Vers un intérieur plus épuré

S’il y a bien quelque chose que l’on ne puisse pas dire de moi, c’est que je suis une maniaque de l’ordre ! Malgré les multiples efforts de ma mère pour m’inculquer l’organisation, j’ai toujours eu une personnalité rêveuse et bohème, absolument désintéressée de ce genre de préoccupations trop prosaïques. Ma chambre était constamment en bazar, pourtant je m’y retrouvais parfaitement et m’y sentais bien. Être entourée d’une multitude d’objets ne me dérangeait pas du tout, au contraire: j’avais énormément de mal à me séparer de mes possessions, et de toute façon, je détestais ranger – une vraie torture.

Il m’aura finalement fallu plus d’un quart de siècle (ou tout simplement, devenir adulte ?) pour changer ma relation à mon environnement, et me libérer de mon trop plein d’attachement matériel.

Aujourd’hui, même si je conserve une très nette tendance à la procrastination et que les intérieurs trop minimalistes ne me ressemblent pas, j’ai acquis un besoin profond de simplicité, d’épure autour de moi. Quand les choses s’accumulent inutilement dans mon appartement, je me sens de mauvaise humeur, encombrée, comme si je portais toutes ces petites choses superflues directement sur mon dos.

Dans cet article, j’ai eu envie de partager avec vous les origines et les aspects concrets de mon évolution d’ancienne « bordélique » vers un intérieur plus épuré. Il n’y a rien de miraculeux, original ou parfait dans mon cheminement, qui est tout personnel, mais peut-être qu’il inspirera quelques désordonné(e)s parmi vous !Vers un intérieur plus épuré - Mango & Salt

(Vous n’imaginez pas le capharnaüm qui peut régner sur cette table…)

CE QUI M’A FAIT ÉVOLUER

  • Les déménagements successifs. J’ai beaucoup déménagé ces dernières années: le fait de devoir déplacer toutes ses affaires incite forcément à faire du tri ! Mais c’est surtout mon déménagement de Barcelone à Amsterdam qui a changé la donne. Une nouvelle vie très différente s’annonçait, plus conforme à ma nouvelle maturité (j’étais arrivée là-bas à 21 ans, j’en repartais à 26): cela m’a tout naturellement donné envie de fermer définitivement la page de ces cinq années en me défaisant de toutes les possessions qui n’avaient plus d’importance pour moi. J’étais prête, c’était un nouveau départ, et pour en profiter pleinement, je devais voyager léger.
  • Avoir un appartement sans rangements. J’adore notre appartement actuel, mais on pourrait lui reprocher de n’avoir que très peu de possibilités de rangement. Nous avons acheté quelques meubles en conséquence, bien sûr, mais l’espace étant limité, ils arrivent vite à saturation. Pour moi, cette restriction a été positive, puisqu’elle m’a vite incitée à éviter l’accumulation d’objets: quand on a peu de place, on fait forcément plus attention !
  • Baigner dans une atmosphère plus nordique. Les Pays-Bas ont déjà un style de vie assez proche des pays scandinaves, et notamment du Danemark (concept de gezellig similaire au hygge, règne du vélo, amour de la déco et des espaces cosy…). Il suffit de regarder par les fenêtres en se promenant pour voir que les Néerlandais sont souvent assez doués en décoration et design: ils soignent beaucoup leurs intérieurs, dans un style qui tend souvent vers l’épure scandinave, avec quelque chose de chaleureux et bohème en plus. Cela m’influence certainement !
  • Ma réflexion sur la consommation. Vous le savez si vous suivez un peu ce blog, ma consommation dans son ensemble a changé ces dernières années. Dans tous les domaines, je n’ai plus aucune envie d’accumuler des choses superflues ou de mauvaise qualité: j’essaie de privilégier l’intemporalité, l’utilité, l’éthique, et tout simplement ce qui me correspond vraiment, au contraire des achats impulsifs. Globalement, je suis devenue moins matérialiste: les expériences, les moments partagés, les beaux souvenirs à créer, m’attirent souvent davantage que les objets. Cet esprit imprègne aussi ma relation à mon intérieur.
  • Le livre « Range ta vie ». Si je suis absolument allergique aux méthodes miracle pour mieux penser ou mieux créer (Marie Kondo, bullet journal, miracle morning…), j’ai en revanche beaucoup apprécié ce petit livre simple et concret sur le rangement. Pas de grandes théories ici, mais seulement des conseils pratiques très réalistes – on sent qu’Élise Delprat est elle-même mère de famille et habituée à gérer un foyer – et des petits coups de pouce pour se motiver. J’ai adopté plusieurs des astuces citées, cela m’a beaucoup aidée !

