Curry de Pois chiches, Patate Douce & Champignons

Sans doute parce que nous sommes tous marqués par la culture française qui place les produits laitiers et la viande au coeur de chaque plat, la cuisine végétale ne fait pas rêver grand monde. Pire, elle est souvent perçue comme une pratique rabat-joie, aseptisée, au sein de laquelle le plaisir n’a pas sa place.

Évidemment, celles qui me connaissent un peu savent que je n’adhère pas du tout à ce point de vue; je me plais même plutôt à démontrer le contraire. Étant très gourmande de nature (ou carrément estomac sur pattes, on peut le dire), amatrice de saveurs mais aussi sensible aux textures, je n’aurais jamais pu m’intéresser à une manière de manger qui ne soit pas avant tout source d’émerveillement gustatif et de réconfort.

Le plat que je vous propose aujourd’hui est l’un de ces exemples si complet et délicieux qu’ils pourraient convaincre n’importe quel omnivore que la cuisine vegan sait se faire épicurienne. Ses mélanges d’épicé et de crémeux, de mou et de croquant, de frais et de charnel, de salé et de touches sucrées, en font probablement l’une de mes meilleures « créations » à mes yeux.

Il s’agit pourtant d’une improvisation complète, inspirée par une mijotée de patate douce et de pois chiches que je me prépare parfois, et un curry à la butternut remarqué dans le livre de Deliciously Ella, dont je vous reparlerai très bientôt. J’ai commencé sur une base similaire à ma purée de lentilles à l’indienne mais sans tomate ni pâte toute faite, puis ajouté instinctivement tout ce qui me passait par la tête et se trouvait dans mes placards: un reste d’épinards frais, des raisins secs, des noix de pécan…

Le gros avantage de cette recette est qu’elle peut se conserver très facilement au réfrigérateur pendant 2-3 jours – elle a même tendance à s’y bonifier – ou même se congeler, pour en profiter pendant plusieurs repas. Je l’ai associée ici au quinoa, dont la texture légèrement croquante se marie parfaitement au côté plus décadent du curry, mais vous pouvez bien sûr utiliser du riz ou n’importe quelle autre céréale qui vous fasse plaisir.

curry-vegan-poischiches-patatedouce

♡ Ingrédients (pour 3-4 personnes)

1 boîte de lait de coco (400 mL)
1 pot de pois chiches cuits, rincés
1 belle patate douce, épluchée
2-3 grosses poignées d’épinards frais
4-5 champignons Portobello (ou autre variété bien ferme), lavés
1 poignée de raisins secs
1 poignée de noix de pecan ou d’amandes
1 à 2 càs de curry en poudre
1 càs de cumin en poudre
1 pouce de gingembre, épluché
1 belle gousse d’ail
1/2 oignon
Sel, poivre du moulin
Coriandre, graines de sésame…

En accompagnement: quinoa ou riz basmati cuit.

♡ Préparation

1. Dans une grande casserole, versez un petit fond d’huile d’olive et faites-y revenir à feu doux l’ail, l’oignon et le gingembre coupés en petits morceaux, en remuant bien pour ne pas que cela brûle.

2. Ajoutez la poudre de curry et de cumin, versez un tout petit peu d’eau et continuez à remuer quelques instants afin de bien imprégner les ingrédients.

3. Déposez dans la casserole la patate douce coupée en petits morceaux, les pois chiches, les épinards, les champignons coupés en morceaux grossiers, et les raisins secs. Remuez pour qu’ils s’imprègnent d’épices, puis versez la totalité du lait de coco + un petit verre d’eau.

4. Amenez à ébullition, puis baissez le feu, couvrez, et laissez mijoter pendant environ 15-20 minutes.

5. Retirez le couvercle, ajoutez les noix de pecan en morceaux, et terminez la cuisson pendant encore environ 5 minutes à découvert, en remuant bien pour éviter que le fond ne brûle. Profitez de cette étape pour saler, poivrer, vérifier la consistance de votre curry (avez-vous besoin d’ajouter un petit peu d’eau?) et le goûter (manque-t-il d’épices? lesquelles? est-ce que tout est bien cuit?).

6. Coupez le feu, et servez votre curry parsemé de coriandre et/ou de graines avec l’accompagnement de votre choix.

curry-vegan-poischiches-patatedouce2

 

Ce genre de curry pourrait-il vous plaire?
Avez-vous aussi des appréhensions quant à la cuisine végétale?

57 commentaires

  1. Bonjour,
    sincèrement as-tu déjà ouvert un livre de cuisine française? j’en ai franchement marre de lire partout ces clichés « la culture française place la viande et les produits laitiers au coeur de chaque plat ».
    Parce que les français seraient plus riches que les autres et pourraient se permettre un rosbif à chaque repas? Au contraire, la cuisine de tous les jours est faite de quiches, tartes, soupes, crudités, ratatouille en été, salades de lentilles, feves, omelette à l’oseille… Mais c’est sûr que les poireaux-oeufs durs ou une quiche de blettes c’est moins chic sur instagram et que malheureusement les patates douces ne poussent pas très bien en France.

