Mes Dernières Lectures #51

Comme j’avais hâte de vous parler à nouveau de mes lectures !

L’un des romans que je vais présenter aujourd’hui remonte au mois de mai: c’est dire si j’ai du retard. Heureusement, entre temps, la plupart des ouvrages que j’ai découverts n’étaient pas de la fiction, ont déjà été présentés autrement (je pense au dernier Lauren Weisberger sur mon compte Instagram), ou ne sont pas encore terminés – si bien que je vous retrouve aujourd’hui avec trois chroniques comme d’habitude, pas plus !

Au programme cette fois-ci: un Philip Roth, un polar québecois à l’atmosphère brumeuse, et un classique écossais du début du XXème siècle. Deux d’entre eux ont certainement compté parmi mes meilleures lectures de l’année jusqu’ici, c’est pourquoi il me tenait à coeur de les partager.

J’espère que mes résumés et mes explications (toujours garantis 100% sans spoiler) pourront donner des idées à certain.es d’entre vous pour cet été, ou vous orienter si vous aviez déjà repéré l’un ou l’autre de ces titres !avis-lecture-juillet2019

Pastorale Américaine – Philip Roth
VO: American Pastoral

Résumé: Après une adolescence glorieuse en athlète star de son lycée, Seymour Levov dit « Le Suédois », petit-fils d’immigrés juifs et symbole absolu d’une intégration réussie, mène une existence idyllique façon american dream dans la région de Newark. Il possède une propriété rurale avec sa magnifique épouse, Dawn, ancienne reine de beauté, et sa fille chérie Merry, qu’il aime d’un amour fusionnel. Sa carrière aussi est un succès, puisqu’il a pris la direction de la fabrique de gants fondée par son grand-père quelques dizaines d’années plus tôt. Pourtant, le climat politique tendu de l’Amérique de 1968 (guerre du Vietnam, émeutes raciales…) va venir détruire son image d’Épinal: après une radicalisation croissante qu’il n’a pas réussi à contrer, Merry commet un acte terroriste dans leur village, faisant un mort. Cette enfant ne manquait de rien, leur vie était parfaite: comment cela a-t-il pu arriver ?

Mon avis: Après mon coup de coeur pour La Tache l’été dernier, je me languissais de découvrir les autres grands romans de Philip Roth. Parce qu’il faut bien commencer quelque part, j’ai choisi ce titre-ci pour sa thématique frappante, qui résonnait autant avec ma propre vision désabusée de l’Amérique qu’avec l’actualité. Je ne regrette finalement pas du tout mon choix, puisque Pastorale américaine a été une lecture fascinante, qui m’a laissée pensive…!

Comme dans La Tache, j’ai adoré l’écriture verbeuse, presque logorrhéique de Roth, qui sert une analyse impressionnante de finesse et de profondeur pour ses personnages: ces phrases qui coulent à flots sont leurs pensées intimes, elles nous immergent directement dans leur esprit.

Le portrait de Seymour Levov, notamment, que l’on apprend à connaître au fil du récit et des drames auxquels il sera confronté, est magistral: c’est celui d’un homme juste, bon et conventionnel, confiant dans le système, et qui croit détenir les rênes de son existence; l’acte choquant de sa fille va provoquer en cascade un effondrement complet de ses certitudes et donc briser tout ce qu’il est. Je l’ai trouvé plus vrai que nature, complexe et réaliste – une vraie réussite.

Le personnage de Merry n’est pas moins fascinant dans sa brutalité qui dérange: remontée contre le capitalisme et l’Occident blanc, elle remet violemment en question tous les principes qui fondent la vie de son père et constituent le socle de la nation américaine. Si ses actes sont bien sûr intolérables et incompréhensibles, j’ai trouvé qu’elle représentait (certes, de façon extrême) l’arrivée incendiaire mais salutaire d’une nouvelle génération beaucoup plus lucide sur les contradictions hypocrites de nos sociétés.

Bien qu’elle soit moins développée car vue uniquement à travers les yeux de son mari, j’ai aussi été touchée par le personnage de Dawn, très intéressant notamment dans son rapport ambivalent à sa beauté, en tant que femme.

Plus largement, l’exploration psychologique grandiose des protagonistes comme des figures secondaires permet à l’auteur de peindre dans ce roman un tableau désenchanté et incisif des fractures de la société américaine, où le vernis des grandes valeurs morales cache une réalité beaucoup plus chaotique, moins rangée – comme la vie-même, finalement, qui n’est pas plus parfaite en Amérique qu’ailleurs !

Je n’ai pas atteint le coup de coeur, peut-être parce que ma lecture n’a pas été aussi fluide que dans La Tache, moins addictive, mais Pastorale américaine aura certainement été un coup de poing, encore terriblement d’actualité, et l’impression qu’il m’a laissée me poursuivra sans doute longtemps !

Ma note: 4/5

▼▼▼

Bondrée – Andrée Michaud

Résumé: En cet été 1967, une chaleur de plomb enveloppe Boundary Pond, ou Bondrée, un lac situé à la frontière entre le Québec et l’état du Maine aux Etats-Unis. Les vacanciers habitués du coin, américains et canadiens mélangés, profitent du soleil, des baignades, et de la fraîcheur des bois denses qui entourent le point d’eau, avec leur lot de légendes locales. Parmi eux, deux adolescentes inséparables font jaser dans les chalets: Zaza Mulligan et Sissy Morgan sont ouvertement séductrices, effrontées et rebelles, ce qui n’est pas pour plaire à tout le monde. Un jour, l’une d’entre elle est retrouvée morte dans une clairière, la jambe prise dans un ancien piège à ours…

Mon avis: Vous vous en souvenez peut-être, ce roman faisait partie de ma PAL d’été: un ajout de dernière minute, pour son synopsis intrigant, et une note de l’éditeur le classant « dans la plus pure tradition de Twin Peaks ». J’avais hâte de me replonger dans une histoire mystérieuse, et encore plus d’y voir les parallèles avec ma série chouchoute !

Le premier élément frappant ici aura été la superbe plume de l’autrice, pareille à aucune autre – entre lyrisme poétique et éléments du parler authentique de la région, où français et anglais se mêlent sans prévenir.

Bien qu’effectuée à la troisième personne, la narration constitue toujours une voix très humaine, impliquée (celle d’un personnage ou de la communauté en général); elle représente leurs pensées, empreintes d’émotions et de sensations. Elles sont en outre parsemées de citations directes qui ne sont pas séparées du corps du texte, ce qui crée un ensemble nébuleux. Cet effet est pour le moins atmosphérique, en parfaite résonance avec l’ambiance brumeuse et chaude de l’histoire.

Je regrette en revanche d’avoir mis tant de temps à rentrer dans l’intrigue, puisqu’il m’a fallu atteindre presque la moitié du livre pour me sentir emportée et voir les événements s’enchaîner de façon plus dynamique. L’écriture complexe justement, mais aussi l’ouverture du récit par un flashback sur un mythe local qui ne m’a pas tellement touchée, puis la mise en place très longue avec un « faux départ » de l’enquête, sont certainement à l’origine de ma difficulté à accrocher à cette histoire.

Enfin, j’ai été un peu déçue par le parallèle avec Twin Peaks, dont j’attendais sans doute trop. Au-delà du genre de la victime (une jeune fille séductrice) et du cadre forestier, je n’ai pas vraiment retrouvé de points communs avec l’univers que j’aime tant.

Néanmoins, l’atmosphère unique de ce lieu entouré de nature, la touche québecoise, le cadre des 60’s, et les personnages attachants (la petite Andrée surtout, qui observe tout le remue ménage de cette affaire avec son regard d’enfant, mais aussi le touchant inspecteur Michaud, alourdi par le poids d’une carrière confrontée à la violence insensée) ont tout de même fait de Bondrée une lecture agréable pour moi, en particulier dans sa seconde moitié.

Même si l’histoire ne m’a pas passionnée autant que je l’aurais voulu, j’ai aimé voyager dans ce coin entre Québec et Etats-Unis le temps de quelques centaines de pages, et découvrir l’écriture d’Andrée Michaud. Je comprends d’ailleurs tout à fait les prix que ce roman a reçu; peut-être simplement qu’il ne correspondait pas tout à fait à l’idée que je m’en étais fait.

Ma note: 3/5

▼▼▼

Sunset Song – Lewis Grassic Gibbon
VO: Sunset Song

Résumé: 1911. Dans le domaine de Kinraddie, au Nord-Est de l’Écosse, la jeune Chris vit avec sa famille, qui exploite une ferme. Esprit libre et férue de lecture, elle n’en reste pas moins profondément amoureuse des paysages et des collines qui l’entourent, de l’odeur de la terre, et de la vie paysanne à la fois rude et douce qu’elle partage avec toutes les fermes alentour. Mais face à l’arrivée des changements sociaux et technologiques, devant la guerre dénuée de sens qui approche, cette vie qui avait toujours existé est sur le point de disparaître – et son destin personnel, qu’elle avait beaucoup rêvé, ne va pas lui épargner les drames.

Mon avis: Sunset Song est un classique qui n’est pas du tout connu en France; pourtant, il est considéré comme l’un des plus grands romans écossais du XXème siècle, et a même été élu livre préféré au pays de la cornemuse en 2005 ! Je l’avais repéré l’année dernière, mais le langage employé par l’auteur pour imiter le parler local (truffé de vocabulaire Scots) m’avait dissuadée de me lancer en VO. Finalement, en croisant sa traduction française chez les éditions Métailié cet été, j’ai décidé de le découvrir dans cette version !

Autant vous le dire tout de suite: ce roman a été pour l’instant l’un de mes rares coups de coeur lecture de l’année 2019. Il a su réunir toutes sortes de qualités: une protagoniste à la fois admirable et vulnérable que l’on ne peut qu’aimer, quelques personnages secondaires extrêmement attachants, des drames bouleversants, un cadre rural magnifiquement décrit, une critique sociale courageuse pour l’époque, et un esprit nostalgique – tendance à laquelle je suis toujours sensible.

J’ai adoré suivre l’histoire de Chris, cette jeune femme tiraillée entre ses rêves et la réalité rassurante de la terre dans laquelle elle est enracinée. J’ai aimé sa candeur, son indépendance, son bon coeur et sa fierté. J’ai souffert avec elle, j’ai ri, j’ai pleuré. J’ai été bouleversée comme elle par les tragédies qui l’ont frappée mais aussi touchée par les superbes liens tissés au fil des années avec sa communauté.

C’est une intrigue somme toute très simple pour un roman, mais je l’ai trouvée totalement addictive: je peinais à reposer mon livre, tant je souhaitais savoir ce qui allait arriver à notre héroïne. Je l’ai d’ailleurs dévoré en 48 heures, ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps, et l’ai terminé avec les yeux mouillés !

Enfin, d’un point de vue plus global, la modernité et la liberté de ton de ce roman, pourtant écrit par un homme en 1932, m’ont impressionnée. Sunset Song a d’ailleurs longtemps été interdit pour immoralité – et vue la façon dont l’auteur dépeint le clergé par exemple, ou les hommes politiques, tout en intégrant de nombreux discours socialistes, je comprends que son texte n’ait pas toujours été bien vu. Et que dire de ses descriptions assez franches des moments intimes de la vie d’une femme, comme la sexualité ou l’accouchement, dont on ne parlait pas ouvertement à l’époque ?

Finalement, je n’aurai qu’une seule chose à reprocher à ce livre, qui est de ne pas se prêter particulièrement bien à la traduction. En le lisant en français, on perd forcément tout le charme du vocabulaire local, et la transposition dans notre langue n’est pas toujours heureuse. C’était néanmoins une façon pour moi de m’assurer une complète compréhension du texte et une lecture fluide, alors je ne regrette pas mon choix – mais j’essaierai un jour de le relire entièrement dans sa version d’origine !

Ma note: 5/5

***

Avez-vous fait de bonnes lectures dernièrement ?
L’un de ces romans vous intrigue-t-il en particulier ?
Les avez-vous déjà lus ?

Belles lectures estivales à vous !

Cet article contient des liens affiliés Fnac. En commandant via ces liens, vous participez à soutenir mon activité sur ce blog (cf ma FAQ). Sinon, n’hésitez pas à vous fournir auprès de votre librairie locale, qui a besoin de vous: regardez par exemple sur Place des Libraires !

Dans tous les cas, MERCI ♥︎

25 commentaires

  1. Hello, je vais emporter Sunset Song aux USA ! As-tu lu Les Gratitudes de Delphine de Vigan ? Une jolie rencontre pour moi sur un sujet pas engageant au départ…

  2. Ces 3 livres m’ont l’air bien intéressant !
    Je n’en ai lu aucun. J’ai dans ma PAL « la tâche » de Philip Roth.
    Bon là en même temps je suis dans la lecture de 4 livres (1 roman, 1 recueil de nouvelles et 2 livres « pratiques ») que j’aimerais terminer avant de commencer une autre lecture 😅

  3. Coucou Victoria, merci pour cette sélection, Sunset Song me tente énormément !
    Connais-tu « Un pied au paradis » de Ron Rash ? C’est un de mes livres préférés et je pense qu’il pourrait te plaire. L’histoire se passe aux Etats-Unis, dans les années 50, dans un petit village situé sur une ancienne terre cherokee et en sursis car les terrains ont été rachetés par une compagnie d’électricité qui va bientôt transformer toute la vallée en lac, et un homme a disparu … C’est un récit à 5 voix très prenant et très bien écrit, qui met l’accent sur la nostalgie et la nature :)

  4. Ton article m’a donné envie de commencer American Pastoral et Sunset Song ! Je les ajoute à ma liste de lecture :) Quand tu dis qu’il s’agit d’un vocabulaire local etc concernant Sunset Song, tu le placerais où en termes de difficulté ? Je déteste lire en VF :/
    Dernièrement, j’ai été emportée par ‘Norman People’ de Sally Rooney. Je l’ai lu en 3 jours, c’est un vrai page turner, j’ai adoré.

    • Oh justement Normal People est dans ma ligne de mire depuis des mois !!

      Concernant Sunset Song, j’ai regardé les avis sur Amazon et plusieurs personnes anglophones (américaines je crois) disaient qu’elles avaient eu des petits soucis de compréhension. J’ai quand même pris le ebook pour comparer et ça reste accessible pour moi dans la globalité, mais c’est vrai que le texte est parsemé de vocabulaire dont on ne comprend pas toujours le sens. Le plus simple pour que tu te rendes compte du niveau c’est tout simplement de regarder le texte, il est dispo gratuitement sur le site du Projet Gutenberg: http://gutenberg.net.au/ebooks07/0700471h.html#book01

  5. Je me suis laissée tenter… Je l’ai acheter pour 99 centimes sur Amazon… Il est donc dans ma Pal…. A voir quand j’aurais le temps de le lire car en ce moment ma pal a tendance à rivaliser avec la tour eiffel en terme de hauteur 😉😜

  6. La tache de Philip Roth a été il y a quelques années un gros coup de coeur. La découverte de son oeuvre est dans mes projets . Je suis souvent rebutée par son addiction pour le sexe. Connaissez vous Paul Auster c’est mon écrivain favori, j’ai lu tous ses livres et c’est grâce à lui que j’ai découvert et aimé New York et surtout Brooklyn. Mon obsession quand je suis à Brooklyn le rencontrer , sans doute l’année prochaine.

  7. Merci pour ces revues. Je vais me laisser tenter par Sunset Song !
    J’attends les vacances pour enfin prendre du temps pour moi et me faire plaisir avec des lectures (qui ne seront pas des lectures pro) ^^
    Bon week-end !

  8. Merci à toi pour ces belles lectures qui donnent très envie.

    J’adore ton blog (ton écriture, les thématiques et ton engagement).

  9. Hello Victoria,

    De super recommandations lectures ! Il va falloir que j’ajoute les trois dans ma pile à lire. Je commencerai certainement par Sunset Song, qui me parle tout particulièrement.

    Récemment j’ai enfin lu Rebecca de Daphné du Maurier, que j’ai dévoré… Ce livre a été une vraie révélation ! J’ai hate de pouvoir lire d’autres romans de Du Maurier, elle a une plume vraiment fascinante, qui nous plonge vraiment dans l’intrigue.

    J’ai également lu des livres plus légers dont Revenge wears Prada de Lauren Weisberger et How to Stop time de Matt Haig – que j’ai lu d’une traite. Une lecture facile mais prenante.

  10. Bonjour Victoria,

    Je vais me laisser tenter par Sunset Song :-) Toi qui aimes les romans d’atmosphère et les histoires familiales, j’imagine que tu connais Kate Morton ? J’ai lu ces trois dernières semaines L’enfant du lac et Les Heures lointaines. Ce sont des romans envoûtants !

  11. Je n’ai toujours pas lu Philip Roth, et ce n’est toujours pas l’envie qui manque…
    Sinon, je te conseille « Un manoir en Cornouailles » d’Eve Chase (il vient de paraître en poche chez 10/18). C’est une histoire sur deux générations dans un manoir mystérieux des Cornouailles (comme son titre l’indique) avec de nombreux secrets de famille. La nature y joue un rôle très important – je pense qu’il a tout pour te plaire !

    Bonne semaine à toi !

  12. Bonjour Victoria,
    Sunset Song me tente particulièrement ! Savais tu qu’il existe une adaptation en film sortie en 2015 ? Je le regarderais sûrement après l’avoir lu ^^
    De mon côté j’ai terminé Les Gratitudes de Delphine de Vigan que je te conseille. Actuellement je papillonne entre 3 lectures : L’appel du coucou, La Croix de Feu, et Le Bruissement du papier et des désirs de Sarah McCoy qui est un prequel de Anne La Maison aux Pignons verts de Lucy Maud Montgomery.
    Passe un très bel été rempli de belles lectures!

  13. Je ne savais pas que Pastorale Américaine était un livre de Philip Roth. J’ai vu le film que j’ai beaucoup apprécié. je pense lire le livre. J’ai eu du mal à comprendre la psychologie de la jeune fille et le livre devrait expliquer son changement de personnalité.
    Sunset Song me tente. En plus, s’il coûte 99 centimes, à ce prix-là.
    Je conseille également Les Gratitudes de Delphine de Vigan. J’aime beaucoup cette écrivaine. J’ai emprunté le livre par mon travail, étonnée qu’il le propose et je l’ai dévoré. Le sujet n’est pas très gai mais les livres de Delphine de Vigan sont rarement gais.

  14. Merci beaucoup pour cet article qui me donne de nouvelles idées de lecture (avec une pal qui, déborde déjà lol). Les thèmes abordés m’inspirent beaucoup donc je pense voir pour me les procurer prochainement. :)

  15. Merci pour ces beaux conseils de lecture. Je te conseille « le chardonneret » de Donna Tartt. C’est un immense coup de coeur.
    Il y a aussi tous les livres de Joyce Maynard.

  16. Merci pour cette jolie sélection, j’attendais le retour de cette rubrique avec impatience ! J’ai lu au mois de juillet mon premier roman de Philip Roth, Le complot contre l’Amérique, et je suis étonnée par le nombre de similitudes dans le synopsis de Pastorale Américaine ! Ce n’est pas si étonnant quand on sait que Roth a lui-même grandi dans le quartier juif de Newark, dans le New Jersey, et est lui-même issu d’une famille d’immigrés juifs. Je crois que je n’ai pas commencé sa bibliographie par le meilleur de ses romans, mais je te le recommande tout de même si tu as aimé Pastorale Américaine. J’ai hâte de découvrir Pastorale Américaine et La Tâche !

  17. Je partage ton avis sur Bondrée que je n’ai pourtant pas encore oublié.

    Je pense que tu aimerais My absolute darling de Gabriel Tallent ou les romans de Ron rash

    Ma dernière lecture et qui fut un coup de coeur est Max de Sarah Cohen-Scali sur la jeunesse aryenne.

  18. Pastorale américaine est justement dans ma PAL, je l’avais sélectionné et acheté après avoir vu l’emission littéraire La Grande Librairie consacrée à Philip Roth après son décès. Je pensais l’attaquer à la rentrée, ton article conforte mon envie :). Merci pour ce partage.

Répondre

Naviguer