▼▼▼

COMMENT JE LIMITE LE DÉSORDRE

  • Depuis bientôt deux ans, je restreins naturellement mes achats, comme je l’évoquais plus haut; ceux-ci sont beaucoup plus réfléchis qu’avant, et je me rends souvent compte que mes envies passagères ne justifient pas nécessairement d’y céder. Quand mes proches veulent me faire plaisir, je les oriente plutôt vers des objets utiles, qui font sens, ou des cadeaux immatériels. De même, le nombre de tests produits que j’accepte pour le blog est réduit au strict minimum, puisque je ne peux de toute façon pas tout utiliser en même temps.
  • Les deux pièces où les objets s’accumulent le plus chez moi sont le bureau et la chambre. Une à deux fois par mois environ, j’effectue un rangement de ces deux espaces, à deux moments différents pour ne pas que cela soit trop désagréable (par exemple un weekend le bureau, et le weekend suivant la chambre).
  • Je trie ma penderie 3 à 4 fois par an environ, car mon activité sur ce blog m’apporte un certain nombre de nouveautés chaque saison. J’élimine sans état d’âme tout ce qui finalement ne correspond pas tout à fait à mon style ou ne me va pas très bien, ce que je n’ai pas porté depuis plus d’un an, et ce qui ne me plaît plus. Tous les vêtements et accessoires concernés sont donnés à la Croix-Rouge.
  • Je prépare tous mes repas au quotidien, donc la cuisine est nettoyée et grossièrement rangée chaque jour. Toutefois, le souci peut se trouver dans l’accumulation de denrées: une ou deux fois par mois, je trie le frigo pour éliminer les éventuels aliments périmés, et une à deux fois par an, je fais un grand tri dans les placards.
  • Les objets sont plus mobiles et moins nombreux dans le salon: j’essaie de ne rien y laisser plus de deux jours, en rapportant régulièrement ce qui appartient à d’autres pièces.
  • Une à deux fois par an, je vide toute ma bibliothèque pour la réorganiser. J’en profite pour sélectionner un maximum de livres dont je ne veux plus (parce qu’ils ne m’ont pas assez plu, parce que je n’ai plus envie de les lire…) et je les donne à un organisme caritatif type Emmaüs, Oxfam, Recyclivre, Bibliothèques sans frontières…
  • Une fois par an, je trie le bazar accumulé dans les étagères, caisses de rangement, dossiers, etc… pour me débarrasser de tout ce qui n’a plus d’importance.

▼▼▼

COMMENT JE RESTE MOTIVÉE

  • Le sentiment de paix et de sérénité que j’obtiens en voyant mon appartement tout beau, sans trop d’objets qui traînent et « polluent » la vue, est ma motivation première. Un vrai bonheur, qui me fait réellement du bien (notamment parce que je suis souvent stressée) !
  • La difficulté décroissante des rangements au fil du temps est également très satisfaisante: si, au départ, ranger une pièce encombrée d’objets inutiles depuis des mois ou des années peut sembler un travail de titan, les tris effectués régulièrement par la suite permettent de rendre chaque session beaucoup plus rapide.
  • Le bonheur de faire une bonne action en donnant les objets que je n’utilise plus à des associations n’est pas négligeable non plus: cela me permet d’accorder mes choix à des valeurs et des projets en lesquels je crois, ce qui est très important pour moi !
  • Le gain financier d’une consommation plus épurée est réel, non seulement parce qu’on achète moins, mais aussi parce que l’on peut éventuellement gagner de l’argent en revendant certaines de ses possessions. Dans mon cas, cela me permet de concentrer mon budget sur une consommation moindre mais meilleure, parfois plus onéreuse à l’achat mais aussi plus durable.
  • Les petites habitudes agréables que j’ai acquises pour ces moments de rangement contribuent à me donner envie de m’y mettre à chaque fois: pendant que je trie, j’écoute mon livre audio ou une playlist de folk relaxante, ou encore je regarde des vidéos Youtube, j’ouvre les fenêtres, allume une bougie qui sent le propre… De cette manière, je n’ai pas l’impression d’effectuer une corvée barbante !

