DIY // Faire des boutures de plantes grasses

Si vous suivez de temps en temps mes aventures, vous savez peut-être que j’entretiens depuis quelques mois toute une collection de boutures de plantes grasses, alimentée tantôt par mes propres specimens, tantôt au fur et à mesure de mes trouvailles et des gentils dons de mes copines. Mes rebords de fenêtre en sont complètement envahis, pour mon plus grand plaisir, tant leur développement est fascinant à observer !

Avec les boutures de monstera et de misère (tradescantia), les succulentes sont celles que je réussis pratiquement à tous les coups, et pour cause: bien que le processus soit parfois trèèès long, il est vraiment simplissime. Les spécialistes peuvent compliquer la chose en impliquant un passage dans l’eau, des hormones de bouturage ou un système d’étouffée sous plastique, mais en réalité, on y arrive aussi très bien avec quelques gestes ultra basiques. Il n’y a presque rien à faire, et c’est ça que j’aime !

Vous êtes toujours nombreuses à me poser des questions sur la façon dont j’obtiens ces boutures quand j’en parle sur Instagram: où se procurer des morceaux de plantes, quels morceaux choisir, comment les faire pousser…?

Aujourd’hui, je viens donc vous proposer mes conseils et astuces toutes simples pour que vous puissiez tenter l’expérience à la maison. L’immense majorité de mes boutures sont encore en cours d’enracinement et loin d’être devenues des plantes adultes (quand je vous dis que c’est long…), mais j’espère que mes explications vous apporteront la confiance nécessaire pour vous lancer. Voir grandir ces bébés plantes est un vrai bonheur, qui mérite d’être partagé !

NB: Encore une fois, mes photos sont toutes grisâtres, j’en suis désolée !diy-boutures-succulentes-plantes-grasses

OÙ TROUVER DES MORCEAUX À BOUTURER ?

☞ GRATUITEMENT

Le plus simple est bien sûr de commencer par bouturer vos propres plantes grasses, si vous en avez déjà. C’est même une excellente manière, à terme, d’étoffer gratuitement votre spécimen avec de nouveaux pieds, ou de remplir d’autres pots. N’importe quelle feuille tombée ou bout de branche cassé peut être mis à profit !

Si vous avez des proches amateurs/rices de plantes, vous pouvez aussi leur demander de vous donner un petit bout: c’est le cas de plusieurs de mes protégées, qui m’ont été offertes par ma copine Coralie. J’aime la symbolique de ces cadeaux végétaux pleins d’amour ! À défaut, on trouve facilement sur internet des groupes Facebook et autres forums d’échanges de boutures, pour vous mettre en relation avec un plus grand réseau.

Enfin, je trouve une bonne partie de mes boutures gratuites… en jardinerie ! Au rayon cactus et succulentes, il y a toujours des petits morceaux tombés par terre ou dans les bacs de présentation. Ces morceaux sont destinés à la poubelle, donc autant les ramasser discrètement et les emporter avec soi: ce sont tous des bébés plantes potentiels, il serait dommage de les jeter !

☞ À BAS COÛT

Si vous recherchez une espèce en particulier ou avez l’âme d’un/e collectionneur/se, il est parfois possible de vous fournir auprès d’amateurs, professionnels ou pépinières spécialisées, notamment sur internet.

Je ne connais malheureusement pas bien l’offre dans les autres pays, mais ici en Hollande j’ai par exemple acheté des morceaux à enraciner chez Cactus Plaza (Sunny Plants). On trouve aussi des vendeurs sur eBay, Le Bon Coin, etc… N’hésitez pas à fouiller un peu: généralement, les boutures non enracinées ne coûtent guère plus de 2-3€ !

▼▼▼

QUELLES PARTIES UTILISER ?diy-boutures-succulentes-plantes-grasses3

☞ DES FEUILLES

C’est un phénomène particulièrement fascinant: beaucoup de plantes grasses ont la capacité de se multiplier très facilement, de « renaître », même, à partir d’une seule de leurs feuilles charnues. C’est le suc contenu dans celles-ci qui permet au morceau de ne pas s’assécher immédiatement, et d’avoir le temps de créer des racines ainsi que de nouvelles feuilles au niveau de sa cicatrice.

