Revue // 3 déodorants naturels sans bicarbonate

Vous le savez peut-être, la quête du déodorant naturel parfait constitue pour moi un véritable parcours du combattant depuis 3-4 ans: je vous en parlais déjà l’année dernière dans un bilan très mitigé, après avoir pourtant testé 20 références différentes.

Depuis, ma situation ne s’est pas tellement améliorée puisque j’ai dû renoncer complètement aux déodorants contenant du bicarbonate de soude, l’ingrédient star des formulations bios et du fait-maison, en raison de son agressivité sur ma peau sensible. 2017 aura donc été pour moi une année d’exploration des alternatives les plus douces du marché (qui sont plutôt restreintes) avec plus ou moins de succès…!

Ayant testé ces derniers mois trois références récentes dans le domaine du déodorant naturel sans bicarbonate, j’ai eu envie de revenir sur ce sujet pour vous partager mon expérience, ainsi qu’un avis complet sur ces produits prometteurs.

On parlera ici d’aisselles, de transpiration, d’odeurs et d’épilation. Ce n’est clairement pas l’article le plus glamour de l’histoire du blog, j’en conviens, ni celui qui me donne la meilleure image, mais j’espère qu’en vous confiant ma situation, je pourrai donner quelques pistes aux personnes qui rencontreraient le même type de soucis. Si vous avez des éléments de réponse pour compléter ce post, d’ailleurs, n’hésitez pas à les partager en commentaire pour le bénéfice de tou/tes !deodorants-naturels-sans-bicarbonate

BICARBONATE ET PEAU SENSIBLE

La plupart des déodorants aux formulations naturelles contiennent une quantité importante de bicarbonate de soude, ingrédient particulièrement utile puisqu’il cumule des propriétés désodorisantes et absorbantes, mais aussi parce qu’il rend le pH de la peau impropre au développement des bactéries (elles-mêmes responsables des odeurs). Ces alternatives sont aussi efficaces qu’écologiques et saines, et bien supportées par la plupart des gens.

Malheureusement, sur les personnes à la peau sensible, réactive, voire complètement atopique comme moi, le bicarbonate est un faux ami. À force de doses trop importantes, d’une application trop vive ou d’un usage longuement répété, il finit par irriter fortement la peau, créant des réactions pouvant aller de simples rougeurs, boutons et picotements, à de grosses plaques d’eczéma et des démangeaisons intenses.

Cela ne signifie pas que cet ingrédient soit mauvais ou malsain; simplement, il n’est pas toléré par tous.

Dans mon cas, l’intolérance s’est manifestée après plusieurs mois d’utilisation du fameux déodorant Soapwalla, qui par ailleurs était d’une efficacité redoutable (snif): j’ai eu soudainement des plaques d’eczema très inflammées, qui me grattaient beaucoup, et malgré l’arrêt de tout type de déodorant ou épilation pendant plusieurs jours, il m’a fallu au moins deux semaines pour les soigner.

Au-delà de cet épisode désagréable, les vraies conséquences sont apparues dans les mois qui ont suivi, et ce sont bien elles qui me dérangent le plus aujourd’hui.

La peau de mes aisselles, déjà sensible de nature et fragilisée par l’épilation, est d’une part devenue de plus en plus réactive, au point bientôt de ne plus supporter tout produit contenant ne serait-ce qu’une faible dose de bicarbonate. Il me suffit encore aujourd’hui d’une seule application pour que reviennent immédiatement les rougeurs et les démangeaisons.

Mais surtout, à force d’entretenir cet eczéma sous-jacent avec tous mes essais pendant deux ans, ma flore cutanée a manifestement changé: moi qui transpire très peu et n’avais jamais eu de problèmes d’odeurs, même pas à l’adolescence, j’ai commencé à sentir plus qu’avant (rien d’extraordinaire, mais je suis revenue dans la moyenne, je pense), et constaté que malheureusement, la plupart des déodorants naturels ne fonctionnaient désormais plus très bien sur moi…

▼▼▼

DES SOLUTIONS IMPARFAITES

Malgré ces soucis, je ne veux pas retourner à des déodorants de marques conventionnelles, pour protéger ma santé (les éventuels perturbateurs endocriniens et autres substances douteuses ne m’attirent pas franchement, surtout sur cette peau si fragile et irriguée) et par engagement écologique.