    Et puisque tu parles de « curry » dans la cuisine indienne il y a du yaourt à tous les repas… du fromage, des lassis.. Et les plats de fête peuvent être composés d’agneau ou de poulet!
    Désolée pour le coup de gueule matinal mais franchement il faudrait peut-être un peu sortir de ton monde barcelono-bobo-quinoa-green juice et tu verras qu’on trouve aussi du plaisir à se nourrir de manière équilibrée en France pour peu qu’on s’y intéresse.

    • C’est assez rigolo ce que tu dis parce que la plupart des plats que tu cites ne sont pas végétaux justement: on met du fromage et de la crème (ou simplement du beurre) à peu près partout. Et sinon, effectivement, il y a les oeufs – toujours animal donc. À part éventuellement dans les salades (quoi qu’il suffit de regarder les menus des restaurants français traditionnels pour se rendre compte qu’elles contiennent toujours ou des lardons, ou du saumon, ou du fromage, etc…), je persiste et signe, les produits animaux sont partout, ce qui donne à la cuisine végétale (pas végétarienne – quoique, c’est souvent le cas aussi) un air de « pas assez ».

      Quant à la cuisine indienne, ai-je dit le contraire? Ils ont une culture végétarienne ou vegan plus forte que nous, c’est absolument certain, mais je sais bien que beaucoup de leurs recettes emploient des produits animaux.

      Au fait, je me suis préparée tout un tupperware de fondue de poireaux hier soir, on devrait donc bientôt en voir sur mon Instagram, j’espère que tu seras contente! ;)

    • Je parle bien sûr de cuisine végétarienne, pas végétalienne qui je suis bien d’accord est difficile à suivre en France, même si excepté dans la quiche, je ne vois pas où il y a des produits laitiers dans les plats que j’ai cité.
      En effet ces plats ne sont pas végétaux mais comme les patates douces, malheureusement les noix de coco ne poussent pas à Paris!
      Je trouve ça triste que toute gourmette que tu te revendiques, tu limites la cuisine « française » aux brasseries dégoûtantes avec des salades de frisée aux lardons…

      • Pour quelque chose de plus local, on peut tout à fait utiliser des châtaignes à la place de la patate douce, et de la crème de soja (du Sud-Ouest français) à la place du lait de coco.

        Quant à ma vision de la cuisine française, c’est moi qui trouve triste que tu te permettes de la catégoriser de cette manière alors que tu ne sais rien de ma vie…

    • Victoria n’a clairement pas besoin qu’on la défende (j’admire d’ailleurs sa façon de rester très calme malgré ton agressivité: relis-toi, tu lui sautes à la gorge, c’en est ridicule) mais ça me gonfle cette manie de troller, de venir « pousser un coup de gueule » pour se permettre de dire des saloperies comme tu le fais à la fin de ton message.
      Ton comportement me dépasse, parce-qu’on ne vient pas ici pour lire des méchancetés mais pour passer un moment agréable, sans jugement de valeur. Ta critique n’est pas constructive, elle a juste pour but de rabaisser… et comme l’ont dit d’autres, tu ne connais visiblement pas l’engagement de Victoria dans son travail pour parler ainsi.
      Bref, pour te faire entendre ça serait bien que tu commences par respecter les autres… et après peut-être essaiera-t-on de comprendre où tu as voulu en venir.

    • Bonjour,
      ce n’est pas un forum donc je ne veux pas débattre plus longtemps mais je n’ai à aucun moment remis en question le travail de quiconque, ni remis en question la sincérité des opinions et de la démarche de Victoria. Et comme toi ça te saoule qu’on vienne « pousser un coup de gueule », moi ça me saoule de lire des choses aussi fausses, que « la culture française met la viande et les produits laitiers au coeur de chaque plat », quelque-un qui écrit ça ne peut clairement pas connaitre quoi que ce soit à la cuisine française qui est tellement variée, pour peu qu’on s’y intéresse et qu’on sort de ses préjugés.
      Franchement, il faut parfois sortir un peu des clichés bobo « y a que le quinoa et le lait de coco dans la vie », surtout quand on se revendique être une grande gourmette. Peut-être que Victoria pourrait profiter de sa culture gastronomique et son intérêt pour la cuisine pour démontrer qu’on peut bien manger équilibré sans uniquement utiliser les sempiternels sesame/avocat/kale/pois chiches/lait de coco qu’on voit fleurir partout?

    • Tu as le droit de donner ton avis (heureusement) mais il est bien triste que tu ne te rendes pas compte que tu l’as fait maladroitement…

      Tout le monde peut s’exprimer et ton avis vaut autant que celui d’une autre, mais y a la façon de le faire.

    • Bonjour Ninouille,

      Je me permets de te répondre parce que je trouve ton commentaire très intéressant.
      Je suis grande amatrice de cuisine française et de cuisine du monde et j’adore manger au restaurant.

