Revue // 3 déodorants naturels sans bicarbonate

Vous le savez peut-être, la quête du déodorant naturel parfait constitue pour moi un véritable parcours du combattant depuis 3-4 ans: je vous en parlais déjà l’année dernière dans un bilan très mitigé, après avoir pourtant testé 20 références différentes.

Depuis, ma situation ne s’est pas tellement améliorée puisque j’ai dû renoncer complètement aux déodorants contenant du bicarbonate de soude, l’ingrédient star des formulations bios et du fait-maison, en raison de son agressivité sur ma peau sensible. 2017 aura donc été pour moi une année d’exploration des alternatives les plus douces du marché (qui sont plutôt restreintes) avec plus ou moins de succès…!

Ayant testé ces derniers mois trois références récentes dans le domaine du déodorant naturel sans bicarbonate, j’ai eu envie de revenir sur ce sujet pour vous partager mon expérience, ainsi qu’un avis complet sur ces produits prometteurs.

On parlera ici d’aisselles, de transpiration, d’odeurs et d’épilation. Ce n’est clairement pas l’article le plus glamour de l’histoire du blog, j’en conviens, ni celui qui me donne la meilleure image, mais j’espère qu’en vous confiant ma situation, je pourrai donner quelques pistes aux personnes qui rencontreraient le même type de soucis. Si vous avez des éléments de réponse pour compléter ce post, d’ailleurs, n’hésitez pas à les partager en commentaire pour le bénéfice de tou/tes !deodorants-naturels-sans-bicarbonate

BICARBONATE ET PEAU SENSIBLE

La plupart des déodorants aux formulations naturelles contiennent une quantité importante de bicarbonate de soude, ingrédient particulièrement utile puisqu’il cumule des propriétés désodorisantes et absorbantes, mais aussi parce qu’il rend le pH de la peau impropre au développement des bactéries (elles-mêmes responsables des odeurs). Ces alternatives sont aussi efficaces qu’écologiques et saines, et bien supportées par la plupart des gens.

Malheureusement, sur les personnes à la peau sensible, réactive, voire complètement atopique comme moi, le bicarbonate est un faux ami. À force de doses trop importantes, d’une application trop vive ou d’un usage longuement répété, il finit par irriter fortement la peau, créant des réactions pouvant aller de simples rougeurs, boutons et picotements, à de grosses plaques d’eczéma et des démangeaisons intenses.

Cela ne signifie pas que cet ingrédient soit mauvais ou malsain; simplement, il n’est pas toléré par tous.

Dans mon cas, l’intolérance s’est manifestée après plusieurs mois d’utilisation du fameux déodorant Soapwalla, qui par ailleurs était d’une efficacité redoutable (snif): j’ai eu soudainement des plaques d’eczema très inflammées, qui me grattaient beaucoup, et malgré l’arrêt de tout type de déodorant ou épilation pendant plusieurs jours, il m’a fallu au moins deux semaines pour les soigner.

Au-delà de cet épisode désagréable, les vraies conséquences sont apparues dans les mois qui ont suivi, et ce sont bien elles qui me dérangent le plus aujourd’hui.

La peau de mes aisselles, déjà sensible de nature et fragilisée par l’épilation, est d’une part devenue de plus en plus réactive, au point bientôt de ne plus supporter tout produit contenant ne serait-ce qu’une faible dose de bicarbonate. Il me suffit encore aujourd’hui d’une seule application pour que reviennent immédiatement les rougeurs et les démangeaisons.

Mais surtout, à force d’entretenir cet eczéma sous-jacent avec tous mes essais pendant deux ans, ma flore cutanée a manifestement changé: moi qui transpire très peu et n’avais jamais eu de problèmes d’odeurs, même pas à l’adolescence, j’ai commencé à sentir plus qu’avant (rien d’extraordinaire, mais je suis revenue dans la moyenne, je pense), et constaté que malheureusement, la plupart des déodorants naturels ne fonctionnaient désormais plus très bien sur moi…

▼▼▼

DES SOLUTIONS IMPARFAITES

Malgré ces soucis, je ne veux pas retourner à des déodorants de marques conventionnelles, pour protéger ma santé (les éventuels perturbateurs endocriniens et autres substances douteuses ne m’attirent pas franchement, surtout sur cette peau si fragile et irriguée) et par engagement écologique.

Je me trouve donc depuis une bonne année en recherche d’un déodorant naturel à la fois efficace, très doux, sans bicarbonate, et de préférence aussi accessible que possible. Autant vous dire que jusqu’ici, cela n’a pas été une mince affaire, les options disponibles n’étant pas si nombreuses !

C’est simple, je trouve des défauts à toutes les références que j’ai testées pour le moment – le plus gênant étant, souvent, leur efficacité imparfaite. Même les astuces et produits approuvés de tous sont la plupart du temps moyennement convaincants sur moi…

Je reçois régulièrement d’adorables suggestions de lectrices qui me conseillent un candidat idéal à la tenue parfaite, mais à chaque fois, dans mon cas le résultat n’est pas parfait, voire décevant.

J’en viens à me sentir réellement maudite, ou à questionner directement la sensibilité de mon odorat (est-ce moi qui suis trop exigeante à vouloir ne rien sentir du tout ?) et c’est un peu désespérant !

Tout n’est pourtant pas tout noir dans cette histoire. Outre deux références plutôt chouettes dont j’ai déjà pu vous parler (le Meow Meow Tweet Tweet sans bicarbonate à la lavande, très efficace mais difficilement trouvable, et dont j’aime moyennement la texture + ce déodorant à l’aloe vera tout doux que j’adore, mais qui est rarement suffisant pour toute une journée), les trois nouveautés que je vous présente ci-dessous ont chacune des avantages certains, et deux d’entre elles me semblent même satisfaisantes. Faute de trouver la perfection, je m’en contente pour le moment et tout se passe plutôt bien !

J’espère toutefois pouvoir un jour cesser de me préoccuper de cette question !deodorants-schmidts-sans-bicarbonate

DÉODORANT STICK POUR PEAUX SENSIBLES SCHMIDT’S (entre 12 et 14€)
☞ Dispo sur MonCornerB, Bazar Bio, iHerb

♡ Parfum

La diversité et l’originalité des senteurs de cette gamme change un peu de ce qu’on voit d’habitude: c’est plutôt appréciable, et surtout, cela augmente les chances pour chacun/e de trouver une option qui lui plaise — sachant qu’il existe aussi une version non parfumée au cas où !

En amoureuse absolue de la lavande, j’ai aisément trouvé mon petit chouchou; la fragrance est ultra naturelle, présente sans être trop puissante, et je l’adore. Je n’aime en revanche pas la version au géranium (cette odeur ne m’a jamais plue) et je me réserve l’ananas-coco*, qui est assez sucrée et tropicale, à l’été prochain, parce qu’elle m’écoeure un peu pour le moment. Je testerai encore volontiers celle au thé au jasmin, en revanche, qui pourrait être dans mes goûts !

♡ Texture et apparence

Le format stick est pour moi un immense avantage, qui pèse lourd dans la balance: contrairement aux déodorants crème, l’application est directe et on ne se salit pas les mains, alleluia !

Dommage toutefois que le produit soit un peu gras et cireux: il fait des traces blanches sur les vêtements en moins de deux, qui sont en plus un peu coriaces (frotter avec un simple gant de toilette mouillé ne suffit pas). Je trouve néanmoins qu’en l’appliquant après m’être habillée et non avant, le problème est à peu près réglé – il faut juste faire attention si on se change en cours de journée.

Comme tous les déodorants crémeux, notez que de miniscules résidus peuvent se former dans les petits plis de la peau.

♡ Efficacité

Pour des journées classiques, où je travaille devant mon ordinateur et fais quelques petites sorties simples à pieds, ces déodorants fonctionnent de manière tout à fait satisfaisante. Au soir la protection est quasiment intacte, ou juste un peu défraîchie, mais rien de très notable.

Malheureusement, il arrive que l’efficacité ait ses failles, notamment après un coup de chaud ou de stress (par exemple quand je suis trop chaudement vêtue en vélo, ou dans le tram, ou si j’ai dû courir avec une grosse valise…). J’ai l’impression que cela dépend de la matière des vêtements que l’on porte, mais dans tous les cas, c’est un peu embêtant.

♡ Sensibilité

Je n’ai absolument aucune irritation à signaler malgré plusieurs mois d’utilisation. La formule est très douce, elle glisse bien sur la peau (en hiver il faut juste la laisser se réchauffer quelques secondes contre l’aisselle avant), et sa texture un peu grasse contribue sûrement à bien protéger l’épiderme. Un vrai bonheur !

♡ Écologie

Les ingrédients sont purement vegan et assez bruts, 100% naturels, sans aucun conservateur chimique (c’est la vitamine E qui protège la formule) ni fragrance artificielle, donc il s’agit d’un très bel effort vis à vis de la santé et de l’environnement.

