Moins de Déchets Dans La Salle de Bain

« The greatest threat to our planet is the belief that someone else will care for it »

Ces derniers mois, j’ai décidé de tenter l’expérience de réduire les déchets de ma salle de bain. Mes objectifs? Connaître différents formats de produits d’hygiène plus écologiques, et surtout voir si une routine plus minimaliste me convenait en termes de résultat, de praticité, mais aussi de plaisir d’utilisation (qui est très important pour moi). On pourrait en effet penser, face aux promesses marketing des grandes marques, que les produits écologiques sont moins efficaces, moins agréables à utiliser, plus rébarbatifs… Je voulais savoir ce qu’il en était, et pouvoir partager mes conclusions honnêtes avec vous. Je vous le dis d’avance: le bilan est plutôt positif!

Je ne vais pas prétendre que je suis un modèle d’écologie; c’est malheureusement loin d’être le cas, même si j’essaye de faire quelques gestes à ma façon (alimentation bio et naturelle, cosmétiques naturels, végétarisme, déplacements à vélo ou en transports publics…). En revanche, le partage de cette expérience me tient vraiment à coeur, puisque j’ai découvert en réalisant ces tests qu’il était souvent facile d’améliorer un peu son empreinte écologique sans forcément se compliquer la vie, et mieux encore, en faisant parfois des économies. Mieux vaut faire peu que rien du tout! Les recherches que j’ai faites pour illustrer cet article m’ont aussi convaincues qu’il était vraiment urgent et nécessaire de diffuser ces modes de consommation alternatifs au public, et j’espère y participer à ma toute petite échelle.

Pour cette expérience, j’ai testé deux grands types de produits: des cosmétiques solides ou « sans emballage » (à part le petit carton recyclable dans lequel ils sont souvent vendus) comme alternative aux packagings en plastique, et des accessoires réutilisables comme alternative aux accessoires jetables.

J’espère que les options présentées vous intéresseront, et que cet article vous sera utile. N’hésitez pas à partager ces idées autour de vous, nous pouvons tous faire un petit quelque chose pour améliorer la situation.

salledebain-sans-dechet

Adieu… Shampoing en bouteille
Bonjour… Shampoing solide !

Pourquoi c’est mieux: Le plastique, c’est fantastique, mais pas pour l’environnement, et pas franchement pour la santé non plus! En France, seuls 19,2% des déchets plastique sont recyclés (chiffres 2012), ce qui nous place très en bas du classement européen; tout le reste des emballages plastiques finit donc à la poubelle, polluant la planète pour des centaines d’années. N’oublions pas non plus que le plastique est fabriqué à partir de pétrole, une matière première que nous avons déjà pratiquement épuisée (pénurie totale prévue pour 2050). Côté santé, on sait désormais que les contenants en plastique voient certaines de leurs substances chimiques se dissoudre ou migrer dans le produit qu’ils contiennent; c’est grave pour les aliments, bien sûr, mais cela n’est pas moins préoccupant pour les produits que nous appliquons chaque jour sur notre peau.

Lorsque l’on passe aux shampoings solides, selon le poids et la composition, on remplace avec un seul galet l’équivalent de 2 ou 3 bouteilles de shampoing classiques. C’est toujours ça de moins à produire puis à recycler!

Mon expérience: J’ai toujours eu de très bonnes expériences avec le format solide pour les shampoings, même si bien sûr selon les marques certains correspondaient davantage à mes attentes que d’autres, comme avec les bouteilles. L’utilisation est simple comme bonjour (on frotte juste le galet sur la tête pour faire de la mousse) et c’est très pratique pour voyager! Je conseille particulièrement celui de Lamazuna, que nous avons définitivement adopté ces derniers mois à la maison (mon copain ne veut plus utiliser que lui), pour sa compo parfaite et le fait qu’il me permette de tenir 4 jours comme d’habitude. Ceux de Lush, en comparaison, me font tenir seulement 3 jours, sans doute à cause du SLS en masse qui irrite mon cuir chevelu et l’amène à produire plus de sébum, mais c’est là quelque chose de très personnel – je suis sûre qu’ils fonctionnent bien sur d’autres personnes. Bref, je recommande à 100%!

Adieu… Gel douche en bouteille
Bonjour… Pains de savon !

