Pourquoi j’aime le yoga

Il y a un peu plus d’un an et demi, après un coup de coeur déjà très bénéfique pour le Pilates, je me suis découvert une nouvelle passion pour le yoga. Cette passion fut à l’origine de profonds changements, autant dans mon corps que vis-à-vis de mon regard sur moi-même, et pour cette raison, elle a un peu changé ma vie.

Aujourd’hui, j’avais envie de partager avec vous mon amour pour cette discipline, en vous présentant les cinq grandes raisons pour lesquelles elle me fait du bien, et en ferait autant, sans doute, à n’importe quelle autre personne.

Ces ressentis me sont propres, bien sûr, et peut-être que tout le monde ne les partagera pas selon leur situation (j’ai essayé différentes sortes de yoga, mais toujours dans des studios de taille très réduite). Néanmoins, je crois qu’ils sont quand même assez représentatifs de l’esprit universellement transmis dans les cours à travers le monde, tous styles confondus.

J’espère que mes pensées feront écho aux vôtres ou, peut-être, vous donneront envie de donner une chance à cette activité épanouissante en tous points !

yoga

Un esprit de cheminement

Le yoga promeut le cheminement, sans culture de la performance. Bien avant que je me rende compte de tout le reste, c’est ce qui m’a profondément touchée dans cette discipline, moi qui m’étais toujours sentie nulle et inférieure dans tous les cours de sport ou de danse de ma vie.

Pour une fois, il n’y avait rien à gagner, rien de particulier à atteindre, sinon la certitude d’avoir commencé un chemin, de l’avoir déblayé, ou d’y avoir fait un nouveau pas. Il ne fallait plus reproduire parfaitement un geste, mais l’essayer, écouter son corps et s’y adapter selon ses possibilités, avec toutes les aides nécessaires si besoin.

Je suis arrivée avec mes jambes toutes raides, ma maladresse, et ce n’était pas un problème. Avec des peurs et des blocages aussi, que l’on m’a laissé apprivoiser à mon rythme, sans jugement. Loin de toute comparaison aux autres ou aux standards habituels, le simple fait d’être là et de pratiquer était déjà une victoire; pas une victoire contre, mais une victoire pour. Pour moi, pour mon bien-être et ma confiance.

Depuis le premier jour, même si certains cours m’ont moins plu, ou poussée davantage hors de ma zone de confort que d’autres, je ne me suis donc jamais sentie « pas douée » dans une salle de yoga, même entourée d’aficionados très entraînés. J’ai acquis une véritable bienveillance envers moi-même, et intégré cet esprit de cheminement personnel, unique, qui s’est ensuite infusé dans tous les autres domaines de ma vie.

Des bienfaits psychiques

Les bienfaits du yoga sur le système nerveux étaient la raison pour laquelle je m’étais lancée, suite aux nombreuses recommandations de médecins, ostéopathes, naturopathes, et j’en passe, par rapport à mon stress chronique.

Parce qu’ils fatiguent et détendent mes muscles, les cours m’apaisent toujours beaucoup, sans doute comme pourraient le faire d’autres activités. Mais à cette fatigue physique, s’ajoute une relaxation plus profonde grâce aux moments dédiés au début (souvent, un peu de respiration) et à la fin (au minimum, quelques minutes dans la posture de shavasana, allongé au sol) de la session. Certains professeurs insistent plus spécifiquement sur le délassement du corps et de l’esprit en guidant les pensées des élèves (par exemple, « imaginez qu’en expirant, vous chassez dehors toutes les pensées négatives qui vous plombent ») ou en proposant une prise de conscience toute personnelle du corps et de son état, pour tourner l’attention vers l’intérieur, vers le Soi.

Tous ces exercices spécifiques étendent leur influence jusque dans ma vie quotidienne. Je suis mieux armée face aux moments de stress et de panique: je sais comment respirer, quelles pensées privilégier, quels mouvements effectuer pour relâcher la tension… Cela n’empêche pas que de mauvaises choses arrivent, mais je possède désormais une aide supplémentaire dans la gestion de mes émotions. J’ai aussi été imprégnée au fil du temps d’un certain recul, ou du moins d’une certaine conscience de ce qui est essentiel et immuable, mon refuge, que je préserve comme une force contre les coups de la vie.

Enfin, le yoga a amélioré ma capacité de concentration. Je ne suis pas toujours capable de faire le vide dans ma tête, mais avec le temps, je contrôle un peu mieux mes pensées lorsque c’est nécessaire: je me focalise sur un point de ma vision, ou sur une sensation (ma respiration).

Des progrès physiques

Lorsque j’ai commencé le yoga en 2014, j’avais déjà fait quelques mois de Pilates, ce qui avait éveillé mes muscles, améliorant mon maintien et ma ceinture abdominale. J’avais dans l’idée, comme beaucoup, que le yoga était de toute façon une discipline assez douce, voire un peu molle, et je m’y rendais surtout, comme je l’ai dit plus haut, pour me détendre.

Contre toute attente et tout préjugé, la pratique régulière m’a gainée et musclée comme je ne l’aurais jamais imaginée. J’ai renforcé des zones de mon corps que le Pilates sollicitait seulement en partie, par exemple les muscles des bras et des épaules, mais aussi mon ventre et mon dos, entre autres. Beaucoup de postures demandent en réalité un certain effort physique, et ce autant dans les yogas dynamiques (parce qu’elles sont nombreuses et enchaînées assez rapidement) que dans les yogas plus calmes (parce qu’elles sont tenues pendant un temps à chaque fois). Après une pause de quelques mois, j’ai d’ailleurs ressenti à nouveau très nettement cet effort !

Au-delà du renforcement musculaire, la pratique m’a également aidée à m’assouplir davantage, ce qui était l’une de mes problématiques principales. Mes progrès sont très lents (morphologiquement parlant, mes hanches et mes jambes sont faites de telle façon que j’ai naturellement peu de souplesse) mais les étirements réguliers me font du bien. Je ne suis pas devenue toute élastique, mais je suis bien moins raide qu’avant ! Grâce à ces exercices, j’ai aussi acquis de bonnes astuces pour soulager mes tensions et douleurs au quotidien.

Enfin, et c’est aussi l’un des piliers du yoga, mon corps a acquis un bien meilleur équilibre: j’ai appris à solliciter mes muscles profonds, mais aussi à contrebalancer mes différents membres selon la situation pour ne pas tomber.

