Mes Dernières Lectures #38

Entre mes quatre jours de vacances en début de mois, la météo capricieuse de cet été, et les aléas du déménagement (fatigue, pas d’internet, etc…), je passe beaucoup de temps dans mes livres ces dernières semaines, avec un immense plaisir.

Mon rythme est plus soutenu qu’au début de l’année, et j’ai déjà un certain nombre d’avis à vous partager: en prévision de mon départ dans quelques jours, je préfère ne pas prendre de retard, et vous présenter trois nouveaux titres dès aujourd’hui. Au programme, aucune lecture de plage (je n’en ai pas du tout envie cette année !) mais plutôt des “classiques” modernes ou plus anciens avec une touche de suspense, qui m’ont beaucoup plus.

J’espère que mes avis pourront vous être utiles ou vous donner quelques idées !lectures-juillet-aout2017

La Recluse de Wildfell Hall, d’Anne Brontë, éd. Libretto
(en VO: The Tenant of Wildfell Hall)

Résumé: Les voisins de Wildfell Hall sont en émoi: une jeune femme vient de s’installer avec son fils dans cette ancienne demeure abandonnée. Artiste peintre et veuve, elle semble y mener une vie très simple, dénuée de toutes visites. Un jeune cultivateur de la commune, Gilbert Markham, arrive toutefois à approcher la belle et le petit garçon, se prenant d’affection pour lui et d’amour pour elle, sans toutefois réussir à connaître leur histoire. Une chose est sûre: les rumeurs honteuses qui courent à propos de Mrs Graham ne peuvent pas être vraies.

Mon avis: Je n’avais jamais lu l’oeuvre des soeurs Brontë avant de commencer ce livre (sauf via l’adaptation radiophonique de Jane Eyre sur France Culture) pour plusieurs raisons. Parce que le côté culte des romans de Charlotte et Emily m’impressionnait un peu trop, j’ai décidé d’explorer d’abord la bibliographie de la moins connue du trio, Anne.

C’est simple: déjà assez discrets en Grande-Bretagne, ses titres sont quasiment inconnus en France et fortement sous-estimés, comme s’il s’agissait d’oeuvres de second ordre. En consultant le résumé de La recluse de Wildfell Hall et en effectuant quelques recherches à son propos, pourtant, j’ai été immédiatement attirée par ce roman. On dit qu’il a dessiné les prémisces d’une littérature, sinon féministe (c’est trop anachronique sans doute), du moins engagée envers la libération de la Femme: l’auteure y met en scène la violence maritale et une prise d’indépendance de la part de son héroïne – autant de sujets que l’on n’abordait pas publiquement à l’époque, et qui firent scandale, au point que sa soeur Charlotte décidera de ne pas republier le livre après la mort d’Anne…

Outre cet aspect politique très appréciable, je veux aussi tout simplement souligner la qualité du récit dans son ensemble, qui m’a énormément plu: ce roman a été un vrai coup de coeur, avec une fin parfaite !

Certes, l’intrigue est en soi assez simple, mais la construction de l’histoire via un point de vue extérieur entretient parfaitement le suspense: on veut absolument, comme Gilbert, connaître l’histoire de Mrs Graham et savoir pourquoi elle vit dans cette maison délabrée, sans mari, et dans un isolement volontaire. Le caractère unique de cette femme nous la rend intrigante mais aussi attachante à travers les yeux du jeune homme: j’ai pris beaucoup de plaisir à la découvrir, à apprendre son histoire et toutes les épreuves qu’elle a dû traverser.

Justement, même si j’ai aussi beaucoup apprécié Gilbert pour son tiraillement entre passion et raison, le personnage d’Helen Graham est l’une des causes principales de mon amour pour ce roman: au fur et à mesure que le mystère s’efface, ses qualités se dévoilent et la rendent de plus en plus admirable. J’ai adoré sa personnalité, à la fois modèle moral et profondément humaine: c’est une jeune femme intelligente, forte, déterminée, digne, avec un vrai sens du devoir et des responsabilités, mais aussi très tendre, généreuse, au coeur sensible et aux émotions vives derrière son port altier, ce qui la rend particulièrement touchante. Sa patience et son indépendance face à l’adversité en font une héroïne réellement unique, et je pense qu’on ne peut que l’aimer.

