maquillage du teint, c’est la bbcrème Erborian en touches très légères sur les zones un peu brouillées de mon visage. Bien sûr je ne rencontre pas de problèmes de peau particulier si ce n’est un ou deux boutons de temps en temps. J’ai remarqué que les jours ou je mets très peu de maquillage, ma peau est bien plus belle par la suite.
    C’est peut-être aussi un cercle vicieux le « trop » de maquillage : en essayant de cacher ce qui ne va pas, on risque peut-être de faire empirer la situation ou du moins de ne pas laisser la peau respirer et se défendre seule.

    Belle journée,
    Marline

  11. Je suis d’accord avec toi, d’ailleurs je me rends compte que personnellement j’ai beaucoup épuré mon make-up ! En ce moment je recherche un « fond de teint » très léger, quelque chose qui unifie mais qui laisse transparaître ma peau, qui ne cache pas mais embellie juste un peu. D’ailleurs je recherche plus un fond de teint ‘soin’, quelque chose qui va surtout hydrater et rendre ma peau lumineuse. C’est compliqué, je n’ai pas encore trouvé. Les BB crèmes ça ne me va pas, trop gras pour ma peau. J’ai l’impression que ma peau ne supporte plus une grosse couche de fond de teint, j’en met désormais très peu, juste là où il y’a besoin. Pourtant ma peau est loin d’être parfaite ! Mais j’en prends grand soin, je préfère investir dans des bons soins et la chouchouter plutôt que de la camoufler. D’ailleurs elle est de plus en plus jolie et j’ose parfois sortir seulement avec du mascara, ce que je pensais impossible il y’a quelques années. Par contre moi je maquille désormais systématiquement mes sourcils (de manière très naturelle toujours) et ça apporte du caractère au visage sans avoir besoin de beaucoup plus. Mais il y’a aussi des jours où j’en met un peu plus, où je prends du plaisir à me maquiller, d’ailleurs j’achète encore pas mal de palette de fards (nude principalement) et même si je les utilise peu, j’adore les sortir et m’amuser avec ! En tout cas je suis très heureuse de ce retour à la peau naturelle que mon amoureux apprécie (ils n’aiment pas les peaux pleines de fond de teint et de poudres les hommes je crois !)

  12. Malgré l’épisode génial de Desperate qui passe en ce moment à la Tv, j’ai été absorbé par ton article ! Comme très souvent, j’adore te lire et voir tes opinions. Je pense d’ailleurs que tu m’as aidé par certains de tes articles de faire plus « naturelle ». J’adore le maquillage, j’en ai énormément, j’adore en acheter, j’adore les avoir mais malgré tout je ne me maquille pas plus qu’avant. La plupart du temps c’est eye liner mascara correcteur et poudre. Cependant, quand je regarde les vidéos des filles qui se mettent du fond de teint couvrant alors qu’elles ont déjà une peau sublime ça m’agace un peu. Si je pouvais je ne mettrais rien mais même si j’essaye de faire des efforts et de ne pas mettre du fond de teint tous les jours, je ne peux sortir sans rien car j’ai encore des petites imperfections, des cicatrices et un teint pas très jolie je trouve. Bref, je pense que tu as raison, nos « défauts » font aussi notre beauté et notre charme. Si on ressemblait toutes aux filles parfaites des magazines quel serait notre intérêt ? Mais bon j’avoue que je me trouve beaucoup plus jolie avec un fond de teint couvrant qui masque mes imperfections. Désolé pour ce pavé, ton article est inspirant et longue vie à ton blog !
    Bisous :)

  13. Tout à fait d’accord avec toi, j’ai eu moi-même des problèmes d’acné assez sévères durant mon adolescence, et j’ai parfois porté du fond de teint pour les camoufler. Fort heureusement, ma mère m’a toujours incité à en mettre le moins possible pour laisser respirer ma peau, et je n’ai jamais vraiment aimé le rendu du fond de teint, que je trouve peu naturel (j’avais la phobie des démarcations, après avoir vu bien des filles de mon collège/lycée le visage orangé et le cou blanc…). Aujourd’hui, ma peau est toujours loin d’être parfaite, j’ai quelques imperfections, des cicatrices d’anciens boutons, quelques points noirs, et pourtant je préfère assumer et laisser respirer ma peau plutôt que camoufler le tout sous des produits. Et puis, je dois avouer que je n’ai jamais été de ces filles passionnées de maquillage, et que j’ai souvent la flemme d’y passer plus de 3 minutes le matin… Haha.

