Je suis une fangirl

Je suis une fangirl depuis toujours. Le genre de personne ultra passionnée, enthousiaste, presque monomaniaque quand mon coeur s’est entiché d’un univers ou d’un/e artiste. Le genre à creuser le sujet jusqu’à la moelle, à rêver en grand, à tout faire pour le toucher du doigt. Quand j’aime vraiment, ce n’est jamais avec tiédeur.

Le fangirling n’est toutefois pas un phénomène partagé par l’entièreté des humains — je m’en suis rendu compte avec le temps, surtout depuis que je suis devenue adulte.

Nombreux sont ceux, d’ailleurs, qui ne comprennent pas du tout que l’on puisse vivre ce genre de choses si intensément: quel est l’intérêt de dépenser son argent et son énergie pour une personne qui ne nous connait pas ? À quoi bon aimer autant une fiction, une oeuvre, une célébrité inaccessible, toutes ces choses déconnectées de la vraie vie ?

Si, à mon sens, la réponse est incluse dans la question-même (parfois, s’extraire de la réalité fait du bien), je suis tout à fait consciente que la fibre « fangirl » est une sensibilité particulière, qui ne correspond pas à toutes les personnalités. On est comme ça ou on ne l’est pas. Je saisis aussi tout à fait pourquoi ce trait de caractère peut sembler étrange, surtout chez un/e adulte dont on attend un certain « sérieux », une sage modération.

Aujourd’hui, j’avais pourtant envie de vous parler de ce phénomène du fangirling, de ce qu’il représente à mes yeux et de ce qu’il m’apporte — pour que les personnes n’y étant pas du tout sensibles puissent mieux comprendre notre point de vue, mais aussi pour créer une opportunité d’échange avec tou(te)s celles et ceux parmi vous qui se reconnaissent dans ce type d’expérience.etre-fangirl

UNE FANGIRL, C’EST QUOI ?

Longtemps utilisé avec des connotations misogynes (« ah, ces petites adolescentes hystériques »), ce terme est aujourd’hui une façon courante de désigner les fans qui vivent leur admiration de manière particulièrement enthousiaste. Il est d’ailleurs de plus en plus assumé, voire revendiqué, par les concernées. Notez que la fangirl peut être, bien sûr, un fanboy !

À mon sens, être une fangirl, c’est avant tout être très passionnée par un univers, un personnage public, ou une oeuvre, au point d’en ressentir des émotions intenses. Un sneak peek de tournage, une nouvelle photo sur Instagram, l’aperçu d’un nouveau morceau, un tweet, un like — tout est vécu de façon très entière.

Cette passion s’étend jusque dans la vie quotidienne: on commence par se renseigner de fond en comble sur l’objet de notre admiration, puis on suit toutes ses actualités avidement, on collectionne des éléments qui s’y rapportent, on lit / regarde / écoute toute l’oeuvre en boucle, on enchaîne les concerts sans compter, on se déplace pour rencontrer la ou les personne(s) dans d’autres villes voire d’autres pays quand c’est possible, on fait la queue pendant des heures lorsqu’elle(s) participe(nt) à un événement… Bref, on aime avec tout son coeur, et avec expressivité !

Dans le cas d’une célébrité ou d’un/e artiste, il y a parfois aussi, sans que ce soit systématique, la présence d’une certaine ambigüité sentimentale: les fangirls peuvent avoir un petit (ou grand) faible pour la personne en question, qui est idéalisée, même si cela reste généralement de l’ordre du rêve inoffensif.

Enfin, je dirais que la fangirl a tendance à se lier à une communauté de fans aux intérêts similaires (ou « fandom »), en ligne ou IRL, avec qui elle partage toutes les informations et peut exprimer ses émotions auprès de personnes qui la comprennent.

▽▽▽

MON PARCOURS DE FANGIRL

On associe souvent le phénomène fan à la puberté, à la construction de l’identité. Pour moi, la « fangirlitude » est plutôt une sorte de sensibilité naturelle, liée à mon caractère très passionné, très rêveur, assez coeur d’artichaut, que j’ai depuis petite. Acteurs, chanteurs, comédies musicales, livres, films, séries: tout y est passé !

Mes premiers vrais émois de fan sont arrivés à partir de mes 7 ans. Cette année-là, la saga de l’été à la télévision était « Terre Indigo » (ça ne nous rajeunit pas, tout ça), et j’étais en pâmoison complète devant l’actrice Cristiana Reali, au point de lui envoyer une lettre d’admiration avec l’aide de ma grand-mère, et chercher toutes ses photos dans les magazines. L’année suivante, c’est pour l’acteur Dean Cain, de la série « Les Aventures de Loïs & Clark » sur M6, que j’ai développé un fort penchant: je lui avais aussi écrit un message d’amour — auquel il avait d’ailleurs répondu, ce que je trouve encore à ce jour particulièrement adorable.

Puis il y a eu l’adolescence, qui a été en effet très riche en rêveries et obsessions: la comédie musicale de Roméo & Juliette (je connaissais tout par coeur, j’imitais le style de Cécilia Cara et pleurait d’amour pour Damien Sargue), Harry Potter (les livres, pas les films, que je n’aimais pas à l’époque), Britney Spears (là aussi, je connaissais tout, et collectionnais tous les magazines), Les Choristes, Les Beatles, Twilight…

En grandissant, toutefois, j’ai mis de côté pendant un temps cette partie de moi. C’est la période où j’ai commencé à en avoir un peu honte, à rougir de certains engouements qui m’avaient tant habitée quelques années auparavant. Soudainement, je n’admirais pratiquement plus personne, je n’avais pas de grand amour — sauf peut-être pour Lana del Rey, dont je suivais l’actualité musicale de très près, comme encore aujourd’hui, mais pas tout à fait avec autant d’intensité. D’une certaine manière, j’étais devenue plus sérieuse, plus réaliste, peut-être parce que j’en avais besoin pour avancer et laisser l’enfance derrière moi.

Ce sont finalement mes retrouvailles avec la lecture en 2015, je crois, qui ont réveillé ma passion pour les univers fictionnels et celles/ceux qui les construisent. Cette même année, j’ai découvert Outlander, et la fangirl en moi est ressortie au quintuple — plus mûre et plus critique, mais tout aussi habitée, et définitivement installée.

Aujourd’hui, le fangirling fait partie intégrante de ma vie, de ce que je suis, et je l’assume pleinement: pourquoi pas, puisque cela m’amuse sans faire de mal à personne ?