Il s’agit de la méthode la plus facile (elle fonctionne 95% du temps chez moi), et elle n’affecte pas trop l’esthétique de la plante-mère: il suffit de récupérer une feuille tombée naturellement, ou de décrocher délicatement l’une de celles qui se trouvent à la base. Toutefois, cette technique demande beaucoup de patience, puisque la plante repart vraiment de zéro; elle prendra du temps à atteindre une taille plus conséquente.

Comme vous le voyez sur la photo ci-dessus, cela fonctionne avec de nombreuses espèces différentes, mais je le recommanderais particulièrement pour les plantes de type crassula, echeveria et similaires (pachyveria, graptoveria…), et les sedums aux feuilles bien charnues (burrito, morganianum, rubrotinctum…). diy-boutures-succulentes-plantes-grasses6

☞ DES MORCEAUX DE TIGES

Ici, le bouturage consiste tout simplement à prélever un bout de tige (l’entièreté, ou juste une extrémité, peu importe). Celui-ci, également rempli de suc, produira des racines au niveau de l’endroit où il a été sectionné, mais aussi potentiellement sur d’autres cicatrices, par exemple là où des feuilles sont tombées.

Cette méthode est très facile, avec l’avantage supplémentaire de partir sur un format initial plus développé. Il faut néanmoins être prêt à retirer une partie visible de la plante mère — mais sur les specimens assez fournis, je ne trouve pas que cela pose vraiment problème. Chez moi, le taux de réussite est très élevé (environ 80-90%) mais le processus est parfois assez lent pour certaines espèces.

Vous pouvez la tester globalement sur toutes les succulentes qui ont des tiges et feuilles charnues, comme les crassula et les sedum encore une fois, mais aussi les aeonium, les kalanchoe… Cela fonctionne aussi avec les cactus aux fines tiges comme les rhipsalis ou les epiphyllum. diy-boutures-succulentes-plantes-grasses4

☞ UNE « UNITÉ » OU UN REJET

Sur certaines plantes qui n’ont pas de tiges, on peut prélever ce que j’appelle (pas très scientifiquement) une « unité », c’est à dire un morceau de la plante qui fonctionne comme un tout en version miniature. Je pense notamment aux petites rosettes qui naissent au pied de la plante mère, ou aux branches latérales de certains cactus ou euphorbes (comme mon morceau d’euphorbia globosa ci-dessus), qui constituent déjà des petites unités en soi.

Le bouturage consiste alors à les faire s’enraciner par le dessous pour qu’elles deviennent une petite plante indépendante. Elles pourront ainsi grandir et se multiplier à leur tour. Avec des cactus et euphorbes, le processus est vraiment très long, mais avec des rejets de type echeveria, sempervivum, ou même aloe, c’est un jeu d’enfant !

Lorsque l’on récupère un joli morceau miniature, cette méthode a l’avantage de nous permettre d’obtenir directement des petites plantes très mignonnes et esthétiques, parfaites à planter individuellement dans des mini-pots, ou pour créer des compositions. Mais pas de panique si votre bouture n’est pas très belle: une fois enracinée et installée, elle reprendra sa croissance et deviendra plus fraîche avec le temps.

▼▼▼

COMMENT ENRACINER DES BOUTURES ?diy-boutures-succulentes-plantes-grasses8diy-boutures-succulentes-plantes-grasses5diy-boutures-succulentes-plantes-grasses2

Décrochez délicatement la feuille qui vous intéresse avec les doigts, coupez la tige à l’endroit qui vous convient, ou sectionnez la rosette à sa base (début de racine) avec un couteau ou un cutter propre. Dans tous les cas, les chances de réussites seront meilleures si le morceau que vous prélevez est bien charnu et en bonne santé.

