Mes Dernières Lectures #44

Quel plaisir d’enfin partager à nouveau quelques lectures avec vous: cela me manquait beaucoup !

Il faut dire que mon rapport aux livres est encore un peu compliqué, même si la « panne » s’est heureusement améliorée depuis le mois de janvier. Je suis encore très difficile dans mes choix, lente à trouver des titres qui correspondent à mes humeurs. C’est simple: je ne peux me forcer à rien (même si c’est un envoi presse, même si théoriquement le sujet m’intéresse, même si on me dit que c’est génial), et je n’écoute que mes envies spontanées — ce qui n’est finalement pas si mal.

Aujourd’hui, les trois romans que j’ai à vous présenter, même si je les ai apprécié à des degrés différents, ont donc comme point commun d’avoir répondu exactement au type d’ambiances et de sujets que je recherche en ce moment. Si vous recherchez ces mêmes éléments, ou simplement de nouvelles idées de lectures, peut-être qu’ils pourront vous plaire aussi !dernieres-lectures-avril2018

Quand s’en ira la peur – Manon Lecor

Résumé: Suite à l’apparition d’une phobie étrange (la peur de tuer les gens qu’elle côtoie), Gabrielle se voit diagnostiquer un burn out: à 26 ans, sa vie intense de jeune professionnelle dans une agence de com à Paris, pourtant parfaite sur le papier, l’a déjà épuisée. Forcée de prendre quelques semaines de repos, la jeune femme va renouer avec des sensations et des rêves oubliés.

Mon avis: Au milieu de ma « panne de lecture », ce roman écrit par la très chouette Manon a été mon premier coup de coeur de 2018 — l’un de ces rares livres qui touchent quelque chose en moi, qui arrivent pile au bon moment dans ma vie, et que j’ai immédiatement envie de relire une fois la dernière page tournée.

S’il faut s’attarder sur les arguments classiques, j’ai tout beaucoup aimé dans Quand s’en ira la peur: je l’ai trouvé à la fois techniquement réussi mais aussi très frais pour plusieurs raisons. La plume de Manon, d’abord, qui est vraiment unique: simple et fluide, presque parlée parfois, très vivante. Le rythme, ensuite, qui prend son temps, laisse la place aux réflexions de la protagoniste, et pourtant s’anime de petits (et parfois grands) événements qui ont maintenu mon intérêt du début à la fin. Le format, aussi, assez court, qui se dévore. Les personnages, enfin, savoureux, un mélange parfait de réalisme et de légers stéréotypes qui nous les rend familiers. Bref, j’ai passé un excellent moment entre les pages de ce livre !

Mais mon coup de coeur pour cette histoire est aussi et surtout émotionnel: je me suis reconnue dans la situation de Gabrielle (je vis moi-même une période difficile de surmenage depuis quelques mois, le travail ayant aussi pris une place bien trop importante dans ma vie), dans son tempérament un peu angoissé, dans ses aspirations profondes.

Je crois que ce personnage et son évolution pourront parler à toutes les personnes qui rêvent, qui se cherchent un peu; l’expérience de cette jeune femme représente une certaine essence de notre génération, tiraillée entre la stabilité classique et l’envie de vivre une vie qui nous ressemble davantage.

Dans ce cadre, le roman de Manon apporte une bouffée d’air frais et d’inspiration — un petit côté « feel good » sans en avoir l’air, plus subtil et nullement centré sur la rédemption par l’amour comme beaucoup de best sellers plus cliché dans cette catégorie. J’en suis ressortie avec le sourire aux lèvres et un nouvel élan dans le coeur, qui méritent d’être partagés — alors bien sûr, je vous recommande chaudement ce roman !

NB: Les éditions Cédalion sont une toute petite maison indépendante et engagée, qui imprime en France et refuse d’être distribuée sur les grands sites de vente en ligne. Vous pouvez donc commander le livre directement auprès d’eux via le lien que je vous ai renseigné (c’est ce que j’ai fait), ou chez certains libraires indépendants.

