Séries // Outlander Saison 5

Après une saison 4 qui m’était restée un peu en travers de la gorge, l’arrivée de la saison 5 d’Outlander en février dernier a fait naître en moi des sentiments contradictoires. À la crainte d’une intrigue trop plate et ennuyeuse (sachant le peu d’action qui se déroulait dans le tome 5), s’ajoutaient de fortes attentes pour compenser mes déceptions antérieures, mêlées à une bonne dose d’espoir grâce à la présence, pour la première fois, de Sam Heughan et Caitriona Balfe dans un rôle de producteurs pour la seconde moitié de saison.

Depuis, la diffusion a eu lieu (tout est disponible sur Netflix France) et j’ai pu me faire mon propre avis, enrichi par de nombreuses lectures et discussions avec d’autres fans. Comme d’habitude, j’ai pris un petit peu de temps pour avoir le recul nécessaire sur mes propres ressentis, mais ça y est, je suis enfin prête aujourd’hui à les partager avec vous !

Cette fois-ci encore, j’ai séparé mes réflexions de façon synthétique en grands points positifs et négatifs, afin que cela soit plus clair et agréable à consulter pour vous.

N’oubliez pas, bien sûr, qu’il s’agit avant tout d’une opinion personnelle, et que vous avez bien le droit de penser autrement – en espérant que nous pourrons en discuter, que vous partagiez mon avis ou non !

ATTENTION: Cet article contient de gigantesques SPOILERS. Ne le lisez pas si vous n’avez pas visionné la saison 5 d’Outlander dans son entièreté – ou alors descendez directement à la conclusion en cliquant ici.

11

J’AI AIMÉ

▶︎ Le retour d’une atmosphère de clan

Avec les trois couples principaux désormais installés à Fraser’s Ridge, cette saison nous offre une nouvelle configuration proche de ce que nous avions connu à Castle Leoch ou à Lallybroch dans la première saison: une famille étendue, vivant entourée de gens qui demeurent sur leurs terres et leur prêtent allégeance. Cette atmosphère m’a beaucoup plu: elle m’a donné une impression de grand clan à l’écossaise comme aux débuts de la série – le fonctionnement et les traditions en sont d’ailleurs identiques. Après deux saisons de déplacements et séparations, le côté chaleureux de cette vie en communauté dans toute sa domesticité (cultures agricoles, fabrication d’objets, repas, célébrations etc…) était très appréciable !

▶︎ L’intensité émotionnelle de la seconde moitié de saison

Si le rythme n’est pas égal du début à la fin (mais à ce stade, c’est une caractéristique de la série !), j’ai trouvé l’intrigue riche en émotions et particulièrement intéressante à suivre à partir de l’épisode 7, quand les événements commencent à s’enchaîner et les enjeux augmentent. La mort de Murtagh, la pendaison de Roger, le retour du jeune Ian, Jamie qui frôle le pire, l’abduction de Brianna, la mort de Bonnet, le départ de Brianna et Roger puis l’enlèvement de Claire: avec un tel programme concentré en 6 épisodes, on peine à reprendre son souffle en tant que spectateur/rice et cela fait du bien de retrouver cette excitation !1

▶︎ Le développement de solidarités entre les personnages

L’émergence d’une véritable vie de clan à Fraser’s Ridge était l’occasion d’approfondir et développer les relations entre les personnages, et je n’ai pas été déçue par ce point, au contraire ! Cela aura même été l’un de mes aspects préférés de la saison: j’ai adoré voir se resserrer les liens entre les différents membres de la famille, dans des duos parfois un peu inattendus mais d’autant plus touchants.

L’évolution la plus impressionnante a bien sûr été celle de la relation entre Jamie et Roger, ce dernier gagnant enfin le respect de son beau-père en lui sauvant la vie. Cette acceptation de Roger manquait vraiment à l’ambiance familiale à mon sens, si bien que leur nouvelle unité m’a fait chaud au coeur. Je me dois aussi de mentionner la relation entre Claire et Marsali, fondée sur une belle confiance mutuelle; celle de Roger et Ian, dont la compréhension naturelle, sans devoir même parler, est d’autant plus émouvante qu’on la sait construite sur un respect commun pour les blessures endurées; et enfin celle de Marsali et Brianna, dont j’ai aimé voir la sororité naissante.

▶︎ L’évolution du caractère de Roger

Après le fiasco de son personnage l’année dernière, j’ai été heureuse de retrouver dans cette saison le Roger que j’aime, beaucoup plus proche du personnage écrit par Diana Gabaldon: un homme sensible, très humain, courageux et plein de bonne volonté, qui par amour fait de son mieux pour s’adapter à un monde auquel il n’était pas du tout préparé.

Son évolution durant cette saison a été très riche: d’abord pataud et peu utile au clan, il apprend progressivement de nouvelles choses, réussit à mettre à profit ses propres talents, puis devient inévitablement plus dur et plus apte au combat au fil des drames qu’il rencontre – tout en conservant la flamme d’humanité qui le caractérise, même dans le massacre du dernier épisode, ce qui le rend très touchant. J’ai aussi beaucoup aimé l’entendre chanter !
14

▶︎ L’inclusion d’éléments tirés du 6ème tome

Ce point sera peut-être une unpopular opinion auprès des fans puristes très attaché.es aux livres, mais je dois avouer avoir globalement apprécié l’idée des scénaristes d’emprunter des éléments provenant de tomes suivants pour les intégrer dans l’intrigue du 5ème tome: celle-ci n’était honnêtement pas assez riche en conflits dramatiques pour créer une saison suffisamment palpitante.