Je me trouve donc depuis une bonne année en recherche d’un déodorant naturel à la fois efficace, très doux, sans bicarbonate, et de préférence aussi accessible que possible. Autant vous dire que jusqu’ici, cela n’a pas été une mince affaire, les options disponibles n’étant pas si nombreuses !

C’est simple, je trouve des défauts à toutes les références que j’ai testées pour le moment – le plus gênant étant, souvent, leur efficacité imparfaite. Même les astuces et produits approuvés de tous sont la plupart du temps moyennement convaincants sur moi…

Je reçois régulièrement d’adorables suggestions de lectrices qui me conseillent un candidat idéal à la tenue parfaite, mais à chaque fois, dans mon cas le résultat n’est pas parfait, voire décevant.

J’en viens à me sentir réellement maudite, ou à questionner directement la sensibilité de mon odorat (est-ce moi qui suis trop exigeante à vouloir ne rien sentir du tout ?) et c’est un peu désespérant !

Tout n’est pourtant pas tout noir dans cette histoire. Outre deux références plutôt chouettes dont j’ai déjà pu vous parler (le Meow Meow Tweet Tweet sans bicarbonate à la lavande, très efficace mais difficilement trouvable, et dont j’aime moyennement la texture + ce déodorant à l’aloe vera tout doux que j’adore, mais qui est rarement suffisant pour toute une journée), les trois nouveautés que je vous présente ci-dessous ont chacune des avantages certains, et deux d’entre elles me semblent même satisfaisantes. Faute de trouver la perfection, je m’en contente pour le moment et tout se passe plutôt bien !

J’espère toutefois pouvoir un jour cesser de me préoccuper de cette question !deodorants-schmidts-sans-bicarbonate

DÉODORANT STICK POUR PEAUX SENSIBLES SCHMIDT’S (entre 12 et 14€)
☞ Dispo sur MonCornerB, Bazar Bio, iHerb

♡ Parfum

La diversité et l’originalité des senteurs de cette gamme change un peu de ce qu’on voit d’habitude: c’est plutôt appréciable, et surtout, cela augmente les chances pour chacun/e de trouver une option qui lui plaise — sachant qu’il existe aussi une version non parfumée au cas où !

En amoureuse absolue de la lavande, j’ai aisément trouvé mon petit chouchou; la fragrance est ultra naturelle, présente sans être trop puissante, et je l’adore. Je n’aime en revanche pas la version au géranium (cette odeur ne m’a jamais plue) et je me réserve l’ananas-coco*, qui est assez sucrée et tropicale, à l’été prochain, parce qu’elle m’écoeure un peu pour le moment. Je testerai encore volontiers celle au thé au jasmin, en revanche, qui pourrait être dans mes goûts !

♡ Texture et apparence

Le format stick est pour moi un immense avantage, qui pèse lourd dans la balance: contrairement aux déodorants crème, l’application est directe et on ne se salit pas les mains, alleluia !

Dommage toutefois que le produit soit un peu gras et cireux: il fait des traces blanches sur les vêtements en moins de deux, qui sont en plus un peu coriaces (frotter avec un simple gant de toilette mouillé ne suffit pas). Je trouve néanmoins qu’en l’appliquant après m’être habillée et non avant, le problème est à peu près réglé – il faut juste faire attention si on se change en cours de journée.

Comme tous les déodorants crémeux, notez que de miniscules résidus peuvent se former dans les petits plis de la peau.

♡ Efficacité

Pour des journées classiques, où je travaille devant mon ordinateur et fais quelques petites sorties simples à pieds, ces déodorants fonctionnent de manière tout à fait satisfaisante. Au soir la protection est quasiment intacte, ou juste un peu défraîchie, mais rien de très notable.

Malheureusement, il arrive que l’efficacité ait ses failles, notamment après un coup de chaud ou de stress (par exemple quand je suis trop chaudement vêtue en vélo, ou dans le tram, ou si j’ai dû courir avec une grosse valise…). J’ai l’impression que cela dépend de la matière des vêtements que l’on porte, mais dans tous les cas, c’est un peu embêtant.