▼▼▼

MES LIMITES

  • Du côté de la limitation de mes achats, sans tomber dans des excès, je suis plus laxiste concernant certaines domaines – particulièrement les plantes et les livres. Toutefois, ce sont deux catégories d’achats plutôt utiles dans l’absolu, et faciles à donner par la suite si besoin.
  • Ma nature désordonnée et procrastinatrice reste visible dans le sens où je ne dépasse jamais spontanément les rythmes de rangement que je vous ai partagés ci-dessus. Je suis incapable de tout faire au fur et à mesure, parce que je n’y pense pas et que cela me rebute: j’ai besoin de voir que des choses se sont accumulées ou d’avoir une « deadline » particulière pour avoir envie de ranger. Dans ce cas, je deviens d’un coup ultra motivée et efficace, et tout est arrangé en un instant (je suis comme ça, c’était pareil pour les devoirs à l’école, et je m’en suis toujours très bien sortie).
  • Quand mes semaines sont très chargées ou que je suis particulièrement stressée, le rangement devient souvent la dernière de mes priorités, derrière tout le reste (le travail, le divertissement, le repos…), même si un environnement plus zen me ferait du bien.
  • À l’heure actuelle, malgré mes efforts pour limiter mes partenariats, les objets reçus pour le blog sont l’un de mes problèmes majeurs en termes d’accumulation. Je reçois encore régulièrement des produits non sollicités, ou des sélections de la part d’agences de presse qui malheureusement se trompent sur mes goûts ou n’ont pas compris mes exigences en termes de composition, etc…

À part ce dernier point lié au blog, qui m’ennuie davantage, les dernières mauvaises habitudes qui me restent ne me dérangent pas spécialement: je ne cherche pas à me transformer en une maniaque de l’ordre alors que cela ne correspond absolument pas à ma personnalité, ni à avoir un intérieur complètement parfait, surtout quand je suis overbookée !

Je sais au moins que ce nouveau rythme me convient globalement très bien, qu’il me permet de désengorger régulièrement l’espace et de me sentir mieux (même si les choses peuvent un peu se gâter entre deux sessions). Cela tombe bien, je n’ai pas d’autre ambition que celles-là !

***

Et vous, êtes-vous plutôt maniaques ou bordéliques ?
Avez-vous évolué avec le temps dans un sens ou dans l’autre ?

 Cet article contient un liens affilié. Un immense merci pour votre soutien ♥︎
Pour en savoir plus sur la monétisation de ce blog, RDV sur ma FAQ.

38 commentaires

  1. Coucou !
    Alors je pense que le bordel est nécessaire à un moment où un autre! Selon la théorie du chaos, il faut un désordre immense pour un revirement de la situation et une prise de conscience, qui amène à un nouvel ordre. C’est pareil en matière d’intérieurs.
    Je suis minimaliste et je ne considère pas ça comme une tendance déco, Elle et toutes ces idioties de magazines mode-beauté en font tout un foin alors que le minimalisme c’est avant tout ce que tu décris : une prise de conscience concernant nos habitudes de consommation et notre rapport aux biens matériels.
    J’ai d’ailleurs écrit un article à ce sujet sur mon blog!

  2. Oh oui, épurer sa maison fait un bien fou – j’ai besoin de trier régulièrement mes affaires pour me sentir plus légère et me recentrer sur l’essentiel. On a tant tendance à accumuler, notre société nous pousse toujours à consommer plus.

    Seul hic, mon cher et tendre est incapable de se séparer de ses affaires, qui s’accumulent et s’empilent. Du coup, je me sens un peu démunie pour l’aider à comprendre pourquoi il ressent ce besoin de s’entourer de tous ces objets, même quand ils sont inutiles ou abimés.