On peut en revanche regretter que ces ingrédients ne soient pas issus de l’agriculture biologique, que le packaging soit en plastique (toutefois sans BPA et 100% recyclable), et que ces produits voyagent pas mal, puisqu’ils viennent des Etats-Unis.deodorant-soapwalla-sans-bicarbonate

DÉODORANT CRÈME PEAUX SENSIBLES AU CITRUS SOAPWALLA* (18,90€)
☞ Dispo sur MonCornerB

♡ Parfum

Deux senteurs sont disponibles dans cette nouvelle gamme, et je n’ai testé que la version citrus. C’est un parfum très frais et citronné, énergisant, très agréable à mon sens et assez universel. Je l’aime vraiment bien !

Je lui reprocherai toutefois son intensité, un peu forte pour mon nez sensible: l’odeur est assez présente, car il y a réellement une bonne dose d’huiles essentielles dans la formule, mais surtout elle dure pendant des heures. Il m’est arrivé d’être très proche de quelqu’un dans le train, par exemple, et de sentir ces effluves citronnées quand je faisais des mouvements un peu amples; cela peut être un peu gênant, ou tout du moins faire des mélanges étranges si l’on porte aussi du parfum.

♡ Texture et apparence

Comme toute formule en pot, l’application est forcément un peu moins pratique qu’avec un stick ou un embout bille puisqu’il faut la masser avec les doigts. Néanmoins, je dois dire qu’ici la texture m’a convaincue: plutôt fine, elle est aussi poudrée et très peu grasse, si bien qu’elle fond assez facilement dans la peau et ne la laisse pas huileuse ou cireuse.

Il faut toutefois noter la couleur grise de ce produit, due à la présence de charbon actif dans la composition. Si celle-ci s’estompe plutôt aisément au moment de l’application, les éventuels petits résidus qui se forment dans les plis de l’aisselle au fil des heures restent foncés, ce qui n’est pas très esthétique ! Il faut aussi faire attention si vous vous habillez par la suite avec un vêtement blanc, risque de taches oblige…

♡ Efficacité

Ce déodorant est l’un des plus efficaces que j’ai testés dans le domaine du sans bicarbonate. La persistance de l’odeur citronnée aidant sans doute, je trouve que même les journées un peu plus intenses sont plutôt bien couvertes: tout au plus, les aisselles sont moins fraîches, mais rien qui soit flagrant à moins d’y coller le nez !

♡ Sensibilité

Je n’ai pas eu de vraies irritations ou de picotements avec cette nouvelle formule.

Toutefois, peut-être à cause de la texture assez poudrée, qui peut s’avérer légèrement abrasive lorsqu’elle est frottée, il me semble avoir remarqué une légère sensibilisation de ma peau lorsque je l’utilise sur peau fraîchement rasée. Plutôt que de l’appliquer en massage, j’ai donc essayé une application par tapotements, jusqu’à ce que le produit pénètre bien, et c’est mieux !

♡ Écologie

Ce déodorant est non seulement 100% naturel et vegan, sans conservateur à part de la vitamine E, mais aussi certifié bio, avec des ingrédients de qualité alimentaire et pressés à froid. On pourrait difficilement faire mieux en termes de formule !

Pour nous Européens et Européennes, c’est toutefois un produit qui n’est pas très local, puisqu’il est fabriqué à Brooklyn. On peut aussi regretter le packaging en plastique, bien qu’il soit au moins sans BPA et facilement recyclable.deodorant-gaiia-sans-bicarbonate

BAUME DÉODORANT NEUTRE SANS BICARBONATE GAIIA (12€)
☞ Dispo sur le site de Gaiia

♡ Parfum

Il s’agit ici d’un produit sans parfum, sans huile essentielle, donc parfait pour les allergiques et les femmes enceintes. On sent à peine une légère odeur provenant naturellement des ingrédients utilisés.

♡ Texture et apparence

J’aime beaucoup la texture de ce déodorant, qui est là aussi assez poudrée. Le baume est ferme, entre le crémeux et le friable, donc il faut y frotter le bout des doigts quelques instants pour le réchauffer afin de pouvoir en prélever une petite dose. Une fois sur la peau, il s’étale et pénètre avec une grande facilité sans laisser de résidu huileux.

La matière est très blanche, et je dirais qu’elle blanchit légèrement l’aisselle sur le coup, mais c’est vite absorbé. Là aussi, comme pour la plupart des produits de ce genre, de minuscules résidus peuvent se former dans les petits plis de la peau, mais c’est ici particulièrement minime.

♡ Efficacité

Je ne sais que penser de l’efficacité totalement aléatoire, sur moi, de ce produit.

Le premier jour, l’absence absolue d’odeur le soir venu m’a bluffée, et j’ai cru tenir entre mes mains le Graal des déodorants. Le deuxième jour, le résultat était déjà un petit peu moins frais, et le troisième jour, j’ai été horrifiée de sentir la transpiration après seulement quelques heures, au point d’en être moi-même incommodée…

Depuis, mes tests suivants en journées tranquilles (je n’ose plus l’utiliser dans d’autres situations) ont donné une tenue plutôt pas mal: un tout peu d’odeur le soir, mais très discrète.

C’est à n’y rien comprendre – si ce n’est que là aussi, la matière des vêtements portés et l’état émotionnel ou hormonal semblent jouer fortement sur le rendu.

J’étais encore plus confuse en voyant que pourtant tous les commentaires clients du site étaient 100% positifs, mais en fouillant sur d’autres boutiques commercialisant le baume, j’ai quand même vu plusieurs personnes témoignant d’une efficacité nulle. Cela a donc l’air de fonctionner pour la majorité des gens, mais pas pour tous (et comme d’habitude, je suis dans cette minorité maudite).

♡ Sensibilité

Cette formule est globalement, comme promis, d’une grande douceur.

J’ai toutefois remarqué, à l’instar du Soapwalla, qu’elle a tendance à sensibiliser mes aisselles lorsqu’elles sont fraîchement épilées (légères rougeurs, petits boutons…) malgré la présence d’oxyde de zinc apaisant. C’est vous dire le niveau de fragilité de ma peau…!

♡ Écologie

C’est du tout bon pour cette composition 100% naturelle et ultra simple, avec des ingrédients vegan et en majorité bios, certifiée slow cosmétique. Pour ne rien gâcher, ce déodorant est contenu dans une boîte en aluminium, non en plastique. Je ne suis pas sûre qu’il soit fabriqué en France, mais il s’agit bien en tous cas d’une petite entreprise française à soutenir !deodorants-naturels-sans-bicarbonate2

CONCLUSION

Parmi ces trois références, c’est donc plutôt le stick de Schmidt’s qui a ma préférence pour tous les jours, et le déodorant citrus de Soapwalla pour les journées plus intenses – même si je dois faire attention à l’application lorsque ma peau est fraîchement rasée.

Le prix de ce dernier est néanmoins assez rédhibitoire pour moi: j’aurais pu le racheter s’il était absolument parfait, mais dans le cas présent, à moins d’une promotion, je ne pense pas…

Malgré leur efficacité parfois très satisfaisante, je note encore et toujours que ces produits faiblissent assez facilement dans certaines situations (stress, coups de chaud, habillement inadéquat, matières qui ne laissent pas suffisamment respirer la peau, cycle hormonal, etc…), ce qui reste problématique à mon sens.

Je reste en fait convaincue qu’un déséquilibre de flore cutanée, né d’une utilisation abusive du bicarbonate ou des crises d’eczema qui s’en sont suivies, peut être à l’origine de ma résistance à l’efficacité des déodorants. J’ai donc encore l’espoir, en rétablissant ce microbiote, de les voir fonctionner beaucoup mieux !

Mon plan d’attaque est le suivant:

  • Bien nourrir ma peau chaque jour pour qu’elle soit moins sèche et moins réactive, par exemple avec du baume type Egyptian Magic, qui a l’avantage d’être légèrement antibactérien (on en parlait par ici).
  • Utiliser le gel nettoyant déodorant d’Apivita (qui contient des prébiotiques, du miel, des huiles essentielles assainissantes) sur cette zone pendant quelques semaines, le temps de rééquilibrer sa flore bactérienne.
  • Si besoin, tester une « détox » au vinaigre de cidre: il s’agit d’appliquer du vinaigre de cidre à l’aide d’un coton (lavable) tous les soirs sur aisselles propres. Celui-ci permet de rééquilibrer le pH de la peau, lutter contre les bactéries, et resserrer les pores.

Si le sujet vous intéresse et si mon plan fonctionne, je pourrai tout à fait vous faire un bilan de cette expérience. Dites-moi tout !

***

Avez-vous une bonne expérience des déodorants naturels ?
Avez-vous essayé des versions sans bicarbonate ?
Si oui, fonctionnent-ils pour vous ?

*Les produits suivis d’une astérisque m’ont été envoyés gratuitement pour test.