Je m’y complais même encore davantage depuis 2017 en me rendant à des conventions, en participant toujours plus aux échanges de la communauté, et même, depuis quelques temps, en animant un compte fan pour mon acteur chouchou Richard Rankin. Je vis mes émotions à fond, je poursuis mes rêves, et c’est un vrai bonheur ! You Only Live Once.

▽▽▽

POURQUOI C’EST ENRICHISSANT

Le phénomène fan est encore souvent mis en scène dans les médias comme une hystérie vaguement ridicule et abrutissante, surtout lorsqu’il s’agit de jeunes filles (quelle surprise !). On a aussi l’image extrême d’un comportement qui flirte avec le déséquilibre, pouvant mener jusqu’à l’isolement voire l’érotomanie.

Bien sûr, il existe des cas d’excès, et certes, tout n’est pas toujours tout rose dans les fandoms, notamment à cause des rivalités et des guerres d’ego. Pour bien le vivre, il faut sans doute être capable de prendre du recul, et de garder contact avec réalité — cela demande sans doute une certaine maturité.

Mais avec cette saine base, mon expérience est bien plus positive: le fangirling est une activité étonnamment enrichissante et source de bonheur ! Voici, à mon avis, ses principaux avantages:

☞ Être fan, c’est s’ouvrir. Loin de nous enfermer dans une obsession malsaine, je trouve qu’être fan nous ouvre à de nouveaux horizons: en s’intéressant à un univers en particulier, on peut explorer toutes ses références culturelles, ses antécédents, trouver des mondes similaires… Pour moi, par exemple, Outlander a initié une immense passion pour l’Écosse, son Histoire et sa culture. La lecture d’un roman victorien a enclenché une soif inextinguible envers toute la littérature britannique de l’époque. Ou encore, mon intérêt pour Richard Rankin m’a poussé à tester toute sa filmographie, et ainsi faire de très bonnes découvertes que je n’aurais sans doute pas connues autrement.

☞ Le fangirling unit des personnes différentes. La communauté et les échanges étant l’une des bases du phénomène, le fangirling crée irrémédiablement des liens — parfois à l’origine d’amitiés authentiques. J’aime particulièrement le fait, inhérent aux réseaux sociaux, que ma passion pour l’univers d’Outlander m’ait permis d’entrer en contact avec des personnes très différentes que je n’aurais sans doute jamais rencontrées autrement: je discute au quotidien avec des fans d’âges et de contextes sociaux variés, dans différents pays du monde, et je trouve ça génial ! Mieux encore, la passion est contagieuse, et je prends toujours un grand plaisir à accueillir de nouvelles personnes dans la communauté, qui ont été intriguées par mes partages et sont devenues addicts à leur tour: quoi de plus beau que de transmettre cette magie autour de soi ?

☞ Les fans peuvent avoir un impact positif sur le monde. On ne s’en rend peut-être pas compte de l’extérieur, mais la passion et la dévotion ressenties par les fans leur donnent des ailes pour réaliser des choses extraordinaires, autant en solo qu’au niveau de toute une communauté. Je pense notamment aux levées de fond organisées pour les causes soutenues par les célébrités (par exemple avec le programme My Peak Challenge de Sam Heughan), au superbe projet de mon amie Laure avec ses élèves en situation de handicap (je vous en parlais ici, et ça a continué depuis !), ou même très récemment à l’exploit des fans de Brooklyn Nine Nine qui ont réussi à sauver la série, dont on avait annoncé l’annulation. Je suis toujours très fière de pouvoir participer à ce genre d’élan, et émue de voir comment une passion commune peut déplacer des montagnes.

☞ La passion inspire et développe des compétences. Lorsque l’on est fan de quelque chose ou de quelqu’un, cet objet de notre admiration devient une véritable inspiration, un moteur de créativité et une motivation pour réaliser nos projets. Pensez par exemple aux personnes qui écrivent des fans fictions, ces récits basés sur des oeuvres déjà existantes, qui dessinent, créent des vidéos ou des montages pour partager leur passion et exercer leurs talents. Le fangirling peut aussi inciter certaines personnes à entreprendre des choses qu’elles n’osaient pas faire (j’ai ainsi fait ma première escapade en solo pour aller à la convention Outlander d’Angleterre, où je ne connaissais personne), ou les amener à développer des compétences, par exemple lorsqu’elles créent des pages fan, avec une communauté à animer.

☞ Le fangirling met des paillettes dans la vie. Pour moi, c’est le coeur de cette expérience, et ce qui la rend addictive: être une fangirl fait battre mon coeur comme peu d’autres choses dans ce monde. Ma passion m’offre un échappatoire quand j’ai besoin de me changer les idées, elle canalise mes émotions et me permet de les exprimer; d’un autre côté, avec toutes les joies et l’excitation qu’elle me procure, elle sublime mon quotidien. Mais surtout, elle me fait vivre des expériences parfois hors du commun, dont je suis extrêmement reconnaissante: échanger avec des acteurs sur les réseaux sociaux, les rencontrer, discuter avec eux, pouvoir les serrer dans mes bras… Ces souvenirs exceptionnels, quelque part, me font croire que la magie existe, et que les rêves, parfois, se réalisent vraiment.

***

Avez-vous vous aussi la « fibre fangirl » ?
Vous reconnaissez-vous dans mon témoignage ?
Sinon, cet article vous a-t-il éclairé sur ce que les fans peuvent ressentir ?

NB: Si j’aime l’idée d’assumer et de revendiquer ma fangirlitude, je tiens tout de même à préciser que je ne vois absolument aucun problème à ne pas ressentir ces émotions passionnées. Ce n’est ni mieux, ni moins bien, juste différent ! Certaines personnes ont besoin d’une vie plus calme, n’apprécient pas ce genre de hauts et bas émotionnels, ou tout simplement, n’ont pas l’impression d’avoir besoin de ça pour se sentir heureuses et vivantes. Il est aussi possible de préférer placer sa passion dans des personnes plus « réelles » ou dans des activités plus terre à terre. C’est super aussi: tout est valide, rien n’est nul, du moment que cela vous convient à vous ♥︎

48 commentaires

  1. C’est marrant moi aussi mon premier voyage toute seule je l’ai fait pour une convention en ne connaissant personne…..bon depuis j’ai quitté ce fandom et je suis tombé dans un autre avec toujours autant de passion. Merci d’avoir exposé ta passion de manière bienveillante ce qui change de cette image de filles hystériques que l’on a en tête en entendant parler de fangirl!!!