      Je dois dire que depuis que je me suis tournée vers une alimentation plus centrée vers le végétale (je ne suis pas encore végétarienne à 100% et loin d’être végétalienne), ma vision d’un repas au restaurant a changé. Je me suis rendue compte que de nombreux restaurants en France proposent souvent des plats centrés autour d’une belle pièce de viande ou de poisson.
      C’est quelque chose dont je n’avais pas conscience jusqu’à récemment parce que d’une part je n’y faisais pas nécessairement attention et que d’autre part, quand je cuisine chez moi je peux cuisiner ce qu’il me plait :)

      Certes la cuisine française offre de nombreuses possibilités de plats sans viande / sans poisson mais ce n’est pas cette cuisine qui est emblématique de la « cuisine française ». Alors oui, on peut twister toutes les recettes (ce que je fais chez moi) mais finalement, c’est assez rare de trouver un plat végétarien (encore plus végétalien!) dans un restaurant qui ne l’est pas, et je dois dire que je ne crois pas avoir déjà vu un restaurant qui proposait en plat phare de sa carte une ratatouille avec du riz ;)

      Après une semaine de vacances passée auprès de ma famille dans ma région d’origine (l’Alsace) je suis forcée de le constater, il m’est arrivé quasi-systématiquement de me retrouver dans de (très) bons restaurants avec ma famille, mes grands-parents… mais où les légumes et les céréales n’étaient « que » des accompagnements pour mettre une viande, un poisson en valeur.
      Bien sûr, il existe des petits bistrots un peu plus ouverts vers d’autres recettes, mais je parle ici de restaurants un peu moins « cantine » (dans le sens positif du terme ;) ) où mes grand-parents seraient susceptibles d’avoir envie d’aller manger.

      Je ne sais pas où tu vis, peut-être dans une région qui propose plus d’alternatives, mais je pense que tu te trompe – au moins en partie :)

      Pour ma part j’attends impatiemment des restau de cuisine française qui proposeront des recettes moins tournées vers la viande et les produits animaliers – comme le disais Victoria.

      Bonne journée à toi et merci Victoria pour ton joli article qui moi m’a donné bien envie :)

    • Bien que je trouve son commentaire un peu violent dans le ton, je rejoins Ninouille au moins sur un point (enfin, je ne suis pas sûre que ce soit son point de vue, mais c’est en tout cas ce que j’ai compris) : Victoria, de par ta « notoriété » (toute relative, certes, mais elle existe), tu as maintenant une certaine responsabilité. Et en particulier, celle de ne pas « désinformer » (tant que possible) tes lecteurs, c’est-à-dire dans ce cas précis, éviter les généralités/généralisations abusives, même quand il n’apparaît qu’après publication (tout le monde a le droit de se tromper :D) que tu en as énoncé une. En l’occurrence, Ninouille n’a pas tort en disant que l’introduction de ton article énonce un préjugé sans doute un peu faux, et par honnêteté intellectuelle, je pense que tu pourrais y revenir publiquement, soit pour assumer ton point de vue (après tout, c’est ton droit), soit pour rectifier un peu tes propos.
      Par ailleurs, Ninouille souligne aussi le fait qu’effectivement, tu parles souvent de produits pas ou peu produits en France. Encore une fois, c’est ton droit de vouloir promouvoir des produits plus « exotiques », ça permet à certains d’ouvrir leurs horizons culinaires, et moi je trouve ça super bien. Mais être végéta*ien, c’est peut-être bien (chacun sa vie), être locavore c’est peut-être mieux (chacun son avis). Personnellement, j’essaie de manger le mieux possible selon mes critères, je mange peu ou pas de viande, mais l’eau de coco ou autres smoothies (achetés) que je vois sur ton instagram (par exemple), très peu pour moi, ne serait-ce que pour les déchets que génèrent ces micro-bouteilles. Le tofu, les patates douces, les avocats, idem, je ne dis que c’est impossible, mais j’arrive pas à en trouver qui aient une empreinte carbone faible. Alors je limite un maximum. Chacun ses priorités finalement : sa santé personnelle ? l’écologie ? le respect animal ? le plaisir gustatif ?
      Morale de l’histoire : peu importe ce que tu feras, il y en aura pour te critiquer (et sûrement souvent à raison dans le fond, plus rarement dans la forme), mais dis-toi qu’il vaut toujours mieux faire les choses à moitié bien que les faire entièrement mal !

      • Bonjour Sonia,

        Disons que le problème commence lorsque l’on se permet de venir juger mes choix de vie et de consommation alors que, d’une part, se baser sur quelques images et informations virtuelles à propos d’une personne que l’on ne connaît en réalité absolument pas me semble bien peu solide, et que d’autre part, je n’ai JAMAIS érigé mes propres choix et opinions en parole d’Évangile, ni les ai jamais imposés à personne, ni me suis JAMAIS permise de donner mon avis sur l’assiette des autres quand on ne me l’a pas demandé.