  14. Je partage ton avis. « Avant », j’aimais beaucoup regarder les tutoriels makeup sur YouTube. Plusieurs fois, j’ai essayé d’y reproduire chez moi, pour voir le rendu. Je n’ai jamais aimé. J’avais l’impression d’avoir un masque sur le visage. Je me suis petit à petit détachée du maquillage, pour ne garder que l’essentiel. Que c’est agréable d’avoir la peau nue, de la sentir respirer!
    Au fond, il y a deux problèmes. L’image de perfection qu’on nous renvoie sans cesse et qu’on essaie d’atteindre. Mais aussi le manque de confiance en soi qui nous empêche presque d’oser sortir sans ou avec peu de maquillage.
    Quoi qu’il en soit, très bel article :)

  15. Depuis l’apparition de mon acné, mon point de vu sur le make-up a beaucoup évolué ces derniers mois !
    Avant mon acné, le make-up était pour moi une passion, ça me permettait d’assouvir une certaine curiosité même je dirais : de quoi j’ai l’air si je met ce blush là, et un peu de bronzer ici etc. Depuis que j’ai découvert l’univers du make-up il y a 2-3 ans, je dois dire que voir a quel point on peut transformer un visage me passionne ! Pour autant, j’aimais beaucoup le maquillage naturel. Par exemple j’utilisais un fond de teint pour unifier mon teint, mais il n’était jamais couvrant et je n’ai jamais utilisé d’anti cerne car je trouve que ça marque tout le temps les ridules et que ça se voit. En fait c’est ça la clef, j’aimais être maquillée mais qu’on ne puisse pas déceler la moindre trace de maquillage (je sais pas si ça a du sens mais je me comprends) ! ^^
    Lorsque mon acné est apparue il y a quelques mois, j’ai utilisé le maquillage pour essayer de couvrir mes imperfections et ressembler a ce a quoi je ressemblais avant. Je voulais un maquillage assez couvrant pour camoufler ces horribles boutons et cicatrices tout en ayant l’air aussi naturelle qu’avant, qu’on ne soupçonne pas que j’étais maquillée. Autant te dire que je ne compte pas les crises de larmes devant mon miroir parce qu’évidement j’obtenais immanquablement un effet « cakey », mes cicatrices n’étaient pas complètement camouflées etc. En fait je me sentais impuissante de ne pas pouvoir avoir le même visage qu’avant.
    Le maquillage étant devenue un complexe de plus plutôt qu’un moment agréable, j’ai totalement arrêté de me maquiller. Évidement il y a eu des jours ou le regard un peu trop insistant d’une personne dans la rue me donnait les larmes aux yeux, mais je pense qu’au final cette période m’a permis de beaucoup beaucoup évoluer concernant mon avis sur la beauté, l’apparence physique etc.
    Aujourd’hui je recommence a me maquiller avec plaisir, j’utilise un maquillage qui atténue mes cicatrices mais ne les couvre pas, j’ai appris a accepter le fait que je ne puisse plus me maquiller comme je le faisais avant. Le fait de me maquiller à nouveau, même en sachant que mes problèmes de peau ne sont absolument pas camouflés mais juste atténués, ça me redonne un peu confiance en moi (evidement c’est en dent de scie, il y a toujours des jours ou ma confiance en moi est en dessous du niveau de la mer mais bon le bilan général est plutôt positif maintenant =) )et juste pour ça, je trouve que le maquillage est un outil formidable, vraiment.
    En gros je crois qu’on partage maintenant un peu le même point de vu, le maquillage est beau lorsqu’il sublime de façon presque indiscernable un visage mais ne le transforme pas… Ouf je crois que je n’ai jamais laissé un commentaire aussi long en 7 ans de lecture de différents blogs, mais ce sujet me touche beaucoup depuis quelques mois comme tu auras pu le comprendre !
    Bonne journée et merci pour tous tes petits articles qui font du bien au quotidien ! =)

  16. Bonjour Victoria,

    J’ai le même ressenti que toi concernant le maquillage.

    Durant mon parcours scolaire, j’ai eu l’opportunité d’obtenir des diplômes liés aux cosmétiques, donc j’ai une approche encore plus critique sur ces derniers.
    Ainsi, je suis la première à dire à mes proches que cela ne sert à rien de se mettre des couches et des couches de cosmétiques sur le visage (teint, yeux, lèvres…), et qu’il faut simplement dès le départ faire un bon diagnostic de la peau, des besoins concrets, et ensuite utiliser les produits adéquats dans des quantités légères et non écrasantes.