Le retour avancé du jeune Ian notamment m’a beaucoup plu (il eut été dommage de se priver de lui durant toute une saison) et l’épisode de séquestration puis la mort de Stephen Bonnet ont apporté leur lot d’émotions fortes et de surprise (même si cette dernière, privant désormais l’intrigue d’un antagoniste fort, me questionne beaucoup pour la suite de la série).

En soi, l’idée d’inclure le départ de Roger & Brianna ainsi que l’enlèvement de Claire était aussi intéressante pour l’intrigue, même si en l’occurrence je n’ai pas aimé le traitement qui en a été fait – cf plus bas.

▶︎ Les performances impressionnantes des acteurs

L’ensemble du cast de la série nous a offert des performances brillantes cette saison. Deux d’entre elles m’ont particulièrement soufflée: d’un côté celle de Richard Rankin dans l’épisode 8, incroyable de justesse et d’expressivité sans pourtant prononcer aucun mot, et celle d’Ed Speleers dans l’épisode 10, dont la soudaine vulnérabilité m’a complètement déstabilisée – j’étais extrêmement tendue, m’attendant à tout moment à un retournement de situation. Quel maestro !

Sophie et Caitriona ont eu moins de scènes poignantes, mais elles ont aussi été excellentes chacune dans leurs moments d’émotion. Si je suis un peu moins sensible au jeu très dramatique de Sam Heughan (l’épisode du serpent par exemple), je l’ai également trouvé très émouvant notamment dans les scènes en lien avec Murtagh. Mention spéciale enfin à John Bell pour son interprétation touchante d’un Ian meurtri, Lauren Lyle pour son jeu très authentique et expressif, et l’excellent Ned Dennehy qui fait un Lionel Brown réellement inquiétant.

Je reste en revanche dans l’incompréhension totale devant le peu de scènes confiées à César Domboy, qui fait presque office de figurant. Quel dommage !35

▶︎ L’émergence de Marsali

Alors que j’étais peu sensible à son personnage dans les opus précédents, Marsali est tout bonnement devenue l’une de mes chouchous cette saison pour son développement incroyable. La production a probablement compris que le talent et le dynamisme pétillant de Lauren Lyle étaient un atout pour la saga, décidant de lui donner plus de responsabilités (l’assistante de Claire dans les livres était un autre personnage). Ce fut un choix très heureux: la personnalité attachante de Marsali, à la fois forte, chaleureuse et volontaire, a apporté beaucoup d’humour, de tendresse et de « girl power » aux épisodes. Je me réjouis infiniment de continuer à suivre ses aventures !

▶︎ Les costumes

Il y a eu un changement de costumière en chef cette saison sur Outlander, avec l’arrivée de la grande Trisha Biggar, designer écossaise à laquelle on doit notamment tous les costumes de la prequel de Star Wars (épisodes I à III). Même si Terry Dresbach, sa légendaire prédécesseure, avait fait un extraordinaire travail sur certaines pièces phares, je dois dire que je préfère globalement les parures de cette nouvelle créatrice, en particulier pour les personnages masculins qui me semblent plus élégants. J’ai apprécié les superbes vestes, les coupes bien cintrées, et les magnifiques tissus, autant que les tenues plus modestes mais très bien coupées. J’ai également noté une grande amélioration au niveau des perruques, bien plus réalistes et subtiles cette saison, enfin !33

J’AI MOINS AIMÉ

▶︎ Le rythme lent de la première moitié de saison

Malgré un premier épisode très prometteur (je l’ai adoré !) et des conflits théoriquement intéressants (Murtagh vs l’obéissance au Gouverneur, le retour de Bonnet…), il faut avouer que l’histoire n’avance pas beaucoup dans les six premiers épisodes et qu’il y a globalement peu d’action.

Je reproche surtout à ce début de saison ses étranges choix de timing: de longs moments sont consacrés à des intrigues qui n’ont pas tant d’importance par rapport au fil narratif principal (la maison des Beardsley, la relation de Jocasta et Murtagh…) ainsi qu’à des scènes politiques ou guerrières un peu ennuyeuses à mon goût (les visites aux Browns, la recherche de Murtagh avec le lieutenant Knox, le mariage de Jocasta…) car trop centrées sur des personnages secondaires avec lesquels nous n’avons aucun lien émotionnel.

▶︎ L’effacement de Claire et Brianna

Traditionnellement, Outlander était une série centrée sur un point de vue féminin, avec une protagoniste forte et une vraie plongée dans son expérience. Dans cette saison malheureusement, malgré des personnages toujours aussi intéressantes et courageuses, je n’ai pas vraiment ressenti cette prévalence du féminin; au contraire, j’ai même eu l’impression d’une certaine absence des deux femmes principales de l’histoire – et au vu des discussions que j’ai eues sur les réseaux sociaux, je ne suis pas la seule.

