Adieu gels douche, bonjour savons !

Il y a un an, j’entamais un grand changement dans ma salle de bain: remplacer mes gels douche habituels par des savons solides saponifiés à froid.

Je n’achetais déjà plus que des gels douche bios depuis quelques temps, mais le nombre de déchets plastiques générés par ma consommation commençait à me déranger… Si je m’intéressais déjà aux shampoings solides, aux lingettes et protections lavables, pourquoi ne pas éviter un maximum de déchets dans ce domaine également ?

La perspective des pains solides n’était pourtant pas entièrement évidente dès le départ. J’étais à peu près sûre, influencée par les mentions « sans savon » des gels du commerce, qu’ils allaient assécher ma peau atopique, déjà en mauvais état chaque hiver. Je craignais aussi, en grande amatrice de senteurs, de perdre une grande partie du plaisir sensoriel que je trouvais dans mes flacons aux parfums gourmands.

Je me suis finalement lancée en octobre dernier, à l’occasion d’un test des produits Clémence & Vivien. Grand bien m’en a fait, puisque je n’ai plus racheté AUCUN gel douche depuis !

Je viens aujourd’hui vous expliquer les cinq raisons principales qui m’ont convaincue et convertie aux savons à froid. J’espère qu’elles sauront vous éclairer sur le sujet, voire qu’elles vous donneront envie de tenter l’aventure à votre tour !savons-a-froid

COMPOSITION

Si l’on connaît un peu les travers des gels douche du commerce (sulfates agressifs, colorants artificiels nocifs, parfums et conservateurs allergisants même dans les versions pour peaux sensibles, etc…), on sait moins que les savons industriels et « fantaisie » ne sont pas en reste. Ils contiennent parfois autant de sulfates, colorants et fragrances synthétiques que les versions liquides; ils peuvent également être fabriqués à partir d’ingrédients douteux comme la très courante graisse de boeuf (sodium tallowate), qui remplace les huiles végétales traditionnelles pour bien moins cher.

Exemple de la composition d’un savon industriel (Nivea Creme Soft):

Sodium tallowate, sodium cocoate, Sodium Palm Kernelate, Aqua, Glycerin,Parfum, Octyldodecanol, Sodium Chloride, Sodium Thiosulfate, Prunus Dulcis, TetraSodium Etidronate (EDTA), Lanolin Alcohol, Disteardimonium Hectorite, Methyl Benzoate, Cl 77891

–> De la graisse de boeuf, un dérivé d’huile de palme, du parfum synthétique, un libérateur de formaldéhyde potentiellement cancérigène, un conservateur… Pour le naturel et l’éthique, on repassera !

Les savons saponifiés à froid, au contraire, ont une composition naturelle à base d’huiles et de beurres végétaux, dont les propriétés sont préservées grâce à la fabrication sans chaleur, qui ne « cuit » pas les ingrédients. Il en est de même pour les éventuelles huiles essentielles présentes dans la formule. Les savons traditionnels comme l’authentique savon de Marseille et le savon d’Alep sont également très riches en huiles végétales et très purs dans leur formulation, bien que le procédé de saponification se fasse à chaud. Enfin, parce qu’ils sont très stables, les pains solides n’ont besoin d’aucun conservateur ajouté, contrairement aux gels liquides !

Exemple de la composition d’un savon saponifié à froid (Le Suisse de Clémence & Vivien):

Sodium shea butterate*, Sodium olivate*, Sodium cocoate*, Aqua, Glycerin, Sodium sunflowerseedate*, Ricinus communis* (castor oil)

–> Du beurre de karité, de l’huile d’olive, de l’huile de coco, de l’huile de tournesol, de l’huile de ricin et de la glycérine naturellement produite par la saponification. C’est tout. Les ingrédients suivis d’une astérisque sont bios.

▼▼▼

RESPECT DE LA PEAU

Parce qu’ils sont entièrement composés d’huiles et beurres végétaux purs, les savons à froid sont très doux (contrairement à certains savons classiques, fantaisie ou industriels). Sans sulfates, colorants, conservateurs ni parfums artificiels, les risques d’irritations sont minimes, même sur les peaux ultra sensibles ! Les versions sans huiles essentielles, que la grande majorité des savonniers proposent, permettent même une utilisation sur les personnes à risque ou les bébés.

Mieux encore, ces pains artisanaux sont très riches en glycérine, qui hydrate, adoucit et protège la peau. Celle-ci est naturellement produite lors du procédé de saponification, mais généralement retirée des savons industriels pour être revendue à l’industrie cosmétique… De même, les savons à froid sont généralement formulés pour être « surgras », c’est-à-dire qu’au lieu d’être entièrement saponifiés, une partie de leurs huiles reste contenue à l’état naturel, apportant une action nourrissante à chaque douche.

Le résultat est assez bluffant sur ma peau atopique. J’ai passé tout l’hiver dernier dans un état dermatologique impeccable, même sur mes jambes, alors que j’oubliais (comme d’habitude) 2 fois sur 3 de mettre de la crème. Je n’avais obtenu ce résultat auparavant qu’avec des huiles de douche de parapharmacie dédiées aux peaux atopiques, dont le prix est tout autre ! Au quotidien, toute l’année, la différence est très nette pour moi: ma peau est toute douce et souple, elle ne gratte plus jamais – un vrai bonheur.

▼▼▼

ÉCOLOGIE ET ÉTHIQUE

L’impact écologique d’un savon 100% végétal, fabriqué à partir d’ingrédients non transformés, de façon artisanale en France, n’est évidemment pas le même qu’un gel douche, dont la liste d’ingrédients est plus complexe, ou qu’un savon industriel (surtout s’il contient de la graisse de boeuf ou des dérivés pétrochimiques polluants !).

L’aspect des déchets est également essentiel. Selon ses habitudes, une personne doit racheter un flacon de 250mL de gel douche toutes les 2 à 6 semaines, disons tous les mois en moyenne. Cela fait beaucoup de bouteilles plastiques par an (sachant que moins de 50% seraient recyclées à l’heure actuelle). Au contraire, tous les savons à froid que je connais sont vendus dans des petits cartons ou sachets recyclables, voire recyclés.

Enfin, le poids et la taille des savons réduit aussi leur impact dans les transports par rapport aux bouteilles liquides. On déplace bien plus de pains solides dans un seul trajet de camion, par exemple.

Du côté éthique, les savons artisanaux saponifiés à froid ont aussi tout bon: ils sont généralement vegan et cruelty-free, fabriqués près de chez vous par des petites entreprises engagées qui valorisent un savoir-faire traditionnel.

▼▼▼

ASPECT PRATIQUE

De toute évidence, le pain de savon constitue un incroyable gain de place par rapport aux bouteilles de produits douche habituels. Pour moi qui aime varier entre différentes senteurs selon mon humeur, c’est vraiment idéal, surtout que ma salle de bain est minuscule ! Il me suffit d’un petit panier accroché à la paroi de la douche pour y glisser le ou les savons en cours d’utilisation.

Pour les voyages et déplacements de toutes sortes, la praticité du savon est encore plus appréciable: les cosmétiques solides permettent de gagner de la place et du poids dans les bagages, puisqu’un petit pain de 100g peut durer des semaines ! Nous avons par exemple amené un simple morceau (comme celui de la photo) pour deux lors de notre road trip en Écosse, et cela nous a parfaitement suffi. Je veille juste à prendre un petit filet en coton accroché à mon sac pour pouvoir y laisser sécher le savon si besoin pendant un trajet.

Et que dire des trajets en avion ? Plus besoin d’acheter des miniatures (souvent très chères pour la quantité), puisque le savon solide est admis même dans les bagages cabines !

▼▼▼

PLAISIR D’UTILISATION

Moi qui craignais de perdre un peu du plaisir de la douche, j’ai finalement très vite apprécié les caractéristiques des savons solides.

Oubliez l’idée de la savonnette vieillotte: il existe parmi les marques françaises ou européennes une vraie variété de parfums et de textures ! Certains savons sont plus ou moins fondants, ont une mousse plus ou moins crémeuse…

J’ai trouvé des senteurs très agréables pour combler mes différentes humeurs (fraîches et citronnées, fleuries, plus épicées…). Celles-ci ont en outre l’avantage d’être présentes mais suffisamment discrètes pour ne pas écoeurer ou lasser mon odorat sensible.

Je suis désormais adepte, aussi, de la sensation de peau bien propre que seuls les vrais savons nous offrent – ce côté légèrement crissant et délicieusement désuet.

Ajoutons enfin à cette liste la satisfaction profonde qu’apporte le minimalisme, le retour à l’essentiel, la sensation d’une efficacité simple et intemporelle qui fait du bien à tout ce qui nous entoure.savons-saponifies-froid2

Quelques nuances

Si je suis, vous l’aurez compris, parfaitement satisfaite et convaincue par les savons solides sous la douche, je trouve toutefois intéressant de nuancer mon enthousiasme en vous exposant ce qui, à mon sens, constitue les quelques éventuels points faibles de ce système.

Il faut savoir, d’une part, que certaines marques artisanales proposent des prix qui peuvent paraître assez élevés pour un savon (de 7 à 9€ pour 100g, par exemple). Je trouve toutefois que ces prix sont parfois justifiés par la nature des ingrédients, ou par les caractéristiques du produit (certains savons fondent très lentement, par exemple, comme ceux de Pachamamaï). Globalement, l’échelle de prix est quand même adaptée à tous, puisque l’on trouve des savons à froid bios pour moins de 4€, par exemple chez Clémence & Vivien. Cela reste très raisonnable, voire moins cher qu’un flacon de gel douche.

D’autre part, comme pour la plupart des domaines, l’achat de savons demande de bien lire les étiquettes et d’être vigilant pour être sûr d’acquérir un produit correspondant à nos attentes. Certaines marques utilisent de l’huile de palme, par exemple, très utile pour ses propriétés durcissantes, mais peut-être pas idéale sur le long terme ou à haute dose – faites donc attention si c’est important pour vous. Les savons naturels, en outre, ne sont pas nécessairement saponifiés à froid: cette caractéristique particulière est généralement mentionnée en toutes lettres sur l’emballage, ou signalée par un logo S.A.F. Dans celles que j’ai testées, toutes européennes, je vous conseille par exemple les marques Clémence & Vivien, Gaiia, Belle Bulle, Tea Natura ou Ricaricando.

Enfin, à titre personnel, les savons solides ne remplacent pas absolument tous mes produits d’hygiène, puisqu’ils ne conviennent pas à mon visage. Même surgras, ils tiraillent toujours ma peau (qui pourtant est plutôt mixte à cet endroit-là, c’est à n’y rien comprendre); je leur préfère donc le confort d’un gel nettoyant tout doux et bio, comme le Basis Sensitiv de Lavera.

Je leur serai en revanche fidèle à 99% pour le corps: je suis susceptible de racheter une fois par an le savon noir liquide de Théophile Berthon, que j’aime d’amour, mais c’est tout ! Il faudra aussi compter sur les éventuels envois presse pour le blog: je reçois de temps en temps des gels douche bios, non sollicités, que je teste à l’occasion (les personnes qui ne se sentent pas encore prêtes pour les savons ont aussi besoin d’alternatives green !), mais je ne les achèterai pas de mon propre chef.

***

Utilisez-vous des savons solides ?
Sinon, pourriez-vous tenter l’expérience ?

À lire pour en savoir plus: les excellents articles du savonnier de Gaiia !

Naviguer