        Je suis certes un modeste « personnage public » mais la publication d’articles et de photos ici ou sur mes réseaux sociaux, surtout au vu de la quantité impressionnante de temps qu’elle me demande, ne donne en rien le droit à quiconque de m’agresser ou de me juger de la sorte, bêtement et de manière simpliste, ou de me marquer des limites sous prétexte de « responsabilité ».

        Je suis ravie si tu es locavore et que cela te convient. Je veux bien te croire, puisque j’achète l’immense majorité de mes produits dans une coopérative locale (et oui, le soja est français, et la plupart de mes avocats + mes patates douces sont locales, désolée si je vis en Espagne et que nous n’avons pas les mêmes produits). Mais mes choix ne regardent personne d’autre que moi, et je n’ai pas besoin que toi ou une autre personne y appose une échelle de valeurs.

        Comme tu le soulignes bien, chacun son avis. Les choses ne sont pas toutes noires ou toutes blanches, et peut-être qu’en mangeant zéro viande mais un peu de quinoa, mon impact sur cette planète est bien moindre que quelqu’un qui mange de la viande de sa région. Ou peut-être pas. Qui es-tu, qui est-elle, qui suis-je pour en décider unilatéralement? Ce type de calculs est infiniment trop complexe pour être simplifié de la sorte.

        En ce qui concerne ma phrase d’introduction, je n’en ferai rien de particulier puisque je la maintiens telle quelle. C’est mon opinion, construite à partir de mon expérience, et j’ai un droit absolument inaliénable à l’affirmer, surtout que je suis persuadée de mes propos malgré les arguments agressifs de Ninouille, qui ne m’ont absolument pas convaincue.

        Je continuerai sur ce blog à écrire ce que j’ai envie, à y partager ce que je veux y partager, et à juger moi-même de la responsabilité qui est la mienne – je suis une grande fille, et j’en suis tout à fait capable toute seule. Cela ne plaira jamais à tout le monde mais ce n’est pas ce que je demande; le respect en revanche, est dû à chacun, et ce n’est pas parce que laisser un commentaire plus ou moins anonyme sous un article est si facile que je n’y ai pas le droit moi aussi.

    • Bonjour Victoria,

      Tu n’as pas à t’excuser de vivre dans un pays où tu as accès à des produits différents, il ne faut quand même pas exagérer :) Par ailleurs, je perçois (à tort ?) dans ta réponse une pointe d’agressivité : je suis désolée si mon commentaire a pu te paraître « méchant / donneur de leçon / ou ce qu’on voudra bien y mettre », ce n’était pas du tout mon intention. Ce n’est pas parce que je soulignais qu’il y avait peut-être des pistes de réflexion intéressantes dans le commentaire de Ninouille (qui n’est peut-être pas une fille ;P), sinon un fond de vérité, qu’il faut tout de suite me classer dans la catégorie des agresseurs.

      Tout ce que je voulais dire, c’était qu’il fallait distinguer le ton d’un commentaire de son contenu, et qu’une « critique » (= une remarque négative) n’est pas forcément un jugement ou une attaque. Malheureusement, un message écrit un peu vite (joie de l’internet !) peut contenir une charge émotionnelle très négative, ou tout simplement être très mal lu. En l’occurence, en relisant nos commentaires, je pense que personne ne s’est vraiment permis de « juger » tes choix, ta vie. La plupart des remarques concernait des choses plus factuelles : une phrase de ton article, les produits que tu mettais en avant… C’est sûr que c’est plus agréable de ne lire que des messages de soutien et d’encouragement, mais comme tu es une grande fille, tu devrais pouvoir accueillir un débat d’idées :)

      Quand je donnais mon propre exemple, c’était justement pour dire que moi (aussi), j’ai fait des choix de consommation qui s’accordaient tant que possible avec mon *propre* (j’insiste bien) système de valeurs (que je ne place ni au-dessus, ni en-dessous du tien ou des autres), et qui donc (à cause de mes revenus, de mon lieu de résidence, de mes goûts, de mes priorités, de plein plein de choses) fait que je ne consomme pas comme toi. Et que, comme tu le soulignes bien, personne ne pourra jamais nous départager et dire « c’est toi qui as raison et toi tort ». (Un grand mathématicien — je pense qu’il s’agit de Poincaré — a prouvé un jour que même si nous avions en main TOUTES les informations, chiffres, mesures… pour éventuellement calculer l’impact GLOBAL de notre mode de consommation, bien que le problème soit entièrement déterministe, il nous serait impossible de le faire. C’est la théorie du chaos, vulgarisé sous le nom d’effet papillon. En gros, il y a tellement de données en jeu que la moindre petite approximation — inévitable quand il s’agit de calculs numériques — peut s’amplifier et changer totalement le résultat. Je préfère faire appel à une théorie mathématique bien éprouvée car, dans la démonstration mathématique, pas de jugement ni de mépris(e)…). Nous avons chacune suivi nos propres critères pour décider. C’est ni bien ni mal, c’est juste un fait.