Il faut dire que cette fois-ci, l’intrigue se concentre principalement sur le conflit politique et guerrier, donc sur Jamie et ses hommes. Claire n’a pas vraiment de rôle important à y jouer: elle passe presque toute la saison en arrière plan, en tant que soignante et lady, avec très peu d’impact sur l’avancée des événements. Elle est active bien sûr, elle manigance et sauve des vies, mais tout cela reste plutôt de l’ordre des petites intrigues secondaires, des coulisses.

Pour Brianna, le cas est criant aussi: reléguée pendant presque toute la saison à un rôle de mère au foyer apeurée, presque purement ancrée dans la vie domestique, ses points forts (force physique, talents d’ingénieur, intelligence) ne sont presque pas mis en avant et n’influent pas du tout sur les événements centraux, mis à part au moment de la bataille d’Alamance.

Finalement, toutes deux ne se retrouvent au centre de l’intrigue que lorsqu’elles sont violentées, et ce pour, dans les deux cas, être sauvées par des hommes – ce qui témoigne d’une instrumentalisation des personnages féminins plutôt que d’un vrai protagonisme. 5

▶︎ L’évolution du caractère de Murtagh

Déjà peu heureuse de son développement dans la saison 4, j’ai ici été pleinement déçue par le personnage de Murtagh, devenu difficile à aimer en raison de sa violence aveugle. Je comprenais pourtant la cause initiale des Régulateurs et leur désir d’un monde plus équitable, mais je n’ai pas apprécié cette radicalisation qui a transformé le caractère de notre parrain préféré. Lui qui derrière ses airs bougons était un personnage chaleureux et profondément loyal envers ses êtres aimés, toujours là pour soutenir Jamie, je l’ai trouvé complètement déconnecté de cet esprit familial: faire le choix de mener jusqu’au bout un mouvement antagoniste au point de devoir couper son lien avec le clan Fraser ne lui ressemblait pas du tout à mon sens.

Pour cette raison, je dois avouer que sa mort m’a finalement moins émue que prévu; j’étais davantage touchée par la réaction de Claire que par le drame en soi. Il était temps à mon sens que cela arrive, même si je regretterai toujours le Murtagh authentique des débuts !

▶︎ Une écriture encline au drama gratuit

Peut-être suis-je un peu psychorigide de la structure narrative, mais à mon sens, une vraie bonne histoire devrait reposer sur des conflits solides, en évitant les moments dramatiques purement gratuits. Or, on en a encore eu cette saison et je trouve cela très frustrant !

Celui qui m’a énormément gênée a été le faux départ de Roger et Brianna. Un épisode entier dédié à l’anticipation des adieux, beaucoup d’émotion et de tension, un cliffhanger final qui intensifie l’ensemble – et tout ça pour… rien. Avec une résolution ultra facile (nous ne recevons pas beaucoup d’explications sur cet échec, et la situation est acceptée sans encombre) ainsi qu’un impact absolument nul sur l’intrigue, il s’agit à mon sens de temps perdu, et, d’une certaine façon, d’une tromperie envers les émotions des spectateurs/rices, ce qui n’est pas très agréable.

Je pourrais aussi citer l’épisode « horrifique » de la maison des Beardsley, qui ne présente aucun intérêt pour l’intrigue et ne crée qu’une tension momentanée, ou même la façon dont le viol de Claire est utilisé comme pur instrument dramatique, afin de terminer la saison sur un coup fort. Après de longs moments dédiés à filmer sa souffrance (physique comme mentale), elle est sauvée très facilement, il n’y a pas de réelle résolution émotionnelle, et il n’en ressort aucun impact sur l’intrigue générale, laissant une impression vide de sens. C’est certes efficace pour rendre l’épisode puissant (il m’a laissée patraque pendant des jours), mais cela reste une instrumentalisation facile de la violence, à la façon d’un Game of Thrones, pas très satisfaisante en termes de qualité d’écriture.17

▶︎ Les scènes d’amour entre Jamie & Claire

Si j’aime toujours bien sûr leur relation et le couple légendaire qu’ils forment, les scènes romantiques de Jamie et Claire me plaisent de moins en moins. J’avais déjà souligné les problèmes de dialogues forcés et un peu kitsch la saison dernière, comme si l’on offrait aux fans les mots exacts des livres pour leur faire plaisir sans que cela soit toujours pertinent à l’oral; j’ai malheureusement retrouvé la même gêne cette saison (pas seulement pour eux d’ailleurs) avec des échanges parfois peu naturels et fluides, surtout dans les conversations plus sentimentales ou à connotation sexuelle.

En outre, je n’ai pas du tout été sensible à leurs scènes d’amour, que j’ai trouvées généralement mal intégrées: beaucoup d’entre elles m’ont semblé arriver comme un cheveu sur la soupe et de façon un peu gênante, comme si on avait juste décidé de semer de temps en temps quelques moments hot au milieu de différents contextes pour satisfaire le public.

Enfin, j’ai été étonnée de noter un certain effacement du female gaze dans cette saison, au profit d’une représentation de la sexualité fondée sur le pouvoir masculin. C’est très criant par exemple avec la scène de l’étable (que Diana Gabaldon a trouvé très mal écrite et réalisée, ce sur quoi je suis assez d’accord), où en pleine dispute, la violence verbale et la domination physique de Jamie initient une relation sexuelle.