Enfin, j’ai trouvé la plume d’Anne d’une grande finesse, juste et délicate, autant en version originale que dans la traduction proposée chez Libretto (j’ai oscillé entre les deux). Chaque page était un vrai bonheur pour l’amatrice de belles lettres que je suis !

Pour conclure, si vous aimez la littérature victorienne, ne laissez pas Anne Brontë de côté: ce roman est certes moins torturé, peut-être moins complexe, que les chefs d’oeuvre de ses soeurs, mais il vous offrira une belle dose de mystère et d’émotions ! C’est pour moi une deuxième très belle découverte de l’édition d’été du #clublectureMS

Ma note: 5/5

▼▼▼

Le Désert des Tartares, de Dino Buzatti, éd. Le Livre de Poche

Résumé: Tout fraîchement sorti de l’école, l’officier Giovanni Drogo se retrouve affecté dans un fort militaire isolé au front d’une frontière endormie: celle du Nord, où s’étend un immense paysage rocailleux et vide que l’on appelle le Désert des Tartares. Rien ne s’y est passé depuis des dizaines d’années, et pourtant: des garnisons entières protègent jour et nuit le bâtiment. Conscient que sa carrière aura peu d’intérêt dans ce trou désolé, Drogo se laisse toutefois gagner progressivement par la fièvre sourde qui anime chacun des militaires du fort: et si la guerre arrivait ?

Mon avis: Je voulais absolument découvrir ce classique moderne italien en raison de sa ressemblance marquée avec Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq, l’un de mes romans favoris – qui fit d’ailleurs l’objet d’accusations de plagiat à l’époque. Dans le même genre, il me restera encore à découvrir Sur les falaises de marbre de Jünger, une oeuvre allemande que l’on compare beaucoup aux deux autres !

Si j’ai été moins passionnée par ce récit, peut-être en raison de son ambiance beaucoup plus réaliste, moins onirique que celle de Gracq, j’y ai tout de même retrouvé avec grand plaisir les thématiques universelles et fascinantes qui m’avaient touchées dans mon roman chouchou: l’attente de l’invasion, bien sûr, mais surtout l’ennui, l’espoir, le désir fou mais vivifiant que quelque chose arrive dans nos vies, nous sorte de l’ordinaire ennuyeux, fasse de nous des héros. Ce sujet est généreusement développé dans le livre, puisque toute l’intrigue tourne autour de la possibilité que quelque chose ait lieu – avec les déceptions et les renoncements que cela suppose. L’auteur nous livre même, à travers un dénouement qui m’a serré la gorge, une vraie prise de position, une leçon de vie assez pessimiste: à force d’attendre l’extraordinaire, ne passe-t-on pas à côté de sa vie ?

Pour moi, malgré quelques longueurs, c’est là toute la valeur de ce roman, ce qui en fait à mes yeux une oeuvre intemporelle: Le Désert des Tartares touche avec beaucoup de justesse un point sensible et absolument central de la condition humaine, dont l’âme aspire naturellement à s’élever – au point parfois de se perdre dans ses illusions et une addictive espérance.

Je noterai enfin la plume riche de l’auteur et le style très particulier de sa narration, qui m’a donné l’impression de voir un film. Le point de vue varie parfois abruptement, passant d’un suivi assez proche du protagoniste à une vue d’ensemble beaucoup plus extérieure, puis à un autre personnage, etc…, comme si une caméra changeait de focus. Il faudra que je voie l’adaptation cinématographique de 1976 pour voir si ce principe a été repris à l’écran !

Ma note: 4/5

▼▼▼

La Nuit qui ne finit pas, d’Agatha Christie, éd. Le Masque
(en VO: Endless Night)

Résumé: Le “Champ du Gitan” est une propriété réputée maudite depuis que des romanichels, évacués de force, y ont jeté un sort; on dit que cet endroit apporte la mort et la tragédie, et que des accidents dramatiques y ont lieu régulièrement, au point que personne ne veut plus y vivre. Alors qu’il visite le terrain par curiosité, Michael rencontre Ellie, la femme de sa vie. Les deux amoureux sont heureux malgré leurs origines diamétralement opposées et l’entourage envahissant de la jeune épouse, mais les menaces de malédiction ne sont jamais loin…

Mon avis: Comme je vous le racontais dans cet article, La nuit qui ne finit pas a attiré mon attention il y a quelques semaines lorsque j’ai appris son caractère assez unique dans la bibliographique d’Agatha Christie (que j’adore): il s’agissait d’un roman au style assez différent de ses séries habituelles type Hercule Poirot, et le seul qui présente une influence gothique – l’un de mes péchés mignons. J’avais très hâte de le découvrir, et j’ai profité d’un trajet en avion pour le lire: en quelques heures, il était englouti !