    Il n’y a rien de plus beau, je trouve, que de voir les défauts d’un visage: une cicatrice, des grains de beauté, des tâches de rousseur, des rides… Je sais que mon avis est loin d’être majoritaire, surtout dans un monde qui prône la perfection à tous les niveaux, mais certaines imperfections méritent d’être montrées.

    On peut se maquiller, je ne dis pas le contraire, le maquillage a été fait pour embellir. Mais, il faut avoir les bonnes mesures pour ne pas « dégrader » la peau, surtout que certains défauts viennent des fois des excès de maquillage…

    Pour finir, je pense que ton article est très intéressant, et qu’il mérite grande attention de part sa justesse et ton avis pointu sur le sujet.

    Bisous Victoria.

  17. Merci pour cet article plus vrai que vrai et je plussoie tous les autres commentaires en dessous. J’écris rarement sous un article mais je me suis faites une réflexion en lisant ton article et je pense qu’il y a (forcément) une grosse partie de regard des autres. Alors, quand je crois quelqu’un dans la rue ou dans mon entourage et que je trouve ceci ou cela joli, je le dis. Je me dis aussi que si quelqu’un m’avais dit : que tu as de beaux yeux ! Ou : tu te maquillés bien, ta peau est nette. Ou encore : tu te maquilles trop… Peut être que j’aurais une autre vision de ce qu’est le maquillage: pas un cache misère mais un beau moyen de valoriser ses points forts et donc diminuer ses points faibles ! Après tout c’est ce qu’on fait aussi avec les fringues, non ? :)

  18. Je suis tout a fait d’accord avec cet article. Me maquiller me plait, et j’en fait peut-être un peu plus en circonstances exceptionnelles mais je trouve ça très important d’être toujours soi, non pas quelqu’un de figé sous un masque et qui au final, ne nous ressemble pas. Je trouve aussi qu’il est important de ne pas toujours se maquiller: quand je me maquille tous les jours, même si ça reste léger, je m’habitue à cette apparence « améliorée » et mon entourage aussi, ce qui fait que lorsque je me vois au naturel, je perds confiance en moi. J’essaie donc d’utiliser le maquillage comme un accessoire qui me fait plaisir, pas autre chose. Mais je peux comprendre que quelqu’un avec une peau à problèmes ait d’autres opinions! En tous cas, merci pour ce blog, je me précipite dessus tous les jours, j’ai souvent l’impression de lire mon journal intime tellement ce que tu proposes est proche de mes pensées/gouts.

  19. Coucou Victoria!
    Article et sujet intéressants!
    Je pense qu’on a toutes quelque chose à cacher, mais depuis quelques temps j’ai réalisé que la fameuse couvrance n’était pas la solution: des produits trop chargés et mauvais pour ma peau (vive l’acné hormonal…!).
    Alors qu’avec un bon soin, une BB toute douce et un peu de patience, on retrouve une peau plus saine et plus belle. Ça prend le courage d’assumer ses imperfections au début, mais surtout de s’accepter :).
    Et se maquiller simplement permet de temps en temps de s’amuser avec le maquillage le temps d’une soirée (et en plus c’est toujours plus remarqué :D)
    Des bisous

  20. Je suis d’accord le maquillage naturel est tellement plus joli !
    Mais personnellement j’ai énormément de rougeurs sur les joues (merci la couperose…) et j’ai besoin d’un fond de teint un minimum couvrant car sinon ce n’est vraiment pas joli ! Avant je ressentais un besoin absolu de plâtrer mon teint avec des fonds de teint hyper couvrants mais quelques mois j’ai un peu allégé ma routine et un fond de teint semi couvrant me suffit désormais. J’ai aussi changé ma routine soin et j’utilise des produits beaucoup plus doux pour ma peau, elle est donc beaucoup moins sensible et les rougeurs sont quelque peu atténuées. Donc de fil en aiguille ma routine tout entière a changé… Alors oui c’est complètement une tendance mais elle m’a permis de plus m’assumer et ça fait un bien fou.
    Après, le weekend je ne me maquille quasiment pas, en vacances non plus. Laisser la peau respirer la rend tellement plus jolie.