♡ Sensibilité

Je n’ai absolument aucune irritation à signaler malgré plusieurs mois d’utilisation. La formule est très douce, elle glisse bien sur la peau (en hiver il faut juste la laisser se réchauffer quelques secondes contre l’aisselle avant), et sa texture un peu grasse contribue sûrement à bien protéger l’épiderme. Un vrai bonheur !

♡ Écologie

Les ingrédients sont purement vegan et assez bruts, 100% naturels, sans aucun conservateur chimique (c’est la vitamine E qui protège la formule) ni fragrance artificielle, donc il s’agit d’un très bel effort vis à vis de la santé et de l’environnement.

On peut en revanche regretter que ces ingrédients ne soient pas issus de l’agriculture biologique, que le packaging soit en plastique (toutefois sans BPA et 100% recyclable), et que ces produits voyagent pas mal, puisqu’ils viennent des Etats-Unis.deodorant-soapwalla-sans-bicarbonate

DÉODORANT CRÈME PEAUX SENSIBLES AU CITRUS SOAPWALLA* (18,90€)
☞ Dispo sur MonCornerB

♡ Parfum

Deux senteurs sont disponibles dans cette nouvelle gamme, et je n’ai testé que la version citrus. C’est un parfum très frais et citronné, énergisant, très agréable à mon sens et assez universel. Je l’aime vraiment bien !

Je lui reprocherai toutefois son intensité, un peu forte pour mon nez sensible: l’odeur est assez présente, car il y a réellement une bonne dose d’huiles essentielles dans la formule, mais surtout elle dure pendant des heures. Il m’est arrivé d’être très proche de quelqu’un dans le train, par exemple, et de sentir ces effluves citronnées quand je faisais des mouvements un peu amples; cela peut être un peu gênant, ou tout du moins faire des mélanges étranges si l’on porte aussi du parfum.

♡ Texture et apparence

Comme toute formule en pot, l’application est forcément un peu moins pratique qu’avec un stick ou un embout bille puisqu’il faut la masser avec les doigts. Néanmoins, je dois dire qu’ici la texture m’a convaincue: plutôt fine, elle est aussi poudrée et très peu grasse, si bien qu’elle fond assez facilement dans la peau et ne la laisse pas huileuse ou cireuse.

Il faut toutefois noter la couleur grise de ce produit, due à la présence de charbon actif dans la composition. Si celle-ci s’estompe plutôt aisément au moment de l’application, les éventuels petits résidus qui se forment dans les plis de l’aisselle au fil des heures restent foncés, ce qui n’est pas très esthétique ! Il faut aussi faire attention si vous vous habillez par la suite avec un vêtement blanc, risque de taches oblige…

♡ Efficacité

Ce déodorant est l’un des plus efficaces que j’ai testés dans le domaine du sans bicarbonate. La persistance de l’odeur citronnée aidant sans doute, je trouve que même les journées un peu plus intenses sont plutôt bien couvertes: tout au plus, les aisselles sont moins fraîches, mais rien qui soit flagrant à moins d’y coller le nez !

♡ Sensibilité

Je n’ai pas eu de vraies irritations ou de picotements avec cette nouvelle formule.

Toutefois, peut-être à cause de la texture assez poudrée, qui peut s’avérer légèrement abrasive lorsqu’elle est frottée, il me semble avoir remarqué une légère sensibilisation de ma peau lorsque je l’utilise sur peau fraîchement rasée. Plutôt que de l’appliquer en massage, j’ai donc essayé une application par tapotements, jusqu’à ce que le produit pénètre bien, et c’est mieux !

♡ Écologie

Ce déodorant est non seulement 100% naturel et vegan, sans conservateur à part de la vitamine E, mais aussi certifié bio, avec des ingrédients de qualité alimentaire et pressés à froid. On pourrait difficilement faire mieux en termes de formule !