Je ne peux malheureusement partager aucune de mes impressions concrètes sur l’intrigue, ou presque, au risque de vous gâcher le plaisir. Disons juste que j’ai trouvé le style et la construction du récit assez surprenants en effet: il ne s’agit pas du tout d’une enquête ou d’un mystère à éclaircir, mais plutôt d’un récit de vie où vont toutefois intervenir des personnages et des faits inquiétants, des drames… jusqu’à ce que tout prenne sens à la fin.

En bref, même si je m’attendais à une atmosphère plus inquiétante, j’ai passé un très bon moment avec cette lecture; elle n’est pas follement mémorable mais c’est une histoire plaisante à suivre, addictive, et un bon exemple du talent de manipulation de l’auteure ! Si vous aimez les romans à mystère ainsi que l’ambiance un peu désuète des Agatha Christie, celui-ci pourrait sûrement vous plaire.

Ma note: 3,5/5

***

Avez-vous lu l’un de ces titres ? Qu’en avez-vous pensé ?
Sinon, que lisez-vous en ce moment ?

Pour ma part, je viens de terminer Les Hauts de Hurlevent,
et je suis plongée dans un mystère de Robert Goddard !

Cet article contient des liens affiliés de la librairie Decitre pour les livres en français, et d’Amazon pour les livres en anglais (plus rapide, souvent moins cher, avec pas mal d’offres d’occasion – c’est là que je trouve la plupart de mes livres de seconde main). En commandant via ces liens, vous participez à soutenir mon activité sur ce blog (cf ma FAQ). Sinon, n’hésitez pas à vous fournir auprès de votre librairie locale, qui a besoin de vous ! Dans tous les cas, MERCI ♥︎

25 commentaires

  1. Bonjour !
    J’avais énormément aimé La recluse de Wildfell Hall, en fait je crois que je suis définitivement une Brontë addict… Effectivement, c’est quelque chose de différent, comme tu le dis très bien, de moins torturé ; j’avais eu un peu peur que ça me déplaise étant donné mon adoration pour Jane Eyre et Les Hauts de Hurlevent. C’est un roman très touchant qui aborde des thèmes difficiles à soulever dans la société victorienne, avec beaucoup beaucoup de justesse… Et j’ai beaucoup aimé l’alternance des points de vue aussi. J’ai bien envie de me pencher sur l’adaptation cinématographique (une mini-série BBC je crois), je sais pas du tout ce qu’elle vaut mais tu m’as rappelée au bon souvenir de l’histoire en fait, j’ai envie de m’y replonger un peu.
    Le Désert des Tartares est dans ma PAL depuis un moment maintenant, je l’avais même un peu oublié. Il faudra que j’y mette mon nez.
    Sinon, en ce moment, je suis plongée dans le tome 2 de la grande épopée de Picsou (qui franchement, est vraiment d’une belle qualité, les histoires sont fantastiques), ensuite je compte lire Chaka : une épopée bantoue (je méconnais les classiques de la littérature africaine et j’ai décidé de découvrir d’autres horizons littéraires).
    Bonne journée !

  2. Bonjour Victoria,
    Merci d’avoir pris le temps pour cet article malgré ton déménagement.
    Je n’ai lu aucun de ces livres mais d’après ton avis, ils me donnent tous envie d’une certaine façon.
    Je viens de finir un roman vietnamien « Terre des oublis » que j’ai beaucoup aimé et maintenant je me replonge enfin dans le tome 5 d’Outlander. En effet, après 300 pages je l’avais clairement délaissé depuis plusieurs mois mais là je sens que j’ai envie d’avancer dans l’histoire.
    Bonne journée.