Une meilleure connaissance de soi 

Parce que le yoga est une pratique très personnelle, focalisée sur l’intérieur, elle favorise particulièrement la connaissance de soi à différents niveaux.

Elle nous permet, d’une part, de découvrir les points forts et les problématiques particulières de notre morphologie, parfois insoupçonnés car moins sollicités par d’autres disciplines. Parce qu’il n’y a pas de jugement, elle nous incite à les accepter dans le présent.

Mais surtout, la pratique met en lumière tout notre potentiel. On observe ce que notre corps sait faire, et petit à petit, on réalise tout ce qu’il a encore à nous offrir, à nous surprendre.

Elle invite aussi à l’apprentissage essentiel des limites, dans un jeu constant entre ce qui est confortable, ce qui est un challenge, et ce qui est excessif. Chacun doit, à chaque exercice, trouver sa place sur cette échelle selon ses envies, son état etc…, et donc être toujours à l’écoute de son corps. Le yoga apporte une véritable reconnexion à l’instinct, aux sensations, aux signaux que nous envoie notre organisme, dans un monde où tout est parfois trop intellectualisé – ce qui est très précieux à mon sens.

Enfin, cette connaissance du corps et de son potentiel étend ses bénéfices à la sphère émotionnelle et mentale. Le Soi retrouve son statut essentiel, on est plus centré. On apprend à se faire davantage confiance, à oser, mais aussi à se protéger, et surtout à équilibrer délicatement les deux attitudes selon nos besoins. On détecte, dans tous les domaines, ce qui nous fait du bien, et on cherche à privilégier ce positif dans nos vies.

L’apprentissage du lâcher prise

Parce qu’il défie les habitudes du corps, l’amène à se trouver dans des situations nouvelles, avec des sensations inconnues, le yoga suppose de passer outre certaines peurs, de lâcher du leste dans sa soif de contrôle. Rien ne se fait brutalement ou de manière forcée, mais au contraire dans un abandon graduel au sein duquel chacun avance à son rythme.

L’acceptation est un concept essentiel à la pratique, spécialement pour certaines postures, qui peuvent nous sembler étranges, nous faire peur, ou nous paraître inatteignables. Faire du yoga, c’est parfois dépasser nos préjugés, et essayer pour déterminer concrètement ce qu’il nous est possible ou pas de faire à l’instant T, au-delà de toute anticipation mentale dévalorisante. C’est cesser de lutter dans certaines postures moins confortables, comme c’est le cas pour moi avec les étirements des jambes, ou tout ce qui suppose d’avoir la tête lâchée en arrière. Je suis très tendue au début, puis petit à petit, je respire profondément, je décide d’avoir confiance et je finis par relâcher mes muscles pour me laisser aller.

Étant moi-même profondément « control freak », je sais à quel point le lâcher prise peut être angoissant et difficile. Mais dans le yoga, cette démarche est particulièrement saine, puisqu’elle reste connectée à l’intuition: on reste toujours à l’écoute de son corps, attentif aux signaux, tout en faisant la part des choses entre cet instinct et ce qui ne constitue qu’une pensée toxique. Souvent, c’est en effet notre mental, plus que notre corps, qui nous bloque, exprimant nos craintes et nos doutes (c’est trop dur pour toi / tu vas tomber à coup sûr / tu n’y arriveras jamais / ça va faire mal…). La libération touche donc à la fois au physique et au psychologique, et elle est précieuse.

Enfin, le lâcher prise que l’on expérimente en studio imprègne petit à petit le reste de la vie: par l’exemple des exercices physiques, on intègre le fait que baisser la garde puisse engendrer des expériences enrichissantes. Qu’on en a besoin, même, parfois, et qu’il ne faut pas en avoir peur. On ressent, finalement, que notre centre, notre essentiel, est suffisamment fort et souple pour se confronter aux petits risques de la vie sans que l’on doive toujours tenir toutes les ficelles entre nos mains.

***

Faites-vous du yoga ? Si oui, qu’aimez-vous dans cette pratique ?
Sinon, est-ce un esprit qui vous attire ?

78 commentaires

  1. Coucou Victoria ! Merci pour cet article dans lequel je me reconnais bien. Cela fait 5 ans que je fais du yoga et pareil j ai été très surprise de voir à quels points mes muscles se sont développés grace à cette discipline ! le travail sur ma respiration m a aussi énormément aidée à gérer le stress/angoisse et j aime cette sensation de détente lorsque l on sort d un cours…
    Comme toi j avais commencé par le pilates mais depuis le yoga j ai complètement délaisse le pilates que je trouve très ennuyeux à côté du yoga !
    Belle journée â toi et merci pour cet article (c est toujours génial de se reconnaître dans une grande partie de tes articles !)

  2. Salut Victoria!
    Chouette article! J’aime beaucoup le yoga, l’an dernier j’avais une prof juste à côté de chez moi… le bonheur!!!Mais ma prof a changé de quartier… je dois prendre le bus un bon moment pour aller à son cours et j’ai l’impression que ça anéantit tous les bienfaits de mon cours!!
    J’ai tenté les cours YOUTUBE à la maison mais j’avoue que ce n’est pas la même chose! Je n’arrive pas à me détendre autant….Si d’ailleurs tu connais des profs de yoga sur internet…pourrais tu nous en conseiller?
    Dernièrement, j’ai testé le Yin Yoga.(Si j’ai bien compris, il consiste à rester très longtemps dans chaque posture ) Je pensais pas que ça ne me plairait mais j’ai trouvé que ce cours avait un effet incroyable sur moi. Un bien-être fou et l’impression d’avoir fait travailler toutes les parties de mon corps….
    Merci pour cet article et bonne journée

    • Coucou Audrey ! Je ne connais que la chaîne de Yoga with Adriene, qui est super, et en français celle de Carine Castet. Mais je t’avoue que pour moi ça n’a jamais fonctionné, je ne suis motivée et concentrée que lorsque je me rends à des cours physiques…

      • Oh merci beaucoup pour ta réponse ! Je ne connais pas Carine Castet ! Je vais tenter!