  2. Bonjour Victoria 💚

    En commençant à lire ton article, je me suis rendue compte que… depuis mon enfance, j’ai connu de régulières périodes où j’ai été une « fan ».
    En revanche – toujours en lisant ton article – je vis très différemment cette fascination de « fan », et ça tient essentiellement en deux différences notables :
    • Je n’ai jamais accroché à un personnage (homme ou femme), mais à des univers : généralement de séries (TV) ou de saga (livres).
    • J’ai très rapidement fait la distinction entre les personnages (de la dite série/saga), et les acteurs (série ou livre en film) : les voir en vrai me laisserait de marbre (ce ne sont PAS les personnages ! Ce sont des acteurs !?).
    Il m’est d’ailleurs arrivé à plusieurs reprises de voir / lire (vidéos, témoignages, articles dont les tiens sur Outlander) des fascinations + attractions pour un personnage précis, un acteur précis (Jamie je crois ?).
    Sans juger, j’ai toujours été intriguée par ce lien qui semble fort, alors qu’en parallèle la personne peut être en couple avec une autre personne (encore une fois, je ne juge pas, je m’interroge, et essaie simplement de comprendre !). Je me suis posée (et me pose encore) beaucoup de questions à ce sujet : comment le vit la personne en couple (l’autre : compagnon ou compagne) ? L’intensité que la « fangirl » ou « fanboy » pour un personnage / acteur, alors que la personne est en couple, a-t-elle un lien avec un potentiel dysfonctionnement dans le couple (prémice d’une future rupture, d’un lien peu fort, etc.) ? Ou est-ce possible que la relation soit forte, authentique, sincère, et qu’il y ait ce lien de fangirl/boy ?
    (Encore une fois – je me permets d’insister – je ne juge pas, je m’interroge simplement 💚)

    Dans l’introduction de ton article, tu parles de personnes qui ont cette tendance, alors que d’autres « pas du tout ».
    A titre d’informations, les personnalités qui auraient cette tendance sont essentiellement les « NF » et quelques « NT » parmi les personnalités MBTI (Je crois que tu es INFP ? Je suis INFJ) ✨
    Les « NF » arrivent à « rentrer » dans cet univers créé, et à ressentir profondément les émotions, et le déroulé de l’histoire (ce que les 12 autres personnalités MBTI ne peuvent pas faire à ce degré là, notamment de par l’absence de l’intention désignée par la lettre « N »).
    Les « NT » quant à eux adorent aller en profondeur (étudier) quelque chose : il y a donc toujours quelque chose de l’ordre de l’émotion, mais également de l’aspect de l’étude (sociologie, meurtre, histoire, etc. en rapport avec la série/saga).
    { Si certains de tes lecteurs sont intéressés par le MBTI, ils pourront trouver un article-dossier très complet sur mon blog à ce sujet 😇}

    Enfin… tout comme toi, lorsque je deviens « fan » d’un univers (série ou saga), je peux creuser à fond : sur l’intrigue, les personnages (et non les acteurs – j’insiste), l’auteur(e), etc.
    Je peux passer des heures à lire la biographie (regarder des documentaires) sur l’auteur(e).
    Lorsque je « quitte » l’univers (finis un tome ou une saison), j’ai l’impression de vivre un deuil parfois 💔
    Comme si l’on m’arrachait à un univers dont je faisais partie.
    Comme si j’étais forcée à quitter un univers où je voulais rester, pour me replonger dans un autre (coucou la réalité !), qui me semble lointain (ça, c’est typique des INFJ et INFP, moins des « NT » !)

    Belle journée jolie Victoria 🌸

    • Coucou Mély ! 🌸

      Tu soulèves des questions vraiment passionnantes sur le fangirling et le couple, qui finalement se rejoignent toutes, je crois, dans le rapport entre fantasme et réalité. C’est tellement complexe, surtout que chaque couple a ses propres règles établies, mais je pense que d’une certaine manière, les deux sont compatibles, à condition que la réalité prime toujours, et que le rêve ne soit pas une excuse pour l’éviter. Mais c’est tellement intime, il y a sûrement toutes sortes de points de vue sur la question !

      Je rebondirai aussi sur ton incompréhension vis à vis de l’admiration des acteurs, juste pour préciser ma façon de voir les choses.

      Là encore, je pense que cela diffère complètement selon les personnes, et je vois en effet très souvent des gens qui confondent un peu le personnage et l’acteur qui le représente — mais de mon côté, la distinction est tout à fait claire. D’ailleurs je n’aimerais pas du tout que Sam Heughan soit vraiment comme Jamie, par exemple, ça ne m’intéresse pas du tout.

      Si je me déplace, c’est bien pour rencontrer les acteurs en tant que personnes, ce sont eux qui m’intéressent et m’impressionnent. Si je les admire, c’est parce que j’ai remarqué leur talent, j’ai exploré leur oeuvre, je me suis renseignée sur eux, sur leur histoire, leur façon d’être (je regarde beaucoup d’interviews par exemple), leurs actions, et que j’aime ce qu’ils dégagent, ce que je vois d’eux (qui n’est pas l’entièreté de leur personnalité bien sûr, mais je suis assez sensible à une certaine authenticité des célébrités — je ne m’attache jamais à celles qui sont plus opaques).

      Il reste bien sûr un lien avec l’univers de départ, puisque les rencontrer donne un peu l’impression d’avoir devant soi un personnage de la série / du film, et surtout parce que cela permet d’échanger sur leur interprétation, sur les anecdotes de tournage etc… mais pour moi ce sont bien des artistes, des professionnels, pas des éléments de l’histoire en question. Je suis intéressée par ce qu’ils sont, pas seulement ce qu’ils jouent :)

      • ENTP powa and fangirl.assumée 😏 très intéressant cette analyse, oui je suis du genre «extrême» dans mes centres d’intérêt

  3. Bonjour Victoria,
    Je me reconnais plutôt bien dans ce que tu écris. Je pense en effet être une sorte de fangirl, même si je dois avouer que je n’aime pas trop ce terme. Je suis passionnée par le Seigneur des Anneaux : l’univers, les personnages (Aragon😊), l’intrigue, la musique, les costumes… Aussi, quand je vois un film ou lit un livre, je reste encore après dans un « autre monde », et j’adore ça ! Comme avec Les Choristes, Amélie Poulain ou La la Land. Ces films me font vibrer, tout comme leur musique.

