Mes Dernières Lectures #23

Pour mon plus grand plaisir, ce dernier bilan lecture du mois de mai est encore très positif, avec trois romans assez différents qui m’ont tous plu à leur manière: le mal-être touchant et délicat d’une adolescente, une romance pas comme les autres de la fameuse Colleen Hoover, et un thriller sur fond afghan qui a particulièrement éveillé mon intérêt.

Depuis, j’ai déjà terminé La Végétarienne de Han Kang et bien entamé Le Nom de la Rose d’Umberto Eco, que je vous présenterai dans le prochain bilan !bilan-lectures-mai2016

Mon toutou a clairement son petit préféré ! ;)

Bianca, de Loulou Robert, éditions Julliard
(service presse)

Résumé: Internée dans une unité psychiatrique pour adolescents suite à des troubles alimentaires et une tentative de suicide, Bianca voit passer les jours sans trouver de sens à son existence. Alors que ses compagnons d’infortune semblent tous victimes d’événements traumatisants, la jeune fille se sent terriblement vide sans vraiment savoir pourquoi – comme si son regard était simplement plus lucide sur la noirceur des choses. Au milieu de ce désert de tristesse, pourtant, de grandes et petites émotions animent son quotidien, tandis que ses relations aux autres la ramènent doucement à la vie.

Mon avis: Je suis entrée dans cette lecture sans trop en savoir, simplement attirée par les émotions que me transmettait l’image de couverture. Finalement, j’y ai trouvé exactement ce que j’imaginais: de l’émotion, de la délicatesse, de la force et de la justesse, dans un récit sur le mal-être adolescent qui donne étonnamment envie de s’accrocher plus que jamais à la vie.

J’ai apprécié le style de l’auteure, nerveux, léger, assez cru et pourtant très sensible, qui reflétait parfaitement l’état d’esprit de la jeune protagoniste. Malgré le vide profond qui l’abat, les émotions qu’elle ressent envers d’autres personnages (tendresse, compassion, amour, amitié, deuil…) s’infiltrent en elle et constituent autant d’électrochocs qui font battre son coeur, de goulées d’air qui interrompent son apnée. Ces ressentis étaient délicatement transmis par un ton juste et très personnel.

Son voyage vers la guérison, toutes ces petites anecdotes contées avec retenue et honnêteté, m’ont fait chaud au coeur. J’ai été touchée par la situation des personnes qui apparaissent au fil du récit (avec une mention spéciale pour Jeff, le monsieur bourré de regrets qui la prend sous son aile), et surtout par la façon dont Bianca les comprenait, absorbait les blessures des autres autant que les siennes, avec beaucoup d’empathie et de finesse. Son changement de regard sur la vie, la place laissée petit à petit au plaisir et aux liens essentiels qui donnent sens à l’existence, m’ont rendu le récit inspirant et finalement porteur d’espoir.

Une histoire difficile racontée avec justesse, que je vous conseille si le sujet vous intéresse.

Ma note: 4/5

Maybe Someday, de Colleen Hoover, éditions Pocket
(service presse – également dispo en VO anglais)

Résumé: Sydney est une jeune étudiante de 22 ans, dont la vie se partage entre un bel appartement en colocation avec sa meilleure amie, et les bras de Hunter, son copain depuis quelques années. Un jour, pourtant, cette vie parfaite s’effondre. Faute d’autre solution, c’est chez son voisin guitariste qu’elle finit par se réfugier, le mystérieux Ridge, qu’elle a souvent écouté jouer sur le balcon d’en face. Malgré la différence inattendue du jeune homme, une relation privilégiée se développe entre lui et Sydney grâce à la musique.

Mon avis: J’avais depuis longtemps envie de découvrir Colleen Hoover, auteure phare du genre « new romance » ou « new adult », dont j’entendais énormément de bien. En même temps, comme à chaque fois qu’il s’agit d’histoires d’amour, j’avais peur de trouver le ton trop niais et de ne pas être touchée. J’ai donc profité de la sortie chez Pocket de son roman le plus connu, Maybe Someday, pour le demander en service presse et voir ce qu’il avait dans le ventre.

J’ai finalement été agréablement surprise par ma lecture: l’intrigue de base, plutôt banale (des enjeux amoureux impossibles), y était très justement relevée par plusieurs touches originales qui rendaient le roman unique.