  3. Fleur de Cerisier Répondre

    Tu m’a confortée dans l’intention de découvrir la Recluse du Wildfell Hall. J’ai également bien apprécié Jane Eyre.
    Je te souhaite encore bon courage pour l’emménagement.

  4. Coucou Victoria !
    Tu m’as définitivement convaincue de lire Anne Brontë, j’ai failli craquer plusieurs fois mais je n’étais jamais sûre de moi, je n’ai jamais lu ce genre de « classique » et j’avais peur de m’ennuyer mais je pense que je vais me jeter à l’eau quand même !
    C’est toujours super d’avoir ton avis sur tes lectures, ça me donne plein d’idées.
    À bientôt et bon emménagement dans ton nouveau chez toi ! 😘

  5. Hallo Victoria, merci pour ces avis !

    Ton article m’a surtout donné envie de lire La recluse de Wildfell Hall. Mais d’abord je dois me plonger dans Les Hauts de Hurlevent. J’ai hâte de découvrir cet univers.
    Sinon je continue de relire la saga Harry Potter, en alternant en français et en allemand héhé.. rien de mieux que cette série pour se perfectionner dans une nouvelle langue ! Après avoir dévoré le 3 en français (mon préféré !) me voici plonger dans le quatrième tome.

    J’ai prêter le premier tome d’Outlander à ma maman, elle adore. Tu as encore fait une nouvelle addict ! :D

    Bonne journée !

  6. Bonjour Victoria,
    J’ai étudié en faculté d’anglais, il y a des années, la Recluse du Wildfell Hall. J’aime tous les livres des sœurs Brontë et les poèmes de leur frère également. J’ai toujours été fascinée par la vie austère et malheureuse qu’ils ont eu, qui a généré leur imagination insatiable. J’attends qu’un grand cinéaste nous fasse revivre tout cela !
    Et tout comme toi, j’ai eu du mal à terminer le Désert des Tartares qui m’a vraiment ennuyé (Finalement, j’ai ressenti la même chose que ces soldats et j’y vois là un tour de force de l’écrivain).
    Je suis en train de lire Diego et Frida de JMG Le Clézio que je recommande, c’est un récit sur ce couple hors du commun, où le Mexique et l’art sont des personnages à part entière.
    Et je viens de commencer la Servante Ecarlate pour mon club de lecture à Toulouse… sans avoir vu la série !
    Cathie

  7. Bonjour Victoria,
    J’ai lu il y a très longtemps le désert des tartares, j’étais alors lycéenne et nous l’avions étudié en classe. Ce livre m’avait énormément plu à l’époque pour sa lenteur, ses descriptions de paysages, cette inextinguible attente et cette fin véritable leçon de vie. Bref ! Je m’en souviens encore c’est peu dire…

    Je suis en train de lire la recluse sur tes propositions et j’accroche évidemment car ayant fait des études de lettres les classiques restent mes préférés. J’aime plonger dans la plume d’auteurs des siècles passés et me plonger grâce à eux dans l’univers de leur époque. Leur style et l’histoire provoquent chez moi un réel dépaysement comme celui que je ressens lorsque je voyage et que je découvre d’autres cultures et d’autres paysages.

    Merci de partager avec nous ta passion pour la littérature.
    A bientôt

    • Je suis tellement d’accord avec toi: pour moi, lire de la littérature victorienne, c’est voyager dans le temps et l’espace, m’évader dans un monde où d’autres problématiques et d’autres modes de vie existaient. Cela fait beaucoup de bien !

  8. Pour ma part je lis actuellement un livre très « terre à terre », à savoir « nos humeurs de chiennes » de Julie Holland qui nous en apprend beaucoup sur le fonctionnement des femmes tout au long de leur vie, des premières règles à la ménopause, ce qui me permet de me réconcilier avec moi-même par rapport à mon caractère de chien justement pendant la deuxième partie de mon cycle 😀

    En parallèle j’écoute en livre audio « 22.11.63 » de Stephen King qui est très prenant, et je compte poursuivre la lecture de « la vie interdite » de Didier van Cauweleart que je n’arrive pas à lire d’une traite malgré le sujet qui m’intéresse tout particulièrement…

  9. Hello Victoria

    Je dois dire que ton enthousiasme à propos de La Recluse de Wildfell Hall donne envie. J’avoue que jusque là, je ne me suis pas vraiment aventurée du côté des sœurs Brontë à part avec Jane Eyre! Ce nom de famille m’intimide en temps que lectrice sans que je me l’explique mais étant donné que tu qualifies la Recluse de Wildfell Hall de moins complexe et moins torturée, je me laisserai bien tenter!