Pourquoi c’est mieux: Idem que pour les shampoings solides! Je rajouterais aussi qu’en toute logique, rendre un produit nettoyant liquide suppose une grande consommation d’eau au moment de la production. Avec un vrai bon savon solide, on n’utilise que des huiles, ce qui donne aussi l’avantage de ne pas devoir ajouter de conservateurs, les bactéries se développant plutôt dans les milieux aqueux. Dernier avantage: un savon végétal naturel se décompose très facilement dans l’environnement, et ne fait pas trop de mal aux poissons, contrairement aux détergents synthétiques.

Mon expérience: C’est bien simple, je me verrais presque ne plus acheter de gel douche en bouteille de toute ma vie (ou alors juste les savons naturels de Téophile Berthon). J’avais quelques a priori sur les savons solides, notamment l’idée qu’ils asséchaient la peau, qu’ils ne sentaient pas très bon… et en fait, pas du tout! Il suffit évidemment de trouver un produit adapté à sa nature de peau et ses envies. Pour des parfums gourmands et funky, ceux de Lush par exemple sont plutôt sympas, bien que leur compo ne soit pas top. Pour les peaux sensibles qui ont besoin de délicatesse et de nutrition, les savons surgras saponifiés à froid font des merveilles: depuis que j’utilise le Saint-Bernard de Clémence & Vivien, ma peau est d’une douceur incroyable! Ajoutons à cela sa senteur proche de la fleur d’oranger, et la sensation de propreté après rinçage: je suis conquise à 100%.

Adieu… Déodorant en spray ou en contenant plastique
Bonjour… Déodorant en pot de verre ou solide !

Pourquoi c’est mieux: On a déjà vu plus haut les problèmes que posent les plastiques. Pour les déodorants en spray, s’ajoute le problème des gaz polluants et des composés volatiles libérés dans l’air de votre maison. Choisir un format de déodorant contenu dans du verre, c’est non seulement éviter cette pollution aérienne, mais aussi privilégier une matière qui est recyclable à l’infini: au moins 80% du verre peut être refondu et réutilisé sans qu’il perde ses propriétés, contrairement aux plastiques qui ne souffrent en général pas plus de 2 ou 3 recyclages. Cependant, notons que le recyclage du verre reste assez gourmand en énergie.

Mon expérience: Qu’on en achète des tout-faits (comme celui de Schmidt’s, de Clémence & Vivien…) ou qu’on le fasse soi-même, le déodorant en pot de verre est à mon sens une amélioration très simple à mettre en place, et qui évite au moins de contribuer à la pile de déchets plastiques produits chaque année. La version solide de Lamazuna réduit encore davantage le packaging, ce qui est encore plus chouette! Les formules disponibles actuellement dans ce type de format sont naturelles mais très efficaces (en tous cas sur moi). En revanche elles demandent un temps d’application un peu plus long (il faut prélever un peu de produit, le chauffer entre ses doigts, puis le tapoter sur la peau, puis se laver les mains), ce que je ne trouve pas toujours très pratique, et peuvent irriter les peaux sensibles, immédiatement ou à la longue, à cause du bicarbonate de soude. Ces déodorants sont donc une excellente alternative, mais sous condition qu’ils conviennent à votre mode de vie et à votre peau.

Adieu… Dentifrice en tube
Bonjour… Dentifrice solide !

Pourquoi c’est mieux: Chaque année, 3000 tonnes de tubes de dentifrice en plastique sont jetés dans le monde, sachant que leur composition mélangée les exclut de la chaîne du recyclage: ils partent donc directement à la déchetterie, et polluent la planète pendant des centaines d’années. Ajoutons aussi que le dentifrice est un produit souvent vendu suremballé: tube + carton. Le dentifrice solide offre une alternative beaucoup moins polluante!

Mon expérience: Pour l’instant, je ne suis pas complètement convaincue par le système du dentifrice solide, qui à mon sens a encore besoin de quelques améliorations. Celui que j’ai testé, de la marque Lamazuna, outre une compo irréprochable, mousse bien et fait correctement son travail. Mais il a d’une part une texture trop fragile (il colle à tout ce qu’il touche, il s’effrite…), ce qui le rend peu pratique, et d’autre part, son goût n’est pas très agréable: pas du tout assez mentholé (il faut prévoir un bain de bouche par la suite pour un effet vraiment frais) et pas assez sucré pour moi (il faudrait plus de xylitol!) – trop « brut », finalement. Je sais bien que les produits naturels demandent des concessions mais je suis certaine qu’il est encore possible d’arriver à un résultat légèrement plus proche des attentes actuelles du public. Je ne connais pas en revanche celui de Lush, qu’il faudra que je teste un jour.