102 commentaires

  1. Bonjour Victoria ?

    Je suis un peu comme la «toi d’antan» : je transpire très peu, et ma transpiration sent peu. Je peux me passer sans souci de déodorant pendant un jour ou deux.
    J’utilise Aromaco de Lush depuis plus de 10 ans (il contient du bicarbonate), après avoir utilisé le stick Veet (conventionnel) pendant plusieurs années. D’ailleurs, avant d’utiliser Veet (plus commercialisé mais réputé comme étant pour « peaux sensibles »), j’avais fait une réaction de folie ⚡️ avec un déodorant en spray dont la publicité m’avait fait rêver (#14ans), ça devait être Ushuaia ou quelque chose comme ça : des plaques rouges qui me faisaient mal, impossible de m’épiler (et de mettre du déo) pendant près d’un mois. J’avais compris que c’était l’alcool qui ne me convenait pas, et m’étais tournée vers Veet (sans alcool donc).
    Entre Veet et Aromaco, j’en avais essayé un autre (chez Lush) qui m’avait valu des réactions similaires à celles que j’avais eues quelques années auparavant ?

    D’ailleurs, cette intolérance à l’alcool, je la retrouve au niveau de la peau de mon visage : la très grande majorité des crèmes pour le visage en bio ne me conviennent pas car elles contiennent soit de l’alcool, soit des huiles essentielles bien souvent (et je ne supporte pas les deux) ?
    N’étant pas trop intéressée par une quête de « crème parfaite » qui remplissent plein de critères qualitatifs / éthiques, j’utilise une crème non bio mais dont la composition est à des années lumières du conventionnel lambda ? #compromis
    Et ma peau est ravie (très peu de boutons hormis la période du mois féminin ❤️).

    Déformation professionnelle oblige, en lisant ton article, je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir un raisonnement inverse : plutôt que de chercher la perle rare en terme de déodorant, peut-être qu’une piste à explorer en parallèle serait de voir du côté endocrino (j’ai cru comprendre que tu avais d’autres légers déséquilibres à ce niveau aussi – hypothyroïde, endométriose ?).
    Je ne souhaite en aucun cas être indélicate, indiscrète, ni même insinuer que tu n’as rien fait dans ce sens (et que tu es « coupable » d’avoir cela par une potentielle inaction)… mais tenais simplement à te faire part de ma réflexion spontanée lors de ma lecture ?✨
    Le système endocrino est tellement subtil.

    Bon courage dans ta quête de déodorant parfait jolie Victoria ?

    • Coucou jolie Mély !

      Au contraire, merci pour ton point de vue précieux ! Cette piste me paraît très plausible aussi. Je crois que je l’avais toutefois mise de côté parce que je fais des prises de sang régulières et qu’avec mes traitements, je suis censée être à peu près équilibrée la plupart du temps. Mais en fait tu as souligné quelque chose d’essentiel: le système endocrino est d’une grande subtilité, alors que les traitements hormonaux lambda sont toujours sous forme de dosages standard, qui de toute évidence ne doivent pas correspondre exactement à tout le monde. Et puis un bilan hormonal tous les quelques mois ne représente peut-être pas d’éventuelles fluctuations sur la durée. Je ne sais pas si un endocrinologue aurait d’autres réponses à apporter mais ça vaudrait éventuellement le coup d’essayer. C’est une piste intéressante à explorer, merci mille fois ! ?

      • Bonjour Victoria et les filles !

        Je me permets de réagir aussi car comme le disent Mély et Anne-France, il est possible que les problèmes d’odeur plus fortes qu’à l’accoutumée soient liés à des changements hormonaux. Personnellement, c’est en changeant de pilule que j’ai constaté des odeurs de transpiration inhabituelles qu’aucun déo ne « camouflait »… J’ai fini par faire le lien et dès que j’ai arrêté de prendre la pilule en question, ces désagréments ont disparu. Ca peut donc être une autre piste à explorer selon la contraception que tu utilises !

        Bonne journée !
        Leila

    • Je m’incruste sur ce commentaire car il correspond plus ou moins à ce que je voulais dire.
      Je n’ai pas forcément beaucoup de problèmes de transpiration, même si à un moment, il y a peu, je trouvais que mon déo n’était pas très efficace et que je sentais vite la transpiration.
      Après une visite chez Lush je suis repartie avec l’Aromaco et j’en suis très très satisfaite!!
      Epilée ou pas, efforts ou pas, je trouve qu’il fait super bien son job et que c’est le mieux que j’ai pu essayer jusqu’à ce jour.
      Alors évidemment il n’est pas clean mais ce n’est pas forcément non plus ce que je recherche – ayant essayé des déos bio dont l’efficacité laissait à désirer. J’essaie pour ma part simplement de limiter les formules contenant des sels d’aluminium étant donné la mauvaise presse qu’ils ont.

      Après je « compatis » à ton cas, ça doit être très désagréable d’avoir ce genre de problèmes… J’espère que tu réussiras à être satisfaite de façon pérenne bientôt – ou un jour en tout cas :-)

      Et le plan d’attaque que tu proposes a l’air super intéressant, j’aimerais beaucoup que tu nous en parles quand tu l’auras testé.

  2. Hello! J’essaie d’être en mode zéro dechet depuis quelques temps et trouvé le bon déo en fait parti. je veux des choses de plus en plus naturelles, malheureusement je n’ai pas trouvé la perle… Ayant un métier qui me fait beaucoup transpiré, je ne peux pas me permettre un déo qui ne fonctionne pas sur ce plan là… En plus je porte beaucoup de hauts noirs et je n’ai pas envie de frotter systématiquement mes fringues… Du coup, malheureusement, j’utilise un déo Mixa, c’est le seul vraiment efficace pour moi, car ‘ j’ai l’impression que tous ces déo à la pierre d’alun, bicarbonate, et tout ce qu’il y a de plus naturel ne fonctionne pas sur les vrais problèmes de transpiration.. >__<
    Bisous :-)

  3. J’ose pas du tout passer à des déos aussi clean que ceux-là ayant été à l’anti perspirant pendant plusieurs années mais il faudrait que je me lance. Le problème c’est le packaging des déodorants crèmes aussi ça ne me fait pas du tout envie :/

  4. je suis d’accord avec toi pour dire que le SOAPWALLA a une odeur un peu trop prononcée… Mais pour ma part, c’est celui qui fonctionne le mieux!
    Chouette article en tout cas,
    Bise
    Marine

  5. Je n’ai pas du tout apprécié le Schmidt’s, l’efficacité n’était pas assez importante chez moi pour compenser un côté que je trouve trop « poisseux » en fait. Chez moi, pas trop de problèmes avec le bicarbonate de soude ou de sensibilité exacerbée, mais vraiment un vrai souci de transpiration que j’ai du mal à calmer à cause d’un souci de santé/traitement associés. Je teste en ce moment le Ben&Anna, il ne te conviendrait pas en raison du bicarbonate, mais par contre, je le trouve assez efficace, même si je m’active (ce qui n’était pas le cas du Schmidt’s, si je partais en promenade avec le chien, j’en revenais comme si j’avais pas mis de déo) pour le moment du moins… Car mon drame, c’est qu’un déo marche un temps, avant de se retrouver inefficace.
    J’espère que ton plan d’attaque marchera…

  6. Je suis aussi dans cette quête du déodorant, efficace et pas irritant.
    Je ne peux pas utiliser ceux au bicarbonate trop souvent sinon mes aisselles deviennent toutes rouges et irritées.
    De plus, je suis un traitement médical hormonal et je subit donc de fort changement hormonaux et ça se ressent au niveau des odeurs (mélanger au stress, c’est un cocktail sympa) De plus du fait de ce traitement, je ne peux pas utiliser d’Huiles Essentielles environ 2 à 3 semaines par moi!
    Bref, je pue, j’en ai marre et je pense retourner au déo cracra! :(

  7. Camille / Alacroiseedeslivres Répondre

    Je ne trouve pas que ce type d’articles nuise à l’image de ton blog, bien au contraire ! Certes, tu évoques des choses « pas glamour »… Mais qui parlent à plein de gens ! Un peu comme les sujets sur les « produits de règles écologiques », qui sont super utiles :)

    Pour ma part, depuis 6 mois j’utilise un déodorant Clémence et Vivien, qui était dans une revue de ton blog. Je n’utilise des déodorants principalement qu’en été ; ma peau n’a jamais été très agressée.
    En tout cas, pour parler du Clémence et Vivien, il me convient très bien ! Certes c’est un déodorant crème, mais à la limite si on est pressée, se laver les mains après n’est pas forcément indispensable (il pénètre vraiment très bien !).
    En tout cas, son gros point positif par rapport à ceux que tu présentes aujourd’hui par exemple, c’est clairement son prix (dans les 7€). Je ne pourrais jamais mettre 18€ dans un déodorant ! (Je conviens que mon cas n’est pas le même que le tien, qui cherches la perle rare pour résoudre des problèmes bien spécifiques)

    Merci beaucoup pour cet article, toujours très intéressant : même si l’on n’est pas concernée par ces problèmes, on sait qu’ils existent et comment les éviter :)

  8. Bonjour,
    Je vais être encore moins glamour, mais, moi, c’est carrément l’épilation qui me pose problème : démangeaisons, boutons et même douleurs, au point que je ne pouvais plus plaquer mes bras contre le corps (super). A quoi bon être parfaitement épilée, si, en plus, on ne lève pas les bras parce qu’on a d’énormes plaques rouges inesthétiques à la place des poils et qu’on sent la transpiration, parce que mettre du déodorant sur une zone aussi irritée est trop douloureux !
    A la place je taille et comme je ne suis pas une grande courageuse (et quand je vois la violence que rencontrent les filles qui assument un corps non épilé, je me dis que c’est aussi bien), j’évite de trop montrer.
    Désolée de déplacer le problème, Victoria, mais voilà mon expérience.