Pour nous Européens et Européennes, c’est toutefois un produit qui n’est pas très local, puisqu’il est fabriqué à Brooklyn. On peut aussi regretter le packaging en plastique, bien qu’il soit au moins sans BPA et facilement recyclable.deodorant-gaiia-sans-bicarbonate

BAUME DÉODORANT NEUTRE SANS BICARBONATE GAIIA (12€)
☞ Dispo sur le site de Gaiia

♡ Parfum

Il s’agit ici d’un produit sans parfum, sans huile essentielle, donc parfait pour les allergiques et les femmes enceintes. On sent à peine une légère odeur provenant naturellement des ingrédients utilisés.

♡ Texture et apparence

J’aime beaucoup la texture de ce déodorant, qui est là aussi assez poudrée. Le baume est ferme, entre le crémeux et le friable, donc il faut y frotter le bout des doigts quelques instants pour le réchauffer afin de pouvoir en prélever une petite dose. Une fois sur la peau, il s’étale et pénètre avec une grande facilité sans laisser de résidu huileux.

La matière est très blanche, et je dirais qu’elle blanchit légèrement l’aisselle sur le coup, mais c’est vite absorbé. Là aussi, comme pour la plupart des produits de ce genre, de minuscules résidus peuvent se former dans les petits plis de la peau, mais c’est ici particulièrement minime.

♡ Efficacité

Je ne sais que penser de l’efficacité totalement aléatoire, sur moi, de ce produit.

Le premier jour, l’absence absolue d’odeur le soir venu m’a bluffée, et j’ai cru tenir entre mes mains le Graal des déodorants. Le deuxième jour, le résultat était déjà un petit peu moins frais, et le troisième jour, j’ai été horrifiée de sentir la transpiration après seulement quelques heures, au point d’en être moi-même incommodée…

Depuis, mes tests suivants en journées tranquilles (je n’ose plus l’utiliser dans d’autres situations) ont donné une tenue plutôt pas mal: un tout peu d’odeur le soir, mais très discrète.

C’est à n’y rien comprendre – si ce n’est que là aussi, la matière des vêtements portés et l’état émotionnel ou hormonal semblent jouer fortement sur le rendu.

J’étais encore plus confuse en voyant que pourtant tous les commentaires clients du site étaient 100% positifs, mais en fouillant sur d’autres boutiques commercialisant le baume, j’ai quand même vu plusieurs personnes témoignant d’une efficacité nulle. Cela a donc l’air de fonctionner pour la majorité des gens, mais pas pour tous (et comme d’habitude, je suis dans cette minorité maudite).

♡ Sensibilité

Cette formule est globalement, comme promis, d’une grande douceur.

J’ai toutefois remarqué, à l’instar du Soapwalla, qu’elle a tendance à sensibiliser mes aisselles lorsqu’elles sont fraîchement épilées (légères rougeurs, petits boutons…) malgré la présence d’oxyde de zinc apaisant. C’est vous dire le niveau de fragilité de ma peau…!

♡ Écologie

C’est du tout bon pour cette composition 100% naturelle et ultra simple, avec des ingrédients vegan et en majorité bios, certifiée slow cosmétique. Pour ne rien gâcher, ce déodorant est contenu dans une boîte en aluminium, non en plastique. Je ne suis pas sûre qu’il soit fabriqué en France, mais il s’agit bien en tous cas d’une petite entreprise française à soutenir !deodorants-naturels-sans-bicarbonate2

CONCLUSION

Parmi ces trois références, c’est donc plutôt le stick de Schmidt’s qui a ma préférence pour tous les jours, et le déodorant citrus de Soapwalla pour les journées plus intenses – même si je dois faire attention à l’application lorsque ma peau est fraîchement rasée.

Le prix de ce dernier est néanmoins assez rédhibitoire pour moi: j’aurais pu le racheter s’il était absolument parfait, mais dans le cas présent, à moins d’une promotion, je ne pense pas…

Malgré leur efficacité parfois très satisfaisante, je note encore et toujours que ces produits faiblissent assez facilement dans certaines situations (stress, coups de chaud, habillement inadéquat, matières qui ne laissent pas suffisamment respirer la peau, cycle hormonal, etc…), ce qui reste problématique à mon sens.