Ma note: 5/5

▼▼▼

Sous la verte feuillée – Thomas Hardy
VOUnder the Greenwood Tree

Résumé: Dans le village de Mellstock, l’arrivée d’une nouvelle institutrice, Fancy Day, bouleverse les habitudes des habitants et fait tourner toutes les têtes — surtout celle du fermier Dick Dewey, tombé fou amoureux de la jeune femme et bien décidé à l’épouser. Mais il n’est pas le seul intéressé, et Fancy, flirteuse dans l’âme, ne se presse pas pour se voir passer la bague au doigt.

Mon avis: Je rêvais depuis plus d’un an de lire un autre roman de Thomas Hardy, dont Loin de la foule déchaînée avait été un grand coup de coeur, devenu l’un de mes livres préférés. L’envie s’était faite de plus en plus pressante ces derniers mois, mais avec ma panne de lecture, je n’osais pas me lancer dans l’un de ses titres plus sombres aux plusieurs centaines de pages.

J’ai donc profité de la réédition française d’Under the Greenwood Tree pour me lancer dans cette histoire très courte et champêtre, parfaite pour la saison. Je l’avais commencée en anglais l’année dernière via la version ebook gratuite, mais l’usage intensif de patois m’avait empêchée de comprendre suffisamment l’intrigue; merci donc à Archipoche de l’avoir enfin traduit !

Si l’histoire était ici un peu trop simple et légère pour me toucher profondément, j’ai tout de même passé un excellent moment de lecture « détente ».

La plume, comme d’habitude avec Hardy, est superbe sans être prétentieuse, avec une pointe d’humour cynique que j’adore. Mon amour pour son style est largement confirmé !

Grâce à sa construction et son format, le roman est très accessible, il se dévore: les chapitres sont riches en dialogues, très courts — ce sont presque des tableaux, des scènes de vie rurale qui s’enchaînent avec fluidité et forment ensemble un portrait très vivant des campagnes anglaises de l’époque. J’ai aimé cette ambiance pastorale et innocente, les traditions, les personnages hauts en couleur; un vrai petit voyage dans le temps et dans l’espace qui m’a beaucoup apaisée !

En bref, un classique abordable, léger, mais intéressant pour le réalisme de son cadre. Je l’ai vraiment bien aimé et je vous le recommande si vous cherchez un roman victorien facile et rapide à lire, sans noirceur. Il m’a donné envie de découvrir rapidement encore un autre titre de l’auteur !

Ma note: 4/5

▼▼▼

Of Books and Bagpipes – Paige Shelton

Résumé: Originaire du Texas, Delaney est installée depuis quelques mois à Edimbourg, où elle travaille dans une petite librairie cosy mais assez particulière. Secrètement missionnée pour récupérer un exemplaire très rare de bande dessinée au château de Doune, près de Stirling, la jeune femme se retrouve face au cadavre de l’interlocuteur qu’elle devait rencontrer, mort sur les ramparts… Qui l’a tué, et pourquoi ? La réponse à ces questions semble se trouver nichée au coeur du passé d’Edwin, le patron de Delaney.

Mon avis: J’ai découvert cette saga intitulée « Scottish Bookshop Mystery » grâce à la nouvelle A Christmas Tartan (tome 1.5), lue au moment de Noël. C’est bien sûr le cadre écossais qui m’a attirée (ces derniers temps, mon obsession empire: je n’ai envie que d’Écosse ou presque !), mais aussi la thématique de la librairie — un parfait combo. Je n’ai finalement jamais lu le tome 1, dont le synopsis ne m’intéressait pas trop, et décidé d’enchaîner directement sur le tome 2, Of Books and Bagpipes.

Finalement, la découverte d’un format plus long de la même série m’a confortée dans mon impression initiale: ces histoires ont des défauts (manque de réalisme, un rythme un peu dilué, quelques éléments tirés par les cheveux, des touches fantastiques qui n’apparaissent que lorsque cela arrange l’intrigue…) et pourtant, étrangement, leur ambiance me donne constamment envie de m’y replonger — du moins lorsque je suis d’humeur pour ce genre de lectures simples mais cosy.

Je dois reconnaître à Paige Shelton un grand talent pour nous transmettre l’atmosphère locale, et c’est ce que j’adore ici; entre les descriptions des paysages, des rues d’Edimbourg, les accents et les petits détails typiques, on se croirait vraiment au pays des cornemuses. Le fait que la protagoniste soit elle-même étrangère, avec un regard nouveau sur les coutumes de sa ville d’adoption, renforce ce sentiment.