  21. Je viens justement de m’acheter mon premier fond de teint, à 24 ans c’est pas mal, mais je suis à la fois déçue et soulagée

    J’ai pas mal de boutons, (pas deux ou trois ou cinq) et de cicatrices, et avec le froid ça n’arrangeait rien, toutes les rougeurs étaient encore plus rouges. Je me sentais mal presque tous les jours puisqu’autour de moi les filles affichent une peau (certes maquillée) zéro défaut, l’impression d’être juste la fille moche qu’il faut cacher sous un rocher :/ (bon là c’est surement un peu mon blues de l’hiver qui parle). J’ai pris le Clinique SOS quelque chose, je l’ai appliqué directement en rentrant chez moi en début d’après-midi, et je sais que ce soir je n’aurai pas à m’inquiéter de ma peau.

    Je suis à 100% pour le no-make up ou make up léger, mais c’est pas facile de s’y tenir H24.

  22. J’aime beaucoup ton article. Comme beaucoup de tes lectrices (cf commentaires ci-dessus), je te rejoins sur le fait que le maquillage tel qu’il est vendu par les magazines et les blogs de maquillage est une quête sans fin de la disparition du grain de peau et de toutes les petites traces de vie sur notre visage. Bien souvent, je suis surprise par la beauté des filles que je vois pour la première fois sans maquillage. Et je ne comprends pas le discours de celles qui disent que pour elles, sortir sans maquillage c’est manquer de respect aux autres. Et les hommes, ils manquent de respect aux autres parce qu’ils sortent sans maquillage ?
    J’ai toujours été adepte d’un maquillage très léger : enlumineur de teint et mascara, point barre. Je ne suis pas la plus jolie fille de la terre, mais au moins je sais que ce que voient les gens quand ils me regardent, c’est vraiment moi.

  23. Bonjour Victoria!

    Ton article est très bien écrit et me touche beaucoup.
    La tendance no-make up m’est également sympathique, même si j’ai tendance à préférer un look « nude », car les petits gestes beauté permettent aussi de mettre en valeur les atouts. A cet égard, ta sélection de visages me plaît beaucoup!
    J’ai mené la vie dure à ma peau depuis que je suis en 6e et n’ai appris à lâcher du lest que depuis 2-3 ans (j’en ai 27…).
    Je n’ai pas une très belle peau : elle est très fragile (petits vaisseaux sur les joues) et d’aspect très brillant sur la zone T. Persuadée d’avoir une acnée terrible alors que je n’avais que quelques boutons, j’ai eu un comportement tendant vers la dermatillomanie jusqu’à il n’y a pas si longtemps (et je dois encore me battre contre certaines pulsions de temps en temps). J’ai eu de la chance de m’en tirer sans cicatrice mais ma peau est très réactive et ne supporte presqu’aucune crème, même de gammes très douces telles qu’Avène. Suite à une réaction violente (peau comme brûlée), une pharmacienne m’a conseillé eau de Jonzac. Elle n’est pas miraculeuse mais vraiment confortable pour ma peau intolérante.
    En matière de maquillage, j’ai appris aussi à en faire le moins possible (une touche de bb cream où il y en a besoin + mascara et basta) et à me répéter que malgré mes imperfections je ne suis pas repoussante. Comme tu le dis, c’est un travail de longue haleine que de faire la peau à ses complexes de peau! Mais depuis que je me scrute moins dans le miroir, l’état de ma peau s’est amélioré il me semble…
    Merci pour tes articles et ton blog. Ton univers est à la fois inspirant, rafraîchissant et décomplexant :-)!
    Des bisous,
    Pauline

  24. Bonjour Victoria, personnellement, je ne me suis jamais maquillée. J’ai 27 ans, jamais de blush, ni de fard, ni quoi que ce soit d’autre. Première raison: je ne sais pas faire! Oui c’est un peu léger comme motif, mais j’ai grandi dans une f

    • Bonjour Victoria, personnellement, je ne me suis jamais maquillée. J’ai 27 ans, jamais de blush, ni de fard, ni quoi que ce soit d’autre. Première raison: je ne sais pas faire! Oui c’est un peu léger comme motif, mais j’ai grandi dans une famille où les femmes ne se maquillent pas. Aucun conseil technique, aucun guidage d’une façon ou d’une autre. Ma maman est plutôt « nature », et ne s’est jamais maquillée. En grandissant, j’ai vu mes amies se transformer en adeptes du make up. Leur acné était camouflée, la mienne non. Leurs sourcils étaient fins et dessinés, les miens…broussailleux! Bref, j’ai continué à appliqué le modèle familial, sans frustration pour autant. Et puis, il faut dire que les petits « ratés » de mes copines adorées ne me poussaient pas vraiment à suivre l’exemple (toi Elodie, je sais que tu passes par ici, non jamais je n’oublierai ton fond de teint orange fluo et tes sourcils sur-épilés de la 4eme!). Aujourd’hui j’ai grandi, je travaille en tant qu’animatrice socio culturelle, et quand je vois mes petites ados qui déboulent à la MJC à la sortie des cours, je ne peux pas m’empêcher de me faire la réflexion qu’elles se ressemblent toutes. Des poupées! Vraiment! Je trouve vraiment dommage que le make up généralise les visages au lieu de mettre en valeur les singularités de chacune.