D’une part, j’ai vraiment apprécié la particularité du protagoniste masculin (je ne la révélerai pas pour vous garder la surprise), qui le rend beaucoup plus humain et attachant que les éternels beaux gosses parfaits souvent rencontrés dans les romances. Elle permet d’aborder un thème peu courant, et d’en apprendre davantage à ce sujet. En outre, et c’est ce qui m’a plu, elle apporte une dimension complètement unique et inédite à la relation entre Ridge et Sydney – un rythme, des codes, et des contacts différents.

D’autre part, j’ai absolument adoré le côté « multimédia » de ce roman, l’auteure ayant collaboré avec un musicien pour créer une bande originale. En se rendant sur le lien renseigné dans le livre, on peut en effet écouter pendant sa lecture les chansons composées par les personnages au fur et à mesure de leur apparition dans le texte. Après tout, il semble évident qu’une histoire parlant de musique ne doit pas s’arrêter à un simple texte, mais c’est la première fois que je vois un projet double de ce style, et j’ai trouvé le concept génial !

Enfin, je dois reconnaître le talent de Colleen Hoover, dont on ressent la justesse de ton même en traduction française. Le texte est léger et facile à lire, mais aussi assez sensible, avec des moments d’intense émotion.

Je n’ai pas été assez touchée pour avoir un coup de coeur pour ce roman (un aspect en particulier m’a paru un peu excessivement dramatique) mais il m’a donné envie de tenter un autre titre de l’auteure lors d’une prochaine occasion. Je pense que le plaisir de lecture sera à peu près garanti pour un moment détente mais pas superficiel !

Ma note: 4/5

BAAD, de Cédric Bannel, éditions Robert Laffont
(service presse)

Résumé: À Kaboul, le qomaandaan Kandar, chef de la brigade criminelle, ancien compagnon d’armes de Massoud et combattant respecté, enquête sur une série de meurtres de petites filles. Avec son équipe, il tente de rendre justice malgré un système complètement corrompu, pourri de l’intérieur par les intérêts du narcotrafic et bloqué par les convenances religieuses. Pendant ce temps, en France, une ancienne femme policier spécialiste des criminels en fuite est enlevée par la mafia italienne: sa mission, si elle ne veut pas perdre sa famille, est de retrouver un chimiste français soupçonné d’avoir créé une drogue d’une pureté inédite qui pourrait menacer dangereusement les intérêts du réseau.

Mon avis: Pour être honnête, je n’étais pas spécialement enthousiaste en lisant le synopsis assez « commercial » de ce thriller. J’ai pourtant eu envie de lui laisser une chance grâce aux recommandations de Margaux, chez Robert Laffont, et aux premiers avis très positifs que je voyais passer sur les réseaux. Grand bien m’en a fait: Baad c’est avéré une lecture passionnante, dont je suis ressortie plus riche, remplie d’un intérêt nouveau pour une culture que je connaissais trop peu.

L’intrigue, bien qu’elle soit dans le fond assez classique, m’a parue efficace et bien menée. Je n’ai pas eu de grosses surprises ou de révélations soudaines, mais j’ai apprécié le suspense latent, la façon dont l’auteur construisait son récit pour accrocher le lecteur, ainsi que la fin soignée. Comme dans tout bon roman à suspense, j’avais du mal à reposer mon livre !

J’ai trouvé certains personnages très attachants, avec une mention spéciale pour Oussama Kandar et sa femme Malalai, un couple assez moderne lié par une véritable affection et des valeurs communes, notamment l’espoir de voir leur pays se débarrasser de toutes ses oppressions. Pour autant, ces protagonistes n’étaient pas du tout dépeints de manière manichéenne: inscrits malgré eux dans un système très imparfait aux équilibres fragiles, pétris de conventions, ils cherchaient la justesse sans pouvoir se passer de compromis. Je les ai trouvés, en ce sens, très réalistes et « humains ».

Enfin, et c’est ce qui pour moi fait de ce thriller une réussite, j’ai trouvé son contexte socio-culturel et historique absolument passionnant. À mes yeux, l’Afghanistan était l’un des grands protagonistes du récit, dont les différents personnages représentaient les subtilités. L’expertise de l’auteur sur le sujet transparaissait à chaque description, qu’il s’agisse de paysages, de codes sociaux ou de rites traditionnels – des petites choses qui donnaient l’impression de toucher au coeur de l’âme du pays. Moi qui n’étais pas du tout attirée par l’Afghanistan, Cédric Bannel a réussi à y accrocher un morceau de mon coeur. Dès le tout début, j’ai été littéralement transportée dans une autre ambiance, fascinée par tout ce que j’apprenais. Je ne compte plus le nombre de recherches Google que j’ai effectuées pour creuser un sujet abordé, ou découvrir de visu une région décrite dans l’histoire ! La situation de ce pays est difficile, contrastée, extrêmement complexe, mais aussi profondément intéressante – je suis ravie que ce roman m’ait permis de mieux le connaître.