Je reste en fait convaincue qu’un déséquilibre de flore cutanée, né d’une utilisation abusive du bicarbonate ou des crises d’eczema qui s’en sont suivies, peut être à l’origine de ma résistance à l’efficacité des déodorants. J’ai donc encore l’espoir, en rétablissant ce microbiote, de les voir fonctionner beaucoup mieux !

Mon plan d’attaque est le suivant:

  • Bien nourrir ma peau chaque jour pour qu’elle soit moins sèche et moins réactive, par exemple avec du baume type Egyptian Magic, qui a l’avantage d’être légèrement antibactérien (on en parlait par ici).
  • Utiliser le gel nettoyant déodorant d’Apivita (qui contient des prébiotiques, du miel, des huiles essentielles assainissantes) sur cette zone pendant quelques semaines, le temps de rééquilibrer sa flore bactérienne.
  • Si besoin, tester une « détox » au vinaigre de cidre: il s’agit d’appliquer du vinaigre de cidre à l’aide d’un coton (lavable) tous les soirs sur aisselles propres. Celui-ci permet de rééquilibrer le pH de la peau, lutter contre les bactéries, et resserrer les pores.

Si le sujet vous intéresse et si mon plan fonctionne, je pourrai tout à fait vous faire un bilan de cette expérience. Dites-moi tout !

***

Avez-vous une bonne expérience des déodorants naturels ?
Avez-vous essayé des versions sans bicarbonate ?
Si oui, fonctionnent-ils pour vous ?

*Les produits suivis d’une astérisque m’ont été envoyés gratuitement pour test.

94 commentaires

  1. Hello Victoria,

    Merci pour ton article super inspirant :) je suis en train de développer une marque de déodorants 100% naturels et sans bicarbonate de soude, et du coup j’aimerais beaucoup pouvoir discuter avec toi de tes attentes en tant que consommatrice. Est-ce qu’on pourrait échanger par email et éventuellement si tu as du temps par téléphone ou autour d’un café?

    Merci pour tout,

    Anne ([email protected])

  2. Salut,

    Un grand merci pour ce post !!! Je m’y suis totalement retrouvée. Ça fait deux ans que je suis à la recherche de « mon » déo et c’est vraiment peine perdue pour le moment. Je suis assez sensible mais pas trop non plus. J’ai laissé tomber les Schmidt’s pour cause de prix élevé, d’efficacité assez relative et surtout de traces blanches sur tous mes vêtements noirs (dont un pull que je n’ai pas réussi à débarrasser totalement des traces blanches autour des aisselles). Le Soapwalla sans odeur me va très bien MAIS il est clairement insuffisant en cas de sport et/ou de chaleur un peu forte. Or, quand tu passes du métro où il fait très chaud (idem au bureau où nous ne pouvons pas régler le chauffage) à la rue où ça caille, je transpire un peu plus que d’habitude et ça SENT. Et comme je fais 3 fois dans la semaine (minimum) du sport, mes déodorants se sont tous révélés inefficaces. Alors je peux certes changer de tee-shirt en cas de match un peu intense mais bon, ça me fait des lessives en plus, et c’est pas très pratique de changer pour cette raison. Le déo stick billes de Lavera idem pas assez efficace.
    Et le déodorant-crème Bocage fonctionne assez bien, ne laisse pas de traces MAIS il est assez cher et surtout sa composition n’est pas clean-clean.
    Du coup je suis repassée pour le sport au Dove (le nouveau sans sels d’aluminium mais avec pleins de cochonneries dedans) pour le sport et quand je sais que je vais avoir une grosse journée. Et le Soapwalla pour les autres jours. Et je ne porte plus que des matières comme le coton, le lin… pour éviter la multiplication des odeurs (sur du polyester ou de la viscose, c’est mort, ça « garde » l’odeur toute la journée).
    Alors si un jour tu trouves le graal, partage l’info (d’autant que je suis un peu fatiguée de chercher des déos, de les payer et finalement de me rendre compte qu’ils ne sont pas trop efficaces).
    Camille.

  3. Tu pourrais utiliser des huiles essentiels qui ont des vertus contre la transpiration (palmarosa )je n’ai pas tester mais si tu test n’hésite pas a nous le faire parvenir .