    Je te souhaite une bonne journée, et profite de ce premier commentaire laissé sur ton blog pour te dire que j’apprécie énormément l’univers que tu as créé. Les sujets que tu traites sont toujours intéressants, alors merci !🌼

  4. je suis comme toi, je m’entiche de sujets dont je dois faire le tour complet, je me renseigne énormément, je guette toutes les actu. Mais c’est plutôt pour des livres, des séries, des sujets précis moins pour un chanteur ou un acteur… mais ça revient au même au final. Je trouve aussi que ça nourrit énormément, on découvre toujours beaucoup d’autres choses périphériques, et de toute façon, je ne peux pas lutter contre cette façon d’être !

  5. Super intéressant comme post! J’ai un tempérament très modéré, incapable d’être « fan » de quoi que ce soit et jusqu’ici j’observais ce genre de comportement avec circonspection faute d’arriver à l’appréhender. Je ne pensais pas que ça pouvait autant apporter dans la vie de quelqu’un, c’est cool en fait! La seule réserve qu’on peut émettre c’est qu’il y a quand mêmes quelques abus financiers avec des entreprises qui savent bien exploiter le filon pour vous ruiner!

    • Merci Aziliz, je suis ravie que ça t’ait éclairée ! Pour le filon commercial, oui, certaines choses sont très exploitées, mais la façon dont tu le dis implique presque que nous n’ayons aucun libre arbitre, que tout fan est un mouton consumériste: ce n’est pas forcément vrai. Cela dépend des personnes, et moi-même par exemple, ayant aussi un intérêt pour l’écologie ou une certaine forme de consommation raisonnée, je suis une fangirl assez peu encline aux folies du merchandising. À moins que cela soit utile ou que cela fasse vraiment sens pour moi, je ne suis pas du genre à acheter n’importe quoi juste parce que c’est brandé Outlander par exemple :)

    • Oh, coucou Aziliz, on a le même prénom ! Enfin, à une variante près ! Pardon, je m’incruste dans ton commentaire, mais c’est tellement rare de rencontrer une autre Azilis/z !! :)

  6. Alala je me reconnais tellement dans ton article… Je suis passée de l’obsession Leo DiCaprio, à Harry Potter (Hermione forever <3), en passant par le groupe Fall Out Boy (j'allais à toutes leurs dates de concert de France et de Navarre !), Twilight bien sûr, … Puis pareil : des études strictes, la honte liée à l'âge m'ont un peu fait oublier cette partie de moi avec laquelle je n'ai renouée que cette année en cédant à l'achat de produits dérivés de séries/films/livres que j'adore. You're so right, we only live once. Merci pour ton article :)

  7. Bonjour victoria,

    J’espere Vraiment que tu liras ce message. Tous les symptômes que tu as décrit dans ton post sur le burn out, je les ai connus et résolus par un traitement à base de fer prescrit par mon medecin traitant après une prise de sang révélant une anémie marquée.
    Je suis enseignante dans le supérieur et il m’arrive de conseiller à des étudiantes que je sens « en perdition » (fatigue intense, impossibilité de se concentrer et d’assimiler les nouvelles notions, abattement…) de faire ce contrôle. C’est à chaque fois la raison de ce dérèglement général. Par contre cela prend plusieurs mois pour rectifier le tir.
    Amicalement,
    Sandrine

    PS : tu m’as rendue fan d’Outlander ! Je viens de recevoir LE plaid tartan pour mon anniversaire !! Je te suis avec assiduité (tout comme Laura de Gardenanswer qui me fait découvrir les possibilités magiques de mon jardinet). Je te perçois comme une amie un peu lointaine dont j’aime recevoir des nouvelles 😍. Tu comptes beaucoup à mes yeux et j’espère vraiment que ce petit message te fera aller de l’avant avec bonheur 😘

    • Bonjour Sandrine,

      Merci pour tes adorables mots (je suis ravie que tu aies aimé découvrir Outlander !) et pour ton conseil. Je suis très touchée !

      Mon taux de fer est régulièrement vérifié parce que je ne mange pas de viande, et parce que j’ai souvent des phases de fatigue (plutôt dues à ma thyroïde mais on vérifie toujours tout au cas où), et je n’ai aucun souci de ce côté-là heureusement. Cela dit tu as bien raison de recommander de vérifier toujours la piste de l’anémie en cas de gros coup de mou, c’est tellement courant !

    • Bonjour Sandrine,

      Je me permets de m’incruster dans l’échange, car suite à un épisode d’anémie sévère, je suis censée prendre du fer régulièrement. Le problème est que je le digère très mal, ce qui me gâche la vie les jours qui suivent une prise. J’ai essayé les comprimés (Tardyféron et Ferograd) et le fer en sirop (Ferrostrane). Si cela ne te dérange pas, pourrais-tu me dire quel complément tu prends ?

      Bonne journée !

      • Bonjour Julie,
        Je prends du tardyferon. Je le supporte mieux en le prenant juste avant d’aller au lit et puis j’espace les prises. J’espère que cela pourra t’aider.
        🍀🤞
        Sandrine

      • Bonjour Julie et Sandrine

        J’ai eu une grosse crise d’anémie très sévère (en fait je dormais 12h par nuit et le jour j’étais un mollusque…) . J’ai pris du tardyféron mais j’ai immédiatement fait les effets secondaires : la baisse de tension sévère et les problèmes de digestion. Un arrêt de travail d’un mois et ensuite c’était les vacances et je partais un mois à l’étranger. Pour supporter le traitement, j’ai pris 8 comprimés par jour pour la tension et du SMECTA à chaque repas (oui, tristounet..) je suis partie avec une grosse valise de médocs.. Mais ça a fonctionné ! J’espère que tout ira mieux pour vous deux !

      • Bonsoir Julie, je manquais de faire pendant ma grossesse et tardyferon à été un enfer… j’ai vite abandonné. Heureusement j’ai très bien supporté timoferol. J’espère que cela pourra t’aider.

      • Bonsoir à toutes ! Je ne sais pas si mon commentaire va s’insérer au bon endroit mais je tenais à vous remercier pour vos réponses !

  8. Coucou !
    J’ai toujours été fangirl moi aussi… plus jeune c’etait Jennifer, puis Tokyo hotel, puis il y a eu un groupe trouvé sur le bord de mer’en Vacances, et un vide. Outlander à réveillé mon côté fan girl! Je n’ai jamais eu l’envie de cacher mes passions, je crois que j’etals Trop dedans pour me rendre compte que ça clivait mes relations sociales plus Jeune, parce que c’etait considéré comme Puéril.
    Comme toi je suis quelqu’un de passionné, je vis tout avec beaucoup d’intensité donc je n’en me suis jamais étonnée de faire une fixette sur des univers aussi riches.
    J’ai failli m’inscrire à la convention de juin mais j’ai eu leur d’etre Déçue et de briser mon amour pour outlander. C’est peut être un dernier vestige d’anti fin girl inscrit dans mon code génétique!
    En tout cas merci à toi de m’avoir fait découvrir outlander, j’en suis maintenant au dernier tome et inscrite sur plein de groupes d’echanges Sur le sujet, animé par des passionnés! La passion ne connaît pas à démesure 🤗!
    Bisous victoria et chouette article, j’aurais eu du mal à mettre des mots sur tout ça !