▶︎ Des opportunités ratées sur d’importants sujets

Ayant touché cette saison encore à des sujets forts, la série a créé des opportunités de réflexion et de dialogues importants… qu’elle n’a malheureusement pas exploitées, ou bien trop peu.

C’est le cas de l’esclavage, par exemple, sur lequel les protagonistes se sont certes exprimés dans la saison 4, mais qui n’a jamais plus été questionné par la suite alors que tout l’empire de Jocasta – désormais en possession de Jemmy – repose dessus.

Même chose pour les agressions sexuelles et leurs conséquences sur la vie des victimes: le stress post traumatique de Brianna est montré par des petits gestes et expressions, mais il est très peu discuté. Il n’y a jamais de vraie conversation à ce sujet entre les époux, donc pas de vraie résolution sur la façon dont leur relation en est affectée et peut en guérir. C’est encore pire dans le cas de Claire, complètement expédié à la fin du dernier épisode (et pas par faute de temps, puisque celui-ci était plus court que la moyenne).

En fait, la seule réponse proposée à ce sujet pourtant très (trop) récurrent dans la série est celle de la femme forte qui garde ses émotions pour elle et avance malgré tout – et bien sûr continue sa vie sexuelle presque normalement. En comparaison, le traumatisme de Jamie dans la saison 2, ou même celui de Roger après sa pendaison ont été bien mieux approfondis. C’est un peu décevant !1-1

CONCLUSION

La saison 5 aura été inégale, marquée à mon sens par quelques travers qu’il semblait important de reconnaître et interroger. Je trouve qu’elle reste en dessous des premières saisons en raison d’une écriture recherchant l’effet dramatique maximum au risque de sonner creux, ainsi qu’un moindre engagement sur des sujets forts qu’elle semblait mieux maîtriser auparavant. Disons-le clairement, je ne peux m’empêcher de ressentir que ce n’est plus la même équipe aux commandes.

Toutefois, à mes yeux, elle constitue sans aucun doute une amélioration par rapport à la saison précédente: elle m’a permis de retrouver l’atmosphère plus écossaise qui m’avait manquée à partir de la troisième saison, avec les belles évolutions que j’attendais dans les relations, et des émotions assez fortes pour m’emporter avec elle, ce dont je suis très reconnaissante. Quel bonheur de retrouver un peu la flamme de ma passion pour cet univers, enfin ! Contrairement à la saison 4, je sais d’ailleurs d’ores et déjà que je la re-regarderai avec plaisir.

***

Avez-vous aimé cette 5ème saison d’Outlander ?
Quels ont été les points positifs et négatifs d’après vous ?
Êtes-vous d’accord avec certains de mes ressentis ?

À (re)découvrir également:
Mon coup de coeur pour la saison 1
Mon bilan de la saison 2
Mon bilan de la saison 3
Mon bilan de la saison 4

24 commentaires

  1. Hello Victoria !

    Je partage totalement tes ressentis sur cette 5eme saison dans laquelle nous avons eu du mal à nous plonger, surtout après une saison 4 plutôt décevante. Moins de place laissée aux personnages féminins et à leur émotions pourtant beaucoup impactées durant certaines épisodes. Au contraire, des épisodes quasi entiers pour des personnages secondaires qui n’apportent pas de réel rebond à l’intrigue (Jocasta, les Brown…). Nous regrettons aussi certaines longueurs dans l’intrigue et, comme tu le dis si justement, des dramas à la chaîne parfois bien creux.

    En revanche, nous avons aussi beaucoup aimé le retour du « clan », Marsali, les costumes, et les performances des acteurs parfois même très poignantes.

    Merci pour ce beau résumé, totalement partagé. :)

    Marion

  2. Anna Autumnalys Répondre

    Bonjour Victoria. J’attendais avec impatience ton avis sur cette nouvelle saison d’Outlander qui est comme toujours très approfondi, complet et bien argumenté !

    Même si globalement j’ai apprécié cette nouvelle saison, toute heureuse de retrouver l’univers et mes personnages favoris, je te rejoins sur beaucoup de points : le rythme inégale, le personnage de Murtagh qui m’irritait plus qu’autre chose, des moments dramatiques vides de sens qui au final créaient de la frustration (totalement d’accord sur le faux départ de Brianna et Roger, et sur la captivité de Claire, vite expédiée…), etc.

    Je partage également ton avis sur un grand nombre de fils narratifs concentrés sur les personnages secondaires qui n’apportaient pas grand chose à l’intrigue principale… mais c’est également le reproche que je ferais au tome 5 avec lequel j’ai eu énormément de mal ! Par exemple, l’épisode sur la maison de Beardsley prend aussi beaucoup de place dans le roman, et ce n’est qu’une exemple parmi d’autres…
    Et je trouve que le traumatisme de Claire et de Brianna aurait pu également être plus approfondi dans le roman (notamment par rapport à celui de Roger) …

    Je viens de revisionner la saison 1 et 2, il est vrai que la tension n’est plus la même, quel dommage !

