#clublectureMS Novembre 2016

Avec un peu de retard, voici enfin venue l’heure de la nouvelle édition du club de lecture !

En ce mois de novembre, avant de nous plonger dans la douceur de Noël, je voulais vous proposer une thématique assez différente de ce dont nous avions l’habitude jusqu’à présent: une littérature engagée, réaliste, qui dénonce à travers la fiction les maux de notre temps.

J’ai choisi pour cela un sujet que je trouve important et actuel: celui de la condition féminine dans des pays du Proche-Orient ravagés par l’intégrisme religieux. La sélection initiale proposait différents romans a priori touchants, voire bouleversants, et éclairants, chacun à leur manière, sur cette problématique.

Je viens aujourd’hui, comme d’habitude, vous révéler le titre qui a été choisi par vos votes durant le sondage de ces derniers jours, en espérant que vous soyez à nouveau nombreux à participer à notre lecture commune à grande échelle !lecture

Malgré un combat au coude à coude, jusqu’à la fin, avec le deuxième titre le plus plébiscité (qui finit avec seulement 2 voix de différence), le livre choisi pour cette édition est:

Le voile de Téhéran

Je suis ravie de découvrir ce roman autobiographique d’une femme iranienne, dont la critique politique et sociale lui a valu une interdiction de publication dans son pays – preuve très claire, s’il en est, de la véracité et de la valeur de son témoignage. Je pense qu’il s’agira d’une lecture très intéressante. Et puis lire un roman interdit, c’est, à notre toute petite échelle, soutenir la liberté d’expression !clublecturems-nov2016

Titre: Le Voile de Téhéran

Auteur: Parinoush Saniee

Éditeur: Points Grands Romans

Date de parution: Mai 2016 (première publication en 2003)

Nombre de pages: 613 pages

Mots-clés: Iran, condition de la femme, mariage forcé, intégrisme religieux…

Résumé: Massoumeh a 16 ans, et un rêve : poursuivre ses études. Sur le chemin du lycée, elle rencontre Saiid, avec lequel elle partagera un amour innocent… mais ses frères les découvrent. Battue par sa famille, elle est mariée de force à Hamid, de 14 ans son aîné. Par chance, il la respecte et l’encourage à se libérer de la tyrannie et de la tradition. Mais entre la chute du shah, la montée de l’intégrisme religieux et la guerre, le couple est rattrapé par l’histoire mouvementée de son pays.

Où le trouver? Chez votre libraire, sur internet (Amazon, Decitre, Gibert JosephFnac, La Librairie…) ou en bibliothèque. Il est également disponible en version numérique.

***

Que pensez-vous de la thématique du mois ?
Est-ce un sujet important à vos yeux ?

Bonne lecture à tou(te)s !

NB: Vous découvrez tout juste le club ? Le concept est très simple: il est ouvert à tous, et fonctionne globalement avec le hashtag #clublectureMS, que vous pourrez utiliser sur les réseaux sociaux. La dernière semaine de chaque mois, nous votons parmi une sélection thématique de 5 romans, que j’annonce à divers endroits. Enfin, nous lisons ensemble celui qui a été choisi durant les quatre semaines suivantes. Vous pouvez voir tous les articles que je lui ai dédié sur le blog ici. Enfin, vous pouvez nous rejoindre sur le groupe Facebook, où nous sommes nombreux à échanger sur les livres du mois, ainsi qu’à partager nos conseils !

20 commentaires

  1. Ahhhhh voilà le titre choisi. Celui que j’avais choisi se trouve en 3ème position mais pour tout avouer, j’ai eu du mal à faire un choix ce mois tant toutes les histoires semblaient intéressantes. C’est un très bon choix de thème, je suis heureuse de me plonger dans cette histoire interdite car comme tu le dis si bien il faut qu’on profite de la chance qu’on a, en tant que femme occidentale, de pouvoir être libre de dire et de lire ce qu’on a envie.
    Bon dimanche!

  2. Oh ! Je l’ai lu cet été et j’ai vraiment adoré. Je suis sûre qu’il vous plaira à tous et toutes. Ou en tout cas que vous en sortirez touchés. Pour ma part, tous les autres livres me tentaient : ils étaient déjà tous dans ma bibliothèque, attendant d’être lus. Malheureusement en cette année de concours je n’ai pas une minute :(. J’ai hâte de voir vos avis en tout cas, bonne lecture !

  3. Bonjour,

    Je ne pense pas lire ce roman.
    J’ai toujours cette impression que les romans du proche orient ont la même approche : soumission de la femme, conflit avec la famille et l’héroine qui finit par s’en sortir après une longue bataille.

    Etant moi meme d’origine arabe, j’ai du mal avec ces histoires.
    Non qu’elles soient fausses ou qu’elles ne le touchent pas. Bien au contraire.
    C’est plutôt cette vision manichéenne qui me gêne.
    J’aimerais un jour un livre sur le côté positif de ces pays : toutes les familles ne sont pas horribles, toutes ne veulent pas marier leurs filles avec le premier venu et toutes les femmes ne sont pas de pauvres victimes d’un système patriarcal.

    Le sentiment qu’ici, en france, en europe, on ne met en avant que des histoires quasiment toutes identiques : une femme qui essaie de s’en sortir dans ces pays de fous guidés par des valeurs ancestrales et leurs bridant toutes leurs libertés.

    Alors oui, la réalité est loin d’être flatteuse mais il existe aussi d’autres réalités où la femme a le contrôle de sa vie, avec l’aval de sa famille, où elle est valorisée, libre d’être elle même. Oui ça existe.

    Tous les pays et familles arabes ne sont pas un gouffre sans fond pour les femmes. Cette image ne me correspond pas et ne correspond pas à toutes les réalités.

    • Je comprends tout à fait ce que tu dis !

      Moi-même je déteste les clichés qu’il peut y avoir sur la culture arabe (et toutes les cultures en général): dans beaucoup de pays, la condition de la femme est très problématique dans la société en général (très concrètement, au niveau des droits fondamentaux par exemple) mais cela ne veut évidemment pas dire que ce soit le cas pour TOUTES les familles. Tu as raison de le souligner, et ce n’est à aucun moment ce que je pense.

      Un contre-exemple intéressant pour l’Iran est celui de Marjane dans Persepolis, une femme forte, battante, qui a eu la chance de naître dans une famille très libre et cultivée. J’ai aussi lu récemment un roman policier que j’ai adoré, BAAD: il se déroule en Afghanistan, et pourtant le commissaire afghan a une relation très chouette avec sa femme, pleine de respect et de liberté – tout en essayant de ne pas s’attirer les foudres de la société qui les surveille. Et d’ailleurs, le roman qui a été choisi inclut apparemment un homme très compréhensif qui va encourager la protagoniste à se battre pour sa liberté (rien n’est tout blanc ou tout noir dans un bon roman, même s’il constitue de manière générale une critique).

      Cela dit, qu’il existe des exceptions n’empêche pas de se renseigner sur ce qui est dénonçable et, c’est vrai, souvent dénoncé. Parce que c’est quand même important non ? C’est important de se rendre compte qu’il faut se battre pour que les femmes d’Iran, d’Afrique ou d’ailleurs cessent de vivre ces horreurs.

      Et si beaucoup d’ouvrages paraissent à ce sujet, cela ne veut pas dire en revanche que tout le monde les as lus. Moi par exemple, je veux en savoir plus sur les conditions exactes de ces femmes, parce que je n’ai pas lu grand chose à ce sujet à part Persepolis et des articles de presse. Si cela me permet d’être inspirée par la force de cette héroïne à me battre moi-même au quotidien pour le droit des femmes, alors je crois que cela ne pourra être qu’extrêmement positif pour tout le monde.

    • Salut !
      Je me permets de répondre à ton commentaire :)
      Je vais faire plutôt court :)
      Comme l’a souligné Victoria il y a beaucoup de livres de ce genre là mais pas tout le monde les lit. Donc c’est bien d’avoir plusieurs choix pour se diriger vers celui qui nous inspire le plus.
      Après dans le monde de la littérature, est ce que tu penses que ce serait intéressant une histoire où tout se passe normalement ? Où la fille est incitée par ses parents à choisir l’homme qu’elle aime, où elle se marie avec cet homme et où ils ont une vie tout à fait normale ? Moi je pense que ça ne serait pas un livre qui se vend …
      Bises,
      Nisrin.

  4. Je commence à connaître ton ouverture d’esprit Victoria et en aucun cas je ne veux je sais que tout n’est blanc ou noir.
    Je connais aussi persépolis et c’est très encourageant, j’ai été très contente lors de sa sortie.

    Evidemment qu’il est important de souligner, de parler, de dénoncer ce qui se passe et ceci à tous les niveaux et dans tous les pays.

    Ce que j’essayais de souligner, c’était surtout ma lassitude vis à vis des opinions que l’ont peut lire – voir – écouter un peu partout sur la condition de la femme dans ces pays : que ces opinions soient de politiciens, d’intellectuels ou du citoyen lambda.
    C’était pour moi un petit coup de gueule sur le ressenti actuel et de l’actualité depuis quelques années.

    Alors peut être qu’un jour je le lirais, mais pas tout de suite.

    EN tout cas, je lirais les avis des unes et des autres :)

    • Ne t’inquiète surtout pas Chou, je n’avais pas du tout pris ton coup de gueule personnellement.

      Je ne suis pas moi-même d’origine arabe, mais j’ai le coeur lourd rien qu’en imaginant ce que votre communauté peut vivre, particulièrement en ce moment. Je n’ai de cesse d’essayer de combattre les pensées nauséabondes et les clichés partout où je le peux. Mon but n’était pas du tout d’en remettre une couche. Je suis vraiment désolée si mon choix a été maladroit.

      Et en même temps, je voudrais tellement que l’on puisse parler de toutes ces thématiques sans arrière-pensée, sans langue de bois, sans malaise, juste parce que ce sont des sujets importants pour lesquels il faut se battre !

      J’ose avoir confiance dans les lectrices de ce blog, et en leur capacité à voir toutes les nuances que tu as justement remarquées. J’espère aussi que ce roman sera intelligent, et non manichéen – dans le cas contraire, tu peux compter sur moi pour le souligner. En tous cas oui, les avis de chacun te donneront peut-être une idée plus précise de s’il vaut la peine ou pas !

      • Ne t’inquiètes pas non plus, ton choix n’a pas été maladroit. Je suis toujours ravie quand d’autres personnes découvrent de nouvelles cultures. Moi même très friande des pays nordiques, je me régale quand tu parles d’Amsterdam :)

        J’espère que cet ouvrage donnera aux lectrices l’envie d’en savoir plus sur ces pays, leurs histoires, leurs richesses; leurs beautés et leur intelligence. Et surtout aller plus loin que de « simple » histoires geo-politiques et monétaires qui font que nous en sommes là aujourd’hui : à remettre en cause la vie de la FEMME.

  5. Je n’avais pas voté pour celui-ci mais comme il était mon second choix, je suis ravie ! Le thème est on ne peut plus important et permet de dénoncer une réalité, une oppression que vivent hélas encore, de nombreuses femmes aujourd’hui. Je tiens à souligner qu’il s’agit de mon tout 1er book-club (eh oui ^^), je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de romans mais je suis heureuse de partager cette lecture avec vous-autres lecteurs/lectrices durant 1 mois :)

    En revanche, ne possédant pas Facebook, j’aimerais savoir où partager mon ressenti à la fin du livre ?

    • Hello!
      Je me permets de te répondre car moi-même je n’utilise pas vraiment Facebook.
      Victoria, fait toujours un article de ses dernières lectures et il y aura donc son avis sur ce livre. Dans les commentaires tu peux donc aussi donner ton avis comme ça les autres lectrices le verront :)

      • Merci beaucoup pour ta réponse ! Je participerai donc en commentaire :)

  6. C’est un sujet qui me touche énormément et qui est plus qu’important à mes yeux car je pense que la condition de la femme dans le monde entier est encore loin d’être égal à l’homme très bon choix de roman ❤️

  7. Je n’avais pas vu quel était le thème de ce mois ci mais c’est une très bonne surprise cette lecture va être très enrichissante je pense !!

  8. bonjour Victoria,

    J’ai une petite question sur le club de lecture, je ne savais pas trop où la poser…..

    Je suis de Toulouse et nous avons constaté avec certaines filles qu’il n’était pas toujours facile de s’y retrouver dans le club FB pour échanger entre personnes de la même ville. Notamment pour créer des réunions « IRL » : certaines loupaient les rencontres car selon le fil d’actualité cela passe à la trappe.

    Nous aimerions donc créer un groupe spécifique à notre ville pour faciliter ces échanges, la question est donc : est ce que cela te poserais problème que nous réalisions une extension de ton groupe ?

    Merci de ta réponse Miss amsterdam
    Au plaisir

    • Coucou Chou !

      Je vais réfléchir à une manière de faciliter les rencontres sans créer d’autres groupes affiliés: le clublectureMS est une « création » à moi, il est associé à mon nom, or je ne pourrai jamais gérer en plus des extensions régionales parce que je suis toute seule et déjà débordée… Je reviendrai vers toi et les Toulousaines si je trouve une solution, ou n’hésite pas si vous vous avez d’autres idées !

  9. On pensait le gérer le nous- mêmes avec des admins. Mais effectivement, on en parlerais dans le groupe et ça permet aux différentes personnes de suivre le groupe général et aussi le groupe lié à leur ville.
    Un peu comme le groupe « échange de livres#clublectureMS » qui est aussi géré par une toulousaine.
    C’est exactement dans le même esprit.

  10. Hello Miss,

    Je ne suis pas sur Facebook alors j’ai décidé de faire mon retour sur cette lecture ici.

    Ce roman m’a un peu déstabilisé.
    J’ai beaucoup de mal à me faire une opinion sur l’héroïne de ce roman.
    Sa première facette est celle de la femme révoltée, avide de se cultiver, optimiste à toute épreuve et qui apprend à s’affirmer au fil des pages
    La deuxième, totalement à l’opposé, une femme très croyante, respectueuse des traditions et qui s’efface devant la volonté des personnes qui l’entourent.
    La trame laisse à penser que la première facette va l’emporter et la conclusion est assez simple: Les traditions et le modernisme arrivent parfaitement à cohabiter. Le parcours de cette femme en serait le parfait témoin…
    La conclusion n’est pas du tout celle que l’on attendrait. Le livre se termine dans une ambiance déprimante et abonde dans le sens des préjugés sur la condition féminine dans les pays du Moyen Orient.
    Dans quelle mesure ce roman est-il autobiographique, dans quelle mesure cette fin est-elle loin de la réalité? Je suis donc mal l’aise avec ce roman car je ne sais pas trop quoi en penser, en conclure.
    Je lirai volontiers un autre ouvrage sur ce thème pour me faire une meilleure idée.

    Mystinguett

  11. Pingback: Le Voile de Téhéran - Je ne sais point lire

Répondre

Naviguer