    Un Agatha Christie qui n’est pas un polar? Ca alors! Quelle découverte!

    Pour ma part, je viens de terminer « Emma » de Jane Austen! C’était la dernière des six œuvres majeures d’Austen que je n’avais pas encore lu! Je connaissais tout de l’intrigue étant donné que j’avais déjà vu l’adaptation BBC, celle avec Gwyneth Paltrow ainsi que la web série « Emma Approved » mais redécouvrir l’histoire sous la plume acerbe d’Austen a été un vrai plaisir!

    Je viens de commencer « Ceux qui vont mourir te saluent » de Fred Vargas. Je n’ai lu qu’une trentaine de pages pour le moment et je dois dire que ce roman est assez déroutant. J’ai l’impression de me retrouver dans un roman de Dan Brown, peut-être un « Da Vinci Code » ou un »Anges et Démons ». Les premiers éléments de l’intrigue évoquent pêle-mêle un mystérieux dessin attribué à Michel Ange totalement inédit, un spécialiste dudit peintre évoquant l’hypothèse d’un dessin volé à la bibliothèque vaticane, un énigmatique triumvirat de jeunes gens s’étant attribués des noms d’empereurs romains, une femme très belle semblant cacher bien des secrets, un évêque ami de tout ce petit monde… J’ai hâte de lire la suite!

    Bonne journée et merci pour cet article!

  10. Bonjour Victoria,

    Enfin quelqu’un qui a lu « La nuit qui ne finit pas ». Depuis que je l’ai découvert et lu, il y a une bonne trentaine d’années, j’ai l’impression d’être la seule à le connaître.
    C’est mon préféré.
    Il y a quelques années, j’ai donné la plus part de mes Agatha Christie (je les avais presque tous) à mes neveux, mais pas celui là ! Je le relis de temps en temps.
    C’est vrai qu’il est différent des autres, et il faut absolument ne rien en dire pour laisser la surprise.

  11. Non mais le premier me donne très envie vu le résumé que tu en fais :) depuis début août j’ai lu le tome 1 de la passe miroir , la drôle de vie de Zelda zonk et le je commence les sirènes de Bagdad :)

  12. Coucou merci pour ces retours sur tes lectures, ca permet d’avoir des idées de livres,
    ce serait sympa d’avoir la liste de tes coups de coeur quant à la littérature victorienne/gothique :)

  13. J’avoue que je suis moins fan de l’ambiance gothique que toi, donc je ne suis pas sûre de te suivre dans toutes tes lectures.
    En revanche, tu me donnes très envie de me remettre dans les polars d’Agatha Christie, je n’en ai pas lu depuis une éternité, et avec la pluie qu’il y a aujourd’hui, je rêverais de pouvoir m’installer au calme chez moi avec une bonne aventure d’Hercule Poirot !

  14. Bonjour Victoria,

    C’est mon tout premier commentaire sous l’un de tes articles. J’ai découvert ton blog et ta personnalité il y a quelques semaines seulement grâce à… Outlander! J’ai dévoré les deux saisons en trois jours et, voulant faire quelques recherches sur la série et son univers, je suis très rapidement tombée sur tes articles lecture et favoris à ce sujet. Ton blog a été un réel coup de cœur ! Il y a d’ailleurs un avantage à travailler à Paris au mois d’août pendant que tout le monde est en vacances : c’est plutôt calme et j’ai pu lire bon nombre de tes articles !

    Aussi, je viens de recevoir ce matin les 4 premiers tomes de la saga de Diana Gabaldon en VO sur tes conseils.. j’ai hâte de me replonger dedans !

    Merci pour ce beau support et son contenu que nous offre !

    A très vite,
    Claire B

  15. Merci d’avoir sorti de l’ombre ce roman d’Anne Brontë ! J’aime énormément la plume de Charlotte, et je vais donc de ce pas aller découvrir la plume de sa sœur, l’histoire ayant l’air dans la veine (admirable!) de ces auteures engagées.