Laissez votre morceau de plante dans un coin pendant quelques jours, le temps que la plaie soit cicatrisée: celle-ci ne doit plus être humide, mais présenter un léger cal ou au moins être bien sèche. Cela lui évitera de pourrir une fois en contact avec la terre !

Préparez un petit récipient (de n’importe quel type, pas forcément très profond) rempli de terreau spécial cactées, de sable, de petits graviers, ou d’un mélange de tout cela — bref, quelque chose d’assez léger et bien drainant.

Posez vos morceaux de plantes sur la surface de ce terreau. Vous pouvez les enfouir légèrement si vous le souhaitez, pour que la partie cicatrisée soit insérée dans la terre, mais ce n’est pas du tout obligatoire.

Il n’y a plus qu’à placer votre pépinière sur un rebord de fenêtre pas trop frais et bien lumineux mais sans soleil brûlant (les bébés plantes le supportent mal), et à attendre que ça pousse ! La patience est de mise pendant cette étape: elle peut durer plusieurs semaines voire plusieurs mois selon la période de l’année. Pour que ce soit plus rapide, privilégiez le printemps et l’été plutôt que la saison de repos végétatif !

Afin d’hydrater vos boutures et inciter les racines à se développer, je vous conseille de vaporiser régulièrement la surface du terreau — en ce qui me concerne, je le fais une fois par jour, seulement quelques sprays selon la surface. Si vous vivez dans un climat chaud, ou en été, vous pouvez préférer un arrosage en fine pluie de temps à autre, en laissant sécher le terreau entre chaque apport. Notez que souvent, la feuille bouturée ou les quelques feuilles basses de la tige vont sécher avec le temps, jusqu’à tomber; c’est normal.

Une fois que les racines de votre bouture sont devenues assez longues (2-3 centimètres au moins), vous pouvez enfin l’extraire de votre « pépinière » et la planter dans son pot définitif, toujours avec du terreau pour cactées. Continuez à l’humidifier régulièrement pour encourager le développement des racines. Vous devriez remarquer au bout de quelques semaines que la plante s’est bien ancrée dans son pot: comme ma petite tige de crassula ci-dessous, elle grandira à vue d’oeil et vous ne pourrez plus la soulever indépendamment de son substrat. Victoire !

Et si ça ne marche pas, même au bout de plusieurs mois ?

Il arrive que certaines boutures ne s’enracinent jamais, ou meurent en cours de route. C’est normal, et cela arrive à tout le monde ! Ne vous découragez pas si votre premier essai n’est pas un succès: le jardinage est un apprentissage de terrain, et plus vous expérimenterez, plus vous maîtriserez la situation les prochaines fois.diy-boutures-succulentes-plantes-grasses7

Êtes-vous adeptes des boutures de succulentes ?
Si oui, avez-vous des conseils à partager ?
Sinon, voudriez-vous tenter l’expérience ?

39 commentaires

  1. Merci merci merci Victoria ! Tu n’imagines pas à quel point je suis heureuse que tu aies fait un tel article !
    J’ai eu beau farfouiller partout sur internet, je n’ai trouvé aucun article aussi détaillé et bien expliqué que le tien. Ce billet est une mine d’or et je sens que mes petites plantes vont être ravies.

    Bon maintenant je suis aussi excitée qu’une petite fille avant Noël et ai déjà hâte d’être ce week-end pour essayer tout ça…

    Des bisous,
    Pêche
    https://pecheneglantine.fr

    • Oh merci Pêche, tu n’imagines pas comme ton gentil mot me fait plaisir ! Parfois je me dis que je vais trop dans les détails, mais en même temps je veux vraiment vous donner les explications les plus claires possibles. Je suis ravie que ça t’ait paru utile ! ❤️

  2. LilaetHybiscus Répondre

    Bonjour Victoria !
    Merci encore une fois pour cet article très complet et intéressant. Je suis pour ma part une grande fan des plantes mais je n’ai malheureusement pas la main verte..
    J’ai vu que mon grand Aloe Vera venait de faire un petit « rejet », une sorte de bébé aloé Vera qui commence à pousser dans son pot. Grâce à ton article je pense donc le prélever pour le mettre dans un plus petit pot et ainsi créé un nouveau grand et beau aloé Vera :)
    Très bonne journée à toi.