Ma note: 4,5/5

***

Avez-vous entendu parler de l’un de ces romans ?
Avez-vous fait de belles lectures récemment ?

NB: Pour commander vos livres directement auprès d’une librairie, vous pouvez passer par ce site !

Pssst: La sélection du #clublectureMS pour le mois de juin est en ligne, et nous aborderons le sujet du voyage dans le temps ! Votez ici jusqu’au vendredi 3 juin inclus.clublecturems-sondagejuin

12 commentaires

  1. Le dernier livre que tu décris me donne vraiment envie. J’ai découvert récemment l’écrivain afghan Khaled Hosseini et c’est pareil. La description de sa culture, malgré les difficultés que rencontrent son pays, m’a fascinée. Je crois que c’est la magie de la littérature, nous pousser à voyager, à apprendre, à ouvrir notre esprit à de nouvelles choses, de nouvelles régions et surpasser nos préjugés.

  2. J’ai entendu parler du premier roman. L’auteure, mannequin de son métier, était invitée à La Grande Librairie. Elle était très touchante mais je me suis demandée quelle était la part autobiographique en la voyant.

  3. « Baad » me tente beaucoup et avant ta chronique je n’en avais pas entendu parler, mais le sujet et le lieu de l’intrigue l’Afghanistan m’appellent particulièrement.
    J’ai un peu peur de « Maybe someday » au regard des nombreuses déceptions que j’ai connu avec la « new romance » mais ton avis positif me fait changer d’avis… Je vais sans doute le tenter également!

  4. Hello Victoria!

    Cette sélection de trois livres donne vraiment envie. Je n’ai lu aucun de ces auteurs mais ils semblent prometteurs.

    De mon côté, j’ai découvert une auteur tchèque avec « la Belle de Joza » grâce à mon abonnement découverte de la librairie de mon quartier. J’ai enchainé avec un autre livre de mon abonnement que je viens de commencer, « Le Palais de Glace » qui est soit disant un classique mais dont je n’avais jamais entendu parlé.

    Je voulais aussi te remercier pour la découverte du club de lecture. J’adore le film Beignets de tomates vertes et j’aimerais lire le livre mais bizarrement je n’étais pas attirée par la description du livre « La dernière réunion des filles de la station service ». Je me suis tout de même lancée dans la lecture et gros coup de cœur!!!

  5. Les deux premiers ont l’air top. Je vais regarder pour le second j’adore l’idée que les musiques aient été créées spécialement pour le livre. Comme pour la série Empire.

    Laura

  6. Hello :)
    En passant comme tous les jours sur ton blog, je suis ravie d’y trouver un nouvel article livre, et encore plus de voir que tu as apprécié Bianca & Baad :) Deux genres complètement différents, mais deux romans que j’avais beaucoup apprécié et je suis ravie qu’ils t’aient plu à toi aussi !! :)

    J’espère que tu vas bien et que vous avez un meilleur temps que la pluie torrentielle de Paris, hâte d’en savoir plus sur le Guatemala !! ça a l’air top :)

    • Merci pour ton petit mot Margaux <3 je suis terriblement en retard sur mes messages et réponses alors je suis contente qu'au moins tu aies pu voir cet article ! Merci encore pour tes recommandations !

      • No problem :) Je me suis doutée avec tous ces voyages (que je t’envie !!) que tu étais bien occupée. Je suis ravie vraiment que ça t’ait plu ! Hésite pas si tu as besoin de lectures d’été ;)

  7. Grâce à As You Like, me voici me baladant depuis 1h par ici ^-^
    Je partage avec toi l’amour des livres et de l’Ecosse (bien que mon voyage remonte à 40 ans!).
    Je dois terminer ma balade mais je reviendrai! Je ne pouvais partir sans laisser un petit commentaire…
    Et comme Julie dans le 1er commentaire, je te recommande grandement la lecture des livres de Khaled Hosseini .
    Joyeux week-end!

Répondre

Naviguer