  9. Je le suis moins que toi, surtout depuis que je suis adulte.

    Ado, j’étais ultra méga fan d’un joueur de tennis, que j’attendais même devant son hôtel pour avoir un autographe quand j’avais 13 ans. Puis d’un autre, que je suis toujours, 20 ans après, sur Instagram !

    Roméo et Juliette : ah ah, moi, ce n’était pas du tout Damien Sargue (que j’ai d’ailleurs rencontré par hasard un jour à l’anniversaire d’une amie. Lui « bonsoir, Damien », moi, intérieurement « bah oui, je sais ! ») mais Grégori Baquet, qui interprétait Benvolio. Après, j’ai la particularité de finir parfois par ressentir un mélange d’attrait (pour ce que j’ai ressenti) et presque de dégoût (pouf, le personnage ou la star s’est avéré(e) n’être qu’un humain = chute du piédestal !).

    Dans les séries, il y a régulièrement un personnage masculin que j’adore vraiment : Jon Snow, Damon Salvatore… Je vire un peu à l’obsession et Monsieur se sent un peu en concurrence ! lol

    Bref, si c’est moins intense que quand j’étais ado, je me reconnais un peu, en moins fort ;-)

  10. Mais c’est génial, tu mets des mots sur quelque chose que je ressentais depuis trèèèèèès longtemps mais que j’avais toujours un peu cachée, voire eu honte, voire pour lequel je ne me trouvais pas « normale » : quand j’avais 8 ans, c’était Britney Spears, j’avais participé à un concours de dessin pour la rencontrer et j’avais imprimé son nom en rose sur une feuille que j’avais collé au dessus de mon lit, ensuite il y a eu le Seigneur des Anneaux, les livres et les films et je passais des heures à collecter des images des films sur internet et à tout connaître sur l’univers, puis plus récemment, il y a globalement n’importe quel acteur/actrice ou musicien/musicienne que je découvre et auquel j’accroche de façon absolue quitte à ne plus écouter que la même musique pendant 1 mois et ne plus penser qu’au moment où je vais retrouver mes personnages préférées… Je m’étais bien rendu compte que ces passions m’apportaient énormément de choses positives, me poussaient à développer ma personnalité et ma créativité sur certains sujets ou à me surpasser pour vouloir ressembler à telle ou telle personne que je prenais en modèle (je fonctionne beaucoup comme ça, avec des modèles de vie qui m’inspire et me donne envie d’être plus comme ci ou comme ça mais de manière très positive, pas en essayant à tout pris de me perdre en ressemble à quelqu’un d’autre), mais là, tu mets carrément une explication dessus et m’en voilà complètement réjoui de voir combien c’est positif !!

  11. Grand fangirl que je suis, j’ai tenté à plusieurs reprises de mettre quelques mots sur ces drôles de sentiments. Je me suis toujours qu’il fallait le vivre pour réellement le comprendre. Néanmoins je trouve que tu as parfaitement décrit tout ça. C’est étrange comme sentiment, parfois je fais certaines choses qui me semblent et puis je réalise que ça peut paraître insensé aux yeux des autres. Je me suis souvent un peu sentie à part. Me plonger dans des univers (notamment en littérature, mais beaucoup dans les séries) me permettait de me sentir bien, probablement de combler quelque chose que je n’avais pas au collège ou au lycée. J’ai commencé avec les classiques de ma génération: Justin Bieber et les One Direction… et ça m’a, à l’époque, apporté beaucoup. Aujourd’hui je suis comme toi, mon « fangirling » est certes tout aussi présent, mais beaucoup plus encré dans la réalité et dans le censé. Comme toi, je m’intéresse aux artistes/acteurs de près de façon à les connaître du mieux que je peux. Je ne m’attache pas à n’importe qui. Et contrairement à mon adolescence, je reste fan sur la durée… ça fait plus de 8 ans que je suis fan de Milo Ventimiglia et plus de 4 ans que je suis fan de Vianney (et Patrick Flueger). Et je te rejoins sur les expériences réelles et fortes que ça peut nous apporter. J’ai également voyagé en Angleterre pour la première fois pour rencontrer Milo, j’ai parcouru plusieurs lieux en France tout aussi beau les uns que les autres pour aller voir Vianney en concert. J’ai fais deux conventions pour rencontrer Sophia Bush (femme admirable) et Patrick Flueger. Et tout ça… ça m’a apporté des amitiés que je n’aurais JAMAIS créé si je ne m’étais pas intéressée à eux.
    J’aurai des tas de choses à dire, mais tu as tout si bien résumé que je ne peux que tu remercier pour la justesse de tes mots !

  12. Merci Victoria pour cet article. Tu décris tellement bien les choses que ça décomplexe ! Pas toujours facile de s’affirmer Fan ! Alors encore merci

  13. J’adore lire ce genre d’article où tu te confies. J’ai eu des périodes fangirl plus jeune : posters, magazines… Encore par moment aujourd’hui, je peux être fan de quelque chose mais à un degré moindre comparé à toi. Mon adoration s’évanouit plus vite, peut-être parce que je choisis de ne pas me consacrer à fond là-dessus. J’ai trouvé une cause qui me tient à cœur, et c’est ça que je vis à fond. Cela a beaucoup « empiété » sur l’ensemble de ma vie.

    J’ai découvert « Outlander » grâce à toi, c’était très addictif et j’ai vécu beaucoup d’émotions devant les épisodes (le truc qui m’a fait peur moi-même c’est l’emballement de mon cœur quand ils vont se retrouver après 20 ans… j’ai cru qu’il allait sortir de ma poitrine!). Je ne nierai pas le crush pour Jamie non plus. Mais je crois que mes sentiments en sont restés à la fiction et n’ont pas débordé sur les acteurs. En attendant la nouvelle saison, mon enthousiasme est redescendu et je suis plutôt curieuse de découvrir de nouvelles séries.

    Je trouve ça vraiment beau d’avoir trouvé quelque chose qui nous apporte du bonheur et nous fait du bien. Tu as raison de vivre cela avec tout ton cœur !