    En tous cas, merci beaucoup d’avoir partagé ton avis :)

  3. Coucou Victoria,

    Moi aussi je partage tes ressentis (sauf pour l’évolution du personnage de Roger avec lequel j’ai beaucoup de mal hahaha). J’ai pris plus de plaisir avec cette saison qu’avec la précédente, c’est vrai que le jeu des acteurs est assez incroyable. Par contre, j’ai été horrifié de ce qui est arrivé à Claire. Le plus gros problème, pour moi, dans cette série (sans que ça en soit vraiment un) est sa violence (mais qui reflète probablement les réalités de l’époque). Pratiquement tous les personnages principaux ont subi un viol, il ne reste plus que Roger dans le petit quatuor familial. Je trouve ça un peu dommage…Entre la scène du viol collectif de Claire, le viol de Jamie en prison au début de la série et les coups de fouet, je trouve qu’il faut parfois avoir le coeur bien accroché 😅

    Je me languis de la saison 6. J’espère tellement que Jamie finira par pouvoir aller dans le futur!

    Merci à toi pour ton partage sur la série!

  4. Hello Victoria!

    Comme tu l’évoque, j’avoue que j’en ai un peu marre des épisodes qui s’attardent sur les traumas des personnages masculins et très peu sur ceux des personnages féminins. Cela m’avait déjà marquée avec le viol de Jamie (qui est une partie intéressante de l’histoire, le problème n’est pas là), qui est traité en détail, par contre quand il s’agit de Claire (la scène avec le roi français notamment, comme si de rien n’était) l’histoire est vite traitée. Comme tu le dis l’histoire repose toujours sur ce principe de femme forte.
    Et là j’avoue que le trauma de Roger après sa pendaison est le moment que j’ai le moins aimé dans cette saison.

    En tout cas c’est toujours un plaisir de lire ton avis sur les saisons!

  5. Comme je suis d’accord avec toi! Je n’ai pas pu m’empêcher de regarder la saison jusqu’au bout parce que j’attendais toujours de retrouver l’intensité du début, mais ce n’est jamais vraiment arrivé…
    Je suis passée totalement à côté de la plupart des événements sensés être dramatiques ou importants (hormis la pendaison de Roger et les scènes avec Bonnet qui étaient plutôt bonnes), je n’ai tout simplement pas compris l’intérêt de certains passages comme celui de la maison des Beardsley et les scènes d’amour entre Jamie et Claire… du réchauffé limite malaisant… (alors que dans les premières saisons, cela faisait vraiment partie de la force de l’intrigue).
    Bref, grosse déception. La seule chose que j’ai vraiment appréciée, c’est le cadre naturel et le côté chaleureux de Fraser’s Ridge.
    De ce que je comprends, à te lire, il y aurait une saison 6? Je n’ai pas lu les livres et la fin de la saison 5 sonnait comme une clôture de la saison…
    Merci pour cet article que j’attendais avec impatience! ;-)

  6. Madame_Gropotiron Répondre

    Salut Victoria !

    J’aime toujours autant lire tes chroniques autour de Outlander, des acteurs.trices et de l’Ecosse en général 😊
    Je n’avais pas mis en mots mes ressentis et même si je doutais du visionnage avec un avis mitigé, je n’avais pas d’avis très tranché. Perso je n’ai jamais retrouvé la magie de la saison 1 mais j’ai quand même continué à suivre car : Caitriona Balfe, l’histoire des livres, le couple, l’Ecosse 😄
    En te lisant, j’ai trouvé ton retour sur le traitement des personnages féminins hyper pertinent. Ça n’a pas entaché mon ressenti sur la performance d’actrice incroyable de Caitriona Balfe mais ça l’a nuancé et enrichi.
    De mon côté, le personnage de Roger n’a toujours pas trouvé de rédemption 😅 je l’ai juste trouvé « moins pire ». Je ne l’avais pourtant pas détesté dans les bouquins mais là chacune de ses apparitions me fait lever les yeux au ciel. La relation qui nous est présentée dans la série me semble tout sauf saine et leurs interactions rarement tournées vers la bienveillance et le partage. Le moment où Roger a l’air de juger les raisons qui poussent Brianna à abatte Bonnet m’a particulièrement soulée, pour ne citer que ça.

    En tout cas j’ai trouvé ton retour passionnant et il m’a permis de réaliser des choses sur cette saison que je n’avais pas pris le temps de formuler!

    Merci pour ce travail !

  7. Coucou!
    Je partage complètement ton point de vue, j’ai le même ressenti suite au visionnage de la saison 5.

    J’ai trouvé que certains moments beaucoup trop longs ( les batailles; la pendaison de Roger,Murtagh, etc) et j’aurais aimé en apprendre davantage sur le départ/arrivée de Brianna et Roger au même point; dans les livres, j’avais adoré ce moment, mais il a été très ( trop) vite traité dans la série. Dommage…

    En revanche, j’ai vraiment beaucoup apprécié l’acteur qui joue Stephen Bonnet ( je ne me souviens plus de son nom) ; autant dans la saison 4 il m’avait profondément ennuyée, je le trouvais plat et insipide, autant dans cette saison 5 il s’est révélé et a pu montrer une autre facette du personnage.

    En bref, j’aurais aimé voir durer certains moments et en raccourcir d’autres :)
    J’espère que la saison 6 nous apportera des détails sur certains points mentionnés ci-dessus.

    Toujours un plaisir de te lire :)

    Bonne journée.