  3. Je pense au yoga depuis des années, je pense que je vais finir par m’y mettre, pour toutes les raisons que tu cites et notamment celle du cheminement. C’est une démarche et un état d’esprit qu’il est rare de trouver ailleurs, la plupart des activités humaines finissant toujours par se faire happer par le souci de performance et de classement.
    j’aime les arts martiaux (et j’en ai pratiqué) pour la même raison. Chacun son chemin et la quête ne s’arrête jamais. La principale quête, c’est soi-même.

    • Le comparatif avec les arts martiaux est super intéressant ! Tu penses auquel en particulier ? J’ai fait quelques années de judo quand j’étais petite mais j’étais traumatisée parce qu’il fallait toujours « combattre » contre une autre personne, or j’étais la seule fille du cours et je me faisais toujours écraser comme une mouche…

      • Bonjour Victoria,

        Personnellement je fais de l’Aïkido, qui est une discipline où il n’y a pas de compétition (il n’y a pas d’attaque, le but de l’aïkido n’est pas d’être agressif envers les autres), et où je retrouve beaucoup des bienfaits du Yoga que tu cites ! N’hésites pas à te renseigner sur cette discipline si tu recherches un art martial tourné sur la bienveillance.

      • J’ai fait de l’aïkido… pas de compétition dans ce sport… et le respect de l’autre est total. J’ai vraiment adoré ! Il faut vraiment faire harmonie avec le parternaire. D’ailleurs AÏkido signifie la voie de la concordance des énergies.

        Mes fils font du karaté. eux sont dans le système compétition, il y a donc l’idée de gagner, de vaincre l’autre. Mais c’est dans un respect total, et c’est aussi une façon d’apprendre à perdre, à reconnaître de bonne grâce qu’on a été moins fort, moins bon que l’autre. Je trouve que c’est une bonne leçon.
        Et ils pourront pratiquer le karaté toute leur vie, même s’ils ne font plus de compétition. Il y a toujours apprendre, et plus ils monteront en grade, plus on leur demandera un travail spirituel.
        Ce qui fait que je m’accommode assez bien de leur pratique compétitive, qui n’est qu’une phase en fait (et pas obligatoire, beaucoup d’enfants de ce club n’en font pas du tout).

      • Merci Anne pour ta réponse ! Moi qui déteste la compétition et tout ce qui suppose de « combattre » une autre personne (je n’y trouve vraiment aucun intérêt), l’aïkido pourrait mieux me convenir.

      • Oui je pense que l’aïkido te conviendrait mieux, pourrait te convenir en tout cas.

        POur le karaté, justement, tu peux en faire toute ta vie sans combattre, avec tout l’aspect techique, « kata » (et non pas kumite, combat). C’est justement ça que je trouve génial. Et je pense que c’est le cas en fait dans beaucoup d’arts martiaux (mais je connais principalement ces deux-là)

  4. Hello Victoria!
    Je fais du yoga depuis 5 ans et j’adore cette discipline car elle me fait du bien et j’adore ma prof. J’avais d’abord essayé un autre cours et cela m’avait rendu mal. Avec toutes les sortes de yoga il faut vraiment trouver celui qui nous convienne. Pour moi c’est le hatha yoga. Depuis que j’en fait j’ai pratiquement plus besoin de voir un ostéopathe pour ma scoliose.
    Sinon puisque le yoga est très tourné sur la connaissance de soi et son intérieur ce n’est pas une discipline que je recommande lorsqu’on est vraiment mal. Il y a 3 ans après une rupture je me suis rendue compte que mes cours de yoga augmentaient ma tristesse. J’ai quand même continué les cours mais les moments de respirations je sortais toutes les larmes de mon corps…

    • Ah tiens, moi je dirais tout le contraire: quand on est mal, le yoga permet de libérer les émotions justement, il fait sortir ce qui doit sortir et contribue donc aux petits pas vers la « guérison » psychologique. J’ai pleuré plusieurs fois en cours aussi et ça a toujours été pour moi une source de libération et de réflexion; cela m’a fait prendre conscience de mes blessures et m’a permis de les laisser partir.

      • The MarSienne

        Oui en effet, on peut dire que c’est une libération mais dans mon cas mes blessures n’étaient pas secrètes et donc c’était dur de penser à autre chose. Sinon j’ai déjà pleuré en cours pour d’autres circonstances (fatigue, petits soucis du quotidien, etc.) et je suis d’accord avec toi de dire que c’est une sorte de lâcher prise.

  5. Merci Victoria ! J’aime beaucoup le yoga mais je n’ai jamais pris le temps de m’y mettre sérieusement. J’espère que mon déménagement à Amsterdam sera l’occasion de le faire (j’ai hâte!!!). Du coup, je me permets de te demander si tu as des adresses de studio sur place à me conseiller ?

    Merci beaucoup !

    • Coucou Joanna ! J’habite dans le Sud, et mon studio est You Can Yoga. Il est super, avec plein de sortes de cours différents, des prix très raisonnables et des petits effectifs. Mais si tu es dans un autre quartier (à part West, qui reste assez proche), la localisation risque de ne pas t’arranger !

  6. Bonjour Victoria,
    Merci pour cet article. J’aime le yoga pour toutes les raisons que tu cites. J’en fait chez moi plusieurs fois par semaine avec l’aide de vidéos youtube ou seule avec un cd (le cd world of yoga dont tu avais parlé dans un de tes anciens articles est très bien) puisque je n’ai pas de cours à proximité de chez moi. C’est également un très bon complément à la course à pied.
    Passe une bonne journée.
    Des bises :-)
    Delphine

  7. Hello Victoria,

    Si je suis une fervente adepte du Pilates, je n’accroche pas du tou au yoga.
    Je suis , comme j’aime à le dire, une stressée de naissance. J’use et abuse de l’auto-contrôle, ne m’accrodant que très rarement des moments de lâcher prise. C’est pour cela que durant 1 ou 2 ans, j’ai écumé les studios de yoga autour de chez moi pour trouver le prof qui me ferait aimer cette discipline que tout le monde me recommande.
    Mais, je dois avouer, que je n’ai jamais réussi à apprécier pleinement le moindre cours. alors j’ai décidé de laisser tomber et de me concentrer sur le Pilates en modifiant légèrement ma pratique pour être plus à l’écoute de mes sensations durant mes séances.