      Voilà, tout ça pour dire finalement que « l’habit ne fait pas le moine ». Ce n’est pas parce que le ton était agressif, que l’intention principale n’était pas bonne, qu’il faut rejeter entièrement un commentaire (encore que toi, je trouve que tu as intelligemment réagi à celui de Ninouille, ce qui n’est pas toujours le cas de tout le monde — mais l’agressivité appelant l’agressivité…). Et ce n’est pas parce qu’on donne un avis, une suggestion (voire un conseil ! quelle audace) qu’on s’est placé automatiquement en position « moi, je sais mieux que toi ». Au contraire, on a juste une idée à partager, tant mieux s’il s’avère qu’elle était bonne, tant pis si quelqu’un parvient à la mettre en défaut… Et toi, tu as la chance via ton blog de pouvoir confronter tes opinions à celle de ton public (même si ça doit être difficile à vivre parfois).

      Bon j’arrête là, je sens que je vais m’enfoncer davantage en poursuivant ma démonstration ratée. J’ai raté ma vocation d’avocat du diable, faut croire ! En tout cas, bonne continuation à toi !

      • Bonjour Sonia,

        Tu as raison, je perds un peu patience et je te prie de m’en excuser.

        Je grince un peu des dents devant certains de tes mots (suggérer que je ne suis pas ouverte aux débats est une complète erreur à mon sens, parce qu’il y a une différence entre soulever respectueusement des questions intéressantes qui enrichissent le sujet, et débiter des critiques agressives pas plus fondées que mes propres propos) mais dans l’ensemble je comprends ce que tu veux dire.

        Simplement je suis profondément fatiguée de devoir constamment tout justifier et de devoir répondre de chacun de mes actes comme si mes choix personnels étaient sujets à débat public. Je suis désolée mais encore une fois, le fait de publier sur internet certains contenus ne signifie en aucun cas que je sois obligée de me plier aux systèmes de valeurs de tout le monde ou de répondre de tout. J’ai mes opinions, mes choix, qui sont réfléchis et qui sont les miens, et j’aimerais qu’ils soient respectés, et surtout que les contenus ponctuellement lus ou vus sur internet soient pris pour ce qu’ils sont: une infime partie, simplifiée, de ce qu’est ma vie, sans que ce ne soit jamais un reflet total de ma réalité qui est évidemment bien plus complexe.

        Questionner est une chose, critiquer en est une autre – je sais bien que la limite est ténue et délicate mais moi je la ressens parfaitement. Ce n’est pas une question de qui en sait le plus ou le mieux, je ne prétends pas avoir la science infuse, loin de là. J’ai eu l’occasion d’avoir des discussions passionnantes avec certaines lectrices qui n’étaient pas forcément d’accord avec moi et justement m’ont permis de nuancer mon avis, et je trouve cela précieux. Mais le ton et l’attitude constante de « chercher la petite bête » qu’ont certaines personnes ici ou sur les réseaux sociaux est extrêmement pénible, et recevoir constamment ce genre de retours me rend irritable, c’est vrai, mais je crois que beaucoup le seraient dans ma situation (ou pas, mais je m’en fiche, moi je suis comme ça et ceci est MON espace).

        Je ne suis d’ailleurs pas la seule à considérer certains messages comme déplacés comme on peut le voir dans certains commentaires de « soutien », aussi maladroits soient-ils – il faut vraiment que les gens arrêtent d’oublier les bonnes manières sur internet et surtout de surveiller les autres comme si c’était normal.

        J’insiste, de mon côté je suis de nombreux blogs ou comptes Instagram et je ne suis JAMAIS allée donner un commentaire désagréable lorsque quelque chose ne correspondait pas à mon échelle de valeurs (et pourtant Dieu sait que j’en vois), pas une seule fois. Je laisse vivre les gens comme ils le souhaitent, tout simplement, ou alors si le sujet me touche beaucoup j’essaie d’expliquer gentiment mes interrogations. Ça me paraît le fondement de la civilité en fait…

        Bonne continuation à toi,

        Victoria.

  2. Tellement d’accord avec toi… Pour la plupart des gens que je connais, un bon repas, c’est avant tout de la viande. Et dès que tu te mets à parler de cuisine végétale (même en y mettant les mêmes arguments que toi sur la variété de goûts et le plaisir gustatif), on t’envoie gentiment sur les roses. N’en déplaise à Ninouille, on ne vit pas dans un livre de cuisine… Quoi qu’il en soit, merci pour cette recette, ça a l’air délicieux, je vais m’empresser de la tester ! Et ça tombe bien, je suis à fond sur la patate douce et le quinoa en ce moment ;-)
    Passe une bonne journée !