    Estelle

  8. Exelent article, très bien détaillé et dont je suis d’accord a 98% avec toi !!ahah

    Ce qui me gêne, c’est que plusieurs fans sont déçus de l’évolution de Murtagh, alors oui il devient plus méchant qu’au début, mais cela me gêne pas..
    J’aurais juste voulu voir un épisode centrer sur murtagh, après la prison, avec des sorte de flashback, pour montrer aux téléspectateurs que pendant 20 ans il a subi des choses horribles, de la maltraitance etc ce pourquoi il a créé une milice et décide de se venger de ces injustices,
    après, ce n’est que mon opinion😁

    Mais sinon le reste, j’ai rien a rajouté, tu as tout dit, et j’ai le même ressentis 💪BRAVO

  9. Hello Victoria!
    Mon avis serait presque en tout point identique au tiens !
    Énorme coup de cœur pour Marsali/Lauren (d’ailleurs j’adore son podcast) et je regrette l’absence de Fergus/César.
    J’ai adoré cette fin d’arc avec Bonnet (je ne suis pas à jour dans les livres) et je me demande qui sera le prochain antagoniste…
    J’ai beaucoup aimé la storyline de Roger vraiment juste. Et revoir notre cher Lord Grey.
    Sinon, effectivement le début de saison est en demi-teinte mais tellement mieux que la saison 4!

  10. Bonjour Victoria,

    merci d’avoir écrit cet article. Je suis assez d’accord avec toi sur l’essentiel. Finalement, Outlander reste pour moi une excellente série pendant 2 saisons et demi. A partir du moment où Jamie et Claire sont montés sur ce bateau au milieu de la saison 3, c’est parti dans tous les sens et a perdu une très grande partie de son intérêt.
    Je suis d’accord avec le plus gros de tes points positifs et négatifs, néanmoins j’ai plus de mal à formuler mes critiques car j’ai le sous-texte des livres derrière et toute l’absurdité ou le manque de sens de certains passages de la série me gênent peut-être moins que d’autres puisque je me souviens de ce à quoi ça sert dans les livres. Diana Gabaldon est (EXTREMEMENT) verbeuse mais il y a une cohérence dans ses romans qui fait qu’une scène (comme celle de la maison des Beardsley) sert davantage à qq chose.
    Entièrement d’accord avec toi pour les personnages féminins, ça m’énerve depuis un sacré moment, et surtout par rapport à Brianna (il y a toute l’histoire de Claire et des prescriptions sur la contraception qui est importante, malgré tout) que je ne supporte pas en tant que personnage dans la série. Elle manque complètement d’intérêt, elle est effacée et sourit gentiment alors que c’est censé être un personnage avec un tempérament de FEU comme Jamie ! Elle était d’ailleurs esquissée comme ça initialement (au début de la 3e saison). Quel dommage. De surcroît, et contrairement à toi et d’autres, je trouve Sophie Skelton assez médiocre actrice (quand on la compare à Caitriona !), surtout dans la fameuse scène avec Bonnet. Elle m’a tellement excédée que c’est à ce moment-là que j’ai mis pause et cherché des recaps pour voir si d’autres la trouvaient nulle ou si c’était moi :-D (apparemment, c’est moi)
    Le vrai-faux départ de Brianna et Roger était une catastrophe, un non sens, ça casse potentiellement tout une série de développements TELLEMENT importants !
    Malheureusement, nous n’en avons pas fini (si tant est que je continue à regarder, ce qui n’est pas gagné) avec ce type d’intrigue viriliste et basée sur la guerre, au vu de la suite de l’histoire dans les romans !
    Bon week-end et merci encore pour ton article.

  11. J’attends toujours tes critiques Outlander avec beaucoup d’impatience (et d’ailleurs, j’ai hâte de lire ton article sur la dernière convention si tu en as un en préparation!). Je n’ai pas Netflix donc j’attends toujours la sortie DVD des saisons. Je dois avouer que ton article ne m’a pas donné envie de la regarder. J’avais beaucoup moins aimé la saison 4 et là, je n’ai pas envie de regarder la saison 5. Je suis entièrement d’accord avec Camille: je préfère les 3 premiers livres et les deux premières saisons et demi. Ensuite, j’ai eu l’impression de regarder une série différente (plus de voyages dans le temps, plus d’intrigue centrée sur Jamie & Claire puisque finalement c’est bon ils se sont retrouvés….). Les faux dramas de la saison 4 m’avaient un peu énervé alors s’il y en a tout autant dans la saison 5 et que les actrices sont relayées au rang de bonnes épouses….Je n’y vois plus d’intérêt. Merci pour ce bel article!

  12. Ayant abandonné la série depuis longtemps, j’aime bien lire tes récap (si bien écrits!) pour avoir une idée d’où en sont les personnages! Mais en terminant la lecture de ce dernier, j’en viens à me demander pourquoi tu as toujours envie de poursuivre la série car ses défauts semblent l’emporter depuis quelques temps déjà sur ses qualités. Cela m’a fait penser à un dernier épisode du podcast PeakTV qui évoque le besoin/l’envie de poursuivre une série sur plusieurs années, alors qu’on ne l’aime plus! :-)

  13. J’ai eu beaucoup de mal à regarder cette saison. Je me suis un peu ennuyée, à part à quelques moments.
    J’ai vraiment détesté l’épisode avec le viol de Clair. Cela me semblait gratuit et totalement inutile. À part meubler, je ne vois pas bien à quoi cela a servi.
    Par contre, j’ai adoré le retour de Ian et son évolution tout comme la place plus importante de Marsali. Ces deux personnages sont vraiment attachants.