Adieu… Disques de coton jetables
Bonjour… Lingettes démaquillantes réutilisables !

Pourquoi c’est mieux: Une femme utilise en moyenne plus de 2000 cotons jetables par an. En plus de s’ajouter aux tonnes de déchets produits chaque année, la production de ces cotons est extrêmement consommatrice d’eau (il faut 5263 litres d’eau pour obtenir un seul kilo de coton, sachant qu’environ 25 millions de tonnes de coton sont produites chaque année sur la Terre…). En comparaison, l’utilisation de lingettes réutilisables permet de remplacer l’équivalent de plus de 6500 cotons jetables, sur plusieurs années. Celles qui fonctionnent simplement avec de l’eau permettent en outre de consommer moins de produits démaquillants, souvent conditionnés dans du plastique.

Mon expérience: Les lingettes démaquillantes que j’ai testées, les Lamazuna, sont à mon sens un indispensable de la salle de bain pour toutes les jeunes femmes. Avec seulement un peu d’eau, elles permettent de démaquiller sans peine un maquillage léger à normal, ce qui les rend particulièrement pratiques à emmener en voyage ou en weekend. Le seul hic, pour moi, est qu’elles ne sont pas forcément hyper adaptées à l’application de lotions, qu’elles ont tendance à trop absorber – quoi qu’avec le temps et les lavages, je trouve que cela devient un peu plus simple. Pour un avis détaillé, retrouvez l’article que j’ai dédié à ces lingettes.

Adieu… Protections hygiéniques jetables
Bonjour… Coupe menstruelle !

Pourquoi c’est mieux: Syndrôme du choc toxique, pesticides, déséquilibre de la flore vaginale… Les protections hygiéniques jetables sont heureusement de plus en plus dénoncées dans les médias pour tous les problèmes sanitaires qu’elles engendrent. Vis à vis de l’environnement, elles sont un véritable désastre, l’une des industries les plus polluantes du monde: une femme utilise en moyenne dans sa vie au moins 10.000 protections, qui finissent toutes à la poubelle. Multipliez ce chiffre par les centaines de millions d’utilisatrices potentielles, et vous voyez à peu près le résultat… Enfin, je ne mentionne même pas le prix des packs de tampons, par exemple (tout à fait d’actualité): une vraie ruine!

En comparaison, la coupe menstruelle en silicone médical est inerte pour le corps (elle ne perturbe pas le fonctionnement naturel du vagin et ne provoque pas de macération), hypoallergénique, et coûte généralement moins de 20€ (sachant qu’il en faut environ 3-4 pour toute une vie).

Mon expérience: Je ne vais pas vous jurer que la coupe menstruelle est facile à maîtriser, et surtout pas dès le départ. Il m’a fallu au moins 2-3 cycles pour être à l’aise avec l’étape de pliage et d’insertion, ainsi que pour trouver l’orientation parfaite qui me permette de ne pas avoir de fuites – aujourd’hui encore, j’utilise toujours des protège-slips pendant mes règles parce que je n’ai pas tout à fait confiance. Il y a aussi le côté un peu spécial du vidage dans les toilettes, qui peut être plus ou moins pratique et ragoûtant selon l’endroit où l’on se trouve. Mais malgré tout cela, je ne peux que vous encourager à 1000% à vous convertir à la cup, tant ses avantages sont énormes autant pour l’environnement que pour votre santé et votre bien-être gynécologique. Une fois que l’on s’habitue petit à petit à son utilisation, quitte à changer de regard sur son corps (non, notre sang n’est pas sale), elle offre une grande liberté et surtout d’incroyables économies. Pour info, j’ai acheté la mienne il y a quelques années sur Fleurcup.

***

Utilisez-vous certaines de ces alternatives plus écologiques?
Seriez-vous prêtes à en essayer d’autres?

126 commentaires

  1. Coucou Victoria,
    Merci mille fois pour cet article fort intéressant et plein de chouettes découvertes !
    Depuis longtemps, je cherche à changer ma façon d’utiliser mes produits de salle de bain, d’une part pour limiter les impacts environnementaux et d’autre part, cela participe d’une immense envie d’agir plus sainement au quotidien.
    Pour le savon, il y a bien longtemps que je n’utilise plus de gel douche et je ne m’en porte que mieux (ma peau aussi d’ailleurs !) ; en revanche, le shampooing j’en consomme bien trop à mon goût, je pense donc me laisser tenter par le shampooing solide…
    Par contre, pour être tout à fait honnête, si la coupe menstruelle me fait de l’oeil, je ne suis pas sûre d’être encore totalement prête à franchir le pas… :)
    En tout cas, merci encore pour cet article, aussi enrichissants que tous les autres d’ailleurs !
    Bises.