Quant aux mystères, même si je les prends moyennement à coeur — il faut dire que l’implication de la libraire est parfois un peu bancale, puisqu’elle n’est ni enquêtrice ni liée directement au problème — ils apportent tout de même quelque chose d’intrigant à la lecture. Je regrette juste que leur déroulement reste assez opaque pour le lecteur ou la lectrice, qui y assiste de loin sans pouvoir y participer aucunement.

Globalement, ce titre aura donc été une lecture sans effet « wow », mais réconfortante et agréable grâce à son ambiance, parfaite quand j’ai envie de ce type de moment cosy. J’ai d’ailleurs directement ajouté le tome suivant à ma liseuse !

Ma note: 3/5

***

Qu’avez-vous lu récemment ? Avez-vous un coup de coeur à partager ?

Pssst: Si le synopsis du roman Quand s’en ira la peur vous a intrigué/e, surveillez de près mon compte Instagram — il se pourrait qu’un exemplaire y soit mis en jeu aujourd’hui !

Cet article contient des liens affiliés Fnac pour les livres en français, et d’Amazon pour les livres en anglais (souvent moins cher, avec pas mal d’offres d’occasion). En commandant via ces liens, vous participez à soutenir mon activité sur ce blog (cf ma FAQ). Sinon, n’hésitez pas à vous fournir auprès d’une librairie locale, car elles ont besoin de nous: regardez par exemple sur Place des Libraires ou LesLibraires, qui peuvent envoyer votre livre directement chez vous !

Dans tous les cas, MERCI ♥︎

27 commentaires

  1. Niveau coup de coeur, j’ai été bouleversée par La meilleure façon de marcher est celle du flamand rose, de Diana Ducret, un roman autobiographique, au premier abord « feel-good » mais qui au final s’avère incroyablement poignant, très bien écrit, vrai, bref, coup de coeur absolu!
    Et un coup de poing, Le cercle de Dave Eggers, j’ai mis 30 post-it dans ce bouquin!!!! C’est incroyable et tellement flippant!! Et en même temps on ne peut s’empêcher de se dire que ça nous pend au nez, cette société gouvernée par les réseaux sociaux, jusqu’où peuvent-il aller?? Dingue comme histoire! Un vraie claque!
    Belle journée à toi!

  2. Ton premier livre me tente bien ! Je repars dans les classiques en ce moment, avec Notre Dame de Paris que je n’avais jamais lu ! Et pourtant j’aime beaucoup Victor Hugo : sa plume est vraiment agréable à lire …
    Bonne journée et bon week-end à toi !
    Céline

  3. Merci à toi, tu décris si bien toutes ces atmosphères et ces styles ! Les deux premiers ouvrages me font vraiment envie !

    De mon côté je continue de redécouvrir « Harry Potter » en allemand, ce qui prend un peu de temps, et le livre « La vie secrète des arbres » qui est aussi un coup de coeur

    Belle journée

  4. Hello Victoria ♡♡ J’ai très envie de découvrir Quand s’en ira la peur pour son histoire que tu décris mais aussi pour soutenir cette maison d’édition indépendante ! Je te remercie pour ces découvertes.
    De mon côté, je termine mon premier Joël Dicker, Les Derniers Jours de nos pères que j’apprécie.
    Belle journée.

  5. Coucou Victoria ! En ce moment je suis en plein dans le tome 2 d’Outlander, série que tu m’as donné envie de voir et surtout de lire, merci pour ça 😘 De Hardy je peux te conseiller Tess d’Ubervilles si jamais tu ne l’as pas lu, il pourrait te plaire beaucoup !
    Bonne continuation 🍀

  6. Le premier livre m’intéresse beaucoup, j’ai d’ailleurs participé à ton concours instagram merci encore.
    En ce moment, j’aime aussi lire des romans écrits avec une fluidité et ayant l’impression d’entendre parler l’auteur ou le protagoniste. C’est l’impression que j’ai eue dernièrement avec « Ni d’Eve ni d’Adam » de Amélie Nothomb, « La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose  » de Diane Ducret, et d’une façon assez similaire bien que plus dans la description, « Ici ça va » de Thomas Vinau. J’ai beaucoup aimé les trois, c’est rafraichissant de lire ce genre de lectures je trouve. J’ai filmé une vidéo sur mes livres lus en avril qui soit dit en passant va vraiment être longue ahah, mais au moins ce fût un mois riche!

