Retour en Écosse #3 – Lewis & Harris

Arriver sur Lewis & Harris, c’est presque quitter un peu l’Écosse moderne – on trouve sur cette île une atmosphère et une culture bien particulières.

Le voyage en ferry, effectué depuis Skye dans notre cas, est long (2h30 environ, sans compter le temps d’attente avant embarquement). On arrive ensuite à Tarbert, au sud de Harris, et la route nous emporte au coeur d’un paysage presque désertique – d’imposantes collines noires de tourbe et de roches, des maisons de pierres en ruines, de grandes étendues de steppe encore plus ou moins roussie, ponctuées de lochs dont la surface vibre sous le vent… Les personnes que nous croisons ont un accent à couper au couteau, et les panneaux d’indication sont écrits en gaélique avec, pour les informations les plus importantes, une petite traduction anglaise au-dessous.

Oui, malgré un grand soleil, il y a vraiment quelque chose ici de l’atmosphère lourde d’Histoire décrite par Peter May dans la trilogie de Lewis (L’Île des chasseurs d’oiseaux, etc…).

Face à cette impression de bout du monde, la capitale de l’île, Stornoway, offre un contraste saisissant. C’est une véritable petite ville de province, avec toutes sortes de boutiques et de services, et une bonne dizaine de milliers de résidents !

Vous l’aurez compris, Lewis & Harris est un lieu assez fascinant et unique. Nous avons malheureusement manqué de temps pour en découvrir toutes les facettes (48 heures, avec les différents temps de déplacements, c’est trop peu !), mais ce que j’en ai vu m’a énormément plu, et j’espère y retourner un jour.

En attendant, je viens partager avec vous quelques photos de notre séjour (encore une fois, j’en ai très peu, car je préférais observer la route tranquillement, sans pression), les trois visites principales que nous avons faites (je les ai adorées), et 2-3 bonnes adresses. C’est parti !isle-lewis2isle-lewisisle-lewis4

CALLANISH STANDING STONES

Le cercle de Callanish (ou Callanais en gaélique) est l’un des lieux les plus magiques qu’il m’ait été donné de visiter – j’ai absolument adoré le découvrir (non sans une pensée émue pour Craigh Na Dun dans Outlander, bien sûr, on en parlait ici !).

Plusieurs milliers d’années ont passé depuis son érection en 2900 ou 2600 avant J.-C., et aujourd’hui encore, personne n’est réellement capable de savoir pourquoi les hommes de l’époque ont fait l’effort (extraordinaire, vus leurs moyens limités) de transporter et placer ainsi ces énormes pierres.

L’excellente exposition du musée accolé au site donne quelques pistes d’interprétation: s’agissait-il d’un observatoire lunaire préhistorique ? D’un lieu de culte ? D’un lieu de rassemblement pour la communauté ? L’alignement des menhirs avec le soleil et la lune à des moments clés de l’année (comme le solstice d’été) sont-ils de pures coïncidences ? Pourquoi y a-t-il une tombe au centre du cercle, devant la pierre principale ?

Les différentes traces laissées par les civilisations de l’époque nous apprennent aussi beaucoup sur l’évolution de l’humanité, de ses activités et de ses connaissances, entre le néolithique et l’âge de bronze notamment. Fascinant !

Le cercle principal est accompagné de deux autres cercles mineurs que vous pourrez découvrir en vous promenant à pieds dans les environs – comptez au moins une heure et demie pour tout parcourir. Une visite unique et mystérieuse que je recommande absolument !isle-lewis-callanish isle-lewis-callanish2 isle-lewis-callanish3 isle-lewis-callanish4 isle-lewis-callanish5 isle-lewis-callanish6

ARNOL BLACKHOUSE MUSEUM

S’il y a bien quelque chose à ne pas rater pour comprendre l’héritage culture de Lewis & Harris, ce sont les blackhouses: ces maisons de pierre sèche au toît de chaume étaient l’habitat populaire traditionnel de l’île (ainsi que dans certaines autres parties des Highlands) jusque dans les années 1960. Aujourd’hui, l’immense majorité d’entre elles sont en ruines, abandonnées pour des bâtisses plus modernes (appelées whitehouses), mais l’on trouve encore de bonnes reconstitutions, ainsi que quelques rares specimens entièrement préservés en l’état. Le Blackhouse Museum d’Arnol, sur Lewis, en est un excellent exemple; plus qu’un musée, c’est une véritable relique d’un autre temps qu’il nous est donné d’expérimenter.

La maison se présente sous la forme d’un bâtiment long, auquel on accède par une toute petite porte. Dès que l’on entre, l’odeur puissante de fumée assaille les narines: chaque matin, les employés du musée raniment le feu de tourbe situé dans un foyer ouvert au coeur de la pièce principale – c’est ainsi que les familles se chauffaient et cuisinaient. Détail étonnant: il n’y a pas de cheminée ! La fumée filtre à travers le toît, noircissant les murs et le plafond.

La maison est divisée en une partie dédiée au bétail, qui logeait dans le même bâtiment, et une aile consacrée à la vie familiale, où les meubles et les objets ont été conservés exactement comme ils l’étaient lorsque les propriétaires ont quitté la construction en 1966 (même les draps et les literies sont intacts !).

Sur le même site, on peut aussi visiter une autre blackhouse en ruine, et la whitehouse, petite maison classique, qui l’a remplacée avec un confort un peu plus moderne en 1920. C’est aussi un élément typique des paysages de l’île: sur la plupart des propriétés, les whitehouses ont été abandonnées à leur tour ces dernières dizaines d’années pour des maisons plus grandes, qui correspondent mieux aux standards actuels.

J’ai trouvé cette visite absolument fascinante. Si elle se fait assez rapidement, je trouve que l’expérience unique qu’elle offre et l’impression qui reste marquée en nous valent tout de même largement les 5 pounds du ticket d’entrée ! isle-lewis-arnol-blackhouse isle-lewis-arnol-blackhouse2 isle-lewis-arnol-blackhouse3 isle-lewis-arnol-blackhouse4 isle-lewis-arnol-blackhouse5

LUSKENTYRE BEACH

Avec son littoral hallucinant de beauté, Harris apparaît régulièrement dans les classements des plus belles plages du monde. Qui eût cru que de tels joyaux d’eau turquoise et de sable blanc se cachaient tellement au Nord de l’Europe ?

Nous avons décidé de passer un morceau de notre après-midi sur la plage de Luskentyre, l’une des plus réputées avec Scarista Beach et Bosta Beach. L’étendue de sable était immense, et il y avait 6 ou 8 personnes en plus de nous – une vraie foule en comparaison de la fréquentation habituelle, et pour cause, il faisait 20 degrés sous un ciel radieux !

Le combo des dunes touffues, de l’eau à la couleur paradisiaque, du sable clair d’une douceur absolue, et des collines dans le fond (ces fameuses collines noires dont je vous parlais en début d’article !) était tout simplement sublime. Je n’ai pas cessé de m’émerveiller une seconde lorsque j’étais sur place, et mes yeux s’illuminent encore en regardant mes photos souvenirs.

Dommage que l’eau, encore une fois, soit bien trop froide pour la baignade – même en été où elle tourne autour de 14 degrés !isle-harris-luskentyre isle-harris-luskentyre2 isle-harris-luskentyre3 isle-harris-luskentyre4 isle-harris-luskentyre5 isle-harris-luskentyre6

Bonnes adresses

★ Holiday Home Barony Square: Si comme nous, vous voyagez en famille, cette petite maison à louer à Stornoway est une bonne option d’hébergement. Vous pouvez y cuisiner vos propres repas, utiliser la machine à laver, et profiter de la cheminée ! Les supermarchés et le centre-ville (pas très intéressant, mais avec tout de même quelques chouettes boutiques) sont à quelques minutes en voiture. Les propriétaires fournissent gentiment tout un tas de pains, oatcakes et autres gourmandises !

★ Ann Lanntair: Situé à Stornoway juste en face du terminal du ferry, ce bâtiment à l’architecture moderne cache un foisonnement d’activités. C’est un centre culturel, une salle de concert, un cinéma (n’hésitez pas à vous renseigner à l’avance sur le programme !), mais aussi une très chouette boutique de design / cadeaux / beaux livres, ainsi qu’un café-bar qui propose des plats du jour bien frais et des petits déjeuners copieux dans une ambiance détendue, avec vue sur l’eau.

★ The Baltic Bookshop: Avec sa devanture rétro, cette librairie ne peut que vous inviter à entrer et parcourir ses rayons. Cela tombe bien: elle regorge de très bonnes références sur l’histoire et la culture locale, la littérature écossaise, et même de livres en gaélique !

★ Harris Tweed Shop: Nous n’avons finalement pas pris le temps de nous y arrêter, mais ce grand magasin dédié au harris tweed, tissu traditionnel de l’île tissé à la main avec la laine des moutons locaux, nous a été chaudement recommandé. Il se situe juste à côté du terminal de ferry à Tarbert. Si vous ne pouvez pas vous y rendre, sachez que l’on trouve des vêtements et accessoires en tweed dans toutes les boutiques de souvenirs et habits traditionnels de Stornoway.isle-lewis6

J’espère que cette nouvelle étape de notre road trip de début mai dernier, peut-être un peu moins vue que Skye par exemple, vous aura plue ! Je vous donne rendez-vous très vite pour un dernier compte-rendu sur Edimbourg.

***

Connaissiez-vous cette île ? Par la trilogie de Peter May peut-être ?
Que pensez-vous de ces paysages ?

22 commentaires

  1. Bonjour Victoria,

    je ne suis pas forcément « fan » de l’Irlande (je préfère d’ailleurs en général tes articles lyfestyle que voyage, mais j’aime bien quand tu mélanges les 2), même si je lis malgré tout tes articles à ce sujet (super bien documentés par ailleurs). Les photos sont en tout cas à chaque fois magnifiques.
    Et j’avoue que cet article sur Lewis & Harris m’a beaucoup plus plu que les autres, les paysages donnent envie d’y aller, la plage de Luskentyre est superbe..!

    Soit dit en passant, tu es très jolie sur la photo :-)

    Belle journée!

    p.s.: j’ai beaucoup aimé ton article d’hier, même si je ne l’ai pas commenté. Il reflète également pas mal mon état d’esprit. Comme tu l’écris, il faut profiter de la vie comme elle se présente aussi longtemps qu’elle se présente!

    p.s. bis: je remonte ton blog depuis ses débuts… C’est fou ce que tu t’es embellie et ce que tes sujets / articles ont gagné en maturité!

  2. Salut Victoria,

    Merci pour ce compte-rendu.
    Comment et pourquoi les hommes ont-ils bâti ces cercles de pierres ? Tu trouveras peut-être une réponse avec ce documentaire : https://youtu.be/HFpHDXUgcqw
    Il apporte aussi une réponse à la construction des pyramides d’Égypte qui, malgré ce que l’on a appris, n’ont certainement pas été construites pas les égyptiens. Le documentaire soulève les bonnes questions et apportent des pistes de réflexion. Bon visionnage !

  3. Waouh, tu me fais rêver – oui, les belles plages ne se trouvent pas que sous les tropiques ! J’aurais aimé y aller lors de notre échange de maison à Edinburgh l’été dernier mais c’était quand même sacrément loin. Attention, en été, il faut prévoir son hébergement bien à l’avance. Du coup, je me dis que la fin du printemps serait sans doute un bon compromis !

  4. Je ne suis allée en Ecosse que pour le boulot, 48h à Edimbourg (et un peu plus car on a eu des soucis d’avion pour le retour). Mais tes photos donnent envie d’y retourner, et de sortir de la ville pour explorer cette jolie nature et bien sûr découvrir la culture.

  5. Les pierres levées me fascineront toujours, elles ont quelque chose de fantastique.
    Et magnifiques, les photos que tu as faites de la plage, on se croirait sur une île paradisiaque du pacific.

  6. Les photos de LUSKENTYRE BEACH sont juste magnifiques, ça me donne très envi de m’y rendre également. Merci pour le partage de tes expériences :)

  7. J’adore lire les étapes de ton road-trip, tout est très bien documenté et illustré, ça donne vraiment envie :) J’espère vraiment pouvoir aller en Ecosse un jour ! Et cette plage, magnifique ! Impossible de deviner qu’on est dans le nord effectivement.

    Merci pour ces belles découvertes :)

  8. Merci Victoria pour tes comptes-rendus de voyage, cela me donne vraiment envie d’aller voir ces beaux paysages.
    En passant, as-tu lu Tess d’Urberville, de Thomas Hardy ? J’ai pensé à ce roman en lisant ton article : à la toute fin, une courte scène se déroule au milieu d’un cercle de pierres levées, pas celui dont tu parles mais celui de Stonehenge, au Sud de l’Angleterre. Ce roman m’a beaucoup plu.

  9. C’est vraiment magnifique ! Je n’ai jamais voyagé, mais c’est en projet avec mon copain dès qu’on aura fini les études (plus que quelques semaines…) et vraiment je pense que l’Ecosse sera notre première destination hors de France ! J’ai toujours été attiré par ce type de paysage et de climat, la nature omniprésente et sauvage, l’ambiance de bout du monde, et surtout l’absence d’un nombre trop important de touristes sont des critères très importants pour moi. Et puis comme je n’ai jamais organisé de voyage, tes articles sont vraiment une mine d’or pour une novice telle que moi :)

    • Oh je trouve ça tellement génial que vous alliez commencer à voyager bientôt, avec un regard complètement neuf et tellement de choses à découvrir ! Belles aventures à toi <3

  10. Merci pour ce billet, et ces belles photos. Ca me rappelle le voyage que nous avions fait en Ecosse il y a déjà 6 ans. Nous étions allés jusque dans les Orcades. Il n’y a pas longtemps, je m’étais replongée dans les photos et j’ai fait un billet sur notre visite d’Inverewe garden (je te mets le lien si tu veux aller voir: http://unjourdeneige.fr/?p=76)
    Je vais peut-être faire un ou deux autres billets, sur les Orcades et sur la côte nord de l’Ecosse où la mer est si bleue, un peu comme sur tes photos !

  11. Bonjour,
    Merci pour l’authenticité et le naturel qui imprègne tous vos écrits! La première fois que j’ai découvert votre site, j’y ai passé plusieurs heures ( ce qui n’est pas habituel chez moi!) parce que je m’y sentais bien, tout simplement.
    Au sujet de l’Ecosse, Si vous souhaitez découvrir de nouveaux livres, je pense à « Un bûcher sous la neige » de Susan Fletcher (paru chez Plon en 2010). C’est l’histoire d’une femme au 18ème siècle, jugée comme « sorcière », mais qui n’en ai pas une et comment le témoignage de sa rude vie dans les Highlands va transformer le regard d’un homme qui au départ la condamnait. C’est captivant et si bien écrit, qu’on a l’impression d’arpenter les vastes plaines et de sentir le vent d’hiver…

  12. Bonjour Victoria,

    Quel plaisir de lire cet article et de voir ces photos, pour moi qui vient de finir le deuxième tome de Peter May sur les Iles Lewis. J’ai immédiatement accroché avec cet ambiance lourde, cette Histoire qui imprègne tellement les habitants / les personnages de ces romans, que de voir en image les décors est assez émouvant. Je suis fascinée par ces conditions de vie tellement rudes qu’elles nous semblent impensables. Et pourtant… Quelle beauté. Comme toi , je suis fascinée par l’Ecosse depuis des années, quand j’ai lu Outlander, bien avant l’adaptation TV. J’avais déjà des étoiles dans les yeux à la lecture des livres, j’ai carrément été transporté par la série, et les livres de Peter May, dans une ambiance tout à fait différente, transpirent de l’amour qu’il porte à ce pays si beau et si rude.
    Merci de nous faire voyager.
    Mélanie

  13. Merci pour ce partage , un plaisir pour les yeux et la découverte. L’envie de découvrir Peter May aussi ! Super !

  14. Bonjour Victoria !

    J’ai effectivement découvert Lewis & Harris en lisant « L’île des chasseurs d’oiseaux » de Peter May. Depuis, visiter l’Ecosse est un de mes souhaits. Tes articles sur l’Ecosse me confortent dans ce sens. Tes photos sont très belles. Pour patienter, j’ai encore deux tomes de la trilogie de Peter May à lire. ^^
    A bientôt,

    Solène

Répondre

Naviguer