  2. Merci Victoria pour ton super article!

    Comme toi, je crois beaucoup dans les petits gestes quotidiens de chacun.
    Tu m’as redonné envie de tester les shampoing solides, je n’avais pas été convaincue la première fois. Celui que j’avais acheté, n’était pas très moussant, donc c’était un peu la galère vu que j’ai les cheveux longs…

    Pour le déo, j’utilise depuis un an du bicarbonate de soude pur acheté en pharmacie, (beaucoup plus fin que le bicarbonate alimentaire. )J’humidifie mes aisselles, je trempe deux doigts dans le bicarbonate, et je l’applique. Il est absorbé instantanément. Peut-être que pour certaines personnes, cela peut être irritant, mais je pense que cela vaudrait le coup d’être testé. (Attendre quelques heures après épilation par contre) Car c’est magique!! J’avais beaucoup de soucis avant (notamment en cas de stress), et là, c’est terminé. Je ne pourrais plus changer. En plus d’être écolo, c’est aussi ultra économique: 3€ pour 2 ans!

  3. Si je peux me permettre de rajouter quelque chose Victoria, peut être pour les autres: ma prise de conscience a me mettre à la cup s’est faite quand j’ai appris que la culture du coton nécessitait énormément de projections de pesticides, qu’ au fur et à mesure que l’on utilisait des tampons, des fibres de coton polluées s’amassaient dans le fond du vagin. C’est pas très chouette et s’est surtout cancérigène

  4. J’ai adopté la cup depuis longtemps et ne pourrais plus m’en passer ! Je me lave avec les savons fabriqués par une amie. Je me tartine avec les baumes fabriqués par une autre amie (et je lui ramène les contenants). Mais je ne connaissais pas les shampoings solides, ni cette marque Lamazuna, trop contente car je cherchais depuis longtemps une alternative aux cotons à démaquiller (qui ne soit pas irritantes). Merci !!!

  5. super article! J’ai aussi à la maison amené les changements pour les savons solides, la cup est MON produit favori ainsi que les lingettes démaquillantes!!
    Cependant lorsque je dois retirer mon vernis je le fais malgré tout avec des coton… as-tu trouvé une alternative pour ce moment?
    le dentifrice de Lamazuna attise ma curiosité :)

    • Coucou ! Je me permets d’intervenir :).J’utilise mes collants filés pour ça et ça marche très bien ! Tu peux aussi utiliser des vieilles chaussettes ou autre vêtement du genre dont tu ne veux plus ça absorbera mieux le dissolvant ;). Bonne journée !

    • un grand merci pour cette idée Julie, j’utilisais déjà les vieilles chaussettes pour passer du lait nourrissant et du cirage sur mes chaussures, mais je n’y avais jamais songé pour le dissolvant ! Quant aux collants filés, j’en ai une telle consommation qu’ils feront maintenant une étape « manucure » avant d’aller à la poubelle :)

  6. Coucou Vctoria,
    Concernant les déodorant pour ma part j’ai trouvé une solution que me convient parfaitement: j’utilise de l’huile essentielle de palmarosa! C’est très simple d’utilisation : je verse simplement 2 gouttes sous chaque aisselle et je diffuse en battant des bras (comme un poule ! Ahah). En 5 seconde c’est bouclé! Je trouve que l’HE de palmarosa sent divinement bon (mais c’est personnel) et elle est très efficace! Elle empêche le développement des bactéries et je dois dire que même en été lorsqu’il fait chaud aucun problème d’odeur! Je n’ai eu aucun problème d’allergie. Donc peut être a tester… J’utilise celle d’ aromazone, elle me convient très bien.
    Bises

    • Je confirme que cette technique est efficace, pour l’avoir testé pendant quelques jours! Le seul truc qui me gêne (mais c’est très personnel) est que le palmarosa, comme toute huile essentielle d’ailleurs, a une odeur très puissante, or je déteste avoir une senteur forte constamment sous le nez (je ne supporte quasiment aucun parfum non plus, ni les gels douche qui sentent trop fort sur la peau etc… j’ai l’odorat très sensible). Mais je conseille effectivement à toutes les intéressées d’essayer! :)

    • idem depuis de très nombreuses années et je ne pourrais plus m’en passer
      je verse mon HE dans un petit roll on à bille plus facile à utiliser et à appliquer direct sous les aisselles