  14. prettylittletruth Répondre

    J’etais aussi une fan girl quand j’etais plus jeune. Damien Sargue, comme toi, j’en etais amoureuse. Maintenant, je ne le suis plus, mais je pense que c’est parce que je suis moins passionnee par les series, la musique, etc. La seule personne dont je suis encore fan c’est Leo Di Caprio, je crois que ca ne partira jamais :)

  15. Bonjour Victoria ! Très chouette article, merci d’avoir écrit sur le sujet ! Je suis une fangirl également – je l’ai toujours été mais je le prenais un peu comme une lubie. Je ne m’étais jamais dit, jusqu’à la lecture de ton article, que ça pouvait tout simplement faire partie de ma personnalité. Tu décris très bien ce ressenti, en tout cas je m’y reconnais en grande partie – à la différence que si j’adore trouver des personnes avec qui parler de mes passions du moment dans mon entourage, je n’ai pas envie de rejoindre des communautés spécifiques rassemblées autour d’univers ou d’acteurs que j’aime. Je ne sais pas pourquoi, je pense que ça me donnerait trop l’impression d’être déconnectée de ma réalité. J’aime bien vivre mon fangirling en solo haha, et d’ailleurs si je me rends à une convention je préfère justement le faire seule, sans connaître d’avance d’autres fans etc. avec qui cet univers/cet acteur seraient mon seul lien.
    Pour moi, être fangirl se manifeste surtout par le fait de rester plongée volontairement dans une oeuvre, un univers ou une histoire qui m’ont particulièrement bouleversée pendant de longues périodes. En regardant des vidéos, en lisant des articles, en allant sur les Instagram des acteurs le cas échéant, en apprenant par coeur les chansons de la b.o., en relisant les livres, en incarnant certains personnages sur des forums de rpg… Et parfois j’ai un crush sur un acteur ou une actrice, mais ça se manifeste par une grande admiration (y compris de leur beauté physique/de leur charme éventuellement), mais ça n’a rien à voir avec le désir que l’on ressent envers des personnes de sa ‘vie réelle’. Il n’y a pas d’ambiguïté envers un compagnon par exemple, parce que cette admiration tient plutôt de la reconnaissance ou d’un sentiment d’ordre esthétique… Je crois.
    Toutefois, si j’arrive à décrire les manifestations de ce phénomène, j’ai toujours autant de mal à en comprendre l’origine. Qu’est-ce qui fait que l’on puisse être autant enthousiaste au point d’être littéralement obsédé par des oeuvres, personnages etc.? J’ai du mal à comprendre ce mécanisme, à comprendre pourquoi ces passions sont si excitantes, donnent autant de joie – d’une manière assez disproportionnée comparée à bien d’autres choses. Pourquoi on peut ne pas arriver à s’en passer au point de perdre parfois beaucoup de temps à visionner/écouter des contenus autour de l’oeuvre en question… (dont personnellement je ne trouve pas qu’ils m’apportent dans la vie: ils nourrissent avant tout mon obsession pour un univers sans que la joie qu’ils me procurent ne dure au-delà du moment de leur visionnage justement…).

    • Coucou Julie !

      Merci à toi pour ton témoignage et tes gentils mots !

      Je rebondis sur ce que tu dis par rapport à l’ambigüité entre le côté fangirl et notre compagnon dans la vie réelle, parce que je crois que tu as pointé exactement ce que je n’arrivais pas à exprimer en mots: effectivement, il y a une grande différence entre ce que je ressens pour un acteur et ce que je ressens pour une personne de ma vie, dans le sens où cette admiration n’est pas ancrée « dans la chair » — elle est idéalisée, rêveuse, elle tient de l’admiration de leur beauté physique et de leur façon d’être, mais il n’y a pas de connection réelle, tangible, ni de réel désir de relation.

  16. Hello Victoria,

    J’ai été très très fan étant plus jeune de l’univers Harry Potter, dont je suis toujours très fan, mais il est vrai qu’aujourd’hui je le vis autrement.

    A l’époque je collectionnais tous les goodies possibles, ma chambre était tapie de poster, je regardais mes DVD tous les WE, je lisais les livres tous les jours, .. J’avais également écrit à Emma Watson et Tom Felton. Pour les deux j’avais d’ailleurs reçu des réponses et photos dédicacées et je me souviens qu’en ouvrant les enveloppes je tremblais, presque en transe et je me souviens avoir crié et pleuré de joie. Je m’étais aussi pavanée au collège avec mes photos dédicacées. :D

    Aujourd’hui, je me considère toujours comme très fan mais je n’ai plus de collection particulière ou d’hystérie pour les acteurs haha.

    En grandissant et évoluant, j’ai laissé cette partie derrière moi.

    J’y repense parfois avec nostalgie (comment simplement apercevoir un des acteurs à la télé pouvait faire bondir mon cœur dans ma poitrine) mais je n’ai plus jamais éprouvé de telle ferveur devant un autre univers (même si je m’auto-décris souvent comme « fan » de telle ou telle série).

    Je comprends donc tout à fait que certaines personnes soient restées « fangirl/boy » ou le soient devenues mais je comprends aussi que certaines personnes ne le comprennent pas dans le sens où je pense qu’il faut l’avoir vécu.

    Je ne supporte juste pas les gens qui ne respectent pas les « passions » des autres en les jugeant. Dans la vie, il faut faire ce qui nous fait plaisir ! Et tu as bien raison de le faire <3

  17. C’est vraiment intéressant cet article, quelle bonne idée!

    Je suis quelqu’un de passionné mais je n’ai pas du tout cette fibre « fangirl », c’est d’ailleurs quelque chose qui peut hautement m’exaspérer chez les autres tant j’ai eu de mauvais exemples en face de moi (personnes manquant de discernement et de pragmatisme, du coup impossibilité d’avoir un débat construit sur l’oeuvre en question, parfois aussi beaucoup de jugement et de violence dans les propos et une certaine étroiture d’esprit qui limitait inévitablement les discussions comme si la passion dévorait toute notion de sagacité…)

    Je suis heureuse d’enfin voir que ce n’est pas le cas pour tout le monde, c’est d’ailleurs très communicatif de sentir votre enthousiasme à toutes lorsque vous évoquez Outlander, et ça me donnerais presque envie de pouvoir ressentir ça mon tour! ^^
    C’est vraiment rafraichissant et je me surprends même à lire ces articles alors que je ne suis même pas Outlander tant vous semblez toutes dans une petite bulle de rêve à ce moment là (comment ça je vis votre passion par procuration?! )

    Gros bisous à toi (j’espère que ça va un peu mieux <3 )