    • Ahah je suis également dans ce cas là… J’aime bien l’ordre quand chaque chose est à sa place etc mais mon homme lui pas vraiment… Il range jamais ses livres dans les étagères, son bureau qui se trouve dans notre chambre est bordélique au possible (j’y touche jamais c’est son espace mais comme c’est la première chose que je vois le matin en me levant c’est pénible à la longue) et plein d’autres petites choses, câbles qui traînent, torchons pas rangés etc. Et moi ça me désespère -_- quand je vivais seule mon appart était nickel et j’aimais cette sensation d’espace, propreté etc mais là c’est de moins en moins vrai ^^’

  3. J’aurais totalement pu écrire cet article: je me reconnais dans la totalité des points que tu évoques. Oui, tous, vraiment! (bon, sauf le dernier point: parfois, quand je croule sous le boulot -parce que j’ai procrastiné…- et que j’ai un coup de stress, eh bien c’est là que je décide de nettoyer le four ou le frigo… :D si peu logique!)

    • Haha je comprends, je fais ça avec le ménage aussi (comme me mettre soudainement à nettoyer le lavabo ou aspirer le balcon) mais pas tant avec le rangement en soi :)

    • J’aurais pu écrire les mêmes mots! C’est tellement rassurant lol! C’est au pire moment que j’ai des pulsions d’activités les plus saugrenues les unes que les autres! Comme si la procrastination ne m’avait pas encore élevée à un rang de stress suffisant et qu’il fallait repousser encore pour se faire encore plus peur (-mal?-).
      Il y a quelques années, avant des partiels très importants pour lesquels je n’étais pas suffisamment préparée (il n’y avait pas assez de demains pour tout faire au dernier moment), je suis allée jusqu’à m’épiler le maillot à la cire… ok c’était l’été, mais bon!!! j’avais conscience de la bêtise de mon comportement mais impossible de me résoudre à ne pas le faire.

  4. Bonjour Victoria,
    J’aime beaucoup tes conseils et ton intérieur ! ^^ d’ailleurs, j’aurai une question ? tes bouquets de fleurs et de feuillages, tu les prends chez un fleuriste ou est ce d’une autre source !??
    Merci et très bonne continuation.
    Sam :)

    • Bonjour Sam ! Oui, j’achète généralement mes bouquets chez le petit fleuriste du coin ! Mais je n’en achète que très peu souvent, et plutôt des plantes qui peuvent durer longtemps une fois séchées (comme l’eucalyptus et les gypsophiles qu’on devine sur cette photo !).

  5. J’ai adoré cet article !
    Comme d’habitude, tu nous montres que l’on peut faire des efforts, tendre vers un idéal, sans être parfaite :)

    Est ce que tu pourrais faire un article ou tu développes un peu plus ta façon d’acheter et ta façon de gérer ton budget ?

  6. Merci pour ces bonnes idées :) pour garder un intérieur rangé j’applique deux règles (enfin j’essaie ^^) : nettoyer mon évier tous les soirs (donc ranger la cuisine en fait) et débarrasser les surfaces planes, à savoir les tables. Ca donne tout de suite un coup de propre !

  7. Merci pour cet article qui me parle énormément ! Pour les mêmes raisons (déménagements à répétition principalement), je suis passée à un mode de vie plus minimaliste, et je m’en sens vraiment apaisée.

    Je note bien précieusement la référence de ce livre « range ta vie », je n’ai pas encore lu celui de Marie Kondo, mais c’est le genre de choses qui m’intéresse !

    Bonne journée à toi <3

  8. Hello !
    C’est marrant, j’ai exactement le même profil que toi en termes de « bordélique qui s’y retrouve » ou « qui laisse s’accumuler mais range tout en un tour de main ensuite :)
    Et comme toi, à peu près pour les mêmes raisons à quelques choses près (je n’ai déménagé que 3 fois sur les 8 dernières années mais en revanche j’ai eu un enfant avec son lot de vêtements et jouets qui « périment » tous les 6 mois…) , je suis de plus en plus pour un intérieur un peu plus épuré, un peu moins fouillis.
    Autre point : j’ai apprécié t’entendre parler de ton allergie aux méthodes miracles, qui me laissent toujours un peu… songeuse.
    Pour les objets reçus pour le blog : j’ai eu le même souci à mon époque « blog beauté » et du coup je donnais tout ce dont je n’avais pas besoin (soit autour de moi, soit carrément sur mon blog ou un réseau social via un « giveaway » si c’était quelque chose que je n’avais pas accepté d’essayer).
    Pour moi la limite en ce moment, c’est le matériel de tricot ! J’ai toujours envie de tricoter de nouveaux projets et je m’enflamme sur des jolis fils (ou je « rentabilise » mes frais de port quand j’achète les pelotes pour UN projet…) ;)

