Mes Dernières Lectures #45

Aïe, voilà plusieurs mois que je n’ai pas partagé avec vous mes bilans lecture, et je suis sacrément en retard !

C’est plutôt bon signe: depuis le mois de juin, mon blocage livresque n’est plus qu’un mauvais souvenir, et je retrouve à nouveau le plaisir de dévorer les romans comme on engouffre les tablettes de chocolat. Quel bonheur, surtout en été où c’est l’une de mes activités favorites, accompagnée d’un parasol et d’un bon thé glacé !

Les trois romans que je vous présente aujourd’hui ont chacun un genre et un style extrêmement différents, mais ils ont en commun d’être une invitation à l’évasion – l’un dans les montagnes de Transsylvanie, l’autre sur la côte italienne, et le dernier sur la route entre Glasgow et Londres. Quoi de plus parfait pour les vacances ?

Je les ai tous trois (beaucoup) aimés, et j’espère que peut-être, ils plairont à certain/es d’entre vous également.lectures-juinjuillet2018

Le Château des Carpathes – Jules Verne

Résumé: Abandonné depuis des années par ses propriétaires, le château des Carpathes, en Transsylvanie, est l’objet de légendes fantastiques locales – un lieu maudit que tous les habitants du proche village de Werst évitent à tout prix. Un jour, pourtant, de la fumée est aperçue sortant de l’une des cheminées de la bâtisse, ce qui intrigue les locaux: serait-elle hantée ? En parallèle, un jeune comte roumain, Franz de Télek, en voyage dans la région, apprend que le château appartenait à la famille d’un homme responsable de l’affreuse tragédie qu’il a vécue quelques années auparavant…

Mon avis: Si sa simplicité n’en fait sans doute pas le meilleur Jules Verne, ce roman m’a apporté exactement ce que je recherchais: un mystère façon science fiction victorienne, et une ambiance gothique classique comme je les aime, le tout dans une forme très accessible.

Malgré un début un peu lent, j’ai dévoré l’histoire avec plaisir et en quelques jours. J’ai apprécié la plume de l’auteur, bien sûr, les touches d’humour qui ponctuent la narration (notamment grâce à des personnages caricaturaux particulièrement savoureux), la dimension fantastique du récit, mais aussi la présence d’explications techno-scientifiques qui cassent la superstition au profit de la rationalité. Les inventions de Jules Verne sont d’ailleurs ici assez étonnantes, puisqu’elles semblent préfigurer les télécommunications modernes.

Outre quelques clichés antisémites choquants pour notre époque, mon seul regret tient à la rapidité un peu sommaire du Château des Carpathes, qui trahit sa destination initiale à la jeunesse: un peu plus de complexité et de développement l’auraient certainement rendu plus mémorable à mes yeux !

Ma note: 3,5-4/5

▽▽▽

Un été – Vincent Almendros

Résumé: Pierre et sa compagne Lone retrouvent Jean, le frère de Pierre, et sa femme Jeanne sur un bateau en Italie pour quelques jours de vacances. Une canicule sévit et l’air est pesant – lourd de chaleur, mais aussi de la tension qui semble régner entre Pierre et Jeanne, qui formaient un couple avant que celle-ci épouse son frère…

Mon avis: Pour moi qui aime les romans lents, atmosphériques, tout en subtilité, cette histoire très courte comme une tranche de vie a été un véritable bonbon. L’intrigue est tout à fait simple (il ne se passe pas grand chose), classique mais efficace: on veut absolument savoir si ce qui doit arriver arrivera…

J’ai adoré l’ambiance pesante, secrète, sensuelle, étouffante presque, qui retranscrit à merveille la sensation de la canicule et des désirs brûlants – elle m’a fait penser à celle du roman de Marguerite Duras, Dix heures et demie du soir en été (cf ma revue). Le regard du narrateur, étonnamment détaché, nous offre à voir le tout comme un tableau presque immobile… jusqu’à la fin, qui ressemble à un saut inattendu dans l’eau fraîche.

L’écriture est soignée mais fluide, à la fois simple et littéraire, et l’on dévore les 90 pages en quelques instants. Un véritable concentré d’été, à éviter toutefois si vous ne jurez que par l’action et les péripéties !

Ma note: 4,5/5

▽▽▽

Les Fugueurs de Glasgow – Peter May
VO: Runaway

Résumé: Glasgow, 2015. Lorsque Jack MacKay rend visite à son ancien ami Maurie à l’hôpital, celui-ci, atteint d’un cancer en stade terminal, lui demande de l’emmener à Londres pour lui permettre de révéler un secret important de leur passé. Avec leur autre ami Dave et le petit-fils de Jack, Ricky, les deux retraités prennent la route. Tronçon par tronçon, ils repartent sur les traces du voyage qu’ils avaient effectué avec cette même destination à 17 ans, en 1965, alors qu’ils fuguaient pleins d’espoir pour percer dans l’industrie de la musique.