  16. Coucou Victoria
    Toujours ravie de lire tes compte-rendus de lecture. Tu me donnes envie de me replonger dans les classiques. Ado, j’ai dévoré Jane Eyre et Les Hauts de hurlevent, alors pourquoi pas tenter la petite soeur Bronte ?
    Quelle surprise de voir que tu découvres également Robert Goddard que je viens de découvrir cet été avec l’excellent Sans même un adieu. Quel livre de lui lis-tu en ce moment?
    Autre surprise: une de tes lectrices porte le même prénom que moi et vient de commenter sous ton billet! Nous devons être 1800 Vinciane dans toute la France. La probabilité que l’on se retrouve à consulter les mêmes blogs est donc assez faible… Serions-nous toutes attirées par la lecture, les voyages… et l’écologie ?

  17. Bonjour Victoria ♡
    Je n’ai lu aucun de ces 3 romans, mais je profite de ton post pour partager autour d’Agatha Christie : je suis une fan des aventures de Sherlock Holmes et de la plume de Arthur Conan Doyle (j’ai d’ailleurs été visité le musée de Sherlock Holmes lors de mon dernier passage à Londres !) : les aventures, la manière dont il mène l’intrigue, la chute, le cadre (GB ♥), le côté « protocolaire » des anglais, etc.
    Certaines nouvelles m’ont bien sûr plus plu que d’autres, mais finir l’intégrale (surement l’hiver prochain) sera merveilleux, je le sais d’avance ✩
    Noël / janvier dernier, j’ai voulu tenter avec Agatha Christie (je fais le rapprochement avec elle car même période, même style => dans mon esprit, deux auteurs « côte à côte »), et en ai lu deux : Les Dix petits nègres, et le Noël d’Hercule Poirot. Quelle déception…! Pour les deux.
    J’ai aimé la plume de l’auteure (beaucoup), la manière dont elle mène l’enquête, l’intrigue, comment elle fait planer le suspens (incroyable)… mais la chute pour ces deux… j’en suis restée sans voix 8O
    J’ai été déçue par chacune des deux, car… si on ne s’y attend pas, ce n’est pas parce que l’auteure nous a merveilleusement bien surpris… mais tout simplement, car à chacune des deux fins, il y a une avalanche de nouveaux éléments (qui n’avaient même pas été effleurés en surface durant le reste du livre), si bien que plutôt de lire une chute, j’ai plutôt eu l’impression de lire la fin d’un autre livre / d’une nouvelle histoire (!).
    Est-ce que certains des Agatha Christie t’ont aussi donnés cette impression ?
    Bon courage pour les jours / semaines à venir avec tes voyages / ton déménagement, etc.
    Prends soin de toi ✭

  18. Ces trois livres ont l’air vraiment très sympas! Pour ma part, je viens de dévorer Tuer le père d’Amélie Nothomb, une de mes auteures préférées et elle ne m’a pas déçue avec cet ouvrage!

  19. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! #7 – Histoires vermoulues

  20. Je viens de terminer un livre fabuleux que je te conseille vivement Victoria : Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia. Ce livre est la chronique d’une adolescence qui oscille entre rires et drames et se déroule en plein coeur du Paris des années 60. Foisonnant de par sa galerie de personnages incroyables, de ses récits enchâssés, ce roman passionne, émeut, intrigue de bout en bout. Le lecteur remonte dans le temps pour (re)vivre la France des années 60 (mais aussi la Russie de l’ère soviétique) entre rock and roll endiablé et séances de baby foot, entre guerre d’Algérie et guerre froide,

    • Et j’ajouterai que la fin est totalement inattendue et bouleversante et qu’au bout des 750 pages, j’ai eu beaucoup de mal à quitter les personnages. J’aurai voulu que l’histoire continue…

  21. Bonjour Victoria,

    J’ai découvert ton blog grâce à France (madebyf) qui m’avait indiqué que j’apprécierais tes chroniques littéraires. Elle ne s’était pas troméope!

    Je ne peux que rejoindre ton avis relatif au Désert des Tartares. Je n’ai pas encore lu « Sur les falaises de marbre » mais ton avis me donne envie de le faire!

    Merci pour cette découverte,

    A bientôt,

    Aurore

Répondre

Naviguer