    • Ça fait une semaine que je teste le Palmarosa, c’est pas mal mais en cas de coup de chaud l’odeur palmarosa/transpi n’est pas géniale! Je trouve en tous cas que cette huile est plus performante que beaucoup de déo naturels, bios etc…

  4. Merci pour ton retour d’expérience Victoria, ça rassure d’apprendre que l’on est pas la seule à avoir beaucoup de mal à trouver un déo naturel (si possible bio) et efficace !
    Je me dis même parfois qu’en fait ce n’est pas possible pour certaines personnes, que ce sont les produits chimiques qui ont révolutionné le déo, que maintenant les gens s’y sont habitués et qu’ils n’imaginent plus « sentir » en fin de journée, alors que peut-être avant (genre il y a 20 ans), et ben c’était normal de sentir en fin de journée, et que les déos que l’on trouvait étaient seulement destinés à cacher les odeurs… je sais pas ..
    Toujours est-il que je note comme toujours tes références avec précautions (du moins je sais que l’info est sur ton blog = ma petite bible du naturel d’ailleurs) et que je vais acheter un schmidts sans alu pour essayer. Sinon pour la petite histoire, c’est le schmidt au citrus en pot qui m’a déclenché les réactions sous les aisselles (que la gauche, va comprendre …) et depuis je n’utilise que le clémence et vivien au géranium en alternance avec un Acorelle à l’efficacité bof bof mais pas le choix car le clémence et vivien contient du bicarbonate de soude que je ne supporte plus trop..
    Allez Haut les coeurs ! On va trouver un jour ! ;)

    • Je suis d’accord avec toi Fanny, je pense que c’est la société actuelle qui a révolutionné le déo. Parce qu’aujourd’hui, il faut sentir la fleur, la vanille ou je ne sais quel parfum pas naturel du tout.

      Aujourd’hui, une femme ne peut pas avoir une odeur neutre, il faut que ça sente bon. Parce que c’est « sensuel » ! Hors, aux dernières nouvelles, la transpiration dégage des phéromones qui attirent les hommes, alors pourquoi les cacher ?

    • D’accord avec le commentaire de Fanny !
      Le déodorant sauge et lavande de Schmidt’s me convient très bien et je ne cherche pas à être irréprochable côté odeur.
      Aussi en hiver j’espace mes épilations sous les aisselles pour ne pas irriter ma peau en permanence. Il faut arrêter de penser qu’il faut être parfaitement sans poil, les hommes ne sont pas si exigeants ! (Pas le mien en tout cas ;))
      Bonne journée

      • J’ai de la chance, le mien ne l’est pas du tout non plus ! En même temps il n’a pas le choix hahah, je ne vais pas m’épiler tous les jours en détruisant ma peau juste pour des beaux yeux 😄 (même si je l’aime beaucoup ❤️)

  5. Si tu n’avais pas de problèmes de transpiration à l’époque, c’est dommage que tu ai utilisé des déodorants aussi régulièrement.

    Je comprends que certaines femmes transpirent plus facilement que d’autres, et il y a énormément de facteurs différents. Et il y a aussi l’activité physique qui joue beaucoup. Mais pour celles qui peuvent s’en passer, je pense qu’il est plus sain de ne pas utilisé de déodorants (même si sa composition est la plus naturel possible).

    J’ai une amie qui en mets tout le temps parce qu’elle a peur de sentir fort, elle anticipe une éventuelle odeur qui ne serait peut être jamais apparue.

    J’ai la chance de ne pas avoir de problèmes de transpiration (c’est peut-être parce que j’ai un métier très sédentaire), je ne mets donc jamais de déodorants. Les seules fois où il peut m’arriver de suer un peu, c’est la nuit quand il fait chaud (mais je me lave le matin dans ce cas, je ne vois donc pas le problème), et lorsque je fais du sport (mais là encore, je prends une douche juste après). Je n’achète donc jamais de déodorants. Et je ne sens pas mauvais pour autant. Un peu de parfum (sur les vêtements, attention pas sur la peau) et le tour est joué.