Mon avis: Comme vous le savez peut-être, j’ai plutôt l’habitude d’éviter les lectures aux thématiques sociales « dures » (misère, drogues, criminalité, violence…). Ce roman, qui aborde ce genre de sujets, m’attirait pourtant pour son contexte glaswégien et son intrigue façon « road trip », autant que pour sa tonalité générale, qui d’après les avis que j’avais consultés, évoquait la mélancolie, la nostalgie de la jeunesse, et la sensation douce-amère des rêves déchus – un propos certes triste, mais auquel je suis très sensible.

Je ne regrette finalement pas du tout de m’être lancée: j’ai adoré suivre l’histoire de ces jeunes garçons si attachants, pris dans la fougue de leur âge et de leurs ambitions. Les Fugueurs de Glasgow parle d’adolescence, d’amitié, de rêves, d’émois et de découvertes, mais aussi des premières confrontations avec la réalité, sa violence, ses limites et ses déceptions. Le parallèle entre l’aventure de jeunesse et le voyage de retour 50 ans plus tard est une mise en exergue de l’écart terrible entre ce que nous imaginons de la vie et ce qu’elle devient réellement, mais aussi une occasion de se souvenir avec émotion d’époques révolues que l’on a vécues pour le meilleur et pour le pire.

L’aspect du road trip m’a beaucoup plu dans ce livre: j’ai eu l’impression de voyager avec les personnages, et j’ai adoré découvrir ces régions du Royaume-Uni avec eux – surtout Glasgow et le Nord industriel.

Le contexte culturel des années 60, qui m’a toujours fascinée, est aussi très bien dépeint par l’auteur. On s’y croirait, et au voyage géographique s’ajoute pour les lecteurs/rices un voyage dans le temps ! J’ai autant apprécié les descriptions de la société de l’époque que les références musicales (lisez ce livre en écoutant les Beatles, vous serez en plein dans le mille !), avec quelques célébrités qui apparaissent dans l’intrigue comme des clins d’oeil.

Enfin, j’ai savouré le rythme de ce roman, un peu lent, principalement centré sur la psychologie des personnages et leur développement. L’écriture de Peter May est juste, évocatrice, belle et fluide – et si elle demande un peu de patience parfois (souvenez-vous, je m’étais un peu ennuyée dans L’île des chasseurs d’oiseaux), ici elle m’a emportée pour mon plus grand plaisir.

Ma note: 4,5/5

***

Connaissez-vous certains de ces livres ?
Qu’avez-vous lu dernièrement ?

Cet article contient des liens affiliés Fnac ou, pour les titres en anglais, Amazon. En commandant via ces liens, vous participez à soutenir mon activité sur ce blog (cf ma FAQ). Sinon, n’hésitez pas à vous fournir auprès de votre librairie locale, qui a besoin de vous: regardez par exemple sur Place des Libraires !

Dans tous les cas, MERCI ♥︎

NB: Pour visualiser correctement tous les liens de cet article, il vous sera peut-être nécessaire de désactiver momentanément votre module AdBlock ou de classer Mango & Salt dans votre liste verte. Pas de panique, il n’y a aucune pub intempestive ou invasive sur le blog !

18 commentaires

  1. Merci Victoria pour ces petites découvertes, je n’en connaissais aucun et tu m’as particulièrement donné envie de me pencher sur Un été qui semble justement… parfait pour l’été ! De quoi s’évader sans partir en vacance et sans se prendre la tête.

    Pour ma part je suis entrain de dévorer Les Désorientés d’Amin Maalouf, un roman incroyable que je te conseille vraiment. Une histoire d’amitié à travers les frontières et les idéologies, c’est très beau et les personnages sont terriblement attachants.

    Bisous,
    Pêche
    https://pecheneglantine.fr

  2. Je viens de terminer les fugueurs de Glasgow et je partage ton avis. Je le conseille aussi!
    Bonne journée

  3. Tu m’as donné envie de me plonger dans Les fugueursde Glasgow, je le rajoute à ma (déjà trop longue) liste à lire…
    Après avoir terminé The Handmaid’s tale, qui avait un sujet un peu lourd, j’ai lu Suffragette de David Roberts qui était super bien et je suis passé à un sujet beaaaaucoup plus léger, je lis Mary Poppins (la collection complète) ahah et Rumi’s Little Book of Life à la plage parce que Mary Poppins est beaucoup trop gros à amener.
    Merci pour tes sélection, j’ajoute souvent des livres dans ma liste ;)

  4. Quelle très très belle sélection ! Un été me donne terriblement envie. Il m’a fait penser à Dix heures et demie du soir en été (un coup de cœur pour moi aussi) rien qu’à en lire ton résumé, et vu ton avis… je vais foncer ! J’ai de mon côté récemment lu Villa Amalia de Pascal Quignard, qui par certains aspects est assez proche aussi d’Un été au vu de ton retour ; lenteur des développements, atmosphère solaire de l’Italie… Les Fureurs de Glasgow a l’air très très sympa aussi. Merci pour tes reviews ♥

