5 astuces pour réguler sa glycémie

Vous avez été nombreuses, ces derniers mois, à soulever ici ou sur Instagram la question du sucre dans l’alimentation. C’est apparemment la toute dernière préoccupation arrivée dans les médias (le jour où ils laisseront les gens manger sans s’affoler, les poules auront des dents!), et j’ai l’impression que beaucoup de personnes se demandent à quoi s’en tenir, et comment agir.

Les glucides, on le sait, sont absolument indispensables au fonctionnement de notre organisme, puisqu’elles participent à nous donner de l’énergie, mais aussi à notre activité cérébrale. Néanmoins toutes ne sont pas égales: il y a globalement les glucides simples, des molécules à la structure très basique qui passent rapidement dans le sang, et les glucides complexes, formées de structures multiples et donc plus lentement déconstruites par l’organisme.

Si aucune de ces deux catégories n’est mauvaise en soi, une consommation excessive de sucres rapides provoque des montagnes russes dans notre glycémie (le taux de glucose dans le sang, auquel répondent des hormones comme l’insuline ou le glucagon): pics soudains, suivis de creux compensatoires… On se retrouve alors dans une spirale de fringales, de crises d’hypoglycémie, de fatigue, de sautes d’humeur, et à long terme, on augmente ses risques de souffrir d’un diabète. Les pics de glycémie provoquent en outre des phénomènes inflammatoires, puisqu’ils acidifient fortement l’organisme, ce qui là encore, entre autres, diminue notre énergie et affaiblit notre système immunitaire.

Mais alors, que faire pour réguler sa glycémie? Faut-il à tout prix retirer toute forme de sucre de son alimentation, calculer l’indice glycémique (un critère de classement des aliments selon leurs effets sur le taux de glucose dans le sang) de toutes nos assiettes? Si vous me lisez régulièrement, vous savez bien sans doute que je ne cautionne pas ce genre de comportements obsessionnels, et que j’aime prendre soin de ma santé de manière beaucoup plus simple, intuitive et décomplexée.

Aujourd’hui, je viens donc partager avec vous les 5 petites astuces que je mets en place naturellement au quotidien pour distribuer l’énergie de mes repas de la manière la plus lente et douce possible. Il faut bien sûr les intégrer consciemment au départ, mais je vous assure qu’elles deviennent rapidement des réflexes, une ligne de conduite générale au moment de faire vos courses et composer vos assiettes, sans besoin d’y penser. Et surtout, gardez en tête qu’il s’agit de grands axes, qu’il ne tient qu’à vous d’adapter à votre situation de manière plus ou moins fidèle!

recettes-mangoandsalt

1. Mangez régulièrement

C’est tout bête, mais pour maintenir un taux de sucre plus ou moins constant dans le sang et éviter les fringales sucrées, mieux vaut ne pas s’affamer pendant des heures. Si vous avez du mal à tenir entre deux repas, ajoutez une ou deux collations à votre menu quotidien: une bonne poignée d’amandes ou de noix, quelques fruits rouges, un toast à l’avocat… Avec 5 repas par jour (3 moyens, et 2 légers), on tient très bien la journée, et on est souvent de bien meilleure humeur! Je peux en témoigner, puisque cela fait au moins 2 ans que je fonctionne de la sorte. Veillez cependant à ne pas dîner trop tard pour laisser le temps à votre système digestif de se reposer longuement pendant la nuit (il n’aura pas chômé pendant vos heures d’éveil…!).

2. Réduisez les aliments à IG élevé

Vous aurez tout à gagner à éviter certains aliments à indice glycémique élevé qui ne sont pas très intéressants en soi, comme les sucres raffinés industriels, et tout ce qui contient du sucre blanc en général. Il existe de très nombreuses alternatives, dont je vous ai parlé à plusieurs reprises (par exemple ici), pour s’améliorer un peu de ce côté-là. Pensez à réduire également toutes les pâtisseries industrielles et snacks transformés, ainsi éventuellement que les farines raffinées, dépourvues des fibres qui en faisaient des glucides lents. Toutefois, pas besoin de tomber dans une traque excessive: la glycémie ne dépend pas exclusivement de l’IG d’un aliment, et les exceptions ponctuelles dans un cadre sain ne posent aucun souci. S’il fallait vraiment supprimer tous les sucres rapides, nous ne pourrions par exemple pas manger de fruits (du moins, la plupart), de dattes, ou de miel – et quelle perte au vu de leurs qualités nutritives!

3. Consommez des protéines à chaque repas

En plus de participer à la sensation de satiété, les protéines (qu’elles soient animales ou végétales) sont très longues à digérer. Elles assurent donc une libération progressive de leur énergie et ne font pas augmenter la glycémie – elles aident même à la stabiliser en offrant des nutriments constants à l’organisme sur une période de temps importante (jusqu’à une dizaine d’heures). La présence de protéines dans un repas a donc tendance à faire baisser l’indice glycémique général de cette assiette, tout en diminuant le risque de fringales: tout bénef! Pour des protéines végétariennes, pensez aux oeufs, aux produits laitiers, mais aussi aux lentilles, pois chiches, fèves, haricots secs, soja, quinoa, pois, lupin, sarrasin, fruits à coque, céréales complètes…

4. Faites la part belle aux fibres

Les fibres, c’est bien connu, ralentissent l’absorption des sucres dans le sang, en plus de vous assurer une bonne élimination au quotidien – c’est pourquoi il est essentiel de les inclure autant que possible dans votre alimentation selon votre sensibilité (certains intestins fragiles les supportent moins bien que d’autres). Choisissez des céréales de la meilleure qualité et aussi naturelles que possible (préférez le blé complet au blé blanc, le riz basmati ou complet au riz blanc rond, pensez aux pseudo-graines protéinées comme le quinoa ou le sarrasin…) et ne lésinez pas sur les légumes crus ou cuits, qui sauront en plus contrer les effets inflammatoires d’une alimentation déséquilibrée. Certains aliments ont, enfin, des propriétés de régulation glycémique spécifiques, comme l’avoine complète ou les champignons, alors n’hésitez pas y avoir recours si vous les aimez!

5. Équilibrez vos apports

Au quotidien, pour vous faire plaisir plus souvent, ou avec moins de conséquences sur votre glycémie, essayez globablement de maintenir un équilibre entre les aliments très régulateurs et ceux qui affoleront votre production d’insuline. L’idéal serait de se retrouver dans une proportion de 70/30 à peu près, mais ce n’est qu’une indication générale que vous pouvez adapter à votre cas! Très concrètement, cet équilibre se traduit dans des petits gestes: ajouter de l’avoine complète, des graines de chia ou des légumes à votre smoothie fruité, une part de protéines (oeufs, yaourt, beurre d’oléagineux…) à votre petit-déjeuner sucré, préparer un repas très riche en fibres avant un dessert gourmand, etc… Cela devient vite une habitude de vie, basée sur l’écoute de ses propres besoins, qui évite en outre tout sentiment inutile de culpabilité: l’important, c’est de se sentir bien!

***

Ce sujet vous semble-t-il intéressant?
Les astuces exposées vous ont-t-elles été utiles? 

41 commentaires

  1. Merci pour tous tes conseils!
    Je suis en quelque sorte accro au sucre « le sucre appelle le sucre » et j’ai vu un reportage qui précisait que le sucre avait un pouvoir addictif (de mémoire, je ne me souviens plus des chiffres exacts) 10 fois plus important que la drogue. Le goût sucré, c’est une drogue!
    J’essaie de faire attention, de manger des biscuits Gerblé, ou des biscuits sans sucre ajouté quand j’ai envie de grignoter pour éviter d’être diabétique dans 5 ans… :)
    Bisous bisous
    Bonne journée

    Le monde des petites
    http://www.lemondedespetites.com/

  2. Je suis actuellement un régime ou un rééquilibrage alimentaire et le sucre est très limité.
    On départ c’était très difficile mais finalement on s’en passe.
    Plus de sucrerie ou produits industriels, seulement des céréales le matin avec un yaourt
    ensuite 60g de féculents par jour puis protéines et légumes et fibres.
    J’ai perdu 4KG et ce mode d’alimentation me convient parfaitement. ça devient indispensable de faire du bien à notre corps et être en bonne santé.
    Bien évidement je prends des fruits tels que les fraises et les framboises c’est ça maintenant mes sucreries.

    en tout cas merci à toi de partager des astuces saines et bonnes. ça donne toujours de bonnes idées.
    Bises
    Jenny
    http://jennyontheblogmode.com/

    • ces derniers temps,j’entendais beaucoup parle du stévia pour remplacer « le sucre » mais je n’aime pas le goût la fille d’une de mes collègues est diététicienne et elle propose le sucre de la marque Damhert nutrition (on la trouve en belgique chez Delhaize ) j’ignore où pour la France mais le goût est bien meilleur.

  3. Merci pour ce post génial Victoria et pour ta mesure en toute chose ! Comme ça fait du bien de lire des conseils pondérés, mesurés, loin’ des extrêmes dont on nous inonde ces temps-ci ! Je partage entièrement ta vision de l’alimentation. J’apprécie d’autant plus que tu parles de certaines conditions qui empêchent de suivre à la lettre les « mangez que des légumes ! » et autres conseils qui ne peuvent s’appliquer à tous. Depuis plusieurs mois j’essaie de faire attention aux sucres à limiter ceux que je peux limiter, à varier, j’ai beaucoup ralenti sur les produits raffinés. Je crois que l’équilibre se fait petit à petit en apprenant à se connaître.

    Merci pour tes conseils avisés et mesurés, ça fait du bien !

  4. Merci Victoria pour tes conseils avisés et pleins de bon sens (sans tomber dans certains extrêmes décourageants et insensés qu’on lit parfois!). Je suis très sensible à l’hypoglycémie donc très intéressée par le sujet, je crois suivre déjà à peu près ces conseils au quotidien mais tes petites astuces supplémentaires sont bienvenues, je vais m’empresser de les appliquer! Et puis ça fait du bien de voir ces habitudes alimentaires confirmées et si bien résumées. Tu es une vraie source d’inspiration et d’information, merci de partager toutes tes recherches avec autant de générosité. :)

  5. Excellent article, tu sais de quoi tu parles et tu es pleine de bon sens. J’approuve totalement ta façon de voir les choses : tout est dans l’équilibre.
    Bonne journée, bisous :)

  6. Un article intéressant, clair et concis que bien des pseudos nutritionnistes avec leur régime à la noix devraient lire. J’ai tendance à manger trop sucré : dès que je n’ai pas le moral ou que je suis fatiguée, je me rue facilement sur des sucres rapides : gâteaux, chocolat & cie :x

    Du coup, j’évite d’en acheter mais parfois, c’est plus fort que moi (comme hier, après une séance d’épilation au laser douloureuse, j’ai été m’acheter de la brioche à la boulangerie pour me réconforter ^_^). Pendant un moment, je grignotais des oléagineux et des fruits secs mais j’ai fini par en être un peu lassée. Il faut que je trouve autre chose :)

  7. Hello Miss,

    Merci pour cet article très bien documenté et au ton parfait (Pas de morale, juste des conseils judicieux)
    Une source d’inspiration toujours aussi intéressante pour qui cherche à mieux manger.
    Le sucre en soit n’est pas un problème: C’est quand il est présent partout que l’on peut commencer à s’interroger et veiller à notre consommation.
    En plus, de ne présenter aucun intérêt nutritif quand il est de mauvaise qualité, il dénature à la longue notre goût et nous écarte des produits simples et pourtant si bons.

    Mystinguett.

  8. Bonjour Victoria !

    Comme toujours, je lis tes mots avec grand intérêt. Tes articles nutrition sont passionnants. Tu en parles toujours avec beaucoup de recul et d’objectivité. Tu as en tout cas encore plus attisé ma curiosité alimentaire et je compte bien approfondir mes recherches à ce niveau-là.
    Merci pour ce partage.
    Laura.

  9. J’adore ce genre d’article! Plein de bons conseils à appliquer au quotidien sans trop se forcer! Merci!

  10. Sujet très intéressant! Je souffre facilement d’hypoglycémie et donc je suis toujours friande d’astuces pour réguler ça. Perso, je mange régulièrement également. Pas de snack le matin mais un goûter l’après-midi d’office!
    x

  11. Bonsoir! Super article, clair et direct ! C’est agréable de lire tes petits conseils. Après lecture je réalise que je les applique au quotidien.
    Cependant, je souffre d’anorexie et en effet ma nutritionniste m’a dit il est important de faire des prises alimentaires régulières et que les gouters (collations) ne sont pas que pour les enfants et qu’il est normal d’en faire car le corps n’est pas fait pour rester à jeun trop longtemps!
    Enfin, à force de lire la presse et les blogs j’avoue que parfois on se sent perdu dans cette vague de sans sucres, sans gluten, sans lactose… (on mange quoi après ?!)
    Alors un énorme merci pour tes conseils et surtout pour les idées de gouters !

  12. Merci pour cet article simple et concis ! C’est marrant car justement je me faisais la réflexion hier que les repas que tu partages sur Instagram sont très souvent faible en sucre.
    Je fais actuellement un régime sans sucre que je documente sur mon blog, mais c’est pour soigner un problème de santé. Lorsque j’aurais fini mon régime, je continuerai quand même à faire attention à l’index glycémique ! En tout cas, je confirme, les fibres et les protéines sont de très bonnes alliées ;)

  13. Bonjour Victoria

    J’ai moi même succombé à l’effet de mode en achetant le livre de Sarah Wilson « C’est décidé, j’arrête le sucre ». J’en suis à ma 4e semaine (je fais des bilans hebdomadaires sur mon blog) et j’avoue que c’est difficile, même pour moi qui n’est jamais été fan de choses sucré. La cure dure 8 semaines, et ensuite je repasserai à une alimentation plus normal et saine. Du coup ton article tombe à point ! Il m’apporte des éléments très intéressant pour la suite.
    Merci !

  14. Super tous ces conseils, tu as un avis toujours modéré et c’est agréable à lire !
    J’ai une petite question qui n’a aucun rapport mais je ne sais pas où la poser: j’ai acheté les pinceaux real techniques sur tes conseils, et je souhaiterais savoir comment et à quelle fréquence tu les laves ! Je te remercie!!

  15. Très intéressant ton article. Pas de prise de tête, des gestes simples, et surtout, oubliée la règle des 3 repas par jour. Rien de plus frustrant que d’avoir faim toute la journée parce qu’on est vite rassasié lors de lesdits repas =)

  16. Hello hello
    Ton article est sympa et les infos sont bien, mais en étant moi-même diabétique, j’ai vraiment du mal à comprendre pourquoi vouloir contrôler sa glycémie pour reprendre le titre quand on a un pancréas sain.
    Ce n’est pas la frustration qui parle hin j’ai pris l’habitude, mais l’alimentation c’est avant tout l’équilibre.
    Attention je dis pas qu’il faut se jeter sur toute junk food car on est en bonne santé mais tout est encore une question d’equilibre, si tu abusés ton pancras enverra la dose d’insuline adéquate (le corps est la plus parfaite des machines) et ne pas réitérer pour ne pas le fatiguer (je schématise grossièrement).
    Enfin une question, moi je fais des contrôle de glycémie 3 fois par jour c’est vital, mais une personne lambda comment sait elle que sa glycémie est « contrôlée »

    Besos

    • Ah oui je comprends tes questionnements! Pour les personnes saines ce n’est pas tant une question de santé (quoi que, aussi, puisque l’abus de sucres conduit malheureusement suffisamment souvent au diabète que pour s’en inquiéter, et j’ai un peu peur pour les générations actuelles de ce côté-là) qu’une question de bien-être. Avant, quand j’étais addict aux bonbons et aux petites choses sucrées, je faisais souvent des crises d’hypoglycémie voire des malaises juste après en avoir abusé, à cause du choc. C’est un exemple un peu extrême, mais à une échelle moindre, une glycémie mal contrôlée se traduit chez beaucoup de personnes par de l’irritabilité, un manque d’énergie, des crises d’envies sucrées etc… Le corps a besoin de carburant pour fonctionner, donc autant lui en fournir du bon et durable et prendre de bonnes habitudes tôt plutôt que de se faire des montagnes russes constantes pendant 30 ans et en souffrir après. C’est moins fatigant et moins inflammatoire pour l’organisme à la longue :)

  17. Irritabilité, pause pipi quasi constamment, sueur, crises de bouffes sucrées mais peu importe et perte de poids j’ai bien connu c’est ces symptômes qui ont mis la puce à l’oeille à mes proches et les analyses ont été sans appel: diabète de type 2 (foutue génétique ce n’est pas du a un surpoids)
    Mais ce que tu décris est 1 phénomène normal: tu envoie un shot de sucre, ton corps envoie de l’insuline, ton taux de glycémie tombe et tu as faim. En ce sens tu as totalement raison, le corps a une mémoire métabolique il se souvient de tout (meme principe que pour la cigarette) et un jour il te le fait payer.
    C’est juste qu’il est difficile de comprendre pourquoi s’imposer des règles qui me semblent strictes alors qu’on va bien! C’est juste l’abus qui est dangereux (et éviter les mauvaises choses bien sur et les trucs farfelus)
    L’alimentation c’est pas forcément qu’une question de bouffe, c aussi
    du psycho pour pas mal de gens…

    • Cela a dû être un sacré choc, la découverte de ton diabète! J’espère que tu peux vivre bien avec malgré tout, malgré le côté très contraignant.

      Je suis d’accord avec toi, je prône moi-même l’équilibre tout bête, le simple bon sens, et je ne trouve pas qu’il y ait besoin de contrôler à mort tout ce que l’on mange (c’est même franchement malsain), mais avoir quelques connaissances à propos de la nutrition ne fait de mal à personne (surtout que parfois, on n’apprend pas vraiment l’équilibre alimentaire à la maison quand les parents eux-mêmes mangent un peu n’importe comment), c’est pour ça que je partage mes modestes savoirs à ce propos! Mais ce ne sont que des idées basiques, au fond, rien de révolutionnaire, juste du bon sens, oui.

      Comme je le souligne dans l’article, pour moi c’est une question de proportion globale, éviter les abus constants effectivement, mais sans oublier de se faire plaisir quand on en a envie parce que les petits plaisirs n’ont aucune conséquence si le cadre général est sain – en tous cas c’est comme ça que moi je fonctionne!

      Mais tu as bien raison, tout ça est de toute façon très complexe car intimement lié aux émotions… Vaste sujet!

  18. Disons que j’ai été plutôt soulagée de mettre un mot sur mes maux et pouvoir me soigner.
    Mais tu as totalement raison ce n’est pas toi que je vise, c’est la deviance de certaines tendances (bouquins type 0 sucre blabla…)
    Chacun doit réellement trouver ce qui lui fait du bien, par exemple il y a certains aliments que tu as cité qui sont bannis pour moi comme la datte alors qu’au fond c un bon aliment, et ce qu’on aime!
    Quand je vois des copines être vegan le lundi, mono diète le mardi, dépenser 300 euros de graines chez bio***, le jeudi une detox (si t’es reins fonctionnent aucune utilité) pour finir samedi au chinois à volonté car elle crevé la dalle!
    Je pense qu’il y a aussi 1 vraie responsabilité des magazines et de la société où si tu mange pas « healthy » si tant es que ça est 1 sens et que tu n’es pas mince c que tu ne peux te contrôler donc tu n’as aucune volonté. Triste.

    • Tu as parfaitement résumé la situation… Je suis comme toi fatiguée de tous ces magazines qui diffusent des messages souvent pas très bien documentés ou alors excessivement alarmistes; les gens ne savent plus vers quoi se tourner alors qu’il suffit finalement d’écouter son corps, ses envies, etc… L’alimentation est une affaire extrêmement personnelle, chaque organisme étant totalement différent des autres et donc ayant ses propres besoins et problématiques. Halte aux généralités, qui finalement dépossèdent les gens de leur propre corps, en plus d’angoisser inutilement la moitié de la planète occidentale (mais je suppose que ça arrange pas mal de personnes du côté du marketing). Vive le bon sens et l’intuition!

  19. Mais totalement quoi! D’ailleurs j’ai arrêté d’acheter les magazines dits féminins. Bon je bosse dans le marketing donc forcément je suis moins « dupe » mais quand tu lis certaines articles du type « wouhou j’ai arrêté le gluten j’ai perdu 20 kilos, j’ai un nouveau mec, un nouveau job ma vie est parfaite depuis » tu sens quand même le truc…mais 1 femme un peu mal dans sa peau et préférant se voiler la face vas foncer…(et y laisser son salaire)
    Se nourir c’est vital, manger c’est un plaisir c’est convivial…mais c’est devenue 1 argument contre toi si tu posté sur Instagram 1 truc un peu gras ou sucre ou au contraire hyper « équilibré » donc soit tu es une grosse, soit une rachitique!
    Comment ne pas develloper des TCA avec cette violence et cette image de la femme parfaite qui n’existe pas….

  20. Super article, très bien détaillé comme d’habitude :)

    Niveau food, j’ai fait un test pendant 2 semaines (conseillés par des spécialistes alimentaires danois, Ninka de la famille « Kernesund », life/food coach au Danemark) où je ne mangeais que des soupes de légumes, légumineuses et protéines à côté (steak ou saumon à la poêle). Donc pas de féculents, de sucres industriels (que je ne mange déjà pratiquement pas), de soja ou de produits laitiers (je me suis juste permis un peu de brebis ou chèvre de temps en temps) et j’avoue un petit peu de soja bio.
    Résultat : j’ai minci bien sûr, mais surtout j’ai pu constater un regain ultra important d’énergie, un bien-être psychologique comme si j’étais en vacances (alors que c’était plutôt la reprise au boulot !) et ma peau « difficile » s’est clairement embellie (c’est d’ailleurs la principale raison pour laquelle j’ai accepté de tenter cette cure).

    Je ne pense pas continuer ce « régime alimentaire » tout le temps – car un peu contraignant tout de même – mais j’en tire de bonnes idées et habitudes à réintégrer dans mon quotidien, comme des recettes de soupe (notamment pois cassés et basilic ou soupe de tomates épaissie) et juste le réflex de préparer des soupes au quotidien, tellement facile, bon et rapide à faire !

    Ce que je trouve intéressant c’est que finalement les féculents ne m’ont pas manqué et au contraire m’alourdissent considérablement maintenant que je les ai réintégré dans mes repas… à suivre.

    Merci pour tes jolis mots en tout cas !

  21. Bonjour Victoria ! Eclairant comme article, j’ai cependant une petite question au sujet du riz basmati : pourquoi serait-il meilleur qu’un simple riz blanc ? Je consomme du riz complet pour son enveloppe et ses fibres, mais le riz basmati a-t-il les mêmes vertus ?

    • Coucou Ju! Le riz basmati est le seul riz blanc dont l’indice glycémique n’est pas trop élevé. Mais le riz complet est encore mieux de ce côté-là :)

  22. Merci Victoria, j’ai ma réponse ! Et merci pour tous ces bons petits plats que tu nous mijote (tu arrives à me mettre l’eau à la bouche à chaque fois !). Aurais-tu l’intention de partager quelques tips pour étudiante à budget serré qui veut quand même bien manger dans la capitale ? (Je m’apprête à découvrir les joies de Paris et à quitter ma campagne !)

  23. Pingback: Links I Love #63Whatever Works

  24. Article hyper informé et très bien écrit. J’aime la justesse de ton propos et ta mesure.
    J’étais une accro du sucre : lait concentré sucré mangé au tube, nutella, bonbons, choco, pâtisseries… , bars pour sportifs qui contiennent 20g de sucre même pour les marques bio (20g c’est 100% des apports journaliers….).
    et puis j’ai changé mon alimentation et j’ai notamment augmenté mes légumes (donc les fibres), les fruits (des sucres de bonne qualité), les oléagineux, les légumineuses et les céréales variées et souvent complètes (pour les protéines) et ça a changé ma relation au sucre en général et au sucre raffiné en particulier (en plus de me faire maigrir et de retrouver la pêche).
    je n’ai aujourd’hui plus jamais de fringales ou de coup de pompe (j’étais persuadée que je devais manger du sucre où je faiblissais physiquement et mentalement) alors que je fais du sport tous les jours, et si je mange parfois encore des produits sucrés (céréales du matin, glace vegan, un peu de choco de qualité…) c’est vraiment dans une envie simple, uns occas particulière et pas dans le rush du craquage. et ça n’arrive pas souvent car je me sens rassasiée et BIEN ! plus éveillée !
    c’est ça qu’il faut retenir : on se sent mieux sans les sucres industriels (du pain blanc au soda). Et tout devient plus simple dans l’équilibre alimentaire, sans effort, sans retenue volontaire et frustration. c’est assez incroyable d’ailleurs !
    marie – Born to be a pirate

  25. Bonjour,

    Pouvez-vous sourcer votre affirmation selon laquelle, je cite « Les pics de glycémie provoquent en outre des phénomènes inflammatoires, puisqu’ils acidifient fortement l’organisme, ce qui là encore, entre autres, diminue notre énergie et affaiblit notre système immunitaire. » ?

    Je suis médecin et j’avoue que ça me laisse trrrrès perplexe.

Répondre

Naviguer