  7. Bonjour Victoria,
    Merci pour ce super article!
    J’ai découvert grace à toi la marque Lamazuna (le shampoing solide et les lingettes) et je suis absolument conquise.
    J’étais moi aussi passée à la cup menstruelle et j’en étais absolument fan mais on m’a depuis posé un petit stérilet en cuivre et ma gynéco m’interdit formellement de continuer avec la cup, l’effet ventouse ayant parait-il provoqué le décrochement du stérilet chez plusieurs patientes… :( Résultat, j’ai du repasser aux tampons qui m’assèchent énormément :(
    Si quelqu’un ici utilise cup + stérilet et ne rencontre pas de problème, je serais curieuse de le savoir!
    Des bisous

    • Bonjour Marianne! Je me permets de te répondre, j’utilise depuis 6 mois stérilet en cuivre et cup sans le moindre soucis. Je pense que c’est un devoir de précaution qui a conduit ta gynécologue à te l’interdire, mais au quotidien si tu pinces bien la cup en la retirant tu évites l’effet ventouse. Il faut juste vérifier que les fils du stérilet sont toujours là à la fin des règles. Et entre stérilet et cup, c’est une tranquillité d’esprit totale, plus besoin de penser aux règles ni à la contraception…

    • Bonjour Marianne,
      Je confirme aussi: j’ai un stérilet en cuivre depuis 1 an et j’avais déjà une cup depuis quelques années. Aucun problème :)

    • Je confirme aussi: stérilet en cuivre depuis 1 an et demi et cup depuis aussi longtemps et tout va parfaitement bien. Je crois qu’il y a eu un effet panique suite à quelques cas (il y en aura toujours pour tout) mais ne laisse pas l’exception définir la règle ;) (jeu de mot offert par la maison)

  8. Un super article ! Il faut parler de ces alternatives… J’utilise déjà la cup (que je préfère aux protections classiques), les lingettes démaquillantes réutilisables (je préfère le coton classique j’avoue mais qu’est ce qu’on ferait pas pour la planète) et je viens d’acheter le même déo que toi dans la boutique Unlimited Health que tu as recommandé sur Instagram… Donc à tester très bientôt !

    Bises !

  9. Encore un super article !! A la maison, j’utilise les cotons lavables en bambou (qui sont d’une douuuuceur …) et je passe petit à petit à la cup. Pour le déo, je suis aussi une très grande adepte des Schmidts, ils ne m’ont jamais déçu ! Oh et le shampoing Lamazuna pour cheveux normaux est vraiment génial, un mois que je l’utilise et je n’arrive plus à m’en passer :D

    • Coucou ! Je me permets d’intervenir : la taille de la cup dépend de si tu as déjà donné naissance à un bébé par voie vaginale ou non. Mais c’est expliqué sur le site de FleurCup par exemple (c’est de là que vient la mienne), tu trouves l’info très facilement. Rien à voir donc avec ton flux :)

  10. Coucou, je trouve que c’est une très bonne sélection de produits « naturels » que tu nous as fait.
    J’aime beaucoup le principe des shampooing solides, mais je préfère quand même les liquides, même si j’utilise des 2 je t’avoue. Contrairement aux gels douche, où là je ne supporte pas les savons solides, je n’apprécie que les liquides, quitte à acheter en éco-recharge pour remettre dans un récipients en verre, ça je serais toute oui. Mais les savons solides, je n’aime pas du tout le contact.

    J’ai l’intention de tester, probablement dans l’année, un déo solide, je ne sais pas encore lequel, mais je suis curieuse de tester. Après, celui de Lush au Patchouli, me fait quand même hésiter. Ca doit sentir :s.

    Le dentifrice en poudre je ne supporte pas, ça me donne des frissons. Je sais que ceux en tube ne sont pas bons, mais tant pis :s.

    Et pour les cotons, moi j’utilise depuis quelques semaines des gants démaquillants, que je préfère aux lingettes démaquillantes. Et qui sont également plus rentables que des lingettes, où il faut utiliser du démaquillant avec ;).

    Quant à la cupe menstruelle, c’est tout simplement hors de question pour moi. Déjà que je n’aime pas les tampons, je n’ai pas envie de me compliquer la vie pour réussir à dompter une bête que je n’apprécierais certainement pas :s.

    En tout cas, j’ai beaucoup aimé ton article, les pourquoi et tes expériences sont très bien pour convaincre certaines ;).
    Et je pense qu’on ne peut pas lire ton article, sans vouloir réagir ;).