  6. Bonjour Victoria,

    as tu essayé l’huile essentielle de Palmarosa ? Elle a des propriétés anti transpirante (1 goutte sous chaque aisselle). Sur le site de la Compagnie des Sens, il y a une fiche explicative sur cette huile avec tous les détails.

    • Coucou Maiana ! Oui, on en parlait plus haut fans les commentaires: le palmarosa est d’une efficacité complètement nulle sur moi (et en plus il irrite ma peau) :(

  7. Bonjour Victoria,

    Je viens très souvent sur ton blog depuis longtemps mais je n’ai jamais posté.
    J’ai fais la même réaction que toi, au bout de plusieurs semaines d’utilisation d’un déodorant avec du bicarbonate comme toi j’ai cru que j’allais devenir folle tellement cela me démangeait … J’ai mis deux semaines a guérir en ne faisant plus d’épilation, sans déodorant, ni rien.. Pour me remettre de ces plaques je me suis hydratée à l’huile de coco, parce qu’à ce moment là j’en avais sous la main.

    Et là, étonnamment, au bout de quelques semaines je me suis rendue compte que j’avais moins d’odeurs qu’avant, comme si le fait d’utiliser du déodorant entretenait « l’odeur de transpiration »…

    Forte de cette découverte j’ai continué et depuis un an, je n’utilise plus de déodorant, juste de l’huile de coco y compris l’été et vraiment cela me convient… Elle a une action anti-bactierienne et anti-fongique, je pense que n’importe qu’elle huile ayant les même propriétés marcherait très bien. de plus elle n’empêche pas de transpirer ce qui pour moi est très important.

    Je n’aurai jamais pensé pouvoir me passer d’un déodorant et pourtant depuis que je n’en utilise plus je me sens bcp mieux, Je n’ai jamais l’impression de sentir mauvais, ce qui n’étais pas le cas tout le temps lorsque j’utilisais du déodorant.

    Bon week-end à toi et merci pour ton blog il est vraiment agréable à lire…

    • Ça c’est vraiment génial, quelle chance !! Le fait d’arrêter le déodorant n’a jamais été concluant sur moi, du moins je n’ai jamais réussi à tenir plus de quelques jours tant ça m’insupportait. Mais je serais ravie si seulement c’était le cas !

  8. Merci pour cet article.
    J’utilise pour ma part le Schmidt’s thé au jasmin en ce moment. Et j’en suis contente, même si je ne l’ai pas encore testé par très fortes chaleurs puis-qu’acheté en septembre.
    J’avais essayé le Soapwalla (celui avec la pâte jaune) et c’était une vraie cata niveau odeur. Ma peau s’était imprégnée de l’odeur de transpiration malgré les lavages. J’ai dû arrêter de l’utiliser.

  9. Hop là, de mon côté, si le Sopawalla classique est le plus efficace sur moi je ne l’utilise pas tout le temps car il est cher (et il augmente tout le temps on dirait!) et même si je ne réagis pas violemment, il dessèche pas mal la peau des aisselles chez moi… Du coup j’ai voulu tester la version sans bicarbonate (j’ai pris celle à la lavande) et… bof, efficacité plutôt bonne mais moins bonne que son pendant au bicarbonate, et bizarrement, il laisse des traces blanches sur les vêtements foncés. Il est en plus encore plus cher, alors je suis un peu déçue.

    Quant au Schmidt’s peaux sensibles, moui, il avait pas mal tâché un de mes hauts en particulier, qui reste grisâtre aux aisselles (c’est un sous haut, mais quand même) du coup, je ne retenterai pas. Reste ceux de Clémence & Vivien que j’aime assez, et j’ai ouïe dire que Evolve en avait lancé un, mais au bicarbonate. Peut être le prochain test?

    En tout cas je suis toujours, un peu comme toi, à l’affut du meilleur déo naturel du marché :)

  10. Coucou Victoria !

    C’est un bon article, je suis en ce moment utilisatrice du déodorant SCHMIDT’S à la lavande et sauge. J’en suis très heureuse car depuis juin, je n’ai pas changé de déodorant alors que depuis mes 17 ans je changeais de déodorants tout les 15 jours après des démangeaisons jusqu’au sang.