    • Je ne peux que compatir, puisque ma peau ne supporte pas bien l’épilation non plus, pas seulement sur les aisselles mais partout. Ça me fait de l’eczema, des petits boutons inflammés… La galère des peaux atopiques ! Je compense en la nourrissant bien pour la rendre plus forte et moins réactive, mais dès que j’en aurai la possibilité, je pense tout simplement opter pour l’épilation définitive. J’en ai assez de mettre ma peau dans tous ses états comme ça, ça n’en vaut pas la peine.

  9. J’ai déjà essayé 2 déodorants SCHMIDT’S car j’aime assez leur efficacité mais je suis obligée d’alterner avec un autre déodorant car utilisé sans interruption il me provoque des plaques rouges et ça brûle. J’avais donc pensé à essayer la gamme pour peau sensible, dernier espoir avant l’abandon de cette marque..
    J’ai testé le déodorant Le Sucré de Clémence et Vivien mais je trouve qu’elle n’est pas efficace sur toute une journée dès lors qu’on est active.
    le déodorant citrus de Soapwalla me tente bien.

    Bisous

    • Je comprends complètement ! Il m’a fallu d’une seule application du déodorant Schmidt’s classique pour avoir des irritations et des démangeaisons pas possibles. Il est beaucoup trop riche en bicarbonate. En revanche, tu vois, la gamme pour peaux sensibles est d’une douceur absolue !

  10. Merci pour cet article. Après des années de galère (une vie même haha) je teste depuis plusieurs semaines et avec succès le lavera invisible. Je n’arrive pas à savoir si il y a du bicarbonate par contre… Le prix reste en plus raisonnable.

    • Merci Myriam ! Dans ces déodorants transparents liquides il n’y a presque jamais de bicarbonate, et effectivement ici ce n’est pas le cas non plus. Malheureusement c’est le genre de formule qui ne fonctionne pas sur moi, ou qui finit par m’irriter à cause de la forte teneur en alcool (quand je dis que je suis un cas désespéré… haha), mais je vais essayer à l’occasion au cas où: à ce prix je ne perds pas grand chose !

  11. Merci pour ces chouettes références, que je trouve très glamour pour ma part ;) La transpiration, et vouloir éviter de sentir trop fort, ça fait partie de la vie, il n’y a pas de gêne à avoir!
    J’ai la même expérience que toi de déo au bicarbonate. Pourtant, c’était si chouette, je le faisais moi même, j’étais si fière! Mais comme toi, il m’a créé des irritations insoutenables (si-si!), et je lorsque j’ai essayé d’en remettre une seule petite fois, c’était reparti! L’horreur!
    Pendant longtemps, je me suis tournée vers les déo bio, mais contenant des sels d’aluminium, j’en ai eu quelques un qui marchaient bien, et puis, j’ai trouvé mon petit graal à moi! Bio, local, sans sel d’aluminium et artisanal. Voilà le lien pour celles qui seraient interessées : https://aucoeurdesracines.fr/hygiene/deodorant-creme-palmarosa.html
    Alors, il contient du bicarbonate en fin de compo, donc je pense très très très peu! Et du coup, il n’est pas DU TOUT irritant (promis!). Je le conseille beaucoup autour de moi, et les personnes sont ravies!

  12. Pour les déodorants, je suis encore incapable de passer au naturel. Déjà, je ne mets pas de déodorant, mais plutôt de l’anti-transpirant. Parce que les déodorants même bourrés d’agents chimiques sont inefficaces je trouve. Nan pas que je sente mauvais mais comparés à des anti-transpirants c’est le jour et la nuit.

  13. Bonjour Victoria,
    Merci pour cet article ! En raison de problèmes pancréatiques et hormonaux j’ai toujours eu des problèmes de transpiration. Et comme toi, je réagis mal au bicarbonate ! Ma peau sensible qui fait souvent de l’eczéma ne supporte que très peu, et c’est bien dommage, j’adorais le schmidts bergamote lime, mais après trois jours j’avais des plaques et de telles douleurs que je n’ai pu porter aucun déodorant pendant plusieurs semaines, seulement de la crème hydratante. J’ai acheté le sans parfum peau sensible mais malheureusement pour moi il n’a eu aucune efficacité. J’arrive à me servir de temps en temps du bergamote en tapotant le stick plutôt qu’en le frottant vigoureusement sous l’aisselle et en be l’utilisant pas plusieurs jours de suite mais je suis malheureusement toujours à la quête du déo naturel parfait. Je vais donc tester au moins un de ta sélection, merci encore et belle journée.

  14. Bonjour Victoria,
    Merci pour ce super article ! Je suis moi aussi à la recherche du déodorant naturel parfait depuis de longues années… :)
    Je ne connaissais pas le gel d’Apivita, cela éveille ma curiosité, je vais me le procurer ! As-tu eu des retours d’expérience de personnes l’ayant testé ?
    Je te souhaite une très belle journée,
    Laurie

  15. Je suis comme toi, pas très fan des déos avec bicarbonate. C’est l’horreur dès que tu t’épiles les aisselles et je suis aussi du genre à développer des irritations à force.
    Je prenais avant un déo bio de chez DM (la chaîne de drogueries allemande) à la perle, pas cher, format bille, qui sentait très bon et tenait très bien. Mais il l’ont changé et je n’ai plus retrouvé la même efficacité chez eux.
    Maintenant il n’y a que le Schmidt’s au géranium pour peaux sensibles qui me convienne: il est doux, le format en stick est hyper pratique et il tient super bien. Testé et approuvé en pleine canicule cet été et au sport. Pour moi, c’est le meilleur. Pourtant, je ne suis pas fan de l’odeur du géranium à la base mais là, çà passe vraiment bien. Et pour les éventuelles traces blanches, je mets mon déo juste après ma douche et je tapote délicatement avec une serviette mes aisselles. Je n’ai pas de souci avec çà, mais une amie qui a acheté la version magnésium – charbon trouve qu’il laisse des marques sur les vêtements.
    Testé la version peaux sensibles sans parfum qui est aussi très bien à mon sens (merci les mini formats ! ) mais il me manque ce petit côté parfumé léger de la version au géranium.
    Le seul point négatif pour moi (en plus du fait que ce ne soit pas à base d’ingrédients bio), c’est l’emballage en plastique mais je préfère nettement ce format stick aux pots en verre / alu que je trouve peu hygiéniques et pas forcément pratiques. Et il dure longtemps, ce qui permet d’amortir un peu le prix relativement élevé pour un déo.

    • J’ai testé pas mal des références de Schmidt’s et je confirme que celui au magnésium – charbon laisse plus de marques que les autres.

      Comme je n’ai pas de soucis avec le bicarbonate et les huiles essentielles je jongle entre les sticks Schmidt’s normal et peaux sensibles et le Soapwalla original de temps en temps. Il est tellement efficace, j’y retourne malgré le prix et le pot. Je trouve que niveau odeur il est top (mais j’aime pas du tout du tout celui au citrus!), il laisse moins de trace sur les vêtements que les sticks Schmidt’s, par contre le pot c’est pas le plus pratique.

      J’avais reçu un Clémence & Vivien dans une box, mais à l’utilisation c’est limite comme si je n’avais rien mis. J’étais très décue, j’aimais bien le packaging dans un pot en verre que tu peux réutiliser …

      Petite note aussi sur les déos naturels, je pense qu’on ne peut pas faire un changement du conventionnel au naturel si on s’attend aux mêmes résultats. On peut trouver un produit et un résultat qui s’en rapproche mais si on espère au premier achat/premier essai de trouver exactement le même effet qu’un déo classique, le changement n’ira pas loin.
      Un peu la même chose que l’arret des silicones dans les produits capillaires. Il ne faut pas espérer trouver au premier essai exactement le même effet qu’avec un produit classique.
      Perso pour le déodorant j’ai racheté cet été une petite bombe compact d’un déo classique, j’ai fait juste attention à le prendre sans sels d’aluminium. C’était pour un entretien pro, et en pleine canicule j’avais un peu peur que mon schmidt’s ne me lâche. Au final je suis quand même ressortie de l’entretien en nage!

      • C’est tout à fait vrai ! Quand on vient de faire le changement vers le naturel, la transition est rarement parfaite d’un coup. Cela dit moi je dois en être à 25 produits testés, toujours sur plusieurs jours, semaines, mois, depuis plusieurs années, et pourtant ?