  3. Je ne sais pas comment tu fais pour rester aussi sereine et agréable quand on te prend à la gorge de bon matin. Est que que les gens qui te lisent garde en tête le boulot que représente chaque article que tu postes? J’ai un gros doute. Entre la rédaction du texte, les photos ratées (il doit bien y en avoir de temps en temps),le tout bien sur dans la seule volonté de partager avec tes lectrices… Surtout pour soutenir des arguments qui ne tiennent pas debout… Bon courage Victoria, et bonne journée à toi. (et bon curry).

    • Merci. J’aime la cuisine française mais quand je reçois des amies qui ne mangent pas « de tout » comme moi, essayer de la rendre végétarienne c’est déjà pas évident et végétalienne c’est quand même s’obliger à repenser une foule d’ingrédients (les tartes les plus simples sont gratinées au fromage par exemple, la matière grasse vient du lait, de la crème ou du beurre assez souvent).
      Alors je pense que Victoria a raison sur le fait qu’il faut revoir sa façon de cuisiner pour faire du vegan.
      En tous cas pour ma part, en me penchant sur la question, cela m’a permis de modifier ma cuisine au quotidien et j’en suis ravie :)

  4. J’adore ce type de plat, c’est exactement ce que j’aime, des légumes, des épices, du lait de coco et du quinoa ou du riz. C’est le genre de plat tellement réconfortant qui fait vraiment du bien je trouve ! J’aime beaucoup la cuisine végétale. Je n’utilise pas le beurre pour cuisine et la crème fraîche ou le lait très rarement. Je préfère largement les plats à base de légumes, de céréales, légumineuses et graines.
    Merci pour cette recette, je la testerai volontiers !

  5. Ca a l’air délicieux !
    Je vais tester ça dès ce soir je pense… car pour une fois, je dois avoir tous les ingrédients qu’il faut :-)

  6. Coucou Victoria :)
    Je ne commente pas souvent tes articles mais je te suis ici et sur Instagram tous les jours depuis bien longtemps ! Et aujourd’hui j’ai été bien peinée de voir qu’il y a toujours des gens qui perdent littéralement leur temps à poster un commentaire désagréable parce qu’il n’ont toujours pas compris ta démarche simple et honnête de nous faire partager tes coups de coeur en gardant toujours un regard bienveillant sur les différences de chacun et en étant tout à fait consciente que chaque individu a son propre mode de vie. Je suis parisienne d’adoption depuis deux ans et je dois jongler avec mon budget étudiant pour manger chaque mois et c’est vrai que mon mode de vie est sûrement bien loin du tiens à Barcelone où tu privilégie le bio et le vegan alors qu’il m’arrive bien souvent de finir avec des plats industriels dans mon frigo par manque de temps et de budget … Qu’importe ! Je n’ai pas supprimé la viande de mon alimentation, je n’achète pas bio tout le temps et j’aime encore de temps en temps les pizzas surgelées MAIS tes articles sont un vrai rayon de soleil pour moi :) à chaque nouvelle recette je me note dans un coin de ma tête les ingrédients et j’attend avec impatience les prochaines vacances pour tester tes recettes quand je rentre chez mes parents à la campagne ! J’aime ton blog car tu me donne de l’inspiration pour petit à petit assumer mon envie de manger plus clean et je t’avoue que tu es pour moi un modèle à suivre car je sais qu’avec le budget et le temps nécessaire je vais aussi me tourner vers une alimentation qui me conviendra mieux qu’aujourd’hui !
    En tout cas merci pour ta recette du jour elle me donne l’eau à la bouche alors qu’il n’est même pas 11h ;)
    Bisous,
    Marie

    • Merci beaucoup Marie pour ton message qui me touche beaucoup!

      Je crois que tu as parfaitement compris mon esprit et ça me fait vraiment plaisir de voir quand même quelques personnes prendre mes articles pour ce qu’ils sont, et dans leur ensemble: de simples partages, des idées, des inspirations sans prétention et très certainement sans aucune volonté de stigmatiser qui que ce soit bien que, c’est vrai, j’y exprime clairement mes propres opinions.

      Je comprends tout à fait tes histoires de budget, qui ne sont clairement pas les mêmes à Paris qu’à Barcelone où la vie est nettement moins chère. Si tu lis un peu l’anglais, je te conseille cet article de Deliciously Ella, « How to eat well on a budget », qui donne de très bonnes pistes pour mettre un peu de « mieux » dans son assiette sans vider son compte en banque: http://deliciouslyella.com/lifestyles/eat-well-budget/ J’applique moi-même beaucoup des choses qu’elle souligne et j’espère que cela pourra t’être utile!

  7. Pingback: Curry de Pois chiches, Patate Douce & Champ...

  8. Végétal, appétissant et pas trop compliqué, tout ce que j’aime. Je teste ça cette semaine c’est certain, j’ai déjà l’eau à la bouche! C’est chouette que tu proposes ce genre de recette!