    Laura

  7. Un peu comme toi, je suis passée par une phase de lassitude litéraire. peut être parce que mes deux dernière lectures (Dune de Frank Herbert – La mort nomade de Ian Manook) ne m’ont pas emballée. J’ai eu du mal à trouver quelque chose qui corresponde à mes envies du moment…
    Et puis finalement, je suis en train de me laisser bercer par la poésie de Murakami Haruki.
    Comme à chaque fois, alors que l’histoire est farfelue, totalement étrange et lente à la fois (comme si de la paralysie de certaines situations naissait les plus folles aventures), je me laisse envelopper par les mots de Murakami, par la beauté de ce monde fou qu’il ouvre juste pour nous.

    Ce livre c’est Patti Smith qui en parle dans son fabuleux « M Train ». il s’agit de « Chronique de l’oiseau à ressort », un bon bébé de 900 pages :-) La magie opère toujours pour moi avec cet auteur… ses œuvres sont d’une beauté fragile, difficile à expliquer.

    Je me laisserais bien tenter par le roman de Manon Lecor, je l’ajoute à ma liste ;-)
    Bises!
    Mélissa

  8. J’ai lu et adoré le trés beau et touchant « Les délices de Tonyo » de Durian Sukegawa. Je le recommande chaudement ! Une très belle histoire d’humanité et de génération(s)…

  9. Une jolie sélection littéraire, Qu’en s’en ira la peur me tente beaucoup! Il faudra que je me penche dessus…

    En ce moment, je lui beaucoup plus des articles que des livres, mais j’ai The Tree of Yoga de Iyengar comme livre de chevet. Après hne retraite de yoga intense, j’ai eu envie de me pencher un peu plus sur la philosophie du yoga, son histoire… et ce livre est une entrée en matière idéale. Iyengar parvient a démocratisé des concepts parfois compliqués dans des chapitres très courts, ce qui est idéal!

    Dès que je l’aurai fini, je compte me replonger dans Harry Potter, que je relis, mais en anglais! Chose que je n’avais jamais faite jusqu’à présent. Le tome 3 m’attend de pied ferme.

    Belle journée à toi.

  10. Hello Victoria

    J’avais comme toi beaucoup aimé « Loin de la foule déchaînée » donc mon premier élan va pour le Tom Hardy!

    Côté lecture, je me suis enfin décidée à lire « la servante écarlate » de Margareth Atwood et je n’ai pas été déçue! Malgré un début assez lent, tout s’accélère par la suite! Ce livre est réellement passionnant de par les questions qu’il pose et par le parallèle que l’on peut faire avec certains mouvements rétrogrades qui resurgissent ces derniers temps! J’ai bien envie de voir la série maintenant!

    Sinon, grâce à toi, je me suis lancée dans les audiobooks! C’est vraiment une super découverte! J’ai emprunté à la bibliothèque près de chez moi les deux premiers polars de Camilla Lackberg mettant en scène l’écrivaine Erica Falck! C’est tout d’abord assez bizarre de découvrir une histoire racontée par une voix étrangère mais on s’y habitue très vite. En plus, c’est parfait pour occuper de longs trajets en voiture :)
    Du coup, je continue la série des Erica Falck avec le troisième tome intitulé « le tailleur de pierres » mais en version papier cette fois-ci!

    Bon aprem’

  11. Bonjour Victoria!
    Ta sélection me donne envie de découvrir l’oeuvre de Thomas Hardy. J’hésite un peu avec le livre de Page Shelton car ton avis est plutôt mitigé.
    Ca ferai peut-être un bon livre de plage.

    En ce moment, je lis la version espagnole de « Avant toi » de Jojo Moyes. C’est pas mal mais j’ai préféré son roman « les fiancées du Pacifique » qui raconte le périple de 150 épouse de guerre Australiennes. En 1946, elles traversent le monde à bord d’un porte-avion pour rejoindre leurs époux anglais.