  25. Tout à fait d’accord avec cet article, « less is more » et c’est cette philosophie qui fait que j’aime tellement ton blog :) J’ai une anecdote intéressante au sujet du maquillage du teint. Depuis mon adolescence et les premiers boutons qui vont souvent avec, j’avais pris l’habitude de couvrir mes imperfections, avec un anti-cernes par exemple. C’était devenu un réflexe, et puis je suis même passée aux crèmes teintées et compagnie par la suite. Je n’ai jamais rien porté de très couvrant, j’étais même passée au maquillage minéral depuis un an, mais tout de même, je ne sortais jamais le teint nu. Ma peau était très sensible, elle rougissait facilement, le démaquillage me laissait toujours avec le teint brouillé et j’enviais mes copines qui ne souffraient pas des mêmes soucis. Je me disais : j’ai une peau pas top, pas horrible non plus mais pas top, c’est comme ça… Et puis, cet été, j’ai fait une sortie en bateau et, malgré la crème solaire, j’ai quand même attrapé un coup de soleil. Rien de grave mais je ne voulais pas maquiller ma peau par-dessus, elle avait assez à faire comme ça, je n’osais pas l’agresser encore plus… J’ai décidé que pendant une semaine, ce serait no make up sur ma peau. Et c’était tellement agréable, de ne pas avoir à faire mon teint tous les matins, que j’y ai pris goût ! J’étais bronzée, j’acceptais bien mon visage comme ça, je me suis dit que je reprendrais à la rentrée… Et puis la rentrée est venue, et j’ai remarqué qu’en vérité, je n’avais plus besoin de me maquiller ! J’avais perdu mon bronzage mais ma peau était devenue beaucoup moins sensible, je n’avais plus de rougeurs, j’avais le teint bien uni… Bien sûr, j’ai encore un bouton de temps en temps. Mais ma peau est mille fois mieux aujourd’hui que quand je la maquillais, sans rien changer à ma routine par ailleurs(démaquillage des yeux à l’huile et gel nettoyant avène le soir). Toutes ces années, le maquillage ne me rendait pas service du tout en fait ! Il ne faisait qu’agresser ma peau. Ca a été LA révélation pour moi, et du coup, je suis bien contente d’avoir pris ce fameux coup de soleil finalement…

    • J’ai eu un peu la même expérience que toi l’année dernière, sans le coup-de-soleil. J’ai juste arrêté complètement de maquiller ma peau en été (je ne m’occupais que de mes yeux) et une fois la rentrée arrivée, l’envie de couvrir ma peau n’est jamais revenue. Depuis, je n’ai plus jamais mis de fond-de-teint sauf peut-être une fois ou deux pour une grande occasion. Je laisse ma peau nue ou je mets un peu de BB crème de REN qui n’a aucune couvrance, juste pour son côté naturellement lissant (sans silicone!). Pourtant j’ai toujours un peu d’acné hormonal, mais je préfère couvrir ponctuellement les 2 millimètres problématiques que de camoufler tout mon visage.

  26. Victoria, merci pour cet article. Je m´y retrouve totalement ! Je souffre de couperose, je la soigne bien du coup les rougeurs sont « sous control ». J´ai essayé pendant des années de camoufler mon visage (je ne me regardais plus) sous le fond de teint, la poudre très pigmentée, le maquillage des yeux ultra travaillé.. Depuis 1/5 – 2 ans, c´est fini. BB cream, poudre transparente et correcteur sur la zone des joues (pour la couperose) et les yeux .. un fumé léger et du mascara. Moins de produits (gain d´argent), je ne me focalise plus sur les défauts, je me regarde enfin sans peur ni dégout et depuis ma peau va mieux .. Et surtout j´apprécie le fait qu´on me trouve jolie au naturel. J´ai appris à me détendre, si imperfection il y a .. et bien tant pis. Des bisous, Alexandra

    • Pardon pour les fautes d´orthographe et les accents manquants .. je vis au Chili donc le clavier et le correcteur orthographique en espagnol ne m´aident pas beaucoup ..