    Bisous et à très vite <3.

  11. Je n’ai pas tout, mais j’ai déjà : deo Schidmt’s, lingette lamazuna (pas des plus efficaces malheureusement), savon pour le corps et la cup.
    Le dentifrice ne m’a pas tenté pour le côté non pratique. Et pour le shampoing solide, avec mon cuir chevelu sensible, le frottement me fais un peu peur :s

    Moi je suis toujours prête à essayer des nouveautés si ça peut améliorer : santé/bien-être/écologie/éthique. Mais faut-il encore que ça reste raisonnable en prix, en utilité et en temps. Car comme toi, je veux bien faire un effort, mais je ne veux/peux pas tout chambouler mon planning juste pour un produit.

    La slow cosmétique avance, ça fait plaisir :)

    • Si ça peut te rassurer, j’ai moi-même le cuir chevelu très sensible, et le frottement du galet ne me fait rien du tout. En fait on ne frotte pas comme un malade, il suffit de le passer tranquillement sur les cheveux, avec quelques allers-retours on a assez de produit :)

  12. Merci pour cet article, pleins de nouveaux produits à tester ! Je te recommande d’essayer le déodorant en poudre de lush: du talc et des huiles essentielles. Très pratique et efficace! :-)

  13. Merci pour l’article!De mon côté, je ne quitte plus mes lingettes démaquillantes Lamazuna (et j’ai converti pas mal de personnes mon entourage), ni le shampoing solide pour cheveux normaux de la même marque. Je l’adore, il mousse (pour celles que cela dérange quand ce n’est pas le cas)et laisse les cheveux tout doux.J’avoue que le dentifrice,pour l’instant, ça me branche moyen. Je reste avec mon Lavera à la menthe. Mais un jour, qui sait?..

  14. Super article interessant…

    Moi je m’interroge et m’interesse beaucoup sur la question des protections féminines.

    Je suis tentée par la CUP mais n’ose pas franchir le pas; beaucoup d’appréhension. Ton retour honnete est interessant….

    Par contre pour tous ces produits solides, je trouve le cote assez crasseux de les voir « fondre » sur le bord de la baignoire, tu les poses comment?

    et en voyage tu les emportes comment?

    Merci de tes réponses!
    Je suis passée à la lingette en microfibre démaquillante lavable (tu en avais présenté dans un billet), j’en ai trouvé une chez MONOPRIX, j’ai pu touché le produit pour être sure qu’il ne m’arrache pas la peau. Je suis conquise par ce produit!
    Lush je suis pas trop convaincue par cette marque qui je trouve vend beaucoup de jolis mots sans réel effort bio et ecologique. Mais ils sont innovateurs sur le packaging et la presentation.

  15. Bon vous m’avez convaincue pour la cup! J’y pensais depuis un moment car les tampons m’assechent.. Youhou je me laaaance! Je cours en acheter une ce we. La vie de foliiiie ;)

  16. Cool, merci pour cet article qui me re-motive à refaire un point chez moi! Au rayon déo, j’utilise depuis des années celui de chez Soap Walla, que je n’échangerai pour rien au monde ! (http://www.bazar-bio.fr/deodorants-bio/499-soapwalla-deodorant-bio-creme.html)

    Prochains efforts dans ma ligne de mire : éliminer les disques de cotons, trouver le bon shampoing solide, ET me pencher sérieusement sur la cas des protections hygiéniques réutilisables. Je m’y étais intéressée il y a des mois et puis j’avais laissé tomber. Par contre, je reste INCAPABLE de franchir le pas de la cup… En tout cas, merci pour tes plans, je vais explorer tout ça…

  17. Merci beaucoup pour ton article !
    Pour le déodorant un produit très simple et entièrement naturel qui se vent sans emballage ou avec un carton recyclacle : la pierre d’alun tout simplement

  18. Bonjour à tous,

    Je suis à 100% convaincu que ces solutions sont meilleures pour réduire nos déchets et ça permet de ne pas faire de concessions sur le confort. Disons même que certaines solutions que tu cites sont bien mieux que nos habitudes classiques.
    Pour ma part j’ai déjà adopté les cotons lavables, les pains de savons, la cup mais aussi les huiles végétales.