  18. Merci Victoria pour cet article !
    Je t’avoue que ce n’est que très récemment que j’ai vraiment compris ce qu’était une fangirl, et c’est un peu grâce à toi et tes posts de Richard Rankin. Même sans être une fangirl, cela m’a fait faire un premier pas dans cette direction et j’ai (re)découvert cet univers, les communautés de fan, et toute la positivité qui peut être échangé autour d’une passion commune.
    Et si je te suis sur ton compte de fan sur twitter, ce n’est pas tant pour suivre toute l’actualité de Richard mais surtout car tes posts fangirl sont comme des petites bulles de positivité dans ma TL ;-)
    Je suis aussi Sam Heughan et Caitriona Balfe pour leurs engagements associatifs et leurs humours (OK et j’avoue que je crush peut-être un peu sur … Caitriona) !
    Des bisous xx

  19. Coucou Victoria

    J’ai aussi ressentie cette gêne d’etre Fangirl face au regard des autres. Et puis j’ai vieilli, j’ai mûri et je me suis aperçue que je me fiche du regard des autres tant que je suis heureuse et que ça me plait.
    Alors je pense qu’il y a 5 ans j’aurais eu honte de dire « J’adore Outlander », aujourd’hui j’assume parfaitement mes sentiments et mes goûts.
    Et je pars toujours du principe que tant que l’on prend du plaisir nos goûts n’ont pas à être jugés !!
    Bref une fois de plus ton article est très juste et décrit avec mesure la question.

  20. Voilà un super article ! :D Etre fangirl/boy c’est avoir une sacré source de bonheur et ça c’est pas donné à tout le monde donc j’en suis bien contente.
    Et c’est vrai que ça développe des compétences : rappelez vous à l’époque de Tokyo Hotel, ça avait motivé plein d’ado à être assidus en allemand ! #truestory

    Je suis moi-même une fan girl assumée, mais je dois calmer mes ardeurs car dans le cadre du travail de mon mari je rencontre plein de gens dont je suis fan et je dois faire comme si tout était normal alors que je fais des backflips intérieurs XD

    Je ne connaissais pas ton blog j’ai découvert grâce au commentaire de Marine sur twitter, je vais aller lire tes autres articles ! tu as gagné une lectrice

  21. Merci Victoria!! Merci beaucoup pour cet article… je me sens moins seule :) :)
    Merci aussi pour beaucoup d’autres articles de ton blog et surtout …un immense MERCI car en effet c’est grâce à ton blog que j’ai découvert Outlander et j’en suis devenue SUPER FAN!!
    Au plaisir de te croiser…peut être à la prochaine convention à Paris ;)

  22. Article très intéressant où je me suis encore découvert un point commun avec toi : j’étais fan de la série « Terre Indigo » ! J’avais même acheté le livre à l’époque, je devais avoir 10 ans. Ma fille porte le prénom du personnage joué par Barbara Schultz, Bérénice. Ce choix est dû à mon amour pour les lettres classiques mais j’avais également inconsciemment sans doute dans mon esprit le souvenir du caractère bien trempé et téméraire de cette « Bérénice ».
    Et puis que dire d’Outlander… cela a transformé ma vie !!! Je ne pensais pas que cela emmènerait ma classe en Écosse et avoir ce partenariat avec les acteurs !!! Et ça c’est grâce à ton blog !

  23. Merci pour ce bel article ! Je crois être restée principalement sur Harry Potter, bien que Outlander, Sherlock prennent une place importante également dans mon coeur. Je voulais te remercier surtout car j’ai suivi le lien par rapport au projet de Laure et de ses élèves, et j’ai juste pleuré en lisant leurs histoires. C’est tellement beau de voir la volonté et la motivation qu’elle a témoigné pour passionner ses élèves, surtout dans un apprentissage qui n’est pas le plus simple pour eux, mais c’est extraordinaire ! Merci de nous partager ce genre d’initiatives. Une initiative qui me touche particulièrement à la fois sur le plan personnel que celui professionnel.
    En tout cas, j’aime lire tes articles, ils sont pleins de douceur, de découverte et me permettent de prendre une pause !

    • Fiona, je viens de lire ton témoignage et cela me touche beaucoup. Notre projet nous a permis d’aller en Ecosse en Avril avec 7 élèves, de rencontrer des acteurs de la série et de visiter des lieux de tournage, tels que Lallybroch, Doune, Blackness, Culross,… Nous préparons actuellement un album bilangue de littérature de jeunesse autour du voyage dans le temps et d’un conte détourné. Il sera publié et édité. Tout cela est parti d’une petite étincelle…qui a changé la vie d’une classe et de leur enseignante.

  24. Moi, j’étais une fangirl de LOST. Complètement fan. Tout le cast. Et toute la série, je savais tout, des mois à l’avance. Donc je comprends complètement !

  25. Amélie PetalesdePomme Répondre

    Bonjour Victoria,
    Je te remercie pour cet article très original et intéressant. J’ai aussi un côté très « fangirl ». Quand j’aime quelque chose c’est pour toujours et c’est passionnément ou pas du tout. Je suis une grande fan d’Outlander, de la série Alias et de Lana Del Rey. De mon côté, je ne m’intéresse pas vraiment aux acteurs mais vraiment à la fiction et aux personnages pour m’évader (j’ai donc ma propre définition de fan girl). Les histoires que j’aime ou les personnages m’habitent dans mon quotidien et me donnent la force et le courage de faire certaines choses. Je pense souvent à eux comme des membres de la famille en quelque sorte…Ce besoin d’évasion est primordial pour affronter la dureté de la vie. Comme le disait très justement JK Rowling « The stories we love best live in us forever. » Après tout même si ces histoires ne sont que de la fiction, ce que l’on ressent, les émotions, sont elles bien réelles.

  26. Merci infiniment pour cet article ! Je me sens moins seule :)
    J’ai toujours été passionné par des choses : groupes de musique, films, livres, série tv… J’ai eu des classeurs Britney Spears, Romeo et Juliette; en grandissant on a l’impression qu’il n’est pas convenable d’être  » fangirl » en société. On passe pour des ado hystériques.
    Les moments où j’ai assumé mon côté fangirl sont les moments les plus heureux de ma vie. J’ai connu les heures passés sur un forum , rencontrer de nouvelles personnes que je n’aurais jamais rencontré, vibrer ensemble au concert du groupe! Ce sont des souvenirs géniaux!
    En grandissant, j’ai gommé cette partie de moi; je n’avais plus de sujet qui me passionnait, et ça prend aussi du temps de surveiller toutes les activités.