  3. Coucou Victoria,

    J’ai quelques petites plantes chez moi (dont un magnifique bougainvillier offert) et je m’applique à les garder en bonne forme. Peut être que je finirai par acquérir ces fameux « pouces verts ». Tes articles sont si encourageants !
    Peut être que je me lancerai dans les boutures de lierre, (ce serait un nouveau cap) comme ca pousse bien, et tes explications me seront très utiles.
    Par contre je n’ai pas encore constaté de nouvelle pousse sur ma succulente. Ces plantes là ont l’air si immobiles, haha !
    Belle journée.

  4. Oooooh ! J’ai toujours rêvé de me lancer dans les boutures mais (longue liste de MAIS). Manque de temps, manque de motivation, manque de connaissance, manque de tout ce qui peut tomber sous la main pour vous faire oublier un projet. Tu n’imagines pas à quel point ton article tombe à pique du coup ! Ultra complet, il donne envie de se lancer :) c’est parfait !

  5. Excellent article! Très instructif! je ne savais pas qu’en coupant une feuille et en la posant sur du terreau, des racines apparaissaient! Je vais faire des tests et me balader un peu en jardinerie :-)

  6. Bonjour Victoria !
    Merci pour ce super article :)
    Je suis en plaine phase de boutures dans notre petite forêt vierge parisienne, mais je n’ai pas encore testé les succulentes, ça va être l’occasion de m’y mettre.
    Pour le moment, j’ai « ressuscité » une petite bouture de misère verte sur le dessus des feuilles et violette en dessous, trouvée dans la rue, des rejets d’Aloe (mais d’une variété molle et très fragile) qui n’ont pas toutes repris pendant leur phase d’enracinement dans l’eau, donc je viens de les mettre en terre ce week end, j’espère que ça aidera :)
    En revanche, je n’utilise que du terreau universelle pour tout, penses-tu que cela peut poser problème pour mes cactus et plantes grasses ?
    Très belle journée et à très vite de lire de nouveaux articles !
    Marine

    • Coucou Marine ! Merci pour ton petit mot !

      Je te confirme qu’après plusieurs années à utiliser moi aussi uniquement du terreau universel pour tout, j’ai réalisé que les terreaux spécifiques aux plantes d’intérieur étaient une bien meilleure option. J’ai maintenant du terreau pour plantes vertes et du terreau pour cactées, et mes plantes poussent mieux comme ça: il y a un meilleur drainage et la texture du substrat est plus légère, moins agglomérante, donc moins lourde, elle laisse moins les racines baigner dans l’eau. L’une de mes copines, aussi collectionneuse de plantes, a également fait le changement il y a quelques mois et constaté la même chose. Disons qu’utiliser un terreau universel n’est pas un drame, mais on sent vraiment les plantes plus heureuses lorsqu’elles ont un substrat plus adapté à leurs besoins ! C’est particulièrement important pour l’hiver, je trouve, où les risques d’humidité stagnante sont plus élevés.

  7. Bonjour Victoria,
    Très bel article ! Je te suis depuis quelques temps et tu fais partie des gens qui m’ont vraiment donné envie d’avoir des plantes. Merci pour tes belles photos et pour ce que tu partages !

    J’ai un site à conseiller : Arrée Succulentes, qui vend de nombreuses plantes grasses, et divers kits, des boutures de feuilles… J’en ai reçues une vingtaine qui donneront des « plantes surprises », j’adore !

    Concernant l’arrosage, je suis très surprise car personnellement je n’ose pas les arroser même en sprayant, de peur que les boutures pourrissent. Ca m’est déjà arrivé et c’est décevant après des mois et des mois à entretenir la bouture et à la regarder pousser !
    Pour les plantes grasses « adultes », une fois par mois environ je pose les pots dans un bac d’eau et laisse la plante absorber ce dont elle a besoin. Et pour les boutures, je leur donne de l’eau une fois par mois environ également… Tu n’as jamais eu de mauvaises surprises en sprayant une fois par jour ??
    Je vais tout de même essayer de leur apporter plus d’eau, ça donnera sûrement plus d’énergie aux petites boutures !