  9. Je suis completment dans la meme demarche que toi. Avec mon demenagemetn recent, j’ai beaucoup fait de tri et donne ce qui ne me correspondait plus. On ne se rend pas compte de ce qu’on accumule sur le long terme. J’aime avoir des pieces plutot vide avec peu de desordre. Ca prend du temps de ranger mais je me sens mieux quand je le fais :)

  10. Hello Miss,

    Perso, j’ai été éduqué dans l’ordre. Ma chambre d’ado ne comportait que le strict minimum en matière de mobilier : Un lit, 3 coffres, une planche sur trétaux en guise de bureau et une bibliothèque… Pas de décoration et bazar interdit.

    Donc j’ai appris à tout remettre à sa place et du coup, je ne range que très rarement. Je suis partie de chez mes parents avec seulement une valise. Etudiante carrément fauchée, je n’ai pas beaucoup augmenté le volume de mes biens personnels jusqu’à mon entrée dans la vie active.

    Je dois avouer que les premières années ont été sujet à une débauche d’achats inutiles. Comblant temporairement ma frustration de n’avoir jamais pu m’offrir ce dont je rêvais jusque là, de ne jamais avoir pu satisfaire des caprices onéreux.

    Et puis, j’ai dû déménager et faire mes valises pour l’étranger et là j’ai eu une prise de conscience quand j’ai vu tout ce que je possédais! J’ai décidé de profiter de ce nouveau départ pour me débarasser du superflu.

    Et j’y suis arrivé! Depuis, j’ai quelques principes qui je l’espère me permettront d’éviter de retomber dans ce travers.
    – Je tente de limiter mes achats au minimum (Je tiens une liste de ce dont j’ai besoin. Quand je me rend dans un magasin, je peux m’y référer et décider en pleine conscience d’acheter quelque chose de superflu , rien que pour le plaisir. C’est d’autant plus plaisant comme achat.
    – Je fais une fois par an (le ménage de printemps) un tri complet de mon appartement. Tout ce qui ne sert pas, ne sert plus doit être donné. Je me suis ainsi séparé de mon micro ondes, de valises, de vêtements démodés, d’un nombre impressionants de verres …
    – Je n’achète pas de rangement supplémentaire. Plus on a de place pour ranger, plus on a tendance à amasser.
    – Je demande expréssement aux gens de ne plus m’offrir de cadeau matériel.
    – …

    J’aime les appartement épurés, qui ne contiennent que le strict nécessaire. Plus il y a d’espace, mieux je sens!

    Mystinguett

  11. Alors quand j’étais petite, j’étais plutôt maniaque et avec le temps je me suis détendue. C’est le fait de vivre avec des hommes beaucoup moins maniaque qui moi qui m’a permis de lâcher prise et il faut le dire aussi que c’est plus simple de garder ranger une pièce (ma chambre d’enfant) qu’un appartement entier.
    Mon incendie en 2015 m’a aussi permis de faire un grand tri malgré moi… mais depuis je suis beaucoup moins attachée aux objets matériels et je me sépare plus facilement de vêtement que je n’aime plus ou qui ont mal vieilli, de livres, d’affaires de cuisines inutiles et de magazines et autres paperasses qui traînent.

    Bonne journée.

    PS : finalement j’ai voté pour deux livres pour le club de lecture : La grand-mère de Jade et Le treizième conte :)

  12. isthatabluerabbit Répondre

    Coucou Victoria,

    ton article m’a fait sourire, je comprends tout à fait ta sensation de bien être une fois l’ordre installé et le surplus éliminé hahaha.