    La cup c’est plutôt récent et j’y suis allée à reculons au début. C’est la vidéo de Madmoiselle.com (https://www.youtube.com/watch?v=YmJPm6zjouw) qui m’a convaincu d’essayer et je la recommande vraiment, pour comprendre les avantages et les désavantages (mais il y en a peu). C’est sûr qu’il faut passer les aléas du début, insertions un peu folkloriques et douloureuses, peur que ça déborde (pour ma part, ça à pas été simple durant les deux premiers jours d’utilisation) mais après c’est devenu super facile, comme si mon corps c’était adapté et depuis je ne jure que par ça.
    En ce qui concerne le fait d’avoir à la retirer dans la journée, oui c’est assez particulier si il n y a pas de lavabo à proximité. Mais, à moins d’avoir un problème particulier, on peut garder sa cup durant 12h sans soucis. Du coup, c’est uniquement dans la douche ou chez moi que je l’enlève et HOP, no problèmo!

    Pour la crème de nuit j’ai aussi tester les huiles végétales et c’est très concluant. Mieux pour la nuit quand même surtout si on à peu de luire un peu ou si on a pas le temps d’attendre que ça absorbe. Pour le démaquillage aussi d’ailleurs c’est encore mieux. Il suffit de se masser le visage avec de l’huile pour enlever le make-up (même des yeux) et rincer avec un gant de toilette imbibé d’eau chaude. Moi je trouve que le démaquillage est même beaucoup plus efficace qu’avec des produits plus classiques. En plus c’est systématiquement dans des bouteilles en verre donc c’est mieux! Moi j’ai commencé juste pour tester avec de l’huile d’olive. Hormis l’odeur un peu vinaigrette à l’application c’est top et ça ne laisse aucune odeur ou de film gras à la fin. Là perso, j’utilise de l’huile d’avocat, super pour l’hydratation et je n’ai jamais eu de problème d’acné à cause de l’huile.

    Bref, pour le reste je cherche encore un shampoing solide qui ne fasse pas graisser les cheveux en deux jours! Je n’ai pas les cheveux gras, pourtant tous les shampoings avec du SLS m’obligent à me laver les cheveux très souvent. J’ai trouvé une solution géniale avec les shampoings bio type Lagona ou Desert Essence ( très galère à se procurer si comme moi on est pas fan de l’achat sur internet). J’ai testé les shampoings solides de Lush mais même combat, ça regraisse super vite, adieu les shampoings tous les 5 jours! Donc la je cherche encore ^^

    Quelqu’un connait des magasins « physiques » qui vendent du shampoing solide bio ou végan?

  19. Merci Victoria pour ce super article.

    J’aimerai tellement que tout le monde se sente concerné par la préservation de notre si belle planète.
    J’ai déjà adopté ce mode de vie dans ma salle de bain.
    Vade retro coton sponsorisé par Monsanto!
    Pour la cup, les filles, hésitez pas, ce fut une vraie libération dans ma vie. Ca fait maintenant 10 ans. (Plutôt crever (pardon) que de retourner aux tampons toxiques et polluants.) J’utilise également des protèges slip lavables. C’est vraiment le top pour moi.(un peu chers à l’achat mais comparé aux dépenses démesurées des tampons et trucs plastiques qui puent, y’a pas photo…)
    De plus, je voyage pas mal et j’avoue que réduire la taille et le poids de ma trousse de toilette est important.
    Et c’est chose faite depuis que j’ai découvert le savon magique du dr bronner. Ils disent « naturel » mais ça n’est pas tout à fait vrai lorsqu’on se penche sur la composition. Cependant, c’est pas « si pire » et il reste en tête dans mon top voyage. Avec ce merveilleux savon que j’achète (6€ sur le net) solide pour ma part, tu peux te laver visage, corps, cheveux et dents (oui oui). Il fait aussi office de déodorant,lessive, mousse à raser, détachant…
    Ce savon est génial!!! Il existe en plusieurs « parfums » (pour les dents, ma préférence va à menthe poivrée).
    Par contre, quand je rentre à la maison,j’adopte différents produits. C’est mon petit luxe à moi. Mais naturels les produits, hein! J’avoue ne pas encore avoir trouvé le déo de mes rêves (pour l’instant toujours celui à la sauge de chez weleda, pour son odeur)mais j’y travaille. Je vais suivre tes conseils.

    Prochaine étape= Objectif 0 déchets dans toute la maison.(A bas les plastiques!!!)
    Pas facile à mettre en place: Les mauvaises habitudes sont tenaces. Mais c’est faisable. J’y crois.

    Merci pour ton article.