  9. Ca a l’air trop bon !
    Ta recette tombe à pic, car après plusieurs semaines de mauvaise digestion et douleurs à l’estomac parce que je mangeais un peu n’importe quoi, j’ai décidé d’entamer une sorte de régime alimentaire « detox » durant tout le mois de mars. Du coup, exit les produits laitiers, café, alcool, viande, glucides pas complets, etc. Alors dur dur de se priver de fromage (vivement la fin du mois !), dur aussi de cuisiner dans ma microscopique cuisine, et alors que je rentre très tard le soir et pars tôt le matin. Mais je m’accroche, je supprime des réflexes que j’avais de longue date et j’apprends à cuisiner différemment. La démarche est super enrichissante.
    Bref, tout un pavé pour dire que cette recette est parfaite et que je vais la tester sans attendre. Merci !

  10. Il est à peine 11h et cet article me donne tellement faim ! Ça a l’air absolument délicieux !
    J’ai toujours été très carnivore et depuis quelques temps j’essaye de plus en plus de faire des plats végétariens (pas vegan par contre, je suis encore trop fan du fromage é_è), et je pense qu’avec un peu de volonté on trouve de tout en France, et les patates douces ne sont pas si rares que ça… Et je ne me suis pas du tout sentie attaquée par l’introduction de ton article, il faut bien se rendre à l’évidence, rien qu’à Paris, trouver un restaurant végétarien (ou vegan) est vraiment très difficile ! Bref, ceci étant dit, merci pour ce partage de recette <3

  11. Coucou Victoria, je rejoins le commentaire de Marie. Je ne suis pas végétarienne ni grande mangeuse de viande. Mais j’essaie avec mes moyens, mes envies et ma gourmandise de gouter à tout et de privilégier le bio dès je peux. Tes articles sont une vrais sources pour moi de découverte de ce qu’on peut manger « autrement ». ça ne veut pas dire qu’il faut exclure tout ce qu’on mangeait avant, ça veut juste dire qu’on peut manger différemment aussi. Alors merci pour tout ce que tu nous fais découvrir ! A nous de faire le tri dans ce qu’on aime ou pas ! Plein de bisous. Mathilde

  12. Hello, Juste une petite question, je n’ai pas de couvercle à ma casserolle, tu pense que je peux quand même réaliser la recette ? Désolé pour la question bête !
    Belle journée !

  13. Bonjour Victoria,

    Je lis ton blog depuis longtemps avec grand plaisir et contrairement à certaines mauvaises langues, j’apprécie beaucoup la tournure qu’il prend, liée à tes changements de vie. Il me semble qu’on évolue tous et en ce qui me concerne, je me retrouve parfaitement dans tes interrogations et tes prises de conscience. N’en déplaise à certaines… qui ne sont pas obligées de te lire d’ailleurs si cela ne leur convient pas ! Concernant ton post de l’autre jour sur les intolérances alimentaires, je me permets de te livrer ton témoignage (peut-être pourra-t-il un peu t’aider). J’ai moi-même fait un test sanguin l’année dernière, suite auquel j’ai dû réduire un grand nombre d’aliments (oléagineux, beaucoup de céréales, oeufs, lactose entre autres). Cela m’a vraiment perturbée, voir même déprimée car je le voyais comme une sanction (« interdiction » de manger ce que j’aimais + peu de vie sociale), du coup je stressais dès que je me préparais à manger et je me sentais punie. Finalement j’ai un peu fait à ma sauce, mangeant de temps en temps les fameux ingrédients car je crois qu’il est important de continuer à se faire plaisir en mangeant, sinon difficile de garder le moral. Ce qui m’a beaucoup aidée en parallèle, c’est l’hydrothérapie du colon. Pas très glamour certes mais vraiment efficace pour soigner l’intestin (surnommé le 2ème cerveau de notre corps). J’ai rencontré une infirmière spécialisée qui la pratique et qui m’a très bien expliqué d’où venaient les maux que je pouvais ressentir (dans mon cas sinusites chroniques, problèmes digestifs…). A ceux qui diront que c’est encore une tendance bobo, il faut savoir que l’hydrothérapie est pratiquée depuis des siècles dans certaines cultures à titre préventif et est même remboursée par la sécu dans certains pays.
    Bon courage dans ton cheminement vers le mieux-être !
    Désolée pour ce looong commentaire, j’espère qu’il pourra intéressé certaines lectrices.

    Camille

  14. En grande fan du curry de patate-douce coco de Deliciously Ella (que tu as sûrement testé), celui-ci me tente ENORMEMENT ! En tant que future étudiante (probablement parisienne) je suis avec attention les conseils de cette blogueuse anglaise, bien que je doute que l’Amazon français fournisse des dattes-amandes-noix de cajou à un prix intéressant… (Je suis d’ailleurs preneuse si quelqu’un connaît un site chouette pour parisien fauché).
    En tout cas merci pour ces inspirations, moi qui suis dans une campagne franchouillarde et originaire des Alpes, mais qui à la surprise de tout le monde ne digère ni n’aime le fromage-crème, je mange super bien pour autant. Et même mes parents sont conquis par des versions sans béchamel-lardons de certains plats français que je leur propose (au terme d’expérimentations plus ou moins douteuses) !
    Mais comme je suis sportive et très (trop) busy pour mon âge, je pense qu’un peu de poulet dans ce curry coco sera le bienvenu. Mais un grand merci pour la recette ! (la magie, c’est de ne pas suivre la recette et de la potasser selon nos besoins, non ?)

