Jardinage // Des Graines Éco-Responsables

Ça y est, le printemps est là, le soleil brille: il va bientôt être l’heure de faire ses premiers semis pour obtenir de bons fruits, légumes et/ou plantes aromatiques cet été ! J’ai vraiment hâte de retrouver mes petites cultures de balcon et d’en tester de nouvelles (notamment des tomates cerises, des fraises des bois, etc…) !

À l’occasion de cette nouvelle saison et de nos prochaines virées en jardinerie, j’ai eu envie de vous parler de l’importance qu’a pour moi l’origine des graines que j’utilise, pourquoi je collectionne des variétés originales, et où je me les procure.

On pourrait croire que le jardinage est toujours un geste assez innocent, voire foncièrement green, mais ce n’est pas forcément le cas. Vous avez déjà entendu parler des scandales de Monsanto, par exemple: derrière l’immense majorité des semences commercialisées se cachent des lobbys industriels aux pratiques discutables, autant en termes environnementaux qu’éthiques.

Il est à mon sens intéressant d’être sensibilisé à ce problème afin de pouvoir faire ses achats en toute connaissance de cause, pour le bien de tous, surtout que les semences plus éco-responsables restent très accessibles. J’espère de tout coeur que mes explications vous seront utiles !semer-graines-paysannes

LE PROBLÈME DES VARIÉTÉS INDUSTRIELLES

La modification génétique et les enjeux économiques menacent la biodiversité.

Pour répondre aux besoins spécifiques de l’agriculture intensive (rendement, standardisation, résistance…), les industriels ne travaillent qu’avec un certain nombre d’espèces, qu’ils sélectionnent à l’extrême pour en obtenir les meilleures caractéristiques. La recherche a notamment mis au point pour eux les fameuses variétés hybrides F1, issues d’un croisement génétique entre deux variétés différentes dont on veut réunir les qualités propres: les plantes obtenues ont des caractéristiques conformisées, contrôlées. Malheureusement, cette focalisation sur les enjeux de rendement économique menace directement des espèces qui ne sont pas rentables, ou qui n’ont pas d’intérêt à être commercialisées (pour vendre une nouvelle espèce, il faut payer une redevance très élevée, autour de 15000€): celles-ci sont moins ou plus du tout cultivées, et peuvent ainsi disparaître.

Des caractéristiques de développement parfois peu pratiques dans un potager personnel.

Si les variétés industrielles comme les hybrides F1 offrent aux agriculteurs plus de facilité et de practicité, elles ne font en revanche pas forcément sens pour notre balcon ou notre jardin amateur. Par exemple, ces hybrides ne sont pas reproductibles: les semences qu’on récolterait sur les plants F1 mûrs pourraient donner des plants de piètre qualité, sans aucune assurance de succès. Ils sont aussi « programmés » pour que tous les fruits soient mûrs en même temps: intéressant pour la récolte industrielle, mais moins pour un usage personnel !

La non reproductibilité des variétés est un cercle vicieux pour les agriculteurs.

Le commerce des semences hybrides F1 est un modèle juteux pour les grands industriels (type Limagrain, Monsanto…) mais un cercle vicieux pour les agriculteurs. Celles-ci leur permettent d’obtenir de meilleurs rendements à chaque récolte, mais elles les rend aussi entièrement dépendants des grands groupes, puisqu’ils sont obligés de racheter toutes leurs semences chaque année, à des prix de plus en plus élevés bien sûr, à cause de leur non-reproductibilité. Plus globalement, les grands groupes agro-industriels surveillent et privatisent de plus en plus le monde végétal: il est notamment question de pouvoir breveter certaines espèces, ou d’en acquérir les droits de propriété intellectuelle pour s’assurer un monopole de leur exploitation. Éthiquement, ces pratiques sont largement contestables.

Perte de diversité et de saveur pour le consommateur.

Avec une variété classique, la plante monte en graine et se ressème seule d’année en année en s’adaptant de plus en plus aux particularités du terroir dans lequel elle évolue: c’est tout l’intérêt de réutiliser ses graines plutôt que d’en racheter des nouvelles. Au contraire, les hybrides F1 sont plantées à nouveau chaque année, et ne sont donc pas toujours parfaitement adaptées à leur milieu: cela signifie que les fruits et légumes obtenus peuvent être moins riches en goût. Dans tous les cas, ils sont surtout standardisés dans leur taille, leur saveur, leur couleur, etc…, ce qui prive le consommateur de plus de diversité gustative.potager-balcon

CE QU’IL VAUT MIEUX PRIVILÉGIER

  • Graines biologiques ou non traitées. Bien sûr, c’est le critère numéro 1 à privilégier autant que possible: choisir des graines non traitées, obtenues par agriculture biologique. C’est mieux pour la planète et moins toxique pour tout le monde !
  • Petits producteurs locaux. En évitant les grands semenciers, vous soutiendrez des petites structures à taille humaine et des artisans passionnés, mais aussi la persistance de variétés évoluées par pollinisation classique (dites « fixées ») et libres de toute propriété intellectuelle. En outre, les espèces que vous obtiendrez s’adapteront plus facilement à leurs conditions de culture.
  • Variétés locales, anciennes ou originales. Faites vivre la biodiversité en faisant de votre jardin ou votre balcon un petit conservatoire pour des variétés plus originales qu’il serait dommage de voir disparaître !
  • Semences reproductibles. Il n’est pas très écologique ni très économique de racheter des graines chaque année: rien que pour cela, mieux vaut donc éviter les hybrides F1. Avec des variétés fixées, reproductibles, vous pourrez en acheter une fois, puis récolter les semences sur les plantes qui auront poussé à chaque fin de saison.

graines-bio-paysannes

OÙ TROUVER DES SEMENCES ÉCO-RESPONSABLES ?

Parce que je me suis fournie plusieurs fois chez eux, je peux vous recommander tout particulièrement la boutique alsacienne Alsagarden, spécialisée dans les variétés rares et insolites, mais aussi les semences locales belges de Cycle en terre. Si vous préférez vous laisser surprendre et guider, les box saisonnières de La Box à Planter sont aussi une excellente manière de commencer votre collection de graines paysannes (on en parlait ici) !

Voici d’autres structures petites à moyennes dans différentes régions de France, qui pourraient aussi vous intéresser: Ferme de Sainte Marthe (attention, ils ont encore quelques variétés F1 vouées à disparaître du catalogue), KokopelliLa Boîte à grainesLe potager d’un curieuxGerminanceGraines del païs… N’hésitez pas à en suggérer d’autres en commentaires, je ne les connais bien sûr pas toutes !

Si vous ne pouvez pas faire autrement que de vous fournir en jardinerie, lisez bien les étiquettes et choisissez au moins des semences issues de l’agriculture biologique, non F1. Certaines grandes enseignes distribuent les graines de la Ferme de Sainte-Marthe par exemple.

Enfin, pensez aux grainothèques et autres associations de troc de semences comme Graines de Troc (mais il en existe certainement plusieurs autres) qui permettent de faire des échanges de toutes sortes de variétés libres de droit, même non officielles.

***

Cet article vous a-t-il été utile ?
Êtes-vous déjà adeptes des semences paysannes ?

 Cet article peut contenir des liens affiliés. Un immense merci pour votre soutien ♥︎
Pour en savoir plus sur la monétisation de ce blog, RDV sur ma FAQ.

24 commentaires

  1. Super intéressant comme article!
    Je ne m’étais posé la question de l’écoresponsabilité en matière de jardinnage (plantes=green, le raccourcit trop facile -_-), du coup j’ai appris plein de trucs ! Merci Victoria :)

  2. Merci pour ton article très intéressant.
    J’ignorais tout ça! En fait, je ne me suis jamais posée la question sur l’éco-responsabilité du jardinage. J’y repenserai quand j’aurais des plantations à faire! :)
    Je n’ai pas du tout la main verte, j’ai essayé de planter du basilic l’année dernière, ça a poussé seulement les 10 premiers jours…! Je m’y remettrai mais un peu plus tard dans l’année!
    Belle semaine,

    Julie, Petite and So What?

    • Le basilic c’est pas le plus facile, il demande 20° pour bien se porter et la gestion de l’arrosage n’est pas toujours simple (de l’eau mais pas trop, du soleil mais pas trop…). Selon la région où tu es, tu peux tester le basilic pourpre, plus rustique, mais il reste plus simple d’acheter un plan et de partir de là (quitte à récolter ses graines en fin d’été…. pour l’année prochaine).

  3. Super article victoria,
    Je me sers chez kokopelli (j ai pris une afhesion pour les soutenir), germinance et Jardin’enVie. Je suis contente d avoir decouvert ton semencier d’Alsace.

    C est super de sensibilier aux semences « libres » et d’ inviter à boycotter ces ….. de monsanto

    Bises

  4. Merci pour cet article :) Chez nous ,première année pour le potager. J’ai pris des graines Germinance, qui pour l’instant poussent bien devant la fenêtre !
    Plus qu’à les repiquer bientôt et voir ce que cela donne ! Bon potager Victoria :)

  5. Merci pour cet article passionnant et bien documenté :-)
    Même si j’achète déjà des graines bio pour notre potager j’ignorais que les graines type Monsanto étaient conçues pour la non reproductivité :o
    Merci aussi pour toutes ces belles adresses !

    Bonne journée

  6. Accessoirement, les grands groupes ont eu « la bonne idée » de créer un seed vault qui est caché quelque part au frais sur le cercle polaire. L’idée de départ c’est qu’il s’agit d’un coffre fort de graines et semences, soi-disant pour sauvegarder les espèces et pouvoir, en cas de crise type famine, redonner à un pays dans le besoin des graines pour relancer son agriculture. Sur le papier, l’idée est plutôt chouette. Seul petit problème, ce coffre fort est avant tout géré par des grands groupes, qui du coup, ne feront pas forcément cadeau gratuitement de leurs graines. Sans compter qu’il y a là aussi une sélection des graines. Bon et puis on passera sur la durée de germination de certaines graines qui pour certaines ne dépassent pas quelques années. En bref, vaut mieux se faire nous-même notre petite réserve de graines, au fur et à mesure.

    Sinon, pour finir sur du positif, merci pour les adresses, car personnellement, j’ai été un peu déçue par kokopelli, avec un taux de réussite finalement bien plus faible qu’escompté. J’irais donc voir les autres adresses (et j’ai déjà semé quelques graines de la Ferme de Ste Marthe, verdict en fin d’été).

    Et pour les fraises des bois j’en ai plein dans mon jardin si tu veux des plants (ça doit pouvoir s’expédier facilement, ils sont encore petits à cette saison).

  7. Très bel article Victoria! C’est chouette que tu parles de ce sujet, parce que quand on se met au jardinage on n’a pas forcément conscience de tout cela.
    Je fais aussi très attention en choisissant mes graines, après avoir découvert les problèmes que tu soulèves ici. Comme toi, je mise sur la Box à Planter et d’autres solutions alternatives! Merci d’ailleurs pour les pistes que tu nous proposes ici: je ne les connaissais pas toutes.
    Je te souhaite en tout cas beaucoup de plaisir dans ton jardin urbain ;) J’en ai un depuis des années et j’adore!! (Je raconte mes réussites et fiascos sur mon blog, dans ma série sur mon potager de balcon ^^)
    PS. Ta photo du balcon est super belle! <3

  8. Hello :-) Chez nous, on plante une douzaine de pieds de tomate-cerise bio et on utilise aucun engrais et pesticide. Uniquement de l’eau et du soleil. C’est un régal !

  9. Chouette article, j’adore le sujet et ton style d’écriture, comme dans toutes tes articles d’ailleurs! Comme je sais que tu es installée dans les Pays-Bas, je te conseille une boutique dans ma ville de naissance Dordrdecht: Vreeken’s Zaden. C’est génial, on y trouve vraiment de tout, et il est assez réputé aux Pays-Bas chez les adeptes du jardinage. Je crois qu’ils expedient même à l’étranger.. mais moi pour ma part j’adore fouiller dans la boutique et decouvrir tout ce qu’ils ont alors j’en profite quand je rends visite à mes parents 😊

  10. Bravo pour l’article car c’est un sujet qui n’est pas souvent traité et qui pourtant rentre aussi dans la thématique du « comment consommer mieux » ?
    Personnellement je n’ai absolument pas la main verte mais je ne dis jamais non à des plantes aromatiques pour les salades d’été…bien meilleur que celles sois vide ! bon par contre après l’été en général j’ai du mal à les faire tenir…😜

  11. Article très intéressant ! je vais commencer à me mettre au potager « balcon » et du coup j’aimerais commencer du bon pied comme on dit ! Même si jusque la je n’ai pas tellement la main verte Je vais faire attention à mes graines et prendre en compte tes conseils :)

  12. Super intéressant ton article, je t’avoue que pour moi le jardinage était presque toujours une activité « green », je n’avais pas du tout conscience que la provenance et le type de graines pouvait cacher tout l’inverse. Donc merci pour toutes ces informations très complètes à ce propos ! :)

  13. merci pour cet article très éclairant. et grâce à toi, j’ai découvert Alsagarden, que je ne connaissais pas….. et qui n’est pas très loin de chez moi. Première commande faite chez eux grâce à ton article! rdv à la fin de l’été pour le verdict….

  14. Il semble que les fermes de st marthe ne soient pas si top que ca, pour avoir discuter avec des professionnels… et en plus ils sont en vente dans les magasins comme Botanic…

Répondre

Naviguer