    Pour ma part je suis plutôt du genre ordonnée et j’en souffre!! Hahahahaha En effet, j’ai sans arrêt des remarques de personnes autour de moi qui trouvent que chez moi c’est « toujours rangé » et que ça n’est pas naturel ou fun. J’ai moi aussi une personnalité farfelue, très rêveuse (j’adore voyager, physiquement comme mentalement ^^) et un peu bohème, mais je suis méthodique et pragmatique et ne suis pas fan de la surconsommation. Je préfère largement avoir une seule chose qui me plaise et que je puisse ainsi chérir plutôt que d’en avoir plusieurs dont je n’ai pas besoin. L’ordre dans mon appartement m’apporte une sensation de paix et me permet de profiter au mieux de mon cocon, bougies, encens, huiles essentielles, clarté, lumière mais surtout ESPACE. C’est comme si je respirais mieux avec un panorama épuré et rangé. En grandissant ce besoin de légèreté et d’espace s’accentue. Je n’ai jamais attaché trop d’importance aux possessions matérielles, au contraire je me suis toujours battue avec les membres de ma famille pour qu’ils jettent. Ils me regardaient horrifiés à l’idée que je puisse me débarrasser de choses toujours « valides », mais je n’en avais pas besoin. D’autres peuvent en profiter plus que moi, pourquoi garder :/

    Je trouve qu’être ordonnée n’est pas forcément bien vu dans les standards du « fun » actuel mais tant pis c’est ce que je suis :P

    Merci pour cet article qui encore une fois est un petit plaisir ;)

    Belle journée à toi!!

  13. Je suis d’accord avec toi sur pas mal de points.
    Notamment les rangements : j’en ai aussi peu chez moi et malgré ma mère qui m’incite à acheter des rangements, je refuse : si j’ai de la place pour ranger, alors je vais accumuler.
    Chez moi, le rangement se fait naturellement car je loue beaucoup mon appartement sur airbnb, je suis donc obligée de « normer » un peu mon appartement et c’est finalement assez pratique !

  14. Aaah merci ! Je me sens moins seule ! je suis une bordélique dans l’âme! Même si j’adore quand mon appart est parfaitement rangé, ça ne dure jamais. Je me reconnais tellement dans pleins de choses que tu as dites comme le fait d’être incapable de ranger au fur et à mesure…le bureau sur lequel il y a parfois tellement tellement de choses…je note la référence du livre dont tu parles, ça m’intéresse! :)

  15. De mon côté, c’est le chemin inverse que je devrais essayer d’emprunter… Chaque chose pas à sa place et non rangée me provoque un stress important :(

  16. Coucou ! Super interessant cet article, merci ! Dans mon travail je vais souvent chez les gens, pour leur rendre visite, les accompagner, etc… et je suis vraiment impressionnée quand je vais chez quelqu’un qui range très bien sa maison et dont le sol brille de mille éclats… et j’ai peur de tout salir avec mes chaussures ou le thé qu’on m’offre à boire ! De la même manière, lorsque je vais chez mes parents, je constate que ma mère est très ordonnée, fait un brin de ménage chaque jour dans toute la maison et range les choses à leur place en permanence… Si bien que j’ose à peine ranger la vaisselle propre de peur de la mettre à la mauvaise place ! Je n’ai pas du tout hérité de cette maniaquerie ! Je vis avec un garçon qui adoooore chiner et acheter des vieux objets peu utiles, les empiler, les regarder comme des petits bijoux du passé… tandis que moi je réfléchis mille an avant un achat, même un truc en friperie à deux euros ! C’est simple : ma vie tient dans 6 cartons, je n’ai même aucun meuble vraiment à moi ! Cependant, au quotidien, je suis bordélique sur un sujet : les vêtements… Je me déshabille à l’arrache dans la salle de bain, je laisse trainer le linge par terre en tas, j’ai une flemme mo-nu-men-tale de ranger les habits propres à leur place quand ils sont secs, je prends du retard dans les machines, le bac à linge sale devient un foutoir sans nom, si bien que je fais de temps à autres des découvertes archéologiques d’un t-shirt oublié ou d’une chaussette esseulée… Faut vraiment que je me discipline sur ce point ! Peut-être devrais-je faire des tris plus drastiques dans mes vêtements pour être en galère dès que l’un est au sale ?! Toutes les solutions sont les bienvenues ! :)

  17. Merci pour ce témoignage! Je suis du genre bordélique, mais stressée par le bordel, autant dire que ce n’est pas simple! L’idée d’essayer de rendre le moment plus agréable en écoutant de la musique ou autre ne m’était bizarrement jamais venu à l’idée, merci pour ce conseil car j’ai planifié de ranger la chambre de ma fille qui a 3 ans et le dernier tri remonte à environ 1 an et demi :-(!!! J’ai au moins 3 tailles de vêtements à trier!!! Bonne continuation et merci pour les bons moments passés sur ton blog.