  20. Salut Victoria !

    Merci pour cet article ! J’ai déjà adopté les disques démaquillants Lamazuna, l’éponge konjac, le pain de savon, la cup et le déo naturel fait par moi-même selon la recette d’antigone XXI ;-) la seule chose que je n’ai pas encore remplacée c’est le tube de dentifrice et les contons-tiges. Comme toi je tire un bilan très positif et je suis ravie d’apporter ma pierre à l’édifice pour une planète plus saine… et ma santé n’en est que meilleure. C’est tellement intéressant de réfléchir par soi-même et d’expérimenter tout un tas de choses ! Bonne continuation !

  21. Merci pour ces idées!
    Juste pour le savon Clémence et Vivien, il contient de l’huile de palme, certes bio mais cela participe également à la déforestation malheureusement.

    • Tu me redis la même chose sous chaque article mentionnant la marque Clémence et Vivien, je te redonne donc ici ma réponse:

      Il y a en effet de l’huile de palme (jamais en majorité, puisqu’il s’agit surtout d’olive et de coco) mais cela ne me dérange pas, je ne suis pas extrémiste du naturel. Je préfère largement, pour un même budget, opter pour ce type de produit que pour un gel douche avec flacon en plastique qui sera autrement plus nocif pour l’environnement…!

  22. Ah oui désolée pour la répétition, je lisais les 2 articles en parallèle! En effet c’est toujours plus écologique qu’un flacon en plastique.

  23. Coucou Victoria !

    Tout d’abord je suis ton blog depuis peu et je te trouve assez géniale comme fille, j’avais envie de te le dire !
    Ma petite question : Que veux tu dire quand tu dis que la compo des savons Lush n’est pas top ? Désolée si tu as déjà du répondre à cette question…

    En tout cas merci pour toutes ces idées, je vais essayer de suivre ton chemin cette année ;)

    • Coucou Carla ! Merci pour tes gentils mots !
      En fait les savons de Lush sont bourrés (littéralement, c’est souvent le premier ingrédient) de sulfates très agressifs, et autres conservateurs douteux (parabens etc…), alors que les savons artisanaux traditionnels ne contiennent que des huiles végétales douces et nourrissantes :)

  24. He dado con tu blog y me parece muy interesante. Tenemos algunas cosas en común y una de ellas es la de utilizar cosméticos lo más naturales posibles. Este artículo me ha parecido interesante porque algunos de los productos de los que hablas los utilizo y los hago yo misma. Si deseas visitar mi blog es:
    http://alfondodelespejo.blogspot.com.es/

    Un saludo.

  25. Merci de rappeler que notre sang n’est pas sale, c’est important dans une société où « mère nature » nous fait « subir » nos règles…
    Bonne soirée!

  26. Merci beaucoup pour cet article très instructif ! Pour ma part je démarre dans les cosmétiques bio en dehors des grandes marques vendues que l’on trouve distribuées partout comme Melvita et Weleda et comme je connais peu les autres marques dans le domaine je vais aller voir de plus près celles que tu cites ainsi que tes autres billets sur le sujet !
    Et justement pour découvrir ces marques bio je me suis abonnée à la box Nübo et je viens de démarrer mon 1er déo sec mais comme il me pique un peu je ne sais pas si cette formule est adaptée à ma peau sensible ou pas… ? Je poursuis les tests et découvertes ! Merci pour tes conseils ! Belle journée

  27. Hello,
    Merci pour cet article très intéressant :-)
    SI je puis me permettre une petite remarque pour pinailler ^^ J’utilise maintenant une coupe menstruelle que je trouve tellement plus pratique que les autres protections hygiéniques (sans parler des problèmes de pesticides dont tu parles ici). Cependant, les coupes menstruelles ne permettent pas de se prémunir du Syndrôme du choc toxique SCT. En tout cas, pour les autres aspects, c’est plus prometteur.

    Bonne journée !

  28. Hello Victoria :-)
    C’est étonnant que tu parles de « fuites » avec la cup, c’est la première fois que j’entends que son « orientation » peut jouer sur les fuites ou non.
    Cela fait maintenant 3 ans que j’utilise la cup et, malgré le fait que je n’ai absolument jamais fait attention à son orientation, je n’ai jamais eu de fuites ! Bizarre !
    En tout cas, je suis une convaincue de la cup, ça a changé ma vie ! :-) J’encourage toutes les femmes de mon entourage à se convertir.
    J’adore tes articles sur les produits green, ça donne tellement envie de tout essayer :-)

  29. Pingback: De-ci de-là #8 - Black Confetti

  30. Pingback: [Ecologie] On est prêt. – storiesbyprisca

Répondre

Naviguer