    Mystinguett

    • Je comprends tout à fait, surtout d’une part parce que j’avais moi-même détesté mes deux premiers cours, et d’autre part parce que je sais à quel point tout peut dépendre d’un mélange entre le professeur (son aura, sa personnalité, son attention…) et le type de yoga qu’il enseigne. Tu as raison de ne pas te forcer, ça n’aurait aucun intérêt ! J’espère qu’un jour tu auras l’occasion d’une super expérience qui te donnera un regard neuf sur cette discipline, mais sinon ce n’est pas grave du tout :)

  8. Coucou
    Je trouve ton article très éclairant sur le sujet. J’avais déjà l’idée dans le coin de ma tête de commencer le yoga, maintenant j’en ai vraiment envie.
    A bientot

  9. Salut Victoria,
    Je te suis sur instagram (tes repas bols miamiam) mais quand j’ai vu que tu avais écrit sur le yoga j’ai de suite eu envie de venir te lire ici. Ca fait un moment que j’ai envie de m’y mettre et tu (et les commentaires des lectrices) m’ont totalement convaincue de me bouger.
    Alors merci beaucoup !

  10. Je suis d’accord avec toi sur beaucoup de points, notamment en ce qui concerne le bien-être physique. Grâce au yoga je me muscle en profondeur et mon dos me fait beaucoup moins souffrir. Le yoga apaise également beaucoup mon esprit constamment en ébullition. En revanche, je n’ai pas le même ressenti que toi au sujet de la performance liée au yoga. Peut-être est-ce dû aux cours auxquels j’assiste (yoga ashtanga), mais je trouve cette discipline extrêmement exigeante. On n’a rien à gagner effectivement, mais si l’on souhaite parvenir à un niveau correct, il faut énormément de travail. Bien sûr cela me motive, m’incite à progresser, mais je me sens parfois un peu « dépassée » alors que je suis assez souple à la base… Je suis également toujours assez perplexe quant à l’ambiance qui règne en cours de yoga (je ne parle pas des enseignants). Je trouve que bizarrement, les gens sont assez fermés, peu enclins à l’empathie et à la communication (ne serait-ce que par les attitudes).
    Bref, voilà mon sentiment, je pense que c’est peut-être dû aux différents studios que j’ai fréquentés… Il n’empêche que je me retrouve quand même complètement dans cette discipline qui a changé ma vie depuis maintenant 6 ans.

    • Ah oui tiens, moi je n’ai jamais ressenti ça – mais il faut dire que j’ai toujours choisi mes studios après d’intenses réflexions, recherches et essais, pour être sûre que l’ambiance ne soit pas comme ce que tu décris (même pour le vinyasa, qui est également assez exigeant). Mes profs m’ont toujours fait sentir que mon niveau n’avait strictement aucune importance, que le plus important était de trouver son rythme et que même un tout petit pas était une grande victoire. On me dit toujours que si je ne me sens pas de faire telle ou telle posture, je peux demander une variation plus facile, je peux plier les genoux etc… et surtout que je dois avoir le courage d’y renoncer et de me mettre en position de l’enfant si besoin (« parce qu’avoir le courage de dire non c’est aussi du yoga »).

      Pour l’ambiance entre les élèves, je comprends ce que tu veux dire. Je crois que c’est justement parce que le yoga est une affaire entre soi et soi, donc chaque personne est concentrée sur ses propres sensations. Cela n’invite pas forcément beaucoup au dialogue. Mais j’ai quand même toujours eu de sympathiques discussions avec d’autres élèves avant ou après les cours donc ça va !

      • Oui tu as raison, le yoga est une forme d’introspection, de défi lancé à soi même qui n’invite pas beaucoup au dialogue. Je regrette simplement le côté un peu sectaire que le yoga revêt parfois… Bon we!

  11. Merci pour cet article, Victoria.
    Pour toutes les raisons citées, clairement le yoga me serait aussi bénéfique (j’en ai eu fait il y a fort longtemps) mais maman solo, je n’ai que très peu de temps libre pour suivre des cours physiques. Peut-être via Youtube (citée au dessus) ? ou un autre site, pourquoi pas ?! ça serait le bon compromis :)
    Belle journée à toi.

  12. Bonjour !
    Je pratique le yoga depuis presque 10 ans maintenant et je me reconnais bien dans ce que tu décris.
    Ce qui me fait un bien fou durant les séances c’est le fait que le temps y paraît comme suspendu, c’est vraiment une parenthèse apaisée dans nos vies où l’on ne prend peut être pas assez le temps de se poser, où l’on court partout.
    Pour ma part je pratique le viniyoga et grâce à ma prof j’ai pu aussi découvrir le chant védique. Je te le recommande chaudement si jamais tu as l’occasion de tester, quand on est un peu timide c’est difficile de se lancer au début, mais l’effet des vibrations de notre voix et celle des autres a un pouvoir apaisant impressionnant.
    Au passage j’en profite pour te dire que c’est toujours un plaisir de te lire.
    Bonne continuation à toi !

  13. Merci Victoria pour cet article très complet.
    Je fais du yoga depuis dix ans maintenant et j’avoue que c’est une véritable hygiène de vie. Et physiquement parlant, pour ceux qui ont un petit dos / ventre sensibles comme c’est mon cas, cela permet de soutenir son corps et l’apaiser en douceur.

  14. Merci pour cet article très approfondi sur le sujet. J’ai des soucis de dos en ce moment et j’envisage sérieusement de m’y mettre. Et ton article m’y a un peu plus convaincu :)

    Bonne journée à toi!

  15. Merci Victoria pour partager tes expériences. Moi je commence tout juste! Je fais mes salutations au soleil le matin et pas beaucoup plus. Ancienne gymnaste je suis assez souple à la base mais j’ai des muscles assez volumineux et le yoga m’aide à les étirer. J’aime aussi le fait que cela me calme et me coupe du monde extérieur. Ce que j’aime moins, en bonne européenne que je suis, c’est tout le côté spirituel de la chose, presque religieux. Ca j’essaie vraiment d’éviter! Bonne journée!

    • Oui je comprends tout à fait ! La première année j’ai suivi des cours qui n’avaient absolument aucune dimension spirituelle. Cette année certains cours sont parfois un chouïa plus méditatifs mais il n’y a rien de religieux heureusement !