  16. Bonjour Victoria,

    Ce n’est peut-être pas un sujet glamour mais tu fais bien de l’aborder ! Merci pour cet article, je vais essayer ces déodorants ! J’ai moi aussi une peau atypique et j’ai une eu très mauvais expérience avec les déodorants au bicarbonate (des grosses plaques marrons sous les aisselles – très élégant) et depuis je n’arrive pas à trouver LE déodorant. J’ai aussi remarqué que ma transpiration sentait plus fort après avoir arrêté le bicarbonate (mais je trouve que ça s’arrange même si je remarque aussi que les déodorants me semblent moins efficaces qu’avant, moi qui avait rarement des problèmes d’odeurs de transpiration !), donc ton plan d’attaque m’intéresse aussi !
    Passe une belle journée

  17. Même soucis ici, la quête du déo parfait est loin d’être achevée ! J’ajoute juste un truc aux raisons de la transpiration (et de son odeur surtout!) : comme tu dis c’est évidemment très variable en fonction des matières, des variations hormonales mais aussi de l’alimentation. Ce n’est pas ton cas mais si jamais ça peut servir, la consommation de viande et de produits laitiers entraîne une transpiration beaucoup plus odorante. Dans l’alimentation végétale, ça peut aussi être le cas avec certains ingrédients, notamment les légumineuses si je dis pas de bêtises.
    Tout ça pour dire qu’en dehors de la composition, il y a beaucoup de paramètres extérieurs qui compliquent la tâche ! Ici je teste celui de Druide bio depuis quelques semaines, pour l’instant, c’est pas trop mal !

  18. Coucou !
    Je suis très contente de connaître ton avis sur ces déodorants. J’avais testé la formule avec bicarbonate de Schmidt’s, j’avais été conquise par son efficacité. Je transpire beaucoup et la pierre d’Alun ne me convenait plus après 7 ans de vie commune. Malheureusement, au bout de quelques mois d’utilisation le bicarbonate m’a irrité les aisselles et j’ai eu moi aussi des plaques d’eczéma.
    Je n’ai pas osé essayer la version sans bicarbonate. Je me suis tournée, en attendant, sur des déodorants qu’on trouve en commerce mais je n’aime pas et je veux quelque chose de plus sain ! Comme tu as été intolérante comme moi, je vais me laisser tenter et je pense essayer celui au jasmin !
    Bisous !

  19. La transpiration a toujours été un problème pour moi… jusqu’à ce que je te lise, en fait ;) Pour ma part j’utilise un déodorant Clémence&Vivien, petite marque que j’ai découverte sur ton blog d’ailleurs ! J’avais commencé avec L’Herbacé mais l’efficacité était variable, puis j’ai essayé Le Fleuri. L’odeur me plait beaucoup et si, au départ, l’efficacité était fluctuante en cas de petits ou gros efforts (il suffit généralement que je sorte de chez moi pour un motif ou l’autre pour que je me mette à transpirer…) et que je l’emportais dans mon sac au cas au cas où, désormais je peux totalement lui faire confiance. L’efficacité est parfaite, je n’ai plus de problèmes d’odeurs.
    Le déodorant contient par contre du bicarbonate et c’est grâce à tes revues que j’ai pu identifier que c’était sans doute cela qui me causait, par moments, des petites rougeurs, des petites boules sous la peau voire de toutes petites plaques d’eczema juste à l’extérieur des aisselles – rien de trop gênant pour autant.
    J’alterne pour l’heure avec un déodorant que j’avais acheté au Bénin : je n’avais pas prévu suffisamment de petits pots du Fleuri… C’est un déodorant tout ce qu’il y a de plus horrible sans doute, mais il n’y avait pas d’autre choix et je n’arrive pas à me résoudre à le jeter. Toujours est-il que je n’ai pas non plus de problèmes d’odeurs avec, et je pense que c’est aussi un effet du déodorant Clémence&Vivien. Avant, j’avais toujours des petits soucis même avec les déodorants ‘industriels’, qui masquaient l’odeur de transpiration avec leur parfum mais sans la faire disparaître complètement – ce qui donnait un mélange véritablement ragoûtant, haha ;)
    À l’avenir, j’aimerais alterner avec un autre déodorant naturel et cruelty free, et la marque Schmidt’s me faisait de l’œil justement. Je ne sais pas quelle référence choisir par contre : il y a beaucoup de choix en termes de senteurs. Peut-être que je vais me laisser tenter par celui au thé au jasmin :)
    J’espère que de ton côté, tu pourras trouver une solution qui te convient… C’est assez paradoxal : tu aides sans doute plein de gens à trouver leur solution idéale, mais pour toi c’est encore le parcours du combattant ! Merci en tout cas pour tes revues, et courage !

  20. Bonjour Victoria,
    J’ai fait une réaction avec plaques rouges et boutons lorsque j’étais ado et que j’ai commencé à utiliser du déodorant. J’avais choisi une marque de supermarché : sanex garanti sans alcool. Depuis cet échec, j’ai complètement arrêté l’utilisation de déodorants et je n’en utilise donc pas du tout. N’ayant jamais été habituée à en utiliser, je ne suis pas gênée pas l’odeur corporelle (je ne transpire d’ailleurs pas beaucoup) et mes amis n’ont jamais été incommodés. Cependant, j’aimerais trouver quelque chose de très doux et qui ne fasse pas de marque pour l’été car c’est la seule période où je transpire et où cela peut devenir gênant.
    Je me demandais si tu avais déjà testé des recettes de déodorants maison. J’en ai vu sans bicarbonate et j’aimerais bien tester ça pour ne pas dépenser une fortune dans un produit que je n’utiliserais que très épisodiquement.
    Bon courage pour trouver le déo parfait !
    Bises

  21. Bonjour Victoria,
    Ton article n’est peut-être pas glam mais son contenu est très intéressant. Je suis en train de tester mon premier déo « clean ». J’ai choisi le stick Schmidt’s Bergamote Citron Vert et je suis un peu déroutée au niveau de l’application. Je trouve qu’il ne pénètre pas très bien dans la peau et laisse des résidus blancs (des sortes de « peluches »). Je suis donc un peu déçue mais peut-être que je m’y prends mal, le stick me semble sec (en comparaison aux sticks « classiques » (type Dove) que j’utilisais auparavant). As-tu des conseils à me donner pour l’application ?
    Bisous

    • Le Schmidt’s est en effet le déodorant en pot que j’ai trouvé le plus difficile à appliquer parmi ceux que j’ai testés à l’époque ! Il est très cireux et laisse des petits amas blancs dans les plis, je comprends tout à fait. Pas de solution miracle à te proposer de mon côté, je crois que c’est juste la formulation qui fait ça… Si tu aimes ce format pot, peut-être que le déodorant Clémence & Vivien, qui est plus doux, qui s’effrite moins et fait moins d’amas, te plaira mieux ?

  22. Bonjour Victoria,

    Je voulais te parler d’une association de produits qui fonctionneraient particulièrement bien ensemble (que je n’ai pas testés, j’attends de terminer mon déodorant actuel) : la pierre d’alun couplée à une ou deux gouttes d’huile essentielle de palmarosa. Il parait que l’efficacité est redoutable, en plus d’avoir un coût assez dérisoire !
    Merci pour cet article, j’y reviendrais après avoir testé la pierre d’alun + palmarosa si celle-ci s’avérait inefficace.

    • Merci Margot ! C’est une combinaison qui en effet fonctionne très bien sur beaucoup de personnes (ou même la pierre d’alun seule ou le palmarosa seul) mais malheureusement sur moi c’est le zéro pointé, en plus d’irriter un peu ma peau… La loose !

  23. Coucou Victoria,

    Ton article est très intéressant, surtout parce que je crois qu’il m’a permis de comprendre ce qui m’est arrivé soudainement il y a deux ans : du jour au lendemain, mes aisselles se sont mises à me gratter horriblement (très pratique quand l’on est toute la journée en cours). C’était rouge, enflammé voire même boursoufflé (glamour bonjour!) à force que je me gratte à longueur de journée. Même les crèmes apaisantes ne me procurait qu’un soulagement éclair et évidemment je transpirais plus car mes aisselles « suintaient » (désolée pour cette image haha). Je n’ai jamais pu comprendre d’où ça venait mais il est fort possible que ça soit le bicarbonate car j’avais déjà banni sels d’aluminum, alcool et autre joyeuseries…

    Bref, ça a pris des mois avant que je réussisse à calmer tout ça, le temps de trouver un déodorant qui me convienne. Pour ma part, ça a été le sanoflore Nuage de fraîcheur. Il m’a littéralement sauvé les aisselles ! Peut être l’as tu déjà essayé? Sinon, sait-on jamais, il te conviendra peut être… (j’ai regardé la compo, il n’y a pas l’air d’avoir de bicarbonate justement)
    Depuis j’en ai trouvé un seul autre qui me convient (dès que je change, ça recommence à me gratter) : le « Boots 48hour Fresh Green Roll On » acheté chez boots en angleterre, ce qui m’a vraiment surprise vu le prix dérisoire.
    En tout cas merci pour ton article, je trouve ça top que tu parles de ça sur le blog. Et bon courage pour la recherche du déodorant parfait ^^ je testerai ceux que tu as mentionnés dans les mois à venir !