  27. C’est exactement pour cela que j’adore ta manière d’appréhender le maquillage: avec subtilité! Merci de montrer une autre manière de faire!

  28. je partage ton avis, moi aussi je choisis des produits pas trop couvrant pour mon teint et j’essaye de n’utiliser que des soins pour améliorer la qualité de ma peau plutôt que pour cacher la misère. Je n’aime pas l’aspect « plaqué » de certains maquillages qui donnent l’impression d’une peau de cire – pourtant j’aimerais avoir une peau parfaite aux pores invisibles, mais je fais avec ce que j’ai et j’essaye de ne pas me déguiser quand je me maquille ;-)

  29. Je partage ton avis sur la beauté, les filles d’ajd, et le maquillage!
    J’aime le vrai, l’authentique, le naturel. J’aime la différence, l’originalité, les expressions, un visage lumineux, frais, propre, sain!

  30. Article fin, déculpabilisant et plein de bon sens ! J’ai la chance de toujours avoir eu une peau très convenable, presque jamais de boutons, pas encore de rides… Et pourtant, en cherchant à avoir « mieux » et à « prévenir le vieillissement » (quelle bêtise), il y’a quelques années, je l’ai complètement flinguée et ai attrapé de l’acné à 30 ans. Merci le layering forcené, merci les fonds de teint couvrants. Depuis, j’ai redécouvert les vertus du less is more, appris à me satisfaire de ce que j’ai, et tout est rentré dans l’ordre. Un bon démaquillage, un pshit d’eau florale, quelques huiles végétales et c’est impeccable (et écolo… et économique… :)

    En revanche, je ne te rejoins pas lorsque tu mets sur le même plan quête de couvrance et de teint photoshopé avec le goût pour les produits très pigmentés. Une ombre à paupières très pigmentée aura toujours un gros avantage sur une qui l’est moins : en dosant, on parvient à en faire tout ce que l’on veut. Quelque chose de léger et transparent pour le quotidien, ou un maquillage plus soutenu dont on peut avoir envie pour s’amuser, jouer avec les couleurs ou juste pour une soirée. Une ombre bien pigmentée peut aussi s’appliquer avec un pinceau humide, et former un trait de liner flashy qui donnera énormément de peps à un teint hyper naturel et glowy en créant du contraste… bref, avec des couleurs peu pigmentées, selon moi on se prive de toutes ces possibilités, et… ben c’est moins drôle quoi :)

    Bises Victoria !

  31. Merci Victoria pour cet article, car je suis la première à défendre bec et ongles le « less is more ». Suite à de l’acné hormonale et à ma peau très fine, j’ai quelques marques au niveau du menton et des cernes (pas des poches, des vrais cerceaux gris), et contrairement à certaines filles que je connais et qui ne comprennent pas que je préfère qu’on voit mes cernes et mes cicatrices plutôt que d’avoir 4 couches de maquillage.

    Et maintenant, j’ai une question: pourquoi les conseillères en maquillage dans les grandes surfaces (j’achète mon maquillage UNE chez Monoprix) sont-elles toutes très mal maquillées?
    Je ne sais pas si vous y a avez déjà fait attention, mais je l’ai souvent remarqué.

    • Oh oui, je l’ai remarqué aussi! Chez Sephora c’est la même chose, et c’est bête, mais du coup je ne leur fais jamais confiance et me passe systématiquement de leurs conseils pour acheter, puisqu’elles ne correspondent pas du tout à ma façon de voir le maquillage.

  32. Je suis d’accord avec toi dans l’ensemble mais c’est toujours difficile à appliquer puisque nous sommes toutes différentes. Mon maquillage du teint se résume à un peu d’anticerne et de poudre pour le fixer mais je dois reconnaitre que je n’ai pas de problème de peau et que j’ai cette chance. Il est difficile pour certaine peaux acnéiques de ne pas passer par l’étape fond de teint pour se sentir bien dans sa peau.
    Au delà du maquillage du teint pour « cacher » personnellement je pourrais m’en passer facilement tandis que le maquillage des yeux est pour moi plus important… J’ai les yeux claires et peu de cils, je ne sors jamais sans foncé mon ras de cils supérieur au crayon et avec du mascara par exemple sauf week end ou sorties sportives par exemple. Bref ta réflexion est vraiment intéressante, mais j’avoue qu’un petit passage sur le reste (yeux /lèvres) auraient été intéressant. Dans mon cas par exemple je pourrais facilement ne rien mettre sur mon teint, mais ça me parait beaucoup plus compliqué de passer l’étape crayon+mascara. J’admire par exemple une de mes amis qui maquille son teint de façon légère mais qui ne porte jamais rien sur ses yeux, même pas du mascara.
    Bref c’est un autre débat :)

