Green Joaillerie – La nouvelle boutique OR DU MONDE

Peut-être vous souvenez-vous de ma collaboration l’année dernière avec OR DU MONDE, petite entreprise familiale de joaillerie éthique, éco-responsable et made in Paris ? Travailler avec eux avait été pour moi une grande fierté; leur contact avait contribué à m’ouvrir les yeux sur la réalité peu glorieuse, si mal connue, cachée derrière ce milieu de beauté et de luxe.

Depuis, la marque a continué sa mission avec succès, et atteint des objectifs remarquables. Il y a quelques jours, j’ai ainsi eu le plaisir d’enfin rencontrer la famille Pavan et son équipe en chair et en os pour inaugurer le nouveau flagship « green » OR DU MONDE au coeur de Paris – avec une petite participation personnelle grâce à ma passion pour les plantes !

Cette soirée fut l’occasion de revenir avec eux sur le terrible impact environnemental et éthique de la joaillerie conventionnelle, sur les engagements de leur marque pour plus de transparence et d’éthique, et surtout sur leurs réalisations en cette année qui marque leur 5ème anniversaire et leur 100ème kg d’or recyclé !

Je viens aujourd’hui vous proposer un petit compte-rendu de notre collaboration végétale et de toutes les choses passionnantes que j’ai apprises durant cet événement, mais aussi partager avec vous un aperçu de l’univers d’OR DU MONDE à travers les photos que j’ai prises dans leur nouveau magasin.

Comme tous les autres biens, les bijoux devraient se consommer de manière plus responsable – mais pour cela, encore faut-il connaître les tenants et aboutissants de leur fabrication. J’espère que cet article participera à informer et sensibiliser encore plus de personnes sur le sujet !boutique-ordumonde-green-joaillerie3boutique-ordumonde-green-joaillerieordumonde-soiree-inauguration2boutique-ordumonde-green-joaillerie1boutique-ordumonde-green-joaillerie2

UNE TOUCHE VÉGÉTALE
POUR LA NOUVELLE BOUTIQUE

Après ses débuts dans le XIVème arrondissement, l’équipe OR DU MONDE s’est donc installée depuis début novembre dans leur nouveau flagship parisien au 7 rue Notre-Dame des Victoires 75002 (métro Bourse) – un local beaucoup plus spacieux, dans un quartier très central.

Cette nouvelle boutique m’a semblé parfaitement choisie et réalisée: elle est chaleureuse et claire, à la fois ample et intimiste, superbement décorée dans des matériaux naturels et des motifs végétaux, en collaboration avec des artisans locaux – ce qui correspond tout à fait à leurs valeurs. Mention spéciale aussi pour leurs vitrines extérieures, que je vous invite à aller voir si vous passez dans le quartier: elles expliquent très bien leurs choix de fabrication et de production !

J’ai eu le grand plaisir d’ajouter ma petite touche à l’élaboration de cette splendide décoration, en aidant l’équipe à choisir des plantes d’intérieur dans un esprit cohérent avec leur démarche « green ».

Pour aller de pair avec l’idée du respect de l’environnement, nous nous sommes naturellement tournés vers des espèces identifiées pour leur capacité à améliorer la qualité de l’air ambiant – un phénomène encore en cours d’étude (les conditions nécessaires pour en bénéficier ne sont pas tout à fait connues) mais très prometteur pour l’avenir !

En effet, plusieurs expériences des trente dernières années, notamment un fameux rapport de la NASA, semblent démontrer la capacité de différentes espèces à absorber les molécules polluantes comme le formaldéhyde, le benzène, etc… – des COVs (composés organiques volatiles) aussi toxiques que fréquents. Outre ces propriétés spécifiques, les plantes en général ont de toute façon l’avantage de produire de l’oxygène durant la journée – et contrairement aux idées reçues, de ne rejeter qu’une quantité très minime de CO2 pendant la nuit – tout en augmentant légèrement le taux d’humidité atmosphérique, ce qui contribue déjà grandement à un air plus sain.

Trois des espèces dites « dépolluantes » ont été finalement sélectionnées afin d’agrémenter la boutique pour le bien de tou.tes: le pothos doré (scindapsus aureus), la fleur de lune (spathiphyllum wallisii) et le caoutchouc (ficus elastica). En bonus, les quelques palmiers nains (chamaedora seifrizii) de plus grand format, une espèce également connue pour ses capacités filtrantes, ajoutent une jolie touche tropicale !