  14. Merci pour cet article très détaillé! Je partage pas mal de tes opinions sur cette saison 5. Comme toi, je trouve qu’elle représente une amélioration par rapport à la précédente mais on est loin de la flamboyance des débuts.

    Le point fort de cette saison est clairement pour moi l’approfondissement des relations entre les personnages principaux. J’ai beaucoup aimé la relation mentor/apprenti + mère/fille entre Marsali et Claire! Une superbe évolution dans la psychologie des personnages, surtout de Marsali! Elle prend définitivement du galon dans cette série et plus rien ne la relie à l’horrible Laoghaire à part sa génétique! J’ai aussi apprécié la confiance et le respect qui s’installent enfin entre Roger et Jaime et les relations fraternelles entre Ian et Roger d’un côté et Marsali et Brianna de l’autre. PAR CONTRE, pourquoi Fergus est-il autant mis de côté????? Ça me frustre tellement de ne le voir que 30 secondes par épisode! On dirait qu’il ne représente rien alors que Jaime et Claire sont sensés le considérer comme leur fils! Cette décision me dépasse.

    J’ai aussi été très sensible au jeu d’acteurs! Ed Speelers était clairement incroyable dans l’épisode confrontation avec Brianna! J’étais tellement mal à l’aise à cause de ce mélange entre sensibilité et barbarie!!! Caitriona Balfe m’a aussi beaucoup impressionné! Elle est vraiment juste dans son interprétation.

    Je suis d’accord sur le rythme très inégal de la saison. Certains épisodes semblent trop lents voire inutiles.
    J’avoue que le durcissement du positionnement de Murtagh était assez désagréable à voir. J’ai quand même été très émue par sa mort et la réaction de Claire.
    Pour ce qui est du viol comme instrument de création de drama, je suis vraiment lassée. Je veux bien que le viol ait été plus fréquent par le passé mais là, ça commence à faire beaucoup. Claire, Jaime, Brianna, …à qui le tour?
    J’ai aussi été déçue par le faux départ de Brianna et Roger. Après la fin de l’épisode, je m’attendais à une révélation de fou…et au final, le cercle de pierres n’a juste pas fonctionné! Tout ça pour ça!

    Bref, mon sentiment général est quand même positif! ^^

  15. Salut Victoria,
    Merci pour ce compte rendu.
    Juste un petit commentaire pour appuyer le fait que je ne comprends pas qu’une série de notre époque, notamment centrée sur des personnages féminins et s’adressant à un public féminin, soit autant dépassée dans le traitement de la violence faite aux femmes et aux personnes de couleur. Ce qui m’horripile le plus dans les fictions, c’est quand on s’attarde longuement sur le trauma des hommes et qu’on n’aborde même pas celui des femmes/minorités. Pourquoi une telle inégalité ? N’y-a-t’il que les hommes (blancs) qui souffrent ?
    Le héros a été torturé ? Explorons son traumatisme pendant plusieurs épisodes, faisons le errer, déprimer, se questionner, se tourmenter, se lamenter, pourra-t-il survivre cette épreuve ? Vous le saurez dans les 15 prochains épisodes.
    L’héroïne a été violée ? Oui, ça va très bien merci, d’ailleurs je vais aller au marché ce matin. L’esclavage ? Oh, c’est pas si grave que ça, ils étaient d’ailleurs très contents d’être là et d’aider volontairement leurs maîtres.
    Qu’une série comme Game of Thrones le fasse (différence de traitement entre les personnages de Theon Greyjoy et tous les personnages féminins qui se sont fait violer comme Sansa), tu te dis que ça vient du fait que c’est une série écrite par des mecs, mais Outlander je m’attendais à mieux que ça. J’ai laissé le bénéfice du doute après le viol de Brianna, mais après celui de Claire, mis en comparaison avec toute la tourmente émotionnelle qu’a eu droit Roger, j’ai complètement décroché.
    Torturer tous ces personnages pour au final ne rien leur apporter sur un plan psychologique, à quoi ça sert franchement. On sait que cette époque était difficile, mais si ce n’est pas pour apporter une profondeur sur la condition humaine, ça ne vaut pas mieux qu’une série B de bas étage.
    La saison 6 ce sera sans moi.

    • Tellement tellement TELLEMENT d’accord avec toi !! Et la petite phrase de Jamie quant au courage de Claire parce que celle-ci a de nouveau des rapports sexuels avec lui juste après avoir été violée…….. Ça m’a achevée !

  16. Je suis tellement d’accord avec toi, surtout sur le point du retour de l’atmosphère de clan ! Ça m’avait tellement manqué !
    J’avais été moins captée par la S4 malheureusement, et j’avais peur que cela recommence (sachant que l’on reste en Amérique du Nord, etc.)
    Et je suis encore plus d’accord sur la perte du ‘female gaze’. C’est tellement dommage. Je pense que c’est en partie pour ça que je n’arrive plus, moi non plus, à apprécier les scènes d’amour entre Claire et Jamie.