    • Dans ma réflexion j’inclus un peu tous les types de maquillage, pas seulement celui de la peau; pour les yeux aussi je trouve que souvent il suffit de peu pour relever le regard (du crayon noir et du mascara, typiquement, c’est aussi ce que je porte tous les jours) plutôt que d’appliquer mille couleurs et ombres foncées au quotidien. Quant aux lèvres, personnellement je ne pourrais pas me les maquiller tous les jours, simplement parce que je trouve ça ultra inconfortable, même avec les meilleures formules du monde. Mais quand on est d’humeur, pourquoi pas! C’est l’ensemble qui compte, pas exactement ce que l’on fait sur chaque zone. Encore une fois, je ne suis absolument pas une défenseur de la tendance no makeup, juste une amoureuse de l’authenticité qui s’attriste parfois de voir des filles trop métamorphosées :)

  33. Oh je pense tellement comme toi ! Quand je vois des filles, trop ou mal maquillées, qui compensent leurs peaux à problèmes par du fond de teint bien épais qui ne fait que ressortir les boutons.. J’ai envie de les prendre par la main, de les démaquiller à l’huile de coco, de leur étaler de l’huile de jojoba et de leur dire que ça va aller, qu’elles peuvent porter du make-up mais pas autant, et pas aussi pétrochimiquement friendly.
    C’est amusant car je viens de passer par cette phase de réflexion. Je cherche de plus en plus à mettre des produits les plus « bios » possibles sur ma peau, car c’est ce qu’elle semble apprécier, mais souvent ces produits n’ont pas une énorme couvrance. Du coup, je choisis de moins couvrir ma peau (à rougeurs et léger acné hormonal que je combats par jojoba+ tea tree + de l’onagre 15 jours dans le mois à avaler chaque matin) mais je me sens mieux car j’ai toujours détesté l’impression de me tranformer lorsque je me maquille.

    En fait mon but (!), c’est que lorsque je me démaquille, la différence ne soit pas extraordinaire entre peau maquillée et peau nue. Cela passe donc pas une attention tout particulière apportée à ma peau (beaucoup d’huiles végétales pour cela, et qu’est ce que c’est efficace !).

    Super article, en tout cas ! Ca m’a rendu très bavarde (désolée !)

    • Je suis tout-à-fait dans cette optique aussi, prendre soin de ma peau avec des excellents produits plutôt que de tout miser sur le camouflage. Sur le long terme, ça vaut vraiment le coup!

  34. Ton article est très juste. Pour ma part, j’ai une peau qui rougit pour un oui pour un non et de légères marques de couperoses … Du coup,en plus de soins adaptés (je suis bien plus une adepte du soin que du make-up), je porte un fond de teint, un de ces fameux correcteur de teint qui me donne satisfaction parce que j’ai su l’apprivoiser au Beauty blender. Mais il y a des matins où j’aimerais simplement pouvoir mettre un baume à lèvres et du mascara mais je me sens vulnérable et mal à l’aise … L’une des choses qui me permet progressivement d’assumer mon visage nu, c’est tout simplement mon amoureux qui me trouve belle quel que soit l’apparence de mon visage. On oublie souvent à quel point les gens qui nous aiment peuvent aussi nous aider à être plus tolérante avec nous-mêmes …

    Merci en tout cas d’avoir partagé tes réflexions !

  35. Complètement d’accord avec ta réflexion et ton article, je suis toujours ébahie quand je vois une fille avec une vraie belle peau pas maquillée, aux tons variés et avec les joues naturellement colorées. Vraiment, même si j’ai des périodes « multi spots » (!) j’aime appliquer le matin ma crème hydratante avène, une touche de mascara et c’est tout … Et franchement si j’ai eu ma dose de sommeil il n’y a pas photos, je me trouve plus belle et surtout plus « vraie » au naturel (et puis je perds moins de temps dans ma salle de bain et ça c’est cool!)
    Laissons vivre nos pores, grains de beauté et tâches de rousseur, notre peau nous le rend bien :)

    (et leighton Meester est juste trop belle sur cette photo !)