  16. Très bel article ! Tu m’as donné très envie de me lancer, est-ce que tu as éventuellement des chaînes YouTube ou des blogs spécialisés à nous conseiller ou nous conseilles tu plutôt d’aller en cours (étant actuellement au chômage cela m’est pour l’instant impossible) ?
    Merci pour toutes ces informations sur le yoga, gros bisous !
    Audrey

  17. Comme toi, j’adore le yoga et j’en fait tous les jours. Je ne m’attendais pas a de tels bienfaits sur mon corps et mon esprit et je ne peux plus m’en passer maintenant :)

  18. J’ai fait un semestre de yoga lorsque j’étais à la fac, j’en garde un excellent souvenir, avec un prof qui était à la base entraîneur de Hand mais qui aimait vraiment le yoga et savait faire passer sa passion. Aujourd’hui j’ai repris la danse, mais si je pouvais, je ferais les deux disciplines.

  19. C’est fou ce que le yoga fait ressentir, j’en ai fait un article récemment sur mon blog aussi!
    Ma pratique est en train de prendre une autre ampleur depuis quelques mois ou je pratique à la maison en plus de mon cours hebdomadaire, et ça change tout! Comme d’autres te l’ont cité, je m’aide de la chaine de Yoga with Adriene, j’adore. Et j’aime aussi faire du yoga chez moi, seule. Mais j’aime aussi en faire en studio ;) Bref, tout est une question d’équilibre!

  20. Je pratique en cours collectif depuis le mois de septembre et tout ce que tu décris reflète à la perfection ce que je ressens vis à vis de cette discipline :)

  21. Bonjour Victoria,
    Merci pour cet article (et tous les autres !).
    Je vais prendre une année sabbatique pour me mettre au vert et je voulais en profiter pour me mettre au yoga (après plusieurs années de pratique du Pilates). Mais je ne sais pas pr quel type de yoga commencer. Aurais-tu un conseil ?
    Merci et bravo pour ton blog!

    • Coucou Clémence ! Je pense que tout dépend de ton état et de ce que tu recherches. Si tu as envie de quelque chose qui ressemble quand même à du sport plus classique, qui t’apporte des challenges et un peu de cardio, alors il faut plutôt te tourner vers l’ashtanga (sauf problèmes d’articulations, car c’est une discipline pas très douce pour les genoux par exemple) ou le vinyasa (ok pour les articulations). Si en revanche tu préfères commencer plus tranquillement, avec quelque chose de plus profond et relaxant, alors les variantes du Hatha yoga ou du Yin yoga te plairont sans doute davantage !

      • Merci beaucoup ! Je vais investiguer du côté du Hatha Yoga.

  22. Hello,
    Je fais du yoga depuis 4 ans, je suis un cours 2h par semaine, j’ai commencé le yoga suite à une grosse phase de crises d’angoisses. Ces crises ultra violentes je ne savais pas comment m’en débarrasser. J’étais en colère contre moi, contre mon corps, lassée de subir! Le yoga m’a permis de me réapproprier ce corps et cet esprit qui faisait défaut. J’aime la douceur que véhicule le yoga, j’aime le fait que nous soyons les propres maitres de nos propres limites, que nous ne soyons pas dans la culture de la concurrence. J’aurais surement pu me réapproprier mon corps en allant faire du sport en salle, mais mes rondeurs me bloquaient à ce moment là. Pas envie d’aller au sport au milieu de jolies filles toutes bien gaulées et toutes super sportives. Dans mon cours je suis la plus ronde, mais je suis aussi la plus souple et je n’ai eu à subir aucun regard de jugement sur mon corps et sur mes aptitudes. Pour moi aussi c’est une belle découverte et je continue toutes les semaines à y aller avec un grand plaisir.
    Et aus passage merci pour ce joli blog que je lis avec plaisir depuis un long moment même si je ne commente pas souvent.

  23. Coucou,

    J’ai commencé le yoga il y a peine 2 semaines et j’aime beaucoup m’y rendre car ça me détend, je suis hyper stressée et ça me fait vraiment du bien, ton article me conforte dans mon idée :)

  24. Coucou,
    J’ai commencé le yoga il y a +/- 18 mois. Je fais du pilates depuis plusieurs années. Le yoga m’apporte aussi un bien-être à la sortie du cours et ce dès le premier cours. J’ai des problèmes de sommeil et quand je me réveille la nuit je me relaxe comme au cours. J’ai gagné en souplesse mais j’ai, également, constaté un certain recul par rapport à des événements personnels qui m’auraient fait bondir: je respire et je prends du recul (y’a des fois ça marche pas mais j’y arrive de plus en plus)
    Depuis un an, je fais du jogging et c’est complémentaire avec le yoga et le pilates.

  25. De mon côté ce serait plutôt le pilates. J’en fais depuis 8 ans et c’est fou ce que mon a corps a changé depuis. Mais comme pour le yoga d’ailleurs, je pense qu’il faut vraiment tomber sur LE prof qui tue sinon, ça peut être un gros échec. Mon cours est un peu loin de chez moi, je dois prendre la voiture, tourner 3 heures pour pouvoir me garer mais à chaque fois que j’en ressors, je sais pourquoi je suis venue! Ma prof est une danseuse et chorégraphe, elle a une connaissance approfondie du corps et c’est essentiel. Ses cours sont très pédagogiques et il y a une vraie progression, non seulement sur l’heure mais également sur l’année. Après, il faut juste comprendre que 100 abdos mal faits à toute vitesse sont beaucoup moins efficaces que 10 avec une position optimale et une respitation adaptée.Thémis

  26. J’habite à la campagne et j’ai découvert qu’il y avait un cours dans le village d’à côté, quelle chance!
    J’ai commencé le yoga en septembre, parce que le yoga ce n’est pas un vrai sport… Enfin, c’est ce que je pensais à l’époque! Dès le premier cours, j’ai découvert l’existence de muscles insoupçonnés!
    La pratique soulage beaucoup mon dos.
    Le yoga m’apporte détente, bien être et sérénité… enfin, jusqu’à ce que j’aille chercher mes filles à l’école!