  18. Ton article est très intéressant. J’avoue que j’étais très conservatrice jusqu’à il y peu de temps où j’ai eu l’impression d’étouffer dans mon intérieur.
    il m’aura fallu plus de 40 ans pour changer d’idée ;-) J’ai lu le livre de Marie Kondo. ça m’a donné quelques pistes. J’attends juste d’avoir un week-end entièrement libre pour me lancer dans le grand rangement de Printemps. C’est très certainement les nombreux déménagements que j’ai eu au cours des 5 dernières années qui m’ont donné envie de faire du rangement par le vide. Mais aussi le fait d’avoir désormais un petit appartement avec aucun rangement. ça limite beaucoup les possibilités. Alors forcément, on se dit qu’il est temps de débarrasser du superflu! ;-)

  19. Je suis tout à fait d’accord ! J’adore quand c’est épuré, j’y vois beaucoup plus clair ! :)

    Bisous, Lisa

  20. C’est bien et je trouve que ce mode de vie plus épuré gagne du terrain ! Nous avons beaucoup consommer et l’on s’aperçoit aujourd’hui que ça n’est pas vraiment une fin en soit ! Quant à l’accumulation des offres des marques, c’est la rançon de la gloire !!
    Bravo pour livre. Je le découvre et il a l’air top. Je vais aller voir si je le trouve près de chez moi !

  21. Moi je suis plutôt ordonné, j’adore les intérieurs épuré mais en même temps j’aime avoir beaucoup de choses haha !
    Bisou ma belle

  22. Coucou Victoria !
    J’ai beaucoup aimé ton article ! J’aime le fait que ce ne soit pas uniquement des conseils mais aussi du vécu.
    Pour ma moi part, je ne suis ni bordélique ni maniaque, plutôt entre les deux car ça dépend des fois. D’un côté je me sens un peu oppressé quand il y a trop de désordre et d’un autre côté j’ai aussi une tendance à la procrastination par flemme souvent. Mais les deadline ont aussi un effet très motivant chez moi ^^

    Douce soirée à toi :)

  23. Coucou Victoria, c’est la première fois que je commente ici ( lectrice de l’ombre coucou ! ) mais je me suis beaucoup reconnue dans ton article ( je crois qu’on se ressemble pas mal de manière générale en fait haha )
    Depuis que j’ai compris et accepté le fait que je suis stressée, j’apprends doucement à trouver des manières de me faire du bien et de me battre contre lui et le rangement en fait clairement partie ! Quand je me sens triste, déprimée ou stressée, me créer un univers de vie qui me plait et ou je me sens bien à un effet énorme sur mon moral. M’installer au Portugal pour une année Erasmus m’a aussi obligé à n’emporter avec moi que les objets utiles et dont je ne voulais pas me séparer, ça à aussi pas mal changé ma manière d’acheter et de meubler ! Merci pour tes articles toujours très justes et riches, bisous portugais :)

  24. Article très intéressant, moi même en plein changement dans mes habitudes rangement et ménage , j’étais comme toi à la base plutôt désordonnée et rêveuse , je découvre désormais un style de vie plus minimaliste , qui du coup m’aide beaucoup à ranger et nettoyer plus vite et me simplifier la vie au quotidien . Je m’intéresse beaucoup aussi au zéro déchet . Tout reste lié finalement : consommer moins et mieux , avoir moins et jeter moins ! Cà rend ma vie beaucoup plus simple et heureuse !
    Gros coup de coeur pour cette chaine je pense que tu connais déja , jai vu leur film et j’écoute leur podcasts , passionnant ! https://www.youtube.com/user/jmillburn/videos
    ps : ton livre est une pépite :)