  24. Je me reconnais tellement dans ton article, je suis dans la même galère. J’ai eu cet été une aisselles presque à vif à cause du bicarbonate alors que ce deo pour une fois marchait super bien super moi. Depuis je ne trouve aucun deo digne de ce nom…

    • C’est ça le pire, c’est qu’avant d’être une catastrophe pour la peau, ce genre de déos fonctionne tellement bien… Et on ne retrouve plus cette même efficacité après !

  25. Bonjour Victoria!
    J’ai moi aussi une peau atopique, et j’ai rencontré les mêmes problèmes que toi avec les déodorants conventionnels, même ceux pour « peaux sensibles ». Des plaques rouges qui brûlent et démangent, la peau qui part en miettes et qui reste rugueuse pendant des semaines… C’est sûr qu’on a vu plus agréable. Lors de ma dernière période d’inflammation, j’ai totalement arrêté le déodorant (en plein été, oui oui), et surtout… l’épilation! Depuis 4 mois, j’ai recommencé à utiliser du déo une fois par jour, mais je ne m’épile plus les aisselles et je pense que je ne le ferai plus jamais. L’épilation ouvre les pores, ce qui n’est pas une bonne idée à un endroit aussi humide et où on applique des produits. Pour info, je ne transpire pas plus qu’avant et je trouve même mon odeur moins forte. Bref, ça vaut la peine d’essayer!
    Bisous! :)

    • Merci pour ton témoignage Constance ! Clairement, surtout sur une peau comme la mienne qui ne supporte aucun type d’épilation, je pense que laisser ses poils tranquilles est une très bonne chose ! Je n’y suis pas du tout prête psychologiquement (surtout quand arrivent les beaux jours) et je pensais plutôt me débarrasser de ce souci en faisant de l’épilation définitive, mais tu as bien raison de suggérer cette option. Pour les personnes que cela ne dérange pas, c’est l’idéal !

  26. Je suis en train de me dire que ce n’est peut-être pas aux huiles essentielles que je suis allergique mais au bicarbonate. Après avoir utilisé un déodorant Schmidt’s, je me suis retrouvée avec des aisselles complètement « brûlées » et « irritées »… J’ai pour l’instant renoncé aux déodorants naturels car la plupart contenait des huiles essentielles. Je vais me re-pencher sur le sujet.

    En attendant, je continue à utiliser certains déo avec des sels d’aluminium car il n’a jamais été prouvé que la présence d’une faible quantité soit nocif à usage modéré et sur personnes non fragiles. J’avoue également ne pas trouver de déo efficace n’en contenant pas….

    Merci pour ton article, je vais tester tes références, en espérant trouver une petite pépite à la compo clean ;)

    Belle journée

  27. Bonjour Victoria,
    As-tu envisagé l’épilation laser? Pour une petite zone comme les aisselles ça ne revient « pas si cher » que ça et ça fonctionne très bien. Je l’ai fait il y a une dizaine d’années et ça change la vie ! Côté déo, je n’ai pas de problème avec le bicarbonate (pour le moment en tout cas). Après un essai avec celui d’Acorelle sans parfum qui m’avait moyennement convaincue, je suis passée au Schmidt’s au citrus et à la bergamote que je trouve très efficace, même en faisant du sport ! Et pourtant je transpire beaucoup (glamour bonjour) !

    • Coucou Isa ! Oui, tout à fait, c’est dans mes projets, j’en parlais justement dans les commentaires au-dessus ! L’épilation fragilise énormément ma peau (c’est toujours la cata quelque soit la technique, sur toutes les parties du corps) donc je ne vois pas d’autre solution à long terme.

  28. Olala bon courage Victoria… Et merci pour tes avis !

    J’utilise les déodorants lavera et je suis plutôt satisfaite du résultat. Je transpire quand même un peu avec, mais il n’y a pas d’odeur dérangeante… du coup je trouve cela plutôt naturel.

    Bonne journée :)

    Marion

  29. J’admire votre persévérance les filles! J’avoue qu’après moult expérimentations et autant d’échecs cuisants (eczémas, rougeurs, etc.), j’ai dû me faire à l’idée que ma peau supporte bien mieux le « chimique » que le bio – que ce soit au niveau des shampooings, des crèmes ou des déos. Aujourd’hui je suis revenue à mon shampooing banane Bodyshop, mon déo Borotalco (bourré de saloperies, eh oui) et mes crèmes pour le visage Avène. Je n’en suis pas bien fière, mais bon…

  30. Bonjour Victoria !
    Merci pour ton article qui tombe à pic pour moi : j’ai la peau très sensible/atopique et les déodorants du commerce me brûlent littéralement, ça fait des années que je ne prend que ceux pour peaux atopiques de Sanex.
    Je voulais passer à des alternatives plus naturelles mais tes articles et ceux d’autres blogueuses me faisaient assez peur sur les réactions allergiques éventuelles et je ne voulais pas tenter le diable, surtout que je transpire généralement assez peu donc je peux me passer de déodorant certains jours.
    Sauf que ce matin, mon copain (qui a un odorat très, très, très sensible) m’a avoué que l’odeur de mon déodorant le gênait un peu, au point que quand je le mettais il pensait que j’avais sorti les vêtements qui puent de la veille haha (et qu’il a réalisé que c’était en fait l’odeur du déo ce matin seulement)(effectivement, l’odeur est assez particulière et je ne l’apprécie pas non plus mais en l’attente de trouver mieux je faisais avec).
    C’était donc ce matin, depuis j’ai vu ton article apparaître dans mes RSS et juste après j’ai reçu un mail d’une boutique lyonnaise de produits de beauté naturels qui propose -10% ce samedi sur tous leurs produits et vendent justement les déodorant Schmidt’s pour peau sensible qui me font très envie dans ton article… donc je crois que c’est le destin :D

    De toute façon, les produits bio/naturels c’est parfois très compliqué quand on a une peau sensible. Pour les cheveux j’ai fait la transition il y a longtemps sans aucun souci (j’ai les cheveux bouclés donc c’est top, on m’a souvent dit que les cheveux graissent plus vite avec du bio mais je les lave une fois par semaine et ils sont nickels jusqu’au bout, bien plus qu’avec les shampoing classiques que j’utilisais avant d’ailleurs) mais pour la peau c’est encore compliqué. Je change petit à petit mes produits mes la plupart viennent encore de chez Avène, ce qui est quand même loin d’être la marque la plus naturelle/éthique etc du marché…

    Bref, tout ça pour dire que j’adore tes articles de tests beauté (je crois qu’on partage quelques problèmes de peau similaires) qui ne nuisent pas du tout à ton image contrairement à ce que tu dis en introduction. C’est au contraire très chouette et inspirant de suivre tes réflexions sur le sujet, et j’apprécie énormément le fait que tu parle de produits testés pendant plusieurs semaines/mois !

  31. Il y a peut-être des changements hormonaux qui influent sur les odeurs corporelles.
    J’ai un bébé de 4 mois et quelques semaines après mon accouchement, j’ai remarqué que je m’étais mise à beaucoup transpirer alors que c’est pas dans mes habitudes, sans parler de l’odeur très forte qui me gênait énormément… Mon déodorant habituel, le Schmidt à la rose sans huiles essentielles pour la grossesse et l’allaitement par la suite, ne faisait plus son job alors que j’en suis très satisfaite habituellement. Puis c’est rentrer dans l’ordre, mais je pense que les hormones doivent avoir une action.
    Pas évident de trouver LE déodorant !!
    Et je tenais à te dire que ton blog est pour moi une mine d’informations quand je recherche des alternatives green alors merci !!

    • J’ai en effet quelques petits problèmes hormonaux, donc cela pourrait être lié, mais ce que je ne comprends pas, c’est que je ne vois absolument aucune différence dans le temps depuis 3-4 ans malgré la prise d’un, puis deux traitements pour les contrer. Mes prises de sang sont parfois correctes, parfois mauvaises (mais dans ce cas on ajuste le traitement et ça se rééquilibre vite) et pourtant ma situation est toujours la même, sans corrélation aucune avec ces évolutions. C’est pour ça que je pensais plutôt à une question de flore bactérienne, sachant que j’ai aussi beaucoup de soucis de ce côté là… À creuser !

      Merci en tous cas pour tes gentils mots <3

  32. Merci beaucoup pour cet article ! Je suis dans la même situation : j’ai besoin d’anti transpirant mais je ne peux pas mettre de produits agressifs sur cette partie de ma peau. La palme de la pire réaction pour moi revient au déodorant Lamazuna : il était très efficace mais après quelques semaines d’utilisation, mes aisselles sont devenues brunes et me brulaient. J’ai mis plusieurs semaines à retrouver une peau « normale ».
    Je pense tester le déodorant Schmidt’s et Gaiia du coup !
    Bonne journée !