    J’espère que la S6 nous réservera de belle surprises. Avec moins de viol(ence)s si possible…

  17. Bonjour Victoria
    en lisant ton compte rendu et celui de toutes les autres personnes je suis complètement d’accord avec vous mais quel lenteur dans ce début de saison… que d’épisodes qui n’apportent pas grand chose… puis dans les derniers que d’infos, d’émotions.. pour finalement montrer une Claire forte qui se relève qui s’avoue pas vaincu en qqs minutes alors qu’on a du Jamie qui souffre apres BJR, avec un épisode entier sur Roger et sa pendaison… et là en qqs minutes Claire est violé pas par une personne mais plusieurs… et rien juste qqs minutes, j’aurai voulu voir Jamie en furie se déchaîner pour tous les tuer en vrai highlander qu’il est… et idem mais pourquoi mettre de coté Fergus alors qu’il est aussi « LE FILS » de Claire et Jamie, jsp que dans la saison 6 il aura un peu plus de temps d’apparition et de dialogue.. Un big UP à little Ian et Marsali mes chouchoux de cette saison merci aux producteurs d’avoir développé un peu leur histoire… Après les scènes d’amour entre Jamie et Claire je passe c’était excitant en saison 1-2-3 maintenant ça va on a compris… au départ tout gravitait autour d’eux maintenant d’autres sont arrivés il faut développer leurs histoires propres et prendre le temps pour chacun sinon à quoi bon nous les présenter et nous les faire aimer si c’est pour si peu…
    La saison 6 j’ai hate en ayant eu les livres de voir ce qu’ils vont en faire.. à voir.. to be continued

  18. Pas super fan de la saison 5.
    La quatrième m’avait laissé sur ma faim et la cinquième ne m’a pas réconcilié avec la série :(
    J’attends la sixième avant de lâcher et me tourner vers Altered Carbon

  19. La BO celtique, la réalisation léchée et les très beaux paysages de l’Écosse font de ce Outlander une jolie série fantasy à découvrir.

  20. Hello, merci pour ton article très pertinent !
    Je partage totalement ton point de vue, je suis une grande fan de la série mais globalement les premières saisons en Ecosse me manquent terriblement. Cette atmosphère donnait à mon sens un côté vibrant et naturel à la série, par exemple le couple Jamie/Claire ne me fait plus frissonné comme avant, comme tu le dis, cela semble être réciter sans vraiment avoir de sens et c’est bien dommage.
    Le couple Roger/Brianna est mis plus en avant que la saison 4, mais le fait de ne plus avoir Bonnet risque a mon avis de rendre peut-être le couple un peu mou, sauf si un autre méchant arrive ce qui serait top ( pour info je n’ai pas lu les livres )
    Pour moi la saison 5 a été un peu décevante comme la 4, trop lent à démarrer des personnages importants ne sont pas assez mis en avant, et l’atmosphère écossaise manque beaucoup 😊

    Voilà mon avis !!!

  21. Je rejoins, pour une grande partie, les avis ci-dessus. J’ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur les premiers épisodes de la saison 5. Ces combats, ces gueguerres, qu’est-ce que c’est chiant. J’espérais aussi qu’ils repartiraient en Ecosse, de même que j’avais hâte que Jamie voyage dans le futur. Ce n’est toujours pas fait, rooooh. Ils ont ré-insufflé une certaine dynamique dans les 6 derniers épisodes et ça faisait du bien. En même temps, ils ont voulu trop en mettre et ça gâche, ça discrédite la fin de la série. J’ai adoré voir la relation entre Claire et Marsali, les discussions, explications entre Claire et Marsali ou d’autres sur la médecine, la seringue. J’adore cet élément-là de l’histoire : cette femme-médecin qui pratique la médecine, 200 ans avant son époque, ne pouvant tout dire ou révéler, anticipant quelques découvertes scientifiques qui seront inscrites plus tard dans l’histoire. Je suis assez indifférente devant les scènes d’amour de Jamie et Claire, mais je trouve ça super, moi, de montrer un « vieux » couple qui se désire toujours autant alors qu’ils ont 45 ans ou plus. On ne voit pas assez cela ailleurs ! J’ai beaucoup aimé les scènes où Roger se remettait de son traumatisme. En revanche, je rejoins tous les avis ci-dessus : les scènes de viol de Claire, sa délivrance, le départ raté de Bree et Roger, pfff, c’était inutile ou too much, mal pensé, expéditif. Je suis très déçue, aussi, de la rapidité avec laquelle Marsali envoie le violeur de Claire dans l’autre monde. J’aurais aimé qu’on le voit souffrir terriblement. Là, elle lui fait juste une petite piquouse de ciguë et COUIC, décédé. Bof. Ils ont intérêt à s’attarder sur le traumatisme de Claire au début de la saison 6, car là, c’est bien trop décevant, expéditif et raté. J’ai aussi relevé la petite phrase de Jamie, à la fin…et pfff, de nouveau, trop facile je n’achète pas cette fin de scénario où une femme se réapproprie son corps violé en recouchant aussi sec avec son mari. Nul. Expéditif, irréaliste. Ils en ont trop fait !

Répondre

Naviguer