  36. Bonjour Victoria
    Je crois surtout que c’est la tendance nude qui est ultra agréable, j’adore, mais elles ont aussi un max de make up, si la peau brille un peu sur les photos que tu nous présentes c’est grâce à une bon enlumineur. Sur you tube j’adore suivre Natamélie, et c’est vrai qu’elle est magnifique avec et sans make up,et je suis impressionnée par la tonne de choses pour le teint qu’elle applique, j’ai encore beaucoup à apprendre décidément.

  37. J’aime beaucoup cet article.Je pense que la confiance en soi est aussi très important pour oser sortir sans maquillage mais aussi pour en mettre:Je ne me maquille pas car j’ai l’impression d’être cachée sous les cosmétiques mais certaines au contraire ont si peu confiance en elles qu’elles en rajoutent une tonne! C’est alors beaucoup moins joli. Je pense qu’il faut donc travailler sa confiance en soi pour trouver le bon équilibre.

  38. réflexion vraiment intéressante et toujours bien écrite. Oui nous sommes trop sévères envers nous-mêmes, faute à la télé et aux magazines! Je ne mets pas de fond de teint, mais de l’anti-cernes, blush, mascara, crayon, et je trouve que c’est encore trop par rapport à d’autres personnes dont j’admire la beauté naturelle!Alors oui je partage à 100 % ton opinion!
    flo
    jaivoulutester.over-blog.com

  39. Je ne peux qu’être d’accord, moi je ne mets qu’un peu de bb crème body shop qui masque très peu les petits soucis mais donne un petit effet bonne mine
    je préfère 100 cents quelque chose de naturel, qu’avoir zéro défaut et sentir sur moi une grosse couche de maquillage et surtout que ça se voie

  40. Bonjour Victoria,

    J’aime beaucoup le genre de conversations que tu mets en place sur cet espace, qui est à toi mais dans lequel tu nous invites complètement. En lisant quelques commentaires j’avais l’impression d’avoir eu les mêmes conversations autour d’un thé avec mes copines. C’est très appréciable!
    Cela étant, je suis tellement d’accord avec toi et j’ai l’impression que cette vision des choses est peu à peu en train de se démocratiser. Tu connais peut-être la marque Glossier, créé par Emily Weiss et lancée il y a un ou deux mois. j’adore les packaging et le concept « Skin is in ». Enfin, pour le moment la marque est uniquement vendue aux Etats-Unis mais il me tarde de l’avoir en Europe! Le concept en lui-même et le site sont super: https://www.glossier.com/#!/
    Voilà, c’état moi apportant ma petite contribution à cette intéressante conversation.

    Bonne continuation!

    Fanny

  41. Bonjour victoria, je suis tout a fait d’accord avec ton article .
    J’aime bien me maquiller un peu plus pour une soirée mais au quotidien place, je n’utilise pas de fond de teint mais une bbcreme, et j’opte pour des couleurs Nude. Je trouve qu’un visage nude est bien plus frais et bonne mine qu »un maquillage trop sophistiqué …

  42. Alors là je dis tout simplement BRAVO, une femme qui reconnait que l’on peut être aussi jolie sans tout ces artifices, super, vraiment d’accord avec toi sur tous les points que tu évoques ! car cela voudrait dire qu’au matin au réveil, nous sommes des horreurs et après la douche et le maquillage on es des tops !! oh non ! petit maquillage discret c’est bien mieux qu’un « attrape-couillon » comme disait ma grand-mère en parlant du maquillage ;)

  43. Je comprends ton point de vue et le trouve en partie salutaire.

    Et je n’irai pas contre ton propos, mais comme on a vite fait d’être normatif dans le rapport à l’apparence, encore plus que le « naturel », la matérialité de notre corps au réveil, je prônerai le droit à la différence : le droit d’être pleine de couleurs issues de sa palette un jour et sans rien sur sa peau le lendemain, sans recevoir de critique ni de ‘tu devrais être plus naturelle » ou de « tu devrais essayer de sculpter un peu tes joues »!

    Et aussi la possibilité de se vivre comme au naturel, se sentir soi, quand bien même on porte tout un tas d’ajouts ;)

    Marie

  44. Pingback: Links I Love #37Whatever Works

Répondre

Naviguer