  33. C’est drole j’en parlais hier avec ma belle mère devant le rayon deo du bon marché. Elle achete celui en crème qu’elle adore et lui convient parfaitement.
    Mais sur le coup j’ai pensé qu’elle me montrait le SCHMIDT’S : je l’avais reçu dans une boxe, j’étais contente. Je l’ai embarqué avec moi à la maternité. L’horreur !!! C’est la premiere fois que j’utilisais un deo pas efficace et c’est pas tombé au bon moment !! Bref mauvais souvenir du coup :D
    J’utilise le Sanex perso que j’adore et avec lequel je n’ai pas de pb !

  34. Salut Victoria !

    Tout comme toi, ça fait plusieurs années que je me bats pour trouver LE déodorant, celui qui réponde à la fois ma peau et à mes convictions (et vu le nombre de commentaires on n’est pas seules !) C’est d’ailleurs en cherchant le remède miracle que je suis tombée sur ton blog il y a quelques année et je le suis aujourd’hui très régulièrement.

    Après avoir testé (et approuvé) les déodorants Schmidt’s pour peau sensible, je suis tombée il y a quelques mois sur un déodorant crème Melvita à l’Aloe Vera et à l’Alpha Bisabolol et ça a été le coup de foudre ! Il a une odeur toute douce, tient assez bien sur la journée, est facile à appliquer (roll-on) sans laisser de trace et est fabriqué en France avec un contenant en verre. Il dure en plus dans le temps puisque je ne suis qu’à la moitié du flacon alors que je l’ai acheté cet été !

    Petit moins, seulement 10% d’ingrédients certifiés Bio mais c’est déjà ça (99% d’ingrédient naturels).
    Par contre, il ne tient pas après une session de sport mais je n’en demandais pas autant ! Il ne tient pas non plus des masses lorsque je porte des vêtements en fibre synthétique (comme tous les déo) mais ça reste supportable en fin de journée.

    En espérant que cela puisse t’aider dans ta recherche du déo parfait ;)
    Claire

  35. Hello,
    Merci pour ton article, je vais passer au déodorant naturel bientôt et je ne savais pas à quoi me fier…
    J’ai déjà testé le schimdt’s en pot, au citron il me semble, et j’avais adoré.
    Bisous

  36. Ton article est très intéressant, et cela n’est pas dérangeant qu’il ne soit pas glamour.
    Au contraire, son côté pragmatique est très intéressant.

    Depuis une année, j’ai commencé à passer au bio ou aux alternatives naturelles sur beaucoup de produits de cosmétiques ou d’hygiène. Mais je n’arrive pas encore à tout faire moi-même car j’aime bien tester plein de produits…!

    Quand est venue la question du déo (je prenais avant le déo bille sanex sans alu/alcool et paraben), j’ai compris que cela n’allait pas être simple ! et j’ai aussi redécouvert finalement mon odeur corporel.
    J’ai d’abord testé un déo à bille de chez Lavera lors d’un voyage à l’étranger, mais l’été et quand je bouge trop, cela n’allait pas. J’ai passé ce nouvel été avec un déo solide de Schmidt’s ylang ylang et calendula. Je l’ai bien apprécié, mais idem, par forte chaleur ou quand je bouge beaucoup cela devenait compliqué…

    J’ai aussi constaté que mon odeur et ma transpiration pouvait varier selon ce que je mange (selon les épices que je peux utiliser) ou selon la période de mon cycle. Je n’avais pas forcément fait le rapprochement jusqu’à lire les commentaires plus haut suggérant un trouble hormonal, et pour mon cas je peux trouver une corrélation avec un souci actuel pour lequel je suis effectivement suivie par un endocrinologue. j’espère que cette piste te permettra de trouver une réponse !

    Et justement, comme mon déo Schmidt’s se termine, je vais essayer le Soapwalla à l’arbre à thé. Il contient du bicarbonate, mais je ne suis pour l’instant pas sensible à cela, donc j’espère bien qu’il m’apportera satisfaction.

  37. Bonjour Victoria,
    Et pourquoi utiliser un déodorant ?
    Depuis que j’ai arrêté progressivement, ma flore s’est adaptée justement, et je n’en ai juste pas besoin. C’est sans doute lié aussi au fait que je porte très rarement des vêtements moulants synthétiques…

    • C’est super que ça te convienne, tu as de la chance ! Moi je n’ai jamais pu tenir plus de quelques jours, je ne supporte vraiment pas de sentir mauvais (ça ne se régulait pas du tout chez moi, peut-être parce que j’y ai coupé court trop rapidement).

      Je dirais donc quand même que ce n’est pas quelque chose qui convient à tout le monde: nous avons tou/tes un corps qui réagit à sa façon, des habitudes alimentaires spécifiques, des problématiques de santé propres, une transpiration différente, sans parler des personnes qui suent beaucoup en raison de leur activité professionnelle, sportive, de leur état émotionnel… Et il y aussi certaines personnes qui ne sentent pas assez à l’aise avec leur corps pour tenter ce genre d’expérience.

      À chacun/e de voir si c’est envisageable ou non !

  38. Interessant cet articl, merci. Moi j’ai d’abord utilisé des déo à la pierre d’alun (voire de la pierre d’alun) puis j’ai commencé à avoir des doutes sur la totale inocuité de ces produits (+ le fait que pierre d’alun seule pas hyper efficace). Du coup j’ai essayé un déo totalement sans sels d’aluminium (ni naturels ni synthétiques) et mon choix s’est porté sur un déo peaux sensibles de Roge cavailles (https://www.rogecavailles.fr/produits/deo-soin-dermato-roll-on_62?besoin_id=8). Je n’y vois pas de bicarbonate, seulement du talc (pour les autres ingrédients j’avoue ne pas y connaître grand chose sur leur inocuité ou pas…je t’ai mis le lien au cas ou tu t’y connaitrais plus que moi!). En tout cas j’en suis tres contente. Il ne colore pas les vêtements, il cache les odeurs sans arreter le phénomène de transpiration. j’en suis plutôt contente car aucune irritation meme juste apres m’etre rasée les aisselles. J’essaye de ne pas en mettre tous les jours, juste quand je pars en déplacement ou que je vais faire du sport .

  39. Salut Victoria,

    Moi qui n’avais pas de mauvaises odeurs de transpiration, depuis que j’ai arrêté la pilule il y a un an et demi, je transpire plus et ça sent parfois fort (selon moi). J’utilise le deo Sanex sensitive en stick mais ça ne fonctionne pas très bien et je ne teste rien d’autre car je suis hyperreactive au bicarbonate…. moi j’ai laisser tomber… Je travaille en entreprise et j’ai beaucoup de déplacements, donc pas mal de « coup de chaud ». Quand je vois que j’ai transpirer et que ça sent (je ne sais pas si les autres le sentent aussi…) je passe au toilettes, je passe un coton lavable que j’ai mouillé un peu et je remet du deo… Je n’ai pas de meilleure solution pour l’instant… Je me dis que la transpiration c’est naturel :-)

  40. Après des années sans soucis, il m’est arrivé d’avoir des plaques rouges sous une aisselle avec le déodorant Schmidt. En général je stoppe pendant deux trois jours puis ça passe. Mais le soapwalla me fait de l’oeil, a voir…merci pour ton article et tes conseils ;)

  41. Coucou,
    Pendant longtemps je n’ai pas eu besoin de mettre de déodorant car je ne transpirais que très peu (même pas lorsque je faisais du sport, pourtant plus de 8h par semaine pendant l’adolescence).
    Puis il y a quelques années seulement j’ai commencé à transpirer et donc j’ai du investir dans des déo, les « industriels » n’étaient pas efficaces ! Celui qui a super bien marché, en toutes circonstances, pour moi c’est le Schmidt’s Bergamot+Lime ! Je teste en ce moment un déo Tom’s of Maine et je suis très déçue, au moindre effort je sens pointer la transpiration…

  42. J’ai toujours beaucoup transpiré avec notamment une hypothiroïdie qui joue sur la mauvaise régulation thermique. L’arrêt de la pilule contraceptive cependant a beaucoup joué sur la diminution des odeurs (alors que je m’attendais à une augmentation).
    J’ai de la chance avec le soapwalla classique qui me convient très bien depuis 3 ans mais je crois vraiment que les odeurs sont liées au système hormonal + stress.