    Il y a 2 ans, je suis devenu accro à la série  » The 100″ et la  » fangirl » était de retour ! J’ai trouvé un univers qui me fascine et me passionne. A 28 ans, j’assume d’être qui je suis. D’être passionnée pour une série, m’enthousiasmer devant un nouvel épisode! C’est mon truc à moi et je peux le partager sur le net avec d’autres personnes. J’expérimente de nouvelles choses : me lancer dans l’écriture inspiré par un personnage, développer mon anglais en écoutant des podcast sur la série, me remettre au dessin…
    Ton article sur la convention sur Outlander m’a fait changer d’avis sur les conventions; et l’année prochaine je vais seule à une convention sur The 100. Je suis heureuse et stressée de franchir cette barrière. En me passionnant pour cette série, je me suis intéressée aux acteurs, leur travail, leur initiative caritative et ça donne envie de les rencontrer.

    Etre fangirl apporte du bonheur dans notre quotidien, même en étant adulte, il ne faut pas se priver de ce moment d’évasion.

  27. Merci pour cet article, où je me retrouve totalement, on a même eu les mêmes passions plus petites (surtout Roméo et Juliette haha), merci de « sensibiliser » tes lecteurs et lectrices au phénomène. Je trouve toujours ça passionnant de partager ça avec d’autres personnes. Ma dernière lubie, c’est l’univers Marvel!
    http://maevasmapamundi.com

  28. Merci! Je me sens vraiment moins seule. Quand tu dis qu’a l’adolescence tu as un peu mis de côté ton « enthousiasme » par honte je m’en ressens souvent. On me juge constamment parce que je suis fan et que je m’investis à fond.
    Depuis que je connais les conventions et que j’ai rencontrée une super amie (Grace a qui je lis ce’ poste) j’ai l’impression d’etre moins seule

  29. Victoria,
    Je me retrouve dans tout ce que tu décris ici : Je suis et resterai une fangirl tout ma vie.
    Certes les centres d’intérêts ont changé mais à 30 ans j’ai encore mes chouchous.!!
    Comme tu le dis si bien, tout cela met des paillettes dans nos yeux et nous extrait de notre réalité le temps d’un film, d’une série ou d’un concert. Et c’est ça la vie pas vrai? RÊVER !!!
    Bises de France
    Julie

  30. Bonjour Victoria et merci pour ce super article ! J’ai un gros potentiel fangirl que j’ai également mis de côté depuis l’adolescence, et qui commence à refaire surfaire à cause de (ou grâce à) Outlander… :) Seulement, je ne m’identifie pas du tout aux fans que je vois souvent sur les réseaux sociaux : américaines de 45 ans et +, parfois un peu « too much » à mon goût… J’ai le même âge que toi ; est-ce que tu as trouvé une communauté dans laquelle tu te retrouves ?

  31. Hello Victoria,
    J’aime beaucoup cet article car moi même je ne suis absolument pas une fangirl !
    Je comprends tout à fait qu’on puisse l’etre pour ce qui peut concerner une œuvre mais pas du tout pour ce qui concerne une personnalité ( acteur ou chanteur par exemple). Disons que je comprends qu’on se rue pour aller voir un film d’un acteur chouchou mais jamais je ne m’investirai plus et irai par exemple le rencontrer dans une convention. j’aime bien l’idée qu’un acteur est un acteur et je crois que je n’aurais aucun plaisir à le rencontrer en vrai et le connaître. Je me cantonne aux œuvres. Ceci dit je comprends qu’on ne soit pas tous pareils et je ne critique pas, ça m’est juste complètement étranger !
    Par contre je suis surprise que tu sois une vraie fangirl car tu te présentes souvent comme une jeune femme plutôt discrète et mesurée donc c’est marrant de voir cet aspect de ta personnalité car j’associe quand fangirl avec passion et quand même un brin de folie ahah
    Bises
    Helene

  32. Salut victoria. Coup de chapeau pour cet article.
    Je ne me retrouve pas vraiment dans cet article, car je suis une personne reservée et discrete. Toutefois, cela ma permi de mieux connaitre le sujet et d’avoir un autre regard sur les Fangirl.

    Merci

  33. Ouh la la ce que cet article me parle! Je suis clairement une fangirl depuis un bon bout de temps maintenant! Lorsque je plonge dans un univers, c’est pour m’y immerger complètement! Rester à la surface des choses et explorer de façon superficielle, très peu pour moi!

    Je pense que ça a dû commencer avec des séries comme Charmed ou Smallville quand j’étais ado! Ca s’est prolongé avec Harry Potter, Jane Austen, les dramas coréens et la Kpop! Tous ces univers me donnent envie de voyager et de découvrir des lieux que j’ai découvert dans des livres ou à l’écran! Dans ma liste de voyages, la Corée du Sud, l’Angleterre version Jane Austen avec Bath et les lieux de tournage d’Orgueil et Préjugés!! J’aimerais aussi découvrir le château qui sert de décor à Downton Abbey!

    J’adore aussi échanger avec d’autres fans et je peux devenir intarissable lorsque je me lance sur des sujets qui me passionnent!

    Comme toi, j’ai des coups de cœur pour des acteurs et je me retrouve à explorer leur filmographie. Le dernier en date Mathias Schoenaerts alias le beau et doux Gabriel Oak dans « Loin de la foule déchainée »!

    J’aime aussi partager ma passion et c’est un vrai plaisir lorsqu’elle devient contagieuse! Avec ma sœur, on arrive très souvent à se communiquer nos passions respectives et elles deviennent des passions communes sur lesquelles nous échangeons beaucoup!

    Merci pour cet article dans lequel je me suis bien reconnue ^^

  34. Article intéressant qui m’aide un peu a comprendre le côté fan girl car c’est justement le contraire de moi, la dernière fois que j’ai été fan de quelqu’un je devais aavoir 10,11 ans sinon en grandissant j ai completement perdu cette sensation la.
    Il y a plein de série,film acteur.ice ou chanteur.euse que j’adore mais je ne sais pas me consacre qu’à une seule personne et j ai beau adorer leur oeuvres et les dévorer je les croiserais dans la rue ça me ferais ni chaud ni froid.
    En tout cas je comprend mieux ce côté fan girl et je comprend surtout que ce sont les personne passionné qui sont comme ça je doit avouer qu’avant j’avais tendance a un peu dénigrer le côté groupie car je voyais ça plutôt comme de l’immaturité et ça m’a fait ouvrir les yeux sur ça.
    Et je tenais à te remercie pour tout le contenus que tu nous propose sur ton blog c’est vraiment génial

Répondre

Naviguer