      • Il est assez difficile de se faire une idée a priori sur le livre je trouve: le résumé au dos est un court extrait qui en dit peu (si ce n’est sur le style de l’auteur), et sur Babelio je trouve que les reviews s’étendent beaucoup trop sur les détails de l’histoire… Je l’ai commencé sans rien en savoir, si ce n’est qu’il allait s’agir d’une villa en Italie, au bord de la mer.
        Si je devais le résumer: Ann Hidden, musicienne de renom bien que peu productive, femme indépendante et à l’âme solitaire, fait un soir en banlieue parisienne une découverte qui la décide à changer radicalement de vie. Après avoir tout remis en question, elle part en quête d’un lieu où connaître enfin la paix de l’âme. Commence un roman lent, lancinant, parfois à la limite de l’abstraction, par petites touches, écrit dans un style à la fois précis et inattendu, qui nous met à la place d’Ann bien que celle-ci, passive, détachée, fuyante, pourtant aussi femme forte et déterminée, nous soit à la fois proche et étrangère.
        Voilà, je ne suis pas aussi bonne que toi pour les résumés par contre :x Le rythme est donc particulier, mais il y a quelques fulgurances à certains moments, qui viennent relancer le récit de sorte que je l’ai apprécié jusqu’au bout. Les ambiances, d’abord à Paris, plus tard en Italie, sont vraiment prenantes, belles.

        Sinon je me suis constitué une petite pile à lire, grâce à toi, pour mon séjour d’une dizaine de jours dans le Vercors mi-août. J’ai choisi Le nom de la rose d’Eco (sur tes conseils !), Le désert des Tartares de Buzzati (je n’ai pas lu le Rivage des Syrtes, mais j’avais envie de lire d’abord ce dernier titre qui lui est apparemment proche par certains aspects), Les eaux étroites de Gracq (un titre très court, mais il a l’air sublime) et Les huit montagnes de Cognetti.
        Je voulais acheter Un été, mais je trouvais que ça n’allait pas forcément avec l’ambiance « montagne », alors je le lirai à mon retour ♥

  5. Merci pour cette chouette sélection. Je vais intégrer une chronique semblable sur mon blog mais orienté vers les livres bien-être, développement personnel et durable, environment, magie du monde etc… Peut-être que ça t’intéressera ! :)

  6. Je rajoute Les fugueurs de Glasgow dans ma liste!!
    Ma dernière lecture était La ferme des animaux de George Orwell. Un classique que je n’avais encore jamais lu et je recommande vivement :)!

  7. De jolies découvertes ! L’été se prête si bien à la lecture, personnellement je suis comme un chat avec les papillons, il suffit que je voie un livre qui m’attire et j’oublie que j’ai une petite pile à lire haha. C’est donc terrible l’effet des revues de blog ^^ Et cette catégorie d’article que tu nous fait redécouvrir avec cette revue, c’est une catégorie que je trouve moi aussi très plaisante à réaliser sur mon blog. J’adore partager après avoir lu, j’adore m’offrir ce temps de mise à plat de mes ressentis par rapport à un livre. Vivement les prochaines ;) !

  8. Tu as le don de faire partager ta passion de la lecture. Le livre de Jules Verne est celui qui me fait le plus envie. Je vais demander à mon père s’il le connait car il est fan de science-fiction. Je pense aussi être dérangée par l’antisémitisme. J’avais lu Le Dernier des Mohicans après avoir vu le film que j’avais adoré. J’avais été horrifiée par la description des Indiens et même de l’héroïne. Heureusement que les mentalités ont évolué même s’il reste beaucoup à faire.

  9. Thiébaugeorges Répondre

    Je découvre aujourd’hui ton blog et tes conseils de lecture : merci Victoria ! Pour cette plume si agréable et ce partage honnête et limpide de ton expérience de lecture. Très envie de lire Runaway après ça. Dans cette même veine « roadtrip introspectif », je te conseille vivement l’auteur britannique Jonathan Coe, notamment The Terrible Privacy of Maxwell Sim, excellent.
    Belle fin d’été à toi !

  10. Merci Victoria pour ces avis. « Un été » me tente beaucoup, par contre je n’ai jamais réussi à terminer un Jules Verne, même le Château des Carpathes (plus court et accessible apparemment). Pourtant je n’ai pas peur des pavés, mais Jules, je le trouve vraiment trop ennuyeux !

  11. Merci Victoria pour ces présentations. Cela donne envie d’ouvrir un bon livre avec un thé glacé comme tu le dis! J’ai beaucoup envie de lire le Château des Carpathes. Belle journée à toi! :)

  12. Je note « Un été » de Vincent Almendros que je ne connaissais pas du tout, mais qui semble effectivement totalement propice pour la saison !

    Belles lectures à toi !

  13. Ce petit postm’a donné envie de lire le livre de Jules Verne malgré que la note ne soit pas si élevée par rapport aux autres livres

Répondre

Naviguer