  43. Je vais tester le vinaigre de cidre .. jai le Même pb de transpiration et j’utilise tjs un deo homme chimique car aucunes alternatives ne fonctionne malheureusement sur moi :/

  44. Aaaaaah la quête du déo naturel performant… ! Pareil des années je cherche le bon, j’ai aussi eu l’allergie au soapwalla classique et du coup à tous les déos avec bicarbonate :( J’ai essayé le Schmidt’s peaux sensibles au géranium mais pas fan, je trouve le parfum trop fort, il ne tient pas toujours sur la durée et surtout il me fait des tâches grasses sur les vêtements :'(
    Du coup là je tente le nouveau Soapwalla (découvert grâce à ton dernier billet beauty discoveries ^_^) j’ai pris le parfum lavander mint, je trouve le citron trop fort, ça fait trop liquide vaisselle pour moi :P Et j’ai l’impression qu’il est pas mal, à voir sur la durée !
    Mais ne baissons pas les (dessous) de bras on va le trouver le déo parfait ! :-*

  45. coucou Victoria,

    Merci pour ton article. De mon côté, n’ayant pas la peau fragile, j’opte pour quelques gouttes d’huile essentielle de Palmarosa et j’en suis très contente; je sais que malheureusement ta peau est trop fragile pour de l’huile pure. Mais même si cela me convient très bien, il arrive qu’en fin de journée je sente la transpiration (après un entretien par exemple, ou comme tu le dis, si j’ai mis un pull un peu trop chaud pour la saison ^^) et dans ce cas, je ne fais pas une fixation, je prends une douche le soir et voilà… Je sais que ça peut être gênant mais c’est aussi normal de transpirer dans certaines situations ;)

    • C’est très vrai Charlotte ! J’aime ton lâcher prise, parfois il faut juste accepter que le corps réagisse à sa façon, c’est vrai que ce n’est pas si grave.

  46. Pauvre Victoria ! Je compatis…
    J’ai moi aussi mis beaucoup de temps à trouver le bon déo, après de graves « brûlures » aux aisselles dues aux déodorants avec bicarbonate. Mes aisselles étaient boursouflées, rouges, me démangeaient, suintaient… Jusqu’à me les brunir. Aujourd’hui j’ai encore des traces de ces « brûlures » : j’ai réussi à me débarrasser de ces vilaines traces brunes à 80 % je dirais.

    Bref, aujourd’hui, mon déo parfait c’est le Schmidt’s peaux sensibles au Géranium (dont je n’apprécie pas l’odeur, mais je m’y suis faite).
    Mais … le packaging en plastique me déplaît. ( Je ne comprends pas pourquoi ils ne proposent pas aussi les pots en verre pour les versions peaux sensibles…)

    Donc je suis en train d’expérimenter l’huile de magnésium.
    Premier test concluant, utilisé pure, sans rien d’autre, mais je dois persévérer pour être sûre. J’aimerais aussi faire un test avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande, et essayer de faire un baume avec (j’ai pris goût à la texture crème à étaler aux doigts, et la sensation d’humidité du spray qu’il faut faire sécher ne me convient pas tellement.)
    Affaire à suivre, donc…

    Bon courage dans ta recherche !

    • Merci beaucoup Tiphanie ! Je serais curieuse d’avoir ton avis sur l’utilisation d’huile de magnésium à plus long terme, donc si jamais tu t’en souviens un jour et que tu as l’occasion de me faire un petit débrief, ce serait absolument adorable ! <3

      • Je vais tester durant une semaine, à partir d’aujourd’hui. Si c’est toujours concluant, je continuerai sur un mois, et reviendrai sans faute te donner mes impressions ;)

      • Bonjour Victoria !

        Je reviens aujourd’hui te faire un petit compte-rendu de l’utilisation de l’huile de magnésium. (J’espère que tu verras ce message.)

        J’ai donc utilisé l’huile de magnésium pure pendant deux semaines environ.
        Résultat : bonne efficacité (en hiver, à tester en été), mais je ne supportais pas la sensation d’humidité sous les bras. Je suis trop habituée aux textures crémeuses.

        Je me suis donc mise en tête de réaliser un baume à base d’hydroxyde de magnésium, puisque c’est l’ingrédient qui remplace le bicarbonate dans les déodorants Schmidt’s peau sensible (que j’adore, mais dont je déplore le packaging en plastique).
        Il est assez difficile d’en trouver sur le net. Je me suis rabattue sur un paquet d’hydroxyde de magnésium mélangé à de la fécule de maïs trouvé sur Amazon, entre 9 et 10 € les 100 g je crois.
        Je me suis créée un baume avec du beurre de cacao, de l’huile de coco et cette poudre.
        Mais les grains de la poudre étaient trop gros, et ce n’était pas du tout agréable à appliquer. J’ai donc tenté de mixer finement cette poudre, mais je n’ai jamais réussi à obtenir une poudre assez fine pour être confortable à l’utilisation.
        J’ai donc abandonné, et me contente désormais de mon Schmidt’s au géranium, en alternance avec le déodorant sans bicarbonate et sans parfum de Gaiia.

        En conclusion : si la sensation d’humidité ne te dérange pas trop, je te conseille d’essayer l’huile de magnésium, surtout qu’elle a d’autres vertus intéressantes.
        J’ai d’ailleurs vu que l’on pouvait se la fabriquer soi-même avec des flocons de chlorure de magnésium. L’huile de magnésium étant plutôt chère, je trouve, c’est peut-être judicieux de la réaliser soi-même.

        En espérant avoir été utile.
        Bonne journée !

      • Un grand merci Tiphanie pour ces pistes très intéressantes et toutes tes explications ! Je vais me pencher sur la question !

  47. Hello,
    J’ai exactement les mêmes problèmes que toi (on est beaucoup dans le même cas j’ai l’impression…!) après avoir testé les déodorants au bicarbonate j’ai fait une réaction très très rapidement au bout de 3-4 jours à peine, je ne pouvais limite même plus bouger les bras tellement mes aisselles étaient douloureuses… sinon j’ai essayé tout ce qui se fait en deo bille naturel (weleda, lavera,sanoflore…) et aucune efficacité sur moi. Au final ce qui marche le mieux pour moi est le Schmidt’s peau sensible au tea tree (Je n’aime ni les odeurs citronnées ni les fleuries) et cette odeur de tea tree presque médicamenteuse me convient très bien et j’ai commandé un petit format voyage du même deo que je garde dans mon sac, si j’ai besoin d’une Retouche (j’ai tellement la phobie de sentir mauvais et j ai un odorat très développé qui fait que je supporte pas du tout les odeurs, la mienne y compris hahha que j’ai toujours placé des deos de secours dans les endroits stratégiques tels que voiture, bureau, sac)
    En tout cas tu m’as donné très envie de tester le soapwella au citrus !!
    Et merci pour cet article, peut être pas glamour mais je trouve ça important de parler de ce genre de problématiques !

  48. Coucou Victoria,
    Je ne sais pas si quelqu’un l’a déjà évoqué en commentaire ou si toi même tu as déjà regardé de ce côté, mais il y a quelques temps j’ai entendu parler du déodorant de la marque daydry et le concept m’a interpellé. Je ne l’ai pas testé mais à priori il agit vraiment différemment des autres déos puisqu’il est composé de lactobacillus, des bactéries inoffensives pour la peau. Elles vont en quelques sortes prendre «toute la place» et ainsi éviter la prolifération des bactéries responsables des mauvaises odeurs. Quand j’ai vu ça, je me suis dis que le procédé est finalement assez logique ! Donc si en plus tu penses que ta flore est déséquilibrée, ça peut peut-être aider être une piste ! ;-)

    • Un grand merci Julie ! Ça me dit vaguement quelque chose mais je ne connaissais pas vraiment la référence exacte. Je vais aller regarder ça de plus près !

      • Cavaholave

        Je me permets d’intervenir je ne voudrais pas te décourager mais suite à une vidéo d’eppcoline je me suis empressée d’acheter le deo daydry à la sauge malheureusement pour moi efficacité nulle je n’ai jamais testé un deo aussi inefficace par contre aucune irritation alors que le Schmidt’s peau sensible me donne des rougeurs ( toutefois il est efficace et son odeur me gêne pas mais du fait des irritations je ne le mets jamais ). Pourtant daydry se positionne comme une marque spécialisée pour les transpirations excessives etc mais comme toi je fais partie de la minorité qui en matière de deo naturel est tjrs embêtée par des irritations

  49. Bonjour !
    Je vais aller à l’encontre de la majorité des commentaires ici, mais pour moi le bicarbonate de soude est parfait… Et je vais passer pour une extrémiste mais je l’utilise tel quel (j’en ai du extra fin que j’utilise pour le ménage, j’en mets dans un petit pot dans ma salle de bain et chaque matin j’humidifie mes aisselles et mes doigts pour déposer un peu de bicarbonate au creux de chaque aisselle).
    Pas d’irritation à signaler, c’est ultra efficace (même après un cours de zumba ou 1h de running) (et je précise que je suis obsédée par le « propre » et que je ne supporte pas sentir la transpiration, et aussi très sportive!)
    Bref, j’ai trouvé mon graal, et en plus j’approche vraiment du zéro déchet… :)

  50. Bonjour Victoria,

    N’étant ni médecin ou ni naturopathe (ni spécialiste ès-déo), je me garde bien d’émettre un avis sur ta situation, mais mon expérience me fait dire que, la transpiration étant naturelle, le problème d’odeur vient plutôt de l’intérieur.
    Mon combo parfait : rasage (pas d’épilation sinon je hurle à la mort ^^), douche avec savon saponifié à froid bio, et traitement contre l’acidité (prescrit par une naturopathe suite à des soucis de santé) = déo uniquement quand je fais du sport ou que j’ai une activité très intense dans la journée, sinon zéro odeur !

Répondre

Naviguer