Je suis ravie du résultat et de l’ambiance créée ! Il est plutôt rare de voir autant de verdure dans l’univers d’habitude très classique et métallique de la bijouterie; ici, cela fait sens, et cela fait du bien.boutique-ordumonde-green-joaillerie4 boutique-ordumonde-green-joaillerie5 boutique-ordumonde-green-joaillerie6 boutique-ordumonde-green-joaillerie7 ordumonde-soiree-inaugurationboutique-ordumonde-green-joaillerie8 boutique-ordumonde-green-joaillerie9 boutique-ordumonde-green-joaillerie10

VERS UN IMPACT ENVIRONNEMENTAL ZÉRO

Comme vous le savez peut-être via mon premier article, OR DU MONDE a un positionnement unique en France dans le choix de ses matières premières: combiner or recyclé et approvisionnement éco-responsable des pierres (semi) précieuses.

Si la famille Pavan a décidé de ne pas participer à de nouvelles extractions d’or, c’est parce qu’il s’agit de l’activité minière la plus polluante au monde: l’obtention d’1 seul gramme d’or génère deux tonnes de rebus miniers et une consommation d’eau astronomique – sans compter l’utilisation de produits chimiques très toxiques, généralement relâchés dans l’environnement sans filtrage efficace. Les plus grandes mines d’or rejettent par exemple jusqu’à 1900 tonnes de cyanure par an dans l’environnement, un véritable scandale !

Il y a assez d’or en circulation actuellement pour que la joaillerie puisse fonctionner uniquement en recyclant celui-ci (or dentaire, bijoux inusités, etc…) pendant quelques dizaines d’années. C’est un métal qui se refond à l’infini sans perte de qualité: pourquoi ne pas en profiter, et ainsi réduire drastiquement l’impact environnemental des bijoux ?

Margot Pavan, co-fondatrice d’OR DU MONDE, a été très émue de nous annoncer que la marque avait atteint cette année les 100 kg d’or recyclé, ce qui correspond (tenez-vous bien !) à une économie de 70 millions de litres d’eau, 400 kg de mercure, 6000 tonnes de cyanure et 200.000 tonnes de déchets miniers (soit l’équivalent du poids de l’Arc de Triomphe et de 10 Tour Eiffel) pour la planète. En outre, les 5 ans d’existence d’OR DU MONDE auront apporté 5 ans de soutien au savoir-faire français via leur atelier parisien !

Nous avons aussi pu discuter avec son frère, Sacha, qui voyage dans le monde entier pour trouver des mines indépendantes et engagées où s’approvisionner en diamants et autres gemmes: celles-ci doivent remplir un cahier des charges strict, qui va bien au-delà des seules garanties existantes (mais très insuffisantes) dans le milieu, comme le processus de Kimberley. Le contact direct d’OR DU MONDE avec ces partenaires et la veille régulière qu’ils effectuent leur permettent de garantir à la fois la responsabilité environnementale et la responsabilité sociale (conditions décentes, sécurité, pas de lien avec des groupes armés…) de ces entreprises.

Enfin, bien sûr, parce que la durabilité d’un objet passe avant tout par sa longévité, les bijoux OR DU MONDE sont conçus dans un objectif de qualité parfaite, de confort et de beauté, afin d’assurer leur garantie à vie. Les modèles sont étudiés pour être agréables à porter (Christian et Hélène Pavan sont de grands experts, riches de dizaines d’années d’expérience !), et les matériaux sont soigneusement sélectionnés pour conserver leur aspect au fil des décennies: par exemple, leur or blanc inclut un beau pourcentage de palladium, métal rare et très précieux, pour que sa couleur ne jaunisse ni ternisse jamais. En somme, leurs créations sont de véritables investissements pour toute la vie – ce qui au passage les rend idéales pour les alliances et bagues de fiançailles, ou autres cadeaux de grandes occasions !boutique-ordumonde-green-joaillerie11 boutique-ordumonde-green-joaillerie12 boutique-ordumonde-green-joaillerie13 ordumonde-soiree-inauguration1boutique-ordumonde-green-joaillerie14

Pour en savoir plus, je vous recommande chaleureusement l’épisode du podcast Basilic dédié à OR DU MONDE, dans lequel Margot explique toute leur démarche et répond aux questions de Jeane sur ce milieu. Je l’ai trouvé très intéressant; on entend dans son discours à quel point leur mission leur tient à coeur – c’est une affaire de passion, de famille et de valeurs.

***

Étiez-vous conscient.es de l’impact environnemental de l’or, et des gemmes ?
Avez-vous envie de faire plus attention à leur provenance ?

De mon côté, moi qui n’avais jusqu’ici jamais porté beaucoup de bijoux (mis à part des bagues), cette nouvelle aventure aux côtés d’OR DU MONDE m’a donné envie d’investir au fil des ans et des occasions dans des pièces de joaillerie éco-responsables que je pourrai garder à vie et porter fièrement. Mes 30 ans approchent à grands pas: une bague toute simple pourrait être un beau symbole éternel pour marquer le coup. Affaire à suivre !

Article sponsorisé
Merci à OR DU MONDE de soutenir le blog ! ♥︎

17 commentaires

  1. Merci Victoria pour ce post très intéressant sur la marque! C’est cool de savoir que certaines marques de joaillerie défendent des valeurs. Juste une petite remarque, par rapport aux plantes « dépolluantes », apparemment c’est vraiment minime en conditions réelles et des effets de dépollution ne sont observées qu’en conditions de labo. Un avis de l’ADEME de 2013 sur le sujet est disponible : https://www.ademe.fr/plantes-epuration-lair-interieur
    Bonne journée!

    • Merci Lauren, je suis au courant, c’est pour ça que j’ai précisé que les conditions pour en bénéficier ne sont pas encore très claires ! :) Je suis sûre que pas mal d’entreprises sont sur le coup et qu’il y aura bientôt des expériences plus fructueuses hehe !

  2. Quel bel article ! Tes photos en story étaient déjà somptueuses.
    Je me souviens avoir voulu, pour mes fiançailles, opter pour une bague éthique chez Or du monde. C’était une décision à deux, donc notre choix s’est porté sur un modèle pas du tout éthique, et si j’adore ma bague de fiançailles que je ne quitte jamais, je regrette de ne pas m’être plus renseignée et de ne pas avoir partagé mes trouvailles sur le sujet avec mon chéri, qui aurait à coup sûr soutenu mon choix s’il avait été argumenté (autrement que par « ils disent que c’est éthique », si ton article était paru à ce moment-là, je l’aurais dévoré et partagé !). Je garde pourtant la référence Or du monde pour tout autre bijou qui aurait du sens, un anniversaire, un événement important, car je ne souhaite plus du tout cautionner la joaillerie traditionnelle. Heureusement que je porte peu de bijoux et que je me contente bien volontiers de bijoux moins précieux au quotidien, cela limite largement mon impact (enfin…, ça compense peut-être cet achat pas assez réfléchi il y a 5 ans). Merci de nous proposer des articles toujours si enrichissants ! Bises.

    • Merci Pauline pour tes gentils mots et ton soutien, toujours ♥︎

      Je comprends ton regret – n’est-ce pas ce que l’on vit un peu tou.tes quand on réalise qu’un produit / objet que l’on a consommé a eu un très mauvais impact sur la planète ou ses habitants ? Mais il faut parfois du temps, et les bonnes circonstances, pour réaliser les choses au point de prendre une décision fermement engagée. C’est humain ! Le plus important, c’est que maintenant, on le sait: on pourra choisir et en parler avec davantage de recul et d’arguments ! J’espère aussi que cet article aidera à sensibiliser un peu plus de personnes.

  3. Très bel article qui nous en apprend beaucoup. C’est vrai que lorsqu’on ne connaît pas un tel sujet on ne rend pas compte de tout ce que cela implique. Les chiffres sur leur économie en 5 ans sont juste ahurissants.
    Et leurs bagues sont magnifiques ! Ça donne à réfléchir pour une bague de fiançailles ;)
    En tout cas c’est un beau partenariat que tu fais là :)

  4. As-tu entendu parler du projet de création d’une gigantesque mine d’or en Guyane soutenue par le gouvernement français? J’ai vu passé plusieurs pétitions opposées à ce projet sur les réseaux sociaux. Cela peut peut-être intéresser tes lecteurs.

  5. Je savais que l’industrie du bijou n’était pas idéale, mais je n’avais pas réalisé que c’était à ce point ! Du coup je trouve cette démarche de recyclage vraiment très intéressante ! Merci pour cette découverte !!!

  6. Bonjour Victoria,
    Merci pour cet article très intéressant, c’est édifiant de prendre conscience de l’impact de la joaillerie et très chouette de découvrir une marque si engagée !
    Sophie

  7. Merci pour ce bel article ! J’avais parlé de cette marque à mon chéri et au final il m’a offert une bague d’une autre marque éthique: Flore et Zéphir. Le nom me disait quelque chose et effectivement, je l’avais lu sur ton blog !! :)

  8. Merci Victoria pour cet article très intéressant . J’ai toujours aimé les bijoux . Quand j’étais ado j’avais envie de dévaliser Claire’s et autres grandes enseignes. Depuis quelques années et par le biais des réseaux sociaux, j’ai découvert des créatrices de talent, je pense à Salomé Charly, Elufée, Lilly O Jewellery, Poupée Rousse, Eileen and Sam et bien d’autres. J’ai donné tous mes bijoux fantaisies aux filles de copines et j’ai conservé quelques pièces originales. Je ne souhaite plus « collectionner ». Les bijoux que je porte sont ceux qui ont une valeur sentimentale et sont intemporels . Ma mère voulait m’acheter pour Noël des petits anneaux en or, je vais lui parler de ton article et de la marque ;-)

    Passe une belle journée.

    Delphine

  9. Pingback: Mes Favoris Lifestyle - Novembre 2018 - Mango and Salt

Répondre

Naviguer