  25. Angelika/ Koalatagada Répondre

    Je me reconnais plutôt bien dans tes mots , je suis comme toi j’ai tendances à laissé et d’un seul coup tout ranger et faire du vide .
    Nous avons une petite cabane à dausmenil ou peut mettre un peu de tout vêtements ,livres etc …des que je me sers plus de certaines choses cest ce que je fais .
    Sinon je donne autour de moi par exemple une crème qui finalement me convient pas je vais la donner …
    Et je confirme ça fait un bien fou ..
    Travaillant dans le prêt à porter aussi j’achète beaucoup moins de vêtements également .
    Et malgré ça une fois tous les 6 mois quand je fais du tris haut quand même des choses à donner …
    Pour les livres étant un peu en reconversion pro et gagnant moins pour économiser un peu je me suis inscrite à la bibliothèque comme ça je ne suis las frustrée ^^

  26. Le bordel m’insupporte (grrrr)
    J’ai toujours été très organisé donc la moindre chose qui n’est pas à sa place à tendance à m’énerver mais sans entrer dans l’excès
    Sauf que depuis que je vis seule c’est difficile de maintenir l’ordre chaque jour (j’aurai parier que ce serait l’inverse qui se produirait) puisque je gère tout toute seule et que les journées ne font malheureusement pas 48h
    Du coup mon astuce c’est relativiser, un peu de désordre n’est pas une fatalité
    et chaque weekend par contre j’essaie de tout bien ranger (mais pas de bol pour moi le désordre n’est pas très loin haha)

    Article épuré (je ne sais pas si ce qualificatif est approprié mais en tout cas il est sincère haha) et intéressant ;)

    Bises

  27. Pingback: Les jolies choses du mois de mars ! | Chiffons and co

  28. Coucou,
    Je te rejoins complètement sur l’évolution de mon bordel ! L’âge aussi aide je pense à savoir ce qui nuit à notre créativité et à notre travail. Sinon j’ai un bullet journal, j’ai commencé miracle morning et j’ai feuilleté Marie Kondo, on est proche de la catastrophe niveau cliché non ? Ahaha Plus sérieusement, toutes ces méthodes m’intéressent (étant un cas désespéré) mais pour le moment j’en ai adopté aucune !

    Pour finir, félicitations pour ton livre, je ne l’ai pas encore mais je pense que je vais me laisser tenter ;).

    Bise à toi !!!

  29. Pingback: Links I Love #137 - Whatever WorksWhatever Works

  30. Je ne fonctionne pas exactement de les même manière car j’ai encore un peu résisté, cette année, à mon côté épuré à ce besoin de faire le vide autour de moi, mais comme je déménage à l’autre bout de la France dans deux/trois mois, ça va être le moment de repartir du bon pied. Je me reconnais beaucoup dans cet article, surtout le passage des semaines de stress où la motivation est moins présente pour tout ranger… J’ai une grosse tendance perfectionniste, donc ça va avec une capacité à procrastiner assez hallucinante, et j’ai tendance à tout faire d’un coup au lieu de ranger petit à petit et je laisse s’accumuler… Je vais essayer de m’inspirer de tes astuces pour ma nouvelle rentrée, histoire de bien commencer l’année en septembre :)

    • Exactement comme moi! Quand je me décide à faire quelque chose, il faut que ce soit parfait et ça me rend dingue! Mais je suis aussi une pro de la procrastination donc je suis incapable de ranger au fur et à mesure!

  31. Bonsoir,
    Je suis devenue récemment accro au minimaliste et à l’ordre.
    Mes 2 révélations ont été :
    – Marie Kondo (tout en a découlé… ) qui a transformé mon envie en passage à l’acte
    – Mon bullet journal : il a changé ma vie. Finie la procrastination, les feuilles volantes et les post it….
    Je ne suis pas parfaite et j’adapte ces méthodes à mon quotidien. Mais je remercie leurs auteurs car ils ont allégé, simplifié ét embellie ma vie.
    Bon desemcombrement !

  32. Je suis exactement comme toi: je ne suis pas très douée pour le rangement et j’ai tendance à remettre les choses au lendemain. Ca fait un certain temps que j’en ai honte, en regardant autour de moi, de tout ce que j’ai accumulé. Mais je vois qu’il y a encore de l’espoir! Je vais essayer de suivre ton exemple. Merci pour cet article!

Répondre

Naviguer