  12. Notre groupe de filles au bureau(on travaille tous au Jardin botanique de Montréal) Notre coup de cœur 2018 La série l’Amie prodigieuse de Ella Ferrante.

  13. Amélie PetalesdePomme Répondre

    Je guette toujours avec beaucoup d’impatience tes articles lectures et les commentaires pour dénicher de bonnes idées! Je suis en train de lire « Le Tour du Monde en 80 jours » de Jules Verne. Je n’avais jamais rien lu de lui. Je ne suis pas déçue. Pour un « classique » il se dévore! C’est drôle, vivant, je ne l’ai pas encore terminé mais c’est une excellente découverte!

  14. J’adore en ce moment m’intéresser aux livres sur l’entrepreneuriat et l’innovation… J’adore aussi m’intéresser à tout ce qui touche au médias, à l’influence et au digital… je lis un peu moins de romans en ce moment mais avoir un bon libre est tellement agréable et addictif !
    Merci pour ces petite liste que je garde sous le coude en cas de panne d’inspirations ^^

  15. Bonjour Victoria,
    Ton blog est vraiment très chouette. Je viens souvent m’y promener.
    Aujourd’hui, je souhaitais juste faire une remarque concernant les liens que tu fais vers le site Amazon. Au vu de ton mode de vie et de ta façon écologique de voir les choses, je trouve ce choix très étrange. On sait depuis des années qu’Amazon n’est pas une entreprise au fonctionnement éthique et respectueux de ses salariés… Je trouve dommage que le slow life, naturel et authentique que tu partages ne prenne pas en compte ce type de détails.
    Cependant, ne prends pas cette remarque comme agressive de ma part, ce n’est pas du tout le cas… On a tous une marge d’évolution dans notre recherche d’une consommation plus juste et respectueuse de l’environnement et des hommes ;)

    Continue à nous réjouir avec tes articles.
    Bonne soirée

    • Coucou Céline !

      J’explique toujours en détail la raison de mon choix de liens Amazon, qui ne concerne que les livres VO, en bas d’article (c’est là où je trouve quasi tous mes livres d’occasion, personnellement, et les livres en langue étrangère y sont parfois vraiment moins chers, ce qui n’est pas négligeable pour les personnes ayant un petit budget) et tout est aussi indiqué dans ma FAQ. Sans compter tous les liens alternatifs pour soutenir les librairies indépendantes que je renseigne aussi automatiquement ! Je n’ai rien à ajouter à tous ces détails, mais il est tout à fait normal que ce système ne corresponde pas aux valeurs de chacun/e. C’est mon propre équilibre, et moi il me paraît juste, je l’endosse pleinement. Une libraire m’a même remercié récemment de toujours proposer des alternatives à Amazon, donc ça dépend vraiment de comment on voit les choses :)

  16. Coucou Victoria !

    Merci pour ton post ! De mon côté je viens de découvrir Scholastique Mukasonga, à travers son recueil « La vache du roi Musinga et autres nouvelles rwandaises ». Une très belle écriture pour des textes courts mais forts. Un bon moyen de se sortir d’une « impasse lecture » puisqu’on peut lire une nouvelle à la fois ;) Ce n’est sans doute pas ton genre habituel, mais qui sait, ce sera peut-être un coup de coeur comme cela l’a été pour moi ! :)))

    Bises de Genève !
    A bientôt,

    Eve

  17. Comme j’adore tes articles lecture ! Tu me donnes toujours envie de faire de nouvelles découvertes qui sortent de ma zone de confort.
    Je note le livre de Thomas Hardy ; je n’ai toujours pas découvert ses livres (shame on me), mais si tu dis qu’il est court, ce serait peut-être un bon moyen de me faire une idée !

    Je suis aussi plus ou moins en panne de lecture en ce moment ; je suis en pleine période de rédaction de mémoire, et je n’ai vraiment pas la tête aux lectures imposées. Du coup, je fais comme toi : je fais vraiment au gré de mes envies, et c’est très bien comme ça !

Répondre

Naviguer