    Par contre, il fallu que je me réhabitue à être « humide » en cas de chaleur, coup de chaud du au stress … car autant sur les odeurs rien à dire, mais il n’est clairement pas anti transpirant comme ceux que j’utilisais avant.

    Voilà pour mon roman, passe une bonne soirée.

  11. Hello Victoria.
    As – tu pensé à drainer correctement l emonctoire peau? Une cure de 3 semaines de melanges de plantes (infusion) telles par exemple la bardane, pensee sauvage…. pourrait etre un bon debut.
    Au debut tu vas transpirer énormément puis apres ça se tassera.
    C est une piste.
    P.S. : (Il y a aussi la question de la flore intestinale.

  12. Bonjour Victoria !
    Après avoir été successivement satisfaite par le déodorant Schmidt’s puis celui de Clémence et Vivien, qui ont tous les deux fini par me causer des irritations au niveau des aisselles, j’ai décidé d’accorder une pause de quelques jours à ma peau, donc retour des odeurs également. Alors que je n’appliquais que du gel d’aloe vera le soir, j’ai tenté il y a quelques jours d’en appliquer la journée et là par bonheur les odeurs se sont évaporées ! Alors que j’habite au Laos par 30 degrés ! Il n’y en a que de très légères équivalentes à celles que me laisse mon déodorant Clémence et Vivien (en collant le nez sous l’aisselle !). J’utilise le gel Lily of the Desert. Donc à tester :)
    Bisous !

  13. Merci pour ce post Victoria! Je suis intéressée par ta tentative de rééquilibrer ta flore cutanée. J’ai eu des problèmes similaires aux tiens avec les déodorants naturels à base de bicarbonate. J’ai aussi testé la version peau sensible du déodorant Schmidt’s sans parfum. Par contre, j’ai un gros soucis de packaging puisque je n’arrive pas à faire sortir le produit! J’ai pu utiliser le bout du stick (et c’est vrai que ce déodorant est très efficace sur moi) mais le mécanisme pour faire monter le stick ne fonctionne pas. Vu que tu n’en as pas parlé, je pense que c’est peut-être un défaut de fabrication isolé (je pensais que c’était dû à la texture trop épaisse du produit qui collait aux parois du flacon).

  14. C’est très étrange mais, j’ai l’impression que la sensibilité au bicarbonate de soude est variable. Je m’explique : j’utilise du bicarbonate tous les jours, parfois 10 minutes après m’être rasée, sans aucun problème d’irritation. Jamais. Pourtant, quand je vais en vacances, je suis incapable de le supporter, même 24h après rasage. En quelques jours, avec le même produit, ma peau réagit de manière complètement différente. Ca n’apporte aucune solution en soi mais, je trouve ça vraiment curieux.

    Sinon, j’ai commencé à utiliser le déodorant DayDry aux pro-biotiques donc pas de bicarbonate et jusqu’ici, j’en suis satisfaite !

  15. Salut :)
    Je teste depuis quelques jours les déodorants sans bicarbonate de la marque canadienne ROUTINE et je dois dire que je suis bluffée ! Jusqu’à présent j’utilisais le The Deodorant Company à la vanille et au manuka, ainsi que le Schmidt’s thé vert et jasmin. J’aime beaucoup celui de The Deodorant Company mais je trouve la texture un tout petit peu trop dure, pas facile à prélever au doigt. Quant au Schmidt’s, j’en ai été ravie pendant des mois mais son efficacité commence à décroître sur moi, donc j’ai tenté d’en trouver un nouveau, et me voilà chez ROUTINE. Pour le moment j’essaye le Superstar et le Curator de chez eux, tous deux sans bicarbonate. Les odeurs sont mixtes, assez racées, plutôt du côté épicé et herbacé du spectre olfactif (un peu dans la lignée des odeurs qu’on peut trouver chez Aesop, si tu vois ce que je veux dire), et la texture est SUPER crémeuse, ce qui est très appréciable au prélèvement et à l’application. J’ai hâte de tester les autres parfums de la marque !

Répondre

Naviguer