  15. Il me fait bien envie ce petit plat : j’ai desormais une nouvelle liste de course pour vendredi merci c’est sur je vais la faire : la preuve c’est que ton site est sur un de mes onglets depuis ce matin . Merci

  16. Lait de coco, patate douce, avocat, kale, sésame et quinoa… non ce ne sont pas des aliments de bobo anti cuisine française. ce sont des aliments comme les autres qui ont leur place dans une cuisine végétalienne ou omnivore. d’autres goûts, pas forcément chers et qui amènent de la variété. où est le mal ici ?

  17. Excellente recette, rapide et facile à préparer. J’en avais fait pour 4 alors que nous sommes 2 pour en conserver mais mon homme (qui n’aime pas les légumes) a fini le plat ! !

  18. J’ai testé hier, version sans pois chiches (j’étais persuadée d’en avoir à la maison et en fait…ben non!) et c’était incroyable ! Les restes ce midi étaient encore meilleurs. Merci Victoria !

  19. j’ai fait ce plat ce soir (sans les champignons) et toute la famille s’est régalée, merci énormément pour cette recette bien sympa !!

  20. Hop, je repasse par ici pour te dire que j’ai fait ton curry ce midi et c’était absolument délicieux : http://hpics.li/7613a71
    Mes parents et mon frère n’ont pas pu s’empêcher d’ajouter un morceau d’entrecôte à leur assiette, et ça leur a aussi beaucoup plu.
    Merci Victoria ! ^_^

  21. Ca m’a l’air délicieux comme recette !! Je vais m’empresser de la tester ce midi, bien que je n’ai pas tous les ingrédients dans le placard, c’est pas grave j’adapterai :)
    Et on oublie les rageux/rageuses, ils ne sont pas intéressants et n’ont pas l’air ouverts à d’autres avis que le leur. Pour ma part j’adore la cuisine bien franco-française comme on peut dire (avec de la viande, du fromage etc..) mais ça ne m’empêche pas de manger autre chose et d’en être tout aussi contente et satisfaite :D
    En tout cas bravo pour ton blog et merci pour tes recettes, ça donne de l’inspiration !!

    Bonne continuation,
    Marie

  22. Recette testée et validée ce soir ! Un régale… Mon homme n’en revient pas, il s’en est servi deux assiettes (et il est difficile à convaincre avec des recettes sans viande qui pour lui est synonyme de « satiété »). On refera! Je n’avais pas d’amandes (pas de noix pour moi qui suis allergique) et je peux dire que c’est quand même très bon sans. Merci!! Et continue comme ça, une cuisine généreuse, pleine de goût, simple, merci pour tes partages.

  23. Cela fait deux fois en deux semaines que je réalise cette recette dont je suis définitivement amoureuse. Elle est absolument parfaite : pour une fois, je n’ai rien changé dedans, moi qui ai l’habitude de tout customiser en cuisine. C’est la deuxième fois que je cuisine l’un de tes plats, et la deuxième fois que je suis conquise ! Je vais donc me pencher plus en détail sur ta rubrique recette (la brownie à la patate douce est en haut de la liste, j’ai hâte de le comparer avec mon choucou à la courgette de chez Clea cuisine). Merci beaucoup pour toutes les jolies choses que tu partages ici gratuitement et ton constant souci de bienveillance. Sache que s’il n’est pas compris par la totalité des lecteurs/lectrices, il est hautement apprécié par une partie d’entre eux, dont je suis !

  24. Je viens de faire ta recette ! Un régal ! Je l’ai accompagnée de millet, c’était juste parfait ! J’avais justement fait cuire des pois chiches (que je congèle en quantité) et quelques épinards frais. Je ne suis pas fan de la noix de coco mais le lait de coco cuit passe très bien : léger en goût et il rend la recette très onctueuse.
    J’ai mis a page dans mes favoris et je m’en vais explorer ton blog plus avant !
    Je testerai ta proposition chataîgnes/ crème de soja (ou de riz ou d’amande !)
    Un grand merci pour ton partage !

  25. coucou,
    ta recette a l’air sympa !
    Faut-il fait cuire la patate douce à l’eau avant de la faire revenir avec le curry ?

  26. Cela faisait un petit moment que cette recette était dans mes favoris, je l’ai essayé aujourd’hui, ma coloc et moi toutes les deux veggies et fan de tes recettes avons adoré ! Merci à toi ! :)

  27. Pingback: Saveurs d’automne : 15 idées de recettes

Répondre

Naviguer