    • Coucou Laure !

      Merci pour ta recommandation qui sera certainement utile aux personnes qui passeront par là !

      Je n’ai aucun souci à signaler concernant la vaporisation quotidienne, non ! Au contraire, les seuls problèmes que j’ai parfois avec mes boutures sont qu’elles sèchent avant d’avoir pu s’enraciner. Ce serait difficile de les faire pourrir ainsi puisque tout est déjà sec en une heure ou deux. Ce sont vraiment des sprays légers, très très fins, et plutôt dirigés vers la terre ! :)

      Quant à mes autres plantes grasses ou cactus adultes, je les arrose aussi un peu plus souvent que toi je pense: au printemps je fais environ deux arrosages par mois, + des vaporisations de temps en temps sur la terre quand la surface a bien séché. En été les arrosages sont plus fréquents parce que sinon ça sèche vraiment trop.

      Je pense qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise méthode ! Tout dépend du « climat » qu’il fait chez toi (je vis au dernier étage et mon appartement est très lumineux donc il fait vite chaud) et surtout des quantités que tu apportes — de mon côté je fais pas mal d’apports d’eau mais jamais en grandes quantités, justement pour que tout sèche rapidement et ainsi éviter la pourriture.

  8. Bonjour Victoria et merci pour toutes ces infos précieuses, aussi celles en commentaires concernant le terreau. J’utilise également du terreau universel bio pour le moment, mais du coup, je pense en changer une fois que mon sac sera terminé ;)

    Belle journée !

    Marion

  9. Victoria ton article tombe à pic.
    En lisant tes différentes expériences de boutures j’ai essayé et j’ai plein de petites plantes qui poussent!
    Du coup je me demandais juste un truc : quand tu parles de planter, ça veut dire que tu mets la feuille d’où provient le bébé plant sous terre ou tu poses juste sur la terre en attendant que ça s’enracine tout seul?
    En tout cas sans toi j’aurais jamais pensé mener des actions de grand banditisme/secourisme chez truffaut en cherchant des feuilles abandonnées à leur sort haha.

    Bonne journée à toi et merci pour cet article!

    Délia

    • Coucou Délia !

      Souvent quand il est l’heure de planter la nouvelle petite bouture, la feuille originelle est déjà assez rabougrie, donc dans ce cas effectivement on peut l’enfouir dans la terre. Mais sinon, on peut juste poser le bébé plante dans son pot en enfouissant simplement un peu ses racines, et si la feuille originelle est encore là au-dessus, ce n’est pas très grave, elle séchera petit à petit !

  10. Merci pour ces conseils ! Je perds souvent des occasions de bouturer mes plantes grasses, je vais mettre en oeuvre tes astuces ;)

  11. J’ai acheté quelques plantes grasses l’an dernier mais impossible de les garder en vie plus de 6 mois. Je crois qu’il m’en reste une qui résiste tant bien que mal. Je vais suivre tes conseils pour essayer d’en avoir de nouvelles

  12. J’ai un balcon bien exposé et avec les beaux jours j’ai envie de tenter le jardinage. J’ai pour l’instant fait poussé du thym et du basilic…. Enfin j’attends que ça pousse !

  13. Aaaah les boutures, ma passion!
    Je suis d’ailleurs en pleine opération bouturage de mon sedum burrito qui s’est un peu dégarni et pour l’instant tout se passe bien!

    Mais cet article tombe à pic car j’ai quelques questions :) : je bouture actuellement plusieurs succulentes différentes avec lesquelles j’aimerai faire une petite composition dans un pot, mais je me demande quel espacement il doit y avoir entre elles de sorte qu’elles ne se gênent pas les unes les autres en poussant par la suite… ou peut-être devrai-je les déterrer plus tard pour les réespacer…?
    Je ne trouve pas d’infos à ce propos :s

    Et aussi, j’aimerai bouturer un senecio mais je n’ai en ma possession que quelques feuilles et non un tronçon… Du coup je ne sais pas si ça peut fonctionner quand même ou pas… J’ai quelques doutes mais peut-être pourra tu m’éclairer qui sait?

    Encore un super article en tout cas, ne sois surtout pas gênée de mettre force de détails dans tes articles! C’est ce qui fait toute la beauté de ton blog, des écrits généreux et denses ou l’on perçoit ta ferveur et l’envie que tu as de partager et d’échanger avec nous! Il y a tellement peu de blogueuses de ton acabit, je suis d’ailleurs toujours un brin exaltée quand je vois qu’un nouveau post est en ligne et ce depuis de nombreuses années maintenant!
    Continue comme ça, c’est parfait!

  14. Bonjour,

    Merci sur ce super article qui tombe à pic car j’ai commencé une tentative de boutures sur une dizaine de feuilles d’eccheverias. Ça fait un peu plus d’un mois et les feuilles ont données des bébés et des petites racines roses. Lors de mes tentatives précédentes, des bébés sont sorties de la feuille mais les racines ont séchées et j’ai tout perdu en cours de route. Une idée de la cause pour ne pas que ça se reproduise sur mon essai actuel ?

    Merci et belle découverte de votre blog :)

  15. Super article! Je trouve que le ton froid des photos est vraiment esthétique :-) belle journée!

  16. J’ai essayé avec des griffes de sorcières qu’un amie m’avait donné. Mais j’ai zappé l’étape où tu préconise de laisser sécher la bouture avant de la mettre en terre.
    Du coup la bouture n’a pas pris….

    Par contre des ouvriers avaient décapité une autre des mes plantes grasses. J’ai bouturé les petits bouts qui étaient tombés, et là par contre ça a très bien repris !

  17. Bonjour !

    Merci pour ce joli article, j’ai commencé à faire quelques boutures aussi de mon côté mais ça prend du temps, il faut être patient !
    Je retiens quelques conseils que tu nous as donné pour mes prochains (surement meilleurs) bouturages !

    Bonne journée

    Charlotte

  18. Pingback: Happy Vendredi - Joli Bonheur - Un Blog en Californie

  19. Hihi cet article me fait sourire car si de mon côté je ne suis vraiment pas spécialiste des plantes (j’oublie toujours de les arroser ou je mets trop d’eau, bref c’est pas trop mon truc je crois) je vis avec quelqu’un qui adoooore ça!
    A chaque fois qu’on va au restau et qu’il y a une plante sur la table il pique un petit bout pour en faire une bouture! La dernière fois il a carrément traverser la rue et escalader un muret pour en recupérer une qui lui plaisait haha
    Bref, chez moi il y a toujours des boutures et même si c’est pas moi qui en prend soin j’ai toujours le droit aux commentaires comme quoi « mis hijas crecieron un monton ! » (il est argentin) et j’admets que ca me touche!
    Bonne journée :)

  20. Je vais garder précieusement cet article pour de futures expérience.

    Dans l’immédiat, j’ai la joie de voir renaître une plante grasse (dont j’ignore le nom) dont la base était toute flétrie. Le sommet étant intact, je l’ai détaché et mis à tout hasard dans une tasse avec un fond d’eau. Des petites racines se sont développées, je l’ai remise en terre et elle s’y est fixée.

    Grâce à ton article je sais qu’il faudra beaucoup de temps pour qu’elle grandisse, mais je ne suis pas pressée. L’essentiel est qu’elle ait survécu (c’est grave de s’attacher à une plante?)

  21. Merci Victoria pour cet article très détaillé. Je le garde en mémoire pour mes prochaines expériences bouturages.

    J’avais une aloe vera, que j’ai trop arrosé et dont les racines ont pourries. Elle perdait ses feuilles et ne sachant pas quoi en faire, je les ai jetées. Cet article m’aurait bien aidé pour éviter la perte totale de ma plante ;)

    PS: je suis depuis environ un an votre blog, et c’est la première fois que je laisse un commentaire. J’aime beaucoup votre style frais et authentique. C’est un plaisir de retrouver vos articles chaque semaine. Merci Merci !!!!

    Charlotte

  22. Coucou Victoria,

    Merci pour cet article qui est très instructif et qui arrive juste au bon moment :)
    J’ai juste une petite question, j’ai récupéré des « rejets » avec leurs racines de mon aloé vera et j’aimerai savoir si je les mets directement en terre ou si je les met d’abord dans le l’eau pour que les petites racines se développent ?
    Merci !!! :)

    Caroline

    • Coucou Caroline !

      Il s’agit bien du même processus que celui dont je parle ici, donc avec une mise en terre directe ! Sinon bien sûr je l’aurais précisé :) Bonne chance avec tes petites boutures !

  23. Bonjour Victoria et merci beaucoup pour ton article ! J’ai fait l’essai avec un aloe dont la base avait pourri : j’ai prélevé toute la partie au sommet de la plante ainsi que quelques feuilles. Je les ai laissées sécher pendant plusieurs jours – jusque-là tout semblait bien se passer – puis je les ai posées sur du terreau spécifique, mais elles ont recommencé à pourrir… Je ne sais pas ce que j’ai mal fait, je ne les ai pourtant pas arrosées… Aurais-tu une idée de ce qui a pu provoquer le pourrissement ? Était-ce déjà trop tard ?
    Du coup je suis moi aussi étonnée d’apprendre que tu vaporises tes boutures tous les jours : à chaque fois que j’arrose un peu des plantes grasses (et autres d’ailleurs), je peux être sûre qu’elles vont pourrir ou mourir… Du coup j’attends toujours de voir des signes clairs de dessèchement avant d’arroser :(

  24. Le bouturage me fascine également. J’ai une préférence pour les boutures réalisées dans l’eau, car le spectacle de la « renaissance » de ces petits morceaux de plantes peut s’observer d’autant plus facilement de jour en jour.
    D’ailleurs, je ne sais pas si tu connais ce type de vases destinés aux aquacultures, ça te plairait peut-être. J’en ai acheté un il y a quelque temps de la marque Kinto, qui en plus d’être particulièrement pratique, grâce à sa soucoupe amovible, qui repose sur le haut du vase, laissant juste tremper dans l’eau ce qu’il faut de la tige, est un bien bel objet décoratif.

  25. Pingback: Mes petites boutures de plantes grasses

  26. Gaelle Langlet Répondre

    Bonjour ! J’ai fait un petit tour à Jardiland, et j’en suis ressortie avec quelques feuilles de succulentes qui étaient tombées, parfait pour des boutures ! Donc ma question est : Pour ce qui est de vaporiser de l’eau sur les morceaux, est-il préférable de l’eau de pluie? Robinet? Ou peut importe? Merci :)

    • Bonjour Gaelle ! Super ! L’eau de pluie est idéale en effet, ou de l’eau déminéralisée. Je le fais personnellement avec de l’eau du robinet, cela dit, et cela ne m’a jamais posé aucun souci, si ce n’est des petites traces blanches laissées sur le feuillage — mais il est vrai que certaines espèces n’apprécient pas trop l’excès de calcaire et encore moins le chlore, donc les alternatives sont toujours préférables si possible.

  27. Pingback: Links I Love #166 - Whatever WorksWhatever Works

  28. Bonjour :)
    Merci pour cet article extrêmement instructif et agréable à lire !
    Je m’y mets dès ce soir :D

    PS : J’adore ton blog

  29. Ton article est une vraie mine d’or. On retrouve aussi beaucoup de conseils et de ressources dans les commentaires. En tous cas, les photos sont super réussis. Je vais peut-être me mettre à bouturer aussi ;)

  30. Merci Victoria pour ce super article !

    Je vais m’y lancer mais j’ai une question… Comment sais tu que les racines ont poussé de 2 à 3 cm… puisqu’elles sont enterrées non ?

    J’espère que cela va fonctionner ;)

Répondre

Naviguer