  27. Super article! Cela fait presque 5 ans que je pratique le yoga et moi qui était une grande courreuse aujourd’hui je préfère me rendre à mon studio chéri que de chausser mes baskets !
    Comme toi le yoga m’a apporté beaucoup de sérénité à une période de ma vie où j’en avais désespérément besoin (avec ma mère malade, etc).
    Mais surtout surtour, le yoga est une des rares activités (avec la lecture et la cuisine) où mon esprit ne vadrouille pas ailleurs. J’ai énormément de difficultés à être dans l’instant présent au quotidien. Je pense tout le temps à ce que je vais faire plus tard, à ce que je pourrais faire ,… Quand je fais du yoga je me concentre sur les mouvements, la respiration,… J’adore ce moment !
    Je dois encore travailler le dernier point de ton article, la perfectioniste en moi à parfois du mal à accepter certains blocages, mais je progresse !
    Enfin j’ai eu la chance de rencontrer de super profs de yoga à Paris comme à Dublin. Je pense que cela joue énormément sur la découverte du yoga.
    Super article en tout cas ! Namaste :)

  28. Salut Victoria, merci pour ce très bon article, bien détaillé et bien argumenté.
    Personnellement je débute tout juste dans le yoga et ai choisi cette discipline pour les mêmes raisons que tu cites : pas de recherches de performances mais du bien-être intérieur et extérieur ainsi que de l’apaisement ( après un petit burn out aussi, hihi ). Seul hic dans cette discipline : les cours sont chers, à raison de 15 euros pour 1h30 ( en tout cas à Paris ). Bon c’est un choix et en général je ne suis pas déçue.
    J’aimerai bien pratiquer seule chez moi de temps en temps pour des raisons pratiques mais je ne le fais pas car j’ai peur de mal faire ou mal me positionner etc… Pratiques-tu seule, et si oui comment fais-tu pour te corriger et au bout de combien de temps t’es-tu sentie suffisamment à l’aise pour le faire ?
    Vive les jeans Bonobos et longue vie à ton formidable et très sincère blog.

    • Il m’est arrivé de pratiquer seule, mais ce n’est pas quelque chose que j’aime faire particulièrement. Pour pouvoir être vraiment concentrée et bénéficier de la pratique, j’ai besoin d’être hors de chez moi, hors de mon environnement quotidien, et si possible guidée sans devoir réfléchir moi-même aux enchaînements. Pour ce dernier point, il y a bien les vidéos sur youtube, mais être encore devant un écran me plaît moyennement… En revanche, quand j’ai essayé de faire du yoga seule, j’avais déjà eu un an de cours d’une excellente prof (aussi ostéopathe) qui nous a parfaitement corrigés et formés à sentir la bonne position du corps, donc je n’ai pas eu de problèmes de doutes concernant les postures. J’en déduis qu’il faut sans doute quand même au moins quelques mois d’expérience pour être capable ensuite de se lancer tout seul sans risquer de se faire mal !

  29. Alors moi je ne sais pas pourquoi mais mon expérience n’a pas été très concluante. Je suis allée 5 fois à un cours d’ashtanga yoga (effectivement très physique!). Ca me plaisait même si je dois toujours me mettre un coup de pied aux fesses avant d’aller à une séance. Et puis j’ai lâché sans vraiment de raisons alors qu’en plus j’avais déjà payé ma carte de 10 séances. Une partie du cours me faisait peur, plein de positions de poirier et autres que je n’arrive pas du tout à faire et qui me terrorisaient. Je pense que cette peur de ne pas y arriver m’a fait reculer. A la base je me suis tournée vers le yoga car je suis une grande angoissée et je cherchais un peu de sérénité mais au final mon appréhension de cette partie du cours faisait l’inverse. Et là je me sens nulle, j’ose pas y retourner après tous ces mois d’absence….

    • Tu ne dois pas te sentir nulle, moi aussi j’aurais détesté commencer par plein de positions qui font peur et de poiriers ! Ce n’était sans doute pas idéal pour débuter et tu ne pouvais pas le savoir. Peut-être que quelques cours de yoga Hatha te redonneraient confiance !

    • Hello Palmyre! Essaie peut-être quelques workshops qui reprennent les bases du yoga (débutant donc), il y a des sessions de 2-3h. Ca permet de revoir chaque posture en profondeur tout en améliorant ses postures à chaque fois (avec des pauses plus longues, quelques enchaînements de la même posture, etc. ça t’aidera à prendre le rythme. J’ai connu l’épisode où j’essayais de suivre avec peine parce que j’avais simplement pris une classe qui n’était pas à mon niveau!). Ensuite tu peux t’entraîner en les reproduisant à la maison parce que la « règle » du yoga c’est de se baser sur une série de postures et d’intensifier la difficulté donc si tu commences par être à l’aise avec la maîtrise des bases, tu te sentiras plus en confiance pour le reste :-)

  30. Super cet article ! Moi aussi je pratique le yoga depuis 2 ans, avec un prof en cours individuel. Mon problème, c’est que j’ai bien du mal à me discipliner à la maison ! Il faudrait que je me trouve des cours physiques… Mais sinon, j’adhère à 100% ! Comme toi je suis plutôt « control freak » et apprendre à respirer et à lâcher prise fonctionne comme une thérapie douce pour moi :)

  31. Encore une fois cette article est vraiment bien écrit, tout en nuances et en ressentis!

    Le yoga est à mon sens, une discipline qui permet d’être dans un environnement bienveillant, une atmosphère calme propice à la détente et au lâcher prise (la salle de spinning où la femme crie à côté de celle où je pratique le yoga me donne le vertige, j’ai du mal à imaginer trouver du plaisir dedans après une journée de travail) et c’est aussi une activité qui apprend à être à l’écoute de son corps (ce qui est très important dans n’importe quel sport, reconnaître ses limites et quand les dépasser). J’ai l’impression que c’est une activité qui plaît plus aux introvertis, après en avoir parlé avec des amies, c’est le calme et la réflexion engendrée par la pratique qui semblent les repousser.

    Grâce aux commentaires, j’ai glâné des infos sur l’aïkido, alors merci les lectrices ! Ca me semble très intéressant aussi!

    Pour les cours en ligne, j’ai découvert FitStar Yoga, il y a une appréciation à la fin de chaque session (trop facile, bien ou trop difficile), ce qui permet de gauger les exercices à réitérer ou non.

    • PS: Il y a une position que je trouve très agréable en fin de journée quand on a travaillé assise (trop) longtemps, c’est le petit bloc en mousse calé entre les omoplates en position couchée évidemment, et en essayant de simplement déposer les épaules vers le sol. Est-ce que quelqu’un a d’autres postures qui soulage le haut du dos?

  32. Très bel article, très intéressant. J’ai déjà tenté quelques vidéos via youtube mais j’aimerais suivre des cours. Malheureusement je n’ai pas le temps en ce moment, mais j’espère m’y mettre prochainement et ton article m’aide à me motiver.

  33. Je te remercie de dire que le yoga ne convient pas à tout le monde. J’en ai fait pendant un an (j’avais payé et je me disais que ça allait finir par marcher). Je suis allée à tous les cours. Pas de souci particulier pour les exercices, la prof était sympa mais à la fin du cours, j’avais juste une envie : me mettre à courir partout ..
    Finalement, la prof est venue me voir, au moment où l’on abordait les réinscriptions (j’avais déjà décidé d’arrêter) et elle m’a demandé si j’avais envie « de courir » bref me dépenser physiquement après son cours – et oui elle a su parfaitement lire en moi. J’ai répondu oui et elle m’a dit que courir ou les arts martiaux me correspondaient mieux. Elle avait raison ;-) Je me sens tellement bien, détendu après avoir couru … et puis j’ai besoin du grand air ! Par contre, maintenant, je cherche un cours de barre au sol (mes années de ballet sont loin derrière moi). Tu as déjà tenté ça ?

  34. Coucou Victoria!

    J’aprécie beaucoup ce post, qui me rassure je dois dire, moi aussi mes jambes étaient/sont bien raides… Cependant, comme tu l’explique dans ton article, le yoga s’apprend, la respiration s’apprend, le corps s’apprend !
    J’ai commencé le yoga il y a quelques mois et c’est tout à fait ce que je ressens.
    Le « lacher prise » s’acquiert je le pense au fil du temps, personnellement la relaxation à la fin de mon cours, et le moment focalisé sur la respiration m’aident énormément à (presque) ne plus penser.
    Je fais des exercices de respiration le matin, quand j’ai encore la tête toute embrumée, au lit, et ça a incroyablement réduit mon stress.

    Voili.
    Et j’adore ton blog.❤️

    Keep up the good work,

    Marie

  35. Bonjour Victoria!
    J’ai aimé ton article sur le yoga. Je m’y suis mise assez récemment (4 mois) et je suis épatée par tout ce que ça m’a apporté! Je savais que le yoga était réputé pour être relaxant, déstressant mais je ne pensais pas que ca serait aussi physique! Je pratique le vinyasa flow et moi qui ne suis absolument pas sportive j’adhère complètement. C’est juste assez physique pour se muscler et transpirer! Mais tout en douceur avec des étirements pour faire du bien aux muscles. J’en ressors reboosté en énergie et apaisée. Au niveau musculaire c’est impressionnant comme tout doucement tout se dessine: les épaules, le dos, les bras et les abdos! Moi qui peinait à me tenir droite le yoga m’a enfin appris à muscler mon dos pour mieux me maintenir. Et je suis tout à fait d’accord avec toi sur la confiance en soi, je ne suis pas sportive et le fait de se dépasser sur certaines peur apporte du réconfort et de la joie sur ces petites victoires du coup on se dit qu’on est pas si nulle que ca (j’ai toujours été nulle dans n’importe sport à l’école). Bref je ne suis pas prête de lâcher mon cours de yoga!

  36. J’aime beaucoup ton article! Je le trouve très juste et ton style d’écriture est très apaisant. Pour ma part, j’ai commencé le Yoga en début d’année. Je souhaitais trouver une discipline qui allie travail du corps et apaisement de l’esprit et c’est tout à fait ce que j’y ai trouvé. J’ai pris peu à peu conscience de mon corps, de certains muscles inconnus jusqu’à lors, de la manière dont je me positionnais dans l’espace. Je suis toujours étonnée et fière quand j’arrive à faire une posture qui me semblait impossible au premier abord. C’est devenu un moment important de ma semaine, j’en ressors toujours positive et armée pour affronter les petits et grands stress du quotidien.

  37. Le yoga, que je pratique depuis 3 ans assidûment (j’essaie d’y aller 5 fois par semaine) a aussi revêtu pour moi des qualités insoupçonnées.
    J’ai longtemps pratiqué des sports « cardio » et en fait je détestais ça. Mon corps me hurlait d’arrêter et donc au bout d’efforts difficile forcément j’arrêtais.
    Le yoga vinyasa et le yoga yin que je pratique sont très intenses et exigeants (mon corps a aussi changé, plus musclé, plus gainé et mieux tenu. plus souple et parfois je transpire à grosses gouttes tellement c’est difficile où j’ai l’impression que mes hanches vont sortir de leur place en pigeon ou en lézard) mais je me sens BIEN pendant tout le cours. Et hyper bien après !
    Et quand j’ai des journées plus difficiles (fatigue, souci, posture trop difficile pour moi….) je zappe certaines postures sans problèmes, plus à l’écoute de mes sensations.

    En 3 ans, j’ai fréquenté des studios assez différents. et si au début j’aimais le cours un peu technique, centré sur les alignements et l’enchaînement de posture, j’aime aussi dorénavant les cours où le prof (tout en enchaînant les postures )donnent une dimension spirituelle à son cours (discours en lien avec les postures comme la montagne = la posture des valeurs profondes).
    J’ai même un prof krishna qui chante en début et fin de cours et qui centre ses cours sur des réflexions profondes (rapport à soi, rapport à l’autre, construction des bases, bienveillance….) et j’adore son cours (même s’il est fan des inversions et que j’ai encore peur de les faire…)
    bonne continuation petit yogi :) !

  38. Coucou Victoria ! Merci beaucoup pour cet article très interessant sur le yoga et ses bienfaits !
    Moi qui cherchais une activité qui me permette de me detendre et de lacher prise (oui je suis très perfectionniste) tout en travaillant mes muscles, je suis convaincue.
    Mais j’ai tout de même une question: j’ai 15 ans. Penses tu qu’il existe des cours de yoga pour les gens de mon âge ?

  39. Je pratique le yoga maintenant depuis plus de 5 ans, ça m’a permit de réellement me canaliser.

    Moi qui suis un passionné de musculation, notamment d’entraînements intensifs de barre de traction, chaise romaine abdo…il me fallait une autre activité qui me permettrait de me recentrer.

    j’encoure vraiment tout le monde de s’y mettre. :)

    John.

  40. Superbe témoignage ! Autant sur la forme que sur le fond d’ailleurs. C’est très agréable de te lire, tu écris vraiment bien. Concernant le yoga, je pense à en faire tous les jours mais, comme je ne me lève jamais à l’heure que je souhaiterais, ça passe à la trappe régulièrement. C’est très intéressant ce que tu dis sur le niveau par rapport aux autres, la performance. Quand j’étais en cours, j’avais un peu honte de ne pas tenir aussi longtemps quelques poses. J’avais l’impression de déconcentrer le reste du groupe ! J’en fais à la maison maintenant. J’ai retrouvé les mêmes sensations de bien-être avec la chaine d’Adriene. Avec les autres, ça ne passe pas aussi bien. Je me renseignerais bien sur les tarifs des cours dans mon quartier tout de même.

  41. Je fais du yoga chaque matin depuis plus de deux ans et c’est mon rituel du matin pour me réveiller et bien commencer ma journée.
    Cette pratique, tout comme la méditation, m’apporte beaucoup de détente et au fur et à mesure de la pratique, m’aide à gérer l’anxiété ainsi que les émotions.
    Ce que j’adore aussi, c’est qu’il m’a aidé à avoir une meilleure digestion et un meilleur sommeil et ça a contribué à faire disparaître l’insomnie!
    Comme autre thérapie, je viens tout juste de pratiquer le brossage à sec, peut-être la connais-tu?

  42. Bonjour Victoria,
    J’aime beaucoup ton blog, donc forcément lorsque tu parles Yoga cela me touche tout particulièrement! Merci pour ce beau témoignage!
    Tu es bien sûre la bienvenue à mes cours si tu passes un jour à Paris :)
    Belle soirée!

  43. Je me suis vraiment mise cette année 2016 c’était une de mes résolutions, je pratiquait déjà la méditation et je suis boudhiste donc c’était assez logique pour moi d’y venir mais en tout cas je me reconnaît complètement dans les bénéfices que tu en tires on peut même ajouter je pense la persévérance au vu de certaines figure technique en tout cas agréable découverte…
    Je viens comme un cheveux sur la soupe découvrir ton (gros) blog que je connaissais pas (honte à moi) suite à ton partage d’un de mes articles sur Twitter via Laura (vg-zone) et ça fait une demi heure que je navigue page après page. Tu peux compter sur moi pour te relire très prochainement !

    À très vite

    Lucile ?

  44. Bonsoir :)
    J’adore le yoga ! j’ai essayer pendants plusieurs mois dans un club jusqu’ici tout aller bien jusqu’à ce que je sorte le porte monnaie et pour moi il était impossible de payer pour me faire du bien .
    Alors j’ai cherché des vidéo pour me détendre chez moi, enfin pour associer détente et raffermissement (ventre et cuisses)
    J’ai encore beaucoup de mal à m’y tenir il m’arrive de ne pas en faire pendant 2 semaine puis de m’y mettre une soirée bref … c’est vraiment pas cool alors que ça ne m’apporte que des point positif !
    Comment fais-tu pour t’y mettre ? pourquoi est-ce si dur de ce mettre au sport ? ^^’

    Un p’tit lien Yoga : https://www.youtube.com/channel/UCrF3OuToXWui3qiJl9nS61Q

    Bonne soirée et j’aime beaucoup tes articles (je me suis mise au soutien gorge triangle, grâce à toi mais Chuuuuut ! :) )

    • Je suis d’accord le yoga c’est horriblement cher ! Apres plusieurs annees de frustration, j’ai decide de me former en professeur de yoga et offre maintenant des cours sur Paris a bas-prix, pour que tout le monde puisse en profiter : http://www.ninayoga.org !!!

  45. Coucou Victoria,
    Ce témoignage est très intéressant. J’ai toujours pratiqué la danse parce que j’aime me défouler, me concentrer sur les pas à reproduire, suivre le rythme de la musique…
    Mais je connais comme toi des problèmes de stress chronique, qui aujourd’hui deviennent invivables parce qu’ils altèrent la qualité de mon sommeil, me poussent à des compulsions alimentaires lorsque je rentre chez moi et que la pression retombe, et là depuis tout récemment mon estomac me dit « stop » et je me dis qu’il faut que je trouve une solution à ce problème. Le yoga est peut-être une solution ?

  46. Bonjour Victoria et merci pour cet article très complet et intéressant.
    J’en profite pour te dire à quel point ton blog continu d’être enrichissant (je te suis depuis déjà de nombreuses années) et nombres de tes articles m’intéressent énormément, c’est ton état d’esprit dans sa globalité que j’approuve :-) Je tiens à rajouter que tu as su,au cours des années,garder ton authenticité et tu n’es pas tombée (comme beaucoup) dans les articles-pub inintéressants et qui contribuent à cette société de consommation.Bref, tout ça pour rebondir sur cet article, je voulais te questionner plus précisément sur le « contrôle » des pensées, as tu une méthode pour y arriver ? Je m’explique : je suis un peu comme toi si je puis dire : beaucoup de manque de confiance en moi,pensées dévalorisantes etc et depuis plus d’un an (suite à un évènement très traumatisant et blessant pour moi) je pense très souvent (de façon négative) à cette personne qui m’a fait beaucoup de mal et de façon quasi-inconsciente .J’essaye donc de m’entrainer à guider mes pensées vers d’autres plus positives mais c’est dur dur…j’y suis arrivée recemment et ça m’a fait un bien fou d’y arriver mais je ne sais pas si une « technique » existe pour renouveler cela et m’apaiser enfin… Merci beaucoup de lire mon « paré »,au plaisir de dévorer encore et encore tes publications,tu es une belle personne c’est un plaisir de te « suivre ».

  47. Quel superbe article ! Il reflète à merveille tout ce que j’aime dans cette discipline et tout ce qui me pousse a persévérer dans cette voix. C’est d’ailleurs l’heure de ma séance du soir :) Namasté !

  48. Salut !Je te remercie pour cet article et entre nous il tombe à pic. Et pour cause, cela fait quelques jours que je veux me mettre au yoga.

  49. Je fais du yoga depuis maintenant 2 ans et j’avoue que j’y étais particulièrement retissent la première fois, j’avais vraiment fait l’effort pour accompagner ma copine. Maintenant c’est limite moi qui l’y traine le dimanche matin ^^

    Je trouve l’association très intéressant avec la pratique de la musculation ! Je recommande, ne serait ce que pour « lâcher prise », comme le